Semaine Sainte 2011

Mercredi Saint

120_001

Evangile selon Saint Matthieu

 

Alors, l'un des Douze, nommé Judas Iscariote, alla trouver les chefs des prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui proposèrent trente pièces d'argent. Dès lors, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples vinrent dire à Jésus : « Où veux-tu que nous fassions les préparatifs de ton repas pascal ? » Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : 'Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c'est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.'» Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il leur déclara : « Amen, je vous le dis : l'un de vous va me livrer. » Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, l'un après l'autre : « Serait-ce moi, Seigneur ? » Il leur répondit : « Celui qui vient de se servir en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l'homme s'en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux l'homme par qui le Fils de l'homme est livré ! Il vaudrait mieux que cet homme-là ne soit pas né ! » Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C'est toi qui l'as dit ! »

434_001

Réflexion

 

Donner et recevoir

 

Chacun de nous, parce que nous sommes des êtres humains, est à la recherche de quelque chose : comment être heureux, comment être aimé et estimé, comment se faire une place au soleil.. Judas aussi demande : « Que voulez-vous me donner ? » et pour l’obtenir, il est prêt à livrer son meilleur ami. O Judas, si seulement tu avais posé cette question à ton ami et Seigneur, il t’aurait donné tout ce qu’il est et tout ce qu’il a, le ciel et la terre seraient à toi ! Au lieu de cela, tu as reçu trente pièces d’argent et dans moins de quarante-huit heures, tu auras redonné cet argent, t’apercevant de ce que tu avais fait et surtout de ce que tu avais perdu. Avec chaque choix, nous prenons une décision, nous donnons quelque chose et nous recevons autre chose en retour. Dans tous nos choix, puissions-nous donner quelque chose de nous-mêmes à Dieu et recevoir l’amour de Dieu en retour.

 

L’un de vous me trahira

 

« Serait-ce moi, Seigneur ? » O Seigneur, combien de fois ne suis-je pas cet homme ? C’est moi, Seigneur, qui te trahis avec mes choix égoïstes et mes tendances malignes envers moi-même et les autres. Fais croître en moi un profond mépris de la trahison et du péché dans ma relation avec toi. Que j’apprenne pendant cette Semaine Sainte à faire mourir tout ce qui n’est pas du Christ. Aide-moi à comprendre la différence entre « l’égoïsme » et « moi », ma personne. C’est mon égoïsme qui trahit le Christ, mais c’est moi, ma personne faite à l’image de Dieu, qui doit surmonter cet égoïsme et le suivre. Ce n’est pas ce « moi » qui te trahis, Seigneur, mais c’est ce perfide égoïsme qui livre la guerre à l’homme nouveau en moi.

 

Jésus ne livre pas le traître

 

« Rabbi, serait-ce moi ? » Saint Jérôme remarque : « Par sa question, Judas feint un grand respect ou une incrédulité hypocrite. Les autres disciples l’appelaient seulement « Seigneur » mais le traître s’adresse à Jésus en disant : « Rabbi », maître, comme si c’était une excuse pour renier le Seigneur et ainsi, trahir le maître seulement. » Saint Jean Chrysostome ajoute : « Le Seigneur aurait bien pu dire : « Est-ce que tu n’as pas convenu de recevoir de l’argent et tu oses me demander cela ? » Mais Jésus, très miséricordieux ne dit rien de tout cela, posant ainsi des lois et des limites à l’endurance du mal. »

 

Dialogue avec le Christ

 

Seigneur, je sais que par le passé je t’ai trahi par mon péché. J’ai troqué ton amitié contre l’argent du monde. Aide-moi à m’en rendre compte et à ne pas permettre au raisonnement tordu de Judas d’infecter mon esprit. Je veux vivre ma vie sans jamais te trahir —ton amitié m’est trop précieuse. En me préparant à commencer le Triduum sacré, je viens à toi avec humilité et sincérité. Fais- moi savoir au delà de tout doute : "Est-ce moi, Seigneur ?"

 

Résolution : Jésus est assoiffé plus que jamais de mon amour. Je ne me soucierai pas des croix extérieures. La vraie croix c’est la souffrance de mon cœur, alors aujourd’hui je lui offrirai les souffrances intimes de mon âme.

918_001

Oraison

 

Vous avez voulu, Seigneur, que Votre Fils soit crucifié pour nous, afin de nous arracher au pouvoir de Satan, faites que nous puissions recevoir la grâce de la résurrection. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

767_001