16 mai 2018

Le Mois de Marie de Notre Dame du Bon Conseil

Le Mois de Marie de Notre Dame du Bon Conseil

Mater Boni Consilii (2)

Dix-septième jour

Notre Dame du Bon Conseil, Vierge très prudente

 

Le second acte de la prudence, c'est de se garder des maux et de choisir les biens : La Sainte Vierge se garda des maux :

1° Parce qu'elle surveilla son coeur avec une extrême vigilance ; elle posséda tout en paix, n'éprouvant aucune concupiscence de la chair, aucune agitation des passions, aucun tumulte de pensées mauvaises ou profanes. O grâce merveilleuse ! Un chérubin avait défendu le paradis terrestre, le Saint-Esprit Lui-même garda la Bienheureuse Vierge.

2° Parce qu'elle ne ternit jamais la pureté de son âme. « Dieu, comme dit le Prophète, ne fut point ébranlé en elle », Sa grâce, en effet, ne lui manqua pas un seul instant.

Marie garda ses sens avec tant de sollicitude que le germe du moindre péché ne parut jamais en elle. Ses yeux n’aperçurent rien d'opposé à la volonté divine ou à la raison. Toujours recueillis et modestes, ils ne se levèrent même pas sur l'ange Gabriel. Ses oreilles, qui avaient entendu le Verbe de Dieu, ne s'ouvrirent qu'aux discours sérieux, utiles et pudiques. Loin de flatter son goût, son odorat ou son toucher, Marie se tint dans une mortification continuelle, méprisant les parfums, les repas somptueux, les vêtements délicats.

Marie choisit le bien, parce qu'elle négligea toujours les choses de la terre, méprisa le monde, observa la loi, dédaigna la chair et eut le courage de se vouer à la virginité : « O Vierge prudente, s'écrie saint Bernard, qui vous enseigna que la virginité était agréable à Dieu ? Quelle loi, quelle justice, quelle page de l'Ancien Testament ordonne, recommande ou seulement conseille de mener sur la terre la vie des Anges ? »

Où aviez-vous lu : « Bienheureux ceux qui garderont la continence pour le Roi des cieux ? » Où aviez-vous entendu dire : « Il est bon pour l'homme de suivre mon conseil ; je n'ai point d'ordres à donner de la part de Dieu au sujet de la virginité, mais je donne un conseil ? » Vous n'avez eu ni précepte, ni conseil, ni exemple, mais vous étiez instruite par le Verbe vivant de Dieu, qui fut votre maître avant d'être votre Fils, et qui éclaira votre coeur avant de revêtir votre chair.

Enfants de la Mère du Bon Conseil, efforçons-nous d’acquérir la prudence de notre Mère, élevons notre âme au-dessus des désirs de la terre, évitons le péché, veillons sur nos coeurs, aspirons aux biens célestes, observons la loi, pratiquons la charité, et nous obtiendrons le Royaume des Cieux.

 

Exemples

 

Georges est élève de quatrième dans un Petit Séminaire. Une de ses parentes lui fait connaître la dévotion à Notre-Dame du Bon Conseil. Le pieux enfant se met à l'invoquer avec ferveur surtout aux jours de compositions ; la Madone récompense généreusement sa confiance ; les places sont heureuses et à la fin de l’année les prix abondent.

Joseph subissait naguère un examen important ; avant et pendant les épreuves il avala plusieurs images de Notre-Dame Du Bon Conseil. Le succès fut complet.

Une mère de famille d'Alençon s'exprime ainsi au mois de juillet 1890 : « Mon fils âgé de 4 ans, a été atteint du croup. Le cher enfant a dû subir l'opération : il a été pendant plusieurs jours entre la vie et la mort, complètement désespéré !… Un jour, j'ai envoyé une personne aux pieds de Notre-Dame du Bon Conseil : à partir du jour où Notre-Dame du Bon Conseil a été invoquée, mon enfant s’est trouvé mieux, et depuis ce jour, il jouit d'une parfaite santé ».

« Que de fois, écrit un prêtre le 8 Septembre 1892, que de fois, des examens difficiles ont été passés avec plein succès par l'assistance de la Mère du Bon Conseil Un enfant me dit avoir trouvé soudain la réponse à une question difficile et dont il n'avait jamais entendu parler, en serrant de toute sa force la médaille de la Madone qu'il avait eu soin de mettre dans sa poche. Un candidat aux écoles de l'Etat obtient un succès inespéré après une neuvaine en l'honneur de Notre-Dame du Bon Conseil ».

 

Prière

 

Ô Marie, Mère du Bon Conseil ! Dans ce nom vous nous donnez un abrégé de vos privilèges et de vos titres glorieux, un gage de votre merveilleux pouvoir. Merci de la grâce de vos conseils : ils éclairent l'esprit, enflamment la volonté, et prévoient toujours nos avantages ; ils nous apportent en toute rencontre un puissant secours ; ils sont pour nous un soutien dans l'adversité ; dans les doutes et les difficultés de la vie nous trouvons, en eux un guide sûr qui nous maintient dans le droit sentier du salut. O Mère conseillez-nous et protégez-nous ! Ainsi soit-il.

 

Texte extrait du livre « Le Mois de Marie devant l'Image miraculeuse de Notre Dame du Bon Conseil de Genazzano », disponible aux Editions Rassemblement à son image

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND du Bon Conseil dans votre boite mail,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes