La Mère de Dieu de la Joie Inespérée

Fête le 1er mai

L'Icône de la Mère de Dieu de la Joie inespérée a été écrite d'après un récit de Saint Dimitri, Evêque de Rostov. Le début de ce récit apparaît sur l'inscription figurant généralement au bas de l'icône. Sur celui-ci on remarque aussi l'effigie d'un homme à genoux, sur le côté gauche, et les plaies du Seigneur bien apparentes, sont aussi quelques fois sanglantes.

Un homme qui vivait dans le péché avait conservé sa ferveur envers la Vierge Marie. Chaque jour, il la priait devant son icône répétant les paroles que lui avait adressées l'Ange Gabriel. Un jour, alors qu'il redisait sa prière habituelle, il vit l'icône s'animer: les plaies de notre-Seigneur s'étaient ouvertes, laissant couler du Sang. Tout effrayé, il demanda à la Vierge: « Qui donc est cause de cela? » Et marie lui répondit: «Toi et tous ceux qui par leurs péchés ne cessent de crucifier Mon Fils. » A cet instant seulement, le pauvre homme prit conscience de ses fautes; son indignité lui sauta aux yeux. Il resta longtemps en prière en larmes devant le Sauveur et Sa Mère, implorant le pardon et la rémission de ses péchés lui fut accordée.

(D'après « Icônes Mariales Russes, de Maria Donadeo, Ed. Médiaspaul)

1381_n1347_n1682n1ut000036206_t1091n1739n409_s1_7

Prière à la Mère de Dieu de la Joie Inespérée

O Marie, vénérable Temple du Seigneur, relevez-nous de l'abîme du désespoir et de la peur où nous sommes tombés, sauvez-nous du péché et du tourment, car Vous êtes le Salut des pécheurs, leur Secours et leur solide Rempart, et Vous sauvez ceux qui Vous honorent.