90026FG

Le Carême avec Jean Paul II

 

21 mars

« Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis! » (Luc 18: 13).

A méditer

« J'invitais tous les efforts possibles pour faire face à la crise « du sens du péché » que l'on constante dans la culture contemporaine, mais plus encore j'invitais à faire redécouvrir le Christ comme mystérium pietatis (mystère de bonté), celui en qui Dieu nous montre Son Cœur compatissant et nous réconcilie avec Lui. C'est ce Visage du Christ qu'il faut faire redécouvrir aussi à travers le Sacrement de Pénitence. »

Novo Millennio Ineute, n° 37

Fioretti

Tout comme pour la prière, Jean Paul II donnait une place importante à la Confession, dans laquelle il voyait non seulement l'aveu des péchés, mais avant tout leur pardon et leur rémission, et donc la grâce qui donne la force de mener une vie honnête, vertueuse. Lui-même se confessait toutes les semaines. Il le faisait aussi avant chaque grande fête et avant certaines périodes liturgiques. Evêque, il fit toujours partie des files d'attente, parmi les autres pénitents, à l'église des Franciscains.

« Une vie avec Karol », Stanislas Dzwisz, Desclée de Brouwer/Seuil

Prière

Seigneur Jésus-Christ, l'Amour que Tu donnes à l'Église est toujours destiné à l'homme faible et exposé aux conséquences de sa faiblesse. Et pourtant, Tu ne renonces jamais à cet Amour qui relève l'homme et L'Église en imposant à l'un et à l'autre des exigences précises.

25 mars 1982

Boîte à idée

Aujourd'hui, je décide d'un moment pour faire un examen de conscience sérieux et aller me confesser.

Texte extrait du hors série de Carême 2009, du magazine « Il est Vivant! »

Pour recevoir chaque jour par e-mail la méditation du jour,

abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.