Le Mois de Saint Joseph

 

283_001-1

 

Dix-septième jour

17 mars

 

L'amour de Joseph pour l’Enfant Jésus

 

Prélude : Contemplons saint Joseph tenant entre ses bras le divin enfant Jésus : il le presse sur son cœur, reçoit ses, caresses, le porte avec un respect mêlé d'un amour qui ravit les anges.

 

Méditation

 

Considérons maintenant avec saint Alphonse de Liguori l'amour que Joseph eut pour Jésus.

Dieu, dit ce grand saint, ayant choisi Joseph pour servir de père à Jésus, dut certainement mettre dans son cœur un amour de père, et de père d'un tel fils, qui était si aimable et qui était Dieu. L'amour de Joseph ne fut donc pas seulement naturel, comme celui des autres pères, mais encore surnaturel, puisqu'il trouvait dans la même personne un fils et un Dieu. Joseph savait par la révélation certaine et divine de l'ange que cet enfant, dont il se voyait toujours accompagné, était le Verbe divin qui, pour l'amour des hommes et pour amour de lui en particulier, s'était fait homme ; il savait que cet enfant adorable l'avait lui-même choisi entre tous pour être le gardien de sa vie, et qu'il voulait être appelé son fils.

Essayons de nous figurer quel incendie d'amour toutes ces considérations devaient allumer dans le cœur de Joseph, lorsqu'il voyait son divin Maître le servir comme un simple ouvrier, tantôt ouvrir ou fermer la boutique, tantôt l'aider à scier le bois, tantôt manier le rabot ou la hache, tantôt ramasser les copeaux et balayer la maison ; en un mot, lui obéir en tout ce qu'il lui ordonnait et ne rien faire en dehors de son autorité.

Arrêtons-nous à ces pensées : elles sont trop sublimes pour avoir besoin des développements que la plume pourrait leur donner. Contemplons Jésus, le Roi des rois, devenu l'humble apprenti de Joseph, son serviteur empressé et obéissant. Ah ! nous ne saurions prolonger longtemps notre méditation sans nous sentir profondément touchés d'un abaissement aussi prodigieux, et nous partagerons bien vite quelques-uns des sentiments d'amour que ce spectacle attendrissant faisait naître dans le cœur si pieux et si tendre de Joseph.

 

solution : Faire quelquefois notre visite au saint Sacrement en union avec saint Joseph contemplant l'enfant Jésus dans la boutique de Nazareth.

 

Bouquet spirituel : « Le Seigneur l'avait établi maître de sa maison ». (Psaume 104, 24).

 

Exemple

La lettre d'une pauvre fille

 

Le R. Père Huguet cite la lettre suivante comme ayant été écrite par une pauvre petite fille, enfant si misérable qu'elle n'avait que des haillons pour se couvrir. « Aimable saint Joseph, qui avez toujours été si pauvre, qui avez gardé l'enfant Jésus, qui a voulu être pauvre pour nous, obtenez-moi la grâce d'aimer toujours ma pauvreté ; que mes parents l'aiment aussi, qu'ils ne murmurent point contre le bon Dieu, qui nous veut pauvres et, par conséquent, plus semblables à son divin Fils. Oh ! que nous sommes heureux ! (La dévotion à saint Joseph inspirée à la jeunesse).

 

70889569_2506420436081101_7640343049708503040_n-001

 

Prières à Saint Joseph composées par Saint Alphonse de Liguori

Pour être récitées les sept jours consécutifs précédant la fête du 19 mars

 

17 mars

 

Ô Mon saint Protecteur, vous aviez droit à la mort sainte que vous avez faite, puisque votre vie avait été si pure et si sainte. Pour moi, je mériterais une mort malheureuse, en punition de ma mauvaise vie. Mais, si vous me défendez, je ne me perdrai pas. Vous n'avez pas été seulement le grand ami de mon juge, mais vous avez été son gardien et son père nourricier. Si vous me recommandez à Jésus, il ne saurait me condamner. Ô mon saint Patriarche, après Marie, je vous choisis pour mon principal avocat et protecteur. Je vous promets pour le reste de ma vie de vous honorer chaque jour par quelque hommage spécial et de me mettre sous votre patronage. Je ne le mérite pas, mais vous, par l'amour que vous avez eu pour Jésus et pour Marie, acceptez-moi, comme votre serviteur à jamais. Par la douce compagnie que Jésus et Marie vous tinrent pendant votre vie, protégez-moi toujours pendant ma vie, afin que je ne me sépare jamais de Dieu et que je ne perde jamais sa grâce. Par l'assistance que Jésus et Marie vous donnèrent au moment de votre mort, protégez-moi spécialement à l'heure de la mienne, afin qu'en ce moment, accompagné de vous, de Jésus, de Marie, je puisse aller un jour vous remercier dans le paradis, louer et aimer éternellement mon Dieu en votre compagnie.

Ô Vierge très sainte, mon espérance, vous savez déjà qu'appuyé d'abord sur les mérites de Jésus-Christ et ensuite sur votre intercession, j'espère faire une bonne mort et vous servir. Ô ma Mère, ne m'abandonnez pas, mais assistez-moi au grand et solennel moment de ma mort. Obtenez-moi la grâce d'expirer en vous appelant et en vous aimant, vous et Dieu.

Et vous, mon cher Rédempteur, qui devez être un jour mon juge, ah ! pardonnez-moi toutes les offenses que je vous ai faites, je m'en repens de tout mon cœur. Mais pardonnez-moi avant qu'arrive l'heure de ma mort, où vous devez me jugez. Malheureux, j'ai perdu tant d'années à ne pas vous aimer ! Ah ! donnez-moi la grâce de vous aimer et de vous aimer beaucoup pendant le plus ou moins longtemps qu'il me reste à vivre ! Et lorsque sera venue l'heure de mon passage de cette vie à l'éternité, faites-moi mourir embrasé d'amour pour vous. Je vous aime, ô mon Rédempteur, mon Dieu, mon amour, mon tout. Je ne cherche pas d'autre grâce que celle de vous aimer, je désire et je vous demande le paradis pour vous aimer de toutes mes forces et pendant toute l'éternité. Ainsi soit-il. J'espère qu'il en sera ainsi. Jésus, Marie, Joseph ! je vous donne mon cœur et mon âme! Jésus, Marie, Joseph, faites-moi agoniser et mourir en votre compagnie !

 

Saint Joseph (Beaulieu)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Saint Joseph, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook