Le Mois des Âmes du Purgatoire

 974_001

Cinquième jour

Comment le feu du purgatoire tourmente les âmes

 

Méditation

 

Le feu du purgatoire étant matériel et corporel, on demandera peut-être comment il peut agir sur les âmes dépouillées de leur corps. De même, répond le pape saint Grégoire, que Lucifer et les anges rebelles, quoiqu'ils soient de purs esprits, sont tourmentés par le feu de l'enfer, ainsi les âmes des hommes séparées des corps le peuvent être et le sont en effet, avant le jugement universel, et dans le purgatoire et dans l'enfer. Le feu des abîmes est un instrument de la justice de Dieu, qui a la puissance de punir une âme par le moyen d'un corps, comme il a celle d'animer un corps par le moyen d'un esprit. Le ressort de cette action, bien qu'étonnant et secret pour nous, n'en existe pas moins, conclut saint Bernardin de Sienne; et ce serait une impardonnable présomption de vouloir, avec les vues bornées de l'homme, sonder les œuvres merveilleuses de la puissance divine. Les saints Pères et les docteurs, cherchant à nous faire comprendre comment le feu du purgatoire tourmente les âmes renfermées dans ces horribles prisons, nous disent que cela se fait par alligation, c'est-à-dire que les âmes n'ont plus le corps qu'elles avaient pendant la vie, mais que le feu s'unit et s'attache si étroitement à ces purs esprits, qu'il devient pour eux comme un autre corps qui les torture. Cette idée remplit de crainte et d'horreur, et pourtant ce n'est qu'une idée humaine, qui reste de beaucoup au-dessous de la vérité. Combien donc est inexprimable le tourment qu'en reçoivent ces pauvres âmes! Considérons-donc, chrétiens, que ces âmes n'ont pas des mains comme les nôtres, mais des mains de feu; ni des pieds comme les nôtres, mais des pieds de feu; ni les autres membres comme nous, d'os et de chair, mais des membres de feu. La tête est un feu toujours ardent; la poitrine, un feu qui toujours brûle; les entrailles, un feu toujours dévorant; toutes les parties du corps, un feu qui rugit sans cesse. Elles ne voient que lefeu, n'entendent que le feu, ne respirent que le feu, ne touchent que le feu; elles sont sans cesse et se roulent dans le feu. 0 feu! ô feu du purgatoire! le feu de la charité peut seul te maîtriser et t'éteindre. Vivons donc sur cette terre dans les ardeurs de la charité, si nous ne voulons pas dans l'autre vie être brûlés par les feux du purgatoire.

 

Prière

 

Allumez vous-même, Seigneur, le feu de la divine charité dans nos cœurs, et faites que ses ardeurs nous sanctifient nous-mêmes et nous excitent à secourir nos frères trépassés et à les délivrer des brasiers ardents du purgatoire. Le feu que nous éteignons pour eux, nous l'éteignons aussi pour nous; la compassion que nous leur témoignons, nous la retrouverons à notre tour et plus abondante; et, purifiés pendant cette vie par les flammes de votre saint amour, nous eh goûterons d'autant plus les délices dans l'autre, que nous en aurons avec plus de générosité réparti les fruits aux âmes du purgatoire.

 

Exemple

 

La vénérable mère Françoise du Saint-Sacrement, carmélite très dévote au Purgatoire, voyait souvent, par la permission de Dieu, les âmes, non-seulement revêtues de flammes comme d'un corps brûlant, mais encore chargées des choses qui leur avaient été occasion de péché, et qui étaient aussi changées en feu. Un évêque lui apparut revêtu des ornements sacrés, la mitre en tête et la crosse à la main; mais les ornements, la mitre et la crosse étaient de t'en, et formaient l'objet de son suppliée, après avoir été celui de sa vaine gloire sur la terre. Un prêtre avait la tonsure tout enflammée, la langue plus ardente qu'un fer rouge, les mains pétillantes d'étincelles brûlantes; son étole lui pendait au cou comme une chaîne de feu, et les ornements lui faisaient un manteau de flammes, à cause de ses irrévérences dans l'exercice du saint ministère. Elle vit un religieux entouré de meubles précieux: chaises, tables, marbres, peintures et gravures; mais tout était de feu, parce que, contrairement à son vœu de pauvreté religieuse, il s'était plu, pendant sa vie. à meubler sa cellule avec recherche. Un notaire tenait une écritoire de feu, une plume de feu, un sceau de feu, eu punition de l'inexactitude avec laquelle il avait exercé son délicat office. Un homme du monde maniait un paquet de cartes enflammées et des monnaies brûlantes, en punition de son grand amour du jeu. Tout, en somme, était feu dans ces âmes qui lui apparaissaient: le corps était du feu; les habits, du feu; les ornements, du feu; jusqu'à l'air qui les entourait, était du feu. Les péchés et les défauts sont les aliments de ce feu, que chacun peut allumer et éteindre soi-même. Fuyons les péchés et les défauts, et le feu du purgatoire ne brûlera pas pour nous.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

En donnant des vêtements aux pauvres, on procure du soulagement et de la consolation aux âmes du purgatoire

 

César Costa, archevêque de Capoue, voyant le P. Jules Mancinelli avec un vêtement si délabré qu'il ne pouvait le défendre du froid, lui donna un manteau pour l'hiver. Après la mort de l'archevêque, ce religieux, sortant un jour, vit venir au-devant de lui le prélat défunt qui, tout environné de flammes, le pria de lui prêter ce manteau. Le bon serviteur de Dieu l'ôta promptement de dessus ses épaules et le donna au spectre, qui s'en couvrit entièrement, et le drap, au lieu d'être consumé par le feu, l'étouffait et en éteignait les flammes, au grand soulagement du défunt. A cette époque où l'hiver approche, donnons, si nous pouvons, à l'intention des âmes du purgatoire, quelque manteau, quelque vêtement aux pauvres qui en ont besoin, car, en préservant le pauvre du froid, nous mitigerons le feu qui tourmente les défunts, ils en éprouveront un grand soulagement, et nous l'éprouverons aussi, si nous avons le malheur de tomber un jour dans ces flammes.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières,le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.


Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois des Ames du Purgatoire, être tenu au courant des mises à jour du site et recevoir des prières par e-mail, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes