16 mai 2016

Le Mois de Marie d'Ars

Le Mois de Marie d'Ars

Un mois avec le Saint Curé d'Ars

Nossa Senhora de Pentecoste-001 A4

Dix-septième jour

Cause de notre joie, priez pour nous

 

Cette terre que nous habitons a été appelée une vallée de larmes. Ce nom hélas ! N'est que trop bien justifié. Enfants d'un père coupable, nous portons tous la peine de son péché et des nôtres, dans des maux sans nombre qui nous assiègent pendant la vie, dans la sentence de mort qui pèse sur chacun de nous, et par dessus tout dans la redoutable expectative du jugement qui doit décider de notre éternité heureuse ou malheureuse. Cependant la divine miséricorde n'a pas voulu nous laisser sans consolation sur cette terre désolée. En même temps que le Seigneur irrité chassa nos premiers parents du jardin de délices, il leur annonça que le serpent qui les avait perdus, serait vaincu un jour par une femme dont le pied lui écraserait la tête.

Voila donc la Sainte Vierge, dès le début des siècles, signalée au genre humain comme son espérance et sa réparatrice, comme devant ramener dans le monde la joie que le péché en avait bannie. En entendant cette divine promesse, Adam et Eve désolés des maux qu'ils avaient attirés sur eux et leur malheureuse postérité, essuyèrent leurs larmes et tressaillirent au doux espoir d'un meilleur avenir. En mourant, ils léguèrent cette promesse à leurs descendants, et les mêmes vœux qui appelaient le Rédempteur, appelaient celle qui devait le précéder sur la terre pour lui donner la vie. Mais écoutons notre saint curé : « Les prophètes, dit-il, ont publié la gloire de Marie, avant sa naissance, ils l'ont comparée au soleil. En effet, l'apparition de la Sainte Vierge peut bien se comparer à un beau soleil dans un jour de brouillards. Avant sa venue, la colère de Dieu était suspendue sur nos têtes comme un sabre prêt à nous frapper. Aussitôt que la Sainte Vierge parut sur la terre, sa colère fut apaisée ». Oui, à dater de ce jour, l'enfer perdit sa puissance, la tête de Satan fut écrasée ; il suffit de prononcer et d'invoquer le nom de Marie pour le mettre en fuite et triompher des tentations les plus violentes. La terre peut se réjouir, parce qu'elle a désormais une avocate toute-puissante auprès de Dieu.

C'est donc bien à juste titre que nous appelons Marie, la cause de notre joie, le doux rayon du soleil qui dissipe les nuages de notre tristesse, qui nous promet après la tempête des jours purs et sereins. Oui, grâce à la puissance et à la bonté maternelle de Marie, nos frayeurs sont tempérées et le ciel nous sourit. Nous pouvons espérer et nous réjouir sous la protection de Marie comme des enfants se réjouissent et vivent heureux sous les regards de leur mère. Et non seulement une sainte joie nous est permise, mais elle forme le caractère distinctif de la vraie et solide piété. Saint Paul ne dit-il pas aux fidèles : « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ». C'est faire injure à la dévotion que de se la figurer comme ne se nourrissant que de tristesse et d'ennui, que de pratiques austères et de devoirs accablants pour la nature. La véritable piété est compatible avec toutes les joies de la famille, avec tous les plaisirs honnêtes et innocents. Bien plus, il n'y a de véritablement heureux sur la terre, que le chrétien fidèle à tous ses devoirs. Celui qui jouit d'une bonne conscience porte le paradis dans son cœur. Voyez quelle pure et vive allégresse éclate dans la famille d'Elisabeth lorsque la Sainte Vierge va la visiter ; Jean-Baptiste en tressaille dans le sein de sa mère.Voyez Jésus et Marie assister aux noces de Cana, et doubler par leur présence le bonheur des époux Dans certaines circonstances, à l'époque de la fête patronale, par exemple, il vous est donc permis de convier ou de visiter vos parents et vos amis ; mais que ce soit pour resserrer les liens de la famille, pour vous édifier mutuellement, en un mot, pour vous réjouir dans le Seigneur, et non pour vous livrer à la dissipation et à des amusements toujours dangereux quand ils ne sont pas criminels.

 

Exemple

L'heureux filleul

 

M. X... avait eu l'insigne malheur d'abandonner la religion bientôt après sa première communion. Il avait ensuite embrassé une carrière honorable, et s'était marié sans songer à revenir à Dieu. L'occasion s'étant présentée de nommer l'enfant d'un de ses fermiers, il consentit a le tenir sur les fonts du baptême avec sa femme qui était fort pieuse. Bientôt le petit filleul devint orphelin, sans autre appui que son parrain et sa marraine. M. X..., quoique père de plusieurs enfants, voulut bien se charger de celui-là, et prit un grand soin de son éducation, parce qu'il annonçait d'excellentes dispositions. Cette bonne œuvre, comme on va le voir, fut pour lui une source de bénédictions. L'orphelin arrivé à l'âge de suivre une carrière, déclara en tremblant, à son bienfaiteur qu'il désirait embrasser l'état ecclésiastique. M. X..., malgré sa répugnance pour ce saint état, et malgré les dépenses qu'allaient lui occasionner de nouvelles éludes, eut la générosité d'accéder au vœu du jeune homme, qui, après avoir reçu les saints ordres, s'embarqua pour les missions étrangères. Avant de partir, il alla témoigner à ses parents adoptifs toute la reconnaissance que lui inspiraient leurs bienfaits, et il les pria de vouloir bien, en souvenir de lui, réciter chaque jour, le souvenez-vous. M. X..., tout attendri, s'y engagea : c'était le premier acte de religion qu'il eût fait depuis son mariage, et ce fut ce qui lui obtint des grâces de conversion. Quelques années s'étaient écoulées, lorsque le jeune missionnaire, devant faire un voyage en France, écrivit à son parrain qu'à tel jour il irait dire la messe dans sa paroisse. Quelle fut sa surprise lors qu'il vit cet homme, jadis si peu religieux, se présenter à la communion avec le reste de la famille ! l'émotion du jeune prêtre fut si vive, qu'il ne put achever sa messe qu'en versant un torrent de douces larmes qui attendrirent tous les assistants. (Mois de Marie des jeunes Filles).

Pratique : Faites à vos parents ou à vos amis, suivant l'occasion, une visite de charité.

 

chapelle_de_la_vierge_1024

Prière

 

Ô Marie, comme Eve a été par sa chute la cause de l'affliction du genre humain, ainsi vous êtes la cause de sa joie par le Rédempteur que vous lui avez donné. Ah ! Daignez au milieu des tentations et des épreuves de celle vie, ne pas nous laisser succomber à la tristesse et au désespoir ; mais ranimez sans cesse notre confiance, et faites-nous goûter la joie d'une bonne conscience. Nous voulons continuer à travailler à noire salut avec crainte et tremblement, mais en même temps nous attendrons, pleins d'espérance et de joie, l'heure suprême où vous couronnerez la confiance que nous avons mise en votre protection. Ainsi soit-il.

 

217_001

Pour recevoir chaque jour pendant le mois de mai

les méditations du Mois de Marie d'Ars,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes


La Vénérable Montse Grases

montse_grases_210

La Vénérable Montse Grases

Jeune laïque de l'Opus Dei

1941-1959

 

En pleine jeunesse, Montse a perçu l’appel de Dieu à le servir dans la vie ordinaire. Elle a transmis à ses amis et à ses parents la paix de la proximité de Dieu, manifestée de façon exemplaire à l’occasion de la dure maladie qui l’a conduite à la mort. Après le premier cycle de ses études secondaires, elle a suivi les cours de l'École professionnelle féminine du Conseil régional de Barcelone. En 1957, elle a senti dans son âme que le Seigneur l'appelait à suivre dans l'Opus Dei un chemin de sanctification pour vivre en plénitude la vie chrétienne dans le monde : après avoir pris les conseils opportuns, elle a demandé l'admission dans l'Œuvre. Sa lutte pour atteindre la sainteté se caractérisait en particulier par son amour de la très Sainte Humanité du Christ, sa piété eucharistique, sa dévotion envers la Sainte Vierge, ainsi que par une profonde humilité et un grand effort pour servir les autres. Elle a su trouver Dieu, en accomplissant par amour ses devoirs d'étude et de travail, ainsi que dans les petites choses de chaque jour. En juin 1958, on lui diagnostiqua un cancer des os à une jambe. Ce sera la cause d'intenses douleurs supportées avec une sérénité et une force d'âme héroïques. Pendant sa maladie, elle continua d'approcher de Dieu bon nombre de ses amies et de ses camarades, grâce à sa joie contagieuse, qu'elle n'a jamais perdue, et à une capacité d'amitié qui naissait d'un zèle véritable pour les âmes. Elle est décédée le Jeudi Saint, 26 mars 1959. Par un décret daté du 27 avril 2016, Montse Grases a été déclarée vénérable par le Pape François.

 

Prière pour demander la glorification de Montse Grases

Pour la dévotion privée

 

Seigneur, toi qui as concédé à ta servante Montserrat la grâce d'un don serein et joyeux à ta divine volonté, vécu avec une simplicité admirable au milieu du monde, fais que je sache t'offrir avec amour toute mon activité quotidienne et la transformer en un service chrétien des autres. Daigne glorifier ta servante et accorde-moi par son intercession la faveur que je te demande....Amen.


Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père

 

Si vous avez reçu des grâces par l'intercession de la Servante de Dieu Montse Grases, merci d'en faire parvenir le témoignage à

 

Prélature de l'Opus Dei

Région de France

7, rue Dufrenoy

75116 Paris

www.opusdei.fr

 

Téléchargez le texte de cette prière (pdf) en cliquant ici