10 septembre 2010

Marie qui défait les noeuds

Retrouvez le texte de la Neuvaine, disponible en téléchargement,
En cliquant sur le lien suivant

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lire-article-83937-349098-neuvaine_a_marie_qui_defait_les_noeuds.html

Posté par fmonvoisin à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Les Serviteurs de Dieu Thomas Alvira et Paquita Dominguez

Tomas_Alvira_e_Paquita_Dominguez

Les Serviteurs de Dieu Thomas Alvira et Paquita Dominguez

Epoux membres de l'Opus Dei

29 août 1994


Thomas Alvira Alvira est né à Villanueva de Gallego (Saragosse) le 17 Janvier 1906 et est mort à Madrid le 7 mai 1992. Diplômé en chimie, il fut chercheur à la SCCI et professeur à l'Institut des Sciences naturelles de Madrid. Paquita Susin Domínguez est née en Borau (Huesca) le 1er avril 1912 et est morte à Madrid le 29 août 1994. Elle a été enseignante. Ils se sont mariés le 16 Juin 1939 à Saragosse. Ils ont eu 9 enfants, dont le premier, José María, est décédé à l'âge de cinq ans. La famille a déménagé à Madrid en Novembre 1941, alors que Thomas enseignait à l'Institut Ramiro de Maeztu. Tous deux furent surnuméraires à l'Opus Dei: Thomas, le 15 Février 1947, et Paquita, le 1er Février 1952. Fidèles à l'esprit de l'Opus Dei, ils ont transmis à leurs enfants et à beaucoup d'autres, un exemple de vie chrétienne. Suivant les préceptes de Saint José Maria Escriva, ils ont fait de leur maison, « un foyer lumineux et heureux ». Ils se sont sanctifiés dans l'exercice héroïque de la persévérance dans les vertus chrétiennes. La Sainte Messe était le centre et la racine de leur vie intérieure. Aidé par la grâce divine et essayant de toujours être en présence de Dieu, ils ont pu accomplir leurs activités ordinaires, familières, professionnelles et sociales. Les deux époux ont tous deux contracté de douloureuses maladies, qu'ils ont supporté avec une patience toute surnaturelle. Thomas est décédé des suites d'une tumeur et Paquita a rendu son âme à Dieu à la suite d'une maladie cérébrale. Leur cause de Béatification a été ouverte en février 2008


Prière pour demander des Serviteurs de Dieu Tomas Alvira et Paquita Dominguez


O Dieu, qui avez accordé à Vos serviteurs Paquita et Tomas, la grâce d'un mariage et qui leur avez  accordé la grâce de vivre chrétiennement leurs engagements professionnels et sociaux, donnez-nous la force de Votre Amour, pour que nous puissions propager dans le monde la grandeur de la fidélité et de la Sainteté conjugale. Daignez enfin glorifier Vos Serviteurs, et nous accorder les grâces que nous Vous demandons par leur intercession (...) Amen.


Pater, Ave, Gloria


Si vous avez reçu des grâces, merci d'en faire parvenir le témoignage à

Prélature de l'Opus Dei

Région de France

7, rue Dufrenoy

F-75116 Paris

www.opusdei.fr


Téléchargez le texte de cette prière (pdf) en cliquant ici

Le Mois de la Vierge des Douleurs

05__Virgen_Maria_25x30_w

Le Mois de la Vierge des Douleurs


Onzième jour

Douleur de Marie au massacre des Innocents


Pendant le séjour de la sainte Famille en Egypte, arriva la nouvelle du carnage horrible que l'on fit de tous les enfants à Bethléem et dans les environs, par l'ordre d'Hérode. Ce prince, furieux d'avoir été trompé par les Mages, voulut à tout prix satisfaire sa barbarie, en répandant le sang du divin Enfant; et afin de mieux assurer sa mort, il fit périr, par les mains de ses bourreaux dénaturés, tous les nourrissons au-dessous de deux ans. Quelle nouvelle déchirante pour la sensibilité extrême de Marie! ô Fils infortuné! dut-elle s'écrier, vous descendez des splendeurs éternelles pour vous revêtir de la forme d'esclave par amour pour les hommes; et non-seulement ils ne vous firent aucun accueil à votre naissance, mais encore ils vous laissèrent durement sur le foin dans une étable glacée; et maintenant, pour comble de cruauté,ils cherchent à vous égorger inhumainement dans mes bras! Oh! c'en est trop, jamais on ne vit une semblable barbarie! Dieu commanda dans l'Exode, suivant l'explication du Docteur angélique, qu'on ne tuât jamais un chevreau allaité par sa mère; cependant, qui le croirait, le perfide Hérode voulut exercer, vis-à-vis du Sauveur, cette cruauté défendue à l'égard des bêtes; il voulut mettre à mort le divin Enfant attaché au sein de sa sainte Mère, et à son occasion, il fît périr des milliers d'enfants. Marie en était navrée de douleur et en pleurait d'autant plus amèrement, qu'elle se représentait d'une part les cris et le désespoir de tant de mères, et de l'autre, le châtiment terrible qui pesait déjà sur tant de pères juifs, en punition de leurs crimes. On eût dit l'infortunée Rachel fondant en larmes et inconsolable de la mort d'une partie de ses enfants, et de la captivité des autres. O pauvres enfants! devait dire la très-Sainte Vierge éplorée, vous êtes morts uniquement parce qu'on voulait faire mourir mon Jésus! et le cœur de Marie fut blessé d'autant de traits qu'il y eut de victimes innocentes sacrifiées à l'occasion de son Fils!


Colloque


Quelle fut votre douleur, Vierge Sainte, lorsque tenant le Sauveur entre vos bras, et n'ayant pour toute société que Sain Joseph, vous vous vîtes sans amis et sans protecteurs, persécutée par un monarque impie? quelle fut votre frayeur pour votre Fils adorable, plus encore que pour vous-même? Je me confonds à cette seule pensée. Mais surtout, je me fais horreur à moi-même en considérant que, par mes péchés, j'ai été plus cruel qu'Hérode lui-même envers Jésus. Oui, ce prince persécuta une seule fois le divin Rédempteur, et, par mes offenses énormes, je l'ai persécuté cent fois, mille fois. Hérode ne connaissait pas en Jésus le Fils de Dieu, et j'ai osé offenser le Dieu que j'adore. Ce monarque se proposait d'affermir son trône, et j'ai blessé mon Sauveur pour une bagatelle, pour un vain honneur, pour un plaisir d'un instant! Ah! sainte Mère, je frémis d'y penser; j'ai honte de moi-même, et, couvert de confusion, je demande pardon à votre divin Fils persécuté, et à votre cœur affligé de toutes mes fautes: ô Vierge éplorée! accordez-moi une de vos larmes pour les pleurer toujours amèrement.


Soupir à Marie


Soldats impies! pourquoi tant de barbarie? tournez plutôt votre fer contre mon cœur, plus dur que celui d'Hérode!


Exemple


Pendant que l'île de Rhodes était dépendante de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem, l'an 1423, le chevalier Louis Barco fit sculpter une statue de Notre Dame des Douleurs, tenant son Fils mort entre ses bras, et la plaça dans l'Eglise majeure de Rhodes. Cette sainte image était si expressive et si touchante, qu'on l'attribua à un Ange sous la forme d'un jeune homme inconnu qui disparut aussitôt. Le chevalier, priant un jour avec ardeur à ses pieds, supplia la très Sainte Vierge de lui indiquer ce qu'il pourrait faire pour la consoler. Alors Notre-Dame lui donna un chapelet composé de trente grains, divisés par trois gros grains, et lui dit qu'en récitant quinze Ave, Maria et un Pater après cinq Ave, en mémoire des dix-huit lettres hébraïques qui composent la salutation Angélique, on lui procurerait une grande consolation.. Le chevalier publia sur-le-champ la volonté que Marie lui avait manifestée par l'image miraculeuse; tous les chevaliers de l'île embrassèrent à l'instant cette dévotion, qui prit de là le nom de Chapelet du Chevalier, et à laquelle la très Sainte Vierge obtint des grâces sans nombre. (Bosius. hist. sacr. Relig. S. Joannis.)


Pratique: Réciter le Chapelet de Notre Dame des Douleurs.

iris_msor2

Pour recevoir chaque jour dans votre boîte e-mail la méditation du Mois de la Vierge des Douleurs, pour être tenu au courant des nouvelles publications sur le blog et recevoir de temps en temps des prières par e-mail, abonnez-nous à la Newsletter d'Images Saintes.