Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Images Saintes
Archives
Newsletter
Derniers commentaires
Images Saintes
  • La beauté élève l'âme... Par ces images volontairement sélectionnées, ainsi que par la récitation de ces prières, puissiez-vous avoir le désir de parvenir à Jésus et à la sainteté, but ultime de toute vie...
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
21 février 2015

Le Carême avec la Vénérable Benoîte Rencurel

204309_361276463949773_564001042_o

Le Carême avec la Vénérable Benoîte Rencurel

 

Mgr René Combal, actuel chapelain et ancien recteur du sanctuaire Notre-Dame du Laus, nous propose de vivre le Carême en compagnie de la Vénérable Benoîte Rencurel. A l'occasion de l'année jubilaire du 350e anniversaire des premières apparitions, afin de vivre le Carême, retrouvez, chaque jour de la sainte quarantaine, une méditation pour vous plonger dans la Grâce du Laus.

 

Premier dimanche de Carême

22 février

La Tentation de Jésus

 

En ce cinquième jour de Carême, qui est le Premier Dimanche de Carême, l’Église nous propose la tentation de Jésus au désert. « Jésus, après son baptême, fut conduit au désert par l’esprit pour être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours, Il eut faim… Ensuite le diable l’emmène à la ville sainte et le place au sommet du temple. Enfin, il l’emmène encore sur une très haute montagne. »

Nous sommes amenés à relire et à méditer le texte intégral de cet Evangile de Saint Matthieu qui est proclamé à la messe de ce jour. L’évangile de Luc ajoute : « Ayant ainsi épuisé toutes les formes de la tentation, le diable s’éloigne de lui pour revenir au temps favorable ». Benoîte a été tentée par le diable de beaucoup de manières. Elle s’est sentie de nombreuses fois transportée physiquement dans les montagnes. Est-ce de véritables transports corporels ? Est-ce uniquement des transports imaginaires sous formes de cauchemars ? Nous ne saurons jamais. Mais ce que nous savons c’est que Benoîte a été malmenée par l’esprit du mal. La servante de Dieu vit un terrible combat spirituel. Le but qui transparaît à travers ces événements est toujours le même : désespérer Benoîte, l’écarter du Laus et de sa mission. Nous aussi nous sommes tentés chacun à notre manière.

Saint Ignace de Loyola écrit dans ses Exercices Spirituels que l’ennemi de la nature humaine se conduit comme un chef de guerre. Il attaque par le point le plus faible. Saint Augustin à son tour écrit : « Dans le Christ, c’est toi qui es tenté par le diable… Si c’est en Lui que nous sommes tentés, c’est en Lui que nous dominerons le diable. Reconnais que c’est toi qui es tenté en Lui et alors reconnais que c’est toi qui es vainqueur en Lui ».

 

Première semaine de Carême

Lundi 23 février

Conversion

 

« Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. » C’est la parole que le prêtre a prononcé en nous imposant les Cendres. À travers le prêtre, c’est le Christ lui-même qui s’adresse à nous. Oui, le carême est vraiment le temps de la conversion ; et comme nous l’avons déjà rappelé dès le premier jour : le Laus est un lieu de conversion, la grâce du Laus que nous pensons recevoir à distance est une grâce de conversion. Pourquoi ce mouvement de conversion que l’on constate au Laus depuis les origines jusqu’à nos jours ?

Le manuscrit de Gaillard nous donne la réponse : « Combien qui ont oui une infinité de sermons de prédicateurs fort pathétiques et persuasifs, qui ne les ont point touchés ! Ils le font de quelques paroles que leur dit un confesseur en ce saint lieu, se convertissant entièrement, quittant leurs mauvaises habitudes ; ils vivent à la suite en chrétiens réguliers, bien mieux qu’auparavant comme nous l’avons su ensuite de plusieurs. D’où vient ce prompt changement qui se fait en un instant ? D’une grâce victorieuse et efficace qu’ils reçoivent en se saint lieu, et qui triomphe de leur volonté sans les contraindre. Les attraits de cette grâce sont si puissants qu’elle porte la douceur dans le cœur, les sanglots et les soupirs sur les lèvres, les larmes aux yeux ; ils sont pris d’une si vive douleur d’avoir offensé Dieu qu’ils ont de la peine à l’énoncer. Joie et tristesse qui produisent un même effet : la conversion. »

 

Première semaine de Carême

Mardi 24 février

Exemples de conversion

 

Voici maintenant quelques exemples de conversion qui sont relatés dans les Manuscrits du Laus et qui sont susceptibles de nous stimuler aujourd’hui pour nous aider à une nouvelle conversion. Voici le texte de Gaillard : « Deux de ces religieux allaient à Guillestre chercher du bois pour bastir. Ils entrent à l’église (du Laus) au moment où Benoîte venait de voir la Vierge. Quand elle fût revenue de son extase, ces Pères lui demandent si elle pouvait leur donner quelque avis pour leur dessein. — « J’ai ordre de vous dire, de la part de notre bonne Mère, que la mésintelligence qui règne parmi vous, a fait que la dévotion de Notre Dame des Anges s’est relâchée de beaucoup ; mais si vous vous entendez mieux, que vous travaillez avec grand zèle pour le salut du prochain, la dévotion se rétablira dans votre église », puis elle les assura du succès de leur recherche du bois de construction. Ils la remercient, et profitent de ses avis, car « elle a su depuis que la dévotion s’est beaucoup augmentée dans cette église ».

Un capitaine dont la compagnie séjournait en 1677 auprès de Gap, et qui désirait « se divertir de façon coupable », apprend l’existence d’un lieu souvent visité, qui se nomme le Laus. Il s’y rend tout excité, mais à peine arrivé il entre dans l’église, et est soudain bouleversé par ses mauvaises intentions. Lui qui ne s’était pas confessé depuis quarante ans, il demande à Peytieu ce service, et repart après des aveux « pleins d’extrême repentir ». Son valet dira ensuite à ce confesseur que « cet homme violent qui aurait tiré un coup de pistolet pour la moindre chose » est soudain changé en agneau, et passe son quartier d’hiver en bon chrétien. Il mourut peu après. Peut-être était-il de la compagnie de dragons « du Sieur Chevalier Bayard », qui séjourna à Gap en février 1677, et dont l’avocat Grimaud alla se plaindre à Grenoble, à cause de la mauvaise tenue des officiers.

 

Première semaine de Carême

Mercredi 25 février

Exemples de conversion (suite)

 

Nous continuons à énumérer d’autres exemples de conversion relatés par les Manuscrits du Laus. Deux autres cas sont moins édifiants : un jeune marchand de Grasse arrive de Gap par la montagne en mai 1678 avec un père et sa fille. Ce père indigne a choisi le Laus pour donner sa fille à ce marchand, mais Benoîte veille, leur découvre leur mauvais dessein et leur fait une « terrible réprimande ». Le jeune homme vivement touché par ces paroles, écarte l’occasion, et passe une nuit de combat à se demander s’il va s’en confesser. Au matin à l’Angélus il s’y décide et clame ensuite sa joie devant les pèlerins : « J’étais venu pour faire le mal, et j’ai trouvé ici mon salut ! »

Benoîte n’hésite pas devant les plus grands sacrifices matériels pour sauver les âmes. Ainsi pour cette adolescente que son père pensait à prostituer dans son extrême pauvreté, et qui passe au Laus. La Voyante lui révèle son intention, lui en montre la gravité et lui dit : « Tenez ! voilà quatre éminés de bled que j’ai pour passer mon hiver. Prenez-les ! Dieu m’en donnera d’ailleurs s’il lui plaît ». Confus, le bonhomme ne peut en croire ses oreilles ». « Oui ! Oui ! répond Benoîte, c’est du meilleur de mon cœur ! Mais à condition que vous fassiez pénitence de votre intention déshonorante « . « Ah ! Ma sœur ! je souffrirai plutôt la mort, et que nous mourrions tous de faim plutôt que d’y penser… » Et il repart avec sa fille toute émue, emmenant la charge de blé qui s’élevait à 110 kilos environ : cadeau royal de notre héroïque bergère !

 

Première semaine de Carême

Jeudi 26 février

Conversion du Régiment de Touraine

 

Le séjour de ce régiment à Gap mérite une mention spéciale. Il s’agit de dix compagnies d’infanterie du régiment de Touraine, qui arrivent les 11 et 13 septembre 1684, pour ne repartir que les 25 et 26 février suivant. Le nouvel évêque de Gap s’entend avec le colonel pour organiser à Gap une mission et une retraite pour l’ensemble de la troupe. À la suite de la retraite, tout le régiment est envoyé en pèlerinage à Notre Dame du Laus. Nous sommes en novembre 1684.

Voici ce que nous écrit Jean Peythieu sur les effets de ce pèlerinage : M. Peytieu y fait allusion au début du Journalier, de 1685 : « Nous avons passé l’hyver à recueillir les fruits d’une Mission que Mgr d’Hervé a fait donner dans sa ville de Gap, et d’une retraite qu’il fit faire aux soldats du Régiment de Turaine (sic), qu’il envoya en procession à Notre Dame du Laus. Il faut advouer que je ne vis rien de plus édifiant ». Il décrit alors l’arrivée de la troupe, qui eut lieu probablement le 8 décembre. (...) Nous leur fusmes à la rencontre avec une autre procession de 600 personnes, venues en dévotion. Ces pauvres soldats furent si touchés de ce saint lieu qu’ils firent résolution d’y venir les uns après les autres, faire leurs confessions générales : ce qu’ils ont exécuté. Ils y venaient de 6 à 6, de 7 à 7, et ils ont si bien profité des grâces à Notre Dame du Laus, qu’ils ont quitté jurements et blasphèmes, et autres vices d’habitude, jusques à se rendre la plupart hommes d’oraison. Beaucoup d’entre eux, à la veille de leur départ, sont venus même la nuit remercier la très digne Mère de Dieu des faveurs spirituelles qu’Elle leur avait obtenues. Ç’a été notre grande préoccupation pendant 3 mois. (...) C’étaient des hommes bien faits, et qui ne craignaient pas le mauvais temps. Ils nous ont écrit d’Agen, pour qu’on fit faire quelques prières particulières, et pour continuer les avertissements qu’on leur avait donnés dans ce saint lieu ».

Peytieu précise aussi qu’une délégation de dix soldats avait remercié les Pères du Laus de leur bon accueil. Dans un autre passage, il écrit : « En l’an 1684, 2 soldats venant de Pignerol abordèrent Benoîte, en lui demandant de leur découvrir leur cœur. Elle leur répondit : « Vous êtes deux grands pécheurs, et vous êtes obstinés ; mais vous qui avez perdu la vue d’un œil, si vous vous convertissez, vous guérirez. Il se confessa et fut guéri ».

 

Première semaine de Carême

Vendredi 27 février

Un premier miracle qui en annonce une infinité d’autres

 

« Dieu qui veut se manifester en ce saint lieu, fait un miracle en présence de tous ceux de la procession de Lazer ». Pierre Gaillard, lorsqu’il relate ce premier miracle entre 1707 et 1712 alors qu’il a plus de 87 ans, sait que ce premier miracle est le premier parmi une infinité d’autres qu’il est en train de relater dans son manuscrit. Une infinité d’autres qui couvre la période de 1665 jusqu’à la fin de 1711 où Gaillard achève d’écrire. C’est le premier miracle qui a lieu en avril 1665 au cours du premier pèlerinage de la paroisse de Lazer. C’est un estropié qui lâche ses béquilles retrouvant l’usage normal de ses jambes en s’écriant : « Miracle ! Miracle ». Depuis près de quarante-sept ans Gaillard constate les événements et les merveilles du Laus et leur signification profonde qu’il exprime dès ce premier miracle : « C’est Dieu qui se veut manifester en ce saint lieu. Pour le démontrer il opère des miracles ».

Dès le départ, si Dieu opère ce miracle c’est pour se manifester en ce saint lieu et c’est pour la même raison qu’il va en opérer une infinité d’autres. Grimaud termine son manuscrit par ces quelques lignes : « Il y a une infinité d’autres personnes qui ont reçues des grâces très singulières, et desquelles on n’a pu encore avoir connaissance, et surtout grande quantité de boiteux et estropiés qui ont laissé leur potence sans y avoir bien voulu dire par humilité ou autrement, qu’on tâchera de savoir pour les ajouter à la présente relation ». (CA G. 489 [535]).

Jean Peytieu, dans son rapport à l’archevêque d’Embrun, Charles Brulard de Genlis, insiste sur l’importance des miracles et des guérisons pour attester l’authenticité des apparitions. Mais c’est surtout dans son journalier des merveilles de Notre Dame du Laus, commencé le 12 août 1684, qu’on signale pour ainsi dire au jour le jour, le nombre des miracles. Il relate un miracle le 4, le 5, le 10 septembre, le 17 septembre deux autres miracles ; un miracle le 27, un autre le 29, un autre encore le 30 septembre. Le 2 octobre beaucoup de personnes viennent rendre grâce. En octobre 1684, Peytieu note une plus grande quantité de miracles qui ne sont pas seulement des guérisons mais d’autres types de miracles dont nous parlerons ultérieurement.

 

Première semaine de Carême

Samedi 28 février

La Charité

 

La prière d’ouverture de la messe de ce onzième jour de carême nous fait demander à Dieu une vie remplie de charité. « Dieu éternel, Notre Père, daigne tourner vers Toi notre cœur, afin que nous soyons tout entier à ton service, dans la recherche de l’unique nécessaire et une vie remplie de charité ». L’évangile lui aussi est un appel à la charité : « Vous avez appris qu’il est dit : tu aimeras ton prochain comme toi-même et tu haïras ton ennemi. Et moi je vous dis : aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, priez pour ceux qui vous persécutent et vous calomnient, afin d’être les fils de votre père qui est aux cieux… »

Nous avons déjà mentionné la Charité de Benoîte à l’égard des enfants de sa patronne madame Astier. Elle leur donne toute sa nourriture pendant la semaine où elle travaille chez elle. Nous avons vu son attitude à l’égard du père qui venait livrer sa fille à la prostitution ; elle lui donne tout le blé qu’elle avait pour passer l’hiver. Le prêtre Jean Peythieu dans son rapport à l’archevêque Monseigneur Brulard de Genlis écrit : « Il faut que je dise que Benoîte a beaucoup de charité, comme on le connaît par sa dévotion, et par la distribution qu’elle fait des aumônes qu’elle reçoit et de ce qui serait nécessaire pour sa subsistance ; elle a une adresse merveilleuse pour le cacher aux yeux des hommes ». Le Père Jean Baptiste Royère écrivant à Francis Malleval, aveugle et savant, mystique et grande figure de Marseille, parle de la « charité sans bornes de Benoîte, donnant tout ce qu’elle avait pour soulager les pauvres, ne se plaignant point de leur importunité, soufflant leur grossièreté sans jamais leur témoigner la moindre peine ; se faisant toute à tous… » Nous aurons l’occasion de parler encore ultérieurement de la Charité héroïque de Benoîte.

 

611acae2c5

Pour recevoir les méditations du Carême avec Benoîte Rencurel par e-mail, abonnez-vous à le newsletter d'Images Saintes

Publicité
Commentaires
Publicité
Publicité