30 mai 2010

Les 12 Lundis de l'Enfant Jésus 4/12

649_001

Les Douze Lundis de l'Enfant Jésus

Quatrième Lundi

Le Mystère de l'Incarnation accompli dans le Sein de la Très Sainte Vierge

« Pour nous donner un Dieu Enfant, Dieu nous a donné une Vierge Mère ». (M. Olier)

Prière d'ouverture

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit

I. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire. Pour mon salut et pour celui de tout le monde, le mystère de la naissance de notre Divin Rédempteur.

Gloire au Père

II. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, les souffrances de la très Sainte Vierge Marie et de saint Joseph, dans le long et pénible voyage de Nazareth à Bethléem, et l’angoisse de leur Cœur de ne pas trouver où se mettre à couvert, alors qu’était sur le point de naître le Sauveur du monde.

Gloire au Père

III. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, la crèche où naquit Jésus, le foin qui lui servit de lit, le froid qu’il souffrit, les langes qui l’enveloppèrent, les larmes qu’Il versa et ses tendres vagissements.

Gloire au Père

IV. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, la douleur que ressentit le Divin Enfant dans son tendre Corps, quand Il le soumit au cruel couteau de la circoncision: je Vous offre le Sang Précieux qu’Il répandit alors une première fois pour le salut de tout le genre humain.

Gloire au Père

V. — Père Eternel, je vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, l’humilité, la mortification, la patience, la charité, toutes les vertus de l’Enfant Jésus, et je Vous remercie, je Vous aime et je Vous bénis infiniment pour cet ineffable Mystère de l’Incarnation du Verbe.

Gloire au Père

V. Le Verbe s’est fait chair.

R. Et Il a habité parmi nous.

Prions

Ô Dieu, dont le Fils unique a paru en ce monde dans la substance de notre chair, faites, nous Vous en supplions, que L’ayant reconnu extérieurement semblable à nous, nous méritions d'être intérieurement réformés par Lui, qui vit et règne avec Vous dans les siècles des Siècles. Ainsi Soit Il.

374_001

Considérations

Adorons le Verbe éternel qui s'unit à notre humanité et qui naît dans le temps au sein de sa Mère, comme Il naît dans l'éternité au sein de son Père: en sorte que nous pouvons dire que sa génération temporelle est une image de Sa génération éternelle. Car Il naît parfait en un moment, et d'un seul principe humain, comme d'un seul principe divin; Il naît de la substance de Sa Sainte Mère, sans que la perfection et l'intégrité de celte Vierge privilégiée en éprouve nul dommage, comme le Père, qui le produit de Sa Divine Substance, n'en souffre aucune diminution. Bénissons Dieu qui laisse paraître sa suprême grandeur dans la plus extrême petitesse: qui, pour naître enfant, ne laisse pas de naître en Dieu, et qui, voulant avoir une mère, se l'est choisie d'une manière toute divine. Puis, considérons que, en cette naissance, Dieu ne donne pas seulement l'être et la vie à Son Fils comme Créateur et comme Dieu, ainsi qu'il arrive pour la production des autres hommes; mais qu'il les lui donne comme Père, première Personne de l'auguste Trinité, et principe sans fin de la Personne du Verbe. La sainte Vierge, dans cet adorable mystère, produit miraculeusement de son sang une humanité; mais c'est de Dieu le Père que vient à cette humanité l'union divine et hypostatique qui fait de l'Homme-Dieu une Personne infinie: si bien que, pendant le pèlerinage de ce monde, le Fils humilié de Marie conserve avec le Père, qui lui est égal dans les cieux, ses éternelles relations. Oh! que Dieu est bien plus admirable en cette divine production du Verbe fait chair, notre Sauveur, que nous ne sommes capables de le comprendre! Adorons toute la divinité coopérant à ce grand ouvrage de l'Incarnation. Le Père donne son Fils, lequel naît aussi de la sainte Vierge: les trois Personnes, comme un seul Dieu, unissent le Verbe avec l'humanité; le Verbe s'incarne, sort du Père, vient au monde, s'anéantit et prend la forme de serviteur; le Saint-Esprit, comme Sanctificateur et comme Amour substantiel, prépare l'âme et le corps de la sainte Vierge, la remplit de grâce et de pureté, lui communique les dons les plus merveilleux pour former en elle la chair adorable de l'Homme-Dieu, et rend sa fécondité aussi chaste et aussi sainte que celle des autres mères est profane et terrestre. Bénissons le Divin Enfant de ce qu'Il a de si augustes principes: concevons une haute et incomparable estime de sa grandeur, en considérant la majesté du Très-Haut qui couvre de Son ombre sa sainte Mère, le Fils de Dieu qui devient Fils de l'homme, le Saint-Esprit qui se répand avec sa vertu immense dans l'âme et le sein de la Vierge immaculée, et qui fait ainsi de Marie le chef-d'œuvre de la bonté de Dieu, de sa puissance et de sa sainteté. Apprenons que ce Divin Enfant veut être formé en nous par les mêmes principes. C'est la Bonté et la Miséricorde infinie du Père qui nous rend des hommes nouveaux: c'est ce même Père qui nous transfère de la racine d'Adam en celle de son Fils bien-aimé; c'est le Verbe divin qui nous entre en Lui-même et qui nous rend ses membres vivants; c'est le Saint-Esprit qui répand en nous la vie de ce Chef; et il faut que des âmes deviennent saintes et pures comme celle de Marie pour que cette divine Naissance s'accomplisse en nous.

Adorons le Verbe éternel tout formé et tout animé au moment de sa conception, se faisant non seulement homme, mais le plus petit des hommes. Adorons-le se rendant non-seulement petit, mais faible et mortel, et sujet à toutes nos douleurs: ce que l'Ecriture exprime en disant que le Verbe a été fait chair. Adorons-le privé, par conséquent, de la gloire de son corps et de la majesté de Fils de Dieu. « Adorons-Le enfin fait péché, comme dit saint Paul, et malédiction pour nous » (Galat, 3,13.), prenant sur lui, dès le premier moment de sa vie, la dette de tous les pécheurs, se rendant l'objet de la sévérité de Son Père, se destinant à la pénitence, à la persécution et au supplice. Admirons cette incompréhensible humilité et cet Amour infini; entrons par ce Divin Enfant dans la connaissance de notre bassesse; acceptons avec lui d'être traités comme nos péchés le méritent, et de vivre dans l'abjection à laquelle Il s'est résigné en acceptant notre place.

Adorons la plénitude de la Divinité qui réside en ce saint Enfant; de sorte qu'Il est aussi véritablement Dieu qu'Il est véritablement homme, et que non seulement Son Esprit, mais toute Son Humanité est unie avec Dieu plus étroitement que le corps n'est uni en nous avec l'âme. « En lui, dit saint Paul, habite la Divinité dans toute sa plénitude ». (Coloss., 2. 9). Mais, remarque l'apôtre, de cette plénitude de la Divinité découle toute autre plénitude; plénitude de gloire, de puissance, de lumière, de vertu, plénitude de toute grâce et de 'toute sanctification possible pour unir à Dieu toutes sortes de créatures: Oui, il a plu au Père, que toute plénitude habitât en lui. (Col. 1, 1 9.) Reconnaissons-le donc pour notre Dieu, notre Maître, notre Rédempteur, notre Exemplaire, notre Vie, notre Voie, notre Victime, notre Nourriture, notre Gloire, en un mot, pour notre Tout: Omnia et in omnibus Christus.

Prière

Verbe éternel, qui, dans Votre Personne adorable, avez réuni les deux extrémités de la grandeur et de la petitesse; qui non-seulement Vous êtes fait homme, mais le plus petit de tous les hommes; qui êtes immense dans le sein du Père et comme réduit au néant dans celui de votre Mère: donnez a notre cœur, où l'orgueil est infini, le sentiment de Votre petitesse et de Votre humilité; et pour nous élever à la gloire de vos grandeurs divines, faites-nous descendre avec vous jusqu'à la vraie bassesse de notre qualité de pécheurs ô Vous, qui vivez et régnez aux siècles des siècles. Ainsi soit-il.

3118535536_404bac661a_b

Chapelet de l'Enfant Jésus

On baise la médaille en disant: "Saint Enfant Jésus, bénissez-nous!" (50 jour d'indulgence, Pie X, 1909). On récite ensuite le Pater sur chacun des trois gros grains et l'Ave Maria sur chacun des douze petits grains en faisant précéder chaque Pater et chaque Ave de ces paroles: "Et le Verbe s'est fait chair, et Il a habité parmi nous."

On peut énoncer les mystères avant chaque Ave Maria.

1. L'Annonciation

2. La Visitation.

3. La Naissance.

4. L'Adoration des Bergers.

5. La Circoncision.

6. L'Adoration des Mages.

7. La Présentation au Temple.

8. La Fuite en Égypte.

9. Le Séjour en Égypte.

10. Le Retour de l'Égypte.

11. La Vie cachée à Nazareth.

12. Jésus au milieu des Docteurs.

313_001


Les 12 Lundis de l'Enfant Jésus 3/12

649_001

Les Douze Lundis de l'Enfant Jésus

Troisième Lundi

En l'honneur de l'oblation du Saint Enfant Jésus au Temple

Les parents de l'Enfant-Jésus le portèrent à Jérusalem, afin de faire pour lui selon la coutume établie par la loi. (Luc. 2. 22)

Prière d'ouverture

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit

I. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire. Pour mon salut et pour celui de tout le monde, le mystère de la naissance de notre Divin Rédempteur.

Gloire au Père

II. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, les souffrances de la très Sainte Vierge Marie et de saint Joseph, dans le long et pénible voyage de Nazareth à Bethléem, et l’angoisse de leur Cœur de ne pas trouver où se mettre à couvert, alors qu’était sur le point de naître le Sauveur du monde.

Gloire au Père

III. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, la crèche où naquit Jésus, le foin qui lui servit de lit, le froid qu’il souffrit, les langes qui l’enveloppèrent, les larmes qu’Il versa et ses tendres vagissements.

Gloire au Père

IV. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, la douleur que ressentit le Divin Enfant dans son tendre Corps, quand Il le soumit au cruel couteau de la circoncision: je Vous offre le Sang Précieux qu’Il répandit alors une première fois pour le salut de tout le genre humain.

Gloire au Père

V. — Père Eternel, je vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, l’humilité, la mortification, la patience, la charité, toutes les vertus de l’Enfant Jésus, et je Vous remercie, je Vous aime et je Vous bénis infiniment pour cet ineffable Mystère de l’Incarnation du Verbe.

Gloire au Père

V. Le Verbe s’est fait chair.

R. Et Il a habité parmi nous.

Prions

Ô Dieu, dont le Fils unique a paru en ce monde dans la substance de notre chair, faites, nous Vous en supplions, que L’ayant reconnu extérieurement semblable à nous, nous méritions d'être intérieurement réformés par Lui, qui vit et règne avec Vous dans les siècles des Siècles. Ainsi Soit Il.

Obrezaniye

Considérations

Adorons le divin Enfant-Jésus qui, avec Sa très Douce Mère, obéit à une loi, de laquelle Il est exempt, non-seulement par la dignité souveraine de Sa Personne, mais encore par la Sainteté merveilleuse de Sa Naissance, qui en exempte aussi la très Sainte Vierge. Apprenons de ces exemples à obéir volontiers dans les choses d'obligation, puisque le Fils de Dieu et sa sacrée Mère n'étant qu'en apparence assujettis à cette loi, s'y soumettent néanmoins jusqu'à paraître aux yeux du peuple comme des criminels, offrant un sacrifice pour le péché, dont Ils étaient parfaitement innocents. Divin Enfant, très Pure Vierge, Vous pouviez Vous retirer sur le champ en Egypte, et ne Vous point exposer dans Jérusalem à la colère d'Hérode. Mais nulle considération humaine ne peut Vous dispenser des offices publics de religion, d'obéissance, de piété, d'humilité; et Vous exposez plutôt Votre vie que de manquer au culte de Dieu le Père. Imprimez dans nos cœurs l'amour de la loi de Dieu et de tout ce qui appartient à son service.

Considérons qu'en ce jour se célèbre le plus saint et le plus auguste sacrifice qui ait jamais été offert dans le temple. La première action du Fils de Dieu et sa première sortie sont une image de ce qu'Il doit opérer mystérieusement sur nos autels durant tous les siècles. Sa première pensée dans sa conception a été de s'offrir en sacrifice, et Sa première sortie a pour but de publier devant tout le monde, au temple de Jérusalem, ce qu'Il n'avait fait que devant Dieu dans le temple de sa Sainte Mère; et ce qu'Il fait en ce temple figuratif est une figure et un projet de ce qu'il fait continuellement dans toute l'Eglise. Car au jour de la Purification, le Saint Enfant Jésus met la réalité de son corps dans ce temple matériel, qui n'en est que l'image; et dans l'image remplie de la réalité, Il offre à Dieu le Père Son Sacrifice, comme Il l'offre tous les jours sous les signes de l'Eucharistie. Divin Enfant, plein de Grâce et de Vérité, rendez-nous de vrais serviteurs de Dieu, Votre Père, et faites que nous sachions ne pas seulement Lui offrir le sacrifice de nos cérémonies extérieures, mais que par Vous, qui êtes la Vérité, et par Votre Saint Esprit, qui est la Source du pur Amour, nous L'adorions toujours, comme Il désire d'être toujours adoré.

Considérons que dans ce premier sacrifice, qui est le modèle de tous les autres, c'est la sainte Vierge qui fait l'offrande, pour apprendre, en premier lieu surtout, aux ministres de Jésus Christ quelle doit être leur chasteté, leur humilité et leur perfection; car n'ont-ils pas besoin d'être purs comme Celle qui a produit ce Dieu-Sauveur, une fois dans son sein, quand ils ont a Le produire eux-mêmes tous les jours à l'autel par les paroles de la consécration? N'ont-ils pas besoin d'être détachés des pensées de la terre, et des grâces même, et des consolations de la piété, à l'exemple encore de cette Vierge admirable, qui, après avoir donné l'être et la vie à Notre-Seigneur, avait le droit d'en désirer, d'en demander la possession comme son bien propre, et qui consentit néanmoins a l'abandonner généreusement, pour notre salut, a toutes les volontés du Très-Haut... Vierge sacrée, parfait modèle des prêtres, aidez-les tous, par le pouvoir que vous avez sur votre Fils, à devenir des saints, et les dignes ministres d'un sacrifice, qui a tant de rapports avec votre incomparable dignité de Mère de Dieu.

Considérons avec quel anéantissement intérieur, quelle soumission à Dieu, quelle reconnaissance de ses grâces, quel amour, quel dégagement de ses intérêts, la très Sainte Vierge a offert ce divin Fils pour être immolé sur la Croix. Et disons-nous que les dispositions de Marie doivent se trouver non-seulement chez tous les prêtres, mais encore chez tous ceux qui assistent à la Sainte Messe, puisqu'ils offrent véritablement le Saint Sacrifice avec le Prêtre. Très douce Vierge, obtenez-nous la grâce de faire amoureusement l'offrande sacrée de Votre Fils, et d'assister à ses saints mystères avec une profonde révérence et avec toutes Vos Vertus.

Adorons les pensées et les sentiments du saint Enfant Jésus en cette oblation. Il honore infiniment son Père, Il se dévoue a la mort pour protester de Son Infinie Majesté et pour satisfaire a Sa Justice; Il demande Miséricorde pour les hommes, Il s'offre pour accomplir toutes les lois qui ont été portées à l'égard des victimes et tout ce qui a été prédit de Lui et figuré dans les saintes Ecritures, dans le temple et dans la constitution du peuple juif. Divin Enfant, j'adhère de tout mon cœur et je me conforme à toutes les intentions de Votre Ame: en Vous je loue, je bénis et j'aime Dieu, Votre Père et le mien: je m'offre avec Vous pour Sa Gloire, et je veux entrer, pour le temps et pour l'éternité, dans Vos Saintes et Divines Intentions, et dans celles de Votre Sainte Mère.

Adorons le Divin Enfant qui a voulu que Son premier sacrifice fût célébré par la rencontre des prophètes avec Lui, Sa Sainte Mère et Saint Joseph. Les promesses sont accomplies pour Syméon et Anne; la vérité se trouve d'accord avec les prophéties; l'Ancien Testament, représenté par Syméon, atteint sa perfection par la présence de Jésus-Christ. Honorons la joie de ces saints qui ont vu ce divin Enfant; entrons dans l'amour de Syméon et de la pieuse Prophétesse; bénissons Dieu avec eux. Tout ce qu'il y avait de plus admirable au ciel et sur la terre était là.

Prière

Seigneur Jésus, qui avez voulu, dès votre Enfance, être présenté à Dieu Votre Père en qualité de Sa Victime, afin de témoigner que, dès le commencement de Votre vie, Vous aviez dessein de souffrir la mort; et qui avez obligé la très Sainte Vierge, dans cette offrande, à se purifier Elle-même, afin que les fidèles autant que les prêtres apprissent d'Elle qu'ils doivent être purs eux-mêmes, en travaillant à orner leur vie de la pratique de toutes les vertus; faites nous la grâce de nous anéantir assez, pour que nous devenions une même hostie avec vous, et que notre sainteté nous donne part à l'esprit de Votre Sacerdoce, ô Vous, qui vivez et régnez aux siècles des siècles. Ainsi soit-il.

374_German_Christ_the_King

Chapelet de l'Enfant Jésus

On baise la médaille en disant: "Saint Enfant Jésus, bénissez-nous!" (50 jour d'indulgence, Pie X, 1909). On récite ensuite le Pater sur chacun des trois gros grains et l'Ave Maria sur chacun des douze petits grains en faisant précéder chaque Pater et chaque Ave de ces paroles: "Et le Verbe s'est fait chair, et Il a habité parmi nous."

On peut énoncer les mystères avant chaque Ave Maria.

1. L'Annonciation

2. La Visitation.

3. La Naissance.

4. L'Adoration des Bergers.

5. La Circoncision.

6. L'Adoration des Mages.

7. La Présentation au Temple.

8. La Fuite en Égypte.

9. Le Séjour en Égypte.

10. Le Retour de l'Égypte.

11. La Vie cachée à Nazareth.

12. Jésus au milieu des Docteurs.

644_001

Bienheureuse Marie-Céline de la Présentation

Num_riser0029__3_

Bienheureuse Marie-Céline de la Présentation

Patronne et protectrice du blog Images Saintes

1878-1897

Fête le 30 mai

Sœur Marie-Céline de la Présentation est née à Nojals, le 23 mai 1978, près de Beaumont-en-Périgord, Jeanne Germaine Castang. Son père était issu d'une famille de propriétaires terriens et sa mère d'une famille de notaires. Cinquième de la famille, elle était très jolie, mutine, sensible et débrouillarde, ayant un fort caractère. Très vite, on la surnomma "la petite Maine". En 1882, Germaine a 4 ans. Avec quelques autres enfants du village, elle s'était aventurée dans l'eau froide du petit ruisseau proche de l'école. Après trois jours, sa jambe gauche se paralyse et peu à peu le pied se retourna complètement, très certainement sous l'effet d'une polyomélite. Elle ne put marcher que sur la cheville. Cette épreuve n'entama pas la foi et la piété de l'enfant. Les parents Castang élevaient leurs enfants dans l'amour de Dieu et du prochain. Les Sœurs de Saint-Joseph complétaient cette éducation. Germaine, malgré son jeune âge, se faisait déjà remarquer par sa dévotion à l'Eucharistie. Son père avait ouvert une épicerie-café dans le bourg de Nojals. L'affaire n'ayant pas marché, le père fut ruiné, et il dut quitter sa maison avec sa femme et ses enfants. Ils s'installèrent alors au lieu-dit Salabert, dans un abri délabré et insalubre où la santé de la famille allait se détériorer inexorablement. Leur misère était telle que Germaine dut parcourir le pays, allant d'une ferme à l'autre pour mendier de la nourriture, malgré sa plaie béante et purulente qui affectait sa jambe. Ne pouvant assurer la survie de sa famille, le père de Germaine se rendit à Bordeaux  pour  chercher du travail et loua une petite maison rue de Puységur. Au printemps 1890, toute la famille le rejoignit, quittant le logement insalubre de Salabert où trois des onze enfants avaient trouvé la mort. Deux autres mourront à Bordeaux de tuberculose et de malnutrition. En 1892, le père trouva du travail comme gardien d'un château à La Réole. Toute la famille se rendit à ce château, sauf Germaine qui resta à Bordeaux, où elle avait été hébergée par charité, dans une pension tenue par les sœurs de Marie-Joseph. C'est à Bordeaux qu'elle fut opérée du pied à l'hôpital des enfants. Elle apprit la couture et se prépara à la première Communion et à la Confirmation qu'elle reçut dans la Cathédrale de Bordeaux. Le 29 décembre 1892, sa mère mourut. Germaine vint prendre sa place auprès de son frères aîné Louis, gravement atteint par la tuberculose. Elle veilla sur lui jusqu'à sa mort le 6 février 1893, dormant sur le plancher de la chambre, où elle contracta certainement la maladie. Depuis sa jeune enfance, Germaine désirait devenir religieuse. Son premier souhait avait été d'entrer chez les Clarisses. Elle avait été refusée à cause de son handicap. Après la mort de sa mère, elle voulut rejoindre sa sœur Lucie dans la Congrégation de Saint-Joseph à Aubenas. Pour le même motif, elle ne put y entrer. De retour au pensionnat, Germaine reprit les travaux de couture tout en menant une vie de prière et de sacrifice qui édifiait son entourage. Au cours d'une promenade en compagnie d'une amie, cette dernière lui proposa de rendre visite à une Clarisse de sa connaissance. Elle reprit espoir de pouvoir devenir religieuse. La Mère supérieure et les religieuses discernèrent chez cette jeune fille, au-delà de son handicap, une âme d'exception. Elle fut admise dans la communauté de l'Ave Maria le 12 juin 1896. Elle prit l'habit le 21 novembre sous le nom de Sœur Marie-Céline de la Présentation. Malgré la tuberculose qui la minait, elle supportait la dure vie des moniales contemplatives dans un amour toujours croissant de Dieu, de ses sœurs, et de l'Eglise. Elle accueillit avec humilité et discrétion les manifestations surnaturelles qui lui furent accordées de l'amour de Dieu. Elle mourut le 30 mai 1897, à l'âge de 19 ans. Dès sa mort, elle se manifesta à de nombreuses personnes par des parfums. On la nomma "la Sainte aux parfums". La réputation de sa sainteté se répandit dans le monde entier. Elle fut déclarée vénérable le 22 janvier 1957. Sœur Marie-Céline, qui connut la misère, l'exclusion, le handicap et la souffrance jusqu'à sa mort, est un modèle pour tous ceux qui souffrent de maladie, handicap physique, pauvreté et exclusion sociale de nos jours. Elle qui écrivait avant de mourir à sa sœur: "Je meurs sans regrets et je te donne rendez-vous au ciel... Là haut, je n'oublierai personne". La cérémonie de béatification a eu lieu le dimanche 16 septembre 207 en la cathédrale Saint André de Bordeaux.

22396631_m

Prière pour demander la canonisation de la Bienheureuse Soeur Marie Céline

Seigneur Jésus;, c'est au nom de Votre prédilection pour les humbles, les petits et les pauvres, que nous Vous demandons la Canonisation de la Bienheureuse Marie-Céline, en Vous priant de réaliser en cela, une fois de plus, cette parole de Votre Divine Mère, en Son admirable Cantique: "Il élève les humbles!" O Jésus, nous Vous en supplions, si cela est pour Votre plus grande Gloire et le bien de nos âmes, daignez élever dans la Gloire des Saints de Votre Eglise, la Bienheureuse Soeur Marie Céline de la Présentation, et donnez-lui de venir à notre secours en nous obtenant les faveurs que nous sollicitons par son intercession. Amen.

811_001

Prière à la Bienheureuse Marie Céline

Bienheureuse Marie-Céline, fille de Nojals, toi qui au Ciel as promis de n'oublier personne, aide-nous à aimer Dieu plus que tout a marcher sur les chemins d'humilité, et ainsi à témoigner de la joie des coeurs qui cherchent Dieu. Amen.

15656592

Toutes les personnes ayant reçu des grâces par l'intercession de Soeur Marie-Céline sont invitées à se faire connaître auprès du

Comité pour la Cause de Soeur Marie Céline

Monastère Sainte Claire

2, avenue de La Rochelle

F-17137 Nieul sur Mer

http://lafranclaire.free.fr

31 mai, fête de la Visitation de la Sainte Vierge à sa cousine Elisabeth

visitation

La Visitation de la Sainte Vierge à sa cousine Elisabeth

Extrait des révélations de la Vénérable Maria d'Agreda

Fête le 31 mai


Dans la vision qu'elle eut après l'incarnation, la sainte Vierge connut que lé Seigneur avait pour agréable qu'elle visitât sainte Elisabeth, afin de sanctifier par la présence de son divin fils le précurseur qui allait naître. Elle conféra de ce voyage avec saint Joseph, qui offrit avec un grand respect de l'accompagner. Ils fixèrent le jour du départ, qui fut le quatrième après l'incarnation du verbe. Ils préparèrent les choses nécessaires, c'est-à-dire un âne que leur prêta un voisin , quelques fruits, du pain et quelques poissons et ils partirent de Nazareth, pour la maison de Zacharie, éloignée de quatre jours de marche par un chemin rude et pénible. La sainte Vierge se servait quelquefois du petit animal dans son voyage pour obéir à son époux, mais elle marchait souvent à pied. Elle pria plusieurs fois saint Joseph de se servir d~ la pauvre monture, mais le saint ne voulut jamais le faire. Ils restaient de longues heures en silence, la sainte Vierge chantait alors avec les anges visibles pour elle seule des hymnes au Très-Haut, saint Joseph s'entretenait avec Dieu dans l'oraison. ils s'occupaient ensuite à de saints entretiens dont le saint époux se sentait extraordinairement enflammé et pénétré; ne sachant d'où lui provenait cette grande ferveur, il voulut le demander à la sainte Vierge, mais il n'en eut pas le courage; la prudente Vierge ne voulut pas le lui découvrir, quoiqu'elle pénétrât son intérieur. Le voyage dura quatre jours pendant lesquels plusieurs miracles furent opérés l'un fut de rendre la santé à une fille malade. La reine de l'univers ordonna aux humeurs par le pouvoir suprême qu'elle avait sur les créatures, de se remettre dans leur état naturel. Les saints pèlerins arrivèrent enfin à Juda, c'était le nom de la ville où sainte Elisabeth habitait; elle fut détruite dans la suite, et il resta seulement cette maison qui devint un temple. Zacharie ne demeura pas toujours à Juda, mais aussi à Hébron, où il avait une maison, et il y mourut. Avant d'arriver à Juda, Joseph voulut prévenir Zacharie, mais sainte Elisabeth éclairée de l'esprit saint, était venue à la rencontre de la sainte Vierge avec quelques personnes de sa famille et la joignit aussitôt. La très-pure Vierge salua la première Elisabeth avec ces paroles : Le Seigneur soit avec vous ma cousine. Elisabeth répondit La mère du Très-Haut vient à moi! Que le Seigneur vous récompense d'être venue me donner cette consolation. Après ce salut, elles se retirèrent en particulier, et la mère de la grâce salua de nouveau, en disant : Dieu vous sauve, ma chère cousine, et sa divine lumière vous communique la grâce et la vie. A ces paroles, Elisabeth fut remplie de l'esprit saint, et éclairée intérieurement elle connut en un instant les plus hauts mystères. Lorsque Marie proférait les paroles déjà rapportées, Dieu regarda saint Jean, et lui accorda en ce moment le parfait usage de la raison, il le purifia du péché originel et le remplit de l'esprit saint. Dans le même temps saint Jean vit aussi le verbe incarné, les entrailles de Marie lui servant comme de cristal, et prosterné il adora le rédempteur du monde. Cette adoration produisit un tressaillement de joie du saint enfant dans le sein d'Elisabeth et ravie d'admiration de ces merveilles, les yeux fixés sur Marie elle dit les paroles rapportées par saint Luc: Vous êtes bénie entre toutes les femmes. Le jeune Baptiste comprit le sent de ces paroles. La sainte Vierge répondit d'une voix douce et modeste par le cantique Magnificat anima mea dominum. Elisabeth ensuite s'offrit elle-même et toute sa famille à la sainte Vierge pour la servir, et la pria d'accepter une chambre dont elle faisait usage pour prier le Seigneur. Marie accepta cette chambre avec un remerciement sincère et personne n'y entra désormais excepté sainte Elisabeth. La nuit arriva au milieu de leur doux entretien, la Vierge mère demanda en se retirant la bénédiction à Zacharie comme prêtre du Seigneur. Elle ne s'empressa pas de remédier à son état de mutisme, mais elle pria pour lui et lui porta une tendre compassion. Saint Joseph, après trois jours, demanda la permission de revenir à Nazareth, offrant de revenir au premier avis de sa sainte épouse. Après son départ, la sainte Vierge régla sa manière de vivre dans cette maison, et ce fut celle qu'elle observait à Nazareth. Elle faisait de ses mains les langes de l'enfant qui devait naître. Après une douce contestation, elle obtint de pratiquer l'obéissance, et qu'Elisabeth aurait le commandement. Elle s'occupa des ouvrages qui lui furent imposés de sa sainte cousine; tout ce que faisait la mère de sa sagesse, Elisabeth le gardait avec une grande vénération sans jamais l'employer pour aucun usage.

Dans la compagnie de la mère de Dieu, Elisabeth s'éleva à une très-haute sainteté, elle vit plusieurs fois la sainte Vierge entourée de splendeurs et soulevée de terre; en la voyant toute absorbée en Dieu, elle se prosternait devant elle pour adorer le verbe fait homme renfermé dans son chaste sein. Elle ne découvrit jamais à personne ce mystère caché excepté à Zacharie, et à son fils, et à celui-ci seulement après la naissance du divin enfant. Il y avait dans la maison d'Elisabeth, une servante d'un mauvais naturel, colère, médisante et habituée aux jurements; à cause de ces péchés, plusieurs démons la possédaient déjà depuis quatorze ans. La sainte Vierge découvrant le mauvais état de cette malheureuse femme et le motif pour lequel le démon l'avait possédée, pria le Seigneur pour cette âme; elle lui obtint la contrition et le pardon de ses péchés. Elle ordonna aux esprits infernaux de ne plus la tourmenter, mais de se tenir toujours éloignés d'elle comme ils avaient fait lorsque la Vierge entra sur le seuil de la maison. Il y avait une autre femme dans le voisinage de la maison d'Elisabeth, qui n'était pas meilleure que la précédente. Dès qu'elle eut appris qu'il était arrivé dans ce lieu une jeune étrangère, modeste, humble et retirée. Quelle est celle-ci, dit-elle, dont la vie est si singulière? Je veux voir qui elle est. Elle alla poussée par la curiosité à la maison d'Elisabeth voir l'étrangère; mais à la vue de la très-pure Marie, tous ses sentiments dépravés furent changés; elle pleura amèrement ses péchés, sans connaître encore la cause de ce changement si subit. La mère de Dieu fit aussi la conquête d'un grand nombre d'autres âmes, mais toujours en secret sans que personne remarquât que la grâce et la conversion étaient l'effet de l'efficacité de ses prières. Il y avait plus de deux mois que la Vierge habitait chez Elisabeth et sanctifiait toute cette famille par ses actions et ses exemples d'humilité. Elisabeth prévoyant le prochain départ de sa sainte cousine, commença à ressentir la perte qu'elle allait faire. Un jour elle s'efforça de lui persuader de changer son habitation de Nazareth à Juda; elle lui dit qu'on appellerait saint Joseph, et que sa maison, sa famille et sa personne seraient à leur service, L'humble Vierge écouta cette proposition, mais elle lui dit qu'elle ne pouvait rien décider sans le bon plaisir de Dieu et de son époux, qu'elle exposerait à Dieu ses désirs dans la prière et ferait connaître son invitation à saint Joseph. Sainte Elisabeth fut satisfaite elle la pria seulement de ne pas la quitter jusqu'à la naissance de l'enfant. La sainte Vierge se retira dans son oratoire, pour connaître la volonté du Seigneur. Elle fut aussitôt ravie en extase et le Seigneur lui fit comprendre qu'elle devait rester jusqu'à la naissance de l'enfant qui devait naître bientôt, et retourner à Nazareth lorsque la circoncision serait faite.

Lorsque le temps fut accompli, le Seigneur fit connaître à Jean-Baptiste l'heure où il devait venir au monde. Le saint enfant à cet avis resta en suspens sur ce qu'il devait faire: d'un côté les lois de la nature l'obligeaient de naître, la volonté du Seigneur l'ordonnait aussi, d'un autre côté il considérait sérieusement les dangers du périlleux voyage qu'il entreprenait dans cette vie si fragile. Il se tourna donc vers Dieu avec une entière obéissance et une grande confiance dans sa bonté: Seigneur dit-il, que votre divine volonté s'exécute, accordez-moi d'employer ma vie à votre service, et donnez-moi votre bénédiction pour venir à la lumière du monde. Le saint enfant mérita pal- cette prière que la divine majesté lui accordât de nouveau à sa naissance sa bénédiction et sa grâce. Dès qu'il fut né, Elisabeth en fit donner avis à la Vierge qu'elle n'avait osé inviter d'être présente. Marie lui envoya les langes préparées de ses mains pour envelopper l'enfant, et peu après elle vint elle-même par l'inspiration divine. Elisabeth était déjà assise sur son lit; la sainte Vierge prit l'enfant dans ses bras et l'offrit aussitôt au Père éternel. Il témoigna une grande joie de se voir dans les bras de la mère de Dieu, il s'inclina en signe de respect et fit d'autres gestes d'affection envers elle, mais elle conserva toujours sa dignité, et elle ne le baisa pas même une seule fois comme il est en usage de le faire à cet âge. Elle n'arrêta point sa vue sur lui, toute absorbée dans la contemplation de la beauté de sa grande âme, de sorte qu'elle ne l'aurait pas reconnu des yeux du corps.

Le huitième jour, il fut circoncis et appelé Jésus avec toutes les circonstances rapportées par saint Luc. Zacharie recouvra la parole et ce fut par le moyen de Marie qui usant du pouvoir qu'elle avait sur les créatures délia sa langue afin qu'il bénît en cette occasion le Seigneur. Il le fit à l'admiration de tous les assistants qui ne comprirent point comment s'était opéré le miracle. Après la circoncision, saint Joseph vint de Nazareth pour ramener son épouse. Elle le reçut avec une grande joie et un profond respect, se mit à genoux devant lui le priant de la bénir; et ensuite elle se prépara pour le départ. Elisabeth voulut profiter de la présence de la mère de la sagesse et la supplia de lui laisser quelques instructions pour lui servir de règlement de vie après son départ. Ses raisons et ses prières furent si vives que la Vierge en fut attendrie et ne put lui refuser une si juste consolation : « Elevez toujours, lui dit-elle, votre coeur et votre esprit à Dieu, et avec la lumière de la grâce que vous avez, ne perdez jamais de vue l'être immuable de Dieu éternel infini et sa bonté incompréhensible qui l'a porté à tirer les hommes du néant pour les élever à la gloire, et les enrichir de ses dons précieux. Vous devez apporter tous vos soins à dégager votre coeur de toutes les choses du inonde afin que libre et détaché il puisse atteindre sa fin. Pour cela, ma chère cousine, je vous recommande de le purifier de ce qui est terrestre, afin que délivrée des embarras de cette vie, vous répondiez aux desseins de Dieu, et que vous puissiez suivre sans peine et avec joie le Seigneur, lorsqu'il faudra laisser ce corps et tout ce qu'il aime. Maintenant, c'est le temps de souffrir et de mériter la couronne, sachons nous en rendre dignes et marcher avec diligence pour arriver à l'union intime avec notre véritable et souverain bien. Mettez un grand soin pendant votre vie obéir à Zacharie votre époux et votre chef, à le servir et l'aimer. Offrez votre fils à Dieu son créateur, et en lui, pour lui, vous pouvez l'aimer comme mère. Employez votre zèle afin que Dieu soit craint et honoré dans votre maison toute votre famille. Soyez attentive à soulager les pauvres ceux qui sont dans le besoin autant qu'il vous sera possible. Secourez-les des biens temporels que Dieu vous a libéralement donnés pour les distribuer généreusement à ceux qui en sont privés. Nous sommes tous enfants du même père qui est aux cieux, auquel appartiennent toutes les choses créées il n'est pas raisonnable que le père étant riche, un enfant soit dans l'abondance, et les autres soient pauvres et délaissés. Continuez ce que vous faites, et exécutez ce que vous avez dans l'esprit puisque Zacharie le remet à votre disposition; vous pouvez être libérale avec la permission de votre époux. Vous mettrez en Dieu votre espérance dans tout les peines qu'il vous enverra. Vous serez bonne, doue humble, bienveillante et très-patiente avec tout le monde quoiqu'il y en ait qui vous causent de la peine, dans la pensée que ce sont des instruments pour votre mérite. Bénissez éternellement le Seigneur pour les mystères si élevés qu vous a manifestés, et demandez toujours avec zèle et charité le salut des âmes. Priez Dieu, afin qu'il me gouverne et me dirige pour traiter dignement et selon sa volonté le mystère que sa bonté immense a confié à une si vile et si pauvre servante. » Ainsi parla la sainte Vierge à sa cousine au m ment de son départ, et se mettant à genoux elle lui demanda la bénédiction. Ensuite elle alla prendre congé de Zacharie et humblement prosternée à ses pieds, lui demanda aussi la bénédiction. Les paroles de la bénédiction du prophète furent presque toutes tirées de la sainte écriture. Que le Dieu tout-puissant vous assiste toujours et vous délivre de tout mal; qu'il vous défende par sa protection et vous remplisse de la rosée du ciel et de la graisse de la terre. Que les peuples vous servent, et les tribus vous vénèrent parce que vous êtes le tabernacle de Dieu. Vous serez la maîtresse de vos frères et les fils de votre mère fléchiront le genou devant vous. Celui qui vous exaltera et vous bénira, sera exalté et béni et celui qui ne vous louera pas, sera maudit. Que toutes les créatures connaissent Dieu en vous et que par vous le nom du Très-Haut soit glorifié. Après cette bénédiction, elle baisa la main au saint prêtre qui en fut tout attendri, Il garda toujours le secret de ces mystères. Une seule fois qu'il y avait dans le temple une assemblée de prêtres, poussé par l'esprit de Dieu il dit tout à coup ces paroles : Je crois fermement que le Très-Haut nous a visités en envoyant au monde le Messie qui doit racheter son peuple. Siméon à ces paroles fut saisi d'une grande émotion; ne permettez pas, dit-il, ô Dieu d'Israël, que votre serviteur quitte cette vallée de larmes avant d'avoir vu notre salut et le rédempteur de son peuple.

La sainte Vierge ayant pris congé des saints époux, voulut avant de partir voir encore Jean-Baptiste; elle le prit dans ses bras et lui donna plusieurs bénédictions mystérieuses. Le saint enfant parla à la sainte Vierge par la permission de Dieu, mais à voix basse, et lui demanda son intercession et sa bénédiction. Il lui baisa trois fois la main, et adora dans son sein le verbe incarné. L'enfant divin le regarda en même temps avec tendresse et bienveillance; ce que la Vierge mère vit et admira avec une grande joie.

Extrait de la Vie Divine de la Très Sainte Vierge Marie, chapitre 9

visitacion3_950x1024

Posté par fmonvoisin à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Le Mois de Notre Dame du Sacré Cœur

litany32_olsheart2

Le Mois de Notre Dame du Sacré Cœur

Trente et unième jour

Trente et unième Considération

Fête patronale de Notre-Dame du Sacré-Cœur

« Mon Fils, donnez-moi votre Cœur » (Proverbes 23, 26)

Le Cœur de Jésus ne cesse de dévoiler au monde les prérogatives de Marie. Chaque siècle, ce Dieu aimant laisse échapper aux yeux des hommes une étoile nouvelle pour embellir la couronne de sa Mère. La Maternité divine, la Virginité perpétuelle, la Conception immaculée sont venues tour à tour agrandir dans notre cœur l'image de cette Reine du Ciel et augmenter la joie que nous avions de L'aimer. Un titre nouveau vient de se révéler à la terre : le Cœur de Jésus, honoré dans tout l'univers avec une piété si fervente, a tourné vers Marie nos regards, et nous avons salué avec enthousiasme celte Vierge si aimable, Notre-Dame du Sacré-Cœur. Ce nom inattendu a trouvé de l'écho dans les cœurs chrétiens; on l'a répété avec amour; on ira le redisant sans cesse. De nouveaux horizons s'ouvrent à l'âme pieuse lorsqu'elle pense à Notre Dame du Sacré-Cœur. Mais ici laissons parler un éminent Évêque de France: « C'est une pensée sainte et consolante, dit ce vénérable Prélat, que celle d'honorer et d'invoquer Marie sous le titre de Notre-Dame du Sacré-Cœur. En prenant la nature humaine, le Verbe divin s'est approprié tous les éléments qui le composent; dans l'état de perfection à laquelle L'éleva l'union hypostatique, debuit per omnia fratribus similari. Il a dû se rendre en tout semblable à ses frères (Hébreux 11: 17). Notre Seigneur possède dans le degré le plus éminent, le sentiment de l'amour filial, l'un des plus nobles du cœur humain, et, loin de s'en dépouiller, depuis sa Résurrection et sa glorieuse Ascension, Il l'eût dilaté, fortifié, élevé à sa plus haute puissance, s'il était permis de le dire, dans son état de transfiguration bienheureuse; où il est assis à la droite de son Père. De là, il est facile de conclure que l'auguste Vierge Marie possède sur son Cœur divin un souverain pouvoir; qu'Elle en est véritablement la Dame ou la Reine; c'est pourquoi Elle a été appelée justement, par un de ses plus dévots serviteurs, une toute puissance suppliante: omnipotentia supplex. On est donc assuré d'aller au Cœur de Jésus par le Cœur de Marie, et c'est une douce consolation pour les pauvres humains que d'invoquer, comme leur tendre Mère, Celle qui peut comme le Père céleste, dire à notre grand Médiateur: « Vous êtes mon Fils. C'est pourquoi répétons souvent avec foi, espérance et amour: « Notre Dame du Sacré Cœur, priez pour nous ».

Marie peut donc en s'adressant à son Fils lui dire: « Mon Fils, donnez-moi votre Cœur.... Praebe, Filii, Cor, tuum mihi.... Déjà comme votre Mère, je le possède, mais je le veux pour y puiser des grâces sans nombre et les distribuer aux hommes, que j'ai droit d'appeler mes enfants. Donnez-moi votre Cœur; établissez m'en la Souveraine d'une manière publique, afin qu'on s'adresse à moi pour l'aimer; que ma nouvelle mission dans le monde soit d'unir tous les cœurs à votre Cœur, ma nouvelle gloire d'être saluée par le chrétien: Notre-Dame du Sacré-Cœur.... Votre Cœur m'appartient... c'est de mon sang le plus pur qu'il a été formé; c'est moi qui lui ai témoigné le plus d'amour; je lui suis demeurée constamment unie; je ne l'ai point abandonné dans ses tristesses; je l'ai imité dans ses vertus: qu'il me soit donné de le faire maintenant régner dans toutes les âmes !... Mon Fils, donnez-moi votre Cœur, ce sera mon instrument de conquête, la lumière dont j'éclairerai le monde, le feu dont j'embraserai tous les cœurs, le moyen par lequel je Vous glorifierai et Vous témoignerai ma reconnaissance pour tous les biens dont Vous avez comblé votre servante en l'établissant Souveraine de votre Sacré-Cœur.

Si Marie s'adresse ainsi à son divin Fils, n'a-t-elle pas le droit de dire à chacun de nous: « Mon Fils, donne-moi ton cœur, consacre-le moi, abandonne-le moi tout entier; je te le demande pour lui faire aimer le Sacré-Cœur, pour l'unir à ce foyer du véritable amour, à cette source de tous les biens? Mon Fils, donne-moi ton cœur, je le purifierai, je l'ornerai de vertus, je l'animerai de ma charité, avant de l'offrir au Cœur de ton souverain Maître. Donne-moi ton cœur et je te donnerai celui de Jésus. Quel échange plus heureux pourras-tu jamais faire? Regarde, d'une main j'ai le Cœur de Jésus-Christ, de l'autre les cœurs de tous ceux qui sont fidèles à ma voix, et ma mission est de les unir pour qu'il n'y ait plus qu'un seul Cœur qui les embrasse tous, le Cœur sacré de Jésus, dont je suis la sante Souveraine pour toujours ».

Allégorie

Sur les rivages de la mer, un jeune enfant s'efforçait d'introduire dans un creux fait dans le sable toutes les eaux de l'Océan. Allant de la mer au rivage et du rivage à la mer, il ne pouvait chaque fois apporter qu'une goutte à son insuffisant bassin. Frappante image ! Marie est la mer, les grains de sable les fidèles, l'enfant l'âme pieuse qui, dans quelques paroles, voudrait raconter toutes les grandeurs de Marie. Béni soit Dieu:! jamais un rêve pareil ne se réalisera. Toujours, l'Église nous l'assure par bouche de ses Docteurs, Marie sera au-dessus de toute parole; Elle aura toujours de nouvelles grâces et de nouveaux titres;.à chaque siècle, le Cœur de Jésus découvrira une prérogative nouvelle pour honorer la mémoire de sa Mère ; les fidèles, toujours plus rassasiés à mesure qu'ils recevront davantage, s'écrieront: « De Marie jamais assez! De Maria numquam satis! Comment épuiser les richesses immenses que doit renfermer en Elle une Vierge digne d'être appelée par tous Notre Dame du Sacré Cœur?

 

Histoires

Monsieur le Supérieur, combien je suis heureuse de connaître Notre Dame du Sacré Cœur! Elle vient de me montrer que je suis son enfant privilégiée, et qu'une entière confiance en sa protection n'est pas placée en vain. Aussi m'efforcerai-je de répandre partout où je le pourrai la dévotion à Marie sous ce beau titre. Percluse des jambes, et dans le plus pitoyable état de santé, c'est à cette bonne Mère que je dois le parfait usage de mes membres. Aussitôt que je connus cette aimable dévotion, j'invoquai tout particulièrement Notre-Dame du Sacré-Cœur; je la priai avec confiance; il me semblait qu'avec un titre aussi grand j'arriverais droit au Cœur de Jésus par Marie, la Souveraine Maîtresse de son divin Cœur. J'ai fait la sainte communion en son honneur et je me suis trouvée mieux portante. Peu de jours après, j'ai pu sortir et aller d'un pas sûr, sans aucun appui, à la paroisse pour assister aux offices Jamais je n'ai joui d'une aussi bonne santé que maintenant; pas même de convalescence! Oh! qu'elle est bonne, Marie!!! Que je suis heureuse de pouvoir aller la remercier à son autel, et lui dire que nia reconnaissance sera éternelle! Faites remercier, dans votre pieuse réunion du jeudi, Notre-Dame du Sacré-Cœur, pour un si grand bienfait.

Monsieur le Supérieur, que de bien opère la dévotion à Notre-Dame du Sacré-Cœur! Vous avez trouvé le vrai trésor caché à une époque où il y a tant d'entraînement pour le sensualisme et le bien-être de la vie. II fallait une puissante médiatrice ; nous l'avions déjà, il est vrai, mais vous avez trouvé un titre près duquel rien ne résiste et qui flatte le Cœur de Marie, qui ne pourrait rester froid quand, dans un mouvement général, tant d'enfants s'unissent pour la proclamer Notre-Dame du Sacré-Cœur. On sent que ce beau nom porte les âmes à l'amour et à la confiance. Tous d'un commun accord proclament Marie la Souveraine Maîtresse du Cœur de Jésus; on dirait que chacun voit une puissance supérieure dans cette invocation. Ici, il y a un mouvement très-grand pour le bien. Des familles éloignées de Dieu, hostiles même à la religion, qu'on avait inscrites à leur insu dans l'archiconfrérie de Notre-Dame du Sacré-Cœur, changent subitement comme par miracle. Leurs idées se modifient; elles deviennent plus conciliantes et de quelques-unes nous avons obtenu ce qu'on était loin de pouvoir espérer. Oh! Marie est puissante et, avec son titre nouveau, nous pouvons tout attendre. Gloire et amour à Dame du Sacré-Cœur ! Remerciez avec nous, en union avec les associés, la sainte Vierge qui répand en ce moment dans noire ville tant de grâces. L'amour et la miséricorde de Dieu gagnent les âmes... Et c'est Notre-Dame du Sacré-Cœur qui nous obtient un si grand bien. Béni soit toujours ce divin nom, qui n'a pu prendre naissance que dans le Cœur embrasé d'amour de Jésus!

Prions les uns pour les autres

« En ce mois de marie que maman Marie intercède auprès de son fils pour le visas de mon fils en cote d'ivoire et aussi de la situation britannique de mon partenaire. Aussi qu'elle me permette d'avoir un cœur semblable a son Cœur ». (M.S.)

« Comme une mendiante, je continue à demander des prières pour un enfant de 10 ans, Andréa...(à Turin – Italie) paralysé cloué dans un lit d'hôpital, il ne parle pas, même pas pour dire combien il souffre... Notre-Dame du Sacré Cœur ayez pitié de cet enfant… Saint Joseph, berce dans tes bras cet enfant ... soulève ses souffrances muettes... » (L.C.)

« Merci à notre maman du ciel je t'aime très fort je te confie toute ma famille et tous ceux que j'aime veille sur eux, merci pour toutes les grâces que tu nous donnes ». M.J.)

« Merci maman Marie pour la maison de la famille Assemien ». (M.S.)

« Marie, je vous confie mon mari Antoine, qui est toujours bien malade, pour que mon fils Patrick puisse fonder un foyer, comme il le souhaite avec une fille croyante. Puisse aussi pour moi-même pour mes problèmes de santé que je puisse faire face aux difficultés actuelles et accompagner mon mari dans la patience et la paix. Merci à Notre Dame du Sacré Cœur ». (M. P.)

« En ce mois de marie. je demande a maman Marie de nous aider moi et mon époux qui sommes dans une situation triste en ce moment car nous avons perdu notre bébé et nous voulons que nos cœurs soient tournés vers la prière toujours. nous demandons surtout beaucoup de prière que Dieu nous donne d'autres enfants ». (K.J.)

« De tout mon cœur, Maman Marie intercède  auprès de ton fils Jésus pour que le cœur de Victor soit touché aujourd’hui et à jamais ; qu’il reçoive Dieu dans son cœur et se remette sur le bon chemin. Maman Marie qui défait les nœuds, je te confie ce nœud de la maladie de mon grand Frère .Vois Maman Marie la souffrance de sa femme et de ses enfants. Couvre  les de ton manteau maternel et intercède pour eux ». (T.Z.)

« En ce mois marial, que la vierge Marie puisse m'envelopper de sa paix. Car j'en ai besoin suite au décès de mon époux; je vous confie ma fille Ranz Pétunia dans vos prières afin qu'elle puisse réussir brillamment au baccalauréat série A1. Merci ». (M.D.)

« En ce mois consacré à la Vierge Marie, Mère de Dieu, je demande la grâce de santé de l’âme et du corps, de protection divine et les dons de l’esprit Saint sur mon foyer. Obtiens moi maman Marie auprès de ton divin fils Jésus Christ, notre seigneur, la grâce d’obtenir une caution solidaire pour mon prêt cette semaine ». (O.M.D.)

« Je veux confier à vos prières mon mari qui doit passer une biopsie dans des ganglions entre les poumons. Nous avons besoin d'aide afin de bien accepter cette épreuve. Nous espérons que les résultats ne donneront pas des tumeurs malignes. Merci de vos prières. » (L.K.)

« Notre Dame du Sacré Cœur, intercède pour moi auprès de ton fils en ce mois de mai afin que je puisse m'en sortir. Car je suis seule face à d'innombrables problèmes financiers auxquels je suis confrontée depuis le décès de mon époux. Merci Maman Marie. » (M.D.)

« Vierge marie je te confie Christophe qui a eu un très grave accident de travail, impossibilité de marcher: donne lui la force de poursuivre sa rééducation, le courage pour son papa et sa maman et toute sa famille qui l'aime très fort. Sainte vierge marie nous t'aimons de tout notre Cœur ». (M.J.)

« En ce mois de Marie, je demande au Cœur Immaculé de Marie d'intercéder pour moi auprès de son Fils afin qu'il me pardonne un grave péché que j'ai commis: l'avortement. Après ce acte je me sens coupable et ca m'éloigne de son fils Jésus. Je ne vais plus recommencer Marie aide moi s'il te plait ». (B.A.)

« Bonsoir, nous sa va bien, excepté quelques problèmes financier: ca va faire un mois qu'il ne nous rentre plus d'argent moi, Rémy et Judith cela cause un peu d'insécurité financière car il faut payer le loyer, et tous les autres factures et le terme de l'auto. Mais j'ai tous fais les démarches pour recevoir mon assurance salaire maladie pour moi et pour Judith elle va porter son c.v. et le reste je le confie à Dieu. Content d'avoir eu cette belle invitation de prières, by de ton frère dans le Christ que Dieu vous bénisse tous. (J.L. R.D.)

« Notre Dame de toutes grâces, mon époux et moi te disons merci pour tous tes bienfaits. Nous nous recommandons à toi afin que tu nous obtiennes la grâce d'être papa et maman. Que par ta puissante intercession, Jésus-Christ le miséricordieux accorde à mon époux d'obtenir le travail qu'il recherche depuis longtemps ». « B.C.)

« Je confie mon fils Philippe à vos prières afin que par l'intercession de Marie, Notre Dame de Sacré Cœur, Jésus-Christ l'aide à sauver son année scolaire 2009/2010- Merci Seigneur Jésus d'écouter et d'exaucer mes prières! Amen ». (B.D.)

« Pour ma santé mentale file déprimé, cause douleur chroniques dues a de la chimio, et des  médicaments,etc... j'aimerais que le Seigneur, par l'intercession de Notre-Dame du Sacré Cœur m'envoie une personne de confiance et un Psychiatre, qui serais en Dieu, pour mes démarche, je ne fonctionnes plus normalement,et j'ai besoin d'aide, cela est du a plusieurs expériences. Je manque,de confiance, a certaines personne, qui ne me prennent pas au sérieux, même ma famille, qui est éloignée. Mon cas a été masqué depuis, 5ans, j'ai passé trop d'épreuves et la mort, de mes parents et bien d'autres. Mon physique, et mon mental, sont très épuisés, et cela m'a amené aussi, a des difficultés juridiques pas terminées, tout cela me donne du file a retordre. (…) priez, priez pour moi j'ai vraiment besoin d'aide. merci humblement ». (L.)

« Je supplie humblement Notre Dame du Sacré Cœur de faire tout ce qui est en son pouvoir afin que ma petite sœur Jessica retrouve la guérison intérieure et extérieure (en effet, elle souffre depuis peu de prurigo). Je l'en remercie d'avance infiniment, cependant non pas comme je veux, mais comme le veux la Très Sainte Trinité ». (L.A.)

« Notre Dame du Sacré Cœur, ne m'abandonnez pas priez pour moi afin que je sois forte dans ma solitude, que j'ai la persévérance et la force à pouvoir réaliser seule mes projets ». (M.D.)

« En ce mois de Mai qui est le tien Très Sainte Vierge Marie, je te supplie Maman d’intercéder auprès de Ton Fils adoré Notre Seigneur Jésus-Christ afin qu’il me pardonne tous mes péchés et surtout l’interruption Volontaire de Grossesse que j’ai commis ce 30 Avril 2010. Peu importe les raisons qui ont motivé la commission de cet acte criminel que mon cher époux ignore, je reconnais que j’ai péché. C’est pourquoi j’implore sincèrement le pardon de mes péchés. Marie, Ma tendre Maman prie pour ta fille afin que Jésus-Christ aie pitié de moi et me pardonne. J'achève une neuvaine de pénitence que j’ai commencée pour demander pardon pour ce que j’ai fait. Je ne vais plus recommencer ». (B.M)

« Je supplie humblement Notre Dame du Sacré Cœur de faire tout ce qui est en son pouvoir afin que mon affectation que j’attends depuis plusieurs mois, soit enfin une réalité. Que ma très sainte mère soit purifiée afin que les mauvais dont les gens la soupçonnent la quitte à jamais, si effectivement ils vivent en elle » (H.A.H)

« Je profite du mois de Notre Dame du Sacré Cœur pour me joindre aux prières de toute la communauté chrétienne et présenter aussi mes intentions de prière: que Notre Mère m'obtienne la réconciliation entre mon époux et moi qui vivons séparés depuis juin 2004: que celui-ci puisse, si c'est la volonté de Dieu, regagner le foyer conjugal et assumer ses responsabilités de père et d'époux ». (N.C.N.E.)

« Seigneur Jésus, Sainte Mère faites que ma fille Marie-Hélène rencontre un conjoint et quelle trouve le bonheur merci sainte vierge marie pour toutes les grâces que nous recevons. Nous t'adorons ». (M.J.)

« Notre Mère des causes désespérées, notre Dame du Sacré Cœur, nous t'en supplions libère notre frère Joseph afin qu'il retrouve sa fille et sa famille, donne leur ta protection. Nous te prions Sainte Mère ». (L.S.)

« Je prie Notre Dame du sacré cœur, afin que ma conjointe Immaculée puisse réussir à ces deux examens le mois prochain et qu’elle trouve cette année  un boulot qui lui convient, pour le bonheur de notre couple. Je demande également la grâce du très haut afin que je perde cette envie de commettre l’adultère» (H.A.H)

« Je supplie humblement Notre Dame du Sacré Cœur de faire tout ce qui est en son pouvoir afin que mon affectation que j’attends depuis plusieurs mois, soit enfin une réalité. Que ma maman soit purifiée des mauvais esprits dont les gens (ma femme immaculée y comprise) la soupçonnent et qu’ils la quittent à jamais, si effectivement ils agissent en elle » (H.A.H)

« Je viens confier a votre prière des amis et des membres ma famille souffrent et mal dans leur peau que votre prière leur donne force et courage. » (G.P.)

« Je souhaiterai si possible d'être aider en prières auprès de la Vierge Marie, pour la réussite pour mon petit fils qui à un examen au mois de juin cette année pour le BEP ; car c'est un enfant qui vient de subir un divorce et qui ne travaille pas beaucoup à l'école, nous sommes très perturbés et avons nous même besoin d'aide car la santé de mon mari n'est pas brillante et moi je suis de plus en plus fatiguée par tous ces problèmes, c'est pourquoi je demande que vous m'aidiez. D'avance Merci à vous tous et d'être exaucé par ses prières, étant nous même fort croyants et faisant le bien et apportés secours énormément à toutes les personnes qui en ont besoin ». (M.)

« Je suis entrain de faire la prière du mois de marie je me sens mieux mais j'ai mon fils Rony qui a des problèmes sentimentaux et je n'arrive pas a le raisonner. Je suis entrain de vendre des terrain j'ai les acheteurs les promesses de vente sont signé et cela tarde avec les banques et le notaire je voudrai de l'aide. j'ai une fille qui se marie: une prière pour les aider a faire un bon mariage ». (M.B.)

« Merci Maman Marie pour le miracle que tu es entrain d'opérer dans mon Cœur. En effet, depuis quelques temps, je sens une paix en moi alors qu'au départ je n'avais plus gout à rien. Notre Dame du Sacré Cœur continue à intercéder pour moi et ma famille pour que l'année 2010 qui a mal commencé pour nous en la perte de mon époux puisse s'achever dans la joie et l'allégresse pour la réussite aux examens de mes enfants. Que toute la gloire soit rendue à notre Seigneur Jésus. Amen ». (M.D.)

« Maman Marie, Mère de toute grâce et du perpétuel secours, viens à mon aide, viens guérir Victor. Rends mon cœur doux et aimable face à ma situation. Éloigne moi Maman Marie des pensées négatives qui me rendent malade. Merci ». (T.Z.)

« En ce mois de mais qui est consacré à Marie, notre Maman, je lui confie tous mes enfants pour les concours et celle qui doit soutenir en juin pour l'obtention de son diplôme d'État en soins infirmiers et pour tous les enfants qui composent cette année en commençant par le diplôme de base le CEP, BEPC, Probatoire BAC, etc.... enfin pour ma famille afin que nous soyons protégés des mauvaises choses qui sont dehors ». (V.A.)

« Notre Dame du Sacré Cœur, je te confie mon fils Willy. Il lui faut une moyenne de 11.57 pour qu'il passe en classe supérieure. Aie pitié de moi intercèdes pour moi auprès de ton fils pour cela puisse se réaliser. Amen ». (M.D.)

« Je supplie humblement Notre Dame du Sacré Cœur d'intercéder afin que tous ceux auxquels je m'intéresse spirituellement, en l'occurrence tous les membres de ma famille, mes proches, les personnes que j'aime et toute l'humanité entière, connaissent la grâce d'une bonne et sainte mort en compagnie de Jésus, Marie et Joseph. Merci Maman chérie, toi qui règne sur le Sacré Cœur de Ton Divin Fils ». (L.A.)

« Je viens par ton intercession Maman Marie te confier l'affectation de Nyarko Nelson, le concours de police que présente Essia Ghislain et enfin la recherche de travail de Danho Jocelyn ». (N.D.)

« Merci Maman Marie Notre Dame du Sacré Cœur d'agir sur le cœur de mon mari G.M durant cette neuvaine de Pentecôte 2010 afin qu'il reçoive une effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte. Merci d'intercéder pour ma famille afin qu'elle ressemble à la Sainte Famille de Nazareth ». (A.N.)

« Notre Dame du Sacré Cœur je te remercie pour tes bienfaits. Je te supplie Notre Dame, jette un regard favorable sur Fabiola Baleekdar, elle a 33 ans et a adopte une petite fille il y a 4 ans. Après beaucoup d'ennuis de sante, les médecins ont découvert qu'elle avait une tumeur sous les cotes a coté du cœur. Elle a fait de la chimio pendant plusieurs mois mais malheureusement la tumeur a encore grossi. Il ne lui reste pratiquement aucune chance de s'en sortir. Il n'y que la prière pour la sauver. Ici a l'Ile Maurice les médecins ne peuvent rien pour elle. Elle s'envolera vendredi pour Singapour pour une dernière opération, mais malheureusement il n'y a pas trop d'espoir. Notre Dame sois avec elle, que l'Esprit Saint éclaire ses médecins. Marie tiens sa main, ne la laisse pas seule. Elle voudrait tant voir sa fille adoptive Elisa, grandir. Aie pitié d'elle. Notre Dame du Sacré Cœur, demain a lieu le procès le Guillaume, victime d'un accident le 17 novembre 2002. Lui et sa famille ont énormément souffert de cela. Il est reste 15 jours dans le coma entre la vie et la mort et ce fut un miracle qu'il s'en sorte. Le procès, qui traine depuis 7 ans, sera très très dur et c'est terrible pour la famille et pour lui de revivre a chaque fois ce même cauchemar. Notre Dame du Sacré Cœur, sois avec Guillaume et ses parents demain. Que l'Esprit Saint soit avec eux lors des interrogatoires. Sois avec eux afin qu'ils ne craquent pas. Merci Notre Dame. Notre Dame du Sacré Cœur, je te confie Cédric qui est en étude loin de chez lui en Australie et qui a eu des moments très durs récemment. Bientôt, il aura ses ses examens de fin de terme. Que l'Esprit Saint l'éclaire et qu'il passe ses examens. Il ne pourra supporter un échec. Marie, comme il est loin de sa maman, sois avec lui, poses ta main rassurante sur son épaule. Notre Dame du Sacré Cœur jette un regard sur Ariane Dalais, une mère de 4 enfants. Elle a subit une opération et se retrouve maintenant dans un état très très critique. Elle est entre la vie et la mort. Les médecins ne lui donnent pas beaucoup de chance. Marie Maman, sois avec elle. Que l'Esprit Saint éclaire ses médecins et qu'elle soit sauvée. Marie je sais que ma demande est grande mais je sais aussi que je peux compter sur toi. Merci Maman ». (N.M.)

« Veuillez prier pour le retour et la conversion de ma meilleure amie K. Sous la protection de Notre Dame du Sacré Cœur et Notre Dame des Miracles. Merci de tout cœur. » (L. O.)

« Notre Mère du ciel, en mois béni, nous te demandons par le Cœur Sacré de Jésus de venir en aide à Joseph pour le libérer et assurer sa protection divine ainsi que celle de sa famille en Italie. Qu'ils vivent toujours unis et acceptés par les siens. Prions notre Dame du Sacré Cœur ». (L.S.)

« Je veux remercier du fond de tout mon être la Très Sainte Vierge Marie pour tout ce qu'elle a fait, fait en ce moment même et continuera de faire dans ma vie et celle de tous mes proches. Qu'elle en soit bénie pour toute l'éternité, qu'elle me pardonne toutes mes ingratitudes et qu'elle m'inspire à toujours dire merci au Seigneur notre Dieu d'Amour quelque soit les circonstances ». (L.A.)

« Je prie pour la paix dans mon paix et ma rencontre avec le Seigneur afin qu'il puisse discerner l'appel qu'il me montre la communauté qu'il veut ». (R.B.S.)

« Marie, notre maman chérie. Je te confie Dominique, afin qu'il puisse mener a bien son projet. Soit son guide et aide le a prendre les bonnes décisions qui s'imposent. Notre Dame du Sacré Cœur, prends sous ton aile protectrice Christian qui a des ennuis de santé. Aide le a conserver son emploi et a être heureux. Sois avec lui Marie. Toi qui n'abandonne jamais tes enfants, sois a ses cotés. En ce mois de Marie, je te confie Nadine, son mari et leurs 2 filles. Ce n'est pas facile d'élever 2 adolescentes. Sois le guide des parents et donne leur de toujours faire ce qu'il y a de mieux pour leurs enfants. Que la paix règne dans leur maison et au sein de leur foyer. Je te remercie car je sais que tu entends et exauce mes prières ». (N.M.)

« En ce mois dédié à la Vierge, notre Dame du Sacré Cœur intercède pour notre Joseph et sa famille. Qu'il soit libéré des liens de détention et retrouve sa fille et sa femme. Prions... » (L.S.)

« En ce temps du sacré Cœur je demande à maman marie première charismatique et épouse du saint esprit m'aider par son intercession d'obtenir les grâces de l'esprit saint et aussi de me me montrer les signes qu'il veut montrer et aussi les signe se son amour ». (R.B.S.)

Marie Maman, en ce beau mois de Mai, je te confie Mervin afin qu'il puisse décrocher des contrats de photographies et qu'il puisse gagner sa vie. Prends sous ton aile protectrice Julien afin qu'il trouve du travail et qu'il ne soit pas découragé. Marie je te remercie pour Guillaume qui avait son procès dans la semaine. Cela s'est bien passe et nous attendons un heureux dénouement dans les jours a venir. Merci Marie, je savais pouvoir compter sur toi. Merci Marie pour mon amie A. D. Elle est sauvée. Sa foi l'a sauvée. C'est un vrai miracle. Elle a commence a manger, et n'est plus sous respiration artificielle. Merci Marie, je sais que tu n'abandonne jamais tes enfants. Marie, toi a qui ton fils ne refuse rien, viens en aide au Père Jocelyn Grégoire qui sera opère cet après midi en Amérique et aussi a Fabiola qui s'envole vers Singapore ce soir pour tenter l'opération de la tumeur. Sois avec eux Marie je t'en supplie. Merci. (N.M.)

Notre Dame du Sacré Cœur, je te présente Kassira la fille unique de ma copine qui est très malade. Prie pour elle afin qu'elle retrouve la santé. Nous savons que ton fils notre Seigneur ne te refuse rien. Sa mère est très malheureuse de voir son seul enfant dans cet état. Amen. (M.D.)

« Humblement je demande ceci à ma Très Sainte Mère: «Vierge Marie, Mère de toute grâce et Perpétuel Secours, viens à mon aide. Intercède auprès de ton divin Fils qui ne peut rien te refuser pour que mon fils E. n'ait plus de pensées négatives qui le rendent malade, déprimé suite à une rupture avec son amie. Soutiens-le afin qu'il soit fort dans la solitude; ce n'est pas facile de raisonner avec lui. Que mon fils D. soit vite guéri; il souffre de douleurs au genou droit et ne peut travailler. Il est stressé car il a des factures à payer. Cela est survenu tout d'un coup; assez bizarre. Que ma fille, son époux et leurs enfants vivent en paix et en harmonie. Je soupçonne depuis deja quelque temps que quelque une nous veut du mal. Bien de choses nous arrivent. Sainte Vierge Marie, délivre mes enfants, leur famille et moi du Mal, de cette personne qui nous fait du Mal. Enveloppe-nous de ton manteau et protège-nous de ces mauvaises choses.  Je demande la grâce de santé de l'âme et du corps, et que Notre Sainte Mère nous protège.» (M.C.L.)

« J'implore avec grande confiance, Ma maman chérie Notre Dame du Sacré Cœur afin que , grâce à sa puissante intercession, ma petite soeur Jessica et mon petit oncle Hermann aient le goût des études en vue de leur réussite à leur examen de BEPC à la fin d'année. Traversant une situation financière difficile, il nous serait pénible de supporter un échec à cet examen. Honneur et gloire à la Très Sainte Vierge Marie, Notre Dame du Sacré Cœur ». (L. A.)

« Je me confie à la Miséricorde Divine et à Notre Dame du Sacré Cœur afin que la mission pour laquelle le bon Dieu m'a créée puisse, par son intercession, se réaliser ce mois de mai. Mère bienheureuse je demande une totale conversion, une protection divine pour moi, ma famille, ma fille Ursulla et la grâce du mariage. Merci ma Mère de m'accorder toujours tout ce que je te demande. merci Maman de m'exaucer ». (T.B.)

« Maman Marie Notre Dame du Sacré Cœur d'agir sur le cœur de mon mari Serge D.H. durant cette neuvaine de Pentecôte 2010 afin qu'il reçoive une effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte et durant toute sa vie. Merci d'intercéder pour ma famille afin qu'elle ressemble à la Sainte Famille de Nazareth. Amen ». (S.F.)

« En ce mois dédié à la Vierge, notre Dame du Sacré Cœur intercède pour moi auprès de ton Fils Jésus Christ pour que j'ai la paix dans mon service, dans mon foyer et que mon mari revient à sa famille car il ne nous considère plus. O Cœur Sacré de Marie je te prie pour ton intercession unissez ma famille. Prions ». (F.S.)

« Sainte Vierge Marie, ma Mère, toi qui m'a tant de fois secourue, je viens encore une fois me jeter à tes pieds, pour te supplier de faire cesser la discorde qui règne entre Christine , ma fille, et moi. tu vois mon cœur, Sainte Mère de Dieu, tu vois ma peine, viens je t'en supplie à mon aide, viens à mon secours, viens aussi au secours de ma fille, Elle doit se marier le 5 juin, je t'en conjure, fait que nous réconcilions d'ici là et vous chers frères et soeurs en Jésus Christ priez le Seigneur afin que ma prière soit exaucée. Merci. » (P.C.)

En ce mois du sacré Cœur de Jésus je demande à la vierge d'intercéder pour moi afin que le seigneur puisse intensifier les grâces, les dons de l'esprit saint, me consacrer à l'esprit saint, qu'il intensifie le don de vision qu'il a commencé à me donner, qu'il me situe sur ma vocation et aussi me situe sur la communauté qu'il veut que je soit. (R.B.S.)

Téléchargez l'intégralité du Mois de Notre Dame du Sacré Cœur (pdf) en cliquant ici

Je vous remercie pour votre fidélité, pour votre participation et pour toutes vos prières. Je vous donne rendez-vous, si tout va bien, le 31 juillet, pour le Mois du Cœur de Marie.

Fraternellement,

Franck Monvoisin,

rédacteur du blog.

634_001


29 mai 2010

Saint Pie

186_001__2_

Saint Pie

L'Enfant Martyr d'Ere (Belgique)

 

Une rencontre avec l'enfant martyr d'Ere ne laisse personne indifférent. Tant ce «petit bout» de cire semble réel. Si vous poussez la porte de la chapelle des Passionistes, à Ere, vous découvrirez non seulement d'extraordinaires décors à l'italienne mais aussi un curieux personnage de cire qui semble dormir sous le maître-autel. En l'observant de plus près, on ne peut s'empêcher de ressentir un profond malaise. L'enfant, âgé de 5 ans à peine, porte les stigmates des souffrances infligées il y a bien des siècles. Son nom s'inscrit en lettres d'or sur fond rouge: St Pie, enfant martyr. L'histoire nous apprend que cet enfant a été persécuté, avec ses parents, durant les trois premiers siècles du christianisme. Ses restes, préservés dans les catacombes de Rome, sont enfermés dans un petit corps de cire criant de vérité. Symbole de toutes les infamies dont peuvent être victimes nos enfants. Les reliques sont confiées aux pères Passionistes qui installent un noviciat dans le château de la baronne de Croeser, à Ere, en 1841. Trois ans plus tard, ils entament, de leurs propres mains, la construction de la chapelle actuelle bénie en 1845. C'est le pape Pie IX qui leur confie l'enfant martyr. Lequel est, à l'époque, transféré en train depuis les catacombes de Rome jusqu'à la gare de Tournai. Porté en triomphe, le corps de cire est amené en cortège à Ere par des chrétiens, des représentants du clergé et les pères. Le petit martyr est couché sous le maître hôtel où il repose toujours aujourd'hui malgré le départ, en 1995, des derniers pères vers leur maison courtraisienne. La tête, portant une couronne dorée, repose sur un oreiller brodé d'étoiles, dorées elles aussi. L'enfant, qui porte une robe bleue et des sandales de cuir, présente des traces de sang sur le cou et sur le visage. Il tient les yeux légèrement entrouverts et semble vous fixer lorsque vous le regardez. Il se passe rarement une journée sans que l'un ou l'autre fidèle vienne lui rendre hommage. Si l'on en croit le texte repris au dos d'une photo souvenir jadis disponible sur le site: «selon maints témoignages, bien des grâces et des guérisons ont toujours récompensé la prière confiante des chrétiens de partout». Que l'on soit ou non croyant, une confrontation avec cet enfant de cire ne peut laisser indifférent. Et quelle que soit la divinité à laquelle s'adresserait votre prière, face à une telle expression de souffrance, elle ne pourrait sans doute se conclure que par ces termes: «plus jamais cela!».


Posté par fmonvoisin à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Le Mois de Notre Dame du Sacré Cœur

litany32_olsheart2

Le Mois de Notre Dame du Sacré Cœur

 

Trentième jour

Trentième Considération

 

Notre Dame du Sacré Cœur avocate des causes difficiles et désespérées

« Espérez contre toute espérance » (Romains 4: 18)

 

Revêtue du Soleil de justice, Marie dans le Ciel fait, resplendir, aux yeux de tous, les splendeurs de sa gloire ineffable. Mais les rayons de son Cœur sont plus pénétrants mille fois que ceux de sa beauté. Elle sait que sa maternité divine lui donne droit d'appeler tous les élus ses fils, tous les Anges ses serviteurs; aussi, se multipliant, pour ainsi dire, en eux. Elle se sert de leurs cœurs pour multiplier aussi les élans de son amour; Elle réunit leurs louanges à ses louanges, leurs hymnes aux siens, pour les offrir au Cœur de son souverain Roi. C'est là le but unique vers lequel se dirigent et se dirigeront toujours les aspirations de son âme; et si Dieu lui donne la royauté du Ciel, s'il veut qu'Elle soit la Reine des Saints et qu'Elle leur témoigne à tous les plus tendres sentiments de sollicitude, Elle verra Jésus-Christ eu chacun d'eux, et dans leurs cœurs celui de son divin Fils. Elle les aimera comme Jésus Christ les aime et comme Elle aime Jésus. Oui, au Ciel chaque Saint peut s'écrier avec plus de raison qu'ici-bas: « Je vis; mais non, ce n'est pas moi qui vis, c'est mon Sauveur qui vit en moi; c'est Lui qui en moi triomphe, rend gloire à son Père, est couronné de mérites... c'est Lui qui en chacun de nous est tout ce que nous sommes ». Marie trouve donc réalisé dans la patrie un rêve de son Cœur maternel; Elle trouve le Cœur de Jésus multiplié dans tous les cœurs. Elle peut le considérer dans les formes innombrables que la grâce varie en les proportionnant aux âmes. Elle peut s'écrier: « J'aime les Anges; j'aime les patriarches; j'aime les Saints; mais non, ce n'est point eux que j'aime, c'est le Cœur de Jésus qui est en eux et qui se manifeste au dehors par leur gloire, leur sainteté et leurs actions ». Pénétrer toujours davantage dans le sacré Cœur, l'aimer et l'adorer, c'est le Ciel de Marie.

 

Le Cœur de Jésus va pendant une éternité entière rendre au centuple à Marie les témoignages d'amour qu'Il en a reçus ici-bas. A Lui de Lui donner des joies encore plus grandes que les douleurs dont Elle fut l'innocente victime; à Lui de L'élever selon la mesure des humiliations profondes qu'Elle, a subies et de L'enrichir des immenses trésors de la divinité. Si l'œil de l'homme n'a jamais vu, ni son oreille entendu, ni son cœur compris ce que Dieu prépare à ceux qui L'aiment, aucune langue humaine n'essaiera de raconter les prodiges de gloire dont Marie sera éternellement l'objet. Assise à la droite de son Fils, cette Mère tout aimable est rentrée en possession de son unique bien sans craindre de le perdre jamais plus. Elle entend ce roi du Ciel Lui dire avec un amour ineffable:  « Vous avez captivé mon Cœur, ô ma Mère, par les charmes de vos vertus, je captive maintenant le vôtre par mes attraits tout-puissants; vous m'avez fait du bien pendant les années de mon passage au milieu des hommes, je veux vous en faire toujours et vous combler sans cesse de nouvelles faveurs; vous m'êtes demeurée unie malgré tous les obstacles, vous vous êtes déclarée ma Mère, mon refuge, ma protectrice, je veux que votre union avec moi soit indissoluble; je me déclare même dans le Ciel votre Fils, votre trésor, votre éternel défenseur... Parlez, ô Mère, et je serai heureux de répondre à votre voix; demandez, et votre prière sera si efficace que les hommes vous appelleront avec reconnaissance Notre-Dame du Sacré-Cœur ».

 

Le Cœur de Jésus ne se contente pas d'honorer sa Mère, de L'offrir à l'amour et à la vénération du Ciel, II veut encore que toute la terre la bénisse et La regarde comme la plus sûre espérance du monde entier. C'est rendre hommage au Très-Haut que de rendre hommage à Marie. C'est parler de Jésus que de parler de sa Mère. Un Dieu nous a donné le premier l'exemple de l'amour que nous devons porter à cette Reine du Ciel : II nous en a fait un commandement spécial lorsque, du haut de la croix, II nous a dit en nous montrant la Vierge: « Voilà votre Mère ». Sachons donc recourir en toute confiance à Marie. Dans nos projets, nos peines, nos travaux, nos tentations, invoquons-La. Que son nom se trouve souvent sur nos lèvres; que ses vertus soient le constant modèle de toute notre vie; que notre âme soit heureuse se de dire ouvertement enfant de Marie, et d'établir souveraine sur notre pauvre cœur Celle qui règne par la puissance de l'amour sur le Cœur sacré de Jésus Christ.

 

Allégorie

 

L'Église nous représente unis dans un même amour et dans un même culte, le sacré Cœur de Jésus et le Cœur immaculé de Marie. Ces deux Cœurs se sont rencontrés sur la terre pour se captiver l'un l'autre, et ils se rencontrent encore sur nos autels pour y recevoir le tribut de notre foi et de notre vénération. Le Cœur de Marie a été créé pour recevoir celui de Jésus, et le Cœur de Jésus, dont le but est de sanctifier le monde, a offert, comme prémices à son Père céleste, le Cœur sans tache de sa Mère bien aimée. Le Cœur de Jésus est surmonté d'une croix et environné d'une sanglante couronne; il vient en effet pour souffrir; il recevra l'humiliation pour récompense. Dans bien des âmes, son sacrifice ne produira que des ronces, mais de ces ronces il s'en fait une couronne pour nous crier au jour de l'éternelle justice: « Pouvais-je vous aimer davantage? Je me suis fait un diadème de vos ingratitudes; mon amour a changé vos insultes en sacrifice, vos coups en matière d'expiation et d'indulgence ». Le Cœur de Marie est entouré d'une couronne de roses; ce sont les fleurs produites par les épines de Jésus; ce sont les fleurs destinées à consoler ce Roi de la souffrance et de l'amour. Le Cœur de Jésus s'est voilé de tristesse pour nous revêtir de vertus; et dans sa Mère paraît ce premier fruit de sacrifice. Le Cœur de Jésus est blessé; une source d'eau vive en coule pour nous purifier, et une source de sang pour désaltérer notre soif. Jésus sait maintenir ouverte sa blessure d'amour sans garder le fer déicide. Le Cœur de Marie est transpercé, selon la parole de Syméon, et ce glaive n'est autre, que l'amour même de Jésus, glaive qui a frappé au vif et qui demeure pour toujours dans la blessure. Ce en quoi ces deux Cœurs se rapprochent et se ressemblent, c'est l'amour; tous deux jettent vers le Ciel des flammes ardentes qui consument, eu s'unissant, un holocauste d'agréable odeur. Qui ne voit, d'après ces réflexions, que Marie est vraiment Notre Dame du Sacré Cœur ?

 

Histoire

 

Monsieur le Supérieur, ce n'est que d'hier que je m'intitule avec consolation l'enfant de Notre Dame du Sacré Cœur, et déjà je viens vous demander des prières d'actions de grâces. Dans un moment d'angoisse, voyant l'enfant nouveau-né de ma sœur sur le point de mourir, je l'ai consacré, en union avec sa mère, à Marie, invoquée sous ce nouveau titre: et j'ai promis à Notre Dame du Sacré Cœur que, si elle conservait à ses parents alarmés ce petit ange consolateur, il porterait toujours Sa médaille, et qu'une messe serait dite en actions de grâces à Issoudun. Je viens donc, Monsieur le Supérieur, vous faire savoir que Marie a entendu mes vœux, et qu'elle nous a conservé ce cher enfant. Je vous prie de vouloir bien m'aider à accomplir cette douce dette de la reconnaissance, en célébrant le saint Sacrifice promis, et en m'expédiant des médailles...

 

Prions les uns pour les autres

 

« En ce mois de marie que maman Marie intercède auprès de son fils pour le visas de mon fils en cote d'ivoire et aussi de la situation britannique de mon partenaire. Aussi qu'elle me permette d'avoir un cœur semblable a son Cœur ». (M.S.)

 

« Comme une mendiante, je continue à demander des prières pour un enfant de 10 ans, Andréa...(à Turin – Italie) paralysé cloué dans un lit d'hôpital, il ne parle pas, même pas pour dire combien il souffre... Notre-Dame du Sacré Cœur ayez pitié de cet enfant… Saint Joseph, berce dans tes bras cet enfant ... soulève ses souffrances muettes... » (L.C.)

 

« Merci à notre maman du ciel je t'aime très fort je te confie toute ma famille et tous ceux que j'aime veille sur eux, merci pour toutes les grâces que tu nous donnes ». M.J.)

 

« Merci maman Marie pour la maison de la famille Assemien ». (M.S.)

 

« Marie, je vous confie mon mari Antoine, qui est toujours bien malade, pour que mon fils Patrick puisse fonder un foyer, comme il le souhaite avec une fille croyante. Puisse aussi pour moi-même pour mes problèmes de santé que je puisse faire face aux difficultés actuelles et accompagner mon mari dans la patience et la paix. Merci à Notre Dame du Sacré Cœur ». (M. P.)

 

« En ce mois de marie. je demande a maman Marie de nous aider moi et mon époux qui sommes dans une situation triste en ce moment car nous avons perdu notre bébé et nous voulons que nos cœurs soient tournés vers la prière toujours. nous demandons surtout beaucoup de prière que Dieu nous donne d'autres enfants ». (K.J.)

 

« De tout mon cœur, Maman Marie intercède  auprès de ton fils Jésus pour que le cœur de Victor soit touché aujourd’hui et à jamais ; qu’il reçoive Dieu dans son cœur et se remette sur le bon chemin. Maman Marie qui défait les nœuds, je te confie ce nœud de la maladie de mon grand Frère .Vois Maman Marie la souffrance de sa femme et de ses enfants. Couvre  les de ton manteau maternel et intercède pour eux ». (T.Z.)

 

« En ce mois marial, que la vierge Marie puisse m'envelopper de sa paix. Car j'en ai besoin suite au décès de mon époux; je vous confie ma fille Ranz Pétunia dans vos prières afin qu'elle puisse réussir brillamment au baccalauréat série A1. Merci ». (M.D.)

 

« En ce mois consacré à la Vierge Marie, Mère de Dieu, je demande la grâce de santé de l’âme et du corps, de protection divine et les dons de l’esprit Saint sur mon foyer. Obtiens moi maman Marie auprès de ton divin fils Jésus Christ, notre seigneur, la grâce d’obtenir une caution solidaire pour mon prêt cette semaine ». (O.M.D.)

 

« Je veux confier à vos prières mon mari qui doit passer une biopsie dans des ganglions entre les poumons. Nous avons besoin d'aide afin de bien accepter cette épreuve. Nous espérons que les résultats ne donneront pas des tumeurs malignes. Merci de vos prières. » (L.K.)

 

« Notre Dame du Sacré Cœur, intercède pour moi auprès de ton fils en ce mois de mai afin que je puisse m'en sortir. Car je suis seule face à d'innombrables problèmes financiers auxquels je suis confrontée depuis le décès de mon époux. Merci Maman Marie. » (M.D.)

 

« Vierge marie je te confie Christophe qui a eu un très grave accident de travail, impossibilité de marcher: donne lui la force de poursuivre sa rééducation, le courage pour son papa et sa maman et toute sa famille qui l'aime très fort. Sainte vierge marie nous t'aimons de tout notre Cœur ». (M.J.)

 

« En ce mois de Marie, je demande au Cœur Immaculé de Marie d'intercéder pour moi auprès de son Fils afin qu'il me pardonne un grave péché que j'ai commis: l'avortement. Après ce acte je me sens coupable et ca m'éloigne de son fils Jésus. Je ne vais plus recommencer Marie aide moi s'il te plait ». (B.A.)

 

« Bonsoir, nous sa va bien, excepté quelques problèmes financier: ca va faire un mois qu'il ne nous rentre plus d'argent moi, Rémy et Judith cela cause un peu d'insécurité financière car il faut payer le loyer, et tous les autres factures et le terme de l'auto. Mais j'ai tous fais les démarches pour recevoir mon assurance salaire maladie pour moi et pour Judith elle va porter son c.v. et le reste je le confie à Dieu. Content d'avoir eu cette belle invitation de prières, by de ton frère dans le Christ que Dieu vous bénisse tous. (J.L. R.D.)

 

« Notre Dame de toutes grâces, mon époux et moi te disons merci pour tous tes bienfaits. Nous nous recommandons à toi afin que tu nous obtiennes la grâce d'être papa et maman. Que par ta puissante intercession, Jésus-Christ le miséricordieux accorde à mon époux d'obtenir le travail qu'il recherche depuis longtemps ». « B.C.)

 

« Je confie mon fils Philippe à vos prières afin que par l'intercession de Marie, Notre Dame de Sacré Cœur, Jésus-Christ l'aide à sauver son année scolaire 2009/2010- Merci Seigneur Jésus d'écouter et d'exaucer mes prières! Amen ». (B.D.)

 

« Pour ma santé mentale file déprimé, cause douleur chroniques dues a de la chimio, et des  médicaments,etc... j'aimerais que le Seigneur, par l'intercession de Notre-Dame du Sacré Cœur m'envoie une personne de confiance et un Psychiatre, qui serais en Dieu, pour mes démarche, je ne fonctionnes plus normalement,et j'ai besoin d'aide, cela est du a plusieurs expériences. Je manque,de confiance, a certaines personne, qui ne me prennent pas au sérieux, même ma famille, qui est éloignée. Mon cas a été masqué depuis, 5ans, j'ai passé trop d'épreuves et la mort, de mes parents et bien d'autres. Mon physique, et mon mental, sont très épuisés, et cela m'a amené aussi, a des difficultés juridiques pas terminées, tout cela me donne du file a retordre. (…) priez, priez pour moi j'ai vraiment besoin d'aide. merci humblement ». (L.)

 

« Je supplie humblement Notre Dame du Sacré Cœur de faire tout ce qui est en son pouvoir afin que ma petite sœur Jessica retrouve la guérison intérieure et extérieure (en effet, elle souffre depuis peu de prurigo). Je l'en remercie d'avance infiniment, cependant non pas comme je veux, mais comme le veux la Très Sainte Trinité ». (L.A.)

 

« Notre Dame du Sacré Cœur, ne m'abandonnez pas priez pour moi afin que je sois forte dans ma solitude, que j'ai la persévérance et la force à pouvoir réaliser seule mes projets ». (M.D.)

 

« En ce mois de Mai qui est le tien Très Sainte Vierge Marie, je te supplie Maman d’intercéder auprès de Ton Fils adoré Notre Seigneur Jésus-Christ afin qu’il me pardonne tous mes péchés et surtout l’interruption Volontaire de Grossesse que j’ai commis ce 30 Avril 2010. Peu importe les raisons qui ont motivé la commission de cet acte criminel que mon cher époux ignore, je reconnais que j’ai péché. C’est pourquoi j’implore sincèrement le pardon de mes péchés. Marie, Ma tendre Maman prie pour ta fille afin que Jésus-Christ aie pitié de moi et me pardonne. J'achève une neuvaine de pénitence que j’ai commencée pour demander pardon pour ce que j’ai fait. Je ne vais plus recommencer ». (B.M)

 

« Je supplie humblement Notre Dame du Sacré Cœur de faire tout ce qui est en son pouvoir afin que mon affectation que j’attends depuis plusieurs mois, soit enfin une réalité. Que ma très sainte mère soit purifiée afin que les mauvais dont les gens la soupçonnent la quitte à jamais, si effectivement ils vivent en elle » (H.A.H)

 

« Je profite du mois de Notre Dame du Sacré Cœur pour me joindre aux prières de toute la communauté chrétienne et présenter aussi mes intentions de prière: que Notre Mère m'obtienne la réconciliation entre mon époux et moi qui vivons séparés depuis juin 2004: que celui-ci puisse, si c'est la volonté de Dieu, regagner le foyer conjugal et assumer ses responsabilités de père et d'époux ». (N.C.N.E.)

 

« Seigneur Jésus, Sainte Mère faites que ma fille Marie-Hélène rencontre un conjoint et quelle trouve le bonheur merci sainte vierge marie pour toutes les grâces que nous recevons. Nous t'adorons ». (M.J.)

 

« Notre Mère des causes désespérées, notre Dame du Sacré Cœur, nous t'en supplions libère notre frère Joseph afin qu'il retrouve sa fille et sa famille, donne leur ta protection. Nous te prions Sainte Mère ». (L.S.)

 

« Je prie Notre Dame du sacré cœur, afin que ma conjointe Immaculée puisse réussir à ces deux examens le mois prochain et qu’elle trouve cette année  un boulot qui lui convient, pour le bonheur de notre couple. Je demande également la grâce du très haut afin que je perde cette envie de commettre l’adultère» (H.A.H)

 

« Je supplie humblement Notre Dame du Sacré Cœur de faire tout ce qui est en son pouvoir afin que mon affectation que j’attends depuis plusieurs mois, soit enfin une réalité. Que ma maman soit purifiée des mauvais esprits dont les gens (ma femme immaculée y comprise) la soupçonnent et qu’ils la quittent à jamais, si effectivement ils agissent en elle » (H.A.H)

 

« Je viens confier a votre prière des amis et des membres ma famille souffrent et mal dans leur peau que votre prière leur donne force et courage. » (G.P.)

 

« Je souhaiterai si possible d'être aider en prières auprès de la Vierge Marie, pour la réussite pour mon petit fils qui à un examen au mois de juin cette année pour le BEP ; car c'est un enfant qui vient de subir un divorce et qui ne travaille pas beaucoup à l'école, nous sommes très perturbés et avons nous même besoin d'aide car la santé de mon mari n'est pas brillante et moi je suis de plus en plus fatiguée par tous ces problèmes, c'est pourquoi je demande que vous m'aidiez. D'avance Merci à vous tous et d'être exaucé par ses prières, étant nous même fort croyants et faisant le bien et apportés secours énormément à toutes les personnes qui en ont besoin ». (M.)

 

« Je suis entrain de faire la prière du mois de marie je me sens mieux mais j'ai mon fils Rony qui a des problèmes sentimentaux et je n'arrive pas a le raisonner. Je suis entrain de vendre des terrain j'ai les acheteurs les promesses de vente sont signé et cela tarde avec les banques et le notaire je voudrai de l'aide. j'ai une fille qui se marie: une prière pour les aider a faire un bon mariage ». (M.B.)

 

« Merci Maman Marie pour le miracle que tu es entrain d'opérer dans mon Cœur. En effet, depuis quelques temps, je sens une paix en moi alors qu'au départ je n'avais plus gout à rien. Notre Dame du Sacré Cœur continue à intercéder pour moi et ma famille pour que l'année 2010 qui a mal commencé pour nous en la perte de mon époux puisse s'achever dans la joie et l'allégresse pour la réussite aux examens de mes enfants. Que toute la gloire soit rendue à notre Seigneur Jésus. Amen ». (M.D.)

 

« Maman Marie, Mère de toute grâce et du perpétuel secours, viens à mon aide, viens guérir Victor. Rends mon cœur doux et aimable face à ma situation. Éloigne moi Maman Marie des pensées négatives qui me rendent malade. Merci ». (T.Z.)

 

« En ce mois de mais qui est consacré à Marie, notre Maman, je lui confie tous mes enfants pour les concours et celle qui doit soutenir en juin pour l'obtention de son diplôme d'État en soins infirmiers et pour tous les enfants qui composent cette année en commençant par le diplôme de base le CEP, BEPC, Probatoire BAC, etc.... enfin pour ma famille afin que nous soyons protégés des mauvaises choses qui sont dehors ». (V.A.)

 

« Notre Dame du Sacré Cœur, je te confie mon fils Willy. Il lui faut une moyenne de 11.57 pour qu'il passe en classe supérieure. Aie pitié de moi intercèdes pour moi auprès de ton fils pour cela puisse se réaliser. Amen ». (M.D.)

 

« Je supplie humblement Notre Dame du Sacré Cœur d'intercéder afin que tous ceux auxquels je m'intéresse spirituellement, en l'occurrence tous les membres de ma famille, mes proches, les personnes que j'aime et toute l'humanité entière, connaissent la grâce d'une bonne et sainte mort en compagnie de Jésus, Marie et Joseph. Merci Maman chérie, toi qui règne sur le Sacré Cœur de Ton Divin Fils ». (L.A.)

 

« Je viens par ton intercession Maman Marie te confier l'affectation de Nyarko Nelson, le concours de police que présente Essia Ghislain et enfin la recherche de travail de Danho Jocelyn ». (N.D.)

 

« Merci Maman Marie Notre Dame du Sacré Cœur d'agir sur le cœur de mon mari G.M durant cette neuvaine de Pentecôte 2010 afin qu'il reçoive une effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte. Merci d'intercéder pour ma famille afin qu'elle ressemble à la Sainte Famille de Nazareth ». (A.N.)

 

« Notre Dame du Sacré Cœur je te remercie pour tes bienfaits. Je te supplie Notre Dame, jette un regard favorable sur Fabiola Baleekdar, elle a 33 ans et a adopte une petite fille il y a 4 ans. Après beaucoup d'ennuis de sante, les médecins ont découvert qu'elle avait une tumeur sous les cotes a coté du cœur. Elle a fait de la chimio pendant plusieurs mois mais malheureusement la tumeur a encore grossi. Il ne lui reste pratiquement aucune chance de s'en sortir. Il n'y que la prière pour la sauver. Ici a l'Ile Maurice les médecins ne peuvent rien pour elle. Elle s'envolera vendredi pour Singapour pour une dernière opération, mais malheureusement il n'y a pas trop d'espoir. Notre Dame sois avec elle, que l'Esprit Saint éclaire ses médecins. Marie tiens sa main, ne la laisse pas seule. Elle voudrait tant voir sa fille adoptive Elisa, grandir. Aie pitié d'elle. Notre Dame du Sacré Cœur, demain a lieu le procès le Guillaume, victime d'un accident le 17 novembre 2002. Lui et sa famille ont énormément souffert de cela. Il est reste 15 jours dans le coma entre la vie et la mort et ce fut un miracle qu'il s'en sorte. Le procès, qui traine depuis 7 ans, sera très très dur et c'est terrible pour la famille et pour lui de revivre a chaque fois ce même cauchemar. Notre Dame du Sacré Cœur, sois avec Guillaume et ses parents demain. Que l'Esprit Saint soit avec eux lors des interrogatoires. Sois avec eux afin qu'ils ne craquent pas. Merci Notre Dame. Notre Dame du Sacré Cœur, je te confie Cédric qui est en étude loin de chez lui en Australie et qui a eu des moments très durs récemment. Bientôt, il aura ses ses examens de fin de terme. Que l'Esprit Saint l'éclaire et qu'il passe ses examens. Il ne pourra supporter un échec. Marie, comme il est loin de sa maman, sois avec lui, poses ta main rassurante sur son épaule. Notre Dame du Sacré Cœur jette un regard sur Ariane Dalais, une mère de 4 enfants. Elle a subit une opération et se retrouve maintenant dans un état très très critique. Elle est entre la vie et la mort. Les médecins ne lui donnent pas beaucoup de chance. Marie Maman, sois avec elle. Que l'Esprit Saint éclaire ses médecins et qu'elle soit sauvée. Marie je sais que ma demande est grande mais je sais aussi que je peux compter sur toi. Merci Maman ». (N.M.)

 

« Veuillez prier pour le retour et la conversion de ma meilleure amie K. Sous la protection de Notre Dame du Sacré Cœur et Notre Dame des Miracles. Merci de tout cœur. » (L. O.)

« Notre Mère du ciel, en mois béni, nous te demandons par le Cœur Sacré de Jésus de venir en aide à Joseph pour le libérer et assurer sa protection divine ainsi que celle de sa famille en Italie. Qu'ils vivent toujours unis et acceptés par les siens. Prions notre Dame du Sacré Cœur ». (L.S.)

 

« Je veux remercier du fond de tout mon être la Très Sainte Vierge Marie pour tout ce qu'elle a fait, fait en ce moment même et continuera de faire dans ma vie et celle de tous mes proches. Qu'elle en soit bénie pour toute l'éternité, qu'elle me pardonne toutes mes ingratitudes et qu'elle m'inspire à toujours dire merci au Seigneur notre Dieu d'Amour quelque soit les circonstances ». (L.A.)

 

« Je prie pour la paix dans mon paix et ma rencontre avec le Seigneur afin qu'il puisse discerner l'appel qu'il me montre la communauté qu'il veut ». (R.B.S.)

 

« Marie, notre maman chérie. Je te confie Dominique, afin qu'il puisse mener a bien son projet. Soit son guide et aide le a prendre les bonnes décisions qui s'imposent. Notre Dame du Sacré Cœur, prends sous ton aile protectrice Christian qui a des ennuis de santé. Aide le a conserver son emploi et a être heureux. Sois avec lui Marie. Toi qui n'abandonne jamais tes enfants, sois a ses cotés. En ce mois de Marie, je te confie Nadine, son mari et leurs 2 filles. Ce n'est pas facile d'élever 2 adolescentes. Sois le guide des parents et donne leur de toujours faire ce qu'il y a de mieux pour leurs enfants. Que la paix règne dans leur maison et au sein de leur foyer. Je te remercie car je sais que tu entends et exauce mes prières ». (N.M.)

 

« En ce mois dédié à la Vierge, notre Dame du Sacré Cœur intercède pour notre Joseph et sa famille. Qu'il soit libéré des liens de détention et retrouve sa fille et sa femme. Prions... » (L.S.)

 

« En ce temps du sacré Cœur je demande à maman marie première charismatique et épouse du saint esprit m'aider par son intercession d'obtenir les grâces de l'esprit saint et aussi de me me montrer les signes qu'il veut montrer et aussi les signe se son amour ». (R.B.S.)

 

Marie Maman, en ce beau mois de Mai, je te confie Mervin afin qu'il puisse décrocher des contrats de photographies et qu'il puisse gagner sa vie. Prends sous ton aile protectrice Julien afin qu'il trouve du travail et qu'il ne soit pas découragé. Marie je te remercie pour Guillaume qui avait son procès dans la semaine. Cela s'est bien passe et nous attendons un heureux dénouement dans les jours a venir. Merci Marie, je savais pouvoir compter sur toi. Merci Marie pour mon amie A. D. Elle est sauvée. Sa foi l'a sauvée. C'est un vrai miracle. Elle a commence a manger, et n'est plus sous respiration artificielle. Merci Marie, je sais que tu n'abandonne jamais tes enfants. Marie, toi a qui ton fils ne refuse rien, viens en aide au Père Jocelyn Grégoire qui sera opère cet après midi en Amérique et aussi a Fabiola qui s'envole vers Singapore ce soir pour tenter l'opération de la tumeur. Sois avec eux Marie je t'en supplie. Merci. (N.M.)

 

Notre Dame du Sacré Cœur, je te présente Kassira la fille unique de ma copine qui est très malade. Prie pour elle afin qu'elle retrouve la santé. Nous savons que ton fils notre Seigneur ne te refuse rien. Sa mère est très malheureuse de voir son seul enfant dans cet état. Amen. (M.D.)

 

« Humblement je demande ceci à ma Très Sainte Mère: «Vierge Marie, Mère de toute grâce et Perpétuel Secours, viens à mon aide. Intercède auprès de ton divin Fils qui ne peut rien te refuser pour que mon fils E. n'ait plus de pensées négatives qui le rendent malade, déprimé suite à une rupture avec son amie. Soutiens-le afin qu'il soit fort dans la solitude; ce n'est pas facile de raisonner avec lui. Que mon fils D. soit vite guéri; il souffre de douleurs au genou droit et ne peut travailler. Il est stressé car il a des factures à payer. Cela est survenu tout d'un coup; assez bizarre. Que ma fille, son époux et leurs enfants vivent en paix et en harmonie. Je soupçonne depuis deja quelque temps que quelque une nous veut du mal. Bien de choses nous arrivent. Sainte Vierge Marie, délivre mes enfants, leur famille et moi du Mal, de cette personne qui nous fait du Mal. Enveloppe-nous de ton manteau et protège-nous de ces mauvaises choses.  Je demande la grâce de santé de l'âme et du corps, et que Notre Sainte Mère nous protège.» (M.C.L.)

 

« J'implore avec grande confiance, Ma maman chérie Notre Dame du Sacré Cœur afin que , grâce à sa puissante intercession, ma petite soeur Jessica et mon petit oncle Hermann aient le goût des études en vue de leur réussite à leur examen de BEPC à la fin d'année. Traversant une situation financière difficile, il nous serait pénible de supporter un échec à cet examen. Honneur et gloire à la Très Sainte Vierge Marie, Notre Dame du Sacré Cœur ». (L. A.)

 

« Je me confie à la Miséricorde Divine et à Notre Dame du Sacré Cœur afin que la mission pour laquelle le bon Dieu m'a créée puisse, par son intercession, se réaliser ce mois de mai. Mère bienheureuse je demande une totale conversion, une protection divine pour moi, ma famille, ma fille Ursulla et la grâce du mariage. Merci ma Mère de m'accorder toujours tout ce que je te demande. merci Maman de m'exaucer ». (T.B.)

 

« Maman Marie Notre Dame du Sacré Cœur d'agir sur le cœur de mon mari Serge D.H. durant cette neuvaine de Pentecôte 2010 afin qu'il reçoive une effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte et durant toute sa vie. Merci d'intercéder pour ma famille afin qu'elle ressemble à la Sainte Famille de Nazareth. Amen ». (S.F.)

 

« En ce mois dédié à la Vierge, notre Dame du Sacré Cœur intercède pour moi auprès de ton Fils Jésus Christ pour que j'ai la paix dans mon service, dans mon foyer et que mon mari revient à sa famille car il ne nous considère plus. O Cœur Sacré de Marie je te prie pour ton intercession unissez ma famille. Prions ». (F.S.)

 

« Sainte Vierge Marie, ma Mère, toi qui m'a tant de fois secourue, je viens encore une fois me jeter à tes pieds, pour te supplier de faire cesser la discorde qui règne entre Christine , ma fille, et moi. tu vois mon cœur, Sainte Mère de Dieu, tu vois ma peine, viens je t'en supplie à mon aide, viens à mon secours, viens aussi au secours de ma fille, Elle doit se marier le 5 juin, je t'en conjure, fait que nous réconcilions d'ici là et vous chers frères et soeurs en Jésus Christ priez le Seigneur afin que ma prière soit exaucée. Merci. » (P.C.)

 

En ce mois du sacré Cœur de Jésus je demande à la vierge d'intercéder pour moi afin que le seigneur puisse intensifier les grâces, les dons de l'esprit saint, me consacrer à l'esprit saint, qu'il intensifie le don de vision qu'il a commencé à me donner, qu'il me situe sur ma vocation et aussi me situe sur la communauté qu'il veut que je soit. (R.B.S.)

 

En ce mois de Marie, si vous avez des intentions à confier à la prière des internautes, envoyez-les à franck.monvoisin@laposte.net

222_001_1

Notre Dame de Beauraing

Notre Dame de Beauraing

Posté par fmonvoisin à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les 12 Lundis de l'Enfant Jésus 2/12

649_001

Les Douze Lundis de l'Enfant Jésus

Deuxième Lundi

En l'honneur de la Circoncision du Saint Enfant Jésus

« Huit jours étant accomplis, on circoncit l'Enfant et il fut appelé Jésus ». (Luc 2: 21.)

Prière d'ouverture

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit

I. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire. Pour mon salut et pour celui de tout le monde, le mystère de la naissance de notre Divin Rédempteur.

Gloire au Père

II. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, les souffrances de la très Sainte Vierge Marie et de saint Joseph, dans le long et pénible voyage de Nazareth à Bethléem, et l’angoisse de leur Cœur de ne pas trouver où se mettre à couvert, alors qu’était sur le point de naître le Sauveur du monde.

Gloire au Père

III. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, la crèche où naquit Jésus, le foin qui lui servit de lit, le froid qu’il souffrit, les langes qui l’enveloppèrent, les larmes qu’Il versa et ses tendres vagissements.

Gloire au Père

IV. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, la douleur que ressentit le Divin Enfant dans son tendre Corps, quand Il le soumit au cruel couteau de la circoncision: je Vous offre le Sang Précieux qu’Il répandit alors une première fois pour le salut de tout le genre humain.

Gloire au Père

V. — Père Eternel, je vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, l’humilité, la mortification, la patience, la charité, toutes les vertus de l’Enfant Jésus, et je Vous remercie, je Vous aime et je Vous bénis infiniment pour cet ineffable Mystère de l’Incarnation du Verbe.

Gloire au Père

V. Le Verbe s’est fait chair.

R. Et Il a habité parmi nous.

Prions

Ô Dieu, dont le Fils unique a paru en ce monde dans la substance de notre chair, faites, nous Vous en supplions, que L’ayant reconnu extérieurement semblable à nous, nous méritions d'être intérieurement réformés par Lui, qui vit et règne avec Vous dans les siècles des Siècles. Ainsi Soit Il.

HeWhoDoesNotSleep

Considérations

Considérons que la Circoncision a été instituée pour les pécheurs, afin qu'ils reconnussent la malédiction qui pèse sur nous tous quand nous venons au monde, en punition du crime de nos premiers parents. Elle devenait pour l'homme un signe de confusion et d'opprobre, qui lui rappelait qu'il avait été conçu dans le péché, que sa chair était destinée à la mort, qu'il était ennemi de Dieu et déchu de tous les privilèges de la création. Le Fils de Dieu, la sainteté même, a voulu subir cette loi, et porter sur Lui cette ignominie, pour nous fournir un exemple de charité, d'humilité et d'obéissance; de Charité, en chargeant son innocence de nos fautes et de nos peines; d'humilité, en s'abaissant a une cérémonie si honteuse à la dignité et à la sainteté de sa personne; d'obéissance, en se soumettant à un commandement fait pour les seuls pécheurs, et en s'obligeant par là, comme dit saint Paul, « à l'observation de toute La loi de Moïse ». (Galates 5: 3.) Admirons ces vertus en ce Divin Enfant, et apprenons à les pratiquer à Son Imitation.

Considérons que cette rigoureuse cérémonie devait se faire le huitième jour; pour témoigner que, après cette Vie, dont la brièveté nous est figurée par ces quelques instants qui s'écoulaient entre la naissance et la circoncision, nous serons dépouillés de notre impure mortalité, et revêtus d'une nouvelle vie toute pure et toute céleste. Honorons les dispositions intérieures du Saint Enfant Jésus, qui, pendant qu'on faisait couler Son Sang, brûlait d'un ardent désir que les hommes fussent détachés des liens de leur premier père; qu'ils renonçassent aux inclinations de la nature coupable, et qu'ils aimassent la nouvelle génération, qu'Il avait dessein de leur donner par le Saint Esprit, et la vie céleste qu'Il leur préparait. Entrons dans ces désirs du divin Sauveur, travaillons à nous circoncire de tout ce qui vient de nous-mêmes, qui ne sommes que chair et péché, afin d'être en loi d'autres créatures, ne vivant que de son esprit.

Adorons le saint Nom de Jésus, qui Lui est imposé en sa Circoncision. Dans ce Nom, dit saint Pierre Chrysologue, « toute la Majesté de Dieu est adorée, parce que Celui qui est le Sauveur du monde est nécessairement une Personne Divine ». (Sermon 144.) Tous ceux qui demeurent dans les Cieux, tous ceux qui habitent sur la terre, tous ceux qui sont captifs dans les enfers, se prosternent a ce Saint Nom, le révèrent et l'adorent. Ecoutons l'Apôtre qui le témoigne, « afin qu'au Nom de Jésus, dit-il, tout genou fléchisse au ciel, sur la terre et dans les enfers ». (Philipiens. 2, 10.) C'est ce Nom qui a donné la vue aux aveugles, l'ouïe aux sourds, aux boiteux le libre exercice de leurs membres, qui a rendu la parole aux muets, la vie aux morts, et qui a banni des corps des possédés toute la puissance des démons. Chérissons ce Saint Nom, gravons-le dans notre cœur, et prononçons-Le amoureusement en toutes rencontres.

Prière

O Jésus, mon Sauveur et mon Dieu, qui, dans votre tendre enfance, avez voulu, quoique innocent, Vous condamner à tant de douleurs pour nos crimes, et qui, en faisant mourir le vieil homme en vous, nous retracer la vie nouvelle que nous avons à mener, pour nous élever des ténèbres de ce monde à la Lumière de Votre Gloire; faites-nous la grâce de nous dégager de la corruption d'Adam, et de renaître en esprit et en vérité devant Votre Père, par l'amour et l'imitation de Votre Sainte Enfance, marquée du signe douloureux de la Circoncision; ô Vous qui vivez et régnez pour les  siècles et les siècles. Amen.

II

Adorons le saint Enfant Jésus, qui, bien qu'il soit le Maître de la Loi de la Circoncision, comme Il est le Maître de celle du sabbat, s'y soumet avec une obéissante humilité. Elle est sévère et rigoureuse; n'importe. Il ne balance pas à l'accomplir, parce qu'Il veut que, sur ses traces, nous sachions renoncer généreusement toujours au penchant qui nous porte à nous dispenser des choses gênantes et difficiles.

Adorons Jésus souffrant les douleurs de cette Circoncision, non comme les autres, enfants sans les connaître, mais en état de Victime et d'Hostie volontaire, et avec une sensibilité d'autant plus vive que Ses organes ont été revêtus d'une divine perfection par le Saint Esprit. Jamais donc il n'y eut de Circoncision si cruelle, jamais il n'y en eut qui ait été supportée avec tant décourage que celle du Sauveur. Renonçons à nos coupables délicatesses et estimons-nous heureux, quand la souffrance nous visite surtout, de pouvoir nous renoncer et nous mortifier pour l'amour de ce divin Enfant.

Adorons le Doux Rédempteur qui se représentait en Sa Circoncision les âmes novices et chancelantes dans les voies de la piété, les cœurs trop peu façonnés encore à l'abnégation du cœur et des sens. Il prend sur Lui, en versant les premières gouttes de Son Sang, leurs infirmités, Il les soutient par Sa Puissance Divine, Il leur mérite la force et la générosité dont ils ont besoin au milieu de leurs appréhensions, de leurs doutes, de leurs faiblesses, et des secrets retours sur eux-mêmes, par lesquels ils contristent encore le Saint Esprit; prions-Le de daigner venir également à notre aide dans les petites croix qu'Il nous destine, et dans la pratique des pénitences que nous devons entreprendre pour Sa Gloire.

Adorons le Verbe Enfant plein de Grâce et de Vérité qui dans l'accomplissement extérieur de la Circoncision voyait tout ce que Dieu son Père avait voulu qu'elle signifiât à son peuple, et qui tenait son Cœur bien plus appliqué à l'esprit qu'au corps et à la lettre de ce sacrement. Il considérait avec tristesse qu'elle était la marque des pécheurs; et quoiqu'Il fût parfaitement pur, la pureté même par essence, Il a voulu porter sur Lui ce sceau de notre souillure originelle, à laquelle il faut que nous renoncions si nous voulons être agréés du Père. Et Il l'a pris à la connaissance de tout le peuple, ne voulant point paraître ici-bas ce qu'Il était, tandis que, nous autres, nous nous ingénions de toutes manières a paraître ce que nous né sommes point. Ah! corrigeons notre orgueil; voyons-nous tels que nous sommes, en réalité, devant Dieu, et ne désirons pas d'être tenus pour meilleurs devant les hommes, puisque nous n'avons à nous que le néant et le péché.

Adorons le Très Saint Enfant qui avait sous Son regard, pendant qu'Il était Circoncis, toute l'énormité de notre faute originelle, orgueilleuse révolte d'Adam, sa désobéissante ingratitude, Sa complaisante faiblesse pour Eve, Son volontaire mépris de la défense que Dieu lui avait faite uniquement, de toucher à l'arbre de la science du bien et du mal, quand Il pouvait user, en toute liberté, de tous les autres fruits du jardin de délices... Qu'est-ce à dire? hélas! ce péché qui obscurcit notre intelligence, qui nous tient, depuis six mille ans, courbés vers la terre, qui rend si souvent l'homme semblable aux démons; cette odieuse impiété que nous ne connaissons que par la Foi, ce crime des crimes dont le désordre de nos convoitises et l'excès de nos douleurs nous apportent tant de preuves déplorables, sans que nous puissions le comprendre, car Il est au-dessus de toute humaine conception en cette vie, et nous n'en trouverons l'explication que dans les clartés de la vision de Dieu même; Jésus en voyait, sous le couteau du sacrificateur, toute la laideur, toute l'impureté, toute la malice; Il en contemplait en frémissant, dans la Lumière de son éternelle Vérité, les prodigieux ravages, et l'immense étendue à travers les siècles; et Il consentait à laisser entrouvrir sa chair innocente pour se charger de ce venin mortel; et Il concevait au nom de tous les enfants des hommes une horreur infinie de cette abominable dégradation; et Il s'offrait à Son Père pour en recevoir le châtiment. Il en acceptait l'opprobre et la honte, et Lui-même se condamnait au supplice, que toutes les générations avaient encouru en Adam! En est-ce assez pour que nous prenions la ferme résolution de mourir a nos instincts mauvais, de nous dépouiller de l'homme de péché, de nous revêtir, selon le conseil de l'apôtre, de Jésus-Christ le Principe et la Source de la Grâce, l'Auteur et le Consommateur du Salut.

Adorons le Saint Enfant Jésus, s'obligeant par la Circoncision à l'observation de toute la loi de Moïse, ce qui ne mettait aucun terme à son obéissance et a son humilité devant son Père; car quelle n'était pas l'étendue de cette double vertu dans le Sauveur, qui voulait accomplir les prescriptions de Moïse non pas seulement dans leur forme extérieure, mais selon le divin esprit qui les avait dictées ! De cette sorte, il a offert à Dieu, dans sa Personne adorable, la véritable Circoncision et l'entier dépouillement d'Adam qu'elle renferme, le vrai sacrifice et le vrai sacerdoce selon l'ordre de Melchisédech, le vrai Temple d'où montaient vers le ciel les vraies adorations, à la faveur desquelles allaient être remplacés les rites grossiers et matériels de la loi. Appliquons-nous à faire pénétrer dans nos cœurs cette Circoncision spirituelle, qui n'est autre que notre baptême. Renouvelons-nous dans la grâce que nous avons reçue sur les fonts sacrés, en répétant que nous renonçons au monde et au démon, et que ce sont les œuvres et les œuvres seules de Jésus Christ que nous voulons pratiquer, jusqu'à notre dernier soupir.

Adorons le saint Enfant Jésus, qui a regardé sa Circoncision comme une image de la complète dissolution de notre chair frappée de malédiction par le Seigneur, comme une figure aussi de la mort qu'Il avait résolu de souffrir pour nous, comme Son initiation solennelle au supplice de la croix qu'Il devait endurer à cause de nos crimes. Disons-Lui du fond de nos âmes émues: ô Jésus, Divine Hostie, faites-nous la grâce de Vous consacrer et de Vous donner notre vie, comme Vous nous avez donné la Vôtre, Vous-même enseignez-nous à réaliser pieusement cette parole de votre apôtre saint Philippe: Allons et mourons avec Lui! Qu'en attendant le jour de notre mort naturelle, nous soyons mourants de cœur et d'affection à tout ce qui n'est pas Vous, mon Dieu!

Adorons le Divin Enfant dans l'état où Il est demeuré après sa Circoncision, lequel est comme une représentation pour nous de la vie nouvelle qu'Il nous a méritée par Sa mort et par Sa résurrection. Combien n'a-t-Il pas prié pour que tous les enfants de son Eglise participent à la pureté de cette vie renouvelée! Entrons dans les désirs de notre Maître: « Aspirons vers les choses qui sont en haut, comme dit saint Paul, et n'aimons plus rien de celles qui sont sur la terre », parce qu'il n'y a en elles que vanités, ténèbres et afflictions d'esprit.

Prière

Amour de Jésus subissant la marque du pécheur dans la Circoncision, embrasez mon cœur.

Bonté de Jésus Circoncis, attirez mon cœur.

Charité de Jésus Circoncis, répandez-vous dans mon cœur.

Force de Jésus Circoncis, soutenez mon cœur.

Miséricorde de Jésus Circoncis, pardonnez à mon cœur.

Patience de Jésus Circoncis, supportez mon cœur.

Humilité de Jésus Circoncis, régnez dans mon cœur.

Sainteté de Jésus Circoncis, purifiez mon cœur.

Volonté de Jésus Circoncis, disposez de mon cœur.

Providence de Jésus Circoncis, veillez sur mon cœur.

Zèle de Jésus Circoncis, dévorez mon cœur.

Jesus__Evergreens

Chapelet de l'Enfant Jésus

On baise la médaille en disant: "Saint Enfant Jésus, bénissez-nous!" (50 jour d'indulgence, Pie X, 1909). On récite ensuite le Pater sur chacun des trois gros grains et l'Ave Maria sur chacun des douze petits grains en faisant précéder chaque Pater et chaque Ave de ces paroles: "Et le Verbe s'est fait chair, et Il a habité parmi nous."

On peut énoncer les mystères avant chaque Ave Maria.

1. L'Annonciation

2. La Visitation.

3. La Naissance.

4. L'Adoration des Bergers.

5. La Circoncision.

6. L'Adoration des Mages.

7. La Présentation au Temple.

8. La Fuite en Égypte.

9. Le Séjour en Égypte.

10. Le Retour de l'Égypte.

11. La Vie cachée à Nazareth.

12. Jésus au milieu des Docteurs.

Young_20Jesus

Les 12 Lundis de l'Enfant Jésus 1/12

649_001

Les Douze Lundis de l'Enfant Jésus

Premier Lundi

Le Mystère de la Naissance du Fils de Dieu dans une étable

« Un petit Enfant nous est né, et un Fils nous a été donné, et il s'appellera Emmanuel ou Dieu avec nous ». (Isaïe 9: 6; Matthieu 1: 23).

Prière d'ouverture

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit

I. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire. Pour mon salut et pour celui de tout le monde, le mystère de la naissance de notre Divin Rédempteur.

Gloire au Père

II. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, les souffrances de la très Sainte Vierge Marie et de saint Joseph, dans le long et pénible voyage de Nazareth à Bethléem, et l’angoisse de leur Cœur de ne pas trouver où se mettre à couvert, alors qu’était sur le point de naître le Sauveur du monde.

Gloire au Père

III. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, la crèche où naquit Jésus, le foin qui lui servit de lit, le froid qu’il souffrit, les langes qui l’enveloppèrent, les larmes qu’Il versa et ses tendres vagissements.

Gloire au Père

IV. — Père Eternel, je Vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, la douleur que ressentit le Divin Enfant dans son tendre Corps, quand Il le soumit au cruel couteau de la circoncision: je Vous offre le Sang Précieux qu’Il répandit alors une première fois pour le salut de tout le genre humain.

Gloire au Père

V. — Père Eternel, je vous offre pour Votre honneur, pour Votre gloire et pour mon salut éternel, l’humilité, la mortification, la patience, la charité, toutes les vertus de l’Enfant Jésus, et je Vous remercie, je Vous aime et je Vous bénis infiniment pour cet ineffable Mystère de l’Incarnation du Verbe.

Gloire au Père

V. Le Verbe s’est fait chair.

R. Et Il a habité parmi nous.

Prions

Ô Dieu, dont le Fils unique a paru en ce monde dans la substance de notre chair, faites, nous Vous en supplions, que L’ayant reconnu extérieurement semblable à nous, nous méritions d'être intérieurement réformés par Lui, qui vit et règne avec Vous dans les siècles des Siècles. Ainsi Soit Il.

mary__3_

Considérations

Considérons et adorons le divin Enfant, qui veut naître hors de son pays, afin de souffrir, en naissant, les incommodités qui sont dues aux pécheurs, dont Il prend la place. Il se prive de la maison de sa sainte Mère, du secours de ses parents, des consolations de ses amis, et enfin de toutes les douceurs que l'on sent à être chez soi et dans un lieu connu. Les maximes qu'Il suit sont toutes contraires aux nôtres. Nous ne voulons jamais que le bonheur et le repos; Jésus est privé de toutes joies temporelles dès le premier moment de sa vie. Nous cherchons une demeure certaine et assurée, où nous tâchons de nous établir comme dans une espèce de paradis terrestre; Jésus se considérant comme le premier homme chassé du jardin de délices, ne veut avoir aucune demeure stable, aucune habitation qui Lui appartienne en propre. Il n'aura pas même, en venant au monde, une couchette, où Il puisse être bercé a la façon des autres enfants, pour apaiser ses peines, soulager ses membres captifs et se concilier les douceurs du sommeil. Apprenons ce qui nous est dû à tous, en sa seule Personne, et sachons entrer en défiance de cette grande et malheureuse inclination qui nous porte sans cesse à ne nous procurer, s'il était possible, que du repos et de la félicité sur la terre. Plus une âme apprend à s'affermir dans l'esprit de pénitence et de renoncement, plus elle se dégage des affections sensuelles et de tout attachement au monde, plus elle est pure devant Dieu. Proposons-nous de nous sevrer, du moins pendant quelques jours, du bien-être que nous trouvons dans nos maisons, en souvenir des immenses privations du Fils de Dieu pour nous; et gardons-nous d'arrêter nos cœurs aux choses et aux vanités d'ici-bas, comme si nous n'étions pas pèlerins et étrangers dans la vallée de larmes, et appelés à de plus hautes destinées, et à une plus sainte demeure surtout, qui est la maison de Dieu dans les cieux.

Comparons la naissance éternelle de Notre Seigneur avec sa naissance temporelle. Dans la première, Il naît au sein des Splendeurs de la Divinité, Dieu des Dieux, Lumière des lumières; dans la seconde, il naît au sein des ténèbres de ce monde, pendant une des plus longues et des plus profondes nuits d'hiver, et précisément à minuit, qui est l'heure du plus grand éloignement du soleil, pour nous apprendre que l'homme pécheur, dont Il tient, comme nous avons dit, la place, est un fruit d'ignorance et de ténèbres. « Vous étiez autrefois ténèbres, dit saint Paul parlant des chrétiens avant leur régénération, mais vous êtes maintenant lumière en Jésus Christ ». Portons, alors avec le Sauveur naissant, la confusion de notre bassesse et de notre dégradation, des ténèbres de notre ignorance et de nos ignominies aux yeux du Seigneur; et comprenons que par nous-mêmes et sans le Fils adorable de Dieu, nous serions privés de toute lumière soit du corps, soit de l'esprit. A la première naissance, le Verbe est ineffablement produit au centre de toutes les grandeurs et de toutes les beautés des cieux, dont Il ne peut pas être séparé, car là est le trône immuable de Sa Gloire, de Son Règne éternel et de Son bonheur infini. A la seconde naissance, au contraire, il vient au monde dans une étable d'emprunt, comme le plus pauvre et le dernier des hommes; et peu après, Il se dérobe à la connaissance des siens, Il fuit loin de son pays et de la grotte même de Bethléem où Il était caché, parce qu'Il est chargé de nos iniquités déjà, parce que nous sommes condamnés au bannissement et à la douleur sur la terre, que l'inquiétude et la crainte nous environnent de toutes parts, et que, dans notre condition de coupables, nous ne pouvons nous attendre qu'à de durs châtiments ou à de cruelles persécutions. O Divin Enfant, Vous avez voulu partager le trouble, les dangers, l'instabilité de notre exil présent, afin de nous acquérir la paix que nous ne trouverons jamais hors de Vous. Soyez notre secours, notre lieu de refuge et notre asile assuré! Dans la première naissance, Il est nécessairement Infini, Tout Puissant, indépendant, se suffisant à Lui-même, immortel, possédant toute sagesse et toute majesté; dans la seconde, il est volontairement petit et faible, soumis a Sa Sainte Mère, indigent, sujet à la souffrance, même à la mort, privé devant les hommes de l'usage de Sa Force, de Sa Science, de Sa Dignité et de Sa Justice, de Sa Vertu divine, en un mot, qui n'a pas de bornes, puisqu'elle s'étend de l'une à l'autre éternité. Ah! quelle horreur ne devons-nous pas concevoir du péché, quand nous le voyons, d'une part, tellement opposé à Dieu, qu'il nous sépare à jamais de son amour; et que, de l'autre part, il réduit Dieu lui-même à tous les excès de l'humiliation et de la douleur à cause de nos crimes. Apprends, ô mon âme, que tu ne vaincras ce redoutable ennemi qu'avec les armes qui ont été employées par le divin Enfant-Jésus pour le terrasser en te rachetant. Il faut donc te résoudre, quoi qu'il t'en coûte, à aimer l'abaissement, la dépendance d'autrui, la privation, la mortification, la croix.

Adorons toutes les grandeurs divines et humaines de ce saint et céleste Emmanuel. Il est le vrai Dieu et la vie éternelle, Il est Un avec son Père, Il en exprime la ressemblance incréée, dit l'Apôtre, et toutes les perfections incompréhensibles à toute créature; Il en est, au degré le plus sublime, l'Honneur et la Louange; avec Lui, Il est infini, avec Lui, Il est le seul Dieu, Il est toutes choses!... mais Il est tout a la fois Médiateur, Rédempteur, Prêtre, Victime, Epoux, Père, Frère, Chef, Docteur, Législateur, Roi, Juge, Pasteur; Il possède tous les titres et toutes les qualités humaines qui le rendent aimable et précieux à nos âmes. Quel trésor nous est donc accordé en sa naissance, par la libéralité de Dieu le Père, par la charité de ce Fils unique, par la miraculeuse opération du Saint Esprit et la fécondité de la Vierge-Mère! Qui ne méprisera toutes choses, pour le posséder, cet inestimable Trésor? Qui ne vendra toutes choses pour l'obtenir? O chrétien, renonce à toutes les prétentions de la terre et porte tout ton cœur au ciel; que ta reconnaissance envers la Trinité adorable, que ta piété envers Jésus et Marie correspondent à une si grande largesse! Que peux-tu moins faire que de te donner tout entier, pour reconnaître un don si grand et si ineffable?

Prière

O Dieu, qui portez dans Votre Sainte Nativité l'ignominie de notre péché d'origine, et qui, étant le Fils unique de Dieu, souffrez les rebuts et les peines qui sont dus aux coupables enfants d'Adam; qui, sans prononcer une parole, nous instruisez, par la virginité de Votre sainte Mère, de la sanctification! que Vous voulez nous mériter par le bois de la crèche, image de Celui de la croix, de la Rédemption que Vous nous apportez; par Votre Naissance à Bethléem – qui signifie la maison du pain – des désirs qui Vous consument de nous nourrir de votre Corps adorable, ce Pain vivant descendu des cieux; faites-nous comprendre les secrets de Votre admirable humilité, et rendez-nous de telle sorte enfants en Vous, que nous puissions être, avec Vous, les héritiers du Père Eternel, avec lequel Vous vivez pour les siècles des siècles. Amen.

II

Sur le Mystère de la Nativité du Fils de Dieu

« Aujourd'hui la Bonté et l'Humanité de notre Dieu Sauveur est apparue ». (Tite 3: 4.)

Adorons le saint Enfant Jésus qui choisit pour sa naissance, le temps où un édit de l'empereur Auguste, venait d'être publié, lequel obligeait Joseph, comme tous les autres chefs de famille, à aller se faire inscrire au pays originaire de ses ancêtres. De cette manière, le Fils de Dieu accomplit les Ecritures, et fait servir à ses desseins l'autorité même des princes de ce monde. Adorons Sa Puissance dans la conduite des événements, et dans les dispositions qu'Il imprime à toute créature, pour en faire ce qu'Il veut. Soumettons-nous a Sa douce et attentive Providence avec un profond respect; et considérons la sagesse merveilleuse qui lui fait celer sa naissance, aussi bien a ceux qui habitent Bethléem, qu'a ceux qu'il a laissés à Nazareth. Grâce, en effet, aux précautions qu'a prises son humilité, quand il vient a nous, on n'a pu connaître à Nazareth la pureté miraculeuse de la très-sainte Vierge, car les parentes et les voisines de Marie, pour parler comme l'Evangile, (Luc. 1, 58.) n'étaient point auprès d'elle, pour rendre témoignage du divin enfantement, ainsi qu'il était arrivé pour Elisabeth, an moment de la naissance de Jean-Baptiste. A Nazareth encore, on ne saura rien des prodiges que Dieu opérait à l'apparition de son Verbe ici bas; rien de la joie des Anges qui remplirent l'air de leurs cantiques; rien de l'avertissement donné aux Pasteurs et de la céleste illumination qui frappa leurs yeux; rien du voyage des Mages qui venaient porter leurs trésors et abaisser leurs couronnes devant la crèche... Mais Bethléem elle-même reste dans l'ignorance des bontés du Seigneur, parce qu'elle n'a vu que des étrangers en Joseph et Marie, et que son indifférence et son mépris ont forcé le divin Enfant à prendre naissance loin de ses murs dans une grotte abandonnée. Si donc elle a entendu quelque chose du récit des Bergers, ce n'a été qu'avec un esprit dissipé, qui ne pouvait appeler la bénédiction d'en-haut: et du reste, la Sainte Famille a si peu séjourné dans la pauvre étable que l'impression devait s'en effacer bientôt du cœur de ce peuple endurci depuis longtemps, comme le reste de la Nation. Les Juifs n'étaient plus dignes d'être instruits des secrets de Dieu... C'est à nous que le Père céleste voulait les révéler dans son amour. Sachons, en nous montrant ses vrais adorateurs, recueillir, comme il convient, les inestimables grâces qui découlent pour nous de la Nativité de son Fils.

Adorons encore le saint Enfant Jésus qui naît dans l'obéissance aux rois de la terre, honorant en eux le Souverain Pouvoir de son Père, dont les princes sont les images, et nous apprenant a ne jamais contredire orgueilleusement ni éluder, sans motif légitime, leurs ordonnances, de peur de retarder l'œuvre de Dieu dans nos cœurs. Méditons avec soin les maximes du céleste Enfant, Sa Sagesse et Son Humilité nous feront triompher de nos vaines convoitises.

Adorons ce divin Sauveur qui prend naissance dans un pays étranger, pour que nous nous considérions partout comme des étrangers en ce monde, et que nous portions nos désirs uniquement vers le Ciel, qui est la vraie Demeure des enfants de Dieu. Accomplissons de tout notre cœur ce qui a été dit à Abraham: « Quittez votre pays, vos parents, votre père, et vous en allez dans la terre que Je vous montrerai ». (Genèse 2.1.)

Adorons Jésus qui est, avant de naître, rebuté de toute la ville de Bethléem, où personne ne veut Lui donner un abri. Ni les riches, ni les pauvres parmi le peuple, ni les parents que Joseph et Marie devaient avoir encore dans cette cité de David, ne sont touchés de compassion à la vue de cette jeune femme près de son terme, quoiqu'Elle soit la plus Modeste, la plus Douce, la plus Aimable et la plus Humble qui ait jamais été. Le Fils de Dieu chargé de nos crimes souffre en paix ces dédains insultants; Il est notre représentant devant le juste courroux de Son Père, et, comme nous sommes indignes d'être accueillis et supportés en ce monde, Il consent à être traité comme nous le méritons. Puis, Il naît dans une étable, au milieu des animaux, dans la saison la plus rigoureuse de l'hiver, à l'heure la plus obscure et la plus sombre de la nuit... Quelles leçons pour les pécheurs!... Hâtons-nous de reconnaître en la personne de l'Enfant Jésus humilié quel est le rang qui nous appartient et que nous devons nous assigner ici-bas; entrons dans Ses abaissements et dans son profond amour de la pénitence et de la pauvreté.

Adorons l'ordre admirable établi par le Père dans le Mystère d'un Dieu fait homme. Le Père ne s'incarne pas Lui-même, afin que le Rédempteur puisse traiter des intérêts de notre Salut avec le Principe éternel, la Source divinement autoritaire et immuable dont Il découle; et afin que le Père qui renferme en soi toute beauté et toute fécondité, puisse nous créer de nouveau par Son Fils et dans Son Fils à Son Image, en conservant Sa propriété Divine et son inénarrable tendresse de Père. Si le Père se fût fait créature et qu'Il fût né Lui-même d'une fille des hommes, n'aurait-Il point paru ne plus revêtir, en quelque sorte, les qualités personnelles qui nous font dire de Lui, d'après la révélation, qu'Il est uniquement Principe sans principe, engendrant et non engendré, donnant et non donné lui-même? De même Il n'envoie pas au secours de l'humanité déchue Son Saint-Esprit, mais Son Verbe, pour que ce Verbe qui voulait Se rendre semblable à nous jusqu'à naître au monde comme nous, pût joindre à sa manifestation dans le temps Son éternelle Nature de Fils naissant et engendré ineffablement dans les splendeurs de son Père; ce que la révélation n'attribue point au Saint-Esprit. Par ce moyen, toutes les divines propriétés aussi bien que les relations des trois Personnes ensemble telles qu'elles nous ont été enseignées par le Verbe Lui-même, demeurent entières; et la Grâce que nous en recevons est plus riche et plus abondante. La raison en est sensible: Jésus-Christ s'est incarné pour que nous soyons tous, dit l'Ecriture, les enfants du Très-Haut. Or, dans le corps qu'Il a pris de la Vierge Marie, Il est seul Fils de Dieu: mais ce corps envisagé dans le sens mystique de l'Eglise et formé de tous les membres qui la composent, acquiert, par son Chef, avec les trois Personnes divines, d'incomparables privilèges que l'Incarnation d'une autre Personne que celle du Verbe n'aurait pas produits, ce semble... Et comment cela? C'est qu'en Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, nous devenons non-seulement nous-mêmes les fils de Dieu, mais les frères de Dieu, mais les vivants sanctuaires du Saint-Esprit, éclairés et gouvernés par sa lumière et par sa grâce!  Bénissons donc avec transport la charité infinie de Dieu qui se montre si magnifique à notre égard, dans le choix de la seconde Personne de Son Adorable Trinité pour opérer notre Rédemption. Louons la Sagesse auguste qui répare les ruines de notre fol orgueil; la puissance sans bornes par laquelle tout avait été fait admirablement, mais est plus admirablement rétabli encore; louons le Verbe éternel qui se fait notre salut, qui s'est appelé la Voie, la Vérité, la Vie; la Voie que nous avons à suivre, la Vérité que nous avons à écouter, la Vie que nous avons à pratiquer, si nous voulons corriger nos erreurs et nous résoudre à être saints et parfaits comme est saint et parfait le Père qui est dans les cieux. Louons, en un mot, le Fils de Dieu qui se fait Fils de l'homme, et sachons apprécier avec une grande reconnaissance l'étendue et la beauté de la Grâce Chrétienne qu'Il nous a méritée.

Adorons le mode dont le Seigneur s'est servi pour cette Incarnation: la Virginité miraculeusement unie a la maternité. Il voulait nous donner en ce monde l'image de Sa Puissance créatrice dans Son éternelle Sainteté, et pénétrer toute la masse du genre humain d'un levain de pureté si admirable, que nous puissions mettre en oubli désormais les souillures de notre première origine. Réjouissons-nous de ces précieuses illuminations répandues parmi nos ténèbres, appliquons-nous cette céleste incorruption qui vient remplacer la lèpre universelle du péché dont nous étions infectés; et honorons la Très Sainte Vierge dans son étroite alliance avec les trois divines Personnes.

Adorons l'Unité de la Personne du Très Saint Enfant avec ses deux natures, la nature divine et la nature humaine; ineffable invention qui demandait toute la Sagesse, toute la Bonté, toute la Puissance d'un Dieu; chef-d'œuvre incompréhensible du Père, qui trouve avec délices dans Son Fils incarné l'assemblage et la gloire de toutes les Divines Perfections... Aimons et glorifions le Père avec le Fils; et dans le Fils, adorons, particulièrement à cette heure, l'Humanité qui ne vit que par le Verbe. Elle est, cette Humanité, le modèle et l'exemple des élus: c'est elle qui leur communique, par pure grâce, l'éminente dignité d'enfants de Dieu, et qui les fait vivre de sa vie. Admirons alors comment le Don que les Saints font d'eux-mêmes à Jésus, et leur union avec Lui ne leur est pas moins, nécessaire dans les voies de la Grâce pour l'accomplissement du Salut en eux, que l'union de la Nature Divine à la nature humaine était nécessaire à Jésus pour accomplir sa mission de Rédempteur... Oh! renonçons de tout notre cœur aux œuvres d'Adam et à nos propres œuvres, puisque autrement nous ne pourrions appartenir à un tel Sauveur et à un tel chef.

Adorons l'Ame et le Corps de ce divin Enfant, toutes Ses facultés intérieures et extérieures, tous Ses sens et l'usage qu'il en fait, la communion du Verbe avec tout ce petit corps dont Il a pris possession avec le Sang qui coule dans ses veines, avec Ses artères, Ses nerfs, Ses organes, tous Ses membres. Adorons Son entendement avec toute la science et toutes les connaissances dont Il est Capable; Il n'en a pas moins, au moment de Sa Naissance dans l'humble étable, qu'Il n'en aura au dernier jour du monde, quand Il descendra dans l'appareil de Sa Gloire, pour juger les Anges et les hommes. Adorons l'étendue de Son Amour envers Dieu et envers nous qui sommes Ses enfants. Adorons toutes les vertus et toutes les richesses inconnues de Son Ame; bénissons Dieu de nous l'avoir donné avec une Bonté sans mesure, et donnons-nous, à notre tour et de tout notre cœur, à ce Roi si parfait et si Divinement Auguste.

Adorons le Divin Enfant dans cette incommunicable Majesté qui résulte de Ses titres de Fils de Dieu, d'égal à Dieu, ne faisant qu'un avec Son Père. Adorons la mutuelle relation qui est et qui sera éternellement entre eux. Adorons Ses qualités et Ses fonctions humaines de Médiateur, de Rédempteur, de Prêtre, de Victime, d'Epoux, de Père, de Frère; de Chef, de Docteur, de Législateur, de Juge, et toutes celles qui nous sont inconnues... Entrons dans l'exercice des devoirs qu'elles demandent toutes de notre reconnaissance et de notre piété. Adorons la Gloire qu'Il possède comme Verbe de Dieu, et ce qu'il rend à son Père par l'effet de cette gloire, et ce qu'il en reçoit pour lui et pour nous. Adorons la privation volontaire qu'Il porte de ce même état de gloire dans les souffrances de son corps et de son âme... et que cette réflexion nous apprenne encore une fois à ne faire aucun fond sur les vaines félicités de cette vie, et à embrasser tous les jours, avec notre Maître, le sacrifice et le renoncement. Adorons Ses premières pensées qui n'ont pas seulement été dirigées vers la Croix en méprisant l'ignominie, comme s'exprime saint Paul, et comme s'était exprimé avant lui le Prophète; mais qui ont été pleines d'adoration, de gratitude, d'amour infini, de conformité aux desseins de Dieu, de zèle pour Sa Gloire, d'obéissance jusqu'à la mort et à la mort subie sur le Calvaire. Méditons l'esprit de Son oblation si Sainte et si Parfaite; et prenons-y la part qu'il lui plaît de nous donner.

Adorons les effusions de Grâce que le Divin Enfant faisait couler de son Cœur sur ceux de Marie et de Joseph en naissant, et imaginons-nous le bonheur de cette tendre et gracieuse Mère et de ce Père adoptif si humble, si pur, si dévoué. Demandons quelque chose de l'amoureuse vénération qu'ils témoignaient à Jésus, et qui devait surpasser même celle des Anges.

Prière

Divin Jésus, je Vous adore dans Votre Crèche; je Vous adore aussi entre les bras de Votre Sainte Mère. O saint Enfant, ô Fils de Dieu, ô Fils de Marie! Que j'aime à me représenter les désirs que Vous avez de notre Salut, en même temps que vous prodiguez vos grâces et vos tendresses à votre Mère; car je me dis que c'est par elle que vous voulez répandre sur nous vos bienfaits. Oh! rendez-nous dignes de mériter Vos faveurs, ôtez de nous tout ce qui Vous déplaît, entrez dans notre cœur par Votre Amour, régnez-y toujours par Votre Grâce; faites-en le lieu de Votre repos, Divin Sauveur, demeurez-y toujours avec nous. Au nom de Marie, mais au nom de Joseph aussi, soyez-nous Jésus maintenant et à l'heure de notre mort. Amen.


III

La gloire de l'Ame du Saint Enfant Jésus à Sa Naissance

« En ces jours, Dieu nous parle par son Fils qui est la Splendeur de Sa gloire et l'empreinte de Sa Substance ». (Hébreux. 1, 2, 3)

Adorons le Saint Enfant Jésus possédant la Béatitude dès le premier instant de sa vie. Il est rempli de toute la Lumière de la Gloire; Il contemple la Face de Son Père; Il pénètre tous les mystères de ses deux naissances, de Sa Naissance temporelle et de Sa Naissance éternelle; Il est participant de tous les Secrets de Dieu; et Dieu par les visions qu'Il Lui communique de Son Essence, est uni d'une incomparable manière avec Sa Sainte Ame. Divin Enfant, nous adorons la plénitude de la Divinité qui habile en Cous. (Colossiens 2: 9.) Vous êtes rempli de Dieu par Votre Union personnelle avec Lui, par la nature du Verbe, qui réside en Vous corporellement, (Colossiens 2, 9.), et par la grâce sanctifiante, qui est répandue en Vous par le Saint Esprit avec toute la surexcellence qui Vous est due comme au Fils de Dieu, et au Chef des Anges et des hommes. Mais Vous en êtes également rempli par la vision de l'Essence divine, dans laquelle Dieu forme avec Votre entendement la plus étroite union qu'Il formera jamais avec aucun esprit. Ah! je me réjouis de tout mon cœur de ce que, naissant dans nos misères, Vous ne perdez rien de Votre Science dans ce silence d'enfant; de l'abondance de Votre Joie au milieu de ces larmes et de ces douleurs; des ineffables délices que Vous trouvez en Dieu et par la vue et par l'Amour, parmi ces afflictions intérieures que Vous cause le poids de nos péchés.

Adorons le Divin Enfant, qui est tout ensemble dans la gloire du ciel et dans l'obscurité de la terre; qui éclaire et gouverne les Anges et est conduit par une Vierge; qui règne, avec Son Père dans l'éternité et est assujetti à Sa Mère dans l'exil passager de ce monde; qui repose au sein d'une Lumière inaccessible et n'a qu'une Crèche pour berceau; qui porte dans Son Ame la source de toute immortalité et destine Son Corps aux supplices. Adorons cet accord admirable de la félicité et de la souffrance, par lequel Il ajoute aux richesses de sa gloire incréée d'autres richesses très précieuses, qui sont celles de Ses abaissements. Il est tout ensemble, ce Rédempteur sacré, et un Roi de gloire et un Roi qui meurt pour son peuple; Il est le Saint des Saints, et Il est fait péché pour nous; Il est le béni de Son Père, et Il est devenu malédiction pour les hommes. O merveille! c'est le plus sublime honneur que l'homme soit le Vrai Fils de Dieu: mais cet honneur n'est-il pas plus inestimable encore, lorsque le Verbe, étant aussi Fils de l'homme, est en même temps et infiniment grand et infiniment petit?

Prière

O Jésus! nous Vous adorons, enrichissant vos célestes splendeurs de nos ignominies, révélant votre puissance par votre infirmité et trouvant moyen de vous agrandir Vous-même, en quelque sorte, par notre bassesse. Nous Vous adorons, ennoblissant le genre humain de la gloire de votre âme qui subsiste en Dieu; et nous Vous bénissons de ce qu'en vous faisant Enfant, et en naissant d'une mère, Vous élevez l'humanité à la participation même de Votre Nature Divine. Apprenez-nous à faire avec Vous l'abnégation de toute grandeur pendant cette vie, à ne rechercher ni la distinction, ni les honneurs, ni les vains plaisirs pendant que nous sommes sur la terre; ni même les visions saintes et les connaissances extraordinaires, ni les célestes consolations, ni les communications de Dieu et des anges: car dans Votre Enfance et en toute Votre Vie Vous vous êtes conduit, ô mon aimable Maître, comme si Vous n'eussiez été qu'un homme voyageur, et toujours Vous avez préféré la Croix aux jouissances, et le travail au repos... Et comment ne nous confierions-nous pas en la doctrine que Vous nous avez enseignée, quand nous savons que non-seulement comme Dieu, mais comme Homme aussi, Vous nous avez dit les choses que vous connaissiez de la plus parfaite Science, et ne nous avez attesté que ce que Vous aviez vu en Votre Père?...

IV

Sur l'adoration des bergers à la Crèche de Jésus nouveau-né

« Qu'avez-vous, ô bergers? dites-le-nous... Nous avons vu le saint Enfant; et nous avons entendu dans les airs les chœurs des anges qui louaient le Seigneur ». (Off. de Noël, à Laudes.)

Adorons le Divin Enfant Jésus qui se manifeste aux pauvres et aux simples, et non aux grands et aux sages d'Israël: « Je Vous bénis et je Vous remercie, mon Dieu, Roi du Ciel et de la terre, de ce que vous avez caché ces choses aux sages et aux prudents, et les avez révélées aux petits ». (Matthieu 11: 25.) Aimons l'Humilité du Fils de Dieu et apprécions les secrets de Sa Sainte Enfance dans l'ordre de notre Salut. S'Il découvre Sa Naissance d'abord à des pasteurs, comme Il découvrira à des pêcheurs Ses autres Mystères, c'est afin que nous nous rendions petits et humbles devant Lui toujours. Autrement, nous ne saurions avoir part, dit-Il, à Sa Céleste Transfiguration...

Adorons le Divin Enfant qui, entre tous les pauvres et les simples, choisit de préférence les bergers, comme si cette condition semblait, à Ses yeux, au-dessus de celles des autres hommes. Jacob, Moïse, David et bien d'autres Patriarches exerçaient l'office de pasteurs quand Il les élevait si haut par Sa grâce, jusqu'à les rendre ou Ses aïeux selon la chair, ou Ses images, ou comme Ses ombres figuratives dans l'ancienne loi. Que de précieux moyens, du reste, ont les bergers de se rendre agréables aux yeux du Seigneur! Ce sont bien les cœurs les plus éloignés par leurs habitudes de vie, de nos habitudes d'orgueil; et lorsqu'ils sont vertueux, ils peuvent s'entretenir aisément dans la pensée si douce de la présence de Dieu, et le recueillement si paisible d'une prière attentive et persévérante. La solitude qui se fait autour d'eux leur donne l'intelligence des grandeurs de Dieu dans les merveilles de la nature; et le magnifique mouvement des cieux dont ils sont les témoins les plus rapprochés, en quelque sorte, ne saurait que, les élevée, par de fervents désirs, de plus en plus vers l'éternel bonheur. D'autre part, quel n'est pas le mérite de leur dure existence, en étant exposés, le jour et la nuit, aux injures de l'air, brûlés par la chaleur et par le froid, comme disait Job ! (Job. 24, 19). De plus, le soin que prennent les bergers de ces dociles animaux qui leur sont confiés, leur apprend de bonne heure a être aimants et bons d'ordinaire; et les agneaux et les brebis pourraient en rendre de touchants témoignages, s'ils savaient répondre par la parole aux tendres sollicitudes de leurs diligents gardiens. Enfin, ces hommes sont humbles, simples et patients. Pour tous ces motifs, les divines complaisances que Jésus leur a montrées dans Sa Crèche, sont un précieux encouragement pour nous. Nous voyons quelles sont les dispositions que nous devons revêtir à Ses yeux, si nous voulons acquérir la connaissance de Ses Mystères. Renonçons à notre esprit, invoquons Celui de Dieu, et nous deviendrons tels qu'étaient les saints Bergers, quand ils furent appelés au berceau de l'Emmanuel.

Considérons que les Pasteurs n'ont pas été choisis de Dieu seulement pour les vertus que nous venons d'expliquer: mais aussi pour le zèle qu'ils apportaient à veiller assidûment sur leurs troupeaux, soit en les éloignant de tout désordre, soit en les préservant de tout dommage et de tout péril. Le Saint Enfant aime ceux qui écartent de leurs âmes jusqu'à l'apparence du péché, qui s'occupent avec une scrupuleuse fidélité des obligations qu'ils ont à remplir, et des différentes charges que Sa Providence leur a assignées. Examinons si nous apportons cette vive ardeur à nous acquitter des devoirs de notre vocation, et croyons que nous ne serons bénis du Sauveur qu'en proportion des efforts de notre piété généreuse et dévouée.

Adorons le saint Enfant Jésus qui convoque à lui ces Pasteurs des champs, comme les images des pasteurs de son Eglise, à qui surtout il a été dit: « Heureux ceux que le Seigneur trouvera veillants » (Luc. 12: 37)... Oui, heureux sont-ils ces ministres du Dieu Trois fois saint, qui prêchent avec ferveur l'Evangile de paix, qui gardent les âmes rachetées du sang de Jésus-Christ, comme un trésor plus riche et plus précieux que l'or et les diamants (Ps. 118, 127.); une grande récompense leur est réservée dans le ciel: mais dès ce monde, c'est à eux d'abord que Dieu communique ses lumières et les dons les plus secrets de son cœur. « Je ne vous appellerai plus Mes serviteurs, disait-Il à ses Apôtres, mais Mes amis ». (Jean 15: 15.) Adorons donc l'Amour que le Fils de Dieu témoigne aux prêtres, aux évêques, comme aux pieux fidèles qui travaillent au salut de leurs frères, et animons-nous du zèle et de la vigilance qui nous rendra chers nous-mêmes, sous ce rapport, au divin Enfant.

Adorons les saintes intentions de l'Enfant Dieu, en envoyant Son Ange aux pasteurs. S'Il était né dans la ville ou dans un palais, les pauvres auraient à peine eu accès auprès de Lui; mais Il a voulu naître hors de la ville et dans une étable, afin de s'exposer aux regards et à l'amour des plus petits surtout d'entre son peuple. Méditons avec attendrissement sur cette Divine conduite, pleine de sagesse, d'humilité, de charité.

Adorons encore les pensées du Saint Enfant qui fait donner pour signe de Son apparition au monde, qu'on le trouvera enveloppé de langes et couché dans une crèche. Nous ne saurions trop nous représenter combien Il redoute, pour ainsi parler, l'éclat et les richesses, combien Il chérit la douceur et l'humilité. Les anéantissements, la petitesse, la pénitence, la pauvreté, voilà la vraie marque de la Naissance de Jésus-Christ dans les âmes.

Honorons les Saints Anges qui chantent les louanges de Dieu sur l'étable, et annoncent la paix au monde. Unissons-nous à leur joie, aux adorations qu'ils rendent a Jésus Enfant, à la Charité qu'ils témoignent pour les pécheurs, en les voyant recouverts des Divines Miséricordes, aux sentiments de dévotion, d'amour, de religieux esclavage, dont ils nous donnent l'exemple envers la Sainte Crèche.

Honorons les Saints Pasteurs remplis d'une ferveur divine après la céleste vision, et qui s'en vont en diligence voir le Saint Enfant. Entrons dans le respect amoureux qu'ils Lui rendent, et dans la joie dont leur cœur est inondé. Offrons-nous avec eux à Jésus, en Le reconnaissant pour notre Messie, notre Sauveur et notre Dieu. Comme eux aussi, rendons nos plus dévotes révérences a la Très Sainte Vierge et à Saint Joseph.

Enfin, adorons Jésus produisant les premiers effets de Sa Sainte Enfance sur les âmes des Bergers, effets admirables d'anéantissement de la vieille créature, de séparation complète du monde, de parfaite conversion vers Dieu, d'esprit de prière et d'oraison, de pureté, de simplicité, d'innocence et d'amour. Demandons-Lui, par le mérite des Saints Pasteurs eux-mêmes, et surtout au Nom de Joseph et Marie qui avaient reçu de Lui bien d'autres grâces encore, de retracer en nous quelque chose, au moins de ces dispositions si désirables.

Prière

Seigneur, Dieu tout-puissant, qui avez voulu qu'une grande joie fût apportée aux Bergers, quand les anges leur annonçaient la naissance de Votre Fils unique en ce monde, faites, nous Vous en supplions, que nous soyons rendus dignes d'adorer avec humilité, avec amour, avec Foi, comme ces Saints Pasteurs, notre Rédempteur, d'être rangés par eux au nombre des brebis de Son troupeau, et par eux encore conduits à Votre Bercail éternel. Mais Vous avez associé, par ce Divin Avènement du Verbe, la terre au ciel, ô mon Dieu, faites aussi que par les mérites de Vos Anges qui ont été les hérauts de cette grande Miséricorde, dans leurs chants sacrés, nous soyons remplis des dons de paix qu'ils ont promis de Votre part aux cœurs droits, pour être réunis, un jour, à leurs radieuses milices dans la gloire où Vous vivez et régnez, Père, Fils et Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

calendar49

Chapelet de l'Enfant Jésus

On baise la médaille en disant: "Saint Enfant Jésus, bénissez-nous!" (50 jour d'indulgence, Pie X, 1909). On récite ensuite le Pater sur chacun des trois gros grains et l'Ave Maria sur chacun des douze petits grains en faisant précéder chaque Pater et chaque Ave de ces paroles: "Et le Verbe s'est fait chair, et Il a habité parmi nous."

On peut énoncer les mystères avant chaque Ave Maria.

1. L'Annonciation

2. La Visitation.

3. La Naissance.

4. L'Adoration des Bergers.

5. La Circoncision.

6. L'Adoration des Mages.

7. La Présentation au Temple.

8. La Fuite en Égypte.

9. Le Séjour en Égypte.

10. Le Retour de l'Égypte.

11. La Vie cachée à Nazareth.

12. Jésus au milieu des Docteurs.

3163817893_456d4ba187_o