19 septembre 2010

Le Mois de la Vierge des Douleurs

05__Virgen_Maria_25x30_w

Le Mois de la Vierge des Douleurs


Vingtième jour

Douleur de Marie envoyant Jésus couronné d'épines et exposé sur la galerie de Pilate


La fureur des Juifs ne fut pas satisfaite par la cruelle flagellation de Jésus. Une compagnie de soldats du Prétoire voulut, par une barbarie inouïe , faire du Sauveur un roi de théâtre. Oh! qui pourrait exprimer la véhémente douleur de Marie quand elle vit placer une couronne d'épines meurtrières sur la tête de son divin Fils, quand elle vit une main armée de fer, enfoncer à coups redoublés cette couronne, et la faire pénétrer jusqu'aux fibres délicates du cerveau de Jésus, qui n'aurait jamais pu survivre à ce supplice, s'il n'eût été Homme-Dieu, On le revêt d'un haillon de pourpre, par dérision; on lui donne un roseau pour sceptre; on le salue; on l'injurie; on l'adore et on le frappe tout à la fois. Q moqueries sacrilèges! ô ignominie du Fils de Dieu! ô douleurs de Marie! A cette vue, elle fond en larmes, son cœur tombe en défaillance, elle est près de mourir de compassion! C'est dans cet état de douleur, d'avilissement, on pourrait dire d'agonie, que Jésus est conduit au tribunal de Pilate: ce gouverneur, comme en riant de voir donner le titre de roi à celui qui a perdu la ressemblance d'un homme, le présente aux Juifs, en disant: « Voilà l'Homme, voyez en quel état il est réduit ». A ces mots, la Mère désolée jette un regard de douleur et voit son Sauveur tellement déchiré, qu'il a perdu la forme humaine. « Voilà l'Homme »: il a la tête transpercée d'épines; sa barbe et ses cheveux sont collés et glacés; ses yeux sont mourants et couverts de sang; il a les joues livides et souillées de crachats, la poitrine déchirée par les fouets, les bras enflés, les épaules couvertes d'un vil haillon, un roseau à la main, par dérision; en un mot, dit Sainte Brigitte, il n'est plus qu'ignominie et douleur, et à cette vue, Marie pâlit; elle tremble et tombe en défaillance. Ensuite, quand elle est un peu revenue a elle-même, du fond du cœur elle dit aux Juifs perfides: « O peuple aveugle! regardez votre Père, votre Rédempteur, votre Dieu! il s'est réduit à cet état pour votre amour: oserez-vous encore demander son sang et provoquer sa mort? » Hélas! ces ingrats virent Jésus dans cette extrémité déplorable; et, oubliant les prodiges sans nombre qu'il avait opérés en leur faveur, ayant perdu tout sentiment d'humanité, ils crient avec plus de fureur que jamais: « Otez-le de devant nos yeux, crucifiez-le »; et cette émeute infernale ne fait entendre que des cris de sang et de mort. O aveuglement! ô mon pauvre Fils! reprend en secret l'auguste Mère du Rédempteur, ils veulent donc tous votre mort? ils oublient que vous avez guéri les aveugles, fait marcher les boiteux; ils oublient que vous les avez nourris miraculeusement lorsqu'ils vous accompagnaient; ils oublient que vous avez ressuscité les morts; ô monstrueuse ingratitude!


Colloque


Vierge affligée, comment pourrais-je retenir mes larmes et mes soupirs à te vue des vôtres? vous ne pouvez vous consoler en voyant votre Fils adorable couronné d'épines et tourné en dérision comme un roi de théâtre; une pâleur mortelle couvre votre visage délicat; l'éclat de vos yeux est obscurci; votre cœur est oppressé parla douleur, et vous êtes prête à rendre votre âme affligée. Hélas! en vous voyant à demi-morte à la vue du supplice que mes mauvaises pensées ont fait endurer aux augustes tempes du Sauveur, mon cœur restera-t-il insensible et ns sera-t-il point touché de vos peines? O Mère affligée! prenez plutôt une des épines meurtrières de ce sanglant diadème, et percez-en mon cœur coupable, afin que, par cette douleur, il apprenne à compatir dignement à votre immense affliction.


Soupir à Marie


Les tourments inexprimables qu'endure Jésus dans son corps, sont profondément empreints dans le cœur de sa Mère désolée.


Exemple

 

Deux pèlerins logés dans une auberge près de la ville de Grenade, partirent à l'aube du jour, et laissèrent dans une chambre écartée une caisse qu'ils avaient amenée avec eux. On remarquait chaque nuit une vive lumière dans cette chambre. Après avoir renouvelé plusieurs fois cette observation, on découvrit que la lumière la plus éclatante sortait des alentours du dessus de la caisse. L'Archevêque en fut averti: il examina le prodige, se transporta en cérémonie à l'auberge, s'approcha avec respect de la caisse miraculeuse, et d'une main, à la fois respectueuse et tremblante, il l'ouvrit en présence du peuple, et y trouva une magnifique statue de Notre Dame des Douleurs, On ne saurait exprimer l'étonnement, la joie et l'attendrissement de l'assistance. Le prélat ne voulut pas faire sur-le-champ la translation, pour attendre, pendant quelques jours, les deux pèlerins, qu'on suppose, avec raison, être deux Anges. Mais comme ils ne reparurent plus, le prélat procéda à une translation très solennelle, et dans cette cérémonie, Notre-Darne-des-Douleurs opéra plusieurs miracles insignes. (Ex relat. P. M. Epiph. Bedo.)


Pratique: Faire au plus tôt la sainte Communion en l'honneur de Notre Dame des Douleurs.

Nostra_Domina_Dolorum_by_LordShadowblade

Pour recevoir chaque jour dans votre boîte e-mail la méditation du Mois de la Vierge des Douleurs, pour être tenu au courant des nouvelles publications sur le blog et recevoir de temps en temps des prières par e-mail, abonnez-nous à la Newsletter d'Images Saintes.