17 mars 2015

Le Mois du Cœur de Saint Joseph

Le Mois du Cœur de Saint Joseph

Le Cœur de Saint Joseph ouvert à ceux qui l'implorent

$T2eC16ZHJGYE9noojdMuBR7nG(Hejg~~60_57

Dix-huitième jour

Saint Joseph, refuge des pécheurs

 

Les Égyptiens reconnaissants des tendres soins de Joseph pour les préserver de la famine lui dirent avec acclamation : « Notre salut est entre vos mains ». Jacob a dit cela du roi d’Egypte, mais, dit saint Bonaventure, il est mieux à nous de le dire à la Vierge Marie : Dans vos mains est notre salut ! Notre vie, notre allégresse perpétuelle, et notre éternité de gloire dépendent de vous. Consolez-nous dans le lieu de notre exil, et relevez-nous de notre indigence. Si nous pouvons parler ainsi à Marie, d’après ce grand et insigne Docteur, pourquoi ne pourrions-nous pas tenir le même langage à notre bien-aimé saint Joseph, que figurait l’ancien Joseph, fils de Jacob ? N’est-ce pas lui qui a nourri notre Sauveur, qui l'a si souvent porté dans ses bras, pressé sur son sein avec un amour infini, couvert de ses chastes baisers et de ses tendres pleurs, comme le dit si bien le saint Chancelier Gerson dans son poème « Josephina » ? Puisque saint Joseph a eu l’autorité sur notre Sauveur ; l'auteur de notre salut, il est donc bien juste que nous leur disions : « Notre salut est dans vos mains ! » Quelque pécheurs que nous soyons, nous ne pouvons pas hésiter d’invoquer votre Cœur si miséricordieux, qui a le pouvoir de nous délivrer des chaînes de nos iniquités, et de nous réconcilier tout de bon avec Jésus-Christ.

Qui pourrait dire avec quelle sollicitude notre saint. Joseph dont les sentiments sont formés sur ceux des Cœurs de Jésus et de Marie désiré le salut des pauvres pécheurs ; il voudrait à tout prix les préserver de la famine éternelle à laquelle sont condamnés les malheureux réprouvés, qui pleureront toujours ou de n’avoir pas connu, ou de n’avoir pas voulu profiter des ressources que la Providence leur avait ménagées dans le patronage de saint Joseph. Notre Saint a été élevé.afin de, sauver plusieurs peuples. C'est aux pêcheurs, qui sont tant à plaindre, de venir à ce puissant intercesseur 'et de ,lui dire avec le peuple d’Egypte : « Notre salut est entre vos mains, nous sommes disposés à revenir à notre Dieu ; vous, ô bienheureux Joseph, couvrez-nous de votre protection ! »

Saint Joseph est bien le protecteur des pécheurs, mais non des péchés ; qu'on note cette différence que je tiens à établir ici, c’est-à-dire qu’il ne peut accorder son appui et son intercession qu’à ceux des pécheurs sincèrement résolus d’en finir avec le mal et de se donner à Dieu par une volonté prononcée. A ceux-là le fidèle saint Joseph se fait leur médiateur auprès du Christ, et il le prie de vouloir bien les recevoir dans sa grâce. il les considère dans l'inimitié de Dieu, placés sous l‘empire de Satan, penchés sur le bord de l'abîme infernal, et pouvant à tout moment y être précipités. Il lui suffit de se rappeler tout ce que ces pécheurs ont coûté à Jésus-Christ, pour sentir ses entrailles émues de compassion, et pour remplir les actes de son zèle divin. Dieu soit béni et glorifié à jamais ! Dans son inépuisable miséricorde, il a fait en quelque sorte de saint Joseph son ministre, son plénipotentiaire, son trésorier général en faveur des malheureux, comme s’exprime le Frère Philippe. Et ce charitable Patriarche, fidèle à sa mission, puise à pleines main ; dans les trésors divins, pour venir au secours des infortunés pécheurs. Pour eux il supplie Dieu le Père, le conjurant de pardonner à ses créatures ingrates ; pour eux il supplie Dieu le Fils, lui rappelant toutes les peines et les travaux de sa vie mortelle soufferts pour leur salut; lui disant que puisqu’il n’est pas venu sur la terre appeler les justes, mais les pécheurs, il ait à les recevoir au baiser de la réconciliation; pour eux il intéressé Dieu le Saint-Esprit, le priant d'envoyer et ces coupables égarés, des grâces de lumière et de force afin qu’ils reconnaissent leurs erreurs et reviennent à la vérité, à la vertu ; pour eux enfin, il conjure son épouse sainte Marie, qui est aussi leur asile, leur espoir, leur, salut de joindre ses prières aux siennes, afin de fléchir sûrement le Dieu des miséricordes en leur faveur, tandis qu'il en est temps encore !

C’est donc un fait établi, constant et irrécusable que saint Joseph est le grand, le fidèle, le puissant avocat des pécheurs. Quand chacun voudra en faire l‘essai pour ceux des membres de leur famille, ou de leur connaissance qui ont le malheur de vivre sans Dieu, je me pose volontiers garant du succès qui leur est assuré. Car jamais, dans cette circonstance, on s’est adressé en vain au Cœur très clément de notre bon saint Joseph. Certes, si la Vierge peut obtenir et impétrer toutes les grâces aux plus grands pécheurs, dit le père Bernard à Chrypta, pourquoi penseriez-vous que la très ardente charité de Joseph, son époux, n’en fasse pas autant ? Douter de cette vive tendresse et de ce pouvoir de saint Joseph serait blesser le Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ, serait affliger le Cœur de saint Joseph qui s’est imposé tant de sacrifices lorsqu'il était sur la terre, afin d'entretenir et de sauver la vie du Sauveur des pécheurs.

Oh ! que Joseph comprend trop ce qu’il en a coûté à Notre Seigneur pour le salut des âmes, pour les voir de sang froid périr éternellement, pour ne pas s‘intéresser maintenant à tout ce qui peut directement ou même indirectement contribuer ‘à leur faire obtenir et mériter la grâce du salut éternel. Infini est le nombre des pécheurs convertis par les intercessions de saint Joseph, qui lui doivent la gloire dont ils jouiront dans le ciel. Pêcheurs, ne cessez donc pas de demander miséricorde au Seigneur en considération de Celui qu'il a bien voulu regarder et honorer ici-bas comme son père. « Purifiez vos mains, pécheurs, dirai-je avec saint Jacques, c’est-à-dire renoncez à vos œuvres d‘iniquités, et saint Joseph accueillera plus volontiers vos supplications ; il vous mettra bien avec Notre Seigneur ; et sans crainte vous vous approcherez de ce Dieu qui, lui aussi, s'approchera de vous. Alors vous goûterez combien le Seigneur est doux et qu’heureux est l'homme qui espère en lui ».

Le pieux saint Alphonse de Liguori fait cette réflexion bien encourageante : quand, dit-il, Jésus Christ vivait sur la terre, s’il y avait eu un pêcheur qui eut désiré obtenir du Seigneur le pardon de ses péchés, aurait-il pu trouver un moyen plus sûr d’être exaucé que l'intercession de saint Joseph ? Si donc, conclut ce saint Père, nous désirons être pardonné de Dieu, recourons à saint Joseph, qui maintenant dans le ciel est plus aimé de Jésus Christ, que lorsqu’il était sur la terre. Qui craindrait d’approcher d’un Saint si aimable et si bon que l’est saint Joseph, et qui donc pourrait légitimement s’excuser si à l’aide de sa protection il n’obtenait pas sa réconciliation avec Dieu ?

 

Exemple

 

L'Isolano raconte qu’un gentilhomme vénitien avait pris la pieuse habitude de prier chaque jour devant une image de saint Joseph ; mais du reste, il paraissait fort peu s’occuper des pratiques de piété les plus indispensables et de l’observation de la loi de Dieu. Il tomba grièvement malade, et le danger devint pressant, tant pour l’âme que pour le corps. Heureusement pour lui, dans le temps ou son état paraissait désespéré, un médecin céleste, saint Joseph vint à son secours Le malade vit de ses yeux entrer dans sa chambre un personnage parfaitement ressemblant à l’image qu’il était dans l’usage de saluer tous les jours. Cet aspect inattendu semblable à un rayon de soleil qui pénètre en un lieu obscur, bannit en un instant les ténèbres de son aveuglément. Il vit clairement et distinctement tous ses péchés au milieu desquels il avait vécu si longtemps insensible, et il en conçut une profonde horreur accompagnée de la plus vive contrition. Ce n’était pas assez, il se hâta de les confesser tous et avec larmes. Mais la grâce la plus singulière que lui fit son généreux Protecteur fut qu'à ce moment précieux où le prêtre terminait la formule de l’absolution, l'heureux pénitent rendit l'âme à son Créateur; et l’on peut bien croire que saint Joseph aura lui-même accompagné cette âme jusqu'aux pieds du ,souverain juge, pour la défendre encore s’il en eût été besoin.

 

Soupirs du pêcheur vers saint Joseph

 

Auguste Père nourricier du Sauveur, Virginal Epoux de Marie, tendre Refuge du pêcheur que le remords poursuit, Porte du pardon toujours ouverte à ceux qui veulent revenir au Seigneur, secourez un pauvre et malheureux pécheur qui veut, avec votre aide, se relever de ses chutes. Vous qui par un prodige inouï, avez commandé au Dieu de la nature, Joseph dont le crédit maintenant n’est pas diminué, et dont les prières sont victorieuses de Dieu même, obtenez-moi un prompt retour à la vertu, une sainte componction de mes fautes passées, avec la grâce d‘en faire une digne pénitence. Ainsi soit-il.

media-137386-1

Pour recevoir chacune des méditations du Mois de Saint Joseph par mail,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes