Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

034_001_madonna-del-sacro-cuore-ed-infine-il-mio-cuore-trionfera-offerta-della-giornata-del-sacro-cuore

 

Seizième jour


Lecture

 

L’Apparition se montra aux petits bergers, le 13 octobre, avec le même visage rayonnant d’idéale beauté mais empreint d’une douce mélancolie, Sa voix était toujours harmonieuse, mais elle avait un léger tremblement de tristesse, causé par la gravité des paroles contenues dans son message céleste. Message grave en effet puisqu il s'agissait d’éternité, de perdition ou de salut pour les âmes, Message de miséricorde par-dessus tout car Marie connaît mieux que quiconque la pénitence de son Divin Fils. « Dieu ne veut pas la mort du pécheur mais Il prend plaisir à ce que le méchant se détourne de sa voix et qu’il vive ». » (Ezéch., 23, 11).

Notre Dame enseigne aux petits voyants le puissant de conversion : « Récitez tous les jours le chapelet ; demandez à Dieu pardon pour vos péchés, et ajoutez à la méditation des mystères du Rosaire l’oraison suivante : O mon Jésus, pardonnez-nous, délivrez-nous du feu de l'enfer et conduisez toutes les âmes au Ciel principalement celles qui sont les plus abandonnées ».

C’est l’apostolat vraiment irrésistible et fécond que recommande la Vierge : l’apostolat de la prière. La parole de Dieu par la prédication peut toucher le coeur du pécheur, parfois même l’émotionner profondément mais elle ne détermine pas la conversion.

Certes, il est nécessaire de prêcher et, par là, d’ensemencer le champ du père de famille, pour dissiper l'ignorance et instruire les âmes. Mais la semence ne germera pas si le terrain n’est pas pénétré de la rosée céleste de la grâce et réchauffé par le divin Soleil de Justice. Or, c’est la prière qui attire cette rosée divine et qui fait briller ce Soleil sur l’âme. Un grand convertisseur d’âmes écrivait à l’un de ses amis : « Si tu avais vu comme moi une âme non touchée de la grâce, tu verrais que rien ne peut pour elle; ni l’éloquence capable de faire pleurer le marbre, ni mille vies données en une heure » (Lettres à un jeune homme, Lacordaire). Saint Augustin a écrit dans ses Confessions : « Ce ne sont pas les sermons d’Ambroise, à Milan, qui m'ont converti, mais les prières mêlées de larmes de ma sainte mère Monique ». Notre-Seigneur, avant de commencer sa vie apostolique, s’est retiré sur la montagne de la « Quarantaine », près de Jéricho, pour y prier durant quarante jours. (Matt., 4, 2).

Notre Dame, connaissant la puissance de la prière, recommande cet apostolat qui est l’un des plus faciles et des plus féconds. L’apostolat par la parole publique, ou en réunion privée, parole parlée ou écrite, demande, pour être bien rempli, des conditions particulières, des connaissances nombreuses et variées, une capacité et un courage qui n’est pas à la portée de tous.

L’apostolat de la prière est, au contraire, à la portée de tout le monde, du savant comme du plus modeste, de l’intrépide comme du timide. Il suffit de savoir son « Pater » et son « Ave » et de dérouler son chapelet, en silence, à l'intention des pauvres pécheurs. La Vierge l’a enseigné aux enfants de Fatima : « Priez principalement pour les âmes qui sont les plus abandonnées ». N'y a-t-il pas des pécheurs qui ont un immense besoin de la miséricorde divine ?

Cette invitation de Notre Dame du Rosaire de Fatima, d'exercer cet apostolat de la prière, est un encouragement pour beaucoup d’âmes pieuses, dévorées par le zèle de la Gloire de Dieu, et qui se plaignent de ne rien faire.

« Nous voudrions bien être des apôtres, comme on nous le recommande, mais comment faire ? Je suis mère de famille, dira l’une, j'ai les soins du ménage, des enfants, de mon mari ». L’autre objectera : « J’ai un commerce, je suis prise du matin au soir, comment voulez-vous que je sois apôtre ? »

Mais n'est-il pas possible, en allant et en venant, en se rendant à son travail, même pendant le travail, d'élever son cœur vers Dieu, de Lui offrir son labeur avec ses fatigues, en sacrifice, pour les pauvres pécheurs ? D'ailleurs, pourquoi mettre une cloison étanche entre le travail et la prière ? Le travail offert, le matin, à Dieu est une prière qui se continue toute la journée. Ainsi, chaque jour, nous pouvons, et nous devons, exercer l’apostolat de la prière si utile pour les âmes, nous serons par la prière des Sauveurs d’âme, plus efficacement que certains beaux parleurs et ergoteurs à longueur de journée, qui négligent leur devoir d'état, pensant qu'il vaut mieux discourir pour être un bon apôtre. Témoin, cette épouse qui faisait de l'apologétique avec un client de son mari, au lieu de préparer le repas du conjoint qui, à deux heures de l’après-midi, attendait patiemment qu’il fût prêt.

Seule, la grâce convertit, et la grâce s’obtient par la prière et le sacrifice qui, lui aussi, est une prière. C’est cet apostolat que Notre Dame du Rosaire a recommandé aux trois petits enfants de Fatima, dans son message de la Cova d’Iria.


Réflexions


La Très Sainte Vierge Marie à voulu surtout mettre en évidence cette si consolante vérité, que la Religion chrétienne est une religion de miséricorde et que, si le péché est le plus grand de tous les maux, Marie est pitoyable aux pauvres malheureux qui le commettent. Ainsi le médecin a horreur de la maladie qui terrasse son malade, mais non du malade qu’il veut guérir. Marie, à l'exemple de son divin Fils, déteste le péché, mais son cœur s’émeut de compassion à la vue du pécheur, comme Jésus, si le pécheur veut s’amender. Marie, qui a tant souffert cependant à cause du péché, se devait, à l'exemple de Jésus, d’être miséricordieuse envers les pécheurs pour plusieurs raisons :

1° Parce qu’Elle est notre Mère, et qu’une mère se doit plus encore à son enfant le plus disgracié et le plus malheureux. Une mère, même de son enfant coupable, a toujours pitié !

2° Parce qu'Elle est notre Avocate. Nous sommes tous plus ou moins pécheurs, puisque l'Ecriture dit : « Le juste pèche sept fois par jour ». (Prov., 24, 16). Sept est un chiffre fatidique qui veut dire : de nombreuses fois. Même lorsqu'un homme est coupable d’un crime ou d’un délit, la loi lui permet de prendre un défenseur qui, plaidant brillamment, peut influencer favorablement ses juges et obtenir l’acquittement du coupable.

Devant le Tribunal du Juste Juge, à qui rien n'échappe de nos fautes, Pourrions-nous trouver meilleure Avocate que Celle qui est à la fois Mère du Juge et notre Mère. Elle est au courant de tout ce qui se passe au Conseil Suprême et Elle saura calmer la juste colère du Juge. Marie interpelle Dieu le Père : « J'avais un Fils, dont vous avez exigé la mort sur le Calvaire. J'étais au pied de la croix et je l’ai vu mourir. Maintenant, ce pécheur pour lequel je plaide est aussi mon fils. Quoique coupable, épargnez-le ». La maternelle Avocate emportera un verdict de pardon.

3° Parce qu'Elle est notre Reine. L'un des privilèges du pouvoir suprême est le droit de grâce. Mème un coupable justement condamné peut voir sa peine commuée en une autre plus légère, ou être amnistié. Certes, si le pécheur, après avoir obtenu cette faveur, s’en autorisait pour recommencer ses offenses envers la Majesté divine, la Reine du Ciel ne voudrait Pas assurer son patronage à de si noirs desseins. Mais, si Elle voit le repentir dans le cœur du pécheur, Elle sera pour lui une Médiatrice de grâce.

Ne soyons pas nous-mêmes trop sévères pour ceux qui sont tombés, Loin de les écraser de notre dédain, comme le monde qui est d'ordinaire si débonnaire pour le péché et sévère pour ceux qui le commettent, détestons le péché, mais aidons les pécheurs de nos prières, Notre Dame du Rosaire l’a demandé aux trois petits enfants de Fatima.

 

img001

 

(Pour conclure, on peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes