06 mai 2008

Notre Dame du Saint Cordon

Notre Dame du Saint Cordon

Valenciennes, Diocèse de Cambrai, France

10032_310024_310009_310017_310019_310022_310524_3

Prière à Notre Dame du Saint Cordon

O Notre Dame du Saint Cordon,, très Sainte Vierge Marie, Mère de Miséricorde, veillez sur nous, sur notre pays, sur l'Eglise et sur le monde, afin que la Croix du Christ ne soit pas rendue vaine, que l'homme ne s'égare pas hors du sentier du bien, qu'il ne perde pas la conscience du péché, qu'il grandisse dans l'espérance en Dieu "riche en miséricorde" (Ep 23, 4), qu'il accomplisse librement les oeuvres bonnes préparées d'avance par Dieu (Ep 2, 10) et qu'il soit ainsi, par toute sa vie, "à la louange de sa gloire" (Ep 1, 12). Obtenez-nous de Votre Divin Fils les grâces dont nous avons besoin. Notre Dame dyu Saint Cordon, priez pour nous. Amen.

Notice sur Notre Dame du Saint Cordon,

cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-773090.html

Posté par fmonvoisin à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 mai 2008

Litanies du Précieux Sang de Jésus

Guillaume_Courtois

Le Précieux Sang de Jésus

Fête le 1er juillet

L'Histoire de l'Église, c'est l'histoire du Précieux Sang. "C'est par lui, et non par le sang des taureaux et des boucs, que nous avons été rachetés; c'est par Son propre Sang que le Christ est entré une fois pour toutes dans le Saint des Saints, après avoir acquis une rédemption éternelle," déclare saint Paul, le premier docteur du Précieux Sang.

Le sang des Martyrs et les sueurs des Saints de tous les temps sont le prolongement du Précieux Sang de Jésus-Christ. Chacun d'eux ne pouvait-il pas répéter avec saint Paul: "J'achève en ma propre chair ce qui manque aux souffrances de Jésus-Christ."

Aussi est-ce à bon droit que la liturgie sacrée célèbre le Précieux Sang durant tout le cours de l'année. Par le sacrifice des autels, Notre-Seigneur Jésus-Christ ne cesse de répandre Sa vertu purificatrice sur le monde, criant non vengeance, mais miséricorde. Il étouffe la voix des crimes des pécheurs et change les foudres vengeresses en pluie de grâces. Le Père Éternel exige que le Sang de Son Fils bien-aimé soit le bain qui purifie notre conscience. Ce Sang d'un si haut prix nous est donné, non avec parcimonie, mais avec une générosité divine.

Incomparable Victime préparée par l'Éternel, l'Enfant-Dieu commence Sa mission de Rédempteur au jour de la Circoncision. Au jardin des oliviers, la terre est arrosée de la sueur de Son sang adorable. Au prétoire, ce ne sont plus des gouttes, mais des ruisseaux de sang qui coulent de tout Son corps, sous les coups redoublés de la flagellation. Sa tête n'est pas épargnée, les épines qui y sont enfoncées l'inondent et l'empourprent de Son sang.

Dans les sentiers du Calvaire, tous les pas du Rédempteur sont marqués par des traces de sang. Ce Précieux Sang jaillit encore avec effusion au moment où les soldats Lui arrachent violemment Ses habits collés à Ses plaies. Lorsque Ses pieds et Ses mains sont percés par de gros clous qui fixent Son saint corps à la croix, quatre fleuves de sang fécondent la terre desséchée et maudite par le péché. Avec le coup de lance, une nouvelle plaie s'ouvre encore et laisse sortir la dernière goutte de sang des veines de notre très doux Sauveur.

Rachetés à un si haut prix, ne nous rendons plus esclaves des créatures. Nous portons sur nos fronts la croix du Christ, nous sommes teints de Son sang; n'effaçons pas les marques d'une si glorieuse servitude. Puisqu'Il a racheté notre vie si chèrement, consacrons-la toute entière au service de ce Dieu d'amour et ne rompons pas un marché qui nous est si avantageux. Lorsque le prêtre offre ce Précieux Sang sur l'autel, entourons-le de nos plus respectueux hommages.

Tiré de: Frères des Ecoles Chrétiennes, Vies des Saints, Edition 1932, p. 229; Edition 1903, p. 639-640 -- L'abbé Jouve, édition 1886, p. 499-500.

 

Litanies du Précieux Sang

Seigneur, ayez pitié de nous.
O Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus, écoutez-nous.
Jésus, exaucez-nous
Père céleste, Dieu tout-puissant, donnez-nous la foi.
Dieu le Fils, Rédempteur du monde, soyez notre espérance.
Esprit de Dieu, charité éternelle, embrasez-nous.
Très-sainte et adorable Trinité, ayez pitié de nous.
Jésus, Agneau sans tache, sacrifié dès le commencement du monde, ayez pitié de nous.
Jésus, qui avez désiré répandre votre Sang pour le salut des hommes, ayez pitié de nous.
Jésus, qui, pour racheter les hommes, avez répandu tout votre Sang sur la croix, ayez pitié de nous.
Sang précieux, qui coulez avec abondance des plaies sacrées de Jésus, rejaillissez sur nous.
Sang précieux, qui sortez de l'adorable Coeur de Jésus ouvert par la lance,ayez pitié de nous.
Sang précieux, rançon d'un pris infini, ayez pitié de nous.
Sang précieux, bain salutaire toujours préparé à nos âmes pécheresses, ayez pitié de nous.
Sang précieux, source toujours jaillissante de grâces et de bénédictions, ayez pitié de nous.
Sang précieux, du Testament nouveau et éternel, ayez pitié de nous.
Sang précieux, dont la voix s'élève au Ciel et crie miséricorde, ayez pitié de nous.
Sang précieux, force et soutien des âmes languissantes, ayez pitié de nous.
Sang précieux, qui êtes le grand océan de la miséricorde divine, ayez pitié de nous.
Sang précieux, céleste rafraîchissement et divin breuvage des âmes saintes, ayez pitié de nous.
Sang précieux, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.
Sang précieux, qui coulez encore sur l'autel pour notre salut, ayez pitié de nous.
Par votre précieux Sang, écoutez-nous, Jésus.
Par votre précieux Sang, exaucez-nous, Jésus.
De tout péché, par votre précieux Sang, délivrez-nous, Jésus.
De l'esprit de mensonge et d'incrédulité, par votre précieux Sang, délivrez-nous, Jésus.
Du mépris des choses saintes, par votre précieux Sang, délivrez-nous, Jésus.
De la réception indigne de votre Corps sacré et de votre Sang adorable, par votre précieux Sang, délivrez-nous, Jésus.
De la damnation éternelle, par votre précieux Sang, délivrez-nous, Jésus.
Par la sueur de sang qui découla de tous vos membre pendant votre agonie au jardin des Oliviers, exaucez-nous, Jésus.
Par le Sang précieux que la couronne d'épine fit couler de votre tête sacrée, exaucez-nous, Jésus.
Par le Sang précieux que vous avez répandu en portant votre croix jusqu'au Calvaire, exaucez-nous, Jésus.
Par le Sang précieux qui coula de vos mains et de vos pieds quand vous fûtes attaché à la croix, exaucez-nous, Jésus.
Par le Sang précieux que vous avez versé pendant les trois heures de votre agonie sur la croix, exaucez-nous, Jésus.
Par le Sang précieux et l'eau sacrée qui sortirent après votre mort de votre coeur percé par la lance,
exaucez-nous, Jésus.
Daignez nous donner la persévérance finale et la vie éternelle, que vous nous avez méritée en  répandant pour nous votre précieux Sang, nous vous en prions, écoutez-nous.
Daignez nous donner la persévérance finale et la vie éternelle, que vous nous avez méritée en répandant votre précieux Sang, nous vous en prions, écoutez-nous.
Daignez accorder aux âmes des fidèles trépassés la jouissance éternelle de votre gloire, acquise au prix de votre précieux Sang, nous vous en prions, écoutez-nous.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, par votre précieux Sang, pardonnez-nous, Jésus.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, par votre précieux Sang, exaucez-nous, Jésus.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, par votre précieux Sang, ayez pitié de nous, Jésus.
Jésus, écoutez-nous.
Jésus, exaucez-nous.
Les fontaines du grand abîme se sont répandues avec abondance des entrailles de Jésus,
et les portes du ciel se sont ouvertes. Hâtez-vous, âme pécheresse;
Et lavez-vous sept fois dans ce Jourdain de sang.
Prions
O Jésus! Sauveur adorable, qui avez daigné répandre miséricordieusement votre Sang sur la 

croix pour nous racheter de nos péchés, daignez nous accorder un pardon que nous ne méritons point, 

ne vous souvenant que de votre infinie miséricorde et de votre tendre amour pour nos âmes. 

Répandez sur nous l'abondance de vos grâces, afin que nous arrivions au Ciel pour jouir 

de votre gloire pendant toute l'éternité. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père et le Saint-Esprit, 

dans les siècles des siècles. Amen.
Téléchargez le texte des litanies du Précieux Sang (pdf), en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 17:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

Litanies des Ames du Purgatoire

purgatorpurgand_de_delivranceHC_20Madonna_20Carmine_20140_20

Litanies pour les âmes du purgatoire

Seigneur, ayez pitié de nous
Jésus – Christ, ayez pitié de nous

Seigneur, ayez pitié de nous
Jésus – Christ, écoutez nous
Jésus – Christ, exaucez nous

Père Céleste qui êtes Dieu, ayez pitié des âmes du purgatoire
Fils Rédempteur du monde qui êtes Dieu, ayez pitié des âmes du purgatoire
Esprit Saint qui êtes Dieu, ayez pitié des âmes du purgatoire
Trinité Sainte qui êtes un seul Dieu, ayez pitié des âmes du purgatoire

Sainte Marie, priez pour les âmes du purgatoire
Sainte Mère de Dieu, priez pour les âmes du purgatoire
Sainte Vierge des vierges, priez pour les âmes du purgatoire

Sainte Michel, priez pour les âmes du purgatoire
Tous les Anges et les Archanges, priez pour les âmes du purgatoire
Tous les chœurs des Esprits Bienheureux, priez pour les âmes du purgatoire
Tous les saints Patriarches et prophètes, priez pour les âmes du purgatoire
Saint Jean - Baptiste, priez pour les âmes du purgatoire
Saint Joseph, priez pour les âmes du purgatoire
Saint Pierre, priez pour les âmes du purgatoire
Saint Jean, priez pour les âmes du purgatoire
Tous les saints Apôtres et Evangélistes, priez pour les âmes du purgatoire
Saint Etienne, priez pour les âmes du purgatoire
Saint Laurent, priez pour les âmes du purgatoire
Tous les saints Martyrs, priez pour les âmes du purgatoire
Saint Grégoire, priez pour les âmes du purgatoire
Saint Ambroise, priez pour les âmes du purgatoire
Saint Augustin, priez pour les âmes du purgatoire
Saint Jérôme, priez pour les âmes du purgatoire
Tous les saints Pontifes et Confesseurs, priez pour les âmes du purgatoire
Tous les saints Docteurs, priez pour les âmes du purgatoire
Tous les saints Prêtres et Lévites, priez pour les âmes du purgatoire
Tous les saints Moines et Ermites, priez pour les âmes du purgatoire
Sainte Marie - Madeleine, priez pour les âmes du purgatoire
Sainte Catherine, priez pour les âmes du purgatoire
Sainte Barbe, priez pour les âmes du purgatoire
Toutes les saintes Vierges et Veuves, priez pour les âmes du purgatoire
Toutes les saints de Dieu, priez pour les âmes du purgatoire

Soyez leur propice, pardonnez leur, Seigneur
Soyez leur propice, exaucez nous, Seigneur
De tout mal, délivrez les, Seigneur
De votre colère, délivrez les, Seigneur
De la sévérité de votre justice, délivrez les, Seigneur
Du ver rongeur de la conscience, délivrez les, Seigneur
Des ténèbres effroyables, délivrez les, Seigneur
De leurs pleurs et gémissements, délivrez les, Seigneur

Par votre Incarnation, délivrez les, Seigneur
Par votre Sainte Nativité, délivrez les, Seigneur
Par votre Nom très doux, délivrez les, Seigneur
Par votre Baptême et votre Saint Jeûne, délivrez les, Seigneur
Par votre profonde humilité, délivrez les, Seigneur
Par votre grande obéissance, délivrez les, Seigneur
Par votre amour infini, délivrez les, Seigneur
Par vos angoisses et vos souffrances, délivrez les, Seigneur
Par votre sueur de sang, délivrez les, Seigneur
Par vos liens et vos chaînes, délivrez les, Seigneur
Par votre couronne d’épines, délivrez les, Seigneur
Par vos très saintes plaies, délivrez les, Seigneur
Par votre Croix et votre passion, délivrez les, Seigneur
Par votre mort ignominieuse, délivrez les, Seigneur
Par votre sainte Résurrection, délivrez les, Seigneur
Par votre admirable Ascension, délivrez les, Seigneur
Par l’avènement du Saint Esprit Consolateur, délivrez les, Seigneur

Tout pécheur que nous sommes, nous vous en prions, écoutez- nous
Vous qui avez pardonné à la pécheresse et exaucé le Bon Larron, nous vous en prions,…
Vous qui sauvez par votre Grâce, nous vous en prions,…
Qu’il vous plaise de délivrer nos parents, amis et bienfaiteurs des flammes expiatrices, nous vous en prions,… Qu’il vous plaise de délivrer tous les fidèles trépassés de leurs souffrances, nous vous en prions,…
Qu’il vous plaise de prendre en pitié ceux qui n’ont point en ce monde d’intercesseurs particuliers, nous vous en prions,…
Qu’il vous plaise de faire grâce à tous et de les délivrer de leurs peines, nous vous en prions,…
Qu’il vous plaise d’exaucer leurs désirs, nous vous en prions,…
Qu’il vous plaise de les admettre au Ciel parmi les élus, nous vous en prions,…

Agneau de Dieu qui effacez les péchés du monde, donnez leur le repos
Agneau de Dieu qui effacez les péchés du monde, donnez leur le repos
Agneau de Dieu qui effacez les péchés du monde, donnez leur le repos éternel

Jésus – Christ, écoutez nous Jésus – Christ, exaucez nous

Seigneur, écoutez ma prière
Et que ma supplication parvienne jusqu’à Vous.

Prions

Seigneur Jésus, prenez en pitié les âmes détenues en purgatoire, pour le salut desquelles Vous avez daigné prendre notre nature humaine et subir la mort la plus douloureuse. Ayez pitié de leurs aspirations brûlantes à vous voir, ayez pitié de leurs larmes de repentir, et par la vertu de Votre Passion, remettez leur les peines encourues par leurs offenses. Très doux Jésus, que Votre Sang descende sur ces chères âmes ! Qu’il abrège leur temps d’expiation et qu’elles puissent bientôt être appelées auprès de Vous dans l’Eternel bonheur ! Amen.

Le Purgatoire

Définition du catéchisme de l'Eglise Catholique de 1992

III. La purification finale ou Purgatoire

1030 Ceux qui meurent dans la grâce et l’amitié de Dieu, mais imparfaitement purifiés, bien qu’assurés de leur salut éternel, souffrent après leur mort une purification, afin d’obtenir la sainteté nécessaires pour entrer dans la joie du ciel. 1031 L’Église appelle Purgatoire cette purification finale des élus qui est tout à fait distincte du châtiment des damnés. L’Église a formulé la doctrine de la foi relative au Purgatoire surtout aux Conciles de Florence (cf. DS 1304) et de Trente (cf. DS 1820 ; 1580). La tradition de l’Église, faisant référence à certains textes de l’Écriture (par exemple 1 Co 3, 15 ; 1 P 1, 7), parle d’un feu purificateur : Pour ce qui est de certaines fautes légères, il faut croire qu’il existe avant le jugement un feu purificateur, selon ce qu’affirme Celui qui est la Vérité, en disant que si quelqu’un a prononcé un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pardonné ni dans ce siècle-ci, ni dans le siècle futur (Mt 12, 31). Dans cette sentence nous pouvons comprendre que certaines fautes peuvent être remises dans ce siècle-ci, mais certaines autres dans le siècle futur (S. Grégoire le Grand, dial. 4, 39).

1032 Cet enseignement s’appuie aussi sur la pratique de la prière pour les défunts dont parle déjà la Sainte Écriture : " Voilà pourquoi il (Judas Maccabée) fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils fussent délivrés de leur péché " (2 M 12, 46). Dès les premiers temps, l’Église a honoré la mémoire des défunts et offert des suffrages en leur faveur, en particulier le sacrifice eucharistique (cf. DS 856 ;), afin que, purifiés, ils puissent parvenir à la vision béatifique de Dieu. L’Église recommande aussi les aumônes, les indulgences et les œuvres de pénitence en faveur des défunts : Portons-leur secours et faisons leur commémoraison. Si les fils de Job ont été purifiés par le sacrifice de leur père (cf. Jb 1, 5), pourquoi douterions-nous que nos offrandes pour les morts leur apportent quelque consolation ? N’hésitons pas à porter secours à ceux qui sont partis et à offrir nos prières pour eux (S. Jean Chrysostome, hom. in 1 Cor. 41, 5 : PG 61, 361C).

IV. L’enfer

1033 Nous ne pouvons pas être unis à Dieu à moins de choisir librement de l’aimer. Mais nous ne pouvons pas aimer Dieu si nous péchons gravement contre Lui, contre notre prochain ou contre nous-mêmes : " Celui qui n’aime pas demeure dans la mort. Quiconque hait son frère est un homicide ; or vous savez qu’aucun homicide n’a la vie éternelle demeurant en lui " (1 Jn 3, 15). Notre Seigneur nous avertit que nous serons séparés de Lui si nous omettons de rencontrer les besoins graves des pauvres et des petits qui sont ses frères (cf. Mt 25, 31-46). Mourir en péché mortel sans s’en être repenti et sans accueillir l’amour miséricordieux de Dieu, signifie demeurer séparé de Lui pour toujours par notre propre choix libre. Et c’est cet état d’auto-exclusion définitive de la communion avec Dieu et avec les bienheureux qu’on désigne par le mot " enfer ".

1034 Jésus parle souvent de la " géhenne " du " feu qui ne s’éteint pas " (cf. Mt 5, 22. 29 ; 13, 42. 50 ; Mc 9, 43-48), réservé à ceux qui refusent jusqu’à la fin de leur vie de croire et de se convertir , et où peuvent être perdus à la fois l’âme et le corps (cf. Mt 10, 28). Jésus annonce en termes graves qu’il " enverra ses anges, qui ramasseront tous les fauteurs d’iniquité (...), et les jetteront dans la
fournaise ardente " (Mt 13, 41-42), et qu’il prononcera la condamnation : " Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel ! " (Mt 25, 41).

1035 L’enseignement de l’Église affirme l’existence de l’enfer et son éternité. Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement après la mort dans les enfers, où elles souffrent les peines de l’enfer, " le feu éternel " (cf. DS 76 ; 409 ; 411 ; 801 ; 858 ; 1002 ; 1351 ; 1575 ; SPF 12). La peine principale de l’enfer consiste en la séparation éternelle d’avec Dieu en qui
seul l’homme peut avoir la vie et le bonheur pour lesquels il a été crée et
auxquels il aspire.

1036 Les affirmations de la Sainte Écriture et les enseignements de l’Église au sujet de l’enfer sont un appel à la responsabilité avec laquelle l’homme doit user de sa liberté en vue de son destin éternel. Elles constituent en même temps un appel pressant à la conversion : " Entrez par la porte étroite. Car large et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui le
prennent ; mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent " (Mt 7, 13-14) : Ignorants du jour et de l’heure, il faut que, suivant l’avertissement du Seigneur, nous restions constamment vigilants pour mériter, quand s’achèvera le cours unique de notre vie terrestre, d’être admis avec lui aux noces et comptés parmi les bénis de Dieu, au lieu d’être, comme de mauvais et paresseux serviteurs, écartés par l’ordre de Dieu vers le feu éternel, vers ces ténèbres du dehors où seront les pleurs et les grincements de dents (LG 48).

1037 Dieu ne prédestine personne à aller en enfer (cf. DS 397 ; 1567) ; il faut pour cela une aversion volontaire de Dieu (un péché mortel), et y persister jusqu’à la fin. Dans la liturgie eucharistique et dans les prières quotidiennes de ses fidèles, l’Église implore la miséricorde de Dieu, qui veut " que personne ne périsse, mais que tous arrivent au repentir " (2 P 3, 9) : Voici l’offrande que nous présentons devant toi, nous, tes serviteurs, et ta famille entière : dans ta bienveillance, accepte-la. Assure toi-même la paix de notre vie, arrache-nous à la damnation et reçois-nous parmi tes élus (MR, Canon Romain 88).

I. Le jugement particulier

1021 La mort met fin à la vie de l’homme comme temps ouvert à l’accueil ou au rejet de la grâce divine manifestée dans le Christ (cf. 2 Tm 1, 9-10). Le Nouveau Testament parle du jugement principalement dans la perspective de la rencontre finale avec le Christ dans son second avènement, mais il affirme aussi à plusieurs reprises la rétribution immédiate après la mort de chacun en fonction de ses œuvres et de sa foi. La parabole du pauvre Lazare (cf. Lc 16, 22) et la parole du
Christ en Croix au bon larron (cf. Lc 23, 43), ainsi que d’autres textes du Nouveau Testament (cf. 2 Co 5, 8 ; Ph 1, 23 ; He 9, 27 ; 12, 23) parlent d’une destinée ultime de l’âme (cf. Mt 16, 26) qui peut être différente pour les unes et pour les autres.

1022 Chaque homme reçoit dans son âme immortelle sa rétribution éternelle dès sa mort en un jugement particulier qui réfère sa vie au Christ, soit à travers une purification (cf. Cc. Lyon : DS 857-858 ; Cc. Florence : DS 1304-1306 ; Cc. Trente : DS 1820), soit pour entrer immédiatement dans la béatitude du ciel (cf. Benoît XII : DS 1000-1001 ; Jean XXII : DS 990), soit pour se damner
immédiatement pour toujours (cf. Benoît XII : DS 1002). Au soir de notre vie, nous serons jugés sur l’amour (S. Jean de la Croix, dichos 64)

II. Le Ciel

1023 Ceux qui meurent dans la grâce et l’amitié de Dieu, et qui sont parfaitement purifiées, vivent pour toujours avec le Christ. Ils sont pour toujours semblables à Dieu, parce qu’ils le voient " tel qu’il est " (1 Jn 3, 2), face à face (cf. 1 Co 13, 12 ; Ap 22, 4) : De notre autorité apostolique nous définissons que, d’après la disposition générale de Dieu, les âmes de tous les saints (...) et de tous les autres fidèles morts après avoir reçu le saint Baptême du Christ, en qui il n’y a rien eu à purifier lorsqu’ils sont morts, (...) ou encore, s’il y a eu ou qu’il y a quelque chose à purifier, lorsque, après leur mort, elles auront achevé de le faire, (...) avant même la résurrection dans leur corps et le Jugement général, et cela depuis l’Ascension du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ au ciel, ont été, sont et seront au ciel, au Royaume des cieux et au Paradis céleste avec le Christ, admis dans la société des saints anges. Depuis la passion et la mort de notre Seigneur Jésus-Christ, elles ont vu et voient l’essence divine d’une vision intuitive et même face à face, sans la médiation d’aucune créature (Benoît XII : DS 1000 ; cf. LG 49).

1024 Cette vie parfaite avec la Très Sainte Trinité, cette communion de vie et d’amour avec Elle, avec la Vierge Marie, les anges et tous les bienheureux est appelée " le ciel ". Le ciel est la fin ultime et la réalisation des aspirations les plus profondes de l’homme, l’état de bonheur suprême et définitif.

1025 Vivre au ciel c’est " être avec le Christ " (cf. Jn 14, 3 ; Ph 1, 23 ; 1 Th 4, 17). Les élus vivent " en Lui ", mais ils y gardent, mieux, ils y trouvent leur vraie identité, leur propre nom (cf. Ap 2, 17) : Car la vie c’est d’être avec le Christ : là où est le Christ, là est la vie, là est le royaume. (S. Ambroise, Luc. 10, 121: PL 15, 1834A).

1026 Par sa mort et sa Résurrection Jésus-Christ nous a " ouvert " le ciel. La vie des bienheureux consiste dans la possession en plénitude des fruits de la rédemption opérée par le Christ qui associe à sa glorification céleste ceux qui ont cru en Lui et qui sont demeurés fidèles à sa volonté. Le ciel est la communauté bienheureuse de tous ceux qui sont parfaitement incorporés à Lui.

1027 Ce mystère de communion bienheureuse avec Dieu et avec tous ceux qui sont dans le Christ dépasse toute compréhension et toute représentation. L’Écriture nous en parle en images : vie, lumière, paix, festin de noces, vin du royaume, maison du Père, Jérusalem céleste, paradis : " Ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas monté au cœur de l’homme,
tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment " (1 Co 2, 9).

1028 A cause de sa transcendance, Dieu ne peut être vu tel qu’Il est que lorsqu’il ouvre lui-même son mystère à la contemplation immédiate de l’homme et qu’Il lui en donne la capacité. Cette contemplation de Dieu dans sa gloire céleste est appelée par l’Église " la vision béatifique " : Quelle ne sera pas ta gloire et ton bonheur : être admis à voir Dieu, avoir l’honneur de participer aux joies du salut et de la lumière éternelle dans la compagnie du Christ le Seigneur ton Dieu, (...) jouir au Royaume des cieux dans la compagnie des justes et des amis de Dieu, les joies de l’immortalité acquise (S. Cyprien, ep. 56, 10, 1 : PL 4, 357B).

1029 Dans la gloire du ciel, les bienheureux continuent d’accomplir avec joie la volonté de Dieu par rapport aux autres hommes et à la création toute entière. Déjà ils règnent avec le Christ ; avec Lui " ils régneront pour les siècles des siècles " (Ap 22, 5 ; cf. Mt 25, 21. 23).

Le Purgatoire et Jean-Paul II

Dives in misericordia de Jean-Paul II

«S'appuyant sur cette manière de manifester la présence de Dieu qui est Père, amour et miséricorde, Jésus fait de la miséricorde un des principaux thèmes de sa prédication. Comme d'habitude, ici encore il enseigne surtout en paraboles, car celles-ci expriment mieux l'essence des choses. Il suffit de rappeler la parabole de l'enfant prodigue, ou encore celle du bon samaritain, mais aussi, par contraste, la parabole du serviteur sans pitié... Révélée dans le Christ, la vérité au sujet de Dieu "Père des miséricordes" nous permet de le voir particulièrement proche de l'homme, surtout quand il souffre, quand il est menacé dans le fondement même de son existence et de sa dignité. Et c'est pourquoi, dans la situation actuelle de l'Eglise et du monde, bien des hommes et bien des milieux, guidés par un sens aigu de la foi, s'adressent, je dirais quasi spontanément, à la miséricorde de Dieu. Ils sont certainement poussés par le Christ, dont l'Esprit est à l'oeuvre au fond des coeurs... La justice bien comprise constitue pour ainsi dire le but du pardon. Dans aucun passage évangélique, le pardon, ni même la miséricorde qui en est la source, ne signifient indulgence envers le mal, envers le scandale, envers le tort causé ou les o ffenses. En chaque cas, la réparation du mal et du scandale, le dédommagement du tort causé, la satisfaction de l'offense sont conditions du pardon. »

Dans la Bulle d'introduction pour l'Année Sainte de la Rédemption donnée à Rome le 6 janvier 1983, Sa Sainteté le pape Jean-Paul II relève: «Il convient de redécouvrir le sens du péché et, pour cela, le sens de Dieu. Car le péché est une offense faite au Dieu juste et miséricordieux, et il demande à être convenablement expié dans cette vie ou dans l'autre. Comment ne pas se rappeler cet avis salutaire: "Le Seigneur jugera son peuple. Il est terrible de tomber entre les mains du Dieu vivant!" (He 10, 30-31 ) L'Eglise, dispensatrice par la volonté expresse de son Fondateur, accorde à tous les fidèles la possibilité d'accéder, moyennant l'indulgence (plénière), au don total de la miséricorde de Dieu, mais elle exige qu'il y ait la pleine disponibilité et la purification intérieure nécessaire, car l'indulgence n'est pas séparable de la vertu ni du sacrement de pénitence. Je désire avant tout que l'on accorde une importance fondamentale aux deux principales conditions requises pour acquérir toute indulgence plénière: la confession sacramentelle personnelle et complète, dans laquelle se réalise la rencontre entre la misère de l'homme et la miséricorde de Dieu, et la communion eucharistique reçue dignement. » N'oublions pas les exigences de la justice du Christ, relatées au chapitre 5 de l'Evangile selon Saint Matthieu. Après avoir enseigné les Béatitudes, Jésus precise qu'il n'est pas venu abolir la Loi et les Prophètes, mais l'accomplir. En renouvelant les interprétations concrètes de la Loi donnée au Sinaï, Jésus affirme avec une intransigence absolue les exigences de renouvellement du comportement humain, dans la perspective du Royaume: « Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux. »

Le Pape Jean Paul II aux prêtres, PROPOS TENUS  par JEAN PAUL II DANS SON MESSAGE, RENDU PUBLIC LE 3 AVRIL (?) , ADRESSÉ AU GRAND PÉNITENCIER, LE CARDINAL WILLIAM W. BAUM, À L'OCCASION DU COURS HABITUEL ORGANISÉ PAR LE DICASTÈRE VATICAN POUR LES PROCHAINS CANDIDATS AU SACERDOCE ET POUR LES NOUVEAUX PRÊTRES: "RAPPELEZ-VOUS LES INDULGENCES" "J'EXHORTE VIVEMENT LES PRÊTRES À ÉDUQUER LES FIDÈLES PAR UNE CATÉCHÈSE APPROPRIÉE ET APPROFONDIE, AFIN QU'ILS PROFITENT DES GRANDS BIENFAITS DES INDULGENCES, SELON L'ESPRIT ET L'ÂME DE L'ÉGLISE. EN PARTICULIER, LES PRÊTRES CONFESSEURS POURRAIENT TRÈS UTILEMENT ASSIGNER À LEURS PÉNITENTS COMME PÉNITENCE SACRAMENTELLE DES PRATIQUES INDULGENCIÉES, À LA CONDITION, TOUJOURS, QU'ELLES SOIENT EN JUSTE PROPORTION AVEC LES FAUTES CONFESSÉES".

Téléchargez le texte des Litanies pour les Ames du Purgatoire (pdf) en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 16:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mai 2008

Le Padre Giacomo Filon de Balduina

Num_riser0001Num_riser0020

Le Père Giacomo Filon de Balduina

Frère Mineur Capucin

1900-1948

Fête le 21 juillet

Voici, en bref, les lieux ou s'est déroulée la vie du Serviteur de Dieu: Balduina, près de Padoue, en Italie, où il est né le 2 août 1900; Udine, entre Venise et Trieste, où l'on l'appellait le Saint Confesseur, pendant 16 ans. Il avait, pareillement au Padre Pio, le charisme de lire dans les coeurs et dans les consciences. Lourdes, où il est entré dans la Vie, le 21 juillet 1948, en chantant d'une voix très faible le Magnificat. Son corps repose au Cimetière de Langelle, à Lourdes, où petit à petit, sa sépulture s'est transformée en une inexplicable "tombe vivante". Sa vie fut une "vallée de larmes", car ill souffrait d'une encéphalite léthargique, mais, en s'offrant au Seigneur, comme victime pour la sanctification des Prêtre, il la changea en une source de bénédictions pour tous ceux qui s'adressent à Dieu par son intercession.

Prière pour obtenir des grâces

Seigneur Dieu, Père des Miséricordes, Tu as fait de Ton fidèle Serviteur, le Père Giacomo, un admirable minitre du Sacrement de la Réconciliation et l'as uni de façon intime par la maladie à la Croix de Ton Fils, pour le Salut des âmes et la Sanctification des Prêtres. Dans Ta Bonté, daigne glorifier aussi sur la terre ce grand Témoin de Ta Miséricorde et m'accorder, par son intercession, la grâce (....) que je Te demande humblement. Amen.

Notre Père, Je Vous salue Marie, Gloire au Père

Relations de grâces

Padre Rodolfo Saltarin

Convento Cappucini

44, Piazzale Santa Croce

I- 35123 Padoua (Italia)

tel: (039) 049 681 464

e-mail: niratlas@hotmail.com

Biographie du Padre Giacomo Filon,

cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-484111.html

Téléchargez l'image avec prière pour la béatification et la photo du Padre Giacomo (pdf) en cliquant ici

Neuvaine avec Benoîte Rencurel

Num_riser0014 Neuf étapes de la vie de Benoîte Rencurel,

bergère de Notre Dame du Laus,
pour vivre une neuvaine de prière en sa compagnie.

A partir des écrits des Manuscrits du Laus, mais aussi avec les lieux marqués par la vie de Benoîte (1647-1718), voici 9 étapes fondamentales dans la vie de la Bergère de St Etienne d'Avançon. La parole de Dieu puis une prière permet d'avancer spirituellement pas à pas, jour par jour, grâce au témoignage de Benoîte.

Premier jour

L'enfance de Benoîte à St Etienne d'Avançon.


Benoîte est baptisée le 17 septembre 1647 à St Etienne d'Avançon. Elle est la 2ème fille de Guillaume Rencurel et de Catherine Materons. Elle a une sœur aînée, Madeleine et bientôt une sœur cadette, Marie. Son père meurt en 1654,  Benoîte à 7 ans. Catherine est destituée de tous ses biens. La maman et ses trois filles se trouvent rapidement dans une situation d'extrême précarité. A l'âge de 12 ans, Benoîte est mise en service pour garder les moutons, tantôt dans une famille du village, tantôt dans une autre.


La Parole de Dieu : "La mère et les frères de Jésus arrivèrent près de lui mais ils ne pouvaient le rejoindre à cause de la foule. On lui annonça : "Ta mère et tes frères se tiennent dehors ; ils veulent te voir." Il leur répondit : " Ma mère et les frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la mette en pratique." (Lc 8, 19-21)

Prions pour les familles en difficultés à cause de la maladie, d'un décès, du chômage de l'un des parents ou des deux. Très tendre Marie, nous confions à ta prière tout spécialement les enfants de ces familles pour que tu les accompagnes sur le chemin de ton fils, Jésus-Christ.

Récitation d'un chapelet.

Deuxième jour

La préparation de Benoîte à la vie spirituelle


Benoîte a 12 ans. Elle est placée chez Louis Astier qui avait confiance en elle. Mais il meurt rapidement et sa femme reste seule avec six enfants. Benoîte donne souvent son pain aux enfants de Madame Astier. Elle se consolait en disant : "Oh ! C’est bien assez que je mange la semaine prochaine chez mon autre maître." Benoîte apprend un jour qu’une femme est gravement malade (elle avait perdu la parole). Sensible à ce drame, elle réunit ses compagnes : "Venez – dit-elle – allons dire le rosaire pour cette malade." Guidée par la prière de Benoîte, les jeunes filles récitent alors le chapelet. Leur prière n’est pas terminée que la malade retrouve la parole, et le premier usage qu’elle en fait est de remercier les jeunes filles et Benoîte qui se rendaient à son chevet. Ne sachant ni lire ni écrire, elle s'ouvre très tôt à une vie de prière très intense. Son comportement manifeste les signes indéniables d'une authentique vie spirituelle et d'une charité très généreuse, jusqu'au jour où, touchée par les mots d'un sermon de son curé, Jean Fraisse, qui parle de la Mère de Miséricorde, elle éprouve le désir secret de la voir. Elle a 17 ans.


La Parole de Dieu :"Des gens amenaient à Jésus même des bébés pour qu'il les touche. Voyant cela, les disciples les rabrouaient. Mais Jésus fit venir à lui les bébés  en disant : "Laissez les enfants venir à moi; ne les empêchez pas, car le Royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent." (Lc 18, 15-17)

Père, envoie ton Esprit Saint sur les enfants et sur les jeunes afin qu'ils découvrent la beauté de la Bonne Nouvelle de Ton Fils, Jésus-Christ. Que son témoignage éclaire leur chemin pour qu'ils deviennent, comme Benoîte, des témoins de la foi de ton Eglise. Qu'ils découvrent ainsi en recevant Ton Esprit Saint, la joie intérieure la plus intense qui soit.


Récitation d'un chapelet.


Troisième jour

L'appel de Benoîte: Les premières apparitions (1664-1665)

Dès le début de mois de mai, Benoîte rencontre chaque jour au Vallon des Fours, près de son village, une "belle dame" qui tient par la main un petit enfant d'une beauté singulière. Après 2 mois de silence, la conversation s'engage : la dame éduque Benoîte à la patience, au détachement et à la prière. C'est une période de décantation, d'affinement et de profonde transformation de la Bergère, jusqu'au 29 août où, à l'issue d'une procession, la Dame révèle son nom : "Je suis Dame Marie". Elle lui fait savoir qu'elle ne la verra plus de quelque temps. Auparavant, le juge de la vallée, François Grimaud, qui est présent sur les lieux, avait interrogé Benoîte. Il dit avoir été impressionné par sa joie et la qualité de ses réponses. Après un mois d'attente silencieuse, la Bergère revoit Dame Marie à Pindreau, de l'autre côté de la vallée de l'Avance. Elle est invitée à se rendre au Laus où elle trouvera une petite chapelle d'où sortiront de bonnes odeurs. Là, elle la verra et elle priera très souvent. En effet, presque quotidiennement, la jeune fille revient à la petite chapelle, durant tout l'automne et tout l'hiver. La Mère de Dieu la prépare à sa mission, lui commandant de prier continuellement pour les pécheurs.


La Parole de Dieu: "Comme il marchait le long de la mer de Galilée, Jésus vit deux frères, Simon appelé Pierre et André son frère, en train de jeter les filets dans la mer : c'était des pêcheurs. Il leur dit : "Venez à ma suite et je vous ferai des pêcheurs d'hommes. Laissant leurs filets, ils le suivirent." (Mt 4, 18-20)


Père, appelle toujours plus de jeunes à te servir et à servir Ton Eglise. Donne-leur la force de Benoîte pour qu'ils persévèrent dans l'écoute de Ta volonté. Qu'ils découvrent ainsi la mission que Tu veux leur confier. Donne-moi aussi d'entendre cet appel à marcher à la suite de Ton Fils. Que je sache toujours mieux accueillir le souffle d'amour que Tu m'envoies et pour le transmettre à tous.



Récitation d'un chapelet


Quatrième jour

La mission de Benoîte devant l'affluence des foules


Dès le printemps les pèlerins commencent à se rendre au Laus. 130 000 personnes viendront en 18 mois, selon le rapport du juge de la vallée, François Grimaud, à l'archevêque d'Embrun. Benoîte accueille les pèlerins. Ayant reçu de la Vierge Marie le don de lire dans les consciences, elle les prépare à la confession et les conduit aux prêtres en vue de recevoir le sacrement du pardon de Dieu et l'Eucharistie. Les Manuscrits notent de nombreuses conversions, beaucoup de guérisons, des confessions d'une rare qualité. De nombreux pèlerins témoignent de la perception d'odeurs suaves qui ouvrent les cœurs et les âmes aux réalités invisibles. Le vicaire général d'Embrun, Antoine Lambert, autorise la construction de l'église (1666-1669), après reconnaissance de la guérison miraculeuse de Catherine Vial. Le Laus est placé sous la haute autorité spirituelle et morale de Pierre Gaillard, vicaire général de l'évêque de Gap, docteur en théologie et en droit canon, qui va devenir le grand historien de Benoîte et du pèlerinage.


La
Parole de Dieu : "Comme une foule nombreuse se rassemblait et que de toutes les villes on s'acheminait vers lui, il dit par parabole : "Le semeur est sorti pour semer sa semence. Et comme il semait, une partie du grain est tombée au bord du chemin ; elle a été foulée aux pieds et les oiseaux du ciel ont tout mangé. Une autre est tombée sur le roc et, après avoir poussé, elle s'est desséchée faute d'humidité. Une autre est tombée au milieu des épines et, poussant avec elle, les épines l'ont étouffée. Une autre est tombée dans la bonne terre, a poussé et produit du fruit au centuple." Et, ce disant, il s'écriait : "Entende, qui a des oreilles pour entendre !" (Lc 8, 4-8)


Père, Tu as donné à Benoîte le don de clairvoyance et  celui du discernement des âmes. Tu as permis par le témoignage de Benoîte que des hommes et des femmes vivent au Laus, de profondes conversions. Je te prie de me donner aussi ce sens pénétrant pour acquérir cette très belle écoute des autres et les guider, avec charité, sur le chemin des sacrements de l'Eglise.


Récitation d'un chapelet.


Cinquième jour

Les souffrances de Benoîte


Les visions du Crucifié à la Croix d'Avançon.
Les deux grands interrogatoires (1669 – 1684)


Alors que l'église est achevée, Benoîte, attirée par un parfum se rend à la Croix d'Avançon où elle aura, au moins à 5 reprises, la vision du Christ crucifié. A partir de 1673, elle participe aux douleurs de la Passion de son Seigneur en vivant ce que les Manuscrits appellent "les souffrances du vendredi", où elle est comme crucifiée. Ces souffrances sont interrompues de 1677 à 1679 durant la construction de la Maison des prêtres. Elles reprendront alors pour cesser définitivement en 1684. Entre-temps, Benoîte est interrogée d'abord à Embrun pendant 10 jours en 1670 par le nouvel administrateur apostolique, et l'année suivante pendant deux heures et demie au Laus par le nouvel archevêque Mgr Charles Brulard de Genlis. A l'issue de ces deux interrogatoires, elle est reconnue et confirmée dans sa mission par l'autorité ecclésiastique.


Parole de Dieu: "Prenant avec lui les Douze, il leur dit : "Voici que nous montons à Jérusalem et que s'accomplira tout ce qui a été écrit par les Prophètes pour le Fils de l'homme. Il sera en effet livré aux païens, bafoué, outragé, couvert de crachats ; après l'avoir flagellé, ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera." Et eux ne saisirent rien de tout cela ; cette parole leur demeurait cachée, et ils ne comprenaient pas ce qu'il disait."  (Lc 18, 31-34)

Père, tu as envoyé ton propre fils pour guérir et sauver les hommes du refus de Ta parole. Tu as donné à Benoîte le douloureux privilège de voir dans la souffrance de Ton Fils sur la Croix les conséquences des péchés des hommes. Aide-moi à convertir mon propre cœur pour l'ouvrir à la vraie compassion auprès de ceux qui m'entourent et à accompagner leur vie sur le chemin de l'Espérance.

Récitation d'un chapelet.


Sixième jour

Le grand essor du pèlerinage (1684-1692)

Le pèlerinage connaît alors pendant cette période un grand essor avec les prêtres Jean Peytieu et Barthélémy Hermitte qui se consacrent totalement à la vie du pèlerinage, collaborant harmonieusement avec Benoîte à l'œuvre divine de conversion. Jean Peytieu devient confesseur de Benoîte. Il est témoin de la vie quotidienne de la voyante et du pèlerinage, pendant vingt ans jusqu'à sa mort en 1689. On apprend de Pierre Gaillard, combien la Mère de Dieu invite Benoîte à demeurer obéissante envers ses confesseurs sans jamais chercher à se mettre au centre du pèlerinage. Les prêtres et Benoîte se consacreront tous les jours ensemble à l'accueil des foules et des personnes. Dans ses Mémoires, le prêtre, déjà octogénaire, constate la grande complémentarité entre la tâche de cette laïque totalement dévouée au Seigneur et à sa Mère, et celle des confesseurs dévoués à recevoir les pénitents pour leur offrir le sacrement du pardon. Le pèlerinage du Laus devient une mission perpétuelle et attire les pèlerins, non seulement de la région mais de tout le royaume de France et même d'ailleurs.


Parole de Dieu: "Beaucoup de signes et de prodiges s'accomplissaient dans le peuple par la main des apôtres. Ils se tenaient tous, unanimes sous le portique de Salomon, mais personne d'autre n'osait s'agréger à eux; le peuple faisait partout leur éloge, et des multitudes de plus en plus nombreuses d'hommes et de femmes se ralliaient par la foi, au Seigneur."
(
Actes 5, 12-14)


Père, tu as envoyé la "Belle Dame" à Benoîte, pour éduquer celle-ci à la vie chrétienne. Des prêtres sont venus à leur tour servir les pèlerins pour les rassembler, leur offrir les sacrements et les enseigner. Sois béni pour la très fructueuse collaboration entre le ministère de Benoîte et celui de tes prêtres. Suscite encore aujourd'hui des laïcs au service du ministère des prêtres pour contribuer à édifier ensemble le Corps de ton Fils.


Récitation d'un chapelet.


Septième jour

Les persécutions contre l'œuvre de Dieu.

L'invasion de 1692. L'exil à Marseille.

L'éclipse du Laus et la période des persécutions (1692 – 1712)

L'invasion savoyarde de 1692 a fait beaucoup de mal dans les Alpes dauphinoises. Elle oblige Benoîte à s'enfuir à Marseille. Connue pour sa foi, la bergère de Saint Etienne du Laus y est très bien accueillie. Elle visite les couvents de religieuses et elle a une influence considérable qui provoque de nombreuses transformations. Hélas, à son retour, en septembre, le Laus est ruiné. Une nouvelle équipe de prêtres originaires d'Embrun se met en place. Benoîte est mise à l'écart, brimée et persécutée pendant 20 ans, jusqu'à l'arrivée des Pères Missionnaires de la Sainte Garde qui viennent de Carpentras. Durant ces vingt ans, elle est soutenue par le chanoine Gaillard qui est devenu son confesseur et qui achève d'écrire sa grande histoire et quelques traités complémentaires en 1712. Benoîte qui connaît depuis 1686 des attaques nocturnes diaboliques est profondément atteinte dans sa santé par ces années difficiles. Elle a 65 ans.

La parole de Dieu :"Ce jour-là, éclata contre l'Eglise de Jérusalem une violente persécution. Tous, sauf les apôtres se dispersèrent dans les contrées de la Judée et de la Samarie." (Actes 8, 1)

Père, tu connais la violence dont les hommes sont capables entre eux. Tu as souffert des guerres et des oppositions qu'a connues le Pèlerinage du Laus au temps de Benoîte. Je te prie pour la paix dans le monde, pour plus de pardon entre les hommes. Donne-moi Seigneur, la foi droite et l'humilité profonde pour que je sois à l'exemple de Benoîte, un témoin de ta paix auprès de tous mes frères désunis.



Récitation du chapelet.


Huitième jour

Le monde surnaturel aux côtés de Benoîte.

