Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

102_001

Deuxième jour

Deuxième jour de la semaine à Nazareth

Pour entrer dans la maison de la Sainte Famille

Consécration de nos sens

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation au Saint Esprit

 

Esprit Saint Ta saveur m’est douce

au-delà du rayon de miel

et de toute douceur mesurable.

Faim et désir toujours en moi demeurent,

car Te consommer, je ne le puis.

Est-ce moi qui Te mange ?

Toi qui me manges ?

Je ne sais ;

car, dans mon fond,

les deux semblent vrais.

Tu me réclames d’être avec Toi,

ce qui me donne grande peine,

car je ne veux quitter mon occupation

pour aller dormir entre tes bras.

Il me faut rendre grâce, louange et honneur,

car c’est là ma vie éternelle. Impatience en moi

je ressens, et ne puis savoir ce que c’est.

Si je pouvais acquérir l’unité avec Dieu,

tout en demeurant pour toujours en mes œuvres,

je tairais toute ma plainte.

Que Dieu qui connaît tout besoin fasse de moi

tout ce qu’il veut.

Je me livre tout entière en son pouvoir,

et reste ainsi, en toute souffrance, vigoureuse.

 

(Jan van Ruysbroeck)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

La Parole de Dieu

 

Saint Marc 10, 49-52

 

« Jésus s'arrête et dit : « Appelez-le ». On appelle donc l'aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; Il t'appelle ». L'aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. Jésus lui dit : « Que veux-tu que Je fasse pour toi ? » « Rabbouni, que je voie ». Et Jésus lui dit : « Va, ta Foi t'a sauvé ». Aussitôt l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus sur la route ».

 

Livre de la Sagesse 13, 1-9

 

« Insensés par nature tous les hommes qui ont ignoré Dieu, et qui n'ont pas su, par les biens visibles, voir Celui qui est, ni, par la considération de ses œuvres, reconnaître l'Ouvrier. Mais ils ont regardé le feu, le vent, l'air mobile, le cercle des étoiles, l'eau impétueuse, les flambeaux du ciel, comme des dieux gouvernant l'univers. Si, charmés de leur beauté, ils ont pris ces créatures pour des dieux, qu'ils sachent combien le Maître l'emporte sur elles ; car c'est l'Auteur même de la beauté qui les a faites. Et s'ils en admiraient la puissance et les effets, qu'ils en concluent combien est plus puissant celui qui les a faites. Car la grandeur et la beauté des créatures font connaître par analogie Celui qui en est le Créateur. Ceux-ci pourtant encourent un moindre reproche ; car ils s'égarent peut-être en cherchant Dieu et en voulant le trouver. Occupés de ses œuvres, ils en font l'objet de leurs recherches, et s'en rapportent à l'apparence, tant ce qu'ils voient est beau ! D'autre part, ils ne sont pas non plus excusables ; car, s'ils ont acquis assez de science pour arriver à connaître le monde, comment n'en ont-ils pas connu plus facilement le Maître ? »

 

Saint Matthieu 6, 25-33

 

« Je vous dis : Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie, au sujet de la nourriture, ni pour votre corps, au sujet des vêtements. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils ne font pas de réserves dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux ? D'ailleurs, qui d'entre vous, à force de souci, peut prolonger tant soit peu son existence ? Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n'était pas habillé comme l'un d'eux. Si Dieu habille ainsi l'herbe des champs, qui est là aujourd'hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ? Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : « Qu'allons-nous manger ? » ou bien : « Qu'allons-nous boire ? » ou encore : « Avec quoi nous habiller ? » Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d'abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché.

 

Message de la Sainte Vierge à Medjugorje du 25 avril 1993

 

« Chers enfants, aujourd'hui je vous invite tous à éveiller vos cœurs à l'amour. Allez dans la nature et regardez comment la nature s'éveille, cela vous sera une aide pour ouvrir vos cœurs à l'amour de Dieu-Créateur. je désire que vous réveilliez l'amour dans vos familles, de telle sorte que là où se trouvent le manque de paix et la haine, l'amour règne. Et quand il y a l'amour dans vos cœurs, alors il y a aussi la prière. Et n'oubliez pas, chers enfants, que je suis avec vous et que je vous aide par ma prière, afin que Dieu vous donne la force d'aimer. je vous bénis et je vous aime de mon amour maternel. Merci d'avoir répondu à mon appel ».

 

Méditation

 

« Une personne qui s'est ainsi volontairement consacrée et sacrifiée à Jésus-Christ par Marie ne peut plus disposer de la valeur d'aucune de ses bonnes actions: tout ce qu'il souffre, tout ce qu'il pense, dit et fait de bien, appartient à Marie, afin qu'elle en dispose selon la volonté de son Fils, et à sa plus grande gloire, sans cependant que cette dépendance préjudicie en aucune manière aux obligations de l'état où l'on est pour le présent, et où on pourra être pour l'avenir ».

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, Traité de la Vraie Dévotion à Marie, 124).

 

« Il faut que les chrétiens approfondissent personnellement et dans chacune de leurs communautés l' « obéissance de la foi » dont Marie est l'exemple premier et le plus éclairant. (...) Ils doivent surmonter des désaccords doctrinaux... (…) Pourquoi, alors, ne pas la considérer tous ensemble comme notre Mère commune qui prie pour l'unité de la famille de Dieu, et qui nous « précède » tous à la tête du long cortège des témoins de la foi en l'unique Seigneur, le Fils de Dieu, conçu dans son sein virginal par l'Esprit Saint ? (…) L'icône de la Vierge au Cénacle, en prière avec les Apôtres dans l'attente de l'Esprit: ne pourrait-elle pas devenir comme le signe de l'espérance pour tous ceux qui, dans le dialogue fraternel, désirent approfondir leur obéissance dans la foi ? »

(Bienheureux Jean Paul II, Redemptoris Mater 29-33).

 

L'amour virginal de Marie rayonne aussi de l'intérieur sur tout son corps et sur toute sa vie physique, les enveloppant d'une sorte de pureté lumineuse et intime (…). L'amour virginal de Marie prend de l'intérieur toutes les capacités et toutes les forces de la vie de l'homme, même les plus profondes et les plus cachées, et les sanctifie en les unifiant de l'intérieur, en les attirant et les unissant à Dieu. Il a d'abord sanctifié les relations physiques de la toute petite Marie avec sa mère Anne, en faisant de ces relations naturelles comme un sacrement de l'Amour Divin (…). Marie est toujours demeurée dans le premier amour du nouveau-né, elle a gardé toute sa vie, dans le boire et le manger, comme dans tout son comportement physique, cette simplicité et cette profondeur du tout-petit (…). Pour elle, les aliments sont une nourriture animée de ce souffle de vie qui vient immédiatement de Dieu, un goût de Dieu, que l'Esprit y a disposé comme un vestige qui nous rappelle son amour, ayant tout créé en vue de l'homme et de son union avec lui ».

(Père Thomas Philippe, O.P., « La Vie Cachée de Marie »)

 

__20121226_1243647871

Prières

 

Prière consécratoire

 

Vierge Marie, en qui Jésus a pris chair et corps, je Te consacre tous mes sens afin que, détournés des jouissances grossières, ils me servent à goûter la saveur véritable des choses belles et bonnes que le Créateur nous a destinées, à connaître la joie de régner sur la Création selon la Sagesse de Dieu. Car, comme le Fils de l'Homme est venu mangeant et buvant, je veux que toutes mes facultés concourent à la plus grande Charité. Marie, je Te consacre mes cinq sens, purifie-les afin qu'ils deviennent capables de se réjouir de la Vie et de peu à peu percevoir la réalité des biens à venir.

 

Antienne

 

Je sais qu’à Nazareth, Mère pleine de grâces

Tu vis très pauvrement, ne voulant rien de plus

Point de ravissements, de miracles, d’extases

N’embellissent ta vie, ô Reine des Elus !…

Le nombre des petits est bien grand sur la terre

Ils peuvent sans trembler vers toi lever les yeux

C’est par la voie commune, incomparable Mère,

Qu’il te plaît de marcher pour les guider aux Cieux.

 

(Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, extrait de la poésie « Pourquoi je t'aime, ô Marie »)

 

Psaume 122 (121)

 

O ma joie quand on m'a dit :

« Allons à la maison du Seigneur! »

Maintenant notre marche prend fin

dans tes portes, Jérusalem !

Jérusalem, bâtie comme une ville

où tout ensemble fait corps ;

C'est là que montent les tribus,

les tribus du Seigneur,

là qu'Israël doit rendre grâce

au nom du Seigneur.

Car les sièges de la Justice sont là,

les sièges de la maison de David.

Appelez la paix sur Jérusalem :

Paix à ceux qui t'aiment !

Que la paix règne dans tes murs,

le bonheur dans tes palais !

Pour l'amour de mes frères, de mes amis,

laisse-moi : « Paix sur toi ! »

Pour l'amour de la maison du Seigneur notre Dieu,

je prie pour ton bonheur.

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

008_001

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.