Capture plein écran 04062013 140901

La relique du Sang de Saint François du Couvent des Frères Mineurs de Québec

 

Notre Divin Rédempteur, pour manifester son tendre amour envers Saint François, autant que pour récompenser la grande dévotion de son serviteur envers sa très douloureuse Passion, imprima dans le corps du Séraphique Patriarche les plaies sacrées de son crucifiement. Pendant plus de deux ans, François fut un vivant crucifix. Après sa mort, ces stigmates purent être contemplées par ses nombreux disciples et par la foule immense qui accourut à Assise. À plusieurs reprises le sang coula des miraculeuses plaies, on put le recueillir et le transmettre à la vénération des siècles à venir. (Note : Au Sanctuaire de l'Alverne, ce sang ainsi conservé a repris plusieurs fois sa couleur et sa liquidité).

Une relique considérable de ce sang béni, sorti des Stigmates de Saint François, fait le plus précieux trésor des Frères Mineurs du Couvent de Québec. Elle a été donnée en 1902 par Monseigneur Potrou, évêque de Jéricho, de l'Ordre des Frères Mineurs, qui la reçut lui-même de notre couvent de l'Alverne. Elle est renfermée dans un reliquaire de vermeil, exécuté à Paris par les soins du T.R.P. Léonard Hennion, Provincial des Frères Mineurs et Commissaire Général de Terre Sainte.

Le couvent des Franciscains de Québec avait été dédié par un vœu spécial, aux Sacrés Stigmates du Séraphique Père. Par le don magnifique du sang de ses célestes blessures, Saint François est venu mettre le comble à toutes les faveurs dont il a entouré la fondation de ce Monastère ; en même temps il lui donnait un gage des nouveaux bienfaits qu'il lui prépare.

La Sainte Relique est portée tous les mois en procession à travers la chapelle et les cloîtres et offerte à la vénération des fidèles ; elle reste exposée tous les jours de fêtes de Saint François.

Au jour marqué par la Providence, la piété des enfants de Saint François espère pouvoir lever une modeste chapelle dédiée aux Sacrés Stigmates, où la précieuse Relique sera particulièrement honorée. La Charité toujours féconde des enfants et des amis de notre Séraphique Père ne manquera pas, nous l'espérons à cette œuvre de piété filiale.

 

Extrait des « Cinq Dimanches en l'honneur de Saint François », le Couvent des Sacrés Stigmates, Québec, 1904