Le Mois du Cœur de Saint Joseph

Le Cœur de Saint Joseph ouvert à ceux qui l'implorent

408868859_e31477c15a_o

Neuvième jour

La grande affaire des pères et des mères

 

Je voudrais avoir une voix de tonnerre pour faire entendre par tout l’univers, je voudrais ce chapitre fut lu dans toutes les familles, afin que les parents y apprissent ce qu’ils doivent à leurs enfants. Combien la mission qui leur est confiée pour les instruire, les former à la vertu, les différents sentiers de la perfection chrétienne es rieuse, grande, importante, et divine; comme aussi la protection de Saint Joseph leur peut être extrêmement nécessaire pour s’acquitter comme il convient de ces devoirs. Je pose en thèse générale cette doctrine du Pieux Docteur qui a si bien écrit en faveur de la jeunesse, qu’il mériterait que tout ce qu’il en a fut imprimé en lettres d’or. Ce docteur, c'est Binet, aussi vénéré qu’il est connu ! Il disait : « Il n’est que trop véritable, que la perte des enfants vient très-souvent de la faute des parents qui manquent à cette grande obligation que Dieu leur a imposée de les élever en sa crainte, et de former à la vertu. Sur cent enfants qui sont mal élevés, qui marchent ensuite dans une mauvaise voie, je présume qu’il y en a plus de quatre-vingt dix qui sont tels par la faute de leurs parents. Certes ! une chose de telle conséquence devrait bien faire ouvrir les yeux de ceux qui sont à la tête des gouvernements, afin qu’ils veillent à ce que les pères et les mères donnent ou fassent donner à leurs enfants une éducation chrétienne et solide, et qu’ils punissent rigoureusement ceux qui ne s’y appliqueraient pas.

Par un malheur qu’on ne peut trop déplorer, nos chefs qui devraient donner les premiers l'exemple d'une très grande surveillance en ce qui concerne l’instruction et l’éducation de l'enfance, sont ou indifférents à cet égard, ou ne patronnent que l’instruction et l’éducation païennes. Est-ce que nous n'avons pas vu dans ces jours à jamais néfastes où deux souverains monstres comme il n’y en eut jamais, on fait mettre toute la France en sang, un maire intrus de Paris défendre aux instituteurs laïques de faire apprendre ou réciter les prières et le catéchisme dans les écoles primaires ? Oui, l’impiété portait ses prétentions jusque là, que de détrôner Dieu et la vertu des jeunes cœurs. Ah ! Malheureux athées, bêtes mille fois plus féroces que les tigres et panthères, le vice ne viendra-t-il pas assez corrompre et souiller ces âmes encore innocent Voulez-vous donc hâter leur perte, les précipiter sciemment dans l'abîme ? Dieu soit béni d'avoir maintenu le Gouvernement de la défense dans ses pouvoirs, qui a eu bientôt fait justice de ces hommes pervers, iniques et méchants l'excès en les chassant des places qu’ils étaient indignes d’occuper.

Pour se convaincre de l’importance d’un bonne et sage direction donnée à l'enfance, il faut penser ce que dit l'Esprit-Saint, que le la voie que l'homme aura prise dans sa jeunesse, il la suivra jusque dans sa vieillesse », paroles que le sa chancelier Jean Gerson recommande à notre attention. « Les philosophes et les poètes, dit-il, sont d’accord avec les théologiens sur ce point qu'il faut attacher une grande importance aux habitudes que contracte la jeunesse ». Oui, tous nous garderons toute notre vie nos premières affections nos premières inclinations, nos premières vertus ou nos premiers vices ; sans doute l'homme pour se réformer en allant de pis en mieux, mais que même, il conservera toujours le germe de ses premières passions, et dire que ce germe plus ou moins mauvais ou plus ou moins bon on l’apporte avec soi du sein de sa mère. C’est donc, direz-vous, la mère qui donne les premier éléments d’éducation à l’enfance ? Oui, assurément, et si l’espace le permettait, je vous le prouverais, l’histoire à la main, par des faits irrécusables. Que conclurai-je delà ? Qu’il vaudrait mieux mourir que de se marier à une femme, ou colère, ou adonnée au plaisir, ou à d’autres vices grossiers, parce que telle est la femme, tels sont les enfants. Quand les données de la science médicale, quand le bon sens, quand l’expérience ne viendraient pas confirmer cette vérité, hélas ! trop négligée, parce qu’elle est trop oubliée, j’en donne pour garant le témoignage de l’Esprit-Saint qui est la vérité même, dont le jugement est sans appel : « Telle est la mère, dit-il, telle est la fille », c’est-à-dire pour juger de la fille, considérez la mère, elles se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Le pis est qu’avec une telle mère, l’éducation des enfants devient impossible a la maison paternelle, toute la tâche retombe sur le père, surchargé déjà de bien des travaux. Et il est de ces choses que la mère seulement peut apprendre à un enfant comme de prier Dieu avec piété, d’être doux, paisible avec ses frères et sœurs, humains et respectueux envers tous.

Ah ! Quand on considère bien comment l’éducation première des enfants du peuple est faite aujourd’hui, on ne peut que gémir, on ne s'étonne des maux les plus grands qui viennent fondre la société comme sur les familles. On se demande comment la terre peut porter des monstres humains comme ces parents qui élèvent leurs enfants pour le culte du démon, du monde et passions. Le mal existe, aveugle est celui qui le le verrait point, bien à plaindre qui n’en prendrait pas la portée, qui n'en prévoirait pas les suites funestes. « Nous voyons, dit le docteur Thiébaut, les pères et mères dans la classe des pauvres, laissant à leurs enfants en bas âge toute liberté de ce de jurer et d’user des termes les plus grossiers sans cultiver leur esprit, ni par eux, ni par d’autres.Nous voyons les pères et les mères dans la classe des riches, instruire à fond leurs enfants de la sagesse des Egyptiens, de la danse, de la musique, de la fable, de l‘histoire profane, au lieu de leur donner à peine une, première teinture sagesse chrétienne : second défaut des pères et des mères, second obstacle à l'éducation des enfants. Nous voyons qu'une mère ou pointilleuse indolente, soustrait sa fille à la houlette du Pasteur, lorsqu’elle est en âge de faire sa première communion, en la confiant à des étrangers. Troisième défaut, troisième obstacle à l’éducation chrétienne, à l’ordre que Jésus-Christ a voulu être entre les ouailles et le Pasteur. Nous voyons que les enfants, ayant fait leur première communion, les pères et mères les abandonnent aussitôt à eux-mêmes, comme si leurs droits et leurs obligations, envers ces enfants, cessaient à cette époque. Quatrième défaut, quatrième obstacle à la bonne éducation, source féconde des désordres où tombent les jeunes gens, en se liant à de mauvaises compagnies, en suivant les exemples pernicieux des libertins qu’ils fréquentent ! »

Voila comme l’éducation des enfants est faite dans notre siècle. On se fait difficilement l’idée de ce que doit coûter à des pères et mères chrétiens qui veulent dans l’intérêt à la fois temporel et éternel de leur enfants réagir contre une si détestable coutume. Ah! il importe pour eux de prendre pour modèle les soins de saint Joseph à l’égard de l’Enfant Jésus, et de prier ce grand Saint de leur venir en aide dans tous les obstacles que leur zèle pourrait rencontrer en ce qui concerne l'éducation honnête et chrétienne de leurs chers enfants. L’un de ces plus grands, sans contredit, vit de ce que ces enfants fréquentent d’autres enfants mal élevés, abandonnés à eux-mêmes et vicieux. Cela arrive parce que ces enfants ne sont pas éveillés par leurs parents indifférents, ou lâches. Ah ! S’ils imitaient la vigilance de saint Joseph sur l'Enfant-Dieu, quoiqu’il n’eût pas besoin d'être surveillé, leurs enfants seraient bien meilleurs qu'ils ne le sont et ils croîtraient dans l'innocence et la vertu à mesure qu’ils avanceraient en âge, comme il est rapporté du deux Fils de Dieu devenu pour notre amour, le doux Fils de Joseph et de Marie.

Certains parents après avoir pris tous les soins imaginables de leurs enfants, et leur avoir insufflé la vertu, ont le regret bien amer de voir que enfants ne répondent pas assez à leur vigilance. Sans doute c’est la une affliction sensible au ce de ces parents, affliction d’autant plus intense, que Dieu et la vertu en sont les motifs. Que feront-ils dans cette situation si pénible ? Se livreront au désespoir ? maudiront-ils leur progéniture ? Ah ! qu’ils s’en gardent bien ! Mais plutôt qu se jettent aux pieds de notre bon saint Joseph qu'ils prient et suppliant sans se lasser son Coeur très doux, très compatissant, et je les assure qu'ils verront ces enfants revenir de leurs égarements et leur donner une satisfaction d'autant grande que leur chagrin aura été plus lourd.

 

Exemple

 

Une femme de condition médiocre avait une fille qui n’édifiait point ses sœurs par sa conduite ; la mère s’en affligeait beaucoup, et chaque fois qu'elle entrait à l’église à Turin, elle se jetait à genoux devant le tableau de Saint Joseph, et le priait avec larmes de lui obtenir la conversion de sa fille. Une fois elle eut une bonne inspiration : « Si je lui donnais une image de saint Joseph ? Elle ne la voudrait pas... ou bien elle la déchirerait ; c'est égal, essayons ». En disant cela, elle se lève, et, pleine d’une grande confiance, elle va chez un marchand d’images religieuses, choisit celle qui lui paraît la plus belle, et la porte à la maison. La jeune fille était absente , et sur sa table à ouvrage on voyait un livre qui n’était pas, certes, un livre de dévotion. « Dois-je mettre dedans une image religieuse ? O Saint Joseph, pardonnez-moi, mais je ne puis faire autrement ». Sa fille revient à la maison et reprend son livre. « Chose curieuse ! S'écrie-t-elle, qui peut m’avoir mis une image de Saint Joseph dans mon livre ? Je ne sais qu’en faire ! » Elle dit qu’elle ne sait qu'en faire, mais en attendant elle la regarde attentivement, elle la trouve belle, elle ne se lasse pas de la contempler ; et puis elle la retourne. elle lit une prière qui était au verso, et elle regarde encore l’image; et puis... et puis elle pleure, jette son mauvais livre à terre, et se trouve subitement touchée de la grâce et complète convertie.

 

Gémissements d’une mère aux pieds de saint Joseph

 

O Saint Patriarche et chef de la sainte Famille, il n’est pas une maison vraiment chrétienne qui ne se fasse un devoir de vous honorer et de recourir à vous dans la tribulation et l’angoisse. Vous inclinez doucement votre oreille, et ouvrez largement votre Cœur miséricordieux aux supplications qui vous sont adressées. Voici, ô saint Protecteur, qu’une malheureuse mère vient déposer à vos pieds bénis les peines dont est rempli son cœur à la vue de ses enfants ingrats et méchants. Vous seul, Bienheureux Joseph, savez bien m’entendre, me comprendre et me soutenir parce que vous savez ce qu'est un cœur de pour le fruit de son sein. Voyez couler mes larmes, écoutez les gémissements de mon cœur et bénissez une mère qui vous demande la résurrection spirituelle de son enfant. Faites plus, et ô grand Saint ! Aidez-moi dans le pénible travail de l’éducation de mes enfants, dirigez-moi et guidez-moi dans ce travail de tous les instants ; mais surtout bénissez les efforts de mon zèle, je vous en prie par l'amour que vous portez au saint Enfant Jésus. Oui, obtenez-moi de bien élever mes enfants dans la vertu et la piété : s’ils s'égarent, oh ! Ramenez-les vite. Quel malheur s’ils venaient jamais à périr pour l’éternité ! Si je n’en fais pas des saints, ce seront des réprouvés en enfer. Quelle alternative ! Que c’est déchirant, que c’est affligeant pour un cœur de mère ! Ah ! mon bon Saint, non, mes enfants ne se perdront pas, je vous les confie, je les place a vos pieds sacrés, même dans votre Cœur, afin qu'en la vie et à la mort ils soient constamment à vous et protégés par vous. Ainsi soit-il.

 

02

Pour recevoir chacune des méditations du Mois de Saint Joseph par mail,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes