Le Mois de Marie, reine de France

 

Mater amabilis

 

Troisième jour

Culte de Marie

 

Trois mots résument le culte que nous devons à Marie : 1° imitation ; 2° vénération ; 3° invocation.

 

Imitation

 

Imitons Marie : elle est la Mère de Jésus, elle est notre Mère.

Dieu s'est fait homme, Dieu s'est fait semblable à nous, afin qu'il nous fût possible de l'imiter et de lui devenir semblables. Mais si Jésus est homme comme nous, il est Dieu cependant ; sa perfection est humaine, sans doute, mais en même temps elle est divine. Le modèle est désespérant. Abaissez un peu vos regards, arrêtez-les sur Marie. Comme vous, Marie est une simple créature ; imitez la, vous serez néanmoins semblable à Jésus.

Car il est une loi de la nature en vertu de laquelle, généralement, le fils ressemble à son père et à sa mère. Considérez Jésus. Comme Dieu, il est l'image consubstantielle du Père, le reflet, la splendeur de sa gloire. Comme homme, il est l'image de sa mère. Mais ici l'ordre même demande que la règle soit renversée. C'est au plus parfait de servir de type et non au moins parfait. Marie donc a dû d'avance être modelée sur le type de Jésus, et ainsi à son entrée dans le monde, Jésus, quoique incomparablement plus parfait, s'est trouvé semblable à sa Mère, qui, de son côté, pour devenir de plus en plus semblable à son Fils, n'a cessé, à partir de la naissance de l'Enfant divin de contempler ce modèle achevé, d'en étudier, d'en comparer, d'en conserver tous les traits, et de les reproduire dans sa vie : Maria autem conservabat omnia verba hæc, conferens in corde suo. Donc imitons Marie, Mère de Jésus, elle est semblable à Jésus. Ressemblons à la Mère, nous ressemblerons au Fils.

Elle est aussi notre Mère. Imitons-la, si nous voulons qu'en nous elle reconnaisse ses enfants. Imitons-la, afin de ressembler à son premier-né, si nous voulons qu'en nous elle retrouve les frères de Jésus.

 

Vierge Noire de Chartres

 

Les Rois et Notre Dame de Chartres

 

On ne s'étonnera pas si Notre Dame de Chartres jouit désormais d'une célébrité toujours croissante. Parmi les rois de France, il en est peu qui ne soient venus lui rendre hommage. Nommons d'abord Eudes, Robert le Pieux, Henri Ier, Philippe Ier.

Louis VI dit le Gros (1118) était en guerre avec Thibaut IV. Chartres obéissait à son ennemi, mais le Roi n'osa pas attaquer la cité de Marie. Il pouvait y entrer en vainqueur, il se présenta en pèlerin et il se prosterna aux pieds de l'antique statue.

Le vainqueur de Bouvines, Philippe Auguste, qui devait cette victoire à la protection de Marie, eut bientôt à remercier N. D. de Chartres d'une faveur non moins insigne. Philippe n'avait pas d'héritier, Isabelle son épouse vint à Chartres. Elle y priait devant l'image de la Vierge-Mère, quand soudain quatre cierges s'allumèrent d'eux-mêmes. (Guillaume le Breton.) Elle eut un fils qui régna sous le nom de Louis VIII dit le Lion.

L'épouse de Louis le Lion, Blanche de Castille, elle aussi, était frappée de stérilité. Elle vint prier dans la grotte et Dieu lui donna plusieurs fils. L'aîné fut saint Louis. Chartres le verra deux fois prosterné aux pieds de l'image de Celle qui était doublement sa mère : sa mère comme chrétien, sa mère par le miracle de sa naissance.

Les Français et les Flamands étaient aux prises à Mons-en-Puelle (17 août 1304). Philippe le Bel, vivement pressé par l'ennemi, invoque Notre Dame de Chartres, et il échappe à la mort. Pour accomplir le vœu qu'il avait fait au moment du danger, il vint à Chartres monté sur le même cheval de guerre et revêtu des mêmes armes qu'au jour de la bataille et il fit hommage de l'armure et du coursier à Celle qui lui avait donné la victoire.

Vingt-quatre ans après (23 août 1328), Philippe de Valois remportait encore sur les mêmes ennemis une victoire insigne au Mont-Cassel. Là encore la valeur des Flamands forçait le roi français à invoquer Marie. Le vainqueur fit hommage de son triomphe à Notre Dame de Paris, mais le témoignage de sa reconnaissance lui eût paru incomplet s'il ne fût venu en renouveler l'expression aux pieds de Notre Dame de Chartres.

Le roi Jean se rendit trois fois à Chartres, portant l'humble bâton du pèlerin. Mais l'heure de l'épreuve avait sonné pour la France ; la funeste bataille de Poitiers la livra aux Anglais.

Le Dauphin, qui fut depuis Charles V le Sage, fait pieds nus, le pèlerinage de Chartres ; Marie va se montrer.

Partout victorieux jusque-là, l'anglais Édouard III arrive devant Chartres (1360). Les habitants s'adressent à la Vierge sainte. Soudain un terrible orage éclate sur le camp des Anglais. Les tentes sont culbutées, les armes et les bagages sont emportés par les eaux, d'énormes grêlons tombent sur l'armée. Déjà mille hommes d'armes et six mille chevaux avaient péri. Édouard alors se tourne vers la cathédrale, il se met à genoux et s'adressant à Notre Dame de Chartres il fait vœu d'accorder la paix à la France. À l'instant l'ouragan s'apaise. Peu après la paix était signée à Brétigny, près de Chartres.

Notre Dame de Chartres avait déjà donné à la France deux rois, Louis VIII le Lion et Louis IX le Saint, elle va prendre sous sa haute protection une branche de la famille de saint Louis qui doit un jour élever au plus haut degré le royaume très chrétien.

C'était sous Charles VI : un jour on vit entrer à Chartres cent chevaliers qui, tenant chacun à la main, non le glaive, mais un cierge allumé, vinrent se présenter à la porte de la cathédrale. Louis de Bourbon, comte de Vendôme, pieds nus, suivait humblement ce brillant cortège. Arrivé à la porte royale, le prince se met à genoux sur les degrés, il raconte comment Marie l'a délivré des mains de Jacques, son frère, qui le retenait dans une rude captivité. Puis il se lève, il se rend devant l'image de la Vierge Marie et il se déclare son homme-lige. C'est de cette branche illustre que sortiront les rois dont Henri IV sera le premier.

Louis XII, François Ier, François II, Charles IX, Henri III, firent le pèlerinage de Chartres. Mais l'action doit répondre à la prière. Ces rois oublièrent que leur premier devoir était de maintenir la royauté du Fils de Marie. Louis XII se heurta contre le Pape ; il mourut sans postérité. Les trois autres par leur négligence laissent l'hérésie se glisser, en France. Sous Henri III elle marchera la tête levée, menaçant également la religion et la royauté. Heureusement Notre Dame de Chartres veillait.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook