Le Mois de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

 

152_001 (2)-001

 

Vingt-septième jour

27 avril

 

Le grand cri

 

Prélude : Écoutons avec respect et amour l'écho de ce grand cri que Jésus a jeté sur le Calvaire en remettant son esprit entre les mains de son Père.

 

Méditation

 

Jésus crie à haute voix, pour faire éclater sa puissance et montrer la vérité de ce qu'il avait dit qu'il disposait de sa vie selon son bon plaisir.

Il crie à haute voix, pour témoigner avec quelle violence son âme se sépare de son corps, et rompt la plus belle union qui fut jamais.

Il crie à haute voix, pour appeler toute la nature et convier tous les hommes à contempler un Homme-Dieu mourant en croix par la main des hommes et pour le salut des hommes.

Il crie à haute voix pour effrayer ses ennemis et publier la victoire qu'il remporte sur la puissance des ténèbres.

« Mon père, dit Jésus mourant, je recommande mon esprit entre vos mains ». Dernières paroles que je dois méditer avec amour.

Il ne dit pas mon Dieu, mais mon Père, pour témoigner sa confiance et nous en enseigner la pratique dans ce combat, le plus terrible et le plus difficile de tous.

Il ne lui recommande pas richesses, car il n'en a point, et nul n'en emporte de ce monde.

Il ne lui recommande point son honneur, car il a choisi le mépris, et nous devons mourir dans l'humilité et la confusion.

Il ne lui recommande point son corps, qu'il a abandonné aux souffrances et à la mort.

Il lui recommande son esprit, comme étant la principale partie de l'être humain, et il le remet entre les mains de Dieu, parce que Dieu seul a le droit de reprendre ce qu'il nous a donné.

Unissons donc notre voix à celle de notre aimable Sauveur, et disons souvent avec lui, pendant la vie, pour le redire à la mort : « Mon Dieu et mon Père, je recommande mon âme entre vos mains, retirez-la, Seigneur, des mains de ses ennemis. Arrachez-la à la gueule des lions, car elle est unique, et vous savez que votre Fils vous l'a recommandée en mourant ».

Sur le point de mourir, Jésus baissa la tête, pour montrer qu'il est le maître de la mort, et qu'elle n'oserait s'approcher s'il ne le lui permettait ; pour montrer combien le fardeau de nos péchés est pesant, puisqu'il est contraint de plier sous le faix ; pour témoigner l'obéissance qu'il rend à son Père, en mourant sur son ordre ; pour marquer la terre où il doit être enseveli, et les limbes où son âme allait descendre.

 

Pratique : Porter souvent notre pensée vers le lieu où notre corps et notre âme doivent aller après la mort.

Bouquet spirituel : « Mon Père, je recommande mon âme entre vos mains ! »

 

via_crucis

 

Pour recevoir les méditations du Mois de la Passion, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook