Chemin de Croix

Icônes peintes par le Père Fulvio Giuliano, pour la chapelle du Séminaire théologique de l'archidiocèse de Gênes, commentaires du Pape Jean Paul II – 2004.

I

Première Station 

Jésus sur le mont des Oliviers

« Il s'éloigna d'eux à la distance d'environ un jet de pierre, et, s'étant mis à genoux, il pria, disant: Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier. Étant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre. » (Lc 22, 40-44)

Le temps annoncé depuis le commencement aux disciples est venu, il ne ressemble à aucune autre période, les contient et les résume toutes.

II

Deuxième station

Jésus trahi par Judas et arrêté

« Aussitôt, comme il parlait encore, arriva Judas l'un des douze, et avec lui une foule armée d'épées et de bâtons, envoyée par les principaux sacrificateurs, par les scribes et par les anciens. Celui qui le livrait leur avait donné ce signe: Celui que je baiserai, c'est lui; saisissez-le, et emmenez-le sûrement. Dès qu'il fut arrivé, il s'approcha de Jésus, disant: Rabbi! Et il le baisa. Alors ces gens mirent la main sur Jésus, et le saisirent. » (Mc 14, 43-46) 

Juda, un mystère d'iniquité qui nous échappe, mais qui ne peut obscurcir le mystère de la Miséricorde.

Jésus est condamné par le Sanhédrin

« Alors le souverain sacrificateur, se levant au milieu de l'assemblée, interrogea Jésus, et dit: Ne réponds-tu rien? Qu'est-ce que ces gens déposent contre toi? Jésus garda le silence, et ne répondit rien. Le souverain sacrificateur l'interrogea de nouveau, et lui dit: Es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni? Jésus répondit: Je le suis. Et vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel. Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, et dit: Qu'avons-nous encore besoin de témoins? Vous avez entendu le blasphème. Que vous en semble? Tous le condamnèrent comme méritant la mort. » (Mc 14, 60-64)

Le grand prêtre intime à Jésus l'ordre de déclarer devant tous le monde si Il est ou pas le Fils de Dieu. Jésus ne se démonte pas, Il le certifie avec sérieux et gravité.

Quatrième station

Jésus est renié par Pierre

Environ une heure plus tard, un autre insistait, disant: Certainement cet homme était aussi avec lui, car il est Galiléen. Pierre répondit: Homme, je ne sais ce que tu dis. Au même instant, comme il parlait encore, le coq chanta. Le Seigneur, s'étant retourné, regarda Pierre. Et Pierre se souvint de la parole que le Seigneur lui avait dite: Avant que le coq chante aujourd'hui, tu me renieras trois fois. Et étant sorti, il pleura amèrement.” (Lc 22, 59-62) 

Pierre ne se rend pas compte qu'en reniant son Seigneur, il renie aussi sa propre identité.

Cinquième station

Jésus est jugé par Pilate

« Pilate leur parla de nouveau, dans l'intention de relâcher Jésus. Et ils crièrent: Crucifie, crucifie-le! Pilate leur dit pour la troisième fois: Quel mal a-t-il fait? Je n'ai rien trouvé en lui qui mérite la mort. Je le relâcherai donc, après l'avoir fait battre de verges. Mais ils insistèrent à grands cris, demandant qu'il fût crucifié. Et leurs cris l'emportèrent: Pilate prononça que ce qu'ils demandaient serait fait. Il relâcha celui qui avait été mis en prison pour sédition et pour meurtre, et qu'ils réclamaient; et il livra Jésus à leur volonté. » (Luc 23. 20-25)

Dans le silence, Il est abandonné à la volonté du Père, et abandonné à la volonté de ceux qui crient plus fort.

Sixième station

Jésus est flagellé et couronné d'épines

« Pilate, voulant satisfaire la foule, leur relâcha Barabbas; et, après avoir fait battre de verges Jésus, il le livra pour être crucifié. Les soldats conduisirent Jésus dans l'intérieur de la cour, c'est-à-dire, dans le prétoire, et ils assemblèrent toute la cohorte. Ils le revêtirent de pourpre, et posèrent sur sa tête une couronne d'épines, qu'ils avaient tressée. Puis ils se mirent à le saluer: Salut, roi des Juifs! » (Mc 15, 15-18)

Visage défiguré de ceux qui l'ont insulté, ne répond pas, battu, Il pardonne, Il s'est fait esclave sans nom, et libère ceux qui sont dans l'esclavage.

Septième station

Jésus est chargé de sa Croix

« Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha. C'est là qu'il fut crucifié, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu ». (Jn 19, 17-18)

Bois accablant d'ignominie, fardeau fatiguant sur les épaules blessées de Jésus. La haine qui t'imprègne, Lui rend le poids plus pénible.

Huitième station

Simon de Cyrène aide Jésus à porter Sa Croix

« Mais ils insistèrent à grands cris, demandant qu'il fût crucifié. Et leurs cris l'emportèrent: Pilate prononça que ce qu'ils demandaient serait fait. Il relâcha celui qui avait été mis en prison pour sédition et pour meurtre, et qu'ils réclamaient; et il livra Jésus à leur volonté. Comme ils l'emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu'il la porte derrière Jésus ». (Lc 23, 23-26) 

Aider sans poser de questions, sans demander pourquoi: C'est un fardeau trop lourd pour les autres, que mes épaules portent.

Neuvième station

Jésus rencontre les femmes de Jérusalem

« Il était suivi d'une grande multitude des gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. Jésus se tourna vers elles, et dit: Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi; mais pleurez sur vous et sur vos enfants. » (Lc 23, 27-28)

Il va partager ses souffrances. Une nouvelle lumière illumine leur douleur.

Dixième station

Jésus est crucifié

« Ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de myrrhe, mais il ne le prit pas. Ils le crucifièrent, et se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort pour savoir ce que chacun aurait. C'était la troisième heure, quand ils le crucifièrent. L'inscription indiquant le sujet de sa condamnation portait ces mots: Le roi des Juifs ». (Mc 15, 23-26)

Battu, tourné en dérision, dénigré, ce prisonnier redonne une dignité à chaque être humains:une grande douleur peut conduire à l'amour.

Onzième station

Jésus promet son Royaume au bon larron

« L'un des malfaiteurs crucifiés l'injuriait, disant: N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous! Mais l'autre le reprenait, et disait: Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation? Pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes; mais celui-ci n'a rien fait de mal. Et il dit à Jésus: Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne. Jésus lui répondit: Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis ». (Lc 23, 39-43) 

Celui qui partage les rires de la foule ne reçoit pas de réponse, par contre celui qui reconnait l'Innocence du condamné à mort obtient immédiatement la promesse de la vie éternelle.

Douzième station

Jésus sur la Croix avec Sa Mère et Son disciple

« Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. Jésus, voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui ». (Jn 19, 25-27)

Une nouvelle Communauté naît aux pieds de la Croix: là, une nouvelle promesse de vie naît du lieu de mort.

Treizième station

Jésus meurt sur la Croix

« Après cela, Jésus, qui savait que tout était déjà consommé, dit, afin que l'Écriture fût accomplie: J'ai soif. Il y avait là un vase plein de vinaigre. Les soldats en remplirent une éponge, et, l'ayant fixée à une branche d'hysope, ils l'approchèrent de sa bouche. Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l'esprit ». (Jn 19, 28-30)

Le dernier soupir du mourant devient cri de victoire. L'humanité qui était dans le vertige de l'indépendance est de nouveau accueillie par son Père.

Quatorzième station

Jésus est mis au tombeau

« Le soir étant venu, arriva un homme riche d'Arimathie, nommé Joseph, lequel était aussi disciple de Jésus. Il se rendit vers Pilate, et demanda le corps de Jésus. Et Pilate ordonna de le remettre. Joseph prit le corps, l'enveloppa d'un linceul blanc, et le déposa dans un sépulcre neuf, qu'il s'était fait tailler dans le roc. Puis il roula une grande pierre à l'entrée du sépulcre, et il s'en alla ». (Mt 27, 57-60)

Sa descente dans le royaume des morts n'est pas la mort, mais elle est la vie. Désormais, en Jésus, chaque mort retrouve la vie.

téléchargez le texte de ce Chemin de Croix (pdf) en cliquant ici

XIV

XIII

XII

XI

X

IX

VIII

VII

VI

V

IV

III
Troisième station