La Dévotion à la Sainte Face de Notre Seigneur

HolyFace_large

La Dévotion à la Sainte Face de Notre Seigneur

« O Dieu notre protecteur, regardez et jetez les yeux sur la Face de Votre Christ » (Psaume 83)

La Dévotion à la Sainte Face a pour but principal de rendre à la Face adorable de Jésus-Christ, défigurée dans la Passion, des hommages particuliers de respect et d'amour; de réparer les blasphèmes et la violation du dimanche, qui l'outragent de nouveau; enfin, d'obtenir de Dieu la conversion des blasphémateurs et des profanateurs du Saint Jour. Cette touchante dévotion que le Seigneur semble avoir Lui-même institué le jour de sa mort, en imprimant miraculeusement Ses Traits ensanglantés sur le Voile de Véronique, a toujours été connue et pratiquée dans l'Eglise. Le Saint Voile, conservé précieusement à Rome dans la Basilique Vaticane, y est entouré d'honneurs et de marques de confiance. Plusieurs fois par an, on l'expose à la vénération des fidèles. Les Souverains Pontifes ont accordé de nombreuses Indulgences à ceux qui visitent pieusement cette Relique insigne. Plusieurs Saints et Saintes se sont distingués par leur piété envers la Divine Face, et en ont retiré toutes sortes de fruits de grâce pour le salut; nous citerons entre autre le Saint Roi David, Saint Augustin, Saint Bernard, Sainte Gertrude, Sainte Mechtilde, et de nos jours, parmi les personnes mortes en odeur de Sainteté, la Soeur Marie de Saint Pierre, Carmélite de Tours, la Mère Marie-Thérèse, fondatrice de la Congrégation de l'Adoration Réparatrice, enfin le Vénérable Monsieur Dupont, l'infatigable propagateur du Culte de la Sainte Face. Cette dévotion a pris en ces derniers temps un développement considérable, c'est un souffle de l'Esprit Saint qui semble passer sur tout l'univers Catholique, c'est un remède providentiel offert au monde pour combattre les ravages de l'impiété et se prémunir contre les fléaux de la Divine Justice. Les magnifiques et consolantes promesses de Notre Seigneur, confirmées par une heureuse expérience montrent combien la Dévotion à la Sainte Face est agréable à Dieu et utile à tous les Chrétiens. Que de succès dans les affaires, que de lumières surnaturelles, que de conversions inespérées, que de grâces de choix obtenues par ce moyen! En particulier, que de guérisons opérées par la vertu de l'huile qui brûle à Tours devant la Vénérable Image. Il est a remarquer que Notre Seigneur, en aucune autre partie de Son Corps Adorable, n'a souffert autant de mauvais traitements, d'outrages et d'ignominies qu'en Son aimable Visage. Aucune circonstance de la Passion n'a été aussi clairement annoncée par les Prophètes, ni aussi minutieusement rapportée par les Evangélistes. Tous ces détails n'ont pas été consignés dans l'Ecriture sans un dessein particulier de Dieu. Ils nous exhortent éloquemment à donner, entre les différents mystères de la Douloureuse Passion du Rédempteur, une place à part aux humiliations et aux douleurs de Sa Très Sainte Face. Chrétiens, qui avez à cœur la gloire de Dieu et le salut du prochain, avec une confiance absolue, priez devant l'Image de la Face sanglante et humiliée de Votre Sauveur. En réparation de toutes les impiétés du monde, offrez au Père adorable cette Face avec Ses tristesses, Ses larmes, Ses meurtrissures, Ses plaies, Son Sang, Ses ignominies. Par là, vous apaiserez la colère de Dieu, vous obtiendrez la conversion de vos frères égarés, vous contribuerez puissamment au triomphe de l'Eglise et au Salut de la France (et du monde entier), et vous participerez aux magnifiques récompenses que promet Notre Seigneur.

DSCN4496

Promesses faites par Notre Seigneur Jésus-Christ en faveur de tous ceux qui honoreront Sa Sainte Face

Ils recevront en eux, par l'impression de mon humanité, un vif éclat de ma divinité, et ils en seront éclairés au fond de l'âme, de sorte que, par la ressemblance de mon Visage, ils brilleront que beaucoup d'autres dans la vie éternelle ». (Sainte Gertrude, Insinuations, Livre 4, chapitre 7)

Sainte Mechtilde demandant un jour à Notre Seigneur que ceux qui célèbrent la mémoire de Sa Douce Face ne soient jamais privés de Son aimable compagnie, il répondit: « Pas un d'eux ne doit être séparé de Moi ». (Sainte Mechtilde, De la Grâce Spirit. Livre 1, chapitre 13)

« Notre Seigneur, dit la Soeur Marie de Saint Pierre, m'a promis d'imprimer dans les âmes de ceux qui honorent Sa Très Sainte Face les traits de Sa Divine ressemblance ». (21 janvier 1847) « L'image de cette Face adorable est comme le cachet de la divinité qui a la vertu de réimprimer, dans les âmes qui s'appliquent à Elle, l'image de Dieu ». (6 novembre 1845).

« Par ma Sainte Face, vous ferez des prodiges ». (27 octobre 1845)

« Vous obtiendrez par le dévotion à l'Image de Ma Sainte Face le Salut de beaucoup de pécheurs. Par cette offrande, rien ne vous sera refusé. Si vous saviez combien la vue de Ma Face est agréable à Mon Père! » (22 novembre 1846).

« De même que dans un Royale, on se procure tout ce qu'on peut désirer avec une pièce de monnaie marquée à l'effigie du Prince, ainsi, avec la pièce de monnaie marquée à l'effigie du Prince, ainsi, avec la Pièce précieuse de ma Sainte Humanité, qui est Ma Face Adorable, vous obtiendrez dans le Royaume des Cieux tout ce que vous voudrez ». (29 octobre 1845)

« Selon le soin que vous aurez de réparer Mon Portrait, défiguré par les blasphémateurs, de même J'aurai soin du vôtre, qui a été défiguré par le péché; J'y réimprimerai Mon Image et Je rendrai aussi beau qu'il était au sortir des fonts du Baptême ». (3 novembre 1845)

« Notre Seigneur m'a promis, dit encore Soeur Marie de Saint Pierre, que ceux qui défendraient Sa cause en cette oeuvre de Réparation, par paroles, par prières ou par écrits, qu'Il défendrait leur cause devant Son Père; à leur mort, Il essuiera la Face de leur âme en effaçant les traces du péché et leur rendra leur beauté primitive ». (12 mars 1846)

905_001

Prière de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus à la Sainte Face

O Jésus, qui dans votre cruelle passion êtes devenu "l'opprobre des hommes et l'homme de douleurs", je vénère votre divin visage, sur lequel brillaient la beauté et la douceur de la divinité, maintenant devenu pour moi comme le visage d'un "lépreux"! Mais sous ces traits défigurés je reconnais votre amour infini, et je me consume du désir de vous aimer et de vous faire aimer de tous les hommes. Les larmes qui coulèrent si abondamment de vos yeux m'apparaissent comme des perles précieuses que j'aime à recueillir afin d'acheter avec leur valeur infinie les âmes des pauvres pécheurs. O Jésus, dont le visage est la seule beauté qui ravit mon coeur, j'accepte de ne pas voir ici-bas la douceur de votre regard, de ne pas sentir l'inexprimable baiser de votre bouche; mais je vous supplie d'imprimer en moi votre divine ressemblance, de m'embraser de votre amour, afin qu'il me consume rapidement, et que j'arrive bientôt à voir votre glorieux visage dans le Ciel. Ainsi soit-il.

Antlitz_Christi_Turin_2_0

Téléchargez le texte ce cette prière (pdf) en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 17:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Le Mois de la Vierge des Douleurs

05__Virgen_Maria_25x30_w

Le Mois de la Vierge des Douleurs

 

Deuxième jour

Trouble de la Très Sainte Vierge dans son Annonciation

 

Quoique dans ce jour l'Archange Gabriel annonçât une heureuse nouvelle à Marie, il est écrit qu'elle en fut troublée. Premièrement cette Vierge sainte apprenait qu'elle allait devenir mère, ne sachant pas comment cela pourrait se faire, puisqu'elle était la première entre toutes les femmes qui gardât la virginité, et qui s'y fût obligée par un vœu. En second lieu, suivant Saint Laurent Justinien, Marie ne se troubla pas précisément de la vue d'un Ange, étant habituée à converser avec ces esprits célestes, mais ce fut d'entendre qu'elle avait été choisie entre toutes les créatures pour être la mère de son Dieu, parce que, dans sa profonde humilité, elle se regardait comme la dernière de toutes. Cependant la cause principale de son trouble, consistait dans la vue anticipée qu'elle eut alors de toutes les peines, et de la mort de cet Homme-Dieu, qui devait prendre naissance dans son sein virginal. Voilà pourquoi dès ce moment, dit Saint Bernardin de Sienne, elle fut crucifiée dans son cœur, et, pour le prouver, il ajoute, que la sagesse éternelle voulut s'incarner dans les chastes entrailles de Marie, le jour même dans lequel il devait ensuite donner sa vie. Or, quelle douleur pour cette Vierge sainte de voir clairement qu'elle voilait, sous l'abjecte enveloppe de la nature humaine, un Dieu qui, après une vie penible et laborieuse, devait être un jour ignominieusement crucifié! Car c'est pour cela qu'elle répondit à l'Ange: Voici la servante du Seigneur; qu'il me soit fait suivant votre parole: comme acceptant un fardeau et non un honneur. En effet, si elle n'eût vu qu'une prérogative dans la maternité qu'on lui offrait, sa réponse aurait été l'expression de sa reconnaissance; mais comme elle prévit les peines immenses attachées à cette dignité, elle répondit en se soumettant à un commandement dur et difficile. Elle Imita d'avance le Sauveur acceptant la mort au jardin des Olives, et disant à son Père : Que votre volonté soit faite et non la mienne. O Mère affligée! il est donc vrai que les honneurs vous sont à charge, et que vos joies sont mêlées d'amertumes!

 

Colloque

 

O Vierge sainte! il m'est impossible de ne pas vous plaindre, en pensant que votre élévation à la dignité de Mère de Dieu ne vous remplit pas de joie; et qu'au contraire, toute la gloire de la Maternité divine vous donna lieu de vous affliger et de vous confondre encore davantage. Si je réfléchis ensuite que vous consentîtes généreusement à être la Mère du Verbe divin, précisément parce qu'il devait mourir crucifié, je n'en suis que plus touché, et ma douleur n'en est que plus profonde. Mais je vous bénis mille fois, et je vous prie, par votre immense charité et vos admirables exemples, de m'obtenir la grâce d'être, à votre exemple, humble dans les prospérités, et patient dans les contradictions.

 

Élévation à Marie

 

O Marie! vos augustes prérogatives sont mêlées d'immenses amertumes, puisque vous êtes la mère à la fois heureux et affligée d'un Dieu qui doit expirer sur la croix.

 

Exemple

 

La bienheureuse Véronique de Binasco eut toujours une dévotion particulière à Notre Dame des Douleurs. Ce fut pour elle une source de faveurs privilégiées, et de précieuses révélations sur les douleurs de Marie et sur la Passion du Sauveur. En voici deux qui sont mémorables: Un jour de l'Annonciation, elle vit l'Archange Gabriel tout resplendissant de gloire, et il lui fut dit que cet, envoyé céleste, après avoir déclaré la volonté de Dieu à la très-Sainte Vierge, lui développa clairement tous les Mystères de la Vie, de la Passion, et de la Mort du Sauveur, quoique les Évangélistes n'en. parlent point. Dans la seconde vision, le divin Sauveur apparut visiblement lui-même à la bienheureuse, et lui dit qu'il agréait souverainement les méditations qu'elle faisait continuellement sur sa Passion ; mais que l'amour immense qu'il portait à sa très-sainte Mère, lui rendait infiniment agréable la considération des douleurs que la très-Sainte Vierge avait souffertes à l'accomplissement de ces mystères douloureux.

 

Pratique: Réciter sept fois le je Vous salue Marie en l'honneur de Notre Dame des sept Douleurs

0521tendernessicon_202

Pour recevoir chaque jour dans votre boîte e-mail la méditation du Mois de la Vierge des Douleurs, pour être tenu au courant des nouvelles publications sur le blog et recevoir de temps en temps des prières par e-mail, abonnez-nous à la Newsletter d'Images Saintes 

La Servante de Dieu Mère Julienne du Rosaire

424720_1

La Servante de Dieu Mère Julienne du Rosaire

23 mai 1911 - 6 janvier 1995

 

Mère Julienne du Rosaire, née Julienne Dallaire (1911-1995), fille de Gaudiose Dallaire et d’Alexina Faucher, a fondé la Congrégation des Dominicaines Missionnaires Adoratrices en 1945. Née à Québec le 23 mai 1911, dans la paroisse Notre-Dame-de-Jacques-Cartier, Julienne Dallaire entre à l'âge de 29 ans chez les Dominicaines de l'Enfant-Jésus, au Petit Séminaire de Québec, mais la maladie la contraint à quitter la communauté. Le chanoine Cyrille Labrecque (1883-1977), vicaire à la cathédrale Notre-Dame-de-Québec, discerne dans la vie de sa dirigée l’appel à fonder une nouvelle communauté religieuse. Julienne Dallaire et trois compagnes s'installent donc à Beauport en 1945, dans une maison de l'avenue du Moulin (aujourd’hui avenue des Cascades). En 1952, sur les hauteurs de Beauport, l’apport de généreux bienfaiteurs leur permet de construire un couvent, le Cénacle du Cœur Eucharistique. Mère Julienne du Rosaire y finira ses jours. En octobre 2004, le cardinal Marc Ouellet décrète l’ouverture de l’enquête préliminaire en vue de sa béatification. Lors du Congrès eucharistique, il a annoncé que le procès diocésain s’ouvrira en septembre 2008.

 

Prière pour demander des grâces par l'intercession de la Servante de Dieu Mère Julienne du Rosaire


Seigneur Jésus, Vous avez confié à Mère Julienne du Rosaire la mission de faire connaître au monde l'immense Amour avec lequel Vous vous donnez à nous dans l'Eucharistie, pour glorifier la Sainte-Trinité. À sa prière, faites que notre vie devienne, au souffle de l'Esprit, une pure offrande, un don de soi par amour, afin que par  Vous, avec Vous et en Vous, nous adorions le Père en esprit et en vérité. Accordez-nous aussi, par son intercession, cette faveur... que nous sollicitons de Votre Coeur Eucharistique, avec confiance et abandon à  Votre Volonté, pour la gloire de la Trinité.


Amour et gloire à la Trinité par le Coeur Eucharistique de Jésus!

 

On peut communiquer avec les Dominicaines Missionnaires Adoratrices au
131, rue des Dominicaines, Québec, G1E 6S8 (418-661-9221 – edcenacle@qc.aira.com

 

Téléchargez le texte de cette prière (pdf) en cliquant ici

 

Voir aussi: http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lire-article-83937-1900740-la_servante_de_dieu_mere_julienne_du_rosaire.html