18 avril 2011

Mardi Saint

 

Semaine Sainte 2011

Mardi Saint

120_001

Evangile selon Saint Jean

 

Après avoir ainsi parlé, Jésus fut bouleversé au plus profond de lui-même, et il attesta : « Amen, amen, je vous le dis : l'un de vous me livrera. » Les disciples se regardaient les uns les autres, sans parvenir à comprendre de qui Jésus parlait. Comme il y avait à table, tout contre Jésus, l'un de ses disciples, celui que Jésus aimait, Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus de qui il veut parler. Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus et lui dit : « Seigneur, qui est-ce ? » Jésus lui répond : « C'est celui à qui j'offrirai la bouchée que je vais tremper dans le plat. » Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l'Iscariote. Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui. Jésus lui dit alors :« Ce que tu fais, fais-le vite. » Mais aucun des convives ne comprit le sens de cette parole. Comme Judas tenait la bourse commune, certains pensèrent que Jésus voulait lui dire d'acheter ce qu'il fallait pour la fête, ou de donner quelque chose aux pauvres. Quand Judas eut pris la bouchée, il sortit aussitôt ; il faisait nuit. Quand il fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l'homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu en retour lui donnera sa propre gloire ; et il la lui donnera bientôt. Mes petits enfants, je suis encore avec vous, mais pour peu de temps, et vous me chercherez. J'ai dit aux Juifs : Là où je m'en vais, vous ne pouvez pas y aller. Je vous le dis maintenant à vous aussi. Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres. » Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Là où je m'en vais, tu ne peux pas me suivre pour l'instant ; tu me suivras plus tard. » Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant ? Je donnerai ma vie pour toi ! » Jésus réplique : « Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m'aies renié trois fois.»

528_001

Points de réflexion

 

Potentiel de trahison

 

Le nom de « chrétien » n’est pas en soi une garantie de fidélité au Christ. Une âme choisie par le Christ peut se détourner et choisir de l’abandonner. Comme le relate l’Evangile « Jésus fut bouleversé au plus profond de lui-même et il attesta, ‘amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera’ ». Je ne peux pas être sûr de mon salut. Je dois persévérer en foi et en vertu. Est-ce que je prends la déclaration de Jésus à la légère ? Jésus, est-il bouleversé pour moi ? La « crainte du Seigneur » est un don du Saint Esprit (voir CEC, n°1831). Je devrais trembler à la pensée de pouvoir offenser le Christ. Chaque péché que je commets est un rejet de l’amour infini de Dieu envers moi. Prenons maintenant la résolution d’être absolument fidèle à la grâce de Dieu dans notre vie.

 

Seigneur, qui est-ce ?

 

Jésus répond à la question sur celui qui va le trahir : « C’est celui à qui je vais offrir la bouchée que je vais tremper dans le plat. » Jésus parle d’un ami intime. Jésus parle d’un de ceux qui a reçu ses dons, mais celui-ci s’en ira pour faire sa propre volonté au lieu de la volonté de Dieu. Le salut éternel n’est pas une garantie, même pour un chrétien. Dieu aime tellement chacun qu’il grave son image en lui, exprimé dans le don de l’intelligence et de la libre volonté. Dieu nous aime tellement qu’il respecte notre liberté même : « ce que tu vas faire, fais-le vite. » Dieu n’offre aucune résistance à la liberté humaine, car sa raison d’être est l’amour – même si cet amour et cette confiance sont trahis. Seigneur, ne me laisse jamais t’abandonner. Permets que je sois fidèle à ton amitié.

 

La gloire de l’amour triomphant

 

On doit glorifier Jésus parce que son amour sera triomphant. Même si l’homme est infidèle, Dieu est toujours fidèle. L’amour se prouve dans les épreuves. L’amour de Jésus va bientôt endurer l’infidélité du péché. Si le Christ nous demeure fidèle dans son amour, il reste d’abord fidèle à Dieu le Père. « Maintenant le Fils de l’Homme est glorifié et Dieu est glorifié en lui. » Cette glorification sera une nouvelle révélation pour l’homme : la profondeur de l’amour divin. « Là où je vais, vous ne pouvez pas venir. » Jésus va enseigner, par son exemple, comment on tend l’autre joue, comment donner la tunique et le manteau. Il va démontrer comment le grain qui meurt, va porter un fruit abondant. L’homme, sans cet exemple et cette grâce, ne connaît que la loi du talion, œil pour œil, dent pour dent, la légitime défense. Suis-je assez humble pour apprendre de l’exemple de Jésus ?

 

Dialogue avec le Christ

 

Seigneur Jésus, donne-moi l’humilité d’apprendre à ton exemple. Souvent je présume que je suis digne de ton amitié, tel que je suis ; ou je pense que je suis capable de plus de vertu que le prouvent mes actes finalement. Que ta grâce triomphe en mon cœur, pour que ma conversion te glorifie.

 

Résolution : Aujourd’hui je remplirai une de mes responsabilités avec vertu, parfaitement, silencieusement, afin de m’assurer que mes actions précèdent mes paroles…

021_001

Oraison

 

Dieu tout-puissant et éternel,  donnez-nous de célébrer les  mystères de la Passion du Seigneur, de telle sorte que nous méritions la rémission de nos péchés. Par le même Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.

014_001

Nous terminerons cette journée en insérant ici quelques strophes empruntées à l'Eglise grecque sur la Passion du Sauveur.

 

Votre côté ouvert, ô Christ, semblable à la fontaine qui jaillissait d'Eden, arrose votre Eglise comme un jardin spirituel ; la source qui en émane se divise en quatre fleuves qui sont les quatre Evangiles ; le monde en est arrosé, la création vivifiée, les nations instruites à vénérer dans la foi votre règne.

 

O Christ, auteur de la vie, vous avez été crucifié pour moi, afin de verser sur mon âme, comme d'une fontaine. la rémission des péchés. Votre côté a été traversé par la lance, afin d'ouvrir sur moi les sources de la vie ; vous avez été percé par les clous, afin que, découvrant dans la profondeur de vos souffrances l'immensité de votre souverain pouvoir, je m'écrie : Gloire à votre Croix et à votre Passion, ô Sauveur !

 

Vous avez déchiré, ô Christ, la cédule de notre condamnation sur votre Croix ; mis au rang des morts, vous avez enchaîné le tyran et délivré tous les captifs par votre résurrection. C est elle qui nous a illuminés, ô Seigneur, ami des hommes! Nous vous crions : Souvenez-vous de nous aussi, ô Sauveur, dans votre Royaume !

 

Votre Mère, ô Christ, qui vous a enfanté sans le secours de l'homme, et qui est demeurée vierge après l'enfantement, nous l'amenons devant vous, Seigneur miséricordieux, afin qu'elle intercède pour nous, et que vous accordiez l'éternel pardon à ceux qui crient : Souvenez-vous de nous aussi, Seigneur, dans votre Royaume !

047_001

Posté par fmonvoisin à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,