09 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

164bd64cd112439322ba56c5ef5e3acb

Dixième jour

 

Sainte Philomène vient en aide aux ouvriers

 

L’ouvrier est l’enfant de Dieu tout comme le grand seigneur. Souvent il suit mieux sa voie que le premier, parce qu’il travaille pour gagner son pain et celui de sa famille à la sueur de son corps, et que le travail est le lot de l’homme. Dieu a dit : « Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front ». Le riche, le grand seigneur, comprend-il ce précepte ? Pas toujours. Aussi combien souvent il s’enrichit aux dépens de l’ouvrier, soit en ne lui payant pas son salaire, soit en ne le lui payant pas aussi fortement qu’il doit et qu’il le peut faire.

Les Saints ne pensent pas comme les hommes. Ils aiment et honorent l’homme qui sait remplir sa destinée de chrétien ici-bas, quelque esclave qu’il puisse être. Que dis-je, les vrais esclaves sont-ils autres que les riches qui n’en ont jamais assez ? Voyons, par la protection que Philomène a accordée à certains ouvriers, ce que peuvent attendre d’elle ceux d’entre eux qui ont recours à ses bontés.

Un bûcheron de Sirignano, appelé Carluccio Napoletano, favorisé pour sa dévotion envers la Sainte, de plusieurs grâces particulières, avait en elle une vive confiance. Ce brave homme portait toujours sur lui une de ses images, et c’était devant elle qu’il ouvrait son cœur, dans ses divers besoins.

Un jour, se trouvant en voyage, et surpris par la nuit, il entre dans une auberge. Le discours y tomba sur sainte Philomène ; et lui, de tirer son image, pour la montrer à ceux qui étaient là présents. Elle plaît à l’un d’eux ; il lui offre en échange deux pièces de monnaie ; un autre lui en propose trois, puis quatre, cinq, et même jusqu’à douze. Mais Carluccio répond qu’il ne la céderait pas pour un écu romain ; qu’elle lui faisait trop bonne compagnie; et là-dessus, il la remet, dans son portefeuille.

Le lendemain, de très bonne heure, il se lève, dirige ses pas vers un village, dit le Sorbo, où il avait à travailler. En traversant une épaisse forêt, il s’égare ; et bientôt, ne sachant plus ni où il est, ni où il va, son cœur se replie sur la bonne Sainte, à laquelle il se met à parler ainsi : « Comment donc, ma chère Sainte ? hier, je n’ai pas voulu vous céder, même pour une bonne somme d’argent ; j’ai préféré à tout votre compagnie ; et aujourd’hui, vous me voyez égaré dans ce bois, et vous ne venez pas à mon aide ! » Il n’avait pas fini ces mots, que voici venir une jeune personne d’environ treize ans, vêtue d’une robe d’azur, et belle autant que modeste. Elle le regarde et lui dit : « Brave homme, qu’avez-vous ? Que vous est-il arrivé de triste ? » Carluccio s’ouvre à elle de son embarras. « Ceci n’est rien, lui répond-elle ; suivez-moi ; je vous remettrai sur le chemin ; et sans autre discours, elle va en avant, comme pour lui indiquer la route. Chemin faisant, notre bûcheron, un peu étonné de l’aventure, se disait à lui-même : « Voyez donc ; qu’elle est grande, la bonté de sainte Philomène ! À peine invoquée, elle accourt pour m’aider ; car enfin, puis-je douter que ce ne soit elle qui m’ait envoyé cette aimable petite fille ? »

Il allait s’entretenant de ces pensées pieuses, quand la jeune personne s’arrête, se tourne vers lui, et lui dit : « Suivez maintenant cette route, pendant à peu près un mille ; vous rencontrerez ensuite une femme qui aura une corbeille sur la tête ; elle va au lieu que vous cherchez. Vous vous mettrez en sa compagnie, et peu après vous arriverez ». Garluccio la remercie affectueusement, et ils se séparent.

Voulant se retourner ensuite, pour voir de quel côté se dirigeait la demoiselle charitable, il ne l’aperçoit plus ; et sans autre réflexion, il continue sa route. Bientôt le voilà une seconde fois dans l’embarras. Le sentier par lequel il allait vient aboutir à plusieurs autres. Lequel choisira-t-il ? il n’en sait rien. Tout à coup, en levant les yeux, il voit, s’avancer de son côté la femme dont on lui avait parlé ; il la reconnaît à sa corbeille. « Savez-vous, lui crié-t-il aussitôt, lequel de ces sentiers conduit au village de Sorbo ? » - « Le Sorbo ? répond la villagoise ; si j’en connais le chemin ? c’est mon pays ; venez ; je vais vous y conduire ». Ils y arrivèrent en effet, peu de temps après.

Ce fut alors que les yeux de Carluccio s’ouvrirent. Comment cette jeune personne si bien élevée, si modeste, si proprement vêtue, se serait-elle trouvée sur son chemin ? Comment aurait-elle deviné son embarras, et répondu à sa pensée ? Comment prévoir ce qui allait lui arriver, lui dépeindre, avec tant de détails, cette femme, la charge qu’elle portait et le but, où, ainsi que lui, elle dirigeait sa marche ? « Non, non, se disait-il, ce n’est point là un jeu de hasard, c’est sainte Philomène en personne que j’ai vue et qui m’a tiré de ma peine » ; et pendant plusieurs jours, ce brave homme fut comme hors de lui, son cœur s’enflammait d’un amour, d’une dévotion tout extraordinaire pour sa céleste compagne.

Voilà comment le ciel aide le pauvre ouvrier. Mais pour mériter eu quelque sorte ces assistances des Saints, il faut que l’ouvrier vive en bon chrétien, qu’il aime le travail, l’ordre, l’économie, qu’il évite les défauts si funestes de la paresse, de l’ivrognerie, de l’indocilité et du cynisme, qui ruinent à la fois l’âme et le corps et déshonorent celui qui s’y livre.

 

Pratique : Recommandez toutes vos entreprises, vos voyages à sainte Philomène. Confiez-lui vos desseins et considérez-la comme le plus sur Mentor qui guidera vos pas vers le but que vous vous proposez.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook