05 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

LE SAINT NOM DE MARIE SDJ

 

Septième jour

Les armes de Marie

 

Par les armes de Marie, j'entends ce que saint Paul appelle le glaive de l'esprit ou la parole de Dieu. Gladium spiritus quod est verbum Dei (Ep. 6, 17).

C'est d'abord le saint nom de Marie. Invoquez-le sans cesse, surtout dans le danger, surtout dans la tentation. Mariam cogita, Mariam invoca. Pensez à Marie, invoquez Marie. Que ce nom si doux et si puissant soit toujours sur vos lèvres, toujours dans votre cœur : Non recedat ab ore, non recedat a corde. (Saint Bernard).

La Salutation angélique est, après le Pater, la prière par excellence. Elle rappelle l'Incarnation du Verbe et la maternité divine de la Vierge, double mystère qui suppose et qui rappelle aussi et la Trinité des Personnes divines et la Conception immaculée de Marie : la Trinité, le Père envoyant le Fils, le Fils s'incarnant dans le sein de Marie par l'opération du Saint Esprit ; l'Immaculée Conception, par laquelle Marie est pleine de grâce, gratia plena ; inséparable du Seigneur, Dominus tecum ; bénie entre les femmes, benedicta tu in mulieribus ; l'Immaculée Conception, sans laquelle Marie n'eût pas été digne de devenir la Mère d'un Dieu. Cette prière résume donc toute la religion chrétienne.

Nous y retrouvons aussi les Saints Noms de Jésus et de Marie.

La première partie fut inspirée par l'Esprit Saint à l'ange messager de l'Incarnation ; puis à Élisabeth, qui la première proclama la maternité divine de Marie.

La seconde partie, composée par l'Église, exprime la prière la plus importante que nous puissions formuler. Deux instants sont pour nous décisifs : le moment présent, auquel répond une éternité, le nunc qui seul est en notre pouvoir ; le moment de la mort, la dernière heure de la vie du temps et d'ici-bas, d'où dépend l'éternité entière. L'Église nous fait invoquer le secours de Marie pour ce double instant : Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvre pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.

Récitez donc souvent l'Ave Maria, répétez-le sans cesse ; l'Église n'épargne rien pour nous engager à réitérer cette salutation si glorieuse à Marie, si terrible au démon, si salutaire pour nous.

De là l'Angélus, qu'en certaines contrées on appelle simplement l'Ave Maria ; de là le Chapelet ou le Rosaire, qui est une répétition continue de l'Ave Maria.

L'Angélus. Trois fois le jour la cloche vous rappelle toute la religion : la Trinité des Personnes divines, par cette triple invitation et par la triple répétition de l'Ave Maria ; l'Incarnation, par les paroles qui contiennent le récit de ce mystère ; la naissance, la mort et la résurrection de Jésus-Christ, en d'autres termes les mystères joyeux, douloureux et glorieux, résumés dans l'oraison qui conclut ; enfin ; l'humilité et l'obéissance de Marie si bien exprimées par sa réponse au messager céleste : « Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait suivant votre parole » ; et son élévation à la dignité de Mère de Dieu, rappelée par ces mots : « Et le Verbe s'est fait chair, et il a habité parmi nous ». Cette pratique fut instituée pour implorer le secours de Marie contre les infidèles ; de nos jours l'Église est attaquée par une légion d'incrédules plus dangereuse, plus acharnée, plus funeste que ne le furent les Musulmans et les autres barbares : l'Angélus n'a donc rien perdu de son opportunité.

 

Notre Dame de Paris

 

Les rois et les docteurs

 

Vers l'an 910, Paris et les environs furent désolés par un fléau qu'on nomma le mal des ardents. Tous ceux qui purent se réfugier à Notre Dame de Paris furent sauvés. Hugues le Grand les y nourrissait à ses frais.

Le roi Robert le Pieux fit ériger dans le palais un oratoire dédié à Marie, qui augmenté et transformé par saint Louis, devint la Sainte Chapelle.

Dans l'abbaye de Saint Victor, située sur la rive gauche de la Seine, il existait une chapelle souterraine consacrée à Notre Dame de Bonne Nouvelle. C'était là que le moine Adam de Saint Victor, célèbre poète latin du moyen âge, aimait à chanter les louanges de Marie. Un jour il y composait une prose qui débute par ces mots : « Salve Mater Salvatoris ». Tout à coup saisi d'un pieux transport il s'écrie : « Salve, mater pietatis, et totius Trinitatis nobile triclinium, Verbi tamen incarnati speciale majestati præparans hospitium ».

Aussitôt la crypte s'illumine et Marie apparaît inclinant la tête comme si elle eut voulu approuver le poète et le remercier.

Cependant l'antique église dont Clovis avait posé la première pierre dans la cité ne paraissait digne ni de Marie ni de la capitale. Grâce à ses talents et à son mérite, Maurice de Sully, ainsi nommé du lieu de son origine, était devenu évêque de Paris malgré l'obscurité de sa naissance. Il entreprit de rebâtir la basilique de Notre Dame de Paris, Louis le Jeune et les rois ses successeurs, Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe III aidèrent puissamment à cette construction.

Louis le Jeune avait été élevé dans le cloître de Notre Dame, aussi tenait-il Marie pour sa mère.

En 1248, saint Louis fit construire la Sainte Chapelle pour y déposer la couronne d'épines. Mais la partie basse demeura consacrée à Marie.

En 1304 les docteurs de la Sorbonne s'étaient rassemblés pour discuter sur la Conception immaculée de Marie. Le célèbre Duns Scot se rendant à la réunion, s'arrêta devant une statue de Notre Dame qui se trouvait au milieu de la cour d'entrée : « Vierge sainte, lui dit-il, donnez-moi de vous louer dignement et de confondre vos ennemis ». La statue s'inclina. Duns Scot parla si bien que ce jour-là même, l'Université de Paris décréta que désormais nul ne serait reçu docteur s'il ne jurait de soutenir le privilège de l'Immaculée Conception de Marie.

Cette même année 1304 nous rappelle la victoire de Mons-en-Puelle gagnée le 17 août par Philippe le Bel. Ailleurs nous avons dit que le vainqueur fit hommage à Notre Dame de Chartres du cheval et des armes qui lui avaient servi en cette fameuse journée. Nous devons ajouter ici que, d'après l'intention du roi, la fête commémorative de cette victoire se célébrait à Paris le 18 août.

Le 23 août 1328, Philippe de Valois remporta au Mont-Cassel, une victoire qu'il attribua également à l'intervention de Marie ; aussi, de retour dans la capitale, il se rendit tout droit à Notre Dame et il y entra monté sur le même cheval et revêtu des mêmes armes qu'au jour de la bataille. Il s'avança ainsi jusqu'au crucifix et il offrit à Marie tout son appareil de guerre. Il fit ensuite le pèlerinage de Chartres pour y renouveler le témoignage de sa reconnaissance.

Puis vinrent les jours mauvais. Pendant la captivité du roi Jean, la ville de Paris fit vœu de présenter tous les ans à l'église de Notre Dame, un cierge dont la longueur égalerait la circonférence des murs d'enceinte. Cette offrande se fit jusqu'en 1603. À cette époque la longue bougie roulée fut remplacée par une lampe d'argent en forme de navire, symbole de la ville, et par un gros cierge. Louis XIV ajouta six lampes à celle de Paris. L'hommage du cierge dura jusqu'en 1789.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

992_001

 

Sixième jour

L'Armure de Marie

 

L'armure de Marie se compose, si l'on veut, de trois pièces principales : le scapulaire, la médaille, l'image.

Revêtez le scapulaire : il sera pour vous la cuirasse de justice, de foi et de charité dont parle saint Paul. (Ep. 6, 14 ; et I Th. 5, 8). Marie a promis que celui qui mourrait couvert de cette sainte livrée serait préservé des feux de l'enfer : In quo quis moriens æternum non patietur incendium. Si vous lui êtes fidèle, fallut-il un miracle pour vous préserver du péché, ou pour vous en retirer par la contrition par faite ou par la confession, Marie sera fidèle à sa promesse. Mais prenez garde : si vous ne comptez le péché pour rien, si vous vous faites l'esclave de la passion ou du respect humain, si vous vous livrez à l'indifférence, à l'incrédulité, à l'impiété, quel cas ferez-vous du scapulaire ? Vous le laisserez, vous l'oublierez, vous le rejetterez, et vous obligerez Marie à vous laisser et à vous oublier à son tour.

Au scapulaire du Carmel ajoutez celui de l'Immaculée Conception, et priez pour la réforme des mœurs et la conversion des pécheurs. Cette pratique donne droit à gagner les indulgences de Jérusalem, des sept basiliques de Rome, de la Portioncule et de saint Jacques de Compostelle, sans qu'il soit nécessaire de se confesser et de communier, toutes les fois que l'on récite six Pater, Ave et Gloria en l'honneur de la Sainte Trinité et de l'Immaculée Conception et aux intentions du Pape.

Portez sur vous une médaille de Marie, surtout la médaille dite miraculeuse. Elle vous servira de bouclier pour repousser les traits enflammés de l'ennemi. (Ep. 6, 16). Enfin que l'image de Marie soit toujours exposée en quelque endroit où vos yeux puissent facilement la rencontrer. Elle sera comme un étendard dont la présence vous rappellera sans cesse vos engagements.

 

Notre-Dame_statue-notre-dame-couleurs

 

Marie à Paris

 

Sur la rive gauche de la Seine, au milieu des champs, s'élevait, dit-on, un temple consacré à Cérès. On rapporte que saint Denis étant venu prêcher l'Evangile à Paris, purifia ce temple et le dédia au culte de Marie, qui y fut honorée sous le titre de Notre Dame des Champs.

Denis avait vu la très sainte Vierge, et il avait été si frappé de la majesté de sa personne, que si la foi ne l'eut retenu, il se fut prosterné à ses pieds pour l'adorer. Il apportait dans la Gaule un portrait de l'auguste Vierge, qui fut conservé longtemps dans l'église de Notre Dame des Champs. Cet oratoire a perdu son ancien nom, c'est aujourd'hui la chapelle du couvent des Carmélites de la rue d'Enfer. Lors de l'invasion des Francs, Paris se trouvait à peu près tout entier compris dans l'île appelée aujourd'hui encore la Cité. Il y avait là un temple de Druides. Ce fut sur l'emplacement de cet édifice que Clovis, devenu chrétien, posa la première pierre d'une église qui, après plus d'une transformation, est devenue la majestueuse basilique de Notre Dame de Paris. La première construction fut achevée par Childebert.

On peut donc dire que dès lors, Marie avait pris possession de la capitale future de la France. Elle saura la défendre.

En 885, Sigefroy avec trente mille Normands vint assiéger Paris, qui déjà s'étendait sur les deux rives du fleuve. Pour atteindre les murailles, les barbares comblent les fossés avec les cadavres des prisonniers et ils se disposent à passer sur ce pont humain. À cette vue, outré de douleur, l'évêque Gauzelin lève les yeux au ciel, il invoque Marie, puis saisissant un arc il décoche une flèche contre Sigefroy et le renverse mort. Déconcertés par la chute de leur chef, les Normands prennent la fuite. Paris est sauvé. L'image de Marie fut promenée en triomphe dans les rues et reçut les hommages de la reconnaissance publique.

 

ND de France-001

 

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook