Le Mois des Saints Anges

765_001

Huitième jour

Il faut se garder de scandaliser les petits enfants et les âmes faibles dans la foi, car leurs anges châtient et frappent souvent de mort ceux qui les scandalisent

 

Point de doctrine

 

Le Sauveur du monde annonce dans son saint Évangile, et l'indique d'une manière bien effrayante, que ceux qui scandalisent les petits enfants (terme sous lequel sont comprises les âmes faibles dans la foi), seront punis par leurs anges Gardiens, là où il dit: « N'ayez garde de mépriser un de ces petits enfants; car je vous le dis, leurs anges voient sans cesse la face de mon Père qui est dans les cieux, et ils ne provoqueront pas en vain sa redoutable justice » (Evangile selon Saint Matthieu 18: 10). Et dans le même chapitre, il est encore dit: « Pour celui qui scandalise un de ces petits qui croient en moi, il eût mieux valu pour lui, qu'on lui eût attaché une pierre de moulin au cou et qu'on l'eût jeté dans le fond de la mer ». « Oh qu'il est donc dangereux, dit saint Hilaire, de mépriser celui dont la faiblesse, dont les cris, les prières, les gémissements et les larmes sont portés par le ministère des anges au pied du trône de Dieu, du trône de ce Dieu terrible, éternel et invisible, dont la puissance et la justice sont si fort à redouter ».

 

Traits de l'Écriture Sainte

 

Héliodore, premier ministre de Séleucus roi de Syrie, pénètre dans le temple de Jérusalem avec de mauvais desseins; un grand scandale, s'il réussit, va en résulter pour les faibles, je dis pour les faibles, car les âmes bien affermies dans la foi, tels que les Mathatias et les Machabées ses enfants, rien ne les ébranle; ils mourraient plutôt que d'abandonner leur Dieu; Héliodore, dis-je donc, étant entré dans le temple avec de mauvais desseins, des anges apparurent, le renversèrent contre terre et le frappèrent de verges, au point qu'il fut resté mort sous les coups, si le grand prêtre Onias n'eut prié pour lui. Depuis, ce même Héliodore disait à son maître, que s'il avait quelque ennemi à faire châtier, il n'avait qu'à l'envoyer dans le temple de Jérusalem dans le même dessein que lui. Hérode, dont il est parlé au chapitre 12 du Livre des Actes des Apôtres, scandalise les faibles en s'attribuant la gloire qui appartient à Dieu, aussitôt l'ange du Seigneur le frappe, et il meurt rongé de vers comme un autre Antiochus. Saint Jérôme parle de parents d'une vierge qui furent tous frappés de mort subite, en ce qu'ils voulaient entraîner cette vierge dans les plaisirs du monde.

 

Réflexions pratiques

 

N'ai-je point scandalisé les petits enfants, les âmes faibles, par des irrévérences dans la maison de Dieu; par mon orgueil, qui m'a fait m'attribuer à moi-même la gloire qui n'appartient qu'à Dieu; par l'esprit de mondanité, qui m'a fait leur inspirer l'amour du monde ou les y porter, plutôt qu'à l'amour de la vertu et à la crainte de Dieu? ou ne les ai-je pas scandalisés de tout autre manière; soit par mon maintien, mes paroles ou mes actions; soit en leur prêtant de mauvais livres; ou en les leur laissant lire, ou en les autorisant par mon exemple à les lire ; soit par mes rapports scandaleux avec telles ou telles personnes; soit en négligeant les pratiques religieuses, ce qui les aurait portés à en faire autant, etc., etc.? Ah! s'il en est ainsi, combien n'ai-je pas sujet de craindre d'être châtié d'une manière exemplaire, d'être enveloppé dans quelque disgrâce effrayante, d'être couvert de plaies, rongé de vers, puni de mort, poussé à l'enfer, et cela par la main des anges de ceux que j'ai eu le malheur de scandaliser. Ah! Seigneur, vous avez exaucé le repentir de David, en lui pardonnant les péchés, que par son scandale il avait fait commettre aux autres, comme ceux qu'il avait commis lui-même; daignez en user de même à mon égard; je vous promets, moyennant le secours de votre sainte grâce, de réparer désormais, autant qu'il sera en moi, le mal que j'ai pu faire. Vous saints anges Gardiens de ces âmes infortunées que j'ai pu égarer, je comprends votre indignation et votre juste colère contre moi; c'est un barbare qui a fait périr l'enfant sous les yeux de son tuteur et de son père; mais ayez pitié de moi, pardonnez-moi, puisqu'en ce jour je change et que je me convertis. Qu'il en soit ainsi.

 

Prière :Auguste Reine des Cieux, Souveraine Maîtresse des Anges, Vous qui, dès le commencement, avez reçu de Dieu le pouvoir et la mission d'écraser la tête de Satan, nous Vous le demandons humblement: envoyez vos légions célestes pour que, sous vos ordres et par votre puissance, elles poursuivent les démons, les combattent partout, répriment leur audace et les refoulent dans l'abîme. « Qui est comme Dieu ? » O bonne et tendre Mère, Vous serez toujours notre amour et notre espérance! O divine Mère, envoyez les Saints Anges pour me défendre et repousser loin de moi le cruel ennemi! Saints Anges et Archanges, défendez-nous, gardez-nous! Réciter en suite neuf Gloire au Père suivis de neuf fois l'invocation : Reine des Anges, priez pour nous.

455_001

Pour recevoir chaque jour par E-mail la méditation du Mois des Saints Anges, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes