10 septembre 2011

Le Mois des Saints Anges

 

Le Mois des Saints Anges

441_001

Onzième jour

Nos saints Anges Gardiens compatissent à nos maux, et prennent part à la joie que nous ressentons en Dieu

 

Point de doctrine

 

Bien que les saints anges, dans l'état de gloire où ils sont affermis pour toujours, ne soient plus susceptibles de douleur et de souffrance, cela n'empêche pas qu'ils ne compatissent, autant que l'état où ils sont puisse le leur permettre, aux maux que nous endurons. De là le prophète Isaïe parlant des maux que s'étaient attirés, à cause de leurs iniquités, les enfants d'Israël, dit que, voyant cela, les anges de paix pleurèrent amèrement: Angeli pacis amareflebunt. « Ces bienheureux esprits, compatissant à nos peines, et prenant part à la joie que nous éprouvons, s'identifient en quelque sorte avec nous, nous aident dans le travail, nous protègent dans le repos, dit Hugues de Saint Victor, ils nous encouragent dans le combat, nous couronnent dans la victoire, se réjouissent en nous, quand nous nous réjouissons en vous, ô mon Dieu ».

 

Trait de l'Ecriture Sainte

 

On voit parce que dit l'ange Gabriel touchant les Juifs captifs en Babylonie,combien il compatissait à l'état de ce peuple, et combien il s'affligeait de ce que sa captivité étant prolongée, sa foi s'affaiblissait dans ce mélange avec les infidèles. « Le prince des ténèbres, qui est à la tête du royaume des Perses, dit-il à Daniel, m'a résisté pendant vingt-un jours; mais Michel, le premier d'entre les princes de l'armée céleste, est venu à mon secours, et nous l'avons vaincu; en sorte que je suis demeuré là près du roi de Perse, pour l'affermir dans la résolution qu'il a prise en votre faveur ». L'Evangile nous apprend que les anges prennent part à la joie que nous goûtons dans le Seigneur, lorsque nous revenons sincèrement à lui, là où il dit, après avoir parlé de cette femme transportée de joie d'avoir retrouvé la dragme qu'elle avait perdue. « En vérité, je vous le dis, que telle sera dans le ciel la joie des anges de Dieu, sur un pécheur converti qui fait pénitence » (Luc 15: 10).

 

Réflexions pratiques

 

Combien les anges de Dieu n'ont-ils pas eu peut-être, hélas! à gémir et à pleurer sur mon compte! dans quel état suis-je? qui le sait? Saint Bernard tremble, sent ses cheveux se dresser sur sa tête, lorsqu'il lit ces paroles dans les livres saints, ou qu'il se les rappelle: « Personne ne sait s'il est digne d'amour ou de haine ». Ah! si les colonnes tremblent ainsi, que vont devenir les faibles roseaux. Une âme est parfois comparée à une ville; s'il en est ainsi, infortuné pécheur! Ne suis-je pas du nombre de celles dont parle Isaïe, qui furent le sujet des cris et des larmes des anges de paix? Ces villes étaient ruinées, renversées, réduites en cendres; les voies qui y conduisaient autrefois n'existaient plus; les chemins étaient rompus; il n'y avait plus personne qui y passât; tous ceux qui les avaient autrefois habitées étaient morts ou repoussés de devant la face de Dieu; parmi ceux qui vivaient encore, il n'y avait plus entre eux et Dieu de pacte d'alliance. Quel état fait pour effrayer! faudra-t-il donc que je désespère de mon salut? oh! non: Dieu promet le pardon à celui qui le lui demande humblement, par Jésus Christ notre Seigneur; il n'est que ceux qui endurcis dans le crime ne veulent pas s'humilier devant Dieu et se convertira lui qui périssent. « Saints anges Gardiens, qui aimez tant les âmes faites à l'image de Dieu et rachetées par le sang de Jésus-Christ, qui êtes si compatissants sur les maux que nous éprouvons, n'abandonnez donc pas, je vous en conjure, un pécheur repentant, un pécheur accablé sous le poids de ses remords, qui se présente devant vous et devant son Dieu avec un cœur contrit et humilié; qui jure d'aller accuser ses péchés au tribunal de la pénitence, et de laver son âme dans le sang de l'Agneau! Que je sois le bienheureux pécheur converti, le pénitent dont il est parlé dans le Saint Evangile, et dont le retour à son Dieu vous procure tant de joie dans le paradis! et qu'il me soit donné de célébrer un jour avec vous, et toute la Cour Céleste, les éternelles miséricordes du Seigneur, dans les transports d'une éternelle joie! Ainsi soit-il ».

 

Prière :Auguste Reine des Cieux, Souveraine Maîtresse des Anges, Vous qui, dès le commencement, avez reçu de Dieu le pouvoir et la mission d'écraser la tête de Satan, nous Vous le demandons humblement: envoyez vos légions célestes pour que, sous vos ordres et par votre puissance, elles poursuivent les démons, les combattent partout, répriment leur audace et les refoulent dans l'abîme. « Qui est comme Dieu ? » O bonne et tendre Mère, Vous serez toujours notre amour et notre espérance! O divine Mère, envoyez les Saints Anges pour me défendre et repousser loin de moi le cruel ennemi! Saints Anges et Archanges, défendez-nous, gardez-nous! Réciter en suite neuf Gloire au Père suivis de neuf fois l'invocation : Reine des Anges, priez pour nous.

455_001

Pour recevoir chaque jour par E-mail la méditation du Mois des Saints Anges, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes