10 juillet 2011

Litanies des Bienheureux Martyrs des Pontons de Rochefort

 

91351

Les Bienheureux Prêtres Martyrs des Pontons de Rochefort

« Fidélité et pardon »

1794-1795

Fête le 27 et le 18 août

 

En 1790 la Révolution exige des prêtres qu'ils prêtent serment à la "Constitution civile du clergé" qui tend, entre autre, à séparer l'Église de France de Rome (l'évêque, comme les prêtres, étant élu et ne pouvant que signifier au Pape son élection). En 1791, l'Etat considère comme suspect tous les non-jureurs et en 1792 il prévoit leur déportation à la Guyane. De plusieurs départements, on achemine vers le port de Rochefort 829 prêtres et religieux réfractaires. Bien qu'ils ne soient pas toujours maltraités sur leur passage, les conditions du voyage sont déjà pénibles et cependant, malgré les possibilités qui leur sont parfois offertes, aucun ne s'échappe. Arrivés à Rochefort, sur la Charente, et après un certain temps de détention, on les embarque sur deux "pontons"; ce sont deux anciens "négriers" ayant servi pour la traite. Mais pour les prêtres, les conditions sont encore plus affreuses qu'elles ne l'étaient pour les esclaves, car il ne s'agit plus seulement de "marchandise" humaine à conserver, mais d'ennemis à éliminer. Quant à la destination vers la Guyane, personne ne l'envisage sérieusement, car avec le blocus des côtes par les Anglais, c'est impossible. On se contente donc de jeter l'ancre au large de l'estuaire de la Charente près de l'île d'Aix et c'est là que resteront les deux pontons. Les conditions sont intenables: entassement, nourriture infecte, habits pleins de poux, épidémie de typhus, interdiction de parler latin et même de prier. Aux moqueries et mauvais traitements, ces martyrs n'opposent aucune parole de malédiction, mais répondent par le pardon et la prière pour le pays. Le bilan est de 547 morts. L'épreuve aura duré du 11 avril 1794 au 12 avril 1795. Le 1er octobre 1995 Jean Paul II en béatifie 64, les seuls pour lesquels il y a des témoignages. Dans la même cérémonie, il béatifie aussi 45 martyrs de la guerre civile espagnole (1936-1939), ainsi qu'un religieux des Écoles pies. En tout 110 bienheureux!

 

Les neuf résolutions
Prises par certains prêtres déportés sur les Deux-Associés


1. Ils ne se livreront point à des inquiétudes inutiles sur leur délivrance ; mais ils s'efforceront de mettre à profit le temps de leur détention, en méditant sur leurs années passées, en formant de saintes résolutions pour l'avenir afin de trouver dans la captivité de leur corps, la liberté de leur âme. Ils regarderont aussi comme un défaut de résignation à la volonté de Dieu, les moindres murmures, les plus légères impatiences, et surtout cette ardeur excessive à rechercher les nouvelles favorables, qui ne peuvent qu'introduire dans leur âme cet esprit de dissipation si contraire au recueillement continuel dans lequel ils doivent vivre, et cette soumission sans borne à la volonté de Dieu, qui doit leur ôter toute inquiétude sur l'avenir.

 

2. Si Dieu permet qu'ils recouvrent, en tout ou en partie, cette liberté après laquelle soupire la nature, ils éviteront de se livrer à une joie immodérée, lorsqu'ils en apprendront la nouvelle. En conservant une âme tranquille, ils montreront qu'ils ont supporté sans murmure la croix qui leur avait été imposée, et qu'ils se disposaient à la supporter plus longtemps encore, avec courage et en vrais chrétiens qui ne se laissent pas abattre par l'adversité.

 

3. S'il était question de leur rendre leurs effets, ils ne montreront aucune avidité à les réclamer ; mais ils feront avec modestie et dans l'exacte vérité la déclaration qui pourrait leur être demandée ; recevront, sans se plaindre, ce qui leur sera donné ; accoutumés, comme ils doivent l'être, à mépriser les biens de la terre et à se contenter de peu, à l'exemple des apôtres.

 

4. Ils ne satisferont point les curieux qu'ils pourraient rencontrer sur leur route ; ils ne répondront point aux vaines questions qu'ils leur feraient sur leur état passé ; ils leur laisseront entrevoir qu'ils ont supporté leurs peines avec patience, sans les leur raconter en détail, et sans montrer aucun ressentiment contre ceux qui en ont été les auteurs et les instruments.

 

5. Ils se comporteront avec la plus grande modération et la plus exacte sobriété dans les auberges ; ils se garderont bien de faire la comparaison, surtout devant des étrangers, des mets qu'on leur servira avec leur ancienne nourriture, et de paraître y mettre trop de jouissance : l'empressement pour la bonne chère deviendrait un grand sujet de scandale pour les fidèles qui s'attendent à retrouver dans les ministres de Jésus-Christ les imitateurs de sa pénitence.

 

6. Arrivés dans leur famille, ils ne montreront point trop d'empressement à raconter leurs peines ; n'en feront part qu'à leurs parents et amis, et encore avec beaucoup de prudence et de modération ; ils n'en parleront jamais en public et ne céderont point aux instances qu'on pourrait leur faire à cet égard. Ils observeront chez eux et chez les autres une égale frugalité, ne recherchant pas les repas, et s'y comportant, lorsqu'ils croiront devoir accepter les invitations qui leur seront faites, avec autant de modestie que de sobriété.

 

7. Ils se condamneront au silence le plus sévère et le plus absolu sur les défauts de leurs frères et les faiblesses dans lesquelles auraient pu les entraîner leur fâcheuse position, le mauvais état de leur santé et la longueur de leur peine ; ils conserveront la même charité à l'égard de tous ceux dont l'opinion religieuse serait différente de la leur ; ils éviteront tout sentiment d'aigreur ou d'animosité, se contentant de les plaindre intérieurement, et s'efforçant de les ramener à la voie de la vérité par leur douceur et leur modération.

 

8. Ils ne montreront aucun regret de la perte de leurs biens, aucun empressement à les recouvrer aucun ressentiment contre ceux qui les possèdent ; mais ils recevront sans murmure les secours que la nation pourra leur accorder pour leur subsistance, toujours contents du simple nécessaire, tant pour les vêtements que pour la nourriture.

 

9. Ils ne feront ensemble, dès à présent, qu'un cœur et qu'une âme, sans acception de personnes, et sans montrer d'éloignement pour aucun de leurs frères, sous quelque prétexte que ce soit. Ils ne se mêleront point de nouvelles politiques, se contentant de prier pour le bonheur de leur patrie et de se préparer eux-mêmes à une vie nouvelle, si Dieu permet qu'ils retournent dans leurs foyers, et à y devenir un sujet d'édification et des modèles de vertu pour les peuples, par leur éloignement du monde, leur application à la prière et leur amour pour le recueillement et la piété.

433_001

Prière récitée par les Bienheureux Prêtres Déportés

 

Ô Jésus-Christ, tous vos Saints nous disent que votre Cœur a été ouvert pour tous les hommes ; mais bien des prodiges de miséricorde nous disent qu'il a été spécialement ouvert pour la France. O vous qui, dans votre charité, avez pourvu à tous les besoins à venir, en faisant naître cette dévotion au sein du royaume, n'avez-vous pas voulu lui préparer une ressource assurée dans ses malheurs ; et dans le miracle que vous opérâtes, au commencement de ce siècle, en faveur d'une de nos villes qui recourut à votre Cœur sacré, n'avez-vous pas voulu nous laisser un gage de ce que nous devons en espérer si nous y recourons aussi ? Au milieu du fléau destructeur de la peste dans cette malheureuse cité, son charitable pasteur, ses pieux magistrats, vont se prosterner devant votre Cœur, au nom de toute la ville, en lui vouant un culte solennel, et aussitôt la contagion disparaît. O mon Sauveur, en feriez-vous moins pour nous ? Les tristes effets de la contagion de l'impiété et du libertinage subsisteraient-ils encore après que nous aurions réclamé la bonté infinie de votre Cœur divin ? Ah ! quand nous disons à un homme comme nous que nous comptons sur la bonté de son cœur, il ne saurait rien nous refuser. Et qu'est-ce, ô mon Sauveur, que le Cœur de l'homme le meilleur et le plus compatissant, auprès de votre Cœur ? Et nous ne nous confierions pas à la bonté de votre Cœur ! Et nous douterions que de ce Cœur d'où sont sortis tant de miracles de charité, il en sortît encore un aujourd'hui pour nous ! Oh ! non, nous n'en douterons pas... O Jésus-Christ, notre aimable Sauveur, nous nous souviendrons que votre Cœur est le sanctuaire de votre miséricorde et la source de tous les biens. Nous implorons avec la plus tendre confiance, son immense charité pour nous. Nous nous vouerons, nous nous vouons, dès ce moment, au culte de votre adorable Cœur ; tous les cœurs de ce royaume, nous les réunissons par les désirs de la charité, pour les lui offrir tous ensemble. Oui, Cœur de Jésus, nous vous offrons notre patrie tout entière et les cœurs de tous ses enfants. Ô Vierge sainte, ils sont maintenant entre vos mains ; nous vous les avons remis en nous consacrant à vous, comme à notre protectrice et à notre Mère. Aujourd'hui nous vous en supplions, offrez-les, offrez-les au Cœur de Jésus. Ah ! présentés par vous, il les recevra ; il leur pardonnera, il les bénira, il les sanctifiera, il les sauvera, et il sauvera la France tout entière ; il lui rendra la paix, il y fera revivre la foi, la piété et les mœurs ; il y fera refleurir la sainte religion. Ainsi soit-il.

92979A

Litanies des Bienheureux Martyrs des Pontons de Rochefort

 

Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, écoutez-nous.

Christ, exaucez-nous.

Père Céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils Rédempteur, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, Source de Vie, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Sainte Mère de Dieu, priez pour nous.

Reine des Saints, priez pour nous.

Reine des Martyrs, priez pour nous.

Reine du Ciel, priez pour nous.

Reine de France, priez pour nous.

 

Bienheureux Jean-Baptiste Souzy, Prêtre et Vicaire Général du diocèse de La Rochelle, priez pour nous.

Bienheureux Antoine Bannassat, Prêtre de Saint-Fiel,

Bienheureux Jean-Baptiste de Bruxelles, chanoine de Saint-Léonard,

Bienheureux Florent Dumontet de Cardaillac, aumônier de la comtesse de Provence,

Bienheureux Jean-Baptiste Duverneuil, Carme de la maison d'Angoulême,

Bienheureux Pierre Gabilhaud, Prêtre de Saint-Christophe,

Bienheureux Louis-Wulphy Huppy, Prêtre du diocèse de Limoges,

Pierre Jarrige de La Morelie de Puyredon, chanoine de Saint-Yrieix,

Bienheureux Barthélemy Jarrige de La Morelie de Biars, bénédictin de l'abbaye de Lezat,

Bienheureux Jean-François Jarrige de la Morelie du Breuil, chanoine de Saint-Yrieix,

Bienheureux Joseph Juge de Saint-Martin, sulpicien, directeur de séminaire,

Bienheureux Marcel-Gaucher Labiche de Reignefort, missionnaire à Limoges,

Bienheureux Pierre-Yrieix Labrouhe de Laborderie, chanoine de Saint-Yrieix,

Bienheureux Claude-Barnabé Laurent de Mascloux, chanoine du Dorat ,

Bienheureux Jacques Lombardie, curé de Saint-Hilaire-de-Foissac,

Bienheureux Joseph Marchandon, curé de Marsac,

Bienheureux François d'Oudinot de La Boissière, chanoine du diocèse de Limoges,

Bienheureux Raymond Petiniaud de Jourgnac, vicaire général de l'évêque de Limoges,

Bienheureux Jacques Retouret, carme de la maison de Limoges,

Bienheureux Frère Paul-Jean Charles (frère Paul), moine cistercien de l'abbaye de Sept-Fons,

Bienheureux Frère Elie (Augustin-Joseph) Desgardin, moine cistercien de l'abbaye de Sept-Fons,

Bienheureux Frère Roger (Pierre-Sulpice-Christophe) Favergne, frère des Ecoles chrétiennes,

Bienheureux Joseph imbert, jésuite,

Bienheureux Claude-Joseph Jouffret de Bonnefont, sulpicien, supérieur du petit séminaire d'Autun,

Bienheureux Claude Laplace, prêtre à Moulins,

Bienheureux Noël-Hilaire Le Conte, chanoine de la cathédrale de Bourges,

Bienheureux Pierre-Joseph Le Groing de La Romagère, chanoine à la cathédrale de Bourges,

Bienheureux Jean-Baptiste-Xavier Loir, Frère Mineur Capucin au Petit-Forez,

Bienheureux Frère Léon (Jean) Mopinot, frère des Ecoles chrétiennes à Moulins,

Bienheureux Philippe Papon, Prêtre de Contigny,

Bienheureux Frère Nicolas Sauvouret, Cordelier à Moulins,

Bienheureux Jean-Baptiste Vernoy de Montjournal, chanoine à Moulins,

Bienheureux Frère Louis-Armand-Joseph Adam, Cordelier à Rouen,

Bienheureux Frère Charles-Antoine-Nicolas Ancel, eudiste à Lisieux,

Bienheureux Frère Claude Beguignot, chartreux à Saint-Pierre-de-Quevilly,

Bienheureux Frère Protais (Jean) Bourdon, Frère Mineur Capucin à Sotteville,

Bienheureux Frère Louis-François Lebrun, moine bénédictin de la congrégation de Saint-Maur,

Bienheureux Michel-Bernard Marchand, Prêtre du diocèse de Rouen,

Bienheureux Pierre-Michel Noël, prêtre du diocèse de Rouen,

Bienheureux Frère Gervais-Protais Brunel, moine cistercien de Mortagne,

Bienheureux Frère Sébastien (François) François, Frère Mineur Capucin,

Bienheureux Frère Hubert de Saint Claude (Jacques) Gagnot, carme de la maison de Nancy.

Bienheureux Frère Uldaric (Jean-Baptiste) Guillaume, frère des Ecoles chrétiennes à Nancy,

Bienheureux Frère Thomas (Jean-Georges) Rehm, dominicain au couvent de Schlestadt,

Bienheureux Frère Claude Richard, bénédictin à Moyen-Moutier,

Bienheureux Jean Hunot, chanoine à Brienon-l'Archevêque,

Bienheureux Sébastien-Loup Hunot, chanoine à Brienon-l'Archevêque,

Bienheureux François Hunot, chanoine de Brienon-l'Archevêque,

Bienheureux Georges-Edme René, chanoine à Vézelay,

Bienheureux Frère Lazare Tiersot, chartreux à Beaune,

Bienheureux Scipion-Jérôme Brigeat Lambert, doyen du chapitre d'Avranches,

Bienheureux Jean-Nicolas Cordier, jésuite,

Bienheureux Charles-Arnould Hanus, Prêtre et doyen du chapitre de Ligny,

Bienheureux Nicolas Tabouillot, curé de Méligny-le-Grand,

Bienheureux Antoine, dit Constant, Auriel, vicaire à Calviat et Sainte Mondane,

Bienheureux Elie Leymarie de Laroche, prieur de Coutras,

Bienheureux François Mayaudon, Chanoine à Saint-Brieuc puis à Soissons,

Bienheureux Claude Dumonet, professeur au collège de Mâcon,

Bienheureux Jean-Baptiste Laborie du Vivier, chanoine de la cathédrale de Mâcon,

Bienheureux Gabriel Pergaud, génovéfain de l'abbaye de Beaulieu,

Bienheureux Frère Michel-Louis Brulard, carme de la maison de Charenton,

Bienheureux Charles-René Collas du Bignon, sulpicien, supérieur du petit séminaire de Bourges,

Bienheureux Jacques-Morelle Dupas, vicaire à Ruffec,

Bienheureux Jean-Baptiste Ménestrel, chanoine à Remiremont,

 

Que par vous, nous conservions le Don de la Foi, nous vous en supplions, exaucez-nous.

Pour que nous fuyions les mauvaises compagnies, nous vous en supplions, exaucez-nous.

Pour que nous ayons horreur du blasphème,

Pour que nous sortions de la mort du péché,

Pour que, à votre exemple, nous pardonnions à nos ennemis,

Pour que nous sachions recevoir dignement les Sacrements,

Pour que les pécheurs se convertissent,

Pour que le zèle de l'honneur de Dieu nous embrase,

Pour que nous marchions fidèlement dans la Charité du Christ,

Pour que le Saint Sacrement de l'autel soit toujours la source de notre vie,

Afin que nous y puisions sans cesse lumière et force pour lutter contre le mal,

Pour que Dieu protège son Eglise contre les blasphème,

Pour que Dieu fortifie son Eglise contre les attaques et les violences de ses ennemis,

Pour que Dieu envoie à son peuple de saints Prêtres,

Pour que la France, fille aînée de l'Eglise reste fidèle à son baptême,

Afin que nous imitions votre amour envers Dieu et envers le prochain,

Afin que nous soyons justes, simples et chastes dans toutes nos actions,

Afin que nous conformions toujours notre volonté à celle de Dieu,

Afin que nous aimions Dieu dans les épreuves comme dans la prospérité,

Afin que la prospérité ne nous rende pas orgueilleux et ne nous fasse jamais oublier la Sainte Loi de Dieu,

Afin que nulle peine ou souffrance ne soit capable de nous faire perdre l'amour de Dieu,

Afin que nous obtenions le pardon de nos péchés et la délivrance de nos maux,

Afin que nous puissions toujours goûter les consolations et le secours du Seigneur,

Afin que, après une vie chrétienne, nous puissions mourir de la mort des justes,

 

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.

 

Bienheureux ceux qui seront persécutés pour la justice,

Car le Royaume des cieux est à eux.

 

Prions

 

O Dieu, qui avez donné aux Bienheureux Prêtres Martyrs des Pontons de Rochefort, dans l'extrême détresse de la déportation, la grâce de la fidélité et du pardon, nous Vous en supplions, accordez-nous, par leur intercession et à leur exemple, la grâce de demeurer toujours attachés à Votre Eglise et d'être ardents à nous réconcilier avec nos frères. Nous Vous le demandons, par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

717_001

Téléchargez le texte de ces Litanies (pdf) en cliquant ici


09 juillet 2011

Mois du Sacré cœur de Jésus

 

Mois du Sacré cœur de Jésus

D'après Sainte Marguerite-Marie

834_001

Dixième jour

La Soif

 

Prélude

 

Représentons-nous Notre Seigneur sur la croix : ses lèvres sont desséchées, sa langue en feu demande un peu d'eau pour rafraîchir la soif ardente qui Le dévore.

 

Méditation

 

Notre-Seigneur Jésus Christ demanda un jour à l'amante de Son Cœur sacré de jeûner cinquante jours au pain et à l'eau, pour honorer Son jeûne au désert. Mais, l'obéissance et la nécessité de ne point se singulariser ayant obligé l'humble fille de sainte Chantal à prier Son Divin Epoux de vouloir bien échanger cette pratique contre telle autre qu'il aurait également pour agréable, Jésus y consentit et lui suggéra la pensée de se mortifier pendant cinquante jours sous le rapport du boire pour honorer l'ardente soif qu'il avait soufferte sur l'Arbre de la Croix et celle que son Sacré Cœur avait toujours endurée du salut des pécheurs. Quand Notre-Seigneur, sur le point de mourir, s'écria: « Sitio ! J'ai soif! » de quoi avait-il soif? Saint Augustin répond au nom du Sauveur: « Ma soif, dit-il, c'est votre salut! » O âmes, dit JésusChrist, cette soif n'est autre chose que le désir de votre salut. Le tendre et doux Rédempteur désire ardemment nos âmes, et ce désir le fait soupirer après le don de tout lui-même par sa mort. Voilà quelle fut sa soif! « O Dieu très-aimable, s'écrie saint Alphonse de Liguori, parce que vous nous aimez, vous voulez que nous vous désirions. Ah! mon Seigneur, vous avez soif d'un ver de terre tel que moi, et je n'aurai pas soif de vous, ô mon Dieu infini! Ah! donnez-moi un grand désir de vous aimer et de vous plaire en toute chose. Je ne vous demande que cet unique don, celui de votre amour. O Seigneur infiniment bon, je voudrais vous aimer autant que vous le méritez. Je me réjouis de l'amour que vous portent les âmes éprises de vous et encore plus de l'amour que vous vous portez à vous même. A cet amour j'unis mon pauvre amour! »

 

Exemple

Voilà comment on aime

 

Saint Alphonse de Liguori rapporte que le célèbre Père Segneri écrivit à une personne pieuse, dont il était le directeur, pour lui recommander d'écrire au bas de son crucifix ces simples paroles: « Voilà comment on aime! » (La Passion et le Calvaire).

 

Pratique : Faire quelque chose pour le salut des âmes.

 

Oraison Jaculatoire : Divin cœur de Jésus, qui avez soif du salut des âmes!

649_001

Pour recevoir la méditation du Mois du Sacré Cœur dans votre boite e-mail, être tenu au courant des publications sur le blog Images Saintes, et pour recevoir des prières, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes

08 juillet 2011

Mois du Sacré cœur de Jésus

 

Mois du Sacré cœur de Jésus

D'après Sainte Marguerite-Marie

834_001

Neuvième jour

La Solitude

 

Prélude

 

Représentons-nous le cœur de Sainte Marguerite Marie comme un jardin où n'arrive aucun bruit du dehors, tout entier sous la domination du Maître du champ qui le cultive à son gré.

 

Méditation

 

« Une fois, écrit la sainte Visitandine, mon souverain me fit entendre qu'il voulait me retirer dans la solitude, non dans celle du désert où il s'était retiré Lui-même, mais dans celle de son Sacré Cœur, où il me ferait jouir de ses plus familiers entretiens, comme d'un ami avec son ami; que là il me donnerait de nouvelles instructions de ses volontés et me ferait prendre de nouvelles forces pour les accomplir ». « Si je connaissais, disait saint François de Sales, un seul filet d'affection en mon « âme qui ne fût de Dieu, en Dieu et pour Dieu, je m'en déferais aussitôt! » Voilà les vrais sentiments des véritables amants du Cœur sacré de Jésus! Voilà ceux qui trouvent dans ce nid sacré des âmes pures le refuge et la solitude auxquels la voix de la grâce les convie sans cesse. Quelques-uns se plaignent de ne point trouver Dieu dans leurs exercices de piété et ils ne savent, disent-ils, que faire pour le trouver; volontiers, ils diraient avec l'épouse des Cantiques, en s'adressant aux créatures: « N'avez-vous pas rencontré celui que mon cœur aime? Ne pouvez-vous m'indiquer où je trouverai celui après lequel mon âme soupire comme après son unique ami et son tout? » Ceux-là oublient que l'abandon dans lequel Dieu les laisse résulte précisément du besoin incessant qu'ils ont de recourir aux créatures. « Détachez votre cœur de toutes choses, disait sainte Thérèse d'Avila, et cherchez Dieu; vous le trouverez. Entrez dans la solitude, éloignez de vous les affections trop humaines et trop terrestres, faites le vide autour de vous, placez un désert autour de votre cœur. Il en coûte à la nature. Mais aussi, quelle admirable récompense! Dès cette vie, votre solitude est partagée par le Cœur sacré de Jésus! Et, dans l'autre !... »

 

Exemple

Le Secret pour puiser des grâces dans le Cœur de Jésus

 

Nous trouvons dans les écrits d'une fidèle épouse du Cœur de Jésus un trait bien propre à ranimer notre confiance. Un jour que sainte Gertrude priait Notre Seigneur d'enrichir de ses grâces les plus précieuses tous ceux qui s'étaient recommandés à ses prières, le Divin Maître lui dit: « Je leur ai donné à chacun d'eux un tuyau d'or pur dont la vertu est telle, qu'ils pourront par son moyen puiser dans Mon Cœur divin tous les biens qu'ils désirent ». Cette Sainte comprit que ce canal mystérieux n'était autre chose que la bonne volonté, par laquelle l'homme peut acquérir toutes les richesses spirituelles qui sont dans le ciel et sur la terre.

 

Pratique : Se détacher des affections qu'on sait déplaire au Cœur sacré de Jésus.

 

Oraison Jaculatoire : Divin Cœur de Jésus, le Dieu de mon cœur et mon partage pour l'éternité.

450_001

Pour recevoir la méditation du Mois du Sacré Cœur dans votre boite e-mail, être tenu au courant des publications sur le blog Images Saintes, et pour recevoir des prières, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes

07 juillet 2011

Mois du Sacré cœur de Jésus

 

Mois du Sacré cœur de Jésus

D'après Sainte Marguerite-Marie

834_001

Huitième jour

La Fournaise

 

Prélude

 

Représentons-nous le cœur de Jésus comme une fournaise où l'on jette des métaux qui entrent aussitôt en fusion.

 

Méditation

 

Dans le temps qu'elle s'approchait pour recevoir la sainte communion, Notre-Seigneur montra à sa chaste épouse son Sacré-Cœur comme une fournaise ardente et deux autres cœurs qui allaient s'unir au sien et s'y abîmer, lui disant en même temps: « C'est ainsi que Mon Amour unit ces trois cœurs pour toujours.... Les richesses infinies de Mon Cœur suppléeront et égaleront tout ». L'union des âmes dont il s'agit ici est une question délicate dont nous laisserons à un maître vénéré dans les voies spirituelles, à Monsieur Olier, le soin de nous expliquer les différences et les effets : « Il y a dans l'Église deux sortes d'union parmi les fidèles; l'une générale, l'autre particulière; la première est celle qui doit exister entre tous les chrétiens, comme membres d'un même corps, et la seconde celle que Dieu met entre quelques saintes âmes dont il veut se servir pour sa gloire, et pour quelques desseins particuliers qu'il a sur elles. Nous devons tous rechercher la première, parce qu'étant membres d'un même corps, et devant, par conséquent, pour en former la beauté, être unis les uns avec les autres, nous n'avons rien à craindre davantage que la division. Mais quant à la seconde, quoiqu'il faille la respecter et l'estimer dans tous ceux en qui elle se trouve, nous ne devons néanmoins jamais la désirer. Dieu ne la fait que pour des desseins particuliers qu'il a sur certaines âmes ».

 

Exemple

Où les Saints se retrouvent

 

Sainte Delphine avait écrit à son époux, saint Elzéar, pour se plaindre de ce que, pendant une absence un peu prolongée, il l'avait laissée sans nouvelles, et lui témoigner le désir qu'elle éprouvait de le voir bientôt revenir. Le saint lui répondit: « Si vous me cherchez, si vous désirez me voir, vous me trouverez dans la plaie sacrée du Cœur de Jésus. C'est là que je demeure et que je vous donne rendez-vous ». (Vie de saint Elzéar.)

 

Pratique : Donner souvent rendez vous à nos amis dans le Cœur sacré de Jésus.

 

Oraison Jaculatoire : Divin Cœur de Jésus, roi et contre de tous les cœurs! (Litanies du Sacré-Cœur)

9683

Pour recevoir la méditation du Mois du Sacré Cœur dans votre boite e-mail, être tenu au courant des publications sur le blog Images Saintes, et pour recevoir des prières, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes

06 juillet 2011

Mois du Sacré cœur de Jésus

 

Mois du Sacré cœur de Jésus

D'après Sainte Marguerite-Marie

834_001

Septième jour

L'Hostie d'immolation

 

Prélude

 

Représentons-nous Marguerite-Marie comme chargée d'une croix très-lourde. Elle s'offre en cet état à Notre Seigneur qui accepte cette offrande si conforme aux sentiments de son Cœur divin.

 

Méditation

 

Comme les souffrances de l'admirable victime du Cœur sacré de Jésus étaient devenues plus fortes que jamais par un surcroît de peines et d'humiliations, elle se présenta à Notre-Seigneur comme son hostie d'immolation, qui lui dit: « Oui, Ma fille, Je viens à toi comme souverain sacrificateur; je te donnerai une nouvelle vigueur, mais pour t'immoler à de nouveaux supplices ». La plus grande grâce et la meilleure preuve d'affection privilégiée que Jésus Christ puisse donner à une âme, c'est de lui faire partager les souffrances de Son Cœur divin. A ce signe, on reconnaît les amis particuliers du Sauveur. Quand, sur le point de livrer les combats de sa Passion, il veut donner au disciple préféré un témoignage de sa tendresse, c'est sur son Cœur qu'il attire la tête de Jean, c'est sur son Cœur qu'il le fait reposer et entrer dans une extase merveilleuse où le disciple de l'amour pénétra les secrets du Cœur de Jésus, comprit toute l'amertume de sa douleur à cette heure où un apôtre le trahissait, partagea les souffrances qui remplissaient l'âme de son Maître d'un océan de tristesse et de douleur. Si donc nous avons le bonheur d'être admis à ce divin banquet de la souffrance, ah! que notre croix nous devienne chère et précieuse! C'est la croix de Jésus qu'il nous permet de l'aider à porter, c'est le calice du jardin des Oliviers qu'il nous permet de boire avec lui, c'est le manteau dérisoire dont il permet que nous nous couvrions à ses côtés, c'est la couronne d'épines qui blesse sa tête et dont il nous permet d'arracher quelques piquants pour en prendre la douleur ! Heureuse les âmes à qui Dieu a révélé ce secret de bonheur dans la souffrance, de l'union de la volonté dans les croix!

 

Exemple

Amour de sainte Mechtilde

 

Sainte Mechlilde, pénétrée d'amour pour Jésus-Christ, se figurait, pendant son oraison, qu'elle baisait la plaie sacrée de son Cœur. Elle goûta, dans ce pieux exercice, une douceur ineffable, et il lui sembla entendre son Bien-Aimé lui disant: « Ma fille, Je désire que vous mettiez en Moi seul toutes les délices de votre âme ». Elle s'écria aussitôt: « Oui, mon Amour! oui, mon Amour! » « Que Mon Amour, lui dit Jésus-Christ, vous tienne désormais lieu de mère. Que ce soit Mon Amour qui, le matin, vous revête de vos vêtements, qui vous fasse prier, parler et agir; qui vous conduise partout où vous irez; qui vous anime en toutes choses ». Dès qu'elle était éveillée, elle protestait à son Dieu qu'elle ne voulait agir pendant toute la journée que par le motif de son amour, et elle renouvelait souvent sa promesse.

 

Pratique : Nous regarder quelquefois comme les victimes du Sacré Coeur de Jésus, admises à l'honneur de partager ses souffrances et d'unir nos propres expiations aux siennes.

 

Oraison Jaculatoire : Divin Cœur de Jésus, hostie d'immolation et souverain sacrificateur. (Mémoire de Sainte Marguerite Marie)

634_001

Pour recevoir la méditation du Mois du Sacré Cœur dans votre boite e-mail, être tenu au courant des publications sur le blog Images Saintes, et pour recevoir des prières, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes


05 juillet 2011

Mois du Sacré cœur de Jésus

 

Mois du Sacré cœur de Jésus

D'après Sainte Marguerite-Marie

834_001

Sixième jour

Les deux tableaux

 

Prélude

 

Sainte Marguerite-Marie incline doucement et humblement sa tête en signe d'obéissance devant Notre-Seigneur.

 

Méditation

 

« Un jour, écrit Marguerite-Marie, cet unique Amour de mon âme se présenta à moi, portant d'une main le tableau d'une vie la plus heureuse qu'on puisse se figurer pour une âme, d'une vie toute dans la paix et dans les consolations intérieures et extérieures, avec une santé parfaite, jointe à l'applaudissement et à l'estime des créatures, et à la jouissance de tout ce qu'on peut imaginer d'agréable à la nature; de l'autre main, il portait un tableau d'une vie pauvre et abjecte, toujours crucifiée par toutes sortes d'humiliations, de mépris et de contradictions; toujours souffrante au corps et en l'âme; et, me présentant ces deux tableaux, Il me dit: « Choisis, Ma fille, celui qui t'agréera le plus; Je te ferai les mêmes grâces, quelque choix que tu fasses de ces deux vies ». Je me prosternai à ses pieds pour l'adorer, en lui disant: « O mon Seigneur! je ne veux que Vous, je ne veux point d'autre choix que celui que Vous ferez Vous-même pour moi ». Il me pressait de choisir; je répondis: « Vous me suffisez seul, ô mon Dieu! faites pour moi ce qui Vous glorifiera davantage, sans avoir nul égard ni à mes intérêts ni à mes inclinations; contentez-vous, et c'est assez pour moi ». Alors il me dit qu'avec Madeleine j'avais choisi la meilleure part, laquelle ne me serait point ôtée, puisqu'il serait lui-même mon héritage pour toujours; et, me présentant le tableau d'une vie souffrante: « Voilà, me dit-il, ce que Je choisis pour toi; voilà ce qui Me plaît le plus, tant pour l'accomplissement de Mes desseins, que pour te rendre conforme à Moi. L'autre vie est une vie de jouissance, et non de mérite: elle est réservée pour l'éternité ». J'acceptai donc ce tableau de mort et de croix, en baisant la main qui me le présentait, et, quoique la nature en frémit, je l'embrassai de toute l'affection de mon cœur, je le serrai sur ma poitrine, et je le sentis s'imprimer en moi si intimement, qu'il me semblait que je n'étais plus qu'un composé de tout ce que j'y avais vu représenté ». Appliquons-nous résolument cette précieuse instruction du Sauveur et voyons combien nous sommes dans une illusion dangereuse, quand nous cherchons constamment nos aises et la satisfaction de notre nature.

 

Exemple

Sainte Lutgarde

 

Le Divin Sauveur, voulant détacher cette pieuse vierge de toutes les créatures, lui apparut, et, lui découvrant la plaie de son côté teinte de sang, lui dit: « Ne t'arrête plus aux caresses des enfants des hommes, contemple ici ce que tu dois aimer, et pourquoi: Mon Cœur te promet les vrais et solides plaisirs ». La Sainte fut si touchée de cette vision et tellement éprise d'amour envers Jésus, qu'elle ne respira plus désormais que du coté du ciel.

 

Pratique: Choisir quelquefois entre deux partis celui qui nous agrée le moins en union avec les souffrances du Cœur de Jésus.

 

Oraison Jaculatoire: Divin Cœur de Jésus, qui n'avez jamais joui d'une consolation parfaite pendant votre vie mortelle! (Révélations de sainte Brigitte).

726_001

Pour recevoir la méditation du Mois du Sacré Cœur dans votre boite e-mail, être tenu au courant des publications sur le blog Images Saintes, et pour recevoir des prières, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes

04 juillet 2011

Mois du Sacré cœur de Jésus

 

Mois du Sacré cœur de Jésus

D'après Sainte Marguerite-Marie

834_001

Cinquième jour

Les trois personnes de l'adorable Trinité

 

Prélude

 

La Sainte Religieuse parait livrée aux angoisses de la mort. Tout son être est comme anéanti. Seul, son regard est empreint d'une sérénité parfaite: il se fixe sur une vision céleste.

 

 

Méditation

 

Pendant une très grave maladie qui suivit la révélation que nous avons méditée hier, Marguerite-Marie reçut de Notre-Seigneur une grâce incomparable. Écoutons-la nous la raconter elle-même: « Il me sembla, pendant une défaillance, que les trois Personnes de l'Adorable Trinité se présentèrent à moi. Elles firent sentir à mon âme de grandes consolations. Mais, comme je ne puis m'expliquer sur tout ce qui se passa en cette occasion, je dirai seulement ceci. Il me sembla que le Père Éternel me présentait une fort grosse croix toute hérissée d'épines et accompagnée de tous les autres instruments de la Passion: « Tiens, ma fille, me dit-il, je te fais le même présent que j'ai fait à mon Fils bien-aimé ». « Et Moi, me dit Notre Seigneur Jésus-Christ, Je t'attacherai à la croix comme J'y ai été attaché Moi-même et Je t'y tiendrai fidèle compagnie ». La troisième de ces Adorables Personnes me dit que Lui, qui n'était qu'amour, m'y consumerait en me purifiant. Mon âme demeura dans une paix et une joie inconcevables. L'impression que fit en moi la vue des divines Personnes ne s'est jamais effacée de mon esprit. Elles me furent représentées sous la forme de trois jeunes hommes vêtus de blanc, tout resplendissants de lumière, de même âge, de même grandeur, de même beauté ». L'Adorable Trinité tout entière a concouru à la formation du Cœur Sacré de Jésus en concourant à l'œuvre divine de l'incarnation du Verbe, et, de plus, la fin principale pour laquelle le Cœur de Jésus, suivant la pensée et l'expression d'un illustre Cardinal, a été l'amour de Dieu et du prochain. Dieu et par conséquent la Trinité se trouve au commencement et à la fin de la dévotion au Sacré Cœur. C'est de la Trinité que cette chère dévotion tire son origine, et c'est à la Trinité qu'elle retourne comme à sa fin sublime et divine. Excitons-nous à cette pensée et réveillons en notre âme un plus ardent désir d'être fidèle à une dévotion si grande dans son principe et dans son but.

 

Exemple

Le Cœur de Jésus est notre ressource

 

Sainte Gertrude, s'efforçant un jour inutilement de prier avec toute l'ardeur due à la majesté de Dieu, se dit en elle-même avec grande tristesse: « Hélas! quel fruit puis-je tirer de cet exercice accompli avec tant de mobilité d'esprit? » Notre-Seigneur lui présenta alors son Cœur divin, lui disant: « Voilà mon Cœur charitable, l'organe de la Très Sainte Trinité; Je vous le donne afin que vous Lui demandiez avec confiance d'accomplir en vous tout ce que vous ne serez pas capable d'y opérer par vous-même, et qu'ainsi je n'y voie rien qui ne me paraisse extrêmement parfait... »

 

Pratique: Offrir souvent nos hommages à la Très Sainte Trinité par l'intermédiaire du Cœur de Jésus.

 

Oraison Jaculatoire: Divin Cœur de Jésus, Vous êtes le temple de l'adorable Trinité. (Litanies du Sacré-Cœur).

594_001

Pour recevoir la méditation du Mois du Sacré Cœur dans votre boite e-mail, être tenu au courant des publications sur le blog Images Saintes, et pour recevoir des prières, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes

03 juillet 2011

Mois du Sacré cœur de Jésus

 

Mois du Sacré cœur de Jésus

D'après Sainte Marguerite-Marie

834_001

Quatrième jour

La Flamme

 

Prélude

 

Une flamme ardente s'échappe du Cœur sacré de Jésus: elle s'élance sur le cœur de la Bienheureuse qui en parait tout enveloppé et embrasé.

 

Méditation

 

Un jour que l'humble religieuse représentait à Notre-Seigneur son impuissance vis-à-vis des réparations que le divin Maître attendait d'elle, Jésus Christ lui répondit: « Tiens, voilà de quoi suppléer à tout ce qui te manque ». Et, en même temps, ce divin Cœur s'étant ouvert, il en sortit une flamme si ardente, que la servante du Sacré-Cœur pensa en être toute consumée. Elle en était pénétrée de toutes parts et, ne la pouvant plus soutenir, elle demanda au Maître d'avoir pitié de sa faiblesse: « Je serai ta force, lui dit-il, ne crains rien, mais sois attentive à Ma Voix et à ce que Je te demande pour te disposer à l'accomplissement de Mes desseins. Premièrement, tu Me recevras à la sainte communion autant de fois que l'obéissance te le permettra, quelque mortification et humiliation qu'il t'en doive arriver, car ce sont des gages de Mon Amour. Secondement, tu communieras de plus tous les premiers vendredis de chaque mois. Troisièmement, toutes les nuits du jeudi au vendredi, Je te ferai participer à cette mortelle tristesse que J'ai bien voulu ressentir au Jardin des Oliviers, et cette participation à Ma tristesse te réduira à une espèce d'agonie plus rude à supporter que la mort. Tu m'accompagneras dans cette humble prière que je présentai alors à Mon Père parmi toutes Mes Angoisses, et pour cela, tu te lèveras entre onze heures et minuit, et tu demeureras prosternée avec Moi pendant une heure la Face contre terre, tant pour apaiser la Divine Colère en demandant Miséricorde pour les pécheurs, que pour honorer et adoucir en quelque façon l'amertume que je sentis alors de l'abandon de Mes Apôtres, ce qui m'obligea de leur reprocher qu'ils n'avaient pu veiller une heure avec Moi. Tu feras pendant cette heure-là ce que Je t'enseignerai. Mais écoute, ma fille, ne crois pas légèrement à tout esprit et ne t'y fie pas. Satan, furieux contre toi, cherche à te tromper: c'est pourquoi ne fais rien a sans l'approbation de ceux qui te conduisent, afin que, étant appuyée sur l'obéissance, il ne te puisse nuire; car il n'a point de pouvoir sur les obéissants ». Cette révélation n'a pas besoin de commentaires. Il suffit de la relire attentivement pour nous en appliquer les enseignements pratiques. Voyons en quoi nous pouvons suivre les pratiques suggérées par Notre-Seigneur à une âme vraiment désireuse de devenir une âme réparative. Mais n'oublions pas de nous laisser guider en tout par l'obéissance.

 

Exemple

Ardeur extraordinaire de Saint Philippe de Néri

 

Ce grand Serviteur de Dieu était tellement embrasé de l'Amour de Notre Seigneur, qu'on eût dit que toutes ses paroles et toutes ses œuvres étaient autant de flammes de ce Feu Sacré. Un jour, à l'âge de trente ans, il suppliait avec une ardeur extraordinaire le Saint-Esprit, qui est l'Amour personnel du Fils, de le remplir de Ses dons, de l'embraser de ses feux; il sentit alors un tel assaut de cet Esprit Divin, que son cœur en fut tout enflammé, et commença à battre avec une telle force, qu'il n'eût pu supporter une si violente palpitation sans mourir, si Dieu n'eût fait un miracle pour l'aider à supporter cette intolérable ardeur.

 

Pratique: Unir nos humbles actes de réparation et nos faibles amendes honorables à l'expiation infinie que le Cœur Sacré de Jésus offre à la justice de Son Père.

 

Oraison Jaculatoire: Divin Cœur de Jésus, faites que je ne vive plus que pour vous!

718_001

Pour recevoir la méditation du Mois du Sacré Cœur dans votre boite e-mail, être tenu au courant des publications sur le blog Images Saintes, et pour recevoir des prières, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes

02 juillet 2011

Mois du Sacré cœur de Jésus

 

Mois du Sacré cœur de Jésus

D'après Sainte Marguerite-Marie

834_001

Troisième jour

Les saintes Plaies

 

Prélude

 

La Bienheureuse contemple la radieuse Eucharistie exposée solennellement aux adorations de son monastère. Elle y voit un spectacle caché aux yeux de ses sœurs, humblement prosternées à ses côtés.

 

Méditation

 

« Un jour, raconte la pieuse vierge, le Saint Sacrement était exposé, je me sentis retirée au dedans de moi-même par un recueillement extraordinaire de tous mes sens et de toutes mes puissances. Jésus-Christ, mon Doux Maître, se présenta à moi tout éclatant de gloire avec ses cinq plaies, brillantes comme cinq soleils: de cette Sainte Humanité sortaient des flammes de toutes parts, mais surtout de Son Adorable Poitrine qui ressemblait à une fournaise, laquelle s'étant ouverte me découvrit son tout aimable Cœur qui était la vive source de ses flammes. Il me fit connaître en même temps les merveilles inexplicables de son pur amour et jusqu'à quel excès il avait porté son amour envers les hommes. Il se plaignit de leur ingratitude et dit que ce fut une peine de sa Passion plus sensible que ses autres souffrances: « S'ils usaient de retour à Mon égard, tout ce que J'ai fait pour eux paraîtrait peu de chose à Mon Amour; mais ils n'ont pour Moi que de la froideur et ils ne répondent à Mes empressements que par des rebuts. Toi, du moins, donne-Moi cette consolation de suppléer à leur ingratitude autant que tu le pourras ». Les secrets du Cœur de Jésus, disait Saint Bernard, s'échappent par les ouvertures de ses Saintes Plaies, car, selon la pensée du grand Évêque d'Hippone, elles sont pleines de bonté, de miséricorde, de douceur et de charité. Et notre cœur ne se fondrait pas d'amour! A ce Dieu qui a les mains, les pieds, le Cœur, blessés et percés pour l'Amour de nous, nous ne rendrions pas amour pour amour! Nous ne supporterions pas nos propres blessures par amour pour ses plaies, nos revers par amour pour ses douleurs, la mort pour sa mort!... Divin Cœur de Jésus, Saintes Plaies de notre Doux Sauveur, nous aussi, à la suite de Sainte Marguerite-Marie que vous avez tant aimée, nous voulons vous donner quelque consolation en essayant de suppléer par notre ferveur à l'ingratitude des hommes envers notre ineffable amour!

 

Exemple

Émotion de sainte Thérèse à la vue d'une image de Jésus

 

Une des âmes qui ont montré le plus de dévotion au Cœur de Jésus est assurément sainte Thérèse, qui se sentait tout émue, dès qu'elle voyait une image qui lui rappelait le souvenir du sang ou des plaies du Sauveur. C'est là que cette grande sainte apprenait à connaître le prix de son âme et l'amour que Jésus lui avait porté. Elle raconte elle-même ce qui suit. « Étant entrée un jour dans un oratoire, j'aperçus une image de Jésus-Christ couvert de plaies! je me sentis aussitôt pénétrée de la plus vive compassion, tant était représenté au naturel tout ce qu'il a souffert pour nous! La douleur que j'éprouvais fut portée à un tel point, qu'il me semblait qu'on me brisait le cœur; et, m'étant jetée à ses pieds, je répandis une grande abondance de larmes, le suppliant de m'accorder la grâce de ne plus l'offenser ».

 

Pratique: Honorer d'un culte spécial les saintes plaies de Jésus crucifié.

 

Oraison Jaculatoire: Divin Cœur de Jésus, je ne veux pas vivre sans souffrir, puisque je vois votre amour s'échapper par de si douloureuses blessures! (Saint Bernard.)

272_001

Pour recevoir la méditation du Mois du Sacré Cœur dans votre boite e-mail, être tenu au courant des publications sur le blog Images Saintes, et pour recevoir des prières, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes

01 juillet 2011

Mois du Sacré cœur de Jésus

 

Mois du Sacré cœur de Jésus

D'après Sainte Marguerite-Marie

834_001

Deuxième jour

Le Soleil mystérieux

 

Prélude

 

Sainte Marguerite Marie est agenouillée aux pieds du Sauveur, dont la Face éblouissante inonde autour de Lui toutes choses de Sa Divine Lumière. Baissons nos yeux devant cette splendeur dont les Anges eux-mêmes ne peuvent soutenir l'éclat.

 

Méditation

 

« Les premiers vendredis du mois, écrit la Sainte, le Sacré Cœur m'apparaissait comme un Soleil brillant d'une éclatante lumière, dont les rayons tout ardents donnaient à plomb sur mon cœur, lequel se sentait embrasé d'un feu si vif qu'il semblait m'aller réduire en cendre. C'était particulièrement en ce temps-là que mon Divin Maître me donnait ses leçons et me découvrait les secrets de cet aimable Cœur ». Ce n'est pas sans mystère que le Cœur de Jésus apparaissait à sa pieuse amante dans le symbole du soleil. N'est-il pas écrit que, « sentant émues les entrailles de sa miséricorde, notre Dieu nous a visités sortant, comme de l'Orient, des profondeurs de la nuit? » (Luc, 1, 78.) « Il se lève, et aussitôt, ajoute le Roi-prophète, le voici qui tressaille comme un géant pour fournir sa carrière. Nul ne se dérobe à sa chaleur ». (Psaume 18, 16.) Ouvrons le Saint Évangile, s'écrie un pieux et vénéré interprète des symboles divins, quelle âme ne s'est pas échauffée au foyer de l'astre divin? Il est vrai que, soleil invisible, il semble se cacher au monde sous les voiles de son humilité, et cependant il consent un jour à écarter les voiles. Il se transfigure sur le Tabor en présence de ses trois disciples, et à l'instant même son visage resplendit comme le soleil. L'astre s'est levé à Bethléem, il se couche au Calvaire (et aussi à la mort du Sauveur le soleil s'obscurcit), puis il monte au-dessus de son couchant, il triomphe de la mort par la résurrection. Mais, en ressuscitant, Jésus Christ n'a retiré à la terre ni sa lumière ni sa chaleur; l'Église les a reçues comme un héritage qu'elle communique à chacun de nous, et c'est pour cela que, dans l'Apocalypse, l'Église nous est représentée comme une femme environnée du soleil. Soleil divin du Cœur de Jésus! inondez mes ténèbres de Vos Lumières, fondez la glace de mon âme par les rayons de votre bienfaisante chaleur, réchauffez ma froideur et mon indifférence et transformez-moi par vos clartés spirituelles.

 

Exemple
Un zélé adorateur du Sacré Cœur


 

Le Père Gloriot mérite d'avoir une place distinguée parmi les serviteurs les plus zélés du Cœur de Jésus dans ces derniers temps. Pour entretenir et augmenter cette salutaire dévotion, il avait fait peindre ce Cœur sacré environné de flammes et de rayons lumineux, au milieu desquels il avait placé les reliques des saints les plus connus par leur amour envers le Cœur de Jésus. Il profitait de toutes les circonstances favorables pour recommander cette dévotion, et, afin de la propager parmi les fidèles, il fit exécuter une gravure qui représentait le Cœur du Sauveur et au-dessous les cinq parties du monde figurées par des emblèmes dans l'attitude de l'adoration.

 

Pratique: Consulter dans ses doutes et ses incertitudes le Cœur de Jésus.

Oraison Jaculatoire: Divin Cœur de Jésus, vous êtes la lumière des âmes qui vous contemplent. (St Augustin).

083_001

Pour recevoir la méditation du Mois du Sacré Cœur dans votre boite e-mail, être tenu au courant des publications sur le blog Images Saintes, et pour recevoir des prières, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes