19 mai 2017

Le Mois de Marie des Madones Nantaises

Le Mois de Marie des Madones Nantaises

Abbé Ricordel

Bretagne14

Vingtième jour

Notre Dame de Miséricorde

 

Notre piété ne peut plus s'épancher sous les voûtes et dans les nefs gracieuses de l’église royale et collégiale de Notre-Dame de Nantes : le temps a renversé l'œuvre élégante des rois et des ducs. Le temps n’a pas davantage épargné l’église plus humble et non moins aimée de Notre Dame des Carmes. il a du moins respecté la modeste statuette que nos pères vénéraient sous le nom encourageant de Notre Dame de Miséricorde ; et il n‘a fait qu’accroître la dévotion du peuple nantais envers cette chère madone. C'est d‘elle que je viens vous entretenir ce soir.

Vers le huitième siècle, une. forêt immense s‘étendait à l'ouest de Nantes et s‘avançait jusqu‘aux abords de la colline du Martray. Le manoir dela Cour Cattuy, dont le peuple dit volontiers que c’est un ancien rendez-vous de chasse des ducs de Bretagne et qui existe encore rue des Hauts-Pavés, semblerait en marquer les limites.

Un dragon, bête monstrueuse et féroce, assez semblable à un serpent ou à un crocodile, s’y était établi, au dire de la légende, et, de cette retraite impénétrable, jetait partout la désolation. Les troupeaux étaient décimés, les hommes eux-mêmes n’étaient pas épargnés. Malheur au voyageur ou au paysan qui se hasardait dans les étroits sentiers de la forêt : il était irrémédiablement perdu.

Les Nantais font vœu à Marie de lui élever un sanctuaire, sous le vocable de Notre-Dame de Miséricorde, si elle les délivre de ce fléau. Confiants dans la protection de la Vierge, les trois plus honorables habitants de la cité s’offrent pour combattre le monstre. Ils parlent ; le premier est victime de son courage, il tombe sous la dent du dragon ; mais c’est en vain que celui-ci tourne ensuite sa fureur contre les deux autres assaillants, il tombe à son tour, mortellement frappé.

L’Evéque vint alors, à la tète du clergé et du peuple, poser la première pierre de la chapelle votive; et il emporta, comme témoignage de la protection de Marie, la mâchoire du monstre, qui fut placée dans un étui d’argent et conservée jusqu’à la Révolution, dans le trésor de la Cathédrale.

La piété nantaise pourvut a la construction de la chapelle et veilla, pendant des siècles, à son entretien. Deux fois au moins, sous l’effort du temps, ses vieux murs menacèrent ruine ; deux fois elle fut soigneusement rebâtie. Les fidèles s’y rendaient fréquemment en pèlerinage ; les processions ne partaient pas seulement de la ville, il en venait des paroisses plus éloignées du comté nantais, il en venait même, au témoignage du chanoine Vincent Charron, de l’Anjou et du Poitou. Notre Dame de Miséricorde répondait a cette confiance, et le même auteur rapporte trois miracles obtenus, aux XVIe et XVIIe siècles, par son intercession. Deux furent accomplis dans la ville de Nort, qui semble avoir aimé d’un amour tout spécial la madone nantaise, et l’un des miraculés, riche marchand tiré des portes de la mort où l’avait conduit une grave maladie, vint visiter notre chapelle et y laissa un tableau qui le représentait aux pieds de la « Mère de bonté ». Le troisième fait cité par le vieux chroniqueur concerne un gentilhomme du comté nantais qui, revenant d'Espagne, fut assailli sur mer par une furieuse tempête. Menacé de périr, il jeta un cri de détresse vers Notre-Dame de Miséricorde. Marie entendit sa prière, et le voyageur, en témoignage de sa reconnaissance, fit placer dans la chapelle un tableau, où il était représenté sur le pont d’un navire battu par la tempête.

Faut-il s’étonner, après cela, que ce doux vocable se fût répandu au loin dans le diocèse de Nantes, et que l’on honorât presque sur tous les points Notre-Dame de Miséricorde ? Au premier rang, la Cathédrale : un chanoine, vénérable et discret missire Jean Berhault, « pour la grande dévotion qu’il portait à la Saincte Vierge, sa spéciale patrone », fit construire, au XVe siècle, « une belle chappelle sous l’invocation de Nostre Dame de Miséricorde, de sainct André, apostre, et de sainct Martin, évesque de Tours » ; il voulut y être enterré aux pieds de sa bonne Mère et fit, en son honneur, une fondation perpétuelle de deux messes par semaine. On trouvait aussi ce vocable à Sainte-Pazanne, à Trescalan, à Herbignac ; et nos ducs de Bretagne, qui possédaient une résidence au Gâvre, avaient voulu que leur chapelle, plus tard église paroissiale, fût dédiée à Notre Dame de Miséricorde.

Au XVIIe siècle, un évêque de Nantes établit à Miséricorde une confrérie en l’honneur de saint Michel, le vainqueur de l'internat serpent ; puis, quelques années plus tard, un autre prélat, évêque irlandais, exilé pour la foi, inaugura, dans le petit sanctuaire soigneusement restauré, la célèbre neuvaine qui se célèbre encore à Saint Similien, de l’Ascension à la Pentecôte.

À la Révolution, la chapelle est vendue, puis démolie. Il n’en reste aucune trace. Elle s’élevait sur la petite place qui précède l’entrée du cimetière qui porte encore son nom. Mais la statuette vénérée par nos ancêtres avait été sauvée. Une pieuse tertiaire, « la bonne sœur Jeanne », qui s’occupait de la chapelle, l’avait soustraite à la profanation, et elle est aujourd’hui conservée précieusement dans l’église paroissiale, où la piété nantaise honore, avec plus d’ardeur et d’amour que jamais, Notre-Dame de Miséricorde.


Ce titre, si consolant et si encourageant pour nous, est donc bien un titre nantais. Cependant nos pères ne l’avaient pas inventé ; ils l’avaient emprunté aux usages de l’Eglise universelle qui, dès longtemps, honore d’un culte pieux Notre Dame de Miséricorde, et qui depuis l’a placé dans ses Litanies : « Mater Misericordiæe, ora pro nobis ». Comment traduire cette location latine ? Elle a deux sens, et les deux sont également beaux.

Elle veut dire : « Mère de la Miséricorde ». Mais la Miséricorde, n’est-ce pas Jésus, n’est-ce pas le Fils de Dieu fait homme, qui a si bien mérité par son amour pour les pécheurs d’être regardé comme la Miséricorde en personne ? La Mère de la Miséricorde, c’est donc la Mère de Jésus, c’est donc la Mère de Dieu; mais ce n’est pas la Mère du Dieu terrible, ce n’est pas la Mère du Dieu de justice et de vengeance ; c’est la Mère du Dieu d’amour, dont le cœur déborde de pitié pour les pauvres pécheurs.

Mater misericordiæ a un autre sens, plus généralement adopté, il veut dire : »la Mère de Miséricorde », c’est-à-dire, la Mère miséricordieuse et bonne. N’est-il pas naturel d'ailleurs que la Mère d’un Dieu si bon soit elle-même remplie de miséricorde et de bonté ?

Aimons donc a nous servir de ce touchant vocable, nous tous surtout qui sommes livrés au péché : c’est la leçon qui ressort, en effet, tout naturellement de notre dévotion nantaise. Ce dragon, qui dévore tous ceux qui l’approchent, c‘était l’image du démon, le serpent infernal, qui rôde sans cessa autour de nous pour nous dévorer, et qui, trop souvent hélas ! Nous donne la mort avec son venin. Ils avaient compris combien ce rapprochement était naturel, ceux qui avaient établi dans notre chapelle la confrérie de Saint-Michel, le vainqueur de Satan.

Mais Marie aussi a vaincu le serpent dont son pied virginal continue d’écraser la tête maudite. Elle est forte contre lui, et communique à ceux qui l’invoquent la force pour le vaincre. Elle est de plus le refuge suprême de ceux qu’il a vaincus, elle est la dernière espérance des pêcheurs, et c’est à cause de ses bontés maternelles pour ces pauvres malheureux qu’elle a Surtout mérité d’être appelée Mère de Miséricorde.

Elle accueille les bras ouverts et presse sur son cœur, que la pitié fait battre et plus encore l’amour, les plus coupables, les plus flétris, et c’est merveille de voir, dans les annales qui enregistrent ses bienfaits, le nombre et la désespérante malice des criminels qu’elle a sauvés. Mais en outre comment dire le peu qu’elle exige d’eux pour les tirer de la l‘ange et les arracher à l’enfer Une médaille à leur cou, un scapulaire sur leurs épaules, un Ave sur leurs lèvres déshabituées de la prière, un cierge brûlant a son autel, une neuvaine ou un pèlerinage entrepris par la mère, la femme ou la fille du pécheur, et le cœur de Marie est touché, et elle insinue le repentir dans l’âme du coupable, et elle lui donne la main pour le conduire à Dieu.

Nous donc qui sommes pécheurs, et nous qui gémissons de voir des pécheurs a nos côtés, sous notre toit, parmi ceux qui nous touchent de plus près, tournons nos regards vers Marie, mettons notre espérance en elle, et ne nous lassons pas de redire la prière que les Nantais répètent depuis douze siècles : « Notre Dame de Miséricorde, priez pour nous ».

 

ND de Nantes

 

Pour recevoir chaque jour les méditations du mois de Marie des Madones Nantaises,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes