Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

a83aaaeabae27a2c3c2023f9d72b7f9cb357a75ef4801690273e51b5452cf78b (1)

 

Quatrième jour

 

Lecture


Le père de Lucie s’occupait soigneusement de l’éducation chrétienne de sa fille. Marie-Rose lui faisait étudier chaque jour sa leçon de catéchisme et l’obligeait à la lui réciter fidèlement, sans omettre un mot. L'enfant était réellement appliquée à écouter les explications de M. le Curé. Elle avait six ans à peine, lorsque le Révérend Père Cruz vint prêcher un Triduum dans la paroisse d’Aljustrel. Lucie désirait ardemment faire la communion et, poussée par son curé, elle demanda au Père Cruz de vouloir bien l’interroger sur sa capacité religieuse, afin qu’il lui fût permis de recevoir cette grande faveur. À toutes les questions posées Lucie répondit parfaitement. Elle eut donc l'immense joie d'être admise à recevoir, quoique bien jeune, Jésus dans son petit cœur. Marie-Rose s’appliquait à inspirer à sa fille l'horreur du péché, surtout du mensonge, et à cultiver l’innocence et la simplicité dans son âme d’enfant.

Ce matin-là, la mère filait la laine de ses brebis, dans le jardinet près de la maison, à l’ombre d’un figuier. Lucie l’aidait, assise près d’elle. Après un temps de silence assez long, Marie-Rose d’un ton très calme et le plus naturellement du monde, lui demanda : « Est-ce vrai, Lucie, comme je l’ai entendu dire, que tu aurais vu Notre Dame à la Cova d’Iria ? - Qui vous l’a dit ? fit la petite avec un sursaut de tout son être. - C’est-la mère de Jacinthe à qui sa fille l’a raconté. Alors est-ce vrai ? »

Lucie reprit : « Je n’ai pas dit que c'était Notre Dame, mais une dame très belle. J'avais pourtant bien recommandé à François et à Jacinthe de garder le silence ».

Marie-Rose la fit bien préciser : « Tu dis que c'était une dame ? - Oui, maman, une dame très jeune. - Et qu’est-ce qu’elle t’a dit cette dame ? - Elle m’a dit qu’elle désirait nous voir, François, Jacinthe et moi, revenir à la Cova d’Iria, pendant six mois de suite, le 13 de chaque mois, et qu’elle nous dirait qui elle était et ce qu’elle attendait de nous. - Mais comment avez-vous lié conversation avec cette dame ? Voyons, ma petite, conte-moi ça ? »

Lucie se mit alors à raconter à sa mère comment les choses s'étaient passées, et avec de tels accents de sincérité, qu’il n’était pas possible d’avoir le moindre doute sur la réalité des faits. Lorsque Lucie eut achevé, Marie-Rose se contenta de lui faire remarquer que, le mois suivant, il ne serait pas possible d’aller à Fatima.

« Tu sais bien que le 13 du mois de juin, c’est la grande fête de saint Antoine de Lisbonne ? Et puis tiens, il vaut mieux en finir. Assez de mensonges ! »

Lucie eut un soubresaut d’indignation. Devant une accusation si injuste elle s’écria : « Ma mère, si je mentais j'aurais peur que le bon Dieu me punisse ».

Un chien se mit à aboyer. Des gens passaient dans la rue. La mère et la fille se turent.

Dans la maison de la mère Olympia, avait lieu une scène un peu plus bruyante. Le petit François, tout seul, comparaissait pour un interrogatoire en règle. Ensuite ce serait le tour de Jacinthe, seule aussi, et la mère se réservait de confronter les dires de chacun. On avait bien fait la promesse à Lucie de ne parler à personne de la vision de Fatima, mais devant l’insistance de leur mère qui les menaçait de les envoyer se confesser au curé, s'ils avaient le malheur de mentir, ils avouèrent tout, l’un et l’autre. Le récit de François concordait parfaitement avec celui de sa sœur Jacinthe.

Olympia incrédule acheva de s’ancrer dans son idée. Pour elle, ses enfants mentaient, et Lucie avait, pour se donner de l'importance, échafaudé un roman parfaitement retenu par ses petits compagnons.

Elle appela Jacinthe pour lui infliger, ainsi qu’à François, le juste châtiment d’un mensonge habilement monté. De sa lourde main elle appliqua deux vigoureux soufflets sur la figure des deux petits.

« Tenez, leur dit-elle, je vous apprendrai à mentir. Ah ! vous avez vu des lumières, des lumières resplendissantes ?!.... Cette fois-ci vous pourrez dire que vous avez vu trente-six étoiles, et ce ne sera pas un mensonge ».


Réflexions


a) Toute personne raisonnable conviendra que la correction est nécessaire dans l’œuvre d'éducation des enfants. « La crainte est le commencement de la sagesse », dit le psalmiste. Les parents qui sont les premiers éducateurs de l’enfance doivent user de discrétion et apporter un tempérament à ce qui pourrait si facilement dégénérer en tyrannie. L’Apôtre dans une épître écrit : « Enfants, obéissez en toutes choses à vos parents, car cela est agréable dans le Seigneur. Pères n'irritez pas vos enfants, de peur qu’ils ne se découragent. » (Col., 3, 20, 21). La correction ne doit pas exclure la mansuétude, et le châtiment corporel doit être employé, en dernier ressort et à bon escient. Ce n’est pas par les coups qu’on forme des caractères, et l’on s’expose à de pénibles incidents.

b) Les petits voyants de Notre Dame avaient l’horreur du mensonge. Aussi quand sa mère demande à Lucie si c’est bien vrai qu’elle a vu Notre Dame, elle précise : « Je ne dis pas que c’était Notre Dame, mais une belle dame ». Et Jacinthe proteste qu’elle ne ment pas. « Je vous jure, maman, que j'ai vu Notre Dame, et non pas moi seule, mais Lucie et François également. Oui, c’est vrai, je L’ai vue ». Ainsi les Apôtres affirmaient la vérité de leur témoignage : « Nous avons vu le Christ ressuscité et nous ne pouvons ne point parler des choses que nous avons vues et entendues ». (Actes 4, 20).

a) Notre Dame a aussi choisi ces enfants a cause de leur tendre piété, pour leur ménager ces entrevues célestes. Piété envers Elle par la récitation fidèle du chapelet ; piété envers son Divin Fils, par la prière du matin et du soir et celle avant et après chaque repas, en famille. « Dieu premier servi ! » avait coutume de dire Jeanne d’Arc. Quand il en est ainsi, du même coup, c’est l'équilibre dans l’ordre social, la stabilité du foyer, le principe de toute discipline, la raison d’être de la Morale, le fondement du Droit et du Devoir. Sans religion, c’est l’anarchie, le désordre, la ruine des sociétés, des familles et des individus. « La piété est utile à tout, dit l’Apôtre, elle a les promesses de la vie présente et de la vie future » (1 Tim., 4, 8).

Mais la Vierge Marie nous a donné le Christ-Jésus qui s’est fait Pain et qui réside dans nos tabernacles. C’est pourquoi Lucie qui, dans l’âge le plus tendre, a été, sur son grand désir, admise au festin eucharistique, devait être une privilégiée de Marie. À cause de cette piété pour la sainte communion, le Père Cruz avait bien prophétisé d’elle, en la bénissant : « Aies un grand amour envers l'Eucharistie, lui disait-il, ma chère enfant, et Marie te gardera d’une manière spéciale sous sa protection ».


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

img001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes