08 octobre 2021

Le Mois de Saint François d’Assise

Le Mois de Saint François d’Assise

 

SKMBT_C28017120415240-001

 

Neuvième jour

Premiers compagnons

 

Prélude : Représentons-nous les premiers Frères Mineurs autour de leur bienheureux Père, écoutant sa parole simple et persuasive, suivant ses pas.

 

Réflexions

 

« Peu à peu, dit Mgr de Ségur, les gens d'Assise comprirent qu'il y avait quelque chose de surnaturel dans la conduite de ce jeune homme. Aux dérisions succéda bientôt une sorte de vénération, surtout quand on vit un bourgeois riche et estimé, nommé Bernard de Quintavalle, et un prêtre, nommé Pierre de Catane, s'attacher à ses pas et son embrasser son genre de vie. D'autres suivirent cet exemple, vivant avec lui et comme lui d'aumônes, de privations, de dures austérités, priant toujours et donnant partout l'exemple des vertus évangéliques les plus sublimes.

Le dernier fut un beau chevalier, nommé Ange de Tancrède, que François rencontra un jour sur chemin. Il l'arrêta, et plein de l'esprit de Dieu, il lui dit : « Ange, descends de cheval ; laisse-là la milice du siècle et suis-moi. Désormais, tu auras pour armure la poussière du chemin et pour chaussure la boue de la terre ». Et Ange de Tancrède obéit aussitôt, reçut l’humble habit de la pauvreté, et devint le douzième des premiers Frères Mineurs. De retour à Assise, saint François groupa ses douze premiers compagnons auprès de l'humble petite église de la Portioncule, appelée aussi Notre Dame des Anges, qu'il avait, comme celle de Saint Damien, rebâtie de ses propres mains. Il y passait en oraison les jours et les nuits, fréquemment visité par une multitude d'esprits célestes, et priant ardemment la Mère de Dieu de le prendre, lui et ses bien aimés Frères, sous sa protection spéciale. Ce fut là, comme il se plaisait à le dire, qu'il fut comme enfanté par la Bienheureuse Vierge à la vie évangélique et apostolique. Bientôt après, François et les douze allèrent à Rome nu-pieds, mendiant leur pain, menant une vie plus angélique qu'humaine, pleins de ferveur, de joie sainte, d'humilité, de charité mutuelle, ne faisant, comme les premiers chrétiens, qu'un cœur et qu'une âme en Jésus-Christ.

Ces premiers compagnons de saint François n'avaient point encore de nom qui les distingua des autres religieux. « Si l'on vous demande qui vous êtes, leur avait dit le bienheureux Père, vous répondrez : Nous sommes des pénitents venus d’Assise ». Ce fut le Pape lui-même qui leur donna leur nom, sans s'en douter, lorsque approuvant leur règle, il dit pour les désigner : Istos Fratres Minores, c'est-à-dire « ces petits Frères », d'où leur est venu le nom de Frères Mineurs. Tout jeune encore, François était déjà un grand saint, consommé en mérites et en très sublimes vertus. Déjà Notre-Seigneur l'avait comblé de faveurs miraculeuses, et lui avait entre autres révélé que tous ses péchés lui étaient pardonnés, et qu'il allait devenir le Père d'un grand et saint Ordre, qui s'étendrait sur toute la terre et régénérerait l’Église et le monde ».

Quant à ses compagnons, c'étaient des hommes apostoliques, qui prêchaient partout la grandeur et la bonté de Dieu, l'obligation de l'aimer et d'observer sa loi, et de faire pénitence. Quand ils manquaient du nécessaire, ils s'en félicitaient, comme d'un trésor acheté au prix de tout leur bien. La singularité de leur habit, jointe à l'austérité de leur vie, choquait la plupart de ceux qui les voyaient. Ils furent même souvent insultés, couverts de boue, traînés par leur capuce et battus cruellement : ils l'enduraient avec joie, jugeant, au profit intérieur, que c'était un avantage. Ils n'avaient du chagrin que lorsque leur vertu attirait le respect et l'admiration des hommes.

 

Pratique : Suivre les exemples des Saints et se détacher de plus en plus de tout ce que le monde estime.

Invocation : Saint François, contempteur des biens et déshonneurs du siècle présent, détachez notre âme des biens terrestres.

 

Fioretti

La Règle de saint François

 

La Règle que notre saint fondateur donna à ses premiers compagnons était l'une simplicité incomparable. Elle pouvait se résumer en deux idées : saint François prenait le postulant qui se présentait à lui, lui enlevait tout, lui mettait sur le dos un pauvre sac de laine grossière, avec une grosse corde en guise de ceinture, et l'envoyait, pieds nus et tête nue, mendier son pain à travers le monde en lui disant : « Tu seras si mal que la terre que, bon gré mal gré, tu ne pourras plus regarder que le Ciel ». Telle était la première idée constitutive du Frère Mineur. La seconde n'était pas moins simple. Saint François présentait l'Evangile et la croix au nouveau frère, et lui disait : « Voici ta Règle. Je ne t'en donne point d'autre. La vie de communauté que nous mènerons ensemble, n'en sera que le cadre. Et maintenant, viens, suis-moi, porte ta croix tous les jours, et sois parfait. Avec moi tu aimeras Jésus, tu feras pénitence et tu prêcheras la pénitence. Le séraphique saint François, par Mgr De Ségur).

 

001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de St François d’Assise

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes