Odile_Ste_1

Sainte Odile

Sainte Patronne de l'Alsace

662-720

Fête le 14 décembre


Le plus ancien document sur la vie de sainte Odile est un parchemin du X° siècle où un moine a noté ce que la tradition orale transmettait depuis près de deux cents ans, au Mont Saint Odile qui domine la plaine d'Alsace. Au temps du roi mérovingien Childeric II, Aldaric, troisième duc d'Alsace, père de sainte Odile, tient sous son empire toute la vallée du Rhin, de Strasbourg à Bâle. Aldaric est un chrétien sincère, mais il s'arrache avec peine aux coutumes barbares, ses réactions sont impulsives et même dangereuses : pas de pardon pour qui l'offense. En 660, alors qu’il attendait avec impatience la naissance de son fils premier-né, lui naquit une petite fille aveugle. Son premier réflexe fut de vouloir la tuer, mais devant les pleurs de sa femme, Béreswinde, il accepta de lui laisser la vie à condition que le bébé disparût aussitôt. Béreswinde, bouleversée, se mit en quête d'une nourrice. Odile fut emmenée à Scherwiller, à une trentaine de kilomètres d'Obernai. Devant le beau linge du bébé et les soins particuliers dont il était entouré, les langues allaient bon train. Bientôt Odile ne fut plus en sécurité chez la nourrice et, à un an, dut reprendre la route pour Baume-les-Dames, près de Besançon, où elle franchit les portes d'un monastère. Pendant toute son enfance, Odile était entourée du silence et de la paix des moniales qui essayaient de lui faire oublier sa cécité : elle apprit à se diriger seule dans le cloître, à reconnaître les appels de la cloche, à chanter par cœur les offices, faisant la joie de ses mères adoptives. L'évêque Ehrhardt de Ratisbonne arriva un jour au monastère pour, dit-il, baptiser la petite aveugle. Devant la communauté, Ehrhardt prononça les paroles sacramentelles : « Odilia Je te baptise au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. » Odilia veut dire : soleil de Dieu. Au moment où l'eau coula sur son front, Odile ouvrit les paupières... elle voyait ! Après la guérison, l’évêque fit avertir Aldaric qui n'eut aucun geste de repentir. Il avait maintenant quatre fils et une fille, sa fille aînée était oubliée. Odile demeura donc à Palma chez les religieuses qui lui apprirent aussitôt à écrire et à lire dans les livres saints. La souffrance et la cécité l'avaient mûrie : elle faisait preuve d'une force d'âme et d'un détachement extraordinaires. Au fur et à mesure que les mois passaient, Odile sentait grandir en elle le désir de connaître sa famille. Certains voyageurs qui s'arrêtaient au monastère lui avaient déjà parlé de son frère Hugon qu’ils disaient aimable et généreux. Par l'intermédiaire d'un pèlerin, Odile lui fit parvenir une lettre qui émut Hugon au point qu’il osa affronter son père. L'heure du pardon n'avait pas encore sonné, Aldaric ne voulait pas revoir sa fille mais Hugon écrivit cependant à sa sœur de venir au château, pensant que la vue d'Odile ferait tomber la colère de son père. Hélas, à l'arrivée de sa fille aînée la colère d’Aldaric redoubla : il frappa Hugon qui mourut des suites des blessures. Ce fut le dernier accès de colère du terrible barbare qui, désespéré par la mort de son fils préféré, installa sa fille à Honenbourg et assura sa subsistance. Odile eut la patience de vivre ignorée des siens et se contente de ce que lui donnait son père qu'elle n'osait plus affronter. Elle ne vivait que pour les pauvres avec qui elle partageait ses maigres ressources. Peu à peu Aldaric se transforma et offrit à Odile le Honenbourg et toutes ses dépendances à condition qu'elle priât pour lui. La jeune fille humiliée va devenir la célèbre Abbesse représentée par les statues et les tapisseries. Son cœur profond, son austère vertu, sa grande charité attirèrent plus de cent trente moniales et la plupart des membres de sa famille. Les travaux commencèrent rapidement pour transformer le Honenbourg en un monastère. Odile qui est une âme d'oraison, couvrit de chapelles tout le sommet de la colline dont la première fut dédiée à Notre-Dame, puis une autre à saint Jean-Baptiste qu'Odile vénérait particulièrement depuis son baptême. Un soir, la moniale chargée d'appeler ses compagnes pour l'office fut éblouie par une violente clarté : Odile conversait avec saint Jean-Baptiste. De jour, de nuit, par petits groupes qui se succédaient, les moniales chantaient sans cesse la louange de Dieu. L'Abbesse était la plus ardente à la prière ; elle aimait la mortification, mais elle était sage et prudente pour ses filles. Peu de temps après la construction du monastère, Aldaric mourut. Avertie par une vision, Odile le sut en Purgatoire et se mit en prière jusqu'à ce que Notre-Seigneur lui apparût pour lui apprendre l'entrée de son père en Paradis. Une chapelle, dite des larmes, se dresse encore aujourd'hui sur la terrasse du couvent ; la tradition assure qu'une pierre creusée par les genoux de la sainte existe encore devant le maître-autel. Le Honenbourg était le refuge des pauvres, des malheureux, des malchanceux et des pèlerins qui savaient y trouver bon accueil. Un vieillard tomba en montant vers le monastère. Odile le rencontra un moment plus tard et, comme pour le soulager, il fallait de l'eau, Odile implora le secours de Dieu, frappa le rocher et une source jaillit et ne tarira jamais. Mais la preuve était faite que tous ceux qui désiraient du secours ne pouvaient parvenir au sommet de la colline. Un autre monastère fut construit en bas. Aucun des deux couvents ne voulait se passer de la présence d'Odile qui allait donc du cloître du haut à celui du bas. En chemin elle aidait les éclopés et les infirmes. De toutes parts on venait la voir car on savait que ses mains étaient bénies. Parfois lorsqu'elle pansait des blessés ou des lépreux, les plaies se fermaient et les douleurs s'apaisaient. Sa préférence allait aux aveugles en souvenir de son infirmité. Elle présidait tout, elle prévoyait tout et s'intéressait à chacun en particulier. Mais ses compagnes la voyaient de plus en plus lasse. Sentant la faiblesse la gagner, Odile se rendit à la chapelle Saint-Jean-Baptiste ; une dernière fois elle s'adressa à ses filles puis, à l'heure de l'office elle les envoya à l'église. Quand les moniales revinrent de l'office, Odile les avait quittées. Leur peine était grande d'autant plus que leur mère était partie sans avoir communié. Elles se mirent en prière et Odile revint à elle. Après les avoir réprimandées, l'Abbesse réclama le ciboire, se communia et quitta définitivement la terre, le 13 décembre 720.

086_001__2_

Hymne Acathiste à Sainte Odile


Kondakion 1


Tes pieux parents prièrent le ciel, afin qu'il leur accorde la grâce d'un enfant, mais lorsque tu vins au monde, déçu de n'avoir pas un fils et de te voir aveugle, ton père te considéra comme une malédiction et te chassa, mais nous nous écrions vers Dieu: Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Ikos 1


Tu fus transporté en un lieu éloigné, afin que ne puissent te voir ceux qui possédaient la vue, car t'ayant donné la vie, ils te refusèrent l'amour, ta mère te confia à la très sainte Mère de Dieu et au Christ, en leur sainte garde, tu fus sauvée pour que nous nous écrions:

Réjouis-toi, que Dieu mit à part dès la naissance,

Réjouis-toi, qui fus adoptée par le ciel,

Réjouis-toi, qui eus le Christ pour frère,

Réjouis-toi, qui eus pour mère celle des croyants,

Réjouis-toi, qui dès l'enfance reçus la protection d'en-haut,

Réjouis-toi, qui gardas les yeux fermés sur le monde cruel,

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 2


Pour ne pas provoquer l'ire de ton père, tu n'existas plus au monde qui l'entourait, et quand on parla de cette mystérieuse enfant noble, qu'élevait une amie de ta mère, celle-ci dut se résigner à t'éloigner plus encore et à te confier à Dieu auquel nous crions: Alléluia!


Ikos 2


Tu fus exilée au ciel sur la terre, confiée aux moniales de Baume, tu fus reçue avec joie, l'higoumène t'offrit sa maternelle affection, tu vécus ainsi au rythme de la louange de Dieu et respiras l'encens des psalmodies élevées vers Lui et nous te disons:

Réjouis-toi, qui fus élevée dans la prière,

Réjouis-toi, qui vécus bercée par les psaumes,

Réjouis-toi, qui connus l'Amour divin dès le berceau,

Réjouis-toi, qui ignoras le mal dès ton jeune âge,

Réjouis-toi, qui fus préservée dans le havre de Dieu,

Réjouis-toi, qui grandis dans le sacrifice de l'Amour,

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 3


Dès ton plus jeune âge tu fus instruite dans la foi, privée de la lumière du corps, tu reçus abondamment celle d'en-haut, venue dans le monde pour sauver les pécheurs qui reconnaissants s'écrient vers Dieu: Alléluia!


Ikos 3I


Si tu ne pouvais marcher sur les sentiers terrestres, ton cœur par la prière visitait le Royaume céleste, il s'ouvrait à l'Amour du Ressuscité, te disposait à la vertu et à la fidélité, nous émerveillant de ta sagesse précoce et de ta patience nous t'acclamons ainsi:

Réjouis-toi, petit enfant venu au Christ,

Réjouis-toi, colombe dans le temple de Dieu,

Réjouis-toi, offrande de l'innocence,

Réjouis-toi, sacrifice de pureté,

Réjouis-toi, louange agréable,

Réjouis-toi, vierge sage,

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 4


Saint Erhard, de Ratisbonne eut un jour une vision, Dieu lui demanda d'aller au monastère de Baume, pour y baptiser une servante du Christ aveugle, lui donner le nom d'Odile afin qu'elle recouvre la vue et s'écrie vers Dieu: Alléluia!


Ikos 4


Tu reçus la sainte illumination de l'Esprit à douze ans, et par une grâce divine, il te fut accordé de recouvrer la vue du corps, alors Saint Erhard bénit un voile qu'il posa sur ta tête, il annonça que Dieu te réservait encore des grâces merveilleuses et nous te clamons:

Réjouis-toi, qui vis la Lumière au jour de ton baptême,

Réjouis-toi, que Dieu montra au saint hiérarque,

Réjouis-toi, affermissement des baptisés,

Réjouis-toi, exemple de la grandeur des sacrements,

Réjouis-toi, espérance de bénédictions divines,

Réjouis-toi, réceptacle des miracles de Dieu,

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 5


Saint Hidulphe, frère de Saint Erhard ayant assisté au prodige, alla annoncer la bonne nouvelle à ton père pris de honte au souvenir de sa bassesse, celui-ci ne voulut point te faire revenir, il te laissa te fortifier dans la vertu et s'exclama vers Dieu: Alléluia!


Ikos 5


L'ardeur de ton zèle et la profondeur de ta dévotion te firent égaler en sagesse les moniales de Baume, toi qui n'avais pas prononcé de voeux sinon dans ton cœur et dans tes actes, admirant ton impeccable cheminement, nous te louons:

Réjouis-toi, triomphe de la vertu,

Réjouis-toi, joie de l'ascèse,

Réjouis-toi, pur élan vers Dieu,

Réjouis-toi, vivante oraison,

Réjouis-toi, oblation discrète,

Réjouis-toi, spiritualité incarnée,

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la Guérison!


Kondakion 6


Dieu avait béni ton père lui donnant quatre fils et une autre fille, ayant entendu parler d'Hugues ton frère, tu voulus le connaître et tu lui écrivis pour qu'il intercède auprès de votre père afin qu'il accepte ton retour ayant reconnu ta grande tendresse et ton élévation spirituelle Hugues accepta et chanta vers Dieu: Alléluia!


Ikos 6


Ton père ne voulut pas accepter les supplications éloquentes de ton frère, alors Hugues pensant que ta seule présence le convaincrait, t'appela auprès de lui, tu fis tes adieux à Baume et te mis en chemin vers la tendresse du foyer familial abimée dans la prière admirant ton esprit de pardon et ta longanimité, nous te disons:

Réjouis-toi, qui voulus honorer ton père et ta mère

Réjouis-toi, qui revins aux lieux de ton malheur

Réjouis-toi, qui sus pardonner

Réjouis-toi, douceur de la longanimité

Réjouis-toi, paradigme de la charité

Réjouis-toi, modèle de l'amour filial et fraternel

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 7


Lorsqu'il te vit ton père fut irrité, il frappa ton frère pour sa désobéissance, mais tu te jetas à ses pieds et lui baisas les mains et t'ayant embrassée, il oublia son courroux et t'accueillit et ton cœur chanta vers Dieu: Alléluia!


Ikos 7


Ta mère baisa tes yeux pour lesquels ton père te rejeta par lesquels le Père Céleste manifestas Son amour et Sa grâce en toi, tu réintégras la tendresse paternelle car ta douceur, la simplicité de ta vie et ta charité surent mieux que les mots le convaincre, que cette grâce d'une vie exemplaire nous soit donnée à nous qui te disons:

Réjouis-toi, réconciliation en Christ

Réjouis-toi, réceptacle de la concorde

Réjouis-toi, simplicité de l'âme en Dieu

Réjouis-toi, précieux joyau de la fraternité

Réjouis-toi, trésor de bonté

Réjouis-toi, douce persuasion de la faiblesse

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 8


Ton père voulut par l'hymen te procurer la richesse du monde, instruit de ses projets, tu refusas le mariage car tu aspirais à la sainte solitude du monachisme, mais l'appel de Baume qui avait retenti dans ton cœur, il ne le voulut point entendre et tu supportas l'épreuve dans la prière criant à Dieu dans tes larmes : Alléluia!


Ikos 8


Tu ne voulus pour époux que le Seigneur Christ, pour ce faire tu repris secrètement le chemin de l'exil déguisée en mendiante, tu traversas le Rhin, et découvrant un havre de solitude écarté, tu vécus loin du monde, devant ta résistance aux mirages de gloire mondaine, avec ferveur nous te crions:

Réjouis-toi, épouse du Christ

Réjouis-toi, amante de la vie monastique

Réjouis-toi, zélatrice de la sainte solitude

Réjouis-toi, rempart des moines et des moniales

Réjouis-toi, affermissement des vocations

Réjouis-toi, bastion inexpugnable de l'Esprit

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 9


N'ayant pu briser ta détermination, ton père accepta ta vocation sainte, il te donna un château pour que tu puisses comme tu l'entendais organiser un monastère de vierges qui sans cesse s'écrieraient vers Dieu: Alléluia!


Ikos 9


Ta communauté reçut les meilleures enfants du pays, tu offris au Christ des églises et chapelles innombrables, où abeilles saintes, les moniales offraient comme du miel, leurs prières, leur ascèse et leur vie toute entière, instruites par ta vie, comme elles nous t'acclamons:

Réjouis-toi, architecte des églises de Dieu

Réjouis-toi, direction spirituelle des ascètes

Réjouis-toi, conductrice de la prière

Réjouis-toi, fierté du monachisme

Réjouis-toi, orgueil de l'oraison

Réjouis-toi, havre de vie spirituelle

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 10


Voulant sans cesse te remémorer la Sainte Trinité, tu plantas trois tilleuls près de ton monastère, et tu dédias tes églises et chapelles à la Très Sainte Mère de Dieu, à la Sainte et Vivifiante Croix et à Saint Jean-Baptiste élevant vers Dieu ta sainte voix pour dire: Alléluia!


Ikos 10


L'oratoire du saint Prodrome et Baptiste Jean, tu le construisis pour honorer le jour de ton saint baptême, Dieu te bénit encore abondamment car il envoya vers toi le saint Apôtre Pierre et une milice céleste pour le consacrer, c'est dans cette chapelle que tu fus déposée pour que nous puissions te chanter:

Réjouis-toi, qui fus digne des hôtes célestes

Réjouis-toi, qui reçus l'Apôtre Pierre ici-bas

Réjouis-toi, ange dans la chair

Réjouis-toi, initiée de la grâce

Réjouis-toi, bénédiction tangible

Réjouis-toi, pilier de l'Eglise

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 11


Menant une dure vie d'ascèse , tu passais tes nuits en vigiles orantes, ne t'accordant repos que sur une grossière peau d'ours, vivant cette vie dure, tu voulus adoucir celle des pèlerins des sanctuaires voisins, tu fis construire pour eux un hospice et une église dédiée à Saint Nicolas, ce dont ils rendirent grâces à Dieu, disant : Alléluia!


Ikos 11


Attirés par ton exemple splendide et joyeux tes parents résolurent dans leur vieil âge de consacrer leurs derniers jours à Dieu, ils voulurent L'attendre en la sainte compagnie des solitaires consacrées au Christ et dans tes bras tu les remis au Père des Lumières, après qu'ils se fussent retirés du monde pour te rejoindre, inspire-nous à nous aussi de saintes résolutions, tandis que nous te disons:

Réjouis-toi, exemple de sainteté

Réjouis-toi, modèle de vie parfaite

Réjouis-toi, inspiratrice des saintes décisions

Réjouis-toi, borne lumineuse sur le Chemin

Réjouis-toi, écho de l'harmonie céleste

Réjouis-toi, rayon du soleil spirituel

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 12


Tu soignas les malades avec amour sans discontinuer, tu embrassas même un lépreux devant lequel tu avais d'abord reculé, trouvant sur le chemin un blessé et n'ayant pas d'eau, tu frappas un rocher et ta foi en Christ en fit jaillir de l'eau, devant ta grande confiance en Dieu, nous nous écrions vers Lui: Alléluia!


Ikos 12


Cette fontaine que tu fis jaillir tel Moïse dans le désert, elle fut source de guérisons innombrables et l'eau salutaire qui en jaillit continue de manifester la ferveur de ta prière en guérissant ceux qui t'acclament ainsi:

Réjouis-toi, intercession efficace devant le Roi de gloire

Réjouis-toi, guérison des multitudes

Réjouis-toi, espérance des sans-espoirs

Réjouis-toi, baume sur les plaies

Réjouis-toi, miracle de l'amour du Christ

Réjouis-toi, délivrance de la cécité

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 13


Tu connus l'heure de ton trépas et l'annonças à tes moniales priant pour toi, elles virent un ange t'apporter la Sainte Communion, et lorsque tu fermas tes yeux pour les ouvrir à la Lumière céleste, c'était la fête de Sainte Lucie, ton corps exhala un parfum suave qui embauma leur prières tandis qu'elles chantaient Alléluia!


Ikos 1


Tu fus transporté en un lieu éloigné afin que ne puissent te voir ceux qui possédaient la vue, car t'ayant donné la vie, ils te refusèrent l'amour, ta mère te confia à la très sainte Mère de Dieu et au Christ, en leur sainte garde, tu fus sauvée pour que nous nous écrions:

Réjouis-toi, que Dieu mit à part dès la naissance

Réjouis-toi, qui fus adoptée par le ciel

Réjouis-toi, qui eus le Christ pour frère

Réjouis-toi, qui eus pour mère celle des croyants

Réjouis-toi, qui dès l'enfance reçus la protection d'En Haut

Réjouis-toi, qui gardas les yeux fermés sur le monde cruel

Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Kondakion 1


Tes pieux parents prièrent le ciel afin qu'il leur accorde la grâce d'un enfant, mais lorsque tu vins au monde, déçu de n'avoir pas un fils et de te voir aveugle, ton père te considéra comme une malédiction et te chassa, mais nous nous écrions vers Dieu: Réjouis-toi, Sainte Odile par qui le Christ nous accorde la guérison!


Prière à Sainte Odile


Sainte Odile, toi qui connus dès l'enfance l'abandon et les épreuves, mais qui vécus depuis ton plus jeune âge dans la prière et l'ascèse, toi qui recouvras la vue en recevant la sainte illumination du baptême et qui consacras ta vie à soulager la misère spirituelle, matérielle et physique de tes frères et soeurs, prie le Christ notre Dieu de nous accorder par tes saintes supplications, le renouvellement de notre vue afin que nos yeux, renonçant au péché s'astreignent à ne contempler que Sa pure gloire, que notre corps purifié soit mis à Son service, que notre esprit soit lavé ainsi que notre âme de ses péchés, afin que nous soyons dignes de participer à l'avènement de son royaume. Amen.


Acathiste composé par Claude Lopez-Ginisty à la gloire de Dieu et de sa sainte moniale Odile

arton137

Téléchargez le texte de l'Hymne Acathiste à Sainte Odile (pdf) en cliquant ici