11 juin 2012

A propos des publicités sur le site Images Saintes

Capture Images Saintes

A propos des publicités sur le site Images Saintes

 

Il n'est pas dans mes habitudes de me raconter dans les pages du site, mais, toutefois, en réponse suite à un message reçu hier de la part d'un visiteur d'Images Saintes : « Cela est très bien fait sauf que la publicité sur votre pages révèle votre but : "faire du fric" ». Ce n'est pas la première fois que la question des publicités est évoquée. Alors, quelques précisions : les publicités que vous pouvez voir éparpillées sur le site sont indépendante de ma volonté, elles ne sont pas en lien avec les publications d'Images Saintes. Mais elles sont mises par l'hébergeur, la société Canalblog, le blog existe grâce à leur présence, disent-ils. J'ai eu beau signaler le contenu, qui est quelques fois plus que déplacé, mais rien à faire. Je précise au passage que la présence de ces pubs ne me rapporte absolument rien, pas le moindre denier, tant mieux d'ailleurs... Rendons à César ce qui est à César et à Dieu, ce qui est à Dieu. 

Le site Images Saintes est un site d'évangélisation totalement gratuit et il le restera. Les pages se veulent claire, attractives, net et faciles a comprendre, en tout cas, je fais de mon mieux pour que cela soit accessible à toutes les personnes qui les lisent j'essaie d'aller directement à l'essentiel, sans faire trop de blabla. Je passe plusieurs heures par jours pour rendre accessibles à un plus grand nombre des textes souvent rares, ou introuvables en français ou peu facile d'accès sur le net, et ce, afin d'essayer de participer le plus activement et le plus complèement possible à la proclamation de l'Evangile dans le cadre de la nouvelle évangélisation, si désirée par le Saint Père. « Donnez gratuitement ce que vous avez reçu gratuitement », à dit le Seigneur. Donc point de commerce avec les choses de Dieu, je ne suis pas un marchand du temple... Si le but du site Images Sainte serait de faire du fric, comme vous dites, il n'existerait pas... Je me devais de vous préciser cela afin que les choses soient très clairement établies et que cela ne soit, je l'espère vivement, plus abordé à l'avenir.

 

Très chers visiteurs, amis lecteurs, abonnés (597), je voulais aussi vous remercier pour votre fréquentation toujours plus croissante: à ce jour plus de 3 977 commentaires, 6 453 527 de pages vues par 1 523 337 de visiteurs venant de près de 60 pays à travers le monde... Merci, merci, merci... soyez assurés de toutes mes plus fraternelles salutations et de toutes mes prières,

à Jésus, par Marie,

 

Franck Monvoisin, laïc Franciscain.

Posté par fmonvoisin à 19:42 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,


Le Mois du Sacré Cœur de Jésus

Le Mois du Sacré Cœur de Jésus

 04

Douzième jour

Sa bonté à l'égard de la Samaritaine

 

Voix de Jésus


« Tu as vu, Mon fils, combien Je suis prévenant et Miséricordieux envers les pécheurs ; mais Je ne t'ai pas montré encore avec quelle tendre condescendance Mon Cœur se plaît à leur ouvrir les yeux sur leurs misères et à les attirer à Mon Amour. Ecoute: « Je retournais en Galilée en passant par la Samarie, et arrivé près de la fontaine de Jacob, je m'assis, fatigué du chemin, sur le bord de cette fontaine, tandis que mes disciples allaient à la ville de Sichar acheter de quoi manger: c'est là que J'attendais la Samaritaine pour l'éclairer et la convertir. Bientôt, elle vint puiser de Peau, et le premier, lui adressant la parole: « Donnez-Moi à boire, lui dis-Je ». « Comment, Vous qui êtes juif, répondit-elle, me demandez-Vous à boire, à moi qui suis Samaritaine? » Car les Juifs évitent tout rapport avec les Samaritains. Alors, avec cet accent de bonté qui n'appartient qu'à Moi: « Si vous connaissiez le don de Dieu, lui dis-Je, et quel est Celui qui vous demande à boire, vous Lui auriez demandé à Lui-même, et Il vous aurait donné de l'eau vive ». O Mon fils, que de fois J'ai ménagé, avec la Charité la plus touchante, les occasions de faire du bien à ton âme et de la délivrer de ses péchés, les moyens de les lui faire expier et de lui faire acquérir les vertus qui lui manquent, et qui devaient la rendre si riche et si belle à mes yeux! Que de fois J'ai voulu l'éclairer sur ces taches qui la déparent, sur ces liens humains qui l'enchaînent à la terre et l'empêchent de prendre son essor vers le Ciel! Que de fois J'ai pu te dire: « Ah! si tu connaissais le don de Dieu! Si tu savais quel est Celui qui te demande cet effort ou ce sacrifice; quel est Celui qui te demande ton amour, tu Le prierais toi-même tout le premier, tu Le conjurerais de daigner accepter ce qu'Il te demande, de te permettre de l'aimer, et de te guérir de tout ce qui t'empêche de Lui être agréable ». Oui, certes, si tu l'avais compris, tu M'aurais supplié avec les instances les plus vives, et ta prière aurait tout obtenu, et Je t'aurais donné sans mesure l'eau vivifiante de Ma Grâce: le temps que tu as si malheureusement perdu en résistant à Mon Amour, tu l'eusses employé, avec un gain immense, à recueillir Mes Dons et à les faire fructifier dans ton cœur, pour ton bonheur de ce monde et pour l'éternité. Médite et goûte ces vérités, ô Mon fils; et puis, Je t'en découvrirai d'autres non moins salutaires, dans la suite de mon entretien avec la pécheresse de Sichar ».

 

Réflexion

 

Hélas! comment déplorer assez tant de résistances aux divines attentions du Cœur de Jésus envers un ingrat pécheur!... De quels biens je me suis privé! Ah! quels trésors de grâces j'ai volontairement perdus ! De combien de degrés de gloire j'aurais pu enrichir ma couronne, au ciel! Quels longs jours d'expiation j'aurais pu m'épargner dans le purgatoire! Et encore aujourd'hui, n'ai-je pas à me reprocher de méconnaître les dons de Dieu?... Oh! si je m'abandonnais à la lumière de la foi; si je considérais bien quel est celui qui daigne m'écouter dans la prière, qui me parle par la grâce, qui s'immole pour moi sur l'autel; quel est celui que j'ai le bonheur incomparable de visiter dans son sanctuaire; quel est celui qui me fait l'honneur incompréhensible de se donner à moi dans la sainte communion; de quel respect, de quel recueillement pieux ne serais-je pas rempli! de quel amour pur, tendre, généreux et constant ne serais-je pas pénétré!

 

Pratique

 

1° Dans tous vos exercices de piété, animez-vous par la pensée de la grandeur infinie de Dieu et de tout ce qu'il a fait pour le bien de votre âme. 2° Estimez infiniment la plus petite grâce; car elle peut vous valoir, si vous en profitez, un poids immense de gloire éternelle.

 

Piété profonde du Frère Colomban

 

Le Frère Colomban, religieux trappiste de l'abbaye de Buonzolazzo près de Florence, mort en 1714, gémissait souvent de ne pouvoir aimer Dieu d'une manière digne de lui: il aurait voulu aimer infiniment cet Être souverainement parfait, dont la majesté, la miséricorde, la bonté sont sans mesure et sans bornes. Mais il eut toujours soin d'accompagner l'amour ardent qu'il avait pour Dieu d'une vénération profonde, et de cette crainte salutaire qui chasse la présomption, en tenant l'âme également occupée de la considération de sa miséricorde et de sa justice, des bontés qu'il a eues pour elle, et de l'état funeste où elle serait réduite s'il cessait de la protéger. Il unissait ensemble, d'une manière admirable, des actes d'amour, de crainte, de respect, de confiance et de conformité à la sainte volonté du Très-Haut. « En entrant dans l'église, où Dieu réside d'une manière spéciale, il commençait par rappeler dans son esprit toute la grandeur de celui dont il approchait, et il se disait à lui-même: « Deus « quis similis tibi ? Qui est semblable à vous, ô mon Dieu? » C'est ainsi qu'il commençait par la crainte; mais la charité embrasant ensuite son cœur, il continuait et finissait par l'amour. On ne pouvait le voir en prières sans être touché de sa modestie, de son recueillement et de l'immobilité absolue dans laquelle il semblait être. Quelque longues et assidues qu'elles fussent, il se tenait toujours dans la même situation. On ne lui vit jamais tourner la tête au chœur, ni donner quelque marque de lassitude. Il trouvait, au contraire, tant de consolation dans les saints exercices qui unissaient son âme à son bien-aimé, qu'il paraissait y être détaché de toute autre chose et avoir perdu l'usage de ses sens. Souvent, l'office divin étant fini, il restait tellement absorbé en Dieu que la communauté passait devant lui sans qu'il s'en aperçût; de sorte qu'il fallait que les Supérieurs l'avertissent de prendre son rang et de suivre ses frères. La pensée continuelle de son Dieu qui veillait sans cesse sur ses actions, lui inspirait cette attention sur sa conduite, ce recueillement intérieur qui lui faisait faire les choses les plus communes avec une sainte ferveur, et avec des intentions surnaturelles ». (Relation de la vie et de la mort de quelques religieux de la Trappe, tome IV).

 093_001

Pour recevoir chaque jour les méditations du Mois du Sacré Cœur, ainsi que des prières, être tenu au courant des mises à jours du blog, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.