Le Mois de Marie d'Ars

Un mois avec le Saint Curé d'Ars

Loreto (AN)_Vergine Lauretana 1

Vingt-et-unième jour

Maison d'or, priez pour nous.

Arche d'alliance, priez pour nous.

 

Le temple que Salomon avait élevé à la gloire du vrai Dieu passe à bon droit pour une des plus grandes merveilles du monde. On avait employé à sa construction les marbres les plus riches et les bois les plus précieux ; l'or y brillait de toutes parts. L'arche d'alliance dans laquelle Moïse avait enfermé les tables de la loi, était faite également d'un bois incorruptible et revêtu en dedans et en dehors de lames d'or. Mais le temple de Salomon et l'arche d'alliance n'étaient que la figure d'une autre maison mille fois plus ornée que le fils de Dieu voulait habiter un jour. Cette maison qui devait éclipser la gloire du temple de Salomon et la richesse de l'arche d'alliance ; c'est le sein virginal et immaculé de Marie. Et cependant Marie n'était qu'une pauvre fille du peuple, vivant de son travail et dans la plus grande simplicité. Oui, Marie était pauvre des biens de la terre ; à peine connaissait elle, pour l'avoir vu sans le posséder jamais, ce métal qu'on appelle or, et à la conquête duquel la plupart des hommes consument leur intelligence, leurs forces et leur vie tout entière. En revanche elle était riche d'un trésor devant lequel l'or n'est qu'une vile poussière, elle possédait dans son âme le trésor de la grâce sanctifiante, le trésor de la charité ! Dieu était l'objet de toutes ses pensées, de toutes ses aspirations ; comme l'apôtre, et plus encore que l'apôtre, elle défiait les supplices et la mort de pouvoir jamais la séparer de la charité de son Dieu ! Et voilà pourquoi le fils de l'Eternel a voulu s'incarner dans son sein ; voilà pourquoi elle est devenue la maison d'or du roi des rois.

Nous aussi, lorsque nous avons le bonheur de communier, nous devenons la maison de notre Dieu. Ah ! Faisons de notre âme une maison d'or, une maison digne du roi de gloire. Marie nous a enseigné par son exemple, et Jésus-Christ par sa parole, comment nous devons nous préparer à la divine Eucharistie. « Si quelqu'un m'aime, dit le Sauveur, il gardera ma parole ; mon Père l'aimera, et nous viendrons en lui, et nous ferons en lui notre demeure ». L'amour de Dieu, telle est donc, pour nous présenter à la Table sainte, la disposition par excellence, la disposition qui renferme toutes les autres. Mais prenez garde, l'amour de Dieu, cet amour qui fait de notre âme une maison d'or, n'est pas dans une simple formule qui se borne à dire : « Mon Dieu ! Je vous aime de tout mon cœur ». L'amour qui attire le Fils de Dieu dans notre âme, l'amour qui l'unit à nous et nous unit à lui, se montre surtout par la générosité de nos sentiments, par notre fidélité à observer les commandements de Dieu et de l'Eglise. Pouvez-vous dire que vous aimez Dieu par dessus tout, vous qui ne pouvez supporter sans murmure la moindre contradiction, que le plus léger contre-temps plonge dans rabattement ? Pouvez-vous dire que vous aimez Dieu par dessus tout, vous qui gardez l'abstinence dans l'intérieur de votre maison, et la violez par respect humain, lorsque vous êtes dehors ? Pouvez-vous dire que vous aimez Dieu par dessus tout, vous qui, au retour d'une fêle religieuse, renoncez au bonheur de communier pour ne pas vous priver d'une partie de plaisir ? Vous qui ne pourriez supporter sans jalousie qu'une de vos compagnes fût mieux parée que vous ? Ah ! Si vous aimiez Dieu par dessus tout, vous ne chercheriez pas tant à plaire au monde. Recueillons, en finissant, la doctrine de notre saint curé : « Mes enfants, disait-il, on sait quand une âme a reçu dignement le sacrement de l'Eucharistie. Elle est tellement noyée dans l'amour, pénétrée et changée, qu'on ne la reconnaît plus dans ses actions, dans ses paroles.... C'est une âme capable des plus grands sacrifices... »

 

Exemple

La Maison de la Sainte Vierge à Lorette

 

Quand l'Eglise invoque la Sainte Vierge sous le nom de Maison d'or, elle veut parler de la maison de son âme où le Verbe fait chair a habité pendant neuf mois. Tous nos respects sont dus à ce divin tabernacle. Mais il est une autre maison qui, bien que pauvre et sans ornement, mérite aussi nos respects ; c'est la propre maison habitée par la Sainte Vierge. Cette maison, que Marie avait probablement héritée de ses parents Joachim et Anne, était située à Nazareth sa patrie. Après sa mort, les premiers fidèles l'entourèrent de vénération. Un miracle des plus éclatants est venu accroître encore la gloire de cette relique insigne.

Le pays de Nazareth étant tombé au pouvoir des infidèles, Notre-Seigneur ne voulut pas que la maison où l'ange Gabriel était descendu, où lui même s'était fuit chair et où avait habité sa mère, put être jamais souillée par leurs profanations. Eu l'an 1301, sous le Pontifical de Saint Célestin V, elle fut subitement enlevée de ses fondations et transportée miraculeusement par les anges, de Nazareth eu Dalmalie, puisa Recanati dans la Marche d'Ancone, et enfin à Lorette, au centre de la chrétienté. On peut assigner pour motifs des stations que fit successivement dans plusieurs lieux la maison de la Sainte Vierge, celui d'éveiller l'attention des fidèles sur ce grand événement et de leur apprendre à ne pas craindre de se déplacer eux-mêmes pour aller la visiter. Aussi le pèlerinage de Lorette est-il devenu le plus célèbre et le plus fréquenté du monde catholique, celui où Marie répand ses faveurs les plus abondantes.

Les Souverains Pontifes ne pouvaient manquer de faire un accueil honorable et empressé a la maison de la Sainte Vierge. Aussi l'ont-ils fait enfermer dans une magnifique église, embellie par toutes les magnificences de l'art. C'est une petite maison de forme irrégulière, construite en pierres rougeâtres et poreuses, comme celles qu'on voit encore aujourd'hui en Palestine. Les murs sont posés à nu sur la terre. Les fondations sont restées à Nazareth où elles ont été visitées avec le plus grand soin, par plusieurs commissions qui toutes ont déclaré les avoir trouvées conformes pour les dimensions et la nature des matériaux à la construction de Lorette. Elle se compose d'une chambre principale, dont le plafond, peint d'azur et parsemé d'étoiles, est surmonté d'un petit clocher. Elle est éclairée d'une étroite fenêtre. Ce prodige du transport et de la conservation de la Maison de la Sainte Vierge est consacré par une fête que l'Eglise célèbre le 10 décembre. L'intérieur de la Santa Casa renferme un autel privilégié. Celui qui écrit ces lignes a eu le bonheur d'y célébrer la Sainte Messe, et c'est le plus doux souvenir de sa vie !...

Pratique: Préparez-vous à célébrer la fin du Mois de Marie, par une fervente communion.

 

13116155_10153466220705863_199503440048533716_o

Prière

 

Ô Marie ! Maison d'or que le fils de Dieu a daigné habiter pendant neuf mois ; combien ce privilège insigne relève votre gloire à mes veux et m'inspire de vénération pour vous. Mais surtout ce qui me comble de joie, c'est que ce privilège d'où ressort votre titre de reine, est celui que je puis plus facilement partager avec vous. Mon cœur par la communion devient comme le vôtre par l'Incarnation, la véritable maison de Dieu. Ah ! puissé-je, après avoir reçu Jésus-Christ sur la terre, mériter d'être un jour reçu par lui dans le ciel. Ainsi soit-il.

 

277001

Pour recevoir chaque jour pendant le mois de mai

les méditations du Mois de Marie d'Ars,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes