503_001

Neuvaine à Notre Dame du Port


Librairie Catholique,

Rue Barbançon et du Terrail, Clermont-Ferrand, 1843


Approbation de Monseigneur l'Evêque


Nous Louis-Charles, évêque de Clermont, approuvons la présente Neuvaine à Notre-Dame  souterraine du Port, comme propre à favoriser la piété des fidèles.


A Clermont, le 7 mai 1843.

L. C. évêque de Clermont.


Par Monseigneur Boucard, Chan. secrét. Général.


Un mot sur cette Neuvaine


Les souvenirs historiques qui se rattachent à Notre-Dame du Port, et les monuments authentiques où sont consignés les prodiges opérés par la protection de la bienheureuse Vierge invoquée dans ce sanctuaire, disparaissent chaque jour. Nous avons donc cru faire une œuvre agréable à Dieu, et utile aux fidèles de la ville et du diocèse de Clermont, en faisant paraître cette Neuvaine. Ces vieilles chroniques, ces traits signalés de la protection de Marie sur la ville et la province d'Auvergne, ne seront pas sans intérêt, et la piété pourra y trouver un nouvel aliment. A la suite du trait historique de chaque jour, vient une lecture puisée dans les saintes Ecritures, les Pères et l'histoire de l'Eglise, accompagnée d'une prière également tirée des écrits des Docteurs et autres saints personnages. D'autres prières en l'honneur de la sainte Vierge qui expriment les divers besoins de chacun selon son état, sa position particulière. On le voit, rien ne nous appartient dans ce petit travail, si ce n'est l'ordre et l'arrangement des matières. Aussi le déposons-nous avec confiance aux pieds Celle que nous ne savons appeler. S'il peut contribuer à lui gagner un cœur, à inspirer pour elle un sentiment de reconnaissance et d'amour, nous aurons obtenu la plus douce des récompenses. C'est le vœu du dernier, mais non du moins dévoué de ses enfants.


Premier jour

Origine de la dévotion à Notre-Dame du Port


H est peu de sanctuaires dans le monde chrétien qui réveillent d'aussi touchants souvenirs, d'aussi douces pensées, et invitent au recueillement comme l'église de Notre Dame du Port. Nous ne faisons ici que rapporter les impressions de tous les étrangers qui chaque jour viennent la visiter. Ces vieux murs noircis par le temps, cette architecture qui nous reporte à plus de douze siècles, cette chapelle souterraine qui ne laisse qu'à regret pénétrer les rayons du soleil, cette Image miraculeuse autour de laquelle se pressent incessamment des milliers de cœurs, tout est plein de mystère. Le curieux, l'impie lui-même, subissent malgré eux cette salutaire influence , et sentent le besoin de prier. Saint Avit, de la noble famille des Avitus, qui tenait le premier rang parmi les sénateurs d'Auvergne, et dix-huitième évêque de Clermont, jeta les fondements de cette église vers la fin du sixième siècle, de l'an à 575 à 594. Rien ne fut épargné pour rendre ce monument digne de Celle qui devait y être honorée. Les détails que Grégoire de Tours et les historiens qui l'ont suivi, nous donnent sur la construction de cet édifice, et les sacrifices immenses que le saint évêque s'imposa en cette occasion, témoignent hautement, et de sa tendre dévotion envers la Mère de Dieu, et de son zèle pour étendre son culte dans toute la province. Les fidèles comprirent les pieuses intentions de leur saint pasteur, et la multitude ne cessa depuis d'environner l'autel de Marie de sa confiance et de son amour. Tel fut le berceau de cette dévotion. Chrétiens, n'entrez pas ici distraits ou indifférents. Songez à toutes les générations qui se sont agenouillées à votre place, y ont versé avec foi leurs prières, leurs larmes,et se sont relevées heureuses et consolées. Ne vous disent-elles pas ce que doivent être vos prières et vos espérances?


Méditation

Confiance envers la Sainte Vierge


Recueillez-vous un instant. Songez aux motifs qui vous amènent dans ce sanctuaire... Interrogez votre cœur. Demandez-lui s'il est heureux, pleinement heureux? Regardez autour de vous. N'avez-vous rien à réclamer de la Bonté divine? de la protection toute puissante de la Reine du ciel? Hélas! votre poitrine se soulève, et vous ne répondez que par un soupir. C'est assez pour vous révéler l'immensité de votre misère, et vous crier avec force que vous êtes pauvre, bien pauvre! Toutefois, n'allez pas vous livrer à la tristesse, au découragement. Que votre âme se dilate, au contraire, et s'abandonne aux transports d'une sainte joie: vous êtes ici auprès d'une Mère aussi puissante que tendre et compatissante. Si j'osais le dire, vous n'avez pas besoin de franchir, par la pensée, la distance qui sépare la terre du ciel; sa présence est sensible en ce lieu, tout vous raconte sa bonté, sa miséricorde envers les pécheurs et les affligés. Quelle jouissance vous allez goûter pendant ces neuf jours! quels fruits abondants vous allez recueillir de ces doux entretiens où votre cœur va se répandre tout entier dans celui de cette Mère bien-aimée! Ce que la très Sainte Vierge vous demande avant tout, c'est la confiance, une confiance d'enfant. Douter, ce serait l'outrager. Quand les paralytiques, les aveugles criaient: « Jésus, fils de David, ayez pitié de nous », le Sauveur leur adressait cette seule demande: « Croyez-vous dans le Fils de Dieu? » S'ils répondaient: « Oui, Seigneur, je crois ». Jésus-Christ, reprenait aussitôt: « Allez, votre foi vous a sauvés »; ils étaient guéris. Marie, comme son Fils, vous adresse la même demande. Dites, dites sans hésiter: « Oui, ma Mère, je crois que vous êtes toute bonne, toute puissante ». Il suffit, vous êtes entendu, vous êtes exaucé.


Prière du Bienheureux Alain de La Roche


Vierge Sainte, dont la gloire, après celle de Dieu, surpasse toutes nos pensées; Vierge la plus sainte entre tous les saints, souveraine dispensatrice de la grâce, Mère de notre salut et de tous les biens, pourrait-on sans folie cesser de vous aimer, cesser de vous honorer, de vous invoquer? N'êtes-vous pas notre lumière, notre secours, notre consolatrice , notre refuge, et après votre adorable Fils, toute notre espérance, tout notre bonheur? Oh! mille fois heureux, ceux qui savent vous aimer, vous honorer, vous servir en enfants dévoués! O Mère! voilà mon âme, voilà mon corps, ils sont à vous. Que vos leçons, que votre protection m'accompagnent partout et toujours, vous, ma défense et ma vie! Ainsi-soit-il.


Les prières suivantes doivent être récitées tous les jours.


Prière de Saint François de Sales à la Sainte Vierge pour toutes sortes de besoins

 

Je vous salue, très douce Vierge Marie, Mère de Dieu, et vous choisis pour ma très chère Mère; je vous supplie de m'accepter pour votre fils et serviteur; je ne veux plus avoir d'autre mère et maîtresse que vous. Je vous prie donc, ma bonne, gracieuse et douce Mère, qu'il vous plaise vous souvenir que je suis votre fils, que vous êtes très puissante, et que je suis une pauvre créature vile et faible. Je vous supplie aussi, très douce et chère Mère, de me gouverner et défendre eu toutes mes actions; car, hélas! je suis un pauvre nécessiteux et mendiant qui ai besoin de votre sainte aide et protection. Eh bien donc! Très sainte Vierge, ma douce Mère, de grâce, faites-moi participant de vos biens et de vos vertus, principalement de votre sainte humilité, de votre excellente pureté et fervente charité : mais accordez-moi surtout la grâce spéciale que je sollicite pendant cette neuvaine. Ne me dites pas, gracieuse Vierge, que vous ne pouvez pas, car votre bien-aimé Fils vous a donné toute puissance, tant au ciel que sur la terre. Vous n'alléguerez pas non plus que vous ne devez pas; car vous êtes la Mère commune de tous les pauvres enfants d'Adam, et singulièrement la mienne; puisque donc, très Sainte Vierge, vous êtes ma mère, et que vous êtes très puissante, qu'est-ce qui pourrait vous excuser, si vous ne me prêtiez votre assistance. Voyez, ma mère, et voyez que vous êtes contrainte de m'accorder ce que je vous demande et d'aquiescer à mes gémissements. Soyez donc exaltée sous les cieux, et par votre intercession faites-moi présent de tous les biens et de toutes les grâces qui plaisent à la très sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, l'objet de tout mon amour pour le temps présent et pour la grande Eternité. Ainsi soit-il.


Prière de Saint Bernard


Souvenez-vous, ô très-miséricordieuse Vierge Marie, qu'on n'a jamais entendu dire qu'aucun de ceux qui ont eu recours à vous, imploré votre assistance et réclamé votre secours, ait été délaissé.  Animé d'une pareille confiance, je cours vers vous, ô Vierge des vierges et notre Mère! Je me jette à vos pieds, et pécheur que je suis, je parais devant vous gémissant. Ne rejetez pas, ô Mère du Verbe, mes humbles prières, mais daignez les écouter favorablement et les exaucer. Ainsi soit-il.


O Marie, conçue sans péché, priez pour nous, qui avons recours à vous!

O Marie, refuge des pécheurs, priez pour nous!


Nous avons placé a la fin de la Neuvaine des litanies et prières que chacun pourra choisir selon sa dévotion.


Deuxième jour

Restauration de l'église par Saint Sigon


La ville de Clermont et la province d'Auvergne vivaient paisibles et heureuses à l'ombre des autels de Marie, instruites et édifiées par les exemples d'héroïsme et de vertu des saints évêques qui se succédaient Sur le siège de saint Austremoine, lorsque tout-à-coup les peuples du Nord vinrent fondre sur cette terre et semer partout la désolation et la mort. La ville, ruinée et livrée aux flammes, disparaît, pour ainsi dire, au milieu des cendres, et ses habitants ont la douleur de voir périr, avec leurs demeures, les basiliques dont la construction remontait aux premiers jours de la prédication de la foi parmi nous, et une partie des ossements précieux d'une multitude de confesseurs et de martyrs. Les Barbares étaient à peine partis, Saint Sigon, évêque de Clermont, après avoir déployé en faveur de son troupeau toutes les ressources de sa charité, consacra ses premiers efforts, ses premiers soins à la reconstruction de l'église du Port et à lui rendre son ancien éclat. Cette église avait-elle moins souffert que les autres de cette irruption? Il est permis de le croire, car elle devint alors église principale, et même église cathédrale pendant un certain nombre d'années. Quoi qu'il en soit de ce fait, que nous abandonnons aux archéologues, Saint Sigon, fidèle aux traditions de piété de ses prédécesseurs et surtout de Saint Avit, donna en cette occasion un éclatant exemple de sa dévotion envers la Mère de Dieu. Ce zèle à restaurer avec magnificence le sanctuaire de Notre-Dame du Port, et le silence de tous les monuments historiques sur les autres églises détruites à cette époque, démontrent deux choses d'abord, quelles profondes racines le culte de la Sainte Vierge avait jetées dans le cœur de nos pères dans le neuvième siècle, et le degré de vénération et de gloire dont jouissait l'église du Port. Saint Sigon la choisit pour le lieu de sa sépulture.


Méditation

Puissance de Marie annoncée à l'homme dès l'origine du monde


En parcourant les témoignages prophétiques des saintes Ecritures sur la puissance et la gloire de la  Sainte Vierge, le cœur s'arrête d'admiration et d'étonnement devant ces paroles solennelles sorties de la bouche de Dieu: « Je mettrai une inimitié entre toi et la femme, elle écrasera la tête ». Ainsi, l'antique serpent ne jouira pas toujours de son triomphe; il sera écrasé à son tour, et par qui? par cette femme forte, par cette seconde mère qui, selon le langage de l'Eglise, doit recouvrer et nous rendre ce que la première avait honteusement perdu. Ainsi, cette Vierge incomparable accomplit, autant qu'il est en elle, une mission correspondante à celle de son Fils. Le premier Adam a entraîné dans sa chute le genre humain; le second, Jésus-Christ, a tout réparé, tout guéri, tout renouvelé. Ecoutons Saint Augustin: « C'est par la femme que la mort est entrée dans le monde; c'est par la femme que la vie nous est rendue; par Eve, la damnation; par Marie, le salut ». Après de semblables paroles, quel autre sentiment pouvez-vous éprouver: que celui de la constance? Vous le voyez, Marie a le pied sur la tête du serpent. Si cet esprit infernal vous presse, vous menace; si, comme le lion rugissant, il est prêt à vous dévorer; si même vous êtes déjà abattu à ses pieds, le remède est aussi facile qu'infaillible: poussez le cri de détresse vers votre Mère: d'un seul regard elle va le faire rentrer dans les enfers; elle vous tend la main, vous êtes sauvé! Et que fait-elle autre chose depuis dix-huit cents ans, sinon de combattre toutes les puissances ennemies de notre salut, de nous protéger, nous, ses enfants, de prêter assistance à tous ceux qui l'invoquent dans leurs besoins? Le démon sait bien qu'il n'a pas d'ennemi plus redoutable, plus terrible sur la terre.


Prière de Saint Epiphane


O Marie, épouse de la très-sainte Trinité, dispensatrice de tous ses biens, vous possédez la plénitude de la grâce. Par vous, Eve a été relevée de sa chute; par vous, Adam est rentré dans le paradis, d'où son péché l'avait chassé. Vierge sainte, vous nous avez tout donné, et cette douce paix dont jouit le monde, et le privilège d'être élevés à la gloire des anges, et la faveur inestimable de pouvoir nous dire les serviteurs, les amis, et par-dessus tout les enfants de Dieu. La mort, vous l'avez vaincue et foulée aux pieds; l'enfer, vous l'avez dépouillé; les idoles, vous les avez renversées ; le ciel et votre divin Fils, vous avez appris à la terre à les connaître. Daignez, ô Marie, prendre quelque intérêt pour les pauvres délaisses. O Mère de Dieu, ô mère de miséricorde, venez à mon secours tous les jours de ma vie! Veillez auprès de mon lit de mort; que l'ennemi craigne de s'en approcher en vous voyant! Conservez ma pauvre âme, ne permettez pas que les sombres et hideuses figures des démons viennent m'épouvanter au jour du jugement. Préservez-moi de la damnation éternelle; faites que j'entre dans l'assemblée des Saints, dans la gloire de votre Fils et dans l'héritage des enfants de Dieu. Ainsi soit-il.


Les autres prières comme le premier jour.


Troisième jour

Comment la dévotion à Notre-Dame du Port s'est étendue après Saint Sigon

 

Le zèle de saint Sigon à restaurer l'église du Port, la magnificence qu'il avait déployée pour l'orner et l'embellir, contribuèrent puissamment à donner un nouvel élan à la dévotion des fidèles. Mais les guerres continuelles qui désolaient là contrée, les incursions fréquentes des peuples ennemis, qui livrèrent plusieurs fois la ville à la dévastation et aux flammes, ne laissaient presque point de repos aux habitants. Aussi combien de monuments précieux de cette dévotion à Notre Dame du Port, ont disparu dans ces temps de troubles! Voici ce qu'il nous a été possible de recueillir d'après des documents authentiques. Le pape Urbain second, venu à Clermont l'an 1095 pour la première croisade, ordonna qu'il serait chanté une messe votive de la Sainte Vierge pour la tenue du concile. Cette messe fut chantée solennellement dans la chapelle souterraine avant d'être célébrée dans les autres églises, en présence de plusieurs Pères du concile, de tous les seigneurs de la province et d'un concours, immense des habitants. Plus tard, en 1320, Aubert Aycelin, évêque de Clermont, frappé des prodiges qui s'opéraient dans le sanctuaire du Port, adresse un mandement à tout le clergé de son diocèse, pour exciter la dévotion des fidèles, et accorde des indulgences à tous ceux qui s'y rendront pour prier et contribueront à l'entretenir et à l'orner. Vers la fin du quatorzième siècle, en 1393, Pierre de Barrière, ayant prêché en présence de Boniface IX et de plusieurs cardinaux, déclara que, sur cinq églises de France célèbres par les faits miraculeux qui s'y opéraient depuis des siècles, la première était l'église du Port. On nous saurait mauvais gré de ne pas rapporter ici une vieille tradition, appuyée sur des titres conservés jusqu'aux jours de la révolution. La voici. Un évêque de Clermont, se disposant à consacrer l'église du Port, fut averti par révélation qu'elle avait été consacrée par le ministère des Anges, comme on le raconte de Notre Dame du Puy et de plusieurs autres églises. La critique sévère peut rejeter le fait, mais les vrais enfants de Marie y trouveront un aliment à leur pieuse croyance. Il y a quelque chose de bien touchant, de bien admirable dans cette dévotion des habitants de la ville et de la province pour la Sainte Vierge, dévotion qui se conserve, se développe à travers les siècles, et forme comme une chaîne de prières qui se succèdent sans interruption depuis Saint Avit jusqu'à nos jours, c'est-à-dire pendant une période de douze cent soixante ans.


Méditation

Marie est Mère de Dieu


Après quatre mille ans d'attente, l'heure est venue pour la réconciliation de la terre et du ciel. Un Ange est chargé de négocier cette grande affaire, il a deployé ses ailes, et d'un vol rapide il est venu saluer l'humble Vierge de Nazareth. La Sainte Trinité attend son consentement pour accomplir le mystère de la Rédemption. O Marie, l'univers a les yeux fixes sur vous; dites un mot, un seul mot, et il va tressaillir de bonheur!.... Prêtez l'oreille, pauvres esclaves de l'enfer, malheureux enfants d'un père coupable; que tout fasse silence autour de vous; c'est la Vierge qui parle: « Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon votre parole ». Et le Verbe s'est fait chair; et le monde est sauvé ! Méditons sur ce grand mystère. Marie, Mère de Dieu, quel titre! quelle gloire! Selon la pensée de Saint Thomas, par la maternité divine, Marie est associée en quelque sorte à l'auguste Trinité, et forme avec elle l'alliance la plus étroite qu'il soit possible de concevoir entre Dieu et une pure créature. Bénissons donc mille fois la Bonté divine d'avoir élevé notre Mère à ce degré d'honneur, et répétons avec Marie ce beau cantique: « Mon âme glorifie le Seigneur.... Toutes les générations m'appelleront heureuse, parce que le Seigneur a fait en moi de grandes choses ». La bienheureuse Vierge voit donc à ses pieds les anges, les chérubins, les plus sublimes intelligences; le ciel et la terre sont donc soumis dès ce moment à ses lois. L'enfer commence à pressentir sa défaite et la fin de son règne. Réjouissons-nous, relevons nos fronts humiliés, nos nous annonce la véritable liberté des enfants de Dieu.


Prière de Saint Jérôme


O Mère de mon Dieu! quelle gloire est la vôtre! vous avez conçu, dans votre sein virginal, l'Auteur même de la vie; vous avez pressé contre votre cœur et couvert de vos maternels embrassements, votre bien-aimé Jésus; quoique votre Créateur et votre Maître, vous l'avez vu petit Enfant s'attacher à vous, essayer à vos côtés ses premiers pas et inonder votre âme d'une ineffable jouissance. O heureux enfantement! vous faites tressaillir d'allégresse les anges, vous êtes l'attente de tous les saints. Enveloppé dans une même réprobation, le genre humain tout entier avait besoin de vous pour être déchargé du poids de cet anathème.


Les autres prières comme au premier jour.


Quatrième jour

Extrait des procès-verbaux de Notre Dame du Port et de plusieurs mandements des évêques de Clermont


En 1614, l'hiver fut si long, le froid si âpre, les gelées si extraordinaires dans toute l'Auvergne, et principalement dans la Limagne et les environs de la ville de Clermont, que le germe de tous les grains paraissait étouffé dans le sein de la terre. Le mois de mai était déjà avancé, et la terre, nue comme au mois janvier, ne laissait paraître aucun brin d'herbe, aucune fleur, aucune feuille. Les habitants avaient perdu toute espérance de récolte, et n'avaient en perspective que les horreurs de la famine. Dans ces tristes conjonctures, ils sentirent le besoin de recourir au Ciel. Une assemblée générale du clergé, des autorités et des habitants de la ville, dans l'église cathédrale, le siège vacant, détermine une procession, où devait être portée l'image miraculeuse de Notre Dame du Port. Le 15 mai, c'était le jour fixé, après une messe solennelle chantée dans l'église du Port, les vicaires généraux du diocèse, le clergé de tous les chapitres et de toutes les paroisses de la ville, ainsi que les religieux de tous les ordres, précédés et suivis d'un concours innombrable du peuple, se mettent en marche. Jamais on n'avait vu une multitude aussi recueillie; ce silence, interrompu par les chants graves de l'Eglise, ces larmes qu'on voyait rouler dans tous les yeux, ces visages où se peignait la douleur la plus profonde, cette attitude suppliante, ces gémissements, ces prières ardentes qui partaient de tous les cœurs, tout témoignait de la sincérité de leur repentir et de la vivacité de leur foi. Le Ciel était vaincu; Marie avait obtenu grâce pour ses enfants. Tout-à-coup et pendant la procession la température change et s'adoucit, l'air prend la sérénité des beaux jours du printemps, en quelques jours la terre se couvre d'un tapis de verdure, tout refleurit, tout se développe avec une incroyable rapidité, et cette année, par l'abondance des moissons et de toute espèce de fruits, surpassa toutes celles dont les hommes avaient jamais conservé le souvenir. Deux ans après, Monseigneur Joachim d'Estaing, évèque de Clermont, s'étant assuré, par une enquête juridique signée par les principaux habitants de la ville, de l'authenticité du fait, publia une ordonnance qui instituait le quinze mai comme fête d'obligation pour la ville. Voici les noms des signataires les plus remarquables du procès verbal: M. le président Savaron; noble Jean Vachier, conseiller au présidial; Gilbert llocliias, chanoine de la cathédrale; Balthazar de Raymond, chanoine de Saint-Genès; Etienne Trolier, élu et premier échevin; Antoine Munier ; Meynard; Claude Laborieux; Michel Noëla, ancien procureur du roi en l'élection de Clermont; Hugues Granet, élu échevin, etc. Le procès verbal est dressé et signé par M. Cistel de la Garde, officiai; Baron, secrétaire. Dans le procès verbal, le président Savaron atteste et dépose en outre que quarante-deux ans auparavant, en 1573, le même prodige,accompagné des mêmes circonstances, avait été opéré par l'intertcession de Notre Dame du Port, sous ses yeux et ceux des habitants. Un poème latin de M. Madur, et un mémoire de M. Liftier Samoël, conseiller au présidial, en avaient transmis lé souvenir et les détails. La tradition rapporte aussi plusieurs faits de ce genre arrivés pendant les siècles précédents, et surtout vers la fin du quatorzième siècle.


Méditation

Marie est notre Mère

 

Vous êtes enfant de Marie. Une mère donne la vie; et la première à qui ce beau nom ait appartenu n'a laissé dans le monde que des fruits de mort, et cependant il fallait une mère au monde. O Marie, c'est à vous que ce glorieux titre était réservé! et, qui mieux que vous pouvait y répondre, combler les vœux et les espérances de la terre? Nous pouvons nous consoler maintenant, le Ciel nous a rendu plus que nous n'avions perdu, puisque par Marie et avec Marie nous possédons l'Auteur de la vie, puisque par Marie et avec Marie nous avons un Frère, grand, saint, Fils de Dieu, Dieu lui-même, Jésus enfin, c'est tout dire. Vous êtes enfant de Marie. Si un fils est d'autant plus cher à sa mère qu'il a été enfanté au milieu des angoisses de la mort, des plus cruelles douleurs, personne n'est plus aimé que Vous. Que de souffrances vous lui avez coûtées! qu'il était aigu le glaive qui a transpercé son âme! Vous avez été engendré sur la croix, vous êtes le prix de la mort de Jésus Christ. Ecoutez l'acte solennel qui vous investit de cette précieuse prérogative. « Femme, voilà votre fils, et vous fils, voilà votre Mère ». O bon Jésus, pardonnez au transport de joie qui s'échappe involontairement de notre cœur, en entendant ces mots, lorsque nous devrions pleurer en contemplant vos douleurs et les siennes. Marie est votre Mère. Dans ce mot, sont renfermés et vos espérances, et vos devoirs: vos espérances, car un enfant de Marie ne saurait périr, Saint Bernard nous en donne l'assurance; vos devoirs, car votre vie, vos exemples doivent être dignes en tout d'un véritable enfant d'une aussi douce Mère. Et pourtant que de fois vous l'avez contristée, que de fois vous avez déshonoré ce précieux caractère! Combien de fois ne l'avez-vous pas foulé aux pieds, échangé peut-être contre l'odieuse qualification d'enfant du démon! Ah! s'il en est-ainsi, allez, sans délai vous prosterner au pied du trône de votre Mère; point de retard, aujourd'hui, à l'heure même, reconnaissez votre ingratitude, pleurez votre aveuglement, votre pardon est assuré.


Prière de Saint Alphonse de Liguori


O Marie, ma très sainte Mère! comment se fait-il que vous ayez un enfant qui vous ressemble si peu? vous si parfaite et si bonne, et moi si pervers, si méchant; vous toute brûlante, toute consumée de l'amour divin, tandis que je n'ai de cœur que pour la créature! vous toute belle et pleine de grâce, et moi hélas! si pauvre de vertu? Oh! quel fils indigne vous voyez à vos pieds! Et cependant si indigne que je sois, laissez-moi vous appeler ma Mère! Ce nom seul me console; je sens en le prononçant s'enflammer ma tendresse, ma confiance pour vous; il me dit tous les droits que vous avez à mon amour. Ne vous offensez donc pas si je ne sais vous appeler que du nom de Mère; que ce nom si doux soit mon bouclier, mon dernier cri à l'heure de ma mort. Ainsi-soit-il.


Pour les autres prières, voyez le premier jour.


Cinquième jour

Extrait des archives de Notre Dame du Port et de plusieurs mandements des évêques de Clermont


Vers la fin du mois de juin de l'année 1629, tous les fléaux que le ciel tient en réserve pour les jours de sa colère, vinrent visiter la malheureuse Auvergne. Une grêle terrible et presque générale ruina complètement toutes les récoltes au moment où le cultivateur allait recueillir le fruit de ses sueurs. Ce fléau en appelait un autre, la disette et les horreurs de la famine. La rareté et le prix excessif du blé réduisirent bientôt la plupart des habitants, surtout dans les campagnes, à ne se nourrir que de pain d'avoine. Cette ressource même fut d'assez courte durée, et en plus d'un endroit on vit l'homme partager avec les animaux l'herbe des champs. La ville se montra alors ce quelle a toujours été, ce qu'elle est encore aujourd'hui, grande et généreuse: d'abondantes aumônes furent distribuées, et des milliers de victimes arrachées à la mort. Mais Dieu n'était pas satisfait; son bras était encore étendu sur nous. L'ordre des saisons paraissait comme interverti, de violents orages ne cessaient de désoler les campagnes, l'air était vicié, et l'année 1630 vit éclore la peste. Pendant deux ans, elle exerça partout les ravages les plus inouïs: la population décroissait d'une manière effrayante; l'oreille n'était frappée que des gémissements et des cris des malades, des mourants; des cadavres gisant çà et là glaçaient d'horreur le passant et précipitaient ses pas, si déjà le mal mortel ne l'avait pas atteint; les rues étaient devenues désertes, et, pour tout dire, en un mot, la ville était transformée comme en un vaste cimetière. Les remèdes humains étaient impuissants pour désarmer le Ciel. La ville eut donc recours, comme elle avait fait dans de semblables circonstances, à sa puissante Médiatrice. La statue miraculeuse de Notre Dame du Port est portée processionnellement dans les rues. Inutile de dire avec quels sentiments de foi, de piété, de recueillement, cette touchante cérémonie est accomplie; ce que nous devons dire, c'est que toute cette population agenouillée autour de l'image de Marie, se voua, par un acte public et solennel à Notre Dame du Port, et s'engagea à célébrer sa fête du 15 mai. Ce vœu était à peine formé, qu'à l'heure même la contagion cesse et disparaît entièrement; personne n'est atteint de nouveau, et tous les malades recouvrent la santé. Mgr. l'évêque de Clermont publia un mandement pour confirmer soixante-six ans plus tard, c'est-à-dire l'an 1697, Mgr François Bochard de Saron, pour affermir, et augmenter la dévotion des fidèles envers Notre Dame souterraine, et placer la ville sous sa protection plus immédiate, étendit aux faubourgs et à toute la banlieue, l'ordonnance de chômer la fête du 15 mai. Le procès-verbal de tous ces faits, couvert de signatures, fut déposé dans les archives de l'église.


Méditation

Respect et amour de l'Enfant Jésus pour la Sainte Vierge


Celui qui a mis dans le cœur des mères et des enfants cette tendresse, cette réciprocité d'affection, qui n'ont pas besoin pour être comprises du secours de la langue; Celui qui a aimé les siens jusqu'à mourir pour eux sur une croix, qui est venu sur la terre pour servir de modèle aux enfants comme aux pères, pouvait-il manquer au respect, à l'amour qu'il devait à sa Mère? Non, ce serait une impiété, un sacrilège, rien que d'y penser! Aussi, quels élans de là charité la plus embrasée partaient à chaque instant du Cœur de Jésus et du Cœur de Marie, la parole ne saurait l'exprimer, ni le cœur le comprendre. Ce que nous pouvons affirmer, c'est que jamais fils ne fut plus soumis à sa mère, jamais mère n'a possédé d'empire aussi absolu sur son fils. Un seul témoignage nous suffira, il répond à tout, c'est l'Evangile qui nous le fournit: « II leur était soumis ». Trente ans s'écoulent, et rien n'est changé à cette vie toute d'obéissance. Quoique son heure ne soit pas encore venue, cependant, par respect pour sa Mère, Jésus fait son premier miracle. Mais si Jésus-Christ honorait ainsi sa Mère sur la terre, il ne l'honore pas moins dans le ciel. Laissons parler l'Esprit-Saint: Quelle est celle qui s'élève dit dé sert, inondée de délices, appuyée sur son Bien-Aimé? Le Roi a placé sur sa lé le le diadème royal, et il a remis le sceptre entre ses mains. L'apôtre saint Jean l'a vue dans le ciel: Elle est environnée du soleil comme d'un vêlement; la lune lui sert de marche-pied; autour de sa tête brille une couronne de doute étoiles; elle est assise à la droite du Tout-Puissant; d'éblouissantes clartés jaillissent de l'or de ses vêtements; les richesses les plus variées forment sa ceinture. C'est ainsi que le Fils de Dieu sait honorer et glorifier sa Mère, c'est ainsi qu'il nous apprend à nous-mêmes la mesure de respect, le degré de confiance que nous devons à cette puissante Reine du ciel.


Prière de Saint Méthode


Comment pourrai-je, ô Mère vierge, ô Vierge mère! chanter vos louanges avec une langue digne de vous? O fille de David, Mère de mon Seigneur et de mon Dieu, si ma langue est impuissante à vous louer dignement, eh bien! la langue de vos pères, les livres sacrés me prêteront leurs pieux accents, leurs saints transports. O tige bienheureuse de Jessé! le Seigneur est avec vous, car il vous a consacrée pour être son tabernacle. C'est par vous, ô Marie! que le Seigneur s'est fait Emmanuel, c'est-à-dire Dieu avec nous. Quoi de plus sublime! quoi de plus merveilleux! Oui, c'est vous qui lui avez fourni ce corps divin, dans lequel je reconnais, dans lequel j'adore mon Dieu. Mère et servante de Dieu, salut! salut, ô vous la seule créature à qui le Seigneur ait voulu devoir quelque chose! Il a dit: « Honorez votre père et votre mère », et ce précepte, il l'observe envers Celle qui lui a donné naissance, envers Celle qu'il a couronnée de gloire au plus haut des cieux. Qui donc, ô Marie! pourrait vous louer autant que vous le méritez?


Pour les autres prières, voyez le premier jour.


Sixième jour

Le trait qui suit est extrait d'un procès-verbal authentique, conservé chez M- Chassaigne, notaire à Clermont.


« Atteint, depuis onze ans, à la jambe gauche, d'un rhumatisme goutteux accompagné des douleurs les plus aiguës, Etienne Durif, originaire de la paroisse de Saint André de Busséol, en ce diocèse, et âgé de 36 ans, avait épuisé vainement en remèdes tout ce qu'il possédait. Devenu pauvre et sans asile, privé tout à la fois de la liberté de plier le genou et de faire le plus léger mouvement du pied, il sollicite l'entrée de l'hôpital, où il passe, en deux reprises, une année. Tout est mis en œuvre pour lui procurer du soulagement; les médecins lui font prendre successivement les bains du Mont-Dore et de Vichy; ces essais ne font qu'irriter le mal. Les divers traitements auxquels il est encore soumis pendant quelques années, ne réussissent pas mieux. Renonçant enfin à toute espèce de remèdes pour se jeter entre les mains de la divine Providence , sa confiance le conduit dans la chapelle souterraine de Notre Dame du Port pour commencer une neuvaine. C'était le 26 mai 1757. Le 3 juin suivant, dernier jour des exercices, après avoir assisté au saint sacrifice de la messe et fait sa prière dans la chapelle comme les jours précédents, animé de la foi là plus vive, la pensée lui vient d'offrir à la sainte Vierge une figure de cire et de faire brûler deux chandelles devant son image. Pressé d'obéir à cette inspiration, il sort et se procure, sans perdre un moment, ces objets. Il n'était pas encore de retour à l'église, qu'il s'aperçoit que sa jambe a repris tout-à-coup sa flexibilité, et le pied son mouvement naturel. Transporté de joie, il court déposer son offrande à la chapelle et y suspendre le bâton et la béquille qui lui sont désormais inutiles. Le bruit de cette guérison éclate bientôt ; elle avait eu de nombreux témoins. En quelques instants, la multitude se presse dans le lieu saint. Cet homme était connu depuis quatre ans; tout le monde l'avait vu, dans son état d'infirmité, se soutenant à peine. M. Omerin, doyen du chapitre du Port et vicaire général du diocèse, ayant immédiatement pris connaissance de tous ces faits, en présence de plusieurs membres du chapitre, de M. l'abbé de Vienne, conseiller clerc en la grande, chambre du parlement de Paris; de M. Doulcet et Bournet, chirurgiens majors des hôpitaux de la ville; de M. Gaudon, apothicaire, et d'une foule de témoins, fait dresser procès-verbal de tout ce qui précède, avec mention expresse de la déclaration des deux médecins, lesquels, après avoir examiné et visité avec le plus grand soin la jambe d'Etienne Durif, qu'ils connaissaient depuis long-temps, après l'avoir fait marcher en présence de toute l'assemblée, n'ont pas hésité à reconnaître l'impossibilité d'une guérison subite ou lente par aucune puissance de remèdes humains, tant l'humeur qui affectait ces parties de la jambe était fixée et consolidée. Toutes les signatures, jointes à celles des médecins, se trouvent au bas du procès-verbal. Ce n'est pas tout; à peine la guérison miraculeuse est juridiquement constatée, que le son de toutes les cloches l'annonce à la ville. Une messe d'actions de grâce est célébrée, et un Te Deum chanté dans l'église souterraine ».


Méditation

Gloires et vertus de Marie


Quelque incompréhensibles que soient la puissance et la gloire de la très Sainte Vierge dans le ciel, ce qui nous frappe surtout, c'est que Dieu a couronné en elle le mérite et la vertu, autant et plus encore, s'il est permis de le dire, que ses brillantes prérogatives. Les privilèges extraordinaires accordés à certaines créatures, ne les affranchissent pas de la loi, et le Seigneur ne prétend pas les appeler gratuitement à la participation de sou bonheur, lui qui a dit que le royaume du ciel souffre violence, et que ceux-là l'emportent qui se font celle violence. Il y a plus, c'est à ces âmes d'élite qu'il réserve ordinairement toutes ses rigueurs, c'est à elles qu'il impose les plus héroïques sacrifices. La vie de tous les saints, le sang de tous les martyrs, les pénitences, les humiliations, les larmes, les prières de tous les grands serviteurs de Dieu, sont une preuve assez éclatante de cette vérité. Et il est vrai de dire que plus une vocation est sublime, plus elle suppose de vertu, de courage et de dévouaient. La sainte Vierge n'est pas exceptée de cette loi générale, et Jésus veut que sa Mère soit la plus grande, la plus glorieuse entre toutes les créatures, par les mérites comme par les prérogatives. Appelée à la plus éminente dignité qu'il soit possible de concevoir, ses souffrances, ses sacrifices, et par-dessus tout sa charité, laissent, bien loin derrière elle, les actions, les prières, les vertus des plus saints personnages. Aussi voyez quels rapports mystérieux entre la vie de Jésus et celle de Marie! Comme l'histoire de la Mère est étroitement et inséparablement liée à celle du Fils: mêmes pensées, mêmes douleurs, ils boivent au même calice, ils sont abreuvés des mêmes amertumes; depuis Bethléem jusqu'au calvaire ils suivent la même, voie. Oh! quelle langue pourra jamais raconter les angoisses, les, déchirements du cœur de Marie, lorsque le glaive Prédit par le saint vieillard vint le transi percer? Ne soyons donc plus étonnés de voir le trône de cette Vierge incomparable dominer celui des Chérubins et des Séraphins, de voir le ciel et là terre s'incliner avec respect et amour devant cette Majesté, qui ne voit au-dessus d'elle que la Majesté même de Dieu. O Jésus! vous qui êtes si bon, si généreux envers vos plus petites créatures, pouviez-vous récompenser avec trop de magnificence les vertus de votre sainte Mère? Ames chrétiennes, ne sentez-vous pas, en lisant ces réflexions, s'accroître votre confiance pour celle qui est aussi votre Mère?


Prière tirée de Sainte Ecritures


Bonne et tendre Mère, lorsque je contemple vos grandeurs et votre gloire, mon cœur est inondé de joie; il a besoin de redire mille fois que cela était juste. Oui, il était juste que la plus humble servante du Seigneur fût proclamée heureuse par toutes les générations; que le Tout-Puissant fît en elle et pour elle de grandes choses; il était juste que Celle qui avait été cruellement blessée par un glaive de douleur, que Celle qui avait eu assez de courage pour recueillir debout, au pied de la Croix, le dernier soupir de son Fils, devînt la gloire de Jérusalem, la joie d'Israël, l'honneur du peuple de Dieu. Salut, ô Reine victorieuse! vous, brillante comme l'aurore qui se lève, belle comme la lune, éclatante comme le soleil, terrible comme une armée rangée en bataille. Puissent, ô Marie, ma langue, mon cœur et toutes les puissances de mon âme vous offrir un sacrifice perpétuel de louanges, célébrer dignement votre puissance, vos vertus et attirer un de ces regards de Mère qui consolent et qui sauvent! Ainsi soit-il.


Pour les autres prières, voyez le premier jour.


Septième jour

Extrait du Manuel de la dévotion à Notre Dame du Port


Une jeune fille de vingt ans, nommée Jeanne Girard, appartenant à Une famille pauvre, mais trè -honnête du Pont de Lempdes (aujourd'hui département de la Haute-Loire), eut, par suite d'une attaque, le côté droit entièrement paralysé. Traitée d'abord avec quelque succès par le chirurgien juré de l'endroit, M. Royer, elle retomba bientôt dans un état plus déplorable encore que le premier, et toutes les ressources de l'art de guérir restèrent sans résultat. Touchés de compassion pour cette infortunée, vouée si jeune à l'existence la plus triste, la plus insupportable, M. Caillé, curé du Pont de Lempdes, et M. Viallard, bailli du même lieu, la font conduire à Clermont, munie de toutes les pièces qui pouvaient lui ouvrir l'entrée d'un des hospices de la ville; ils y joignent le rapport et la déclaration de M. Royer. Toutes les pièces sont datées du 13 mai 1765. Le quatorze du même mois, on la présente au grand Hôtel-Dieu. Le chirurgien, après un mûr examen, ayant déclaré son mal incurable, la refuse et lui conseille de se faire conduire à l'hôpital Saint Joseph, avec l'assurance qu'elle peut, et qu'elle doit même y être reçue. Mais un nouvel obstacle l'attendait là encore; aucun lit n'était vacant. Dieu voulait faire éclater par un nouveau prodige la puissance de la Sainte Vierge. La pauvre fille, repoussée partout, se livra alors à la douleur la plus amère; de retour à son auberge, les pensées les plus sombres, les images les plus sinistres vinrent l'assiéger et remplir les longues heures du soir et de la nuit. Le soleil cependant venait de se lever, et le son des cloches annonçait la solennité du 15 mai. La pieuse hôtesse raconte les merveilles opérées depuis des siècles à Notre Dame du Port. A ce récit, la confiance renaît dans cette âme abattue et presque désespérée. Elle accepte avec transport la proposition de visiter la chapelle souterraine et de s'y faire conduire. Rendue dans ce sanctuaire, elle priait, fervente et recueillie, lorsqu'elle voit tous les fidèles s'agenouiller pour l'élévation. C'était le signal de sa guérison. Elle aussi abandonne sa chaise et se prosterne avec la multitude. Â l'instant la vie est rendue aux membres paralysés. Elle achève d'entendre la messe à deux genoux, sans douleur, sans aucun secours étranger. Le Saint Sacrifice terminé, elle se relève, pleine de force et de vigueur, suspend aux murs de la souterraine les bâtons qui la soutenaient, et la foule la contemple avec admiration et rend gloire à la puissance et à la bonté de la Mère de Dieu. Pendant six semaines encore que dura le séjour de cette fille dans Clermont, chacun, la voyant circuler, agir et travailler, put s'assurer de la vérité de sa guérison. Tous ces faits du reste furent recueillis, accompagnés des pièces authentiques et conservés avec soin. Elle passa ces six semaines chez Madame Champ-Flour de Mauriat, à qui elle avait été recommandée à raison de la petite distance du château de Mauriat à Lempdes.


Méditation

Confiance des Apôtres et des premiers chrétiens envers la très Sainte Vierge

 

Voulez-vous avoir la mesure de votre confiance envers la très-Sainte Vierge, demandez aux Saints de tous les siècles, demandez aux Docteurs de l'Eglise, demandez aux Apôtres eux-mêmes ce qu'ils en ont écrit et pensé, comment ils l'ont honorée. Quel harmonieux concert de louanges Vous allez entendre sortir de leur bouche! Jésus-Christ montant au ciel avait dit à ses apôtres: Je ne vous laisserai point orphelins. Et, en effet, il leur laissait une Mère. Aussi voyez comme Marie tient au milieu d'eux la place de son Fils! Comme elle veille à la garde du troupeau qui lui a été confié! Elle devient le conseil, la lumière, la force, l'âme de l'Eglise naissante. Dans le cénacle, je la vois au milieu des disciples priant et appelant l'Esprit Saint. Comme sa présence réchauffé et enflamme ces hommes encore grossiers et timides! comme sa voix est écoutée avec respect et avidité ! Sans doute, c'est à Pierre, le chef du collège apostolique, qu'il a été dit: « Pais mes agneaux, pais mes brebis ». Mais les apôtres, mais les disciples et les premiers chrétiens (c'est la tradition qui nous le rapporte) ne laissaient pas que de s'adresser constamment à la Mère de Jésus, ils n'attendaient pas, pour l'environner de leurs respects, pour implorer son assistance, qu'elle fût montée au ciel. S'ils avaient le bonheur de la voir, d'entendre une de ses paroles, quels que fussent leurs besoins, leurs peines, ils étaient soulagés; la paix, la joie rentraient aussitôt dans ces cœurs fatigués. Saint Denis l'aréopagite, converti par l'apôtre Saint Paul, avait obtenu la faveur insigne d'être présenté à la Sainte Vierge encore vivante: voici comment il parle de cette bienheureuse visite: « A son aspect tout divin, je me sentis enveloppé d'une splendeur étincelante, j'aperçus une si grande multitude d'esprits célestes qui formaient comme sa cour, et la Vierge elle même était inondée de tant de lumière, que je l'aurais prise pour une divinité, si je n'avais pas été instruit par l'Evangile ». Que ne nous est-il donné de rapporter ici tous les pieux élans, toutes les ardentes aspirations, tous les magnifiques éloges, les titres glorieux que les Pères de chaque siècle, dans leur sainte émulation, ont donnés à la Mère de Dieu! C'est Saint Irénée qui nous répète, avec l'accent de la piété la plus tendre, de la reconnaissance la plus vive, comment la Sainte Vierge a donné le salut au monde en lui donnant Jésus-Christ. C'est Saint Ephrem, cédant aux transports de son amour et saluant Marie la Vierge Sainte et immaculée par excellence, la Reine de la terre et des cieux, l'espérance des affligés, l'espérance de nos pères, la joie des prophètes, la consolation des apôtres, la gloire des martyrs, l'honneur de tous les Saints, etc., etc. C'est Saint Jérôme qui ne trouve pas d'expression assez noble, assez belle, pour célébrer les gloires de Marie, et qui ne voit pas de bonheur comparable à celui d'être son enfant. C'est Saint Cyrille d'Alexandrie qui salue mille fois Marie Mère de Dieu, trésor de l'univers; c'est enfin Saint Bernard, car nous ne pouvons les nommer tous, qui laisse échapper de son cœur les chants les plus suaves: « Marie est la noble étoile de la mer, qui resplendit dans la vaste étendue des cieux, qui éclaire le monde, qui échauffe les âmes plus que les corps, qui détruit les vices et fait germer toutes les vertus », etc., etc.. Enfant de Marie, n'éprouvez-vous pas le besoin d'unir votre cœur et votre voix à tant de Saints et illustres personnages?


Prière de Saint Anselme


O Marie, vous dirai-je, tout transporté de joie, d'espérance et d'amour, quelles seraient notre pauvreté et notre misère, si le Père des miséricordes ne vous eût pas tirée de ses trésors pour vous donner à nous! O mon bonheur! ô ma vie! j'ai mis ma confiance en votre saint Nom. Je sais que mon cœur veut vous aimer, que ma bouche veut vous louer, que mon esprit veut vous contempler, que ma langue désire vous prier; et que mon âme brûle d'être tout à vous. Recevez-moi, soutenez-moi, défendez-moi, conservez-moi, je ne saurais périr entre vos mains.


Pour les autres prières, voyez le premier jour.


Huitième jour

Vœux et pèlerinages à Notre Dame du Port

 

De vieux titres, conservés dans les archives de l'église du Port jusqu'aux jours mauvais où tant de monuments précieux ont péri, faisaient mention d'un grand nombre de pèlerinages, de vœux et de dons faits à la chapelle souterraine par les dauphins, ducs, comtes et seigneurs d'Auvergne, ainsi que par les habitants de la province et même par des paroisses entières et des communautés qui venaient chaque année processionnellement, pendant l'octave de la fête du 15 mai, assister à une messe solennelle et y faire leurs dévotions. Ce pieux usage subsiste encore pour plusieurs et notamment pour la paroisse de Saint Eutrope. Mais notre but n'est pas de rapporter ici tous les témoignages de la confiance de nos pères envers la Sainte Vierge et de leur zèle à visiter Notre Dame du Port. Quelques traits plus rapprochés de nous suffisent à la piété des fidèles. Nous n'avons pas besoin de rappeler le vœu fait par la ville en 1631. Voici des faits plus récents. En 1742, un négociant, surpris en mer par une violente tempête, n'avait d'espoir de salut que dans la protection du ciel; le navire allait disparaître sous les vagues en fureur. La pensée lui vient de se vouer à Notre-Dame du Port. Aussitôt il lui adresse une courte mais fervente prière. A peine a-t-il achevé , que Marie commande, comme autrefois Jésus-Christ, aux vents et à la mer, et il arrive heureusement au terme de sa navigation. De retour à Paris, son premier comme son plus impérieux besoin fut celui de la reconnaissance: trois lampes d'argent envoyées à Notre Dame du Port et accompagnées d'une lettre, où il raconte avec détail comment il a échappé miraculeusement, par la protection sensible de la sainte Vierge, à une mort inévitable, devinrent le témoignage et du prodige de sa délivrance et de la confiance avec laquelle il avait invoqué Marie. Il y a quelques années, une personne, attirée dans le sanctuaire du Port pour solliciter une grâce particulière qu'aucune puissance humaine ne pouvait lui accorder, eut bientôt la consolation de voir le succès de sa prière dépasser ses espérances. Quelques jours après, elle vint elle-même témoigner à la sainte Vierge sa gratitude et sa joie, et joindre au don qu'elle crut devoir faire un billet qui exprimait la protection signalée de Marie qui venait d'éclater sur elle et la faveur extraordinaire qu'elle avait obtenue. Il n'est pas d'année où l'on ne puisse citer quelques traits qui attestent la puissante protection de Marie dans le sanctuaire du Port. C'est ce qui explique pourquoi tant d'âmes affligées, aux prises avec le malheur, ou éprouvées par des douleurs violentes, ou dévorées par le chagrin, ou pressées d'obtenir quelque grâce spirituelle et même temporelle, viennent si souvent, à toutes les époques de l'année et surtout pendant la Neuvaine, la visiter.


Méditation

Comment le culte de la Sainte Vierge s'est répandu dans le monde


La dévotion à la sainte Vierge, les honneurs qu'on lui rend, doivent être quelque chose de bien agréable à Dieu et de bien précieux pour les enfants de l'Eglise, puisque ce culte s'est propagé avec une incroyable rapidité par toute la terre. Interroges tons les siècles du christianisme, tous les saints , parcourez le monde catholique, tout vous parle de Marie; partout je la vois aimée, invoquée, honorée. Jésus-Christ n'a jamais voulu se séparer de sa sainte Mère. Il l'associe à sa gloire, à ses triomphes, comme à ses combats; il veut qu'elle soit honorée partout où il est honoré lui-même; à lui est réservée l'adoration qui n'appartient et qui n'est rendue qu'à Dieu; à sa Mère il donne cette puissance d'intercession qui a tous les secrets de la miséricorde sans jamais blesser la justice; c'est lui qui lave dans son sang les iniquités du monde, qui ouvre les portes du ciel et ferme celles de l'enfer; c'est sa Mère qui a la noble mission d'appeler, de ramener les pauvres pécheurs, de les présenter à son Fils et de faire revivre l'espérance dans les âmes malades et abattues. Aussi, dès les premiers temps du christianisme, que de basiliques dédiées à la Très Sainte Vierge! elle a partout des autels. Je cherche dans l'univers une église, une chapelle, un oratoire où elle n'ait pas de place, et partout je vois briller sa douce image, son nom béni. Elle accompagne et protège les pas do pauvre missionnaire qui parcourt les vastes contrées de l'Amérique, de l'Asie, des îles océaniques et des autres parties du monde. Je la retrouve dans toutes les habitations chrétiennes. Des millions d'hommes se font gloire de revêtir ses livrées saintes, de s'inscrire parmi ses enfants. Après le Nom de Jésus, il n'est, dans l'univers, aucun nom plus connu et surtout plus aimé, aucun nom qui fasse tressaillir plus de cœurs. L'Eglise elle-même, assistée et dirigée par l'Esprit-Saint, vient donner à cet élan des fidèles la sanction de son autorité divine. Elle approuve, encourage, enrichit de tous les trésors dont elle est dépositaire le culte de la Sainte Vierge. Elle en donne même l'exemple, en établissant des fêtes pour honorer ses mystères, ses vertus, ses innombrables bienfaits. Oui, ô Marie, et je me plais à le proclamer, tous les chants de l'Eglise sont pleins de votre nom. Oui, tout l'univers n'a qu'une voix pour l'exalter et Je bénir! Oui, tous les siècles racontent votre puissance et votre gloire! Oh! comme il fait bon mêler sa voix à ce magnifique concert de louanges. Quel bonheur de pouvoir déposer sa faible prière dans cet immense réservoir où sont réunies les prières qui partent incessamment de tous les points du globe! Comme on est fier d'être l'enfant d'une si puissante et si glorieuse Mère!


Prière de Saint Alphonse de Liguori


Mère du Seigneur de l'univers, Marie, la plus sublime, la plus aimable de toutes les créatures, la plus élevée en dignité; il est vrai que plusieurs sur la terre ont le malheur de ne vous point connaître et de n'avoir pour vous ni respect ni tendresse; mais aussi il y a dans le ciel des milliers de bienheureux qui ne cessent de vous louer et vous bénir, et sur la terre même combien d'âmes fidèles brûlent de votre amour! Ah! puissé-je être embrasé de la même flamme et attirer à vous tous les cœurs. Ainsi-soit-il.


Pour les autres prières, voyez le premier jour.


Neuvième jour

Fête et Neuvaine de Notre Dame du Port


Pour parler des merveilles opérées à Notre Dame du Port, nous n'avons pas besoin aujourd'hui d'interroger nos pères, ni de consulter les monuments anciens. Il s'agit d'un fait que tout le monde a sous les yeux. C'est le magnifique spectacle que présente chaque année l'église du Port, le jour de la fête, et pendant tout le cours de la Neuvaine. La ville n'a pas oublié qu'elle accomplit ce jour-là un vœu à jamais mémorable, qu'elle acquitte la dette de la reconnaissance. Aussi, cette solennité a-t-elle un caractère particulier qui n'a rien de commun avec les fêtes paroissiales ou patronales. Elle est véritablement la fête de tout un peuple, de toutes les paroisses réunies. Autrefois, les échevins et toutes les autorités assistaient en corps à la messe, fit suivaient la procession, précédés du clergé de toute la ville et des divers chapitres. Plus tard, et, toujours par suite du même vœu, jusqu'à l'année i83o, le maire et les principaux membres du conseil municipal se sont rendus à la messe et à la procession. Ce qu'il y a de plus frappant ce jour là, comme pendant la neuvaine, et ce qui se reproduit encore aujourd'hui, c'est l'attitude recueillie de la multitude immense qui se presse dans le sanctuaire du Port. Bien avant le lever du soleil, et pendant toute la matinée, quoique les prêtres se succèdent presque sans interruption à l'autel, l'église ne désemplit pas. Il est impossible de résister à une profonde émotion, lorsque le soir l'oeil contemple tous les rangs, tous les âges, femmes, vieillards, enfants, riches et pauvres, mêlés et confondus au pied du même autel, invoquant la même Mère; ce religieux silence, qu'interrompt seul le bruit des pas de la foule, qui se succède incessamment, a quelque chose qui va au cœur et le remue. C'est là le rendez-vous général de tous ceux qui se souviennent qu'il ont une Mère au ciel. Aujourd'hui, les élèves du grand et du petit Séminaire; demain les pauvres, les infirmes, les enfants à qui la charité a offert un asile dans les hôpitaux; d'autres jours, les chœurs de cantiques des diverses paroisses, les députations des communautés religieuses, viennent successivement faire retentir ces voûtes de leurs chants sacrés. Voyez comme cette bonne Mère prête son concours à toutes les œuvres, aux pieuses réunions qui dilatent le cœur et soulagent toutes les misères comme toutes les infortunes!... L'œuvre de la Providence n'est-elle pas son œuvre, n'est-ce pas Elle qui abrite sous son aile la petite orpheline? Les personnages les plus éminents par leurs lumières comme par leur vertu, ont puissamment contribué à entretenir, à échauffer cette dévotion dans le cœur des fidèles. Que d'illustres prélats sont venus et viennent encore célébrer les saints mystères sur l'autel de Marie, et réclamer sa protection pour eux et pour leur diocèse. Plus d'une fois le saint évêque de Bardstown, Mgr. Flaget, est venu prier dans ce sanctuaire, et nous édifier par sa tendre dévotion envers la sainte Vierge; c'est là, c'est aux pieds de cette image miraculeuse qu'un autre évêque, jeune encore, mais dévoré d'un saint zèle, est venu confier le succès de sa mission de l'Océanie centrale, et lui a consacré sa personne, celle de ses prêtres et des frères qui l'accompagnent, tous comme lui enfants de l'Auvergne et de saint Austremoine. Nos évêques surtout nous ont constamment donné d'éclatants exemples de leur confiance envers Notre-Dame du Port; nous nous rappelons avec bonheur que Mgr. de Dampierre, de sainte mémoire, ne commençait aucune visite pastorale, n'entreprenait aucun voyage sans avoir célébré la sainte Messe dans la chapelle souterraine. Et aujourd'hui cet exemple ne nous est-il pas donné plus fréquemment encore par le digne héritier de sa piété comme de son siège?


Méditation

Miséricorde de Marie envers les pécheurs


Je ne sais si vous avez médité ces paroles: « Marie est mère de la miséricorde », pour découvrir tout ce qu'elles renferment de trésors. Quant à moi, je ne puis les prononcer, je ne puis même y songer sans éprouver une joie, une consolation qui ne sauraient s'exprimer. Ce qui me semblance admirable entre les pensées, les sentiments de Jésus et de Marie. Il me semble entendre la voix de cette bonne Mère: « Je suis venue sur la terre pour les pécheurs; ceux qui se portent bien n'ont pas besoin de médecin, mais ceux qui sont malades. Qu'ils viennent donc à moi ceux qui souffrent, ceux qui sont près de succomber, et je les soulagerai. Je suis le salut des infirmes, le refuge des pécheurs, la consolation des affligés, le secours des chrétiens ». Et de tous les points de l'univers je vois accourir autour de ce trône de miséricorde des milliers de pécheurs. Tout ce qui pleure, tout ce qui est visité par le malheur, vient se jeter à ses pieds, implorer son assistance, et alors je vois éclater les miracles de sa puissance et de sa bonté; les coeurs les plus rebelles s'avouent vaincus, et se glorifient de porter ses chaînes. Des retours inespérés, des grâces extraordinaires, des victimes innombrables arrachées à l'enfer, viennent chaque jour réjouir l'Eglise et lui ramener des enfants jusqu'alors indociles et ingrats. Ce que Marie a fait pour tous ces pauvres pécheurs, elle peut, elle veut le faire pour vous. Quelles que soient vos misères, ne craignez rien; plus vous êtes pauvre, plus vous êtes malade, plus vous êtes affligé, et plus vous avez droit à sa protection, à son amour. O vous, s'écrie saint Bernard, qui flottez au gré des vagues sur une mer en fureur, que vos yeux ne perdent pas de vue l'Etoile qui brille sur votre tête, si vous ne voulez pas être englouti par les flots. Si les vents des tentations sont déchaînés contre vous, si les écueils de la tribulation menacent de vous briser, regardez votre Etoile, appelez Marie. Si la tourmente de l'orgueil, de l'ambition, de la médisance, de la jalousie, vous presse, vous désole, invoquez, appelez Marie. Si la colère, ou l'avarice, ou l'aiguillon de la chair, ont déjà envahi votre âme par l'énormité de vos crimes, confus des plaies hideuses de votre conscience, épouvanté au souvenir du jugement, vous êtes déjà enveloppé dans le tourbillon de la sombre tristesse, dans l'abîme du désespoir, pensez, penses à Marie. Dans les périls, dans les angoisses, dans les doutes,invoques Marie. Que ce doux nom soit toujours sur vos lèvres, dans votre cœur; et, pour être exaucé, n'oublies pas les exemples qu'il vous rappelle. En suivant Marie, vous ne vous égares point; en priant Marie, vous ne désespérez point. Avec Marie, vous ne tombez point. Qu'elle vous protège et vous ne craindrez plus rien; qu'elle vous conduise, vous ne sentirez pas la fatigue; qu'elle vous soit propice, et vous arriverez au port du salut.


Prière de Saint Louis de Gonzague

Abandon de tout moi-même à la Sainte Vierge


O Marie, ma souveraine! ô sainte et bonne Mère de mon Dieu! je remets avec une confiance entière entre vos mains bénies, sous votre garde particulière, et dans le sein de votre miséricorde, aujourd'hui et tous les jours, et à l'heure de ma mort, mon âme, mon corps et toute ma destinée. Espérances, consolations, angoisses, misères, maux et biens de toute espèce, ma vie et la fin de ma vie, j'abandonne tout à la tendre Mère que j'ai dans les ci eux, afin que, par votre très-sainte intercession et par vos mérites, ô Marie! toutes mes œuvres soient dirigées et disposées selon l'aimable volonté de votre Fils et la vôtre. Ainsi-soit-il.

130_001__3_

Téléchargez le texte de cette Neuvaine (pdf) en cliquant ici