Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

569_001

 

Vingtième jour


Lecture

 

Notre Dame a recommandé aux enfants de demander pardon de leurs péchés, afin que Dieu puisse, un jour, les accueillir au Ciel, car pour faire partie de l’assemblée des élus, il faut n’avoir aucune souillure sur son âme. Mais, comme la nature est faible et qu’elle peut offenser le bon Dieu, parmi tous les Sacrements institués par Notre-Seigneur, il y a le Sacrement du Pardon.

Certains pourraient trouver excessive cette recommandation de Notre Dame à de jeunes enfants de huit à dix ans. Se confesser, à cet âge, ne leur semble pas d’une impérieuse nécessité. Pourquoi pas, après tout ? L’Église fixe l’âge de discernement à sept ans environ. Même à cet âge. la malice peut s'emparer d’un cœur d'enfant. Cependant nous inclinons à penser que Notre Dame de Fatima, lisant dans le cœur des enfants et les choisissant pour être ses confidents parce qu'ils étaient innocents, a voulu donner là un conseil d'ordre général pour tous les pécheurs. Si pourtant la mère de Lucie avait pu connaître la recommandation de Notre Dame, nul doute qu’elle n’eût applaudi des deux mains et ajouté :

« Tu entends, Lucie, Notre Dame est bien de mon avis. Quand on a forgé un gros mensonge, comme celui de la Cova d’Iria, il faut aller s’en confesser ».

Cependant, un jour, la mère de Lucie laissa éclater son indignation. C’était en revenant de Lisbonne, où sa fille l’avait accompagnée pour consulter .un médecin. Durant plusieurs jours d'absence les conversations sur les « contes » de Fatima, comme on disait, avaient un peu chômé, Maïs de nombreuses visites vinrent prendre des nouvelles de l’état de santé de Marie-Rose.

Naturellement la conversation roula peu à peu sur les événements de la Cova d’Iria, et après avoir entendu rapporter certaines grossièretés, insultes et mauvais propos proférés au sujet des apparitions, Marie-Rose exaspérée, quand elle fut seule avec Lucie lui jeta à la figure ses mots :

« Que ce soit entendu une fois pour toutes, tu vas en finir avec toutes ces histoires. Va trouver M. le Curé et confesse-toi que tu as menti, et demande-lui pardon de ton imposture. - Oh ! maman, s’écria Lucie en larmes, je te jure que je n’ai pas menti ».

Marie-Rose fut intraitable et repoussa violemment sa fille, « Va-t-en à l’église, lui cria-t-elle. Va confesser tes mensonges ! » Pour en finir avec cette scène douloureuse, Lucie s’en alla à l’église se jeter à genoux devant le tabernacle, chercher un peu de consolation pour son petit cœur endolori.

Elle n’avait pas à se confesser, ni à demander pardon, puisqu'il était bien vrai qu’elle avait vu l’Apparition. Pourquoi la rendre responsable de la malice des autres ? de leurs insultes ? de leurs grossièretés ? Pouvait-on lui reprocher les profanations envers Notre Dame ? Si quelqu'un avait à demander pardon c'était plutôt les insulteurs et les profanateurs. Oui, pour Lucie maintenant, c’était bien « l'heure des ténèbres ». (Lc. 22, 53).

Mais bientôt brillerait l’heure de la lumière et l’on verrait les incrédules et les profanateurs s’agenouiller, eux-mêmes, au tribunal du Pardon. On les verrait même à Fatima. Notre Dame les attirerait dans ce même lieu, pour les convertir et les donner à son Divin Fils, Jésus.

L’Evangile nous montre Jésus toujours disposé au pardon : « Je ne suis pas venu appeler les justes à la pénitence, mais les pécheurs » (Lc. 5, 32). « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu ». (Lc. 19, 10). « Ainsi, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repend, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentir » (Lc. 15, 7). Jésus a dit encore : « Il ne faut pas éteindre la mèche qui fume » (Matt. 12, 20). Notre Dame, en enseignant à ses petits confidents de Fatima à recourir au sacrement de Pardon, continuait l’œuvre rédemptrice du Christ, N’a-t-il pas. donné à son Eglise le pouvoir de délier les consciences des liens du péché, à condition d’en avoir un sincère repentir ?

Notre Dame du Rosaire de Fatima, priez pour nous, pauvres pécheurs que nous sommes, et pour tous les pécheurs du monde maintenant et toujours.


Réflexions


On dit : « Ce sont les prêtres qui ont inventé la confession ». Quel intérêt les aurait guidés ? L’administration de ce sacrement est absolument gratuite. S'ils l'avaient inventé, ils s’en seraient dispensés. Or, prêtres, évêques, cardinaux, même le Pape, se confessent. On connaît le nom de beaucoup d’inventeurs célèbres et on ignorerait le nom de celui-ci ?

I. - Institution du Sacrement de Pénitence.

Disons tout de suite que nous savons que c’est Notre Seigneur lui-même, immédiatement après sa Résurrection, lorsque, apparaissant aux Apôtres réunis dans le Cénacle, il leur a dit : « Recevez le Saint Esprit. Les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettez ; ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez ». (Jn, 20, 23). C’est pourquoi, depuis les temps apostoliques, les hommes se confessent à des prêtres délégués par l’Église.

II. - La Confession répond à un besoin du cœur.

Le cœur a des besoins impérieux qui demandent à être satisfaits.

a) Besoin d’ouverture. Quand nous portons le poids de quelque souffrance intérieure, d’une grande préoccupation, de soucis considérables, nous cherchons un cœur ami pour y déverser le trop plein du nôtre.

b) Besoin de conseil et d’appui dans certaines affaires où nous avons besoin d’être dirigés et fortifiés pour l'action : Nul n’est juge dans sa propre cause. Le confesseur devient alors un merveilleux conseiller, surtout si on lui a permis de lire profondément dans l’âme, tel un médecin à qui le malade a bien exposé son état de santé.

c) Besoin de certitude. Il y en a qui trouvent le prêtre, cet « intermédiaire » entre eux et Dieu, inutile et gênant. Or, nous trouvons des « intermédiaires » dans toutes les administrations, et ceux qui prétendent se passer d’« intermédiaires » font de vraies confessions au médecin, au pharmacien, à un avoué, à un avocat. Confessions souvent pénibles. Un protestant me confiait, un jour : « Vous autres, catholiques, vous vous servez d’un intermédiaire pour obtenir le pardon de vos fautes. Nous autres, protestants, nous nous confessons directement à Christ. Seulement, lorsque votre « intermédiaire » vous dit : « Tu es absous », vous avez la certitude que vous êtes pardonnés ; nous autres, nous ne le savons jamais ».

Cet homme, « intermédiaire » entre Dieu et nous, n’est pas un homme comme les autres. Il a été consacré, ordonné à cet effet par l’Evêque, détenteur authentique des pouvoirs du Christ pour « lier et délier sur la terre ce qui est lié et délié dans le ciel ». (Matt. 16, 19). C’est en même temps une créature humaine, pour mieux comprendre la misère humaine, afin d’être miséricordieux « comme le Père ». (Lc. 6, 36).

On entend dire parfois : « C’est bien facile pour vous, catholiques, vous pouvez plus facilement pécher, puisque vous n’avez qu’à vous confesser et c’est fini ! » Erreur profonde. Non, ce n’est pas fini, puisque c’est alors que la pénitence commence, pour l’expiation. La pénitence bien minime imposée par le confesseur est plutôt symbolique pour nous rappeler le devoir de faire pénitence. Il reste maintenant au pénitent le devoir de pratiquer désormais une lutte sévère, le combat spirituel contre le mal. Le confessionnal n’est pas un « distributeur automatique » de pardon. Il y faut le cœur et la volonté de s’amender si nous voulons obtenir le pardon de nos péchés.

 

img001


(Pour conclure, on peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes