14 février 2009

Prière au Précieux Sang de Jésus

000_2__Num__riser0003

Prière au Précieux Sang de Jésus

(Recommandée pour une neuvaine)


C'est par la voix de votre Sang, ô Jésus, que je viens vous presser, vous solliciter, vous importuner...  Quoique vous sembliez rejeter mes supplications, je ne quitterai point vos pieds sanglants que vous ne m'ayez exaucé.  Trop de grâces, trop de miséricordes ont jailli de vos plaies pour que je n'espère pas jusqu'à la fin en l'efficacité du Sang qui en découle ! Donc, ô Jésus, par votre Sang sept fois répandu,-- par chacune des gouttes du Prix sacré de ma rédemption,-- par les larmes de votre Mère Immaculée, je vous en conjure, je vous en supplie, exaucez mon instante prière. (Spécifiez ici votre demande.) O vous qui, aux jours de votre vie mortelle, avez consolé tant de souffrances, guéri tant d'infirmités, relevé tant de courages, n'aurez-vous pas pitié d'une âme qui crie vers vous du fond de ses angoisses ?... Oh ! non, cela est impossible !... Encore un soupir de mon coeur, et de la plaie du vôtre, ô Jésus, va s'échapper, dans un flot de Sang miséricordieux, la grâce tant désirée!... O Jésus! Jésus! hâtez le moment où vous changerez mes pleurs en allégresse, mes gémissements en actions de grâces !


O Marie, Source du Sang divin, je vous en conjure, ne laissez point perdre cette occasion de faire glorifier le Sang qui vous a faite Immaculée. Ainsi soit-il.


(100 jours d'indulgence)


Nihil obstat Victor Quintal, v.g. S.-Hyacinthe, le 5 novembre 1948.

Imprimatur Arthur Douville, Évêque de S.-Hyacinthe, S.-Hyacinthe, 5 novembre 1948.

00UnIDdCrucifix

Posté par fmonvoisin à 18:30 - - Commentaires [129] - Permalien [#]
Tags : , ,


Neuvaine dans l’esprit de Mère Julia Verhaeghe

Moeder

Neuvaine dans l’esprit de Mère Julia Verhaeghe

Introduction


Au ciel je continuerai à être ce que j’étais sur terre: une mère pour chacun de vous.” (Mère Julia Verhaeghe,Fondatrice de la Famille Spirituelle ’Oeuvre”)

Mère Julia est née le 11 novembre 1910 à Geluwe en Flandre Occidentale – Belgique – au sein d’une famille nombreuse. Elle a grandi dans des conditions modestes, et les troubles de la première guerre mondiale lui ont appris l’austérité de la vie en même temps que la force de la foi. Durant les dures années de l’après-guerre, après l’enseignement primaire, il ne lui fut pas donné de jouir d’une formation plus poussée. Dès l’âge de quatorze ans, afin d’aider sa famille à subsister à ses besoins, elle alla servir en France et en Belgique, dans différentes familles, où elle s’occupa du ménage et de l’éducation des enfants. Toute jeune, Dieu lui accorda de s’ouvrir à une vie intérieure profonde, enrichie par la compréhension et la méditation des lettres de l’apôtre Paul. A ce sujet elle écrit: “Le saint apôtre Paul devint pour moi un instrument de Dieu, un guide spirituel et un frère très aimé dont j’ai pu éprouver la proximité. A ce moment-là, ce fut comme si je vivais une seconde conversion, un retour au Cœur de Jésus et au Corps du Christ, l’Eglise”. Poursuivant sa vie sous le regard de Dieu, Mère Julie fut saisie au plus profond de l’âme par la grandeur de l’Amour miséricordieux et juste que diffuse le Cœur de Jésus, et par la beauté surnaturelle que dévoile le mystère de l’Eglise. Ainsi éclairée, Dieu lui donna de saisir à quel point la foi était affaiblie en de nombreux coeurs, et à quelles épreuves l’Eglise aurait à être confrontée. Ainsi préparée, Dieu lui confia une mission particulière et déposa en son coeur la semence pour la Famille Spirituelle “L’Oeuvre”.

Après une longue période de souffrance, elle répondit à l’invitation du Seigneur en s’unissant à Lui par une “Sainte Alliance”, afin de partager sa soif des âmes et de participer à sa souffrance pour le salut du monde. Son directeur spirituel, Cyrille Hillewaere, prêtre du diocèse de Bruges, perçut l’action de la grâce de Dieu dans le cœur de la jeune Julia. Le 18 janvier 1938 il fut saisi à son tour par un appel intérieur à se consacrer à Dieu pour “L’Oeuvre”. Mère Julia a toujours considéré cette date comme celle de la fondation de “L’Oeuvre”. A partir de ce jour, en parfaite concordance d’inspiration avec son directeur, elle se mit au service de l’unité pour laquelle le Christ a prié son Père au Cénacle: “Que tous soient un comme toi, Père, Tu es en moi et Moi en toi, qu’eux aussi soient un en nous, afin que le monde croie que Tu m’as envoyé” (Jn 17,21). Mère Julia résume ainsi les origines de “L’Oeuvre”: “Il a plu à Dieu de me choisir comme instrument pour son ‘Oeuvre’. Il me semble devoir souligner que je n’ai jamais eu l’idée, ni l’intention, de fonder moi-même une oeuvre. La situation de vie et l’état dans lesquels je me trouvais ne me permettaient pas de nourrir des idées pareilles. Je n’ai rien fondé. Depuis que le Christ a fondé la Sainte Eglise tout a été fondé. Désormais, Il a besoin de personnes qui vivent à fond sa fondation”.

Durant la seconde guerre mondiale, portées par la foi, l’espérance de la conversion des âmes et l’amour pour l’Eglise, Mère Julia et un cercle de jeunes femmes se rassemblèrent. Saisies intérieurement par l’exemple des premiers convertis au Christ, elles commencèrent après la guerre à vivre en communauté en signe de la grande famille voulue par Dieu. Avec joie et générosité, fruits de l’unité vécue en Eglise, elles réconfortèrent de nombreuses personnes en détresse en cette période d’après-guerre et les encouragèrent dans la fidélité à l’Eglise. Sous la conduite de la divine Providence, la Famille Spirituelle “L’Oeuvre” a pu se développer au fil des années. Elle est composée aujourd’hui d’une Communauté sacerdotale et d’une Communauté de femmes consacrées, auxquelles sont unis par des liens diversifiés des fidèles d’origines variées. Cette Famille Spirituelle est maintenant active dans de nombreux pays; elle a été reconnue par le Pape Jean-Paul II comme “Famille de Vie consacrée”.

Mère Julia a toujours accompagné les progrès intérieurs et extérieurs de “L’Oeuvre” de son amour maternel, de sa force et de sa sagesse, de son réalisme dans la foi et d’une étonnante perception des signes des temps. Avec acuité et discernement, elle a suivi l’évolution spirituelle de la société et de l’Eglise. Avec confiance et vertu elle s’est engagée dans les directions ouvertes par le concile Vatican II. Jusqu’à son départ pour la Maison du Père, le 29 août 1997, son seul but a été de répondre à la volonté de Dieu sur “L’Oeuvre” dans un abandon total, malgré les difficultés et les épreuves. Son désir était de mener une vie cachée, dans l’intimité du Christ, Roi couronné d’épines, et de se donner, en mère spirituelle, à “L’Oeuvre” et au renouvellement de l’Eglise. Elle repose maintenant dans l’église de Thalbach, à Bregenz en Autriche.

Mère Julia vivait en profondeur la prière et la confiance en Dieu. C’est en Lui qu’elle puisait sa force et sa consolation, dans les moments de joie comme dans les moments d’épreuve. Au cours d’une longue vie, le dévouement, les efforts et la prière de Mère Julia ont accompagné de nombreuses personnes dans leur mission, leurs joies et leurs peines, leurs espoirs et leurs craintes, leur souffrance physique ou spirituelle, leur lutte, leur recherche, leur cheminement vers une vocation.

Prière de la Neuvaine

Dieu miséricordieux et juste nous te rendons grâce pour la vie de Mère Julia. Son cœur était enflammé d’un amour nuptial envers Jésus-Christ, ton Fils bien-aimé, et d’un amour maternel envers tous les humains. Tu as fait de sa vie une offrande qui te glorifie et qui édifie l’Eglise “pour que tous soient un” (Jn 17,21). Tu lui as confié la mission de témoigner de la beauté surnaturelle de l’Eglise, d’augmenter sa fécondité spirituelle et de contribuer à panser ses plaies. Que sa vie dans la foi, l’espérance et l’amour puisse porter de riches fruits. Daigne exaucer notre prière et toutes nos intentions. Nous te le demandons par Jésus-Christ, notre Seigneur. Amen.


Premier jour

Prier avec confiance


Jésus nous dit: “Demandez et l’on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l’on vous ouvrira” (Lc 11,9).


Mère Julia écrit: “Priez souvent, unissez-vous intimement à Dieu qui est en vous. Demandez- Lui de vous revêtir de sa douceur, de vous donner un cœur nouveau et humble, et un esprit renouvelé. Priez et vous recevrez. Donnez une forme concrète dans votre vie, à l’offertoire, la consécration et la communion quotidienne et ceci au milieu des événements et des expériences de chaque jour, dans les circonstances et les affaires de la vie concrète, ici, maintenant et aujourd’hui.”

La prière est le souffle de vie de l’âme. Elle stimule l’élan nécessaire à l’amour cordial envers Dieu et envers le prochain. (Mère Julia)

Notre Père, je Vous salue Marie, prière de la Neuvaine

Deuxième jour

Rendre grâce pour l’Eglise


Saint Paul nous dit que le Christ est “la Tête du Corps, c’est-à-dire de l’Eglise” (Col 1,18).


Mère Julia écrit: “La Pentecôte est le jour de la naissance de l’Eglise et de chaque chrétien. Par la venue du Saint-Esprit, l’Eglise est purifiée dans le Sang du Christ, elle est ressuscitée avec Lui et remplie de la plénitude de la Vie nouvelle. Au sein de cette Eglise, le Baptême nous revivifie, la sainte Communion nous nourrit, la Confession nous purifie, la Confirmation nous fortifie. Comme la sainte Eglise a besoin d’hommes et de femmes, qui de tout coeur gardent ses trésors et défendent ses droits en servant ses lois dans un amour désintéressé et tout donné.”

L’Esprit de Dieu pénètre toute l’Eglise.Il agit en profondeur comme Esprit de vérité et d’amour. (Mère Julia)


Notre Père, je Vous salue Marie, prière de la Neuvaine


Troisième jour

Servir l’unité


L’apôtre Paul nous parle: “Je vous exhorte à mener une vie digne de l’appel que vous avez reçu. Appliquez-vous à conserver l’unité de l’Esprit par ce lien qu’est la paix” (Eph 4,1.3).


Mère Julia écrit: “Que tous soient un comme toi, Père, Tu es en moi et Moi en toi, qu’eux aussi soient un en nous, afin que le monde croie que Tu m’as envoyé (Jn 17,21). L’appel pressant de Jésus lors de la dernière Cène, nous invite et nous exhorte constamment. L’unité s’enracine de plus en plus en nous et nous relie les uns aux autres comme une famille de Dieu par la communion au Corps et au Sang du Christ dans la sainte Eucharistie qui nous fait entrer dans son mystère et nous transforme. C’est chaque jour et à toute heure à nouveau que cette unité doit être vécue. Cela ne peut se réaliser sans engagement désintéressé. Saint Paul énumère les vertus qui font grandir cette unité: l’humilité, la douceur, l’amour mutuel”.


L’unité se construit par la vertu de chacun. Elle est inconcevable sans le sacrifice, la prière et l’amour. (Mère Julia)


Notre Père, je Vous salue Marie, prière de la Neuvaine


Quatrième jour

Aimer le Seigneur comme saint Paul


Paul, le grand apôtre des nations nous dit: “Pour moi, certes, la vie c’est le Christ et mourir représente un gain” (Ph 1,21).


Mère Julia écrit: “Saint Paul dit que la puissance de Dieu se déploie dans la faiblesse. Il donne le témoignage de sa propre expérience. Il témoigne par là de cette force qui l’a guéri de la tendance à regarder en arrière et à se replier sur lui-même. Face à ses faiblesses, il peut aussi dire: ‘Je peux tout en Celui qui me fortifie’ (Ph 4,13) et: ‘Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi’ (Ga 2,20). Comment en est-il venu à parler ainsi? C’est par le don de tout son être au Christ, le Verbe de Dieu incarné”.

Les lettres de saint Paul devinrent pour moi une nourriture aimée qui me fortifiait. (Mère Julia)


Notre Père, je Vous salue Marie, prière de la Neuvaine


Cinquième jour

S’abandonner à l’Amour miséricordieux


Notre Sauveur nous dit: “Venez à Moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et Moi je vous soulagerai “ (Mt 11,28).


Mère Julia écrit: “Le Seigneur a préparé une place pour toi dans son Cœur. Le chemin et les moyens pour y parvenir te sont connus. Sois reconnaissant envers Lui, jour et nuit, pour le don indicible de son Amour miséricordieux qui opère en tout. Il veut te rendre capable de l’aimer et de devenir un instrument pour en conduire d’autres à cet Amour, selon son bon plaisir. N’aie pas peur et laisse-le parfaire son oeuvre rédemptrice!”


Cœur de Jésus, rends-nous capables d’aimer avec ton Amour, de donner avec ton Cœur, de servir avec ta lumière, d’œuvrer avec tes dons. (Mère Julia)


Notre Père, je Vous salue Marie, prière de la Neuvaine


Sixième jour

Porter la croix avec le Christ


Le Christ, notre Sauveur, nous dit: “Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il renonce à lui- même et prenne sa croix, et qu’il me suive” (Mc 8,34).


Mère Julia écrit: “La Croix du Seigneur, portée dans la foi, ne brise pas mais redresse. La foi, par elle-même, ne transforme pas les choses terrestres: la souffrance demeure pénible, mais la foi lui donne un sens plus profond pour celui qui la traverse dans l’imitation du Seigneur. A Gethsémani, Jésus a été pris d’angoisse pendant qu’Il priait: ‘Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi!’ (Mt 26,39). Et sa sueur devenait des gouttes de sang. Mais Jésus souffrait dans un abandon entier à la volonté de son Père; en ce sens Il pouvait prier: ‘Cependant, que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la tienne!’ (Lc 22,42).”

Dans la croix du Christ tout peut être transformé en grâce et en bénédiction. (Mère Julia)


Notre Père, je Vous salue Marie, prière de la Neuvaine


Septième jour

Vivre l’humilité


Le Seigneur nous exhorte: “Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur” (Mt 11,29).

Mère Julia écrit: “Jésus, doux et humble de Cœur, rends nos cœurs semblables au tien. Jésus fut pendant toute sa vie un exemple vivant d’humilité. Nous l’oublions pourtant si souvent, lorsqu’une offense nous est faite, lorsque notre réputation ou notre honneur sont atteints, lorsqu’une humiliation, un oubli, un manque d’égards ou une injustice nous accable. Lorsque de telles circonstances se présentent, puisse cette simple prière nous tenir en éveil et nous rendre vigilants. Qu’elle soit pour nous un appel à contempler la douceur et l’humilité de Jésus.”


L’humilité incite à servir. (Mère Julia)


Notre Père, je Vous salue Marie, prière de la Neuvaine


Huitième jour

Se réjouir dans le Seigneur


L’évangéliste saint Luc écrit de Jésus: “A cette heure même, Il tressaillit de joie sous l’action de l’Esprit Saint et dit: ‘Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux habiles et de l’avoir révélé aux tout petits. Oui, Père, car tel a été ton bon plaisir.’” (Lc 10,21).

Mère Julia témoigne: “Ma joie, c’est Dieu le trois fois saint. Ma joie, c’est sa vérité qui m’inspire. Ma joie, c’est sa vie qui m’entraîne. Ma joie, c’est sa volonté qui m’appelle. Ma joie, c’est sa parole qui m’attire. Ma joie, c’est sa paix dans laquelle je me repose. Ma joie, c’est sa grâce qui me pardonne. Ma joie, c’est sa force qui me conduit. Ma joie, c’est la bénédiction de sa Croix. Ma joie, ce sont les peines qui m’accablent. Ma joie, ce sont ses merveilles qui me comblent. Ma joie, c’est Dieu trois fois saint lui-même.”


Offrez au monde votre joie comme une lumière irrésistible. (Mère Julia)


Notre Père, je Vous salue Marie, prière de la Neuvaine


Neuvième jour

Lever les yeux vers Marie


Marie, la Mère du Seigneur, prie: “Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur !” (Lc 1,46-47).


Mère Julia écrit: “Par sa glorieuse exaltation dans le ciel, Marie est un signe de Dieu. Toujours et sans cesse, elle dirige notre regard vers notre vocation finale qui est de nous unir au Seigneur. Alors pour l’éternité, nous serons avec Lui dans l’unité parfaite de l’amour pour son honneur et pour sa gloire. Marie, Mère des mères, Vous qui avez été élevée si glorieusement dans le bonheur éternel où vous contemplez Dieu, corps et âme, aidez-nous, nous qui sommes vos enfants. Nous éprouvons encore tellement toute notre faiblesse et l’aveuglement de notre cœur et de notre esprit. Votre exemple vivant nous appelle à une foi et une confiance inébranlables.”

La vie de Marie, la Mère du Fils de Dieu nous exhorte a accomplir le quotidien de la vie dans le respect et l’amour. (Mère Julia).


Imprimatur

17.9.2003, S. Exc. Mgr. Klaus Küng,

Evêque de Feldkirch (Autriche)

Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir communiquer les grâces obtenues à:


E-mail:oeuvre.villersnotredame@fso-be-nl.org
E-mail:oeuvre.mignault@fso-be-nl.org

Pour ceux qui le souhaitent, le petit livret de la Neuvaine peut être obtenu dans les centres:

La Famille Spirituelle L’Oeuvre

“Maison Damas”

Place de Villers-St. Amand 2,

B - 7812 Villers-Notre-Dame


Maison Notre Dame des quatre Sapins

Rue Fr. Onckelet 10,

B - 7070 Mignault

Pour approfondir


www.oeuvre-fso.org

Téléchargez le texte de cette Neuvaine (pdf) en cliquant ici

Le Chapelet des Morts

05beaun

Le Chapelet des Morts

Origine


Le Chapelet des Morts a été composé par Monseigneur Plantier, Evêque de Nîmes, en faveur des Ames du Purgatoire. Il a été approuvé et béni par le Bienheureux Pie IX en 1873. Le Chapelet des Morts de l'Archiconfrérie Notre Dame du Suffrage se compose de quatre dizaines, c'est à dire de quarante grains, en souvenir des quarante heures qui ont précédé la Résurrection et en rappel des quatre fins dernières des Evangiles.


Comment méditer le Chapelet des Morts


Le Chapelet a une croix ou une médaille de l'Archiconfrérie. Entre la croix et le cœur, un gros grain. Puis, pour séparer les dizaines, trois autres gros grains. Le Chapelet comporte quatre dizaines, on peut le dire sur un chapelet traditionnel, cependant, il est possible de se le procurer à l'Archiconfrérie Notre Dame du Suffrage. Une courte méditation est proposée avant chaque dizaine.


Manière de réciter le Chapelet


Commencer par faire le Signe de la Croix.


On commence par le Psaume De Profundis, sur le premier gros grain, celui qui est entre la croix et le Cœur.


De Profundis


Des profondeurs de l’abîme, je crie vers Vous, Seigneur: écoutez ma prière. Que Vos oreilles soient attentives à la voix de ma supplication. Si vous tenez compte de nos iniquités, Seigneur, Seigneur, qui pourra subsister devant Vous ? Mais Vous êtes plein de miséricorde, et j’espère en Vous Seigneur, à cause de Votre Loi. Mon âme s’est appuyée sur Votre Parole, mon âme a mis toute sa confiance dans le Seigneur. Depuis le matin jusqu’au soir, Israël espère dans le Seigneur; Car dans le Seigneur est la Miséricorde et une abondante rédemption. C’est Lui qui rachètera Israël de toutes ses iniquités.

Donnez-leur Seigneur le repos éternel, et que la lumière éternelle les éclaire.


Seigneur, écoutez ma prière, et que mon cri parvienne jusqu'à Vous!


Sur les petits grains


Doux Cœur de Marie, consolation de ceux qui souffrent, priez pour nous et pour les âmes abandonnées du Purgatoire.


Sur les gros grains


Donnez- leur Seigneur le repos éternel, et que la lumière éternelle les éclaire.


On termine le Chapelet par le De Profundis, suivi de l'invocation suivante: Donnez- leur Seigneur le repos éternel, et que la lumière éternelle les éclaire.


Pour chaque dizaine, on propose une courte méditation. Ces méditations, textes tirés du Nouveau Testament, sont présentées en deux groupes: « La Mort et la Résurrection de Jésus » et « Notre Passage en Dieu'.

Premier groupe:  La Mort et la Résurrection de Jésus


Première Dizaine

la Mort de Jésus


« Père, entre Tes mains, Je remets Mon Esprit. » (Évangile selon Saint Luc 23: 46)


Deuxième Dizaine

La descente de Jésus au séjour des Morts


« La mort a été engloutie dans la Victoire de Jésus. O mort, où donc est ta victoire? » (Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains 15: 55).


Troisième Dizaine

L'attente de Marie dans l'espérance


« Il sera le Fils du Très-Haut et Son Règne n'aura pas de fin ». (Évangile selon Saint Luc 1: 32-33).


Quatrième Dizaine

La Résurrection de Jésus


Le soir du premier jour de la semaine, Jésus vint, se présenta au milieu de ses disciples, et leur dit: La paix soit avec vous! Il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur. (Évangile selon Saint Jean 20: 19-20).


Deuxième groupe: Notre Passage en Dieu


Première Dizaine

La mort


« Bienheureux dès à présent ceux qui meurent dans le Seigneur! Qu'ils se reposent de leurs travaux, dit l'Esprit, car leurs oeuvres les suivent. » (Apocalypse de Saint Jean 13: 14).

Deuxième Dizaine

Le jugement


Tous il nous faudra comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun soit rétribué pour ce qu'il a fait de bien ou de mal pendant sa vie. » (Deuxième Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens 5: 10).


Troisième Dizaine

La purification


« Rien de souillé n'entrera dans la Cité Sainte » (Apocalypse de Saint Jean 21: 27)


« L'oeuvre de chacun apparaîtra; le Jour du Seigneur la fera connaître, car Il se manifestera dans le feu, et ce feu prouvera ce que vaut l'oeuvre de chacun. » (Première Lettre de Saint Paul aux Corinthiens 3: 13).


Quatrième Dizaine

Le Ciel


« Et, lorsque Je m'en serai allé, et que Je vous aurai préparé une place, Je reviendrai, et Je vous prendrai avec Moi, afin que là où Je suis vous y soyez aussi. » (Évangile selon Saint Jean 14: 3).


Pour se procurer le Chapelet des Morts


Archiconfrérie Notre Dame du Suffrage

Evêché de Nîmes

BP 81455

F 30017 Nîmes Cedex 1


Net: http://catholique-nimes.cef.fr/partenaire/mouvement/v_mv_pr.php?ID=62



E Mail: nd.suffrage@free.fr

Téléchargez le texte du Chapelet des Morts (pdf) en cliquant ici

image10

Posté par fmonvoisin à 13:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,