Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

f54obyz70fisf7jvr7medrnpvf7jvr7medrns

 

Septième jour

Lecture


L'une des caractéristiques des visions célestes est leur incomparable beauté et le ravissement qu’elles procurent à l’âme. Le démon, qui veut singer Dieu dans ses visions diaboliques, n’a jamais pu produire un essai même lointain de cette idéale Beauté, Depuis sa chute lamentable Lucifer, jadis ange de Lumière, a beau s’évertuer à produire quelques pâles rayons de son ancienne splendeur, c’est en vain, parce que la source lumineuse en est tarie à jamais et au lieu du ravissement il produit seulement de l’effroi.

Si les petits voyants de la Cova d’Iria furent comblés d’un bonheur d’extase, ce fut en contemplant de leurs yeux l’incomparable Beauté de l’Apparition et en entendant les mélodieux accents qui s’exhalaient de ses lèvres. Allégresse des yeux éblouis par tant d'éclat ; allégresse des oreilles bercées par une voix suave dont le timbre renfermait toute l'harmonie des anges ; allégresse de contempler un visage plus ravissant que les visages les plus beaux qui se puissent rencontrer ici-bas, plus lumineux que tous les portraits sortis du pinceau des artistes, plus brillant que tous les émaux les plus fins, un visage irradié des propres rayons de la lumière même du Ciel.

« C'était une lumière ! une lumière !… une lumière !!! » répétaient à l’envi les enfants. Cette parole, pour eux, voulait tout dire, et la beauté, et la magnificence, et la grâce, et l’éclat, et la somptuosité, et la splendeur du Paradis.

Pauvres petits enfants d’une campagne déshéritée, logeant dans une maison décrépite dont l'éclairage était fourni par une misérable lampe à huile, Quelle révélation de lumière, pour la première fois, dans l’éblouissement de Apparition. Nos saint Livres essayent de nous donner une idée de la Beauté de la Femme incomparable : « revêtue de soleil, ayant la lune sous les pieds et une couronne de douze étoiles sur la tête » (Ap., 12, 1.) Le Cantique des Cantiques annonce ainsi la venue de l’Immaculée : « Quelle est Celle qui monte du désert comme l’Aurore, belle comme la lune, brillante comme le soleil et puissante comme une armée rangée en bataille ». (Ct., 6, 10).

Tandis que Lucie conversait avec l’Apparition et que Jacinthe écoutait ses paroles, François n’entendant rien se contentait de jouir de l’éclat radieux de Notre-Dame, et joignant ses petites mains, fixait sur Elle ses yeux émerveillés et murmurait : « Comme Elle est belle ! »

Et lorsque l’Apparition eut disparu dans la profondeur des cieux, les enfants, pour se communiquer leurs impressions, n’eurent qu’une même exclamation jaillie de leur bouche : « Comme Notre Dame est belle ! »

Et François d’accentuer pour son compte : « Oui, C’est bien vrai, comme Elle était belle ! »

Il est facile de s’imaginer la tristesse des petits bergers, au moment où s’évanouit tant de beauté par le départ de la vision. C’est le soir. La nuit tombe. Le clocher sonne l’Angélus, L’on ramasse le troupeau et l’on rentre en silence. Quel contraste ! Tout autour d’eux l'obscurité semble encore plus opaque. La clarté de l’Apparition les a aveuglés.

Ils venaient de recevoir leur Pentecôte comme les Apôtres. Hier, timides ayant peur de subir le sort de leur Maître, ils vont affronter la souffrance et la croix. Ils seront les témoins du Christ jusqu’au don total de leur être. Ainsi les trois enfants seront aussi des apôtres, des témoins de Notre Dame. La souffrance et la croix les attend. C’est le sort de tous les apôtres. Notre Dame les gardera. Elle leur a transmis du ciel toutes les grâces pour être fermes dans leur apostolat et remplir leur mission jusqu’au bout, Ils prouveront à Marie leur amour et leur reconnaissance pour la vision de Beauté incomparable dont Elle a comblé leurs yeux ravis.


Réflexion


« Comme Notre Dame est belle ! s’exclamaient les trois petits bergers de Fatima, comme Elle est belle ! »

Oui, Marie est la Vierge toute belle, la plus belle entre toutes les créatures, à l’image de Jésus-Christ, son Divin Fils « le plus beau fils de l’homme dont la grâce inonde les lèvres » (Ps. 44, 3). La tradition chrétienne tout entière a exalté la beauté de Marie, comme elle a exalté la beauté de Jésus. Déjà les Livres Saints préfiguraient cette beauté sous les traits de la mystique épouse « brunie par le soleil d'Orient maïs belle entre toutes » (Cant., 1, 5). La beauté est un reflet de Dieu, c’est la splendeur de l’ordre, l'éclat de l’harmonie, Ce fut le péché, source de désordre, qui produisit la laideur morale et la décrépitude physique avant-coureur de la mort. L’Apôtre le rappelle : « Le salaire du péché, c’est la mort » (Rom., 6, 23). C’est dans la splendeur de cette beauté céleste que Notre-Dame apparut aux voyants de Fatima et qui les faisait s’écrier : « Comme Elle est belle, Notre Dame ! Quelle lumière !... »

En effet lumière et beauté vont de pair. La laideur est ténébreuse parce que le mal qui est laideur, aime les ténèbres. « Quiconque fait le mal haït la lumière » (Jn, 3, 30). Les ténèbres, c’est l’impiété. « La lumière du méchant s’éteindra. On le chasse de la lumière » (Jb, 18, 5). Les ténèbres, c’est la mort et l'éternelle séparation. « On jettera le méchant dans les ténèbres extérieures » (Mat., 8, 12). Tandis que la lumière, c’est la « vérité » (Ps., 42, 3), c’est la « sagesse » (Sg., 7, 29), c’est la « joie » (Prov., 13, 9), c’est la pureté. « Toute la beauté de la fille du Roi vient de l’intérieur » (Ps., 44, 4). La Reine du ciel est belle parce que la pureté habite dans son cœur. Trop souvent l’unique préoccupation des mondaines est de faire de leur corps une idole coûteuse, pendant que leur âme, seul trésor appréciable aux yeux de Dieu, est complètement délaissée. Sans doute on ne demande pas à la femme de négliger systématiquement sa grâce féminine. N'est-ce pas saint François de Sales qui, le premier, veut que sa Philothée « soit la mieux habillée de la troupe » (Introduction à la vie dévote). Mais de là à se faire l’esclave d’une mode souvent immorale il y a de la marge. Le devoir de la femme chrétienne est d’opposer une digue à cette invasion de paganisme qui se répand par tous les moyens. La Providence a doté la gent féminine de dons précieux pour mieux remplir son rôle de dévouement dans la société, Mais ce sont prérogatives redoutables dont Dieu leur demandera compte, un jour, car il ne « fait pas de dons inutiles ». Un moraliste a dit : « La femme sème toujours sur ses pas des bénédictions ou des ruines ». À la suite de Notre Dame, elle sèmera toujours sur ses pas des bénédictions, car « si les hommes font les lois, a dit un moraliste, les femmes font les mœurs ». Puissent-elles s’en souvenir pour le salut de l’Église et de la France !


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

img001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes