26

Les 15 jeudis de Sainte Rita

Prière préparatoire


Au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen.


O Seigneur, dont la puissance remplit le Ciel et la terre, je crois que Vous êtes près de moi, en moi; et reconnaissant combien je suis petit devant vous, je Vous adore profondément et je Vous aime. Je Vous remercie des nombreuses grâces que Vous m'avez accordées, et de toutes celles que Vous préparez pour secourir ma faiblesse. Pardonnez les nombreuses faites que j'ai commises jusqu'ici. J'implore le secours de Votre Grâce pour rester fidèle aux promesses de mon Baptême que je renouvelle aujourd'hui. Vierge Marie, Saint du Ciel et spécialement vous, Sainte Rita, aidez-moi à accomplir cette démarche dans la Foi, afin d'obtenir Lumière et force pour atteindre mon Salut éternel. Amen.

Roccaporena___statua

Treizième jeudi

Dernier miracle: rose éclose en hiver


Après son pèlerinage Romain, Rita, nous l'avons vu, mena une vie de recluse, toute spirituelle. Elle souffrait beaucoup, mais elle savait offrir ses peines avec amour. Maintenant, il était inutile pour elle de les rechercher par des jeûnes et des pénitences corporelles, comme elle le faisait auparavant. Elle était devenue une vieille femme toute remplie de douleurs, n'avait plus qu'à accepter les épreuves qui se présentaient d'elles-mêmes, comprenant que c'était là la « bonne souffrance », celle qui fait participer tout chrétien à l'oeuvre de Rédemption du Christ. Elle pouvait dire avec Saint Paul: « Je trouve ma joie dans les souffrances que j'endure pour vous, et je complète ce qui manque aux tribulations du Christ en ma chair, pour son Corps qui les l'Église ». (Col 1, 24). Son dernier hiver sur une dure saison, comme on en rencontre à Cascia, parfois séparé du monde par d'immenses congères de neige. Une cousine vint la voir et lui demanda: « Que puis-je faire pour toi? - je voudrais une rose de mon petit jardin ». La cousine pense que Rita délire. Rentrée à Roccaporena, elle a déjà oublié cette demande quand passant par hasard près de l'ancien jardin de Rita, elle voit une rose toute rouge qui s'épanouit sur l'un des rosiers! Elle la cueille avec émotion et la porte à la malade. Un groupe de bronze, dans le petit jardin, commémore aujourd'hui cet événement. Chaque année, le 22 ami, on bénit des roses pour les porter aux malades, comme la cousine avait porté à Sainte Rita celle du rosier miraculeux. Une bouture a été plantée dans le jardin du Monastère, à Cascia. Depuis 5 siècles, rien n'a pu faire périr l'arbuste, qui est devenu un important buisson de roses pâles, très parfumées.


Méditation

L'onction des malades


La maladie et la souffrance ont toujours été parmi les problèmes les plus graves qui éprouvent la vie humaine. Dans la maladie, l’homme fait l’expérience de son impuissance, de ses limites et de sa finitude. Toute maladie peut nous faire entrevoir la mort. La maladie peut conduire à l’angoisse, au repliement sur soi, parfois même au désespoir et à la révolte contre Dieu. Elle peut aussi rendre la personne plus mûre, l’aider à discerner dans sa vie ce qui n’est pas essentiel pour se tourner vers ce qui l’est. Très souvent, la maladie provoque une recherche de Dieu, un retour à Lui. Souvent Jésus demande aux malades de croire (cf. Mc 5, 34. 36; 9, 23). Il se sert de signes pour guérir: salive et imposition des mains (cf. Mc 7, 32-36; 8, 22-25), boue et ablution (cf. Jn 9, 6 s). Les malades cherchent à le toucher (cf. Mc 1, 41; 3, 10; 6, 56) « car une force sortait de lui qui les guérissait tous » (Lc 6, 19). Ainsi, dans les sacrements, le Christ continue à nous « toucher » pour nous guérir. L’Église croit et confesse qu’il existe, parmi les sept sacrements, un sacrement spécialement destiné à réconforter ceux qui sont éprouvés par la maladie: l’Onction des malades: « Par l’Onction sacrée des malades et la prière des prêtres, c’est l’Église toute entière qui recommande les malades au Seigneur souffrant et glorifié, pour qu’il les soulage et les sauve; bien mieux, elle les exhorte, en s’associant librement à la passion et à la mort du Christ à apporter leur part pour le bien du peuple de Dieu ».


(Catéchisme de l'Église Catholique, § 1500, 1501, 1504, 1511, 1499)


Prière

Prière du malade


Je suis malade, Seigneur, Vous le savez. Quand je tourne en rond, la mort dans l'âme, dans cette salle des pas perdus de ma vie, et que je n'en vois pas l'issue, venez à ma rencontre, Seigneur, ne me laissez pas, le cœur en désarroi. Que le bruit de vos pas s'approchant de moi me redonne un peu de confiance en moi et surtout en vous. Amen.


Prière finale


Accablé sous le poids de la douleur et de l'angoisse, je viens à vous, ô glorieuse sainte Rita. On vous appelle la Sainte des causes impossibles ou désespérées. C'est pourquoi je vous supplie de me délivrer des maux et des peines qui m'accablent et de me rendre le calme et la joie. J'ai pleine confiance en votre puissante intercession auprès de Dieu. Si mes péchés sont un obstacle à l'accomplissement de mes désirs, obtenez-moi de Dieu la miséricorde et le pardon ainsi que les grâces nécessaires afin de ne plus retomber dans le mal. Daignez, ô Sainte très bonne et très compatissante, répondre à la confiance que j'ai en votre pouvoir et je ferai connaître partout votre bonté envers les affligés qui vous invoquent. Ô glorieuse sainte Rita, admirable épouse de Jésus crucifié, priez pour moi et venez à mon secours dans toutes mes nécessités. Amen.

saint_rita_of_cascia_02