Mois du Sacré cœur de Jésus

D'après Sainte Marguerite-Marie

834_001

Septième jour

L'Hostie d'immolation

 

Prélude

 

Représentons-nous Marguerite-Marie comme chargée d'une croix très-lourde. Elle s'offre en cet état à Notre Seigneur qui accepte cette offrande si conforme aux sentiments de son Cœur divin.

 

Méditation

 

Comme les souffrances de l'admirable victime du Cœur sacré de Jésus étaient devenues plus fortes que jamais par un surcroît de peines et d'humiliations, elle se présenta à Notre-Seigneur comme son hostie d'immolation, qui lui dit: « Oui, Ma fille, Je viens à toi comme souverain sacrificateur; je te donnerai une nouvelle vigueur, mais pour t'immoler à de nouveaux supplices ». La plus grande grâce et la meilleure preuve d'affection privilégiée que Jésus Christ puisse donner à une âme, c'est de lui faire partager les souffrances de Son Cœur divin. A ce signe, on reconnaît les amis particuliers du Sauveur. Quand, sur le point de livrer les combats de sa Passion, il veut donner au disciple préféré un témoignage de sa tendresse, c'est sur son Cœur qu'il attire la tête de Jean, c'est sur son Cœur qu'il le fait reposer et entrer dans une extase merveilleuse où le disciple de l'amour pénétra les secrets du Cœur de Jésus, comprit toute l'amertume de sa douleur à cette heure où un apôtre le trahissait, partagea les souffrances qui remplissaient l'âme de son Maître d'un océan de tristesse et de douleur. Si donc nous avons le bonheur d'être admis à ce divin banquet de la souffrance, ah! que notre croix nous devienne chère et précieuse! C'est la croix de Jésus qu'il nous permet de l'aider à porter, c'est le calice du jardin des Oliviers qu'il nous permet de boire avec lui, c'est le manteau dérisoire dont il permet que nous nous couvrions à ses côtés, c'est la couronne d'épines qui blesse sa tête et dont il nous permet d'arracher quelques piquants pour en prendre la douleur ! Heureuse les âmes à qui Dieu a révélé ce secret de bonheur dans la souffrance, de l'union de la volonté dans les croix!

 

Exemple

Amour de sainte Mechtilde

 

Sainte Mechlilde, pénétrée d'amour pour Jésus-Christ, se figurait, pendant son oraison, qu'elle baisait la plaie sacrée de son Cœur. Elle goûta, dans ce pieux exercice, une douceur ineffable, et il lui sembla entendre son Bien-Aimé lui disant: « Ma fille, Je désire que vous mettiez en Moi seul toutes les délices de votre âme ». Elle s'écria aussitôt: « Oui, mon Amour! oui, mon Amour! » « Que Mon Amour, lui dit Jésus-Christ, vous tienne désormais lieu de mère. Que ce soit Mon Amour qui, le matin, vous revête de vos vêtements, qui vous fasse prier, parler et agir; qui vous conduise partout où vous irez; qui vous anime en toutes choses ». Dès qu'elle était éveillée, elle protestait à son Dieu qu'elle ne voulait agir pendant toute la journée que par le motif de son amour, et elle renouvelait souvent sa promesse.

 

Pratique : Nous regarder quelquefois comme les victimes du Sacré Coeur de Jésus, admises à l'honneur de partager ses souffrances et d'unir nos propres expiations aux siennes.

 

Oraison Jaculatoire : Divin Cœur de Jésus, hostie d'immolation et souverain sacrificateur. (Mémoire de Sainte Marguerite Marie)

634_001

Pour recevoir la méditation du Mois du Sacré Cœur dans votre boite e-mail, être tenu au courant des publications sur le blog Images Saintes, et pour recevoir des prières, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes