31 octobre 2012

Le Mois des Ames du Purgatoire

Le Mois des Ames du Purgatoire

438_001 (2)

Premier jour

Jour de la Fête de Tous les Saints

 

Le bonheur du Ciel

 

Permettez, ô mon Dieu, que je m'élève aujourd'hui par la Foi au milieu des Esprits Bienheureux dont nous honorons la mémoire: Votre Bonté me destine à partager un jour la gloire des Saints; je dois donc considérer l'étendue de leur bonheur, afin de ranimer mon courage, et de les suivre avec ardeur dans le chemin qui les a conduits jusqu'à Vous. Qu'elle est immense, qu'elle est incompréhensible la récompense que Vous réservez à Vos élus! Si votre magnificence brille avec tant d'éclat dans les objets qui nous environnent, dans la vaste étendue des cieux, dans les rayons éblouissants du soleil, dans la douce clarté des astres pendant une nuit tranquille; quelle splendeur ne devez-Vous pas avoir déployée dans le séjour de vos récompenses, où nos iniquités ne mettront plus d'obstacles à Vos dons ? Non, Seigneur, tout ce que je vois, tout ce que j'admire autour de moi, n'est rien auprès de ce que j'espère, et de ce que les Saints, qui sont mes frères, possèdent déjà. Vous nous avez préparé, dans la Cité permanente, des biens qui surpassent infiniment tout ce que l'œil peut voir, tout ce que l'oreille peut entendre, tout ce que le cœur peut désirer (Cor. 2, 9). C'est Vous-même qui voulez être notre récompense; elle sera donc infinie dans son objet, éternelle dans sa durée.

I. La récompense des Saints sera infinie dans son objet. C'est quelque chose de bien grand, ô mon Dieu, que ce bonheur ineffable préparé dans le Ciel pour ceux qui Vous aiment ! La magnificence de ce beau séjour, la délivrance de tous les maux, la jouissance de tous les biens; la compagnie des Anges et des Saints, les charmes de leur conversation, la douce harmonie de leurs concerts, tout enfin se réunira pour inonder les élus d'un torrent de délices. Mais ce qui me touche infiniment davantage, ô Dieu de Bonté, ce que je ne puis me lasser de considérer dans le sentiment de ma reconnaissance, c'est que Vous y serez Vous-même notre récompense. Vous nous mettrez pour ainsi dire en possession de Vos perfections adorables: Vous nous ferez partager Votre Gloire, Votre Puissance, Votre Eternité. Il est vrai, Seigneur, Vous nous avez créés à Votre Image; mais cette image est maintenant bien imparfaite, bien dégradée, bien défigurée par le péché Au ciel, tout sera rétabli dans l'ordre, Vous retracerez de nouveau en nous Votre ressemblance, et c'est alors que s'accomplira la parole de l'Écriture: « J'ai dit: Vous êtes des dieux ». O Dieu éternel ! Dieu infini ! Se peut-il que vous vouliez être le partage de votre faible créature, vous unir, vous confondre en quelque sorte avec elle, afin de la rendre heureuse de votre propre bonheur! Mon âme soupire avec ardeur après le moment où elle verra se réaliser une si douce attente, et je me réjouis avec le Prophète dans l'espérance d'entrer un jour dans Votre Maison (Ps. 121). Alors je Vous louerai, je Vous adorerai; non plus, comme je l'ai fait souvent, avec un esprit dissipé et un cœur tiède, mais dans un transport éternel d'amour. Alors je Vous verrai; non plus, comme à présent, à travers les ombres de la Foi, mais à découvert, sans nuages, et dans toute la splendeur de Votre beauté. Alors surtout je Vous aimerai, je connaîtrai Vos amabilités infinies, l'excellence de Vos dons, la multitude de Vos bienfaits, et je publierai éternellement Vos Miséricordes dans l'assemblée des Saints.

II. Oui, la récompense des Saints sera éternelle dans sa durée. Dans le Ciel, ô mon Dieu, nous Vous posséderons réellement; ici-bas nous ne pouvons nous former une idée de la joie qui résulte de la douce assurance d'être unis à Vous pour toujours pour toujours ! Il n'y aura plus d'infidélités, plus de résistances à votre grâce; nous vous aimerons éternellement, sans partage, et vous régnerez à jamais en nous... Ah ! Seigneur ! Si les Saints ont éprouvé tant de consolations à s'entretenir avec Vous, lorsqu'ils étaient encore sur la terre; si un Saint Antoine, après avoir passé la nuit en prières, se plaignait au soleil de ce qu'il venait trop tôt interrompre une occupation si chère à son cœur; si j'ai goûté moi-même tant de douceurs, dans les moments où Votre Amour se faisait sentir à mon âme avec plus de force, que sera-ce lorsque nous vous posséderons et Vous contemplerons à découvert, dans l'éclat de Votre gloire, sans pouvoir jamais être séparés de Vous !.... Je méditerai souvent cette consolante pensée: « Dieu veut se donner à moi éternellement... » Puisque c'est pour toujours que Vous voulez être mon partage, c'est aussi pour toujours, sans interruption, sans inconstance, que je veux mettre mon bonheur à Vous servir et à Vous sacrifier tous mes penchants.

 

Prière

 

Mon Dieu, la mesure de l'amour que j'aurai pour Vous ici-bas, réglera l'étendue de mon bonheur et de mon amour dans la vie future. Faites-moi donc la grâce de Vous aimer sur la terre avec toute l'ardeur dont mon cœur peut être capable, et de commencer ce que je dois faire un jour avec les Bienheureux. Que je Vous loue, que je Vous connaisse, que je Vous aime comme les Saints; que je vive comme eux, que je meure comme eux, et que ma récompense soit de Vous posséder et de Vous bénir éternellement avec eux. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Ainsi soit-il.

 

807_001

Pour recevoir chaque jour les méditations du Mois des Ames du Purgatoire ainsi que des prières et pour être tenu au courant de mises à jour du blog, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes