02 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

65825A

 

Troisième jour

 

Sainte Philomène agrée la prière d’une mère qui lui consacre ses enfants

 

Cette pieuse mère, au dire de M. l’abbé Garnier, venait d’atteindre sa soixante-neuvième année, quand elle raconta le fait suivant qui doit intéresser toutes les mères chrétiennes qui le liront.

Elle avait eu quatre enfants ; les premiers étaient morts à la fleur de l'âge, et le seul qui lui restait avait été marié jeune encore. Il perdit son épouse au bout de dix ans de mariage, et demeura veuf avec plusieurs enfants, dont deux garçons et deux filles. Il mourut quelque temps après, à la suite d’une fièvre muqueuse. La bonne mère fut donc chargée de la petite famille, qu’elle éleva aussi chrétiennement que possible.

Comme cette respectable mère sentait sa fin approcher, elle se tourmentait à la pensée qu’elle allait laisser ici-bas ses enfants chéris sans guide, sans protecteur, sans soutien. Elle eut l’heureuse idée d’aller les recommander à sainte Philomène, et fit à cette fin le pèlerinage d’Ars, où comme il a été dit déjà, il y a une chapelle célèbre sous le vocable de la grande Sainte. Voici son récit :

« Je partis de Dijon à midi, et le chemin de fer me descendit à Villefranche, vers cinq heures et demie. Je voulus, par respect, faire à pied le trajet de cette station à Ars. Il y a environ de huit à neuf kilomètres...

J’arrivai auprès de l’église..., je m’avançai jusqu’au milieu de la nef, et je cherchai avec des yeux impatients le tombeau du saint Curé. Quand j’eus fini ma prière, je me dirigeai du côté de la chapelle Sainte Philomène. Quand j’entrai, elle était pleine de monde. Le recueillement de ces pieux pèlerins, prosternés devant l’autel de la grande Sainte, me saisit. Je m’avançai, et à la lueur des bougies (car il était tard) que la piété des fidèles entretient depuis le matin jusqu’au soir, je pus distinguer une multitude d’ex-voto, qui forment comme la garde d’honneur de sainte Philomène. Ce qui me frappa le plus, ce fut le grand nombre de béquilles qui y ont été déposées, en signe de reconnaissance, pour des guérisons obtenues. Il y en a des deux côtés de l’autel. Il y en a même un monceau sur le confessionnal, et on m’a assuré que beaucoup avaient été déjà enlevées parce qu’elles embarrassaient, selon le terme dont on s’est servi.

Oh ! que la vue de ces béquilles dit de choses touchantes au cœur ! Quelle confiance elles inspirent en la grande Sainte, aux prières de laquelle tant d’infirmes ont dû leur guérison. Je fis ma prière le plus dévotement qu’il m’a été possible. Comme sur la tombe du vénérable prêtre, je demandai à sainte Philomène, les larmes aux yeux, de me procurer à moi une bonne, une sainte mort et de prendre tous mes bien-aimés enfants sous sa puissante protection.

Je dis donc à sainte Philomène : « Vous voyez à vos pieds une mère qui est venue de très loin pour vous recommander les objets de sa tendre sollicitude ; ils sont orphelins ; la dernière est de l’âge où vous étiez vous-même, ô grande Sainte, quand vous avez enduré votre glorieux martyre. Vous n’ignorez pas. combien le cœur, à cette saison de la vie surtout, est faible et impressionnable. Prenez ces chers enfants, je vous les confie. Préservez-les surtout du péché mortel, le plus grand des malheurs qui puissent leur arriver. Vous me promettez, n’est-ce pas, bonne sainte Philomène, de les regarder comme les vôtres ? En ce cas, je mourrai contente et heureuse ».

Mon cœur était encore occupé de ces pensées, quand il me sembla entendre la voix de sainte Philomène, qui me disait : « Bonne mère, je suis sensible à votre confiance et à votre charité si tendre. J’ai compris vos inquiétudes, entendu la prière que vous m’avez adressée et recueilli précieusement vos larmes. Je me charge de vos enfants ; retournez tranquille et heureuse ».

Et voilà qu’aussitôt mes alarmes cessèrent ; la paix me fut rendue. J’eus bien volontiers chanté, comme le saint vieil­lard Siméon, le Nunc dimittis servum tuum, Domine. C’est-à-dire : Maintenant, Seigneur, vous laisserez mourir en paix votre servante.

Je pleurais de joie. Merci, aimable Sainte, disais-je en la quittant, merci mille fois ! On m’avait déjà raconté des merveilles sur vos bontés. Mais, hélas ! comme c'était peu, comparativement à ce que je vois, à ce que j’éprouve moi-même. Ma bonne Sainte, je vous aimais beaucoup avant de venir à votre sanctuaire, maintenant, je vous aime mille fois davantage.

C'est à ses petits enfants que la vieille maman racontait ces choses. Son rapport les avait vivement impressionnés. Marie, qui était la plus jeune, prit la parole à son tour, elle lui dit : « Bonne mère, oh ! que nous vous remercions de l’heureuse pensée que vous avez eue d’aller nous placer sous la protection de la grande sainte Philomène ! Oui, nous en avons la douce confiance, elle prendra désormais soin de nous, et ne permettra pas que nous nous écartions jamais de la bonne voie. Et nous, de notre côté, nous voulons l’aimer fidèlement ».

La protection de sainte Philomène, en effet, se montra toujours visible sur ces enfants.

 

Pratique : Prendre bien garde, en considération de sainte Philomène, de ne pas scandaliser les petits enfants.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes