17 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Nuée de feu au désert-001

 

Dix-huitième jour

La Colonne de nuée

 

Exode 14, 19, 20

 

Nuée pendant le jour, feu pendant la nuit, la colonne mystérieuse qui accompagne Israël, le défend le jour contre les ardeurs du soleil, la nuit contre les surprises de l'ennemi ; obscure du côté des Égyptiens, elle ne leur permet pas d'avancer contre le peuple de Dieu ; lumineuse du côté des Hébreux, elle les rassure contre les terreurs nocturnes.

Marie est à la fois une mère douce et tendre pour ses enfants, une reine puissante et redoutable contre leurs adversaires. Elle défend ses enfants contre les ardeurs de la passion et contre les surprises de l'ennemi qu'elle arrête et qu'elle aveugle en même temps.

Les sages et les puissants de l'Égypte, les princes du siècle, les prétendus philosophes et les prétendus politiques ont voulu enfermer les enfants de Dieu dans ce qu'ils nomment les idées et les principes modernes ; ils croyaient déjà les tenir dans le dédale et le réseau de leurs lois aussi mesquines que perverses. Mais l'Église, lumineuse pour les intelligences dociles et pour les cœurs purs, arrête par les obscurités de la foi les sages et les prudents de ce monde. Ils étaient dignes de perdre la lumière et d'être enfermés dans les ténèbres ceux qui tenaient enfermés les enfants de Dieu (Sg 18, 4).

Toujours la sagesse de ce siècle et des princes de ce siècle aboutit à la mer Rouge, symbole de ces révolutions sanglantes qui absorbent toujours et leurs auteurs et leurs partisans. Sapientiam vero non hujus sæculi, neque principum hujus sæculi, qui destruuntur. (1 Co. 2, 6).

 

Notre Dame des Grâces de Cambrai

 

Notre Dame de Grâce (Cambrai)

 

On donne à Cambrai le nom de Ville de la Vierge. C'est le nom qui lui sied. L'antique cité gauloise, Cameracum, reçut la foi, au premier siècle, des envoyés même de saint Pierre, compagnons de saint Denis ; et dès le jour où la jeune cité chrétienne fléchit le genou devant la croix, Marie mère du Crucifié étendit sur elle sa main toute puissante.

Après les invasions barbares, la métropole cambrésienne se releva de ses ruines par les soins de son évêque saint Waast, disciple de saint Remy et catéchiste de Clovis. Cambrai ressuscita à la fois dans les mêmes eaux où le fier Sicambre trouva la vie (496) .

Inutile de suivre dans ses détails le rapide accroissement du culte de Marie dans ces contrées. Remarquons toutefois que, dès le XIe siècle, son nom est honoré dans tout le nord de la France ; c'est Notre Dame de Cambrai, Notre Dame la Grande.

Les seigneurs de Cambrésis lui rendent hommage comme à leur reine. Les peuples la saluent comme leur sauvegarde. Saint Bernard, inspiré de l'esprit de Dieu qui répand par ses mains les miracles et les bienfaits, vient la prier et dit la messe à son autel. Saint Louis a appris à l'invoquer, et pour marquer sa confiance et son respect, il lui envoie une couronne d'or enrichie de pierres précieuses. Les drapeaux de Rosebeck sont déposés à ses pieds.

Son culte est un culte politique. Ses monnaies sont frappées à son effigie. Son image, palladium sacré, la représente debout, couronnée, tenant en main le sceptre ; son bras gauche entoure l'enfant Jésus assis sur l'écusson aux trois lions du comté de Cambrésis. La Souveraine s'appuie sur les armes de son royaume. Ainsi la foi pénétrait toutes choses. Jésus-Christ régnait.

L'an du salut 1440, un chanoine de la métropole de Cambrai, Fursy de Bruille, se trouvait à Rome. Il était sur le point de quitter la ville pontificale, lorsque l'un des princes de la sainte Église se présenta à lui, disant que, pour obéir à une révélation venue de Dieu, il voulait faire don à l'église métropolitaine de Cambrai d'un trésor précieux dont il était dépositaire. Ce trésor était l'image de Notre Dame de Grâce telle que nous la vénérons aujourd'hui.

Théodore, lecteur de l'église de Constantinople vers l'an 530, rapporte qu'aux temps qui suivirent la conversion de Constantin, on envoya à l'impératrice Pulchérie, petite fille du grand Théodose, un portrait de la très sainte Vierge Marie, conservé jusqu'à cette époque à Jérusalem, et que la tradition chrétienne de cette ville, où vécut la Mère de Dieu, attribuait au pinceau de l'évangéliste saint Luc.

Pulchérie fit bâtir un temple où elle déposa la sainte Image, qui devint aussitôt l'objet d'une grande vénération pour les fidèles de la cité impériale.

Vers le milieu du XVe siècle, lorsque les armées mahométanes envahirent l'empire romain d'Orient l'on se hâta d'enlever et de transporter en Occident les reliques et les objets précieux. De ce nombre fut l'image de Notre Dame de Grâce. Apportée à Rome, remise entre des mains fidèles, la divine Providence la destinait aux contrées, si pleines de foi et de piété, du nord de la France comme gage de sa divine protection.

Les Cambraisiens furent fidèles à leur mission, ils déposèrent précieusement l'Image sainte dans l'ancienne cathédrale de Cambrai, chef-d'œuvre de l'art gothique, que l'on appelait « la merveille du Nord » et que les séïdes de Joseph Lebon détruisirent, aux jours néfastes de la première République.

On était alors, nous l'avons dit, au milieu du XVe siècle, en l'année 1450. Les Flandres, le Hainaut, la Picardie, l'Ostrevant accoururent aussitôt contempler ces traits copiés sur le divin original lui même.

Dès 1454, Bruges envoie le premier dés peintres de sa célèbre école en prendre trois copies, et le culte de Notre Dame de Grâce se répand dans les provinces belges.

En 1557, Philippe le Bon, duc de Bourgogne, implore sa protection et lui offre des présents.

Louis XI suspend à la voûte de son sanctuaire une grande couronne ornée de douze flambeaux d'argent, sur laquelle on lit l'inscription suivante : « L'an de l’Incarnation mil quatre cent LXXVIII Louis XI du nom, roi de France OU TOUT HONNEUR LUIT, fonda ici l'an susdit pour décorer la Mère de grâce : prions jour et nuit Jésus qu'il ne périsse de âme ».

En 1529, la Paix des Dames se signe à Cambrai. C'est au pied de l'Image miraculeuse que le traité est ratifié.

Ainsi, tout aboutit à ce sanctuaire béni. Cambrai et Notre Dame de Grace, c'est un même amour, un même patriotisme, un même culte. Son image domine la porte principale de l'hôtel de ville. Quatre des portes de la cité sont placées sous sa protection. Dans les rues, sur les maisons, ses traits apparaissent reproduits par la sculpture et la peinture.

Et lorsque dans les années 1649 et 1657, à deux reprises différentes, Cambrai sans défense est assiégée par des ennemis victorieux, et que soudain nos pères, après avoir passé la nuit aux pieds de leur Patronne, se voient deux fois miraculeusement délivrés, l'enthousiasme alors est à son comble.

Par Notre Dame de Grâce, Cambrai est délivrée, disent les médailles commémoratives frappées à cette époque, avec une profusion que l'élan de la reconnaissance peut seul expliquer : « Condeo Urbem liberanti ; par Notre Dame de Grâce, son altesse Condé Cambrai a délivré » ; Condé , qui, en entrant dans la ville dont il venait de faire lever le siège, ne voulut descendre de cheval qu'au seuil même du sanctuaire de Notre Dame de Grâce.

Et les pays d'alentour accoururent remercier Celle qui en sauvant Cambrai, les sauva eux-mêmes.

Trois mille Valenciennois offrent une lampe d'or sur laquelle se voyaient les patrons des trois paroisses de cette ville, Saint Vaast, Saint Nicolas, Saint Jacques. Une inscription rappelle la cause de ce présent : « En vain, dit-elle, est attaquée par l'ennemi la ville dont Marie est la Protectrice... Les habitants ont fait don de cette lampe à Notre Dame de Grâce, parce qu'en délivrant Cambrai, elle a aussi sauvé Valenciennes des fureurs ennemies ». Sept mille pèlerins viennent de Douai. Bouchain apporte un cierge monumental avec cette devise : « À Notre Dame de Grâce, pour la délivrance de Cambrai, l'an 1657, le peuple de Bouchain ».

De 1649 à 1660, les fêtes, les pèlerinages se succédèrent. Ce fut un long cri de reconnaissance pour Celle dont la main toute puissante avait arrêté les armées victorieuses.

Ainsi qu'Israël délivré chanta la gloire de Judith, ainsi la cité de la Vierge célébra les louanges de la Judith moderne en laquelle, aux heures de danger, elle avait mis sa confiance et son espoir.

L'image de Notre Dame de Grâce était placée dans la chapelle de la Sainte Trinité, au-dessus de l'autel. On a encore la pierre de cet autel sur lequel Fénelon célébrait chaque jour la sainte messe. (Extrait du Pèlerin).

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook