Le Mois des âmes du Purgatoire

 

52d8dcf727e43c3b1cd10db3f972d3b9

 

Vingt-troisième jour

Mortifications

 

Prélude : Entendons les supplications des âmes du purgatoire nous suppliant de venir à leur aide.

 

Méditation

 

La plupart des hommes sont si lâches, que le seul nom de pénitence les effraye, et ils ont toujours mille prétextes pour s'en dispenser : les uns s'excusant sur leur âge déjà avancé, les autres sur la faiblesse de leur complexion et sur leur peu de santé.

Mais voici certaines mortifications que, tous, hommes et femmes, peuvent pratiquer aisément, sans rien perdre de leurs forces et sans altérer leur santé. Qu'ils s'abstiennent, par exemple, de quelques divertissements peu nécessaires : de telle conversation, de tel jeu, de tel spectacle ; qu'ils s'en abstiennent, non pas toujours, ni même très souvent, mais de temps en temps, car il faut savoir accorder quelque chose à leur faiblesse et ne pas leur demander de rompre d'abord toute l'attache qu'ils ont au plaisir.

S'ils ne renoncent pas tout à fait au plaisir, qu'ils en modèrent l'excès. Que dans leurs repas, ils se retranchent quelque chose qui est plus à leur goût, mais qui n'est peut-être pas le meilleur pour leur santé et dans tous les cas n'est bon qu'à entretenir leur délicatesse. Qu'ils donnent moins de liberté à leur langue et qu'ils sachent que se taire à propos et réprimer pour un temps la trop grande envie de parler, c'est faire au Seigneur, selon le langage de l'Ecriture, un sacrifice de ses lèvres.

Job avait fait un pacte avec ses yeux pour qu'ils ne s'arrêtassent jamais sur un objet capable de souiller son âme; qu'ils conviennent avec les leurs que, dans les occasions, ils se fermeront pour ne pas voir beaucoup de choses ou vaines ou dangereuses. Qu'ils ne prêtent pas non plus indiscrètement l'oreille à toutes sortes de discours : il y en qu'on ne peut écouter sans crime.

 

solution : Être fidèle aux a pratiques qui viennent d'être suggérées.

Bouquet spirituel : « Ayez pitié de moi, ayez pitié de moi, vous du moins qui êtes mes amis ». (Livre de Jérémie)

 

Exemple

Un oubli

 

Archangèle Panigarola, prieure du monastère de Sainte Marthe à Milan, avait un zèle extraordinaire pour le soulagement des âmes du purgatoire ; elle priait, faisait prier pour elles, et pourtant ne songeait que rarement et sensiblement à l'âme de son père Gothard, bien qu'elle l'eût tendrement aimé pendant sa vie. La pensée lui en venait quelquefois, et alors, elle prenait la résolution de prier plus ardemment, puis l'oubli continuait. Un événement inattendu la tira de cette insensibilité.

Le jour de la fête des morts, étant enfermée dans sa cellule et priant pour eux, son ange gardien lui apparut. La prenant par la main, il la conduit en esprit au milieu du purgatoire, et, parmi toutes les âmes, lui fait voir celle de son malheureux père, plongée dans des souffrances atroces. À peine l'a-t-il reconnue qu'il se soulève vers elle en criant. « Ma fille, ma fille ! comment as-tu pu si longtemps oublier ton père dans les tortures qu'il endure ici ? Tu es animée d'une grande charité pour des âmes qui te sont étrangères : j'en ai vu quitter ce pénible séjour, grâce à tes supplications, et moi, ton père, à qui tu dois tant, tu m'oublies, et tu n'as pour moi aucun sentiment de compassion ! »

Archangèle, interdite en entendant ces reproches qu'elle reconnaissait mériter, se mit à sangloter et promit à son malheureux père de conjurer le Seigneur jusqu'à ce qu'elle eût obtenu sa délivrance. Puis, se tournant vers l'ange, comme pour lui demander l'explication de cet oubli dont elle se reconnaissait coupable, il lui répondit :

« Votre oubli a été puni par Dieu en punition du peu de zèle de votre père à le servir et à travailler à son salut. C'est ainsi que le Seigneur agit envers ceux qui se conduisent de la sorte. Que les âmes qui négligent la seule chose importante qu'elles aient à faire sur la terre, et qui semblent n'avoir d'activité que pour les choses de ce monde, voient donc enfin leur aveuglement, et qu'elles se souviennent que, bien que leurs péchés soient pardonnés, il n'en reste pas moins une peine expiatrice qu'il faudra subir en monde et en l'autre ».

La pieuse religieuse versant des torrents de larmes, redoubla de ferveur et de zèle jusqu'à ce qu'elle eût apaisé la divine justice, et elle eut la joie de voir l'âme de son père lui apparaître toute radieuse de beauté et de reconnaissance. (Vie de sainte Archangèle Panigarola, par le R. P. Octave Juniciati, de la compagnie de Jésus, 1ere partie).

 

Purgatoire 2