Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

102_001

Onzième jour

Quatrième jour de la semaine dans le sein du Père

L'épouse qui révèle le Père éternel

Consécration de notre intimité avec Dieu

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation au Saint Esprit

 

Esprit Saint, que Ta grâce nous assiste,

qu’elle vienne habiter nos cœurs

après avoir chassé tous les vices.

Esprit bienfaisant,

Lumière des hommes,

délivre notre âme

de ses mortelles ténèbres.

 

Esprit Saint, Toi qui aimes

toujours les justes pensées,

dans Ta bonté, répands Ton Onction

dans tous nos sentiments.

 

Esprit qui purifies

toutes les souillures,

purifie le regard

de notre homme intérieur,

pour que nous puissions voir

le Père suprême,

que peuvent seuls contempler

les regards d’un cœur pur.

 

Tu as inspiré les prophètes,

pour qu’ils célèbrent à l’avance

les louanges du Christ.

Tu as fortifié les apôtres

pour qu’ils annoncent au monde entier

le triomphe du Christ.

 

Lorsque Dieu, par Son Verbe,

a créé l’édifice du ciel, de la terre et des mers,

c’est Toi qui étendais Ta Puissance

sur les eaux pour qu’elles donnent la vie aux âmes.

 

C’est Toi, par Ton Souffle,

qui as créé des hommes spirituels

c’est Toi Seigneur, qui as unifié le monde,

divisé par ses langues et ses religions ;

Toi, le meilleur de tous les Maîtres,

Ramène les idolâtres au culte de Dieu.

 

Exauce donc nos supplications,

Esprit Saint, car sans Toi

toutes les prières sont jugées impuissantes,

indignes de toucher les oreilles divines.

 

Toi qui as enseigné les saints de tous les siècles

en les enveloppant de ton impulsion puissante,

c’est Toi-même qui as rendu glorieux ce jour

en comblant aujourd’hui les apôtres du Christ

par une grâce sans précédant,

inconnue de tous les siècles.

(Humbert de Roman)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

Parole de Dieu

 

Saint Jean 15, 4-5

 

« Demeurez en Moi, comme Moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter du fruit par lui-même s'il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en Moi. Moi, je suis la Vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en Moi et en qui Je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, en dehors de Moi, vous ne pouvez rien faire ».

 

Livre de l'Exode 3, 1-6

 

« Moïse gardait le troupeau de son beau-père Jéthro, prêtre de Madiane. Il mena le troupeau au-delà du désert et parvint à l'Horeb, la montagne de Dieu. L'ange du Seigneur lui apparut au milieu d'un feu qui sortait d'un buisson. Moïse regarda : le buisson brûlait sans se consumer. Moïse se dit alors : « Je vais faire un détour pour voir cette chose extraordinaire : pourquoi le buisson ne brûle-t-il pas ? » » Le Seigneur vit qu'il avait fait un détour pour venir regarder, et Dieu l'appela du milieu du buisson : « Moïse ! Moïse ! » Il dit : « Me voici ! » Dieu dit alors : « N'approche pas d'ici ! Retire tes sandales, car le lieu que foulent tes pieds est une Terre Sainte ! Je suis le Dieu de ton père, Dieu d'Abraham, Dieu d'Isaac, Dieu de Jacob ». Moïse se voila le visage car il craignait de porter son regard sur Dieu ».

 

Saint Jean 7, 37-39

 

« Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à Moi, et qu'il boive, celui qui croit en moi ! Comme dit l'Écriture : Des fleuves d'eau vive jailliront de son coeur ». En disant cela, Jésis parlait de l'Esprit Saint, l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en Jésus. En effet, l'Esprit Saint n'avait pas encore été donné, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié par le Père ».

 

Message de Marie à Medjugorje 18 mars 1993

 

« Chers enfants ! Mon désir est celui-ci : donnez-Moi vos mains, ainsi Je pourrai vous porter comme une mère sur le juste chemin, ainsi Je pourrai vous porter vers votre Père. Ouvrez votre cœur et laissez-Moi entrer. Priez, car Je suis avec vous dans la prière. Priez, ainsi Je pourrai vous guider. Je vous amènerai à la paix et au bonheur. Merci d'avoir répondu à Mon appel ».

 

Méditation

 

« Le mariage n'est autre chose que l'expression sainte du Père éternel, qui engendre et porte en soi Son Verbe et fait seul, par Sa personne, ce que le mari et la femme expriment au dehors, en produisant ensemble un fils, qui est le terme de leur génération, l'un engendrant le frut, l'autre le portant. Mais parce que Dieu le Père engendre son Verbe dans une féconde virginité, Il veut exprimer dans Sa sainte épouse seule, et montrer au-dehors, cette fécondité vierge et sans corruption ».

(Jean-Jacques Olier, « Vie Intérieure de la Très Sainte Vierge », 77)

 

« Marie nous entraîne d’abord à croire. A croire dans l’amour de Dieu le Père qui nous entoure constamment: ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui a aimé le premier. A croire dans la puissance du Christ manifestée dans la Rédemption. Il est le Dieu sauveur, pressenti par Isaïe. Il est la source de vie, surabondante. Il est la vérité de Dieu et la vérité de nos pauvres existences. Il est le chemin de Dieu et le chemin de l’homme, le seul homme pleinement conforme à sa vocation. A croire en l’Esprit Saint que Marie a accueilli sans réserve et qui nous est donné à nous aussi. Nous sommes sûrs de cet amour du Dieu Trinité; c’est en nous ouvrant à lui par la foi que nous serons, avec Marie, bienheureux, et que nous recevrons à notre tour le goût et la force d’aimer ».

(Bienheureux Jean Paul II, discours aux jeunes dans la Basilique Saint Pie X, à Lourdes, le 15 août 1983)

 

media-50144-1

Prières

 

Prière consécratoire

 

Marie, épouse de l'Esprit en qui le Verbe s'est incarné, en Toi le Père continue à engendrer le Fils. L'unique activité du Père est cet engendrement d'Amour, et de leur Amour commun avec l'Esprit, déborde l'œuvre de la création. Ô Marie, je Te consacre tout ce qui en moi aspire à l'union avec Dieu, je Te consacre tout ce qui en moi désire les fiançailles et le mariage avec mon Créateur et mon Dieu. En Toi seule mon corps trouvera la chasteté parfaite que requiert une telle intimité, en Toi seule mon âme et mon esprit seront virginisés pour l'étreinte divine, en Toi seule mon abandon sera total et je ne craindrai plus de prendre dans le plus intime de moi-même l'épouse dans tache de l'Epoux de Feu. En Toi seule, Buisson Ardent, je ne craindrai pas d'être consumé par des baisers de Sa bouche.

 

Antienne

 

« Ô Marie, char de Feu, Tu as porté le Feu caché et voilé sous la cendre de Ton Humanité. Ô Marie, vaisseau d'Humilité, en Toi se conserve et brille la Lumière de la vraie science avec laquelle, T'élevant au-dessus de Toi-même, Tu as charmé le Père éternel : aussi Il T'a ravie, Il T'a attirée à Lui par un Amour unique, car c'est cette Lumière et ce Feu de Ta Charité, c'est l'huile de Ton Humilité qui ont attiré Sa Divinité et l'ont inclinée à venir en Toi, bien que déjà l'ardeur extrême de Ta Charité sans mesure la pressât de venir à nous ».

(Sainte Catherine de Sienne, Docteur de l'Eglise)

 

Psaume

(Siracide 24, 9-22)

 

Avant les siècles,

dès le commencement Il m'a créée,

éternellement je subsisterai.

Dans la Tente Sainte, en Sa présence j'ai officié ;

c'est ainsi qu'en Sion je me suis établie,

que dans la cité bien-aimée j'ai trouvé le repos

qu'en Jérusalem j'exerce mon pouvoir.

Je me suis enracinée chez un peuple païen plein de gloire,

dans le domaine du Seigneur, en son patrimoine.

J'ai grandi comme le cèdre du Liban,

comme le cyprès sur le Mont Hermon.

J'ai grandi comme le palmier d'Engaddi,

comme les plants de roses de Jéricho,

comme un olivier magnifique dans la plaine,

j'ai grandi comme un platane.

Comme le cinnamome et l'aspalathe,

comme une myrrhe de choix j'ai embaumé,

comme du galbanum, de l'onyx et du stacte,

comme la vapeur d'encens dans la Tente.

J'ai étendu mes rameaux comme un térébinthe,

ce sont des rameaux de gloire et de grâce.

Je suis comme une vigne

aux pampres charmants,

et mes fleurs sont des produits

de gloire et de richesse.

Venez à moi, vous qui me désirez ;

et rassasiez-vous de mes fruits.

Car mon souvenir est plus doux que le miel,

mon héritage plus doux qu'un rayon de miel.

Ceux qui me mangent auront encore faim,

ceux qui me boivent auront encore soif.

Celui qui m'obéit n'aura pas à en rougir

et ceux qui font mes œuvres ne pécheront pas.

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

tumblr_mg0wwjFIXL1qa2fuyo1_1280

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.