Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Onzième jour

Il faut célébrer les fêtes de la Sainte Vierge avec des sentiments particuliers de dévotion

 

Marie, ma Bonne Mère, tient singulièrement à ce que Ses Fêtes soient dignement célébrées. Tantôt Elle révèle les jours précis dans lesquels on doit les célébrer ; tantôt Elle recommande de les établir dans les pays où elles ne sont point en usage ; tantôt Elle en règle le cérémonial ; tantôt Elle remercie ceux qui ont ajouté de la pompe à Ses solennités, comme Elle fit pour le Saint Evêque Bernon, à l'occasion de la Fête de Sa Nativité. Eh bien ! Si Marie a tant à cœur que Ses Fêtes soient célébrées, combien je dois tenir à les solenniser dévotement, puisque tout à l'honneur que nous Lui rendons tourne à notre propre avantage ! La Sainte Eglise est-elle en butte à des grandes épreuves ; a-t-elle un besoin particulier de l'assistance de Marie : Elle ne voit pas de moyens plus convenable ni efficace de l'obtenir, que d'augmenter son culte par la célébration de nouvelles Fêtes.

 

Ce que je puis faire de mieux pour honorer la Sainte Vierge dans Ses solennités, c'est de m'approcher des Sacrements. Pour mieux me disposer à la Communion, ces jours de Fête, je pratiquerai spécialement ce qu'Elle-même daigne recommander à sa pieuse servante Sainte Gezrtrude : « 1° Vous prierez le Seigneur, lui dit-elle, de vous purifier de toute souillure par cette pureté sans tâche avec laquelle Je préparai dans Mon sein une digne habitation au Fils de Dieu ; 2° Vous le prierez de suppléer à toutes vos négligences par la profonde humilité qui m'a élevé au dessus de tous les choeurs des Anges et des Saints dans le Ciel. 3° Vous le conjurerez d'orner votre âme d'une riche couronne de vertus, par c et inestimable amour qui m'a pour toujours unie à Mon Divin Fils ».

 

Voici un des mille moyens employés par Saint Pierre Claver pour honorer Marie et pour solenniser Ses Fêtes. Il invitait à dîner les pauvres de la ville, leur faisait apporter des mets abondants et délicats, puis il les servait en personne. A la fin du repas, pour ranimer leur confiance en Marie, il leur faisait une courte exhortation sur Ses Fêtes, et récitait avec eux le Chapelet. Oh ! La belle pensée ! Qu'Elle est digne d'un tel apôtre ! A toutes les Fêtes de la Sainte Vierge, le docte et pieux Suarez employait deux heures à méditer sur les grandeurs, les gloires et les vertus de cette Divine Mère. Il n'y a point d'exercice plus propre à développer sa dévotion et son amour, que la méditation de ses grandeurs et de ses incomparables prérogatives. Saint Alphonse conseillait de choisir, chaque année, une Fête de la Sainte Vierge, celle pour laquelle on se sent le plus d'attrait, et de s'y préparer d'une manière spéciale pour se consacrer plus spécialement à Son service, en lui demandant pardon des négligences de l'année passée et en lui promettant plus de fidélité pour celle que l'on va commencer. C'était la pratique de Sainte Gertrude, qui, tous les ans, dans un jour déterminé, la choisissait solennellement pour Sa Protectrice et Sa Mère.

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 390_001

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.