25 août 2009

Le Serviteur de Dieu André Sheptytsky

587_001

Le Serviteur de Dieu André Sheptytsky

Né le 29 juillet 1865 à Prylbytchi dans l'ouest de l'Ukraine

Décédé le 1er novembre 1944


Il fut un moine de noble origine, un savant et un professeur bien doué, un prédicateur et un missionnaire inspiré, un écrivain de génie. C'était un organisateur et un administrateur habile, un fondateur et un réformateur d'ordres religieux, de congrégations et de plusieurs instituts de Charité, de bien-être, d'enseignements, de culture et d'avancement religieux. Très attentif aux divines inspirations de la grâce, il était d'un naturel profondément ascétique. Il jouissait de dons mystiques extraordinaires. Cet homme d'une oraison continuelle se fit le propagateur de la Communion fréquente, le restaurateur de la tradition du Rite oriental et le défenseur acharné de la Justice sociale et politique. Injustement arrêté, il passa trois ans dans les prisons de Russie (1914-1917). Durant sa vie, il fut tracassé par les puissants du monde. Il demanda au Pape la permission de s'offrir comme victime et martyr pour la cessation des souffrances affligées à son peuple. Deux fois, il visita l'Amérique du Nord pour venir en aide aux âmes abandonnées. C'est à lui que l'on doit l'établissement de la hiérarchie Catholique Ukrainienne au Canada. L'idée dominante de sa vie, pourrions-nous dire, fut la propagation et le rétablissement de l'Unité de l'Église. Plusieurs de ses plans pour cette Unité ont été entravés par des situations historiques défavorables; mais cela n'a diminué en rien sa grandeur d'âme. Peut-être, cela n'a servi qu'a augmenter cette grandeur. Il ne se découragea jamais, sa confiance en Dieu resta toujours inébranlable. « Que tous soient un »: cette passion brûlante de son cœur ne se refroidit jamais; mais inspira toujours son apostolat. C'était encore un supérieur humble mais énergique, un apôtre sans répit. Il était ami de la jeunesse. Evêque de Kammenetz Podolsk, Archevêque de Lwiw, Métropolite de Halitch, plusieurs fois loué par le Souverain Pontife. Humainement il fut un génie, surnaturellement un véritable enfant de Dieu.


Prière pour obtenir la glorification du Métropolite André Sheptytsky

promoteur de l'Unité des Églises


O Seigneur Jésus-Christ, qui par l'opération de miracles et leur vie admirable, avez daigné honorer vos fidèles serviteurs, nous Vous supplions par l'intercession de Votre Mère élevée au Ciel, de glorifier aussi par l'opération de signes extraordinaires et de miracles, votre fidèle serviteur André-Romain Sheptytsky qui fut durant toute sa vie promoteur de l'union des Églises. Nous Vous demandons, pour le rayonnement de Votre Gloire, l'exaltation de Votre Nom, le Salut des âmes et la splendeur de Votre Église, actuellement persécutée dans son ancien troupeau, qu'il soit, par Votre Puissance, élevé au rang des Bienheureux. Ainsi soit-il.


« Son nom sera toujours en bénédiction dans l'Église de Dieu qui se rappellera sans cesse son zèle ardent pour le Salut des âmes et son courage intrépide et généreux... » (Vénérable Pie XII, le 17 octobre 1952)


« Je veux faire tout ce qui me semble utile à mon troupeau. » (Métropolite André)


Avec l'Approbation Ecclésiastique, le 2 décembre 1958

Téléchargez le texte de cette prière (pdf) en cliquant ici


La Servante de Dieu Victoire Brielle

798_001

La Servante de Dieu Victoire Brielle

La Sainte de Méral

1815-1847


Victoire Brielle, dite "la Sainte de Méral", naît le 31 janvier 1815 au Cormier, à Saint Poix, petit village de la Mayenne, région marquée par l'insurrection des Chouans. Ses parents sont d'anciens métayers devenus laboureurs et très attachés au catholicisme. Peu de temps après la naissance de Victoire, ils s'installent à la Grihaine, une ferme de Méral. Pieuse, d'une foi ardente et éclairée par l'Evangile, Victoire Brielle décide d'entrer en religion, d'abord chez les Bénédictines de Craon (1833) puis chez les Soeurs d'Evron (1835). Mais en raison de sa santé fragile, Victoire doit renoncer à la vie religieuse. Revenue parmi les siens, elle mène une vie simple, rythmée par la messe quotidienne. Elle raccomode les vêtements des humbles et des pauvres. Elle meurt à son rouet le 29 avril 1847, à l'âge de 32 ans. Huit jours auparavant, elle avait annoncé sa mort prochaine. Le 20 août 1866, près de vingt ans après l'inhumation en pleine terre au cimetière de Méral, le fossoyeur découvre le cercueil et le corps absolument intact de Victoire Brielle. A la demande du curé, le corps est à nouveau mis en terre. Nouvelle exhumation le 3 octobre 1866 : le corps désormais momifié est formellement reconnu par le père et l'un des frères de Victoire Brielle. La tombe de la "Sainte de Méral" devient rapidement un lieu de pèlerinage. Les restes de Victoire Brielle reposent aujourd'hui dans le caveau de la chapelle St Joseph, édifiée à Méral en 1882-1884. Plusieurs guérisons par l'intercession de Victoire Brielle ont été étudiés, dont la guérison de Madame Louveau épouse Hubert (faits remontant à 1938-1939). Mgr Bille, évêque de Laval (1984-1995), met en place une Commission d'enquête pour ouvrir un procès de béatification. Le 14 décembre 1996, Mgr Maillard, son successeur, communique une notification, émanant de la Congrégation pour la Cause des Saints à Rome, lui assurant que pour le Saint Siège, rien ne fait obstacle à ce que la cause de Victoire Brielle, Servante de Dieu, soit poursuivie. Le Procès canonique diocésain (trois volumes) est déposé à Rome le 19 décembre 1997.


Bibliographie

"La Vie de la Servante de Dieu, Victoire-François Brielle. Méral 1815-1847" par le Chanoine Constant Tonnelier, Paris, Pierre Tequi, 2001.


Paroles de la Sainte de Méral


"Puisque Dieu ne m'a pas jugée digne de la vie religieuse, je dois faire mon salut dans la vie commune."


"Père, pardonnez-moi le chagrin que je vous fais sans pouvoir parvenir à rien."


"Je n'ai pas besoin de dormir, je me fatiguerai au lit. Je t'en prie laisse-moi prier".


"Le jeûne, cela ne me gêne pas et je dois faire pénitence".


"Il faut bien souffrir un peu".


"Je vous apporte à boire aujourd'hui. Dans huit jours, je ne vous en apporterai plus, je serai morte".


Prière pour obtenir la glorification de Victoire Brielle


Seigneur notre Dieu, qui aimez Vous glorifier dans les âmes humbles et Douces, à l'image de Votre Divin Cœur. Nous Vous rendons grâce pour votre Servante Victoire Brielle, qui s'est complu à réaliser les choses ordinaires en les faisant extraordinairement bien, par amour pour Vous et pour les autres. Elle avait un profond amour pour Jésus, présent dans le Saint Sacrement, passant des journées entières à L'adorer. Elle avait aussi un attrait très prononcé pour la prière, qui guidait et rythmait ses journées et sa vie tout entière. Nous Vous demandons par son intercession, ce nous accorder un peu de cette Foi, de cette confiance et de cet amour qu'elle avait pour Vous et pour son prochain, pour qu'à sa suite, nous parvenions à la Sainteté, but ultime de notre vie de chrétiens. Nous vous demandons aussi, si telle est Votre Volonté de daigner l'élever dans la Gloire de Votre Eglise en nous accordant les faveurs que vous sollicitons par son intercession(...) Nous Vous le demandons aussi par l'intercession de la Marie, que Victoire à tant aimé sur cette terre. Amen.


Relations de grâces

Evêché de Laval

27, rue du Cardinal Suhard,

B.P. 1225

53012 Laval Cedex

internet http://diocese-laval.cef.fr

Notice biographie que Victoire Brielle, cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-492511.html