12 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

33_26

 

Treizième jour

 

Sainte Philomène apaise les tempêtes

 

Sainte Philomène est la protectrice des mariniers, parce qu’elle fut précipitée dans les eaux du Tibre avec une ancre au cou. C’est aussi peut-être parce qu’elle a maintes fois apaisé des tempêtes sur les mers, des ouragans sur la terre.

Dans le mois d’octobre de l’année 1832, il s’éleva, sur le golfe Adriatique, une horrible tempête, et deux barques de pêcheurs firent naufrage à la vue même du port.

Aussitôt la nouvelle en court par toute la ville de Vieste ; et l’on se précipite vers le rivage. Le spectacle était affreux.

En vain on essaie de porter du secours à ces infortunés, la fureur des flots ne permet pas d’avancer vers eux ; ils appellent, ils crient ; leurs gémissements percent tous les cœurs ; on ne peut leur répondre que par de stériles désirs, des sanglots et des plaintes.

Mais le souvenir de sainte Philomène vient tout à coup faire renaître l’espoir dans ces âmes consternées. La Thaumaturge peut tout auprès de Dieu ; elle sauvera de la mort ces infortunés qui nous implorent. Un cri part aussitôt de tous les points ; et le nom de sainte Philomène retentit jusqu’aux deux, dont il obtient un miracle.

Car, quelques moments après, ces malheureux naufragés, sans qu’ils sussent comment, se trouvent transportés sur le rivage. Ils bénissent de concert avec leurs compatriotes, celle dont l’invisible main les a sauvés du trépas.

Le prodige n’était pas toutefois si complet, qu’il ne laissât plus d’amertume ni de crainte.

Le patron de l’une des deux barques, nommé Paul d’Aposto, en jetant ses regards autour de lui, ne voit pas ses deux enfants, dont le plus jeune comptait seulement huit années. Les vagues furieuses les avaient rejetés loin du port ; on crut les apercevoir se débattant contre elles ; mais quel moyen de leur porter un prompt secours ?

Le même précisément qui venait d’être employé avec un succès si admirable.

« Sainte Philomène, achevez votre ouvrage ; sauvez ces deux pauvres enfants ! » Ce fut la prière qui se forma dans tous les cœurs, qu’exprimèrent toutes les bouches.

Dieu voulut, pour la plus grande gloire de la Sainte, que la même prière fût faite par l’un de ces deux petits malheureux ; et c’était le plus jeune, qui se souvenant, au milieu du péril, de la statue miraculeuse de sainte Philomène, placée dans l’église des Capucins, recourut à elle avec confiance.

« Vierge nouvelle, s’écria-t-il, qui êtes venue dernièrement chez les Capucins de Vieste, sauvez-nous ; ayez pitié de nous ! »

Et pendant qu’à côté de son frère, il luttait contre les flots, pendant que, sur le rivage, son père se désolait, et que le peuple, animé d’une vive confiance, persévérait dans ses supplications à la Sainte, voilà que tout à coup on voit les enfants sauvés.

Ils sortent du milieu des flots écumants, s’élancent sur le port, à la vue de la multitude étonnée ; et mille cris de joie et de reconnaissance proclament la bonté du Seigneur et la puissance de sa glorieuse Servante.

En pensant au pouvoir de sainte Philomène sur le plus terrible des éléments pour secourir ceux qui y sont en danger de périr, priez-la de calmer aussi les flots qui agitent le pauvre vaisseau de votre cœur qui vogue sur la mer orageuse de ce monde, et de diriger avec sécurité notre âme vers les rivages de la bienheu­ reuse éternité, afin qu’elle entre au port du Paradis.

 

Pratique : Dans les tentations, celles surtout contraires à la pureté, dans la tourmente des passions, priez sainte Philomène, conjointement avec la Vierge Immaculée Marie.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook