23 mai 2008

Le Bienheureux Jacques Haddad de Ghazir

Le Bienheureux Jacques Haddad de Ghazir

Fondateur des Soeurs Franciscaines de la Croix du Liban

1875-1954

Fête le 26 juin

B12D8_1jacques2380896897_2cf0e7ec50_o

Prier et méditer avec le Père Jacques Haddad, capucin libanais

« Faites tout, endurez tout pour l’amour de Dieu. Voici ce que ma mère m’avait enseigné depuis l’enfance ».

« Notre pays signifie la terre de nos pères, l’air qu’ils ont respiré, le ciel vers lequel ils élevèrent les yeux, les idéaux selon lesquels ils vécurent, la foi dont ils ont fait profession, qu’ils ont défendue et pour laquelle ils sont parfois morts. Comment pouvons-nous contribuer à l’aimer ? »

« La mère est le sacrement du foyer, une vie qui donne la vie »
« Le mariage est un arbre planté dans le champ du Seigneur. Ses fruits : des enfants vertueux ».

« L’homme a besoin de trois tables : l’une, au foyer, contient le pain et la nourriture ; le père la prépare. La deuxième, à l’école, contient les livres, le papier et l’encre ; le maître la prépare. La troisième, à l’église, contient le Saint Sacrement ; le prêtre la prépare ».

« Semez de saintes hosties… vous récolterez des saints ».

« Au Liban, dont le nom signifie la blancheur, une tache noire est en pleine extension. La foi d’un grand nombre a été ébranlée. Le remède : protégez les enfants, multipliez les écoles catholiques, catéchisez en arabe, prêchez des retraites ».

« (Le confesseur) parle à Dieu en faveur des pécheurs et il parle de Dieu aux pécheurs ».

« Vous voulez le bonheur ? Pour un jour, revêtez un nouvel habit. Pour une année, mariez-vous. Pour toute la vie, soyez honnête. Pour l’éternité, soyez un véritable chrétien ».

« Le présent nous effraie ; le futur nous terrorise. Alors, perdre espoir ? Non ! Agrippons-nous à Dieu ! »

« Que les pauvres, les affligés et les infirmes soient pour nous des fils dont nous ressentons la souffrance dans les profondeurs de notre être. Accourons à leur aide lorsqu’ils sont dans le besoin et dans la douleur, en leur donnant ce qui nous est propre, et pas seulement ce que nous collectons en frappant aux portes d’autres bienfaiteurs ».

« Le plaisir le plus grand est de dépasser le plaisir ; la croix la plus lourde est d’avoir peur de la croix. Au lieu de vous tordre le cœur, amarrez votre cœur à la croix ».

« La pauvreté est la richesse de la vie religieuse ; la chasteté, sa gloire ; la charité, sa joie. Mais l’obéissance est sa force, son succès et sa vie ».

« Ces (vieux) prêtres, en raison de leurs infirmités, sont devenus incapables de célébrer le Service divin. Cependant, ils demeurent les représentants de Dieu sur terre. Celui qui leur rend service sert Dieu ; celui qui les honore rend honneur à Dieu ».

« Imitez la source : elle ne dit pas à celui qui vient boire :’Dis-moi de quel pays tu viens et quelle est ta religion’, mais plutôt : ‘Tu as soif… bois donc ! »
« Dispense dix bonnes actions et sois heureux d’en recevoir un seul merci. Tu seras alors comme le Christ ».

« L’amour est le baiser de notre cœur sur le cœur de Dieu ».« Je ne comprends pas comment un religieux peut perdre courage s’il a la Sainte Croix devant les yeux ».

« Vous savez que je suis seul et que je n’ai que Dieu seul ! Et Dieu a béni mes œuvres et les a adoptées ».

« Quiconque renie une seule vérité a perdu la foi. C’est encore pareil pour quiconque hait une seule personne : il a perdu la charité ».

« Ne me demandez pas comment je l’ai fait. Quand j’y pense, je suis effrayé. C’est Dieu ! ».

« Les sœurs et les malades, nous escaladons ensemble vers le ciel. Si le Malin réussit à nous arracher une âme, ce sera seulement par exception ».

« La santé est une couronne sur les têtes des bien portants. Seuls les malades la voient ».

« Tu es bon si tu ne fais pas de mal à celui qui t’a injurié. Tu es meilleur si tu lui pardonnes. Mais tu es encore meilleur si tu lui fais du bien ».

« Souffre et prie. Nous souffrons en priant, et nous prions pour ceux qui ne savent pas comment souffrir ».

« Un oiseau a besoin de deux ailes pour voler. Les deux ailes de notre Congrégation sont la charité et la fidélité ».

« La perfection de la création est l’homme. La perfection de l’homme est la raison. La perfection de la raison est l’amour. La perfection de l’amour est Dieu ».

« Pour connaître Dieu, nous avons deux livres. Le premier est composé de lettres : l’Ecriture Sainte. Le second est sans lettres : la nature ».

« Les sculpteurs ne sont pas concernés par le cœur et l’intérieur de leurs statues, mais seulement par les yeux, les pieds, les mains… par tout ce qui apparaît. Il en est ainsi avec la fausse vertu ».

« La langue est l’encensoir de Dieu. La prière est comme le courrier entre nous et le ciel. Dans nos âmes il y a deux forces : la force de la prière et la force de la passion. Quand l’une prend feu, l’autre s’enfuit ».

« Une bougie éclaire quand elle est mise à l’abri. Mise à l’extérieur, le vent l’éteint. Il en est ainsi de la lumière de l’Esprit Saint en nous ».

« Pour répandre la connaissance, Platon suffisait. Pour conquérir le monde, Alexandre suffisait. Pour restaurer l’univers et lui donner la paix, nous devons avoir Jésus-Christ ».

« J’ai beaucoup aimé la Croix. J’aimerais avoir été capable de consacrer tout le Liban à la Croix. La Croix est mon guide et le phare de ma vie ».

Pour le Centenaire de la naissance du Père Jacques en 1975 : «Sans la sainteté, rien n’est utile. Vous ne pouvez conquérir le monde qu’avec une arme que le monde ne possède pas. Le monde est instruit, riche, actif, etc… mais n’est pas saint. Quand nos missionnaires sont saints, ils convertiront le monde entier ».

Notice sur le Bienheureux Jacques Haddad de Ghazir,

cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-563321.html