Benoîte s’est incroyablement approchée du monde surnaturel. Plutôt, c’est le monde divin qui semble être descendu dans la Vallée de l’Avance. La Vierge Marie, le Christ en Croix, saint Joseph et d’autres saints de l’Eglise catholique sont venus se présenter et parler à la voyante du Laus, et aussi les anges, beaucoup d’anges. Ils sont partout, là où se trouve Benoîte, et viennent sans cesse la consoler lors des attaques du démon. Ils font partie de la vie normale de Benoîte ; elle les appelle "ses amis". Les Manuscrits sont remplis de témoignages où l’on découvre les anges dicter à Benoîte, au nom de la Vierge Marie, les réponses à faire aux demandes adressées par les pèlerins. Ils l’accompagnent dans son discernement pour des situations difficiles et ils vont même jusqu’à suggérer des avertissements à quelques pécheurs qui se présentent à elle. On perçoit une intimité fraternelle, une complicité entre Benoîte et les anges et inversement. Ils collaborent vraiment avec Benoîte pour l’aider à réaliser l’œuvre de Dieu et aussi les paroles de la Vierge Marie.

La parole de Dieu : "Et j'entendis la voix d'anges nombreux autour du trône, des animaux et des anciens. Leur nombre était myriades de myriades et milliers de milliers. Ils proclamaient d'une voix forte : il est digne, l'agneau immolé, de recevoir puissance, richesse et sagesse, force honneur, gloire et louange." (Ap; 5, 11-12)


Père, tu connais mon chemin, les parcours souvent difficiles et infidèles des hommes et des femmes, tes enfants. Dans nos fragilités, ne nous soumets pas à la tentation. Viens à mon secours pour me défendre du mal. Comme tu l'as fait pour ta servante Benoîte, envoie-moi tes anges de paix. Qu'ils viennent à moi comme à tous mes frères et sœurs en amis joyeux, nous rappeler ta miséricorde. Loué sois-tu Seigneur, pour le don de ton fils mort et ressuscité. Loué sois-tu Seigneur pour ton Eglise céleste qui descend sur le monde des hommes et les sanctifie.


Récitation d'un chapelet.


Neuvième jour

Les dernières années de Benoîte et la grâce du Laus.


L'arrivée des Pères Missionnaires de Notre-Dame de la Sainte Garde marque l'étape du renouveau du pèlerinage. Benoîte a acquis une grande maturité spirituelle. Par son action et par sa foi, désormais les pèlerins sont accueillis depuis toujours dans ce refuge des pécheurs. Au nom de son Fils Jésus, la Vierge Marie leur offre deux signes de la grâce de Dieu : l'huile qui guérit le corps et l'âme des pécheurs, les parfums qui montrent la bienveillance de Dieu sur chacun. A Notre-Dame de Guadeloupe et, plus tard, à La Salette, à Lourdes, à Fatima, à Pontmain ou Baneux, des milliers de pèlerins viennent aussi déposer le poids de leur vie, leurs interrogations, peut-être même leurs doutes.... Au Laus, une forme de « réponse » toute simple et très douce semble entourer d’affection l’un ou l’autre, parfois même plusieurs personnes. Un signe de résurrection descend sur l'un ou l'autre des pèlerins. Une odeur forte et d'une merveilleuse douceur survient ainsi, conduisant le pèlerin sur le chemin de l'Espérance. La servante de Dieu, épuisée par ses mortifications, les vexations qu'elle a subies et les attaques nocturnes, meurt le 28 décembre 1718. Elle bénit les prêtres qui se considèrent comme ses enfants et qui attestent sa haute sainteté.

Parole de Dieu : "Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie, où était Lazare, que Jésus avait ressuscité d'entre les morts. On lui fit là un repas. Marthe servait. Lazare était l'un des convives. Alors Marie, prenant une livre d'un parfum de nard pur, de grand prix, oignit les pieds de Jésus et les essuya avec ses cheveux ; et la maison s'emplit de la senteur du parfum." (Jn 12, 1-3) 


Père, sois loué pour ce très haut lieu de Ta présence qu'est devenu le Laus par les paroles de la Vierge Marie et par le témoignage de Benoîte. Tu en as fait un lieu de prière et un refuge des pécheurs. Que je sache poursuivre la très belle mission de Benoîte en imitant la charité de son écoute et la profondeur de son adoration de Ton Fils Jésus, mort et ressuscité. Loué sois-tu Père, Fils et Esprit Saint. Louée sois-tu, Toi, la Belle Dame du Laus. Louée sois-tu, Benoîte, servante de l'Eglise, guide mes pas incertains vers la "splendeur de la vérité toute entière."

Récitation d'un chapelet.

Prière pour obtenir la glorification de Benoîte Rencurel

Seigneur, plein de Miséricorde, Ton Fils nous a donné Marie pour Mère. OPar Elle, Tu as choisi le Laus comme refuge des pécheurs, grâce au témoignage de Ta Servante, Benoîte Rencurel, dont nous espérons ardemment la prochaine Béatification. Nous Te prions à cette intentions. Fais qu'à la suite de cette missionnaire laïque et par l'intercession de Marie, demeure de l'Esprit Saint, nous nous laissions transformer pour vivre aujourd'hui la fidèlité à l'Evangile, dans l'Eglise et dans le monde. Amen.

Les personnes qui penseraient avoir obtenu des grâces après avoir demandé au Seigneur la Béatification de Benoîte Rencurel, sont invitées à en faire part à Monsieur le Recteur de Notre Dame du Laus, à l'adresse suivante:

Monsieur le Recteur de Notre Dame du Laus

F-05130 Saint Etienne-le-Laus (France)

Biographie de Benoîte Rencurel,

cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-768059.html

Téléchargez le texte de la Neuvaine à Benoite Rencurel (pdf) en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 18:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


01 mai 2008

Neuvaine à Notre Dame du Sacré Coeur

Our_Lady_of_the_Sacred_Heart_3

Neuvaine de Souvenez-Vous,

Suivie d'un Triduum d'actions de grâces

de l'Archiconfrérie de N. D. du Sacré Coeur à Issoudun, Indre, France, 1918



«Souvenez-Vous» à Notre Dame du Sacré Coeur


Souvenez-Vous, ô Notre Dame du Sacré Coeur, de l'ineffable pouvoir que votre divin Fils vous a donné sur son Coeur adorable. Pleins de confiance en vos mérites, nous venons implorer votre protection. O céleste Trésorière du Coeur de Jésus, de ce Coeur qui est la source intarissable de toutes les grâces et que vous pouvez ouvrir à votre gré pour répandre sur les hommes tous les trésors d'amour et de miséricorde, de lumière et de salut qu'il renferme, accordez-nous, nous vous en conjurons, les faveurs que nous sollicitons! (exposer ici la grâce que l'on désire) ... Non, nous ne pouvons essuyer de refus; et, puisque vous êtes notre Mère, ô Notre Dame du Sacré Coeur, acceuillez favorablement nos prières, et daignez les exaucer! Ainsi soit-il.



Prologue: Confiance


Espérez encore, espérez contre toute espérance, espérez malgré tous les obstacles, vous tous qui parcourez ces lignes, Notre Dame du Sacré Coeur, l'avocate des causes difficiles, est aussi l'avocate des causes les plus désespérées: donc courage et confiance. La vierge qui, sur la terre et jusqu'au pied de la croix, consola le coeur d'un Dieu plongé dans un abîme de souffrances, ne saurait-elle consoler votre pauvre coeur? Celle qui consola le Souverain Seigneur et des anges et des hommes n'aurait-elle aucune consolation pour un enfant de Dieu? Celle qui a ranimé tant d'esprit abattus, ne pourrait-elle pas ranimer le vôtre? Celle que Jésus vous a donnée pour Mère, qui vous aime si tendrement et dont la puissance est si grande au ciel, refuserait-elle de venir à votre secours quand vous l'invoquez dans vos angoisses et dans vos douleurs? Loin de vous une si triste pensée! ... Comme vous écraseriez un serpent venimeux, foulez sous vos pieds, non seulement le désespoir, si jamais il avait anvahi votre âme, mais encore la plus petite crainte et le doute le plus léger. Notre Dame du Sacré Coeur est tout près de vous. Livrez donc votre coeur à l'espérance, en lisant ces quelques pages. Leur unique ambition est de faire résonner à vos oreilles les belles et suaves paroles du Souvenez-vous à Notre Dame du Sacré Coeur, de vous les faire aimer, de les faire briller dans l'intime de votre âme comme un rayon de lumière que rien ne saurait obscucir et qui respledira au sein des ténèbres les plus épaisses, de vous engager à les prononcer comme l'expression de votre invincible espérance; de les graver à jamais dans votre esprit, lorsqu'autour de vous tout semblera conspirer à votre ruine; de les ramener sur vos lèvres à l'heure du péril, et surtout au moment suprême de votre agonie, afin qu'elles vous soient une planche de salut, et vous conduisent au port. Naguère inconnue, ô sublime prière, tu résonnes maintenant sous tous les cieux; née d'hier dans le sanctuaire d'Issoudun aux pieds de la première image de Notre Dame du Sacré Coeur aujourd'hui approuvée par le Siège Apostolique, enrichie d'indulgences par le Souverain Pontife, tu ne cesses de résonner au sein de la Ville Eternelle elle-même, dans le temple dédié à Celle qui en est l'objet, devenu le centre général de toute l'Archiconfrérie; hier encore, quelques lèvres pieuses seulement te prononçaient avec amour, aujourd'hui tu es connue dans toutes les contrées, chaque langue du monde te redit à chaque instant du jour, et dans tous les périls , dans les entreprises les plus importantes, dans les angoisses les plus cruelles, dans les infirmités les plus douloureuses, dans les misères les plus désespérées. O sainte prière du Souvenez-vous à Notre Dame du Sacré Coeur! tu fais l'objet de notre amour. Depuis le jour où nos lèvres eurent pour la première fois le bonheur de te prononcer, tu as été pour nous un fidèle soutien. Le matin comme le soir, souvent durant les heures de la journée, notre langue t'a fait monter jusqu'au trône de la Mère de miséricorde et a obtenu de cette Reine incomparable des grâces sans nombre. Mais quelle est donc la secrète vertu qui rend tes accents si efficaces? Quelle sublime éloquence renfermes-tu donc en toi pour nous rendre si propice la Vierge immaculée? Ah! voici la cause de cette mystérieuse puissance: Tu rappelles à la Mère de DIEU l'ineffable pouvoir que son divin Fils lui a donné sur son Coeur adorable, et cette divine Mère, qui est en même temps la nôtre, invoquée sous ce titre, ressent plus vivement le désir de nous venir en aide, et, pour la gloire de DIEU et notre sanctification, elle répand avec abondance sur nos âmes tous les trésors d'amour et de miséricorde, de lumière et de salut dont le Sacré Coeur de JÉSUS est la source inépuisable. Poursuis donc ta glorieuse mission ô sainte prière, et va porter partout, à ceux qui souffrent et désespèrent, la force et la consolation, l'espoir et le courage, en leur redisant la puissance et la bonté de Notre Dame du Sacré Coeur, Avocate et Patronne des causes difficiles et désespérées.



Premier Jour: Le pouvoir ineffable de Notre Dame du Sacré Coeur


"Souvenez-vous, ô Notre Dame du Sacré Coeur, de l'ineffable pouvoir que votre divin Fils vous a donné sur son Coeur adorable!"

Nous voici agenouillés devant vous, ô Notre Dame du Sacré Coeur, et vous savez le motif qui nous fait commencer aujourd'hui cette neuvaine de prières. Nous sommes faibles, et nous venons, épuisés de fatigue, vous montrer le lourd fardeau de nos épreuves, la difficulté de nos entreprises, la grandeur de nos luttes. Mais vous, vous êtes puissante, et vous pouvez nous venir en aide. Oui, nous le dirons, ô Notre Dame du Sacré Coeur: grande est la puissance de Josué arrêtant le soleil, merveilleux est le pouvoir de Moïse faisant sortir l'eau du rocher, étonnante la vertu d'Elie se faisant obéir des éléments; mais plus grand encore, plus merveilleux et plus sublime est le pouvoir que vous a accordé sur son Coeur Sacré votre Fils, Jésus!... Plus noble que celle des prophètes, plus durable que celle des rois, plus sublime que celle des anges, plus étendue que celle de tous les esprits célestes, votre puissance se répand sur le monde tout entier; une seule prière tombée de vos lèvres bénies, un seul de vos regards acquiert sur le Coeur de votre divin Fils une influence inénarrable. A la voix de sa Mère Immaculée, notre Souverain Juge supend les foudres vengeresses toutes prêtes à punir nos crimes, ferme l'abîme des enfers entr'ouvert sous nos pieds, nous rouvre la porte du ciel, fait descendre sur nous des grâces salutaires, et nous obtient tous les moyens nécessaires pour arriver à la patrie bienheureuse des élus. Voilà ce qui m'engage, ô Notre Dame du Sacré Coeur, à avoir recours à vous. La seule pensée, que vous pouvez me faire du bien, me console et me fortifie; et j'ai lieu de tout espérer d'une Mère qui est tout à la fois si puissante et si bonne.


Récitez le Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pour nous!



Deuxième Jour: La Meilleure Avocate


"Pleins de confiance en vos mérites."


O Marie, pour obtenir une grâce, nos mérites ne nous sont pas de grande utilité, car ils sont faibles, peu nombreux, et souvent, hélas! ensevelis dans nos fautes de chaque jour. Il est donc nécessaire de choisir une avocate qui puisse plaider efficacement pour nous auprès de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Cette avocate, c'est vous, ô Notre Dame du Sacré Coeur!
Enfants d'Eve, malheureux exilés, nous élevons nos cris vers vous. Nous soupirons vers vous, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes. Oh! de grâce, notre Avocate, tournez vers nous vos regards pleins de miséricorde. A vous seule, vous avez plus de mérites que tous les Saints ensemble. Immense est votre amour pour nous, toute-puissante est votre prière, sans refus est votre demande. Courage donc, ô mon âme!... précieuse est la grâce que tu sollicites, plus précieuse encore la protection dont t'environne Marie. Jette-toi dans ses bras maternels et dis-lui: "O ma Mère, daignez nous venir en aide! Je ne vois personne plus digne que vous de parler au Coeur de Jésus; je ne connais pas de miséricorde au-dessus de la vôtre, après celle de Jésus, pour prendre nos intérêts et faire triompher notre cause." Nous implorons donc votre généreuse assistance, ô notre bien-aimée Souveraine! Jetez un voile sur nos indignités, couvrez-nous, nous vous en conjurons, du manteau de vos vertus; revêtez-nous de vos mérites innombrables. Nous vous le demandons, au nom de l'amour ardent que vous avez toujours eu pour votre divin Fils, au nom du dévouement sans bornes que vous lui avez constamment témoigné, et surtout au nom de la part abondante que vous avez prise aux angoisses et aux cruelles amertumes de son Coeur.



Récitez le Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pour nous!



Troisième Jour: La Protection de Notre Dame du Sacré Coeur

"Nous venons implorer votre protection."


Quel royaume que notre coeur!... la nature et la grâce l'assiègent tour à tour; l'esprit du bien et l'esprit du mal se le disputent à l'envi, et c'est nous seuls qui sommes maîtres de le donner à qui il nous plaît... Mais infiniment plus désirable est le Coeur de Jésus, ce vaste royaume où habite l'Amour divin avec ses infinies miséricordes! Là se trouvent la justice et la paix; les richesses de l'éternité y abondent; toutes les vertus y fleurissent; la terre et le ciel s'y rencontrent. Dieu et l'homme s'y donnent le baiser de réconciliation, et c'est Marie qui peut nous introduire dans cet asile du vrai bonheur. Vous avez toujours libre accès auprès de lui, ô Notre Dame du Sacré Coeur! Vous pouvez en obtenir l'entrée à ceux que votre amour protège. O Mère bien-aimée, souvenez-vous que nous sommes vos enfants; que nous sommes sous votre protection; que nous voulons demeurer avec vous dans le royaume de l'éternel amour: et aujourd'hui voyez-nous humblement prosternés à vos pieds pour vous demander une nouvelle preuve de votre maternelle et auguste libéralité! O céleste Trésorière du Coeur de Jésus, vous êtes riche et nous sommes pauvres: vous avez tout et nous n'avons que le néant! En nous voyant prosternés devant vous, resterez-vous sourde à nos gémissements?... Est-ce en vain que nous serons près de vous et que nous frapperons à la porte du Coeur de votre divin Fils?... N'êtes-vous pas la Mère de miséricorde? Ne dédaignez pas de porter secours à des enfants qui gémissent sous le poids de tant d'épreuves, de les délivrer de tant de maux qui les accablent, et d'écarter d'eux les attaques de leur infernal ennemi. O Notre Dame du Sacré Coeur, que votre manteau virginal abrite toujours vos enfants! Gardez-les, ils sont à vous sans retour.

Récitez le Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pour nous!

Quatrième Jour: La source intarissable de tout bien

"O céleste Trésorière du Coeur de Jésus, de ce Coeur qui est la source intarissable de toutes les grâces, et que vous pouvez ouvrir à votre gré!..."

Chaque jour, ô Notre Dame du Sacré Coeur, des torrents de grâces se répandent par vos mains dans le monde entier! Grâces de conversion, de persévérance, de martyre, d'apostolat, de résistance à la tentation, de générosité dans le service de Dieu; Grâces de prières, de vertus, de consolations, de secours, de repentir, de ferveur; Grâces pour chaque instant de la vie, pour chaque circonstance heureuse ou malheureuse, pour chaque difficulté... et toutes ces grâces temporelles ou spirituelles sortent à la fois du Coeur de Jésus, de coeur de votre divin Fils. Depuis des siècles, cette source jaillissante n'a cessé de produire ces eaux merveilleuses qui rafraîchissent et désalèrent les âmes, fortifient toute faiblesse, guérissent toute langueur, dégoûtent des faux plaisirs d'ici-bas et donnent la soif des vrais biens du Ciel. Jusqu'à la fin des siècles, cette source, que rien ne peut épuiser, et qui semble de jour en jour devenir plus abondante, répandra partout avec profusion les richesses de la vie... les fidèles entendront toujours Jésus leur dire en leur montrant son Coeur: Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive! Mais où se trouve l'aqueduc admirable qui fait communiquer les âmes altérées avec cette source de délices?... Quelle main a reçu la douce mission de diriger ces eaux bienfaisantes et de veiller de préférence à ce que le terres les plus abandonnées, les âmes les plus accablées d'épreuves, les coeurs les plus malades les reçoivent et trouvent la paix?... C'est vous, ô Notre Dame du Sacré Coeur, vous qui pouvez ouvrir à votre gré le Coeur de Jésus, distribuer ses grâces et combler vos enfants de ses plus précieuses faveurs. Comme cette pensée me ranime et me réjouit!


Récitez le Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pour nous!

Cinquième Jour: L'Amour et la Miséricorde

"Pour répandre sur les hommes tous les trésors d'amour et de miséricorde du Sacré Coeur."

Vous aimer, ô mon Dieu, et être aimé de vous, voilà bien l'unique nécessaire. Vous aimer, ô mon Dieu, c'est vous donner avec joie, entièrement et pour toujours, tout ce que nous sommes, tout ce que nous avons: notre corps, notre âme, notre volonté, notre avenir! Être aimé de vous, c'est être prévenu de vos grâces, enrichi de vos bienfaits, appelé à votre éternel héritage, consommé dans votre union et transformé en vous pour ne plus faire qu'un seul Coeur. Franchissant tous les obstacles, dépassant toutes les limites, se dérobant à toute mesure, ces deux amours, plus forts que la mort, ont couvert le monde des plus étonnants prodiges. L'amour que vous nous portez a inventé la virginité, l'apostolat, le martyre. Tous deux sont allés déjà jusqu'aux derniers sacrifices; tous deux cependant poursuivent leur généreuse lutte, faisant l'admiration des hommes et des anges. Comme nouvelle preuve de votre infinie charité, ô Jésus, vous nous manifestez maintenant plus que jamais, votre Coeur, avec tous les trésors d'amour qu'il renferme, et vous voulez nous le transmettre par les mains de votre divine mère. C'est donc vous ô Notre Dame du Sacré Coeur, qui nous communiquez cet éclatant témoignage des bontés divines! C'est entre vos mains que nous irons déposer notre coeur, pour que vous l'offriez de notre part à votre divin Fils. Mais, pour obtenir la grâce d'aimer Dieu, un pécheur comme moi a surtout besoin des trésors de la divine miséricorde. J'ai de grandes dettes à payer; mes fautes sont nombreuses; je suis demi-mort sur le chemin de la vie, dépouillé de mérites, affaibli par le mal, je suis trop souvent, hélas! la malheureuse victime du démon. Avant tout, ô ma Mère! obtenez-moi la compassion du Coeur de Jésus et versez sur les plaies de mon âme le baume qu'il vous offrira. Hélas! il m'a pardonné tant de fois, que la crainte et la honte m'empêchent de réclamer de lui un nouveau pardon. Vous disposez de ce Coeur où se trouvent les trésors de la miséricorde; j'espère, par votre entremise, obtenir pour moi et pour les pécheurs auxquels je m'intéresse, la grâce d'une sincère et durable conversion?


Récitez le Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pour nous!

Sixième Jour: La lumière et le salut

"Les trésors de lumière et de salut que renferme le Sacré Coeur."

Le chemin du Ciel est étroit, couvert de ronces et d'épines, hérissé de rochers, bordé de précipices sans fond, infesté de voleurs qui arrêtent et dépouillent les âmes. Il est difficile à connaître, pénible à gravir. Malheur à celui qui s'y engage tout seul, sans défense, au milieu des ténèbres du péché! Malheur à celui qui, pour accomplir ce glorieux, mais rude pèlerinage, ne se munit pas d'un bon guide, d'une lumière sûre, d'une arme puissante! Il court sûrement à sa perte et se trouve incapable de ravir le royaume des Cieux. Pour éviter un pareil malheur, ô ma bien-aimée Souveraine! je cherche et je trouve en vous tous les moyens qui me sont nécessaires: la lumière vous environne comme d'un vêtement; le Coeur Sacré de Jésus est le resplendissant foyer de cette lumière, et c'est à votre maternel pouvoir qu'il appartient d'en faire arriver jusqu'à nous les plus doux rayons. Eclairez-nous, ô Notre Dame du Sacré Coeur: faites-nous connaître la voie que nous devons suivre, les demandes que nous devons faire, les périls que nous devons éviter; éclairez-nous sur nos misères, pour nous les faire déplorer, sur les grandeurs de Dieu, pour nous les faire adorer; sur les bontés du Coeur de Jésus, pour nous les faire aimer; sur votre sollicitude si pleine de tendresse à notre égard, pour nous exciter à une juste et continuelle confiance. Ne vous contentez pas, ô Notre Dame du Sacré Coeur, de nous montrer le chemin, soyez aussi notre conductrice! Jésus sera avec nous; dans son Coeur, que vous nous tiendrez toujours ouvert, nous trouverons des armes pour combattre victorieusement les plus mortels ennemis de notre salut. Notre salut... ô ma Mère, quand je pense que vous pouvez m'obtenir, pour moi et pour tous ceux qui me sont chers, cette grâce des grâces, j'oublie toutes les autres; en effet, de quoi nous serviraient la science, la santé, la réussite de nos affairs, la fin de nos épreuves, les consolations même de la piété, si nous ne devions un jour mourir de la mort des justes, et si nos derniers moments de devraient être semblable à ceux des Saints?


Récitez le Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pour nous!



Septième Jour: La Demande

"Accordez-nous, nous vous en conjurons, les faveurs que nous sollicitons..."

Quand même je serais tout seul à vous adresser ma prière, ô Mère bien-aimée, la vue de ma faiblesse, de mes fautes, de mes ingratitudes ne serait pas capable de détruire la filiale confiance que j'ai en vous; je fermerais les yeux sur mon indignité, et le cri de mon âme arriverait jusqu'au pied de votre trône... Mais je suis loin de me trouver seul à vous prier. Heureux membre de cette pieuse et chère Archiconfrérie qui vous acclame sous le beau titre de Notre Dame du Sacré Coeur, j'ai des millions de frères et de soeurs qui prient avec moi et pour moi. Il y a, dans cette grande armée de Chrétiens consacrés à votre gloire, de nombreux et saints Evêques qui se rangent autour du Pontife suprême; des troupes de Vierges, des congrégations entières de Religieux, une mulitude de Fidèles de tout âge et de tout mérite: et cette grand famille, répandue sur la surface de la terre, ne forme qu'un seul coeur et une seule âme; toutes les intentions sont réunies, et chacun prie à l'intention de tous. Je vous offre donc, ô Notre Dame du Sacré Coeur! toutes les prières de tant d'âmes ferventes, et en considération de leurs vertus, je vous conjure de m'accorder la faveur que je sollicite... Si jamais vous n'aviez exaucé de pécheurs, ô ma bonne Mère, ma témérité serait grande de me présenter le premier; quelque chose cependant m'engagerait à le faire sans crainte!... Mais, il serait plus facile de compter les grains de sable du rivage que de calculer le nombre des pécheurs favorisés de votre protection et exaucés dans leurs demandes. Et dans votre chère Archiconfrérie, ô Notre Dame du Sacré Coeur! ne voyons-nous pas avec quel empressement vous nous faites du bien? Que de milliers d'actions de grâces montent chaque jour vers vous du milieu de nos frères! Que de guérisons réputées impossibles! Que de conversions éclatantes qui paraissaient désespérées!... Que de preuves authentiques de ces merveilles dans votre insigne Basilique d'Issoudun! Que d'ex-voto, que de plaques de marbre racontant vos bienfaits! Que de lampes et de cierges allumés à votre autel en témoignage de reconnaissance! Voulez-vous donc, ô Marie! que je soie le seul à vous avoir invoquée en vain? Ne voulez-vous pas me contraindre à vous remercier, et me faire connaître encore une fois que vous êtes véritablement Notre Dame du Sacré Coeur?


Récitez le Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pour nous!



Huitième Jour: Point de refus

"Non, nous ne pouvons essuyer de refus..."

Marie est trop puissante sur le Coeur de son divin Fils, pour ne pouvoir m'obtenir la grâce que je demande. J'entends un de ses dévots serviteurs (Saint Bernard) s'écrier: "Pions-la donc qu'elle parle pour nous au Coeur de son Fils: Loquatur ad Cor Domini nostri Jesu Christi." "Oui, certainement, ô Marie! c'est à vous qu'il appartient de parler à ce Coeur, à vous qui avez un fidèle correspondant, je veux dire l'amour filial, qui s'avancera pour recevoir l'amour maternel et qui préviendra ses désirs. "Devez-vous craindre d'être refusée quand vous parlerez au Sauveur? Son amour intercède en notre faveur; la nature même le sollicite pour nous. On se rend facilement aux prières lorsqu'on est déjà vaincu par son affection. "C'est pour cette raison que Marie parle toujours avec efficacité; parce qu'elle parle à un coeur déjà tout gagné, parce qu'elle parle à un coeur de fils... "Intercédez pour nous, ô bienheureuse Marie! vous avez entre vos mains, si j'ose le dire, la clef des bénédictions divines. C'est votre Fils qui est cette clef mystérieuse par laquelle sont ouverts les coffres du Père éternel" (Bossuet). Non, je ne puis essuyer de refus... Notre Dame du Sacré Coeur est trop bonne pour ne pas vouloir m'accorder la grâce que j'implore, lorsqu'elle le peut si facilement et que mes larmes et mes prières la lui demandent si instamment. Non, il ne sera pas dit, j'en ai la ferme confiance, ô ma douce Mère! que j'ai frappé à la porte de votre miséricorde sans la voir s'ouvrir; que j'ai eu besoin de votre protection sans la recevoir; et que j'ai cherché votre secours sans le rencontrer. Non, je ne puis essuyer de refus... car l'affaire pour laquelle j'ai recours à vous est importante, difficile, désespérée, il n'y a plus de ressource qu'en votre puissance, ô Marie, ô ma Souveraine! je vous en conjure par ce que vous avez de plus cher, obtenez-moi la grâce que je sollicite du Coeur de Jésus.


Récitez le Souvenez-vous à Notre Dame du Sacré Coeur ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pous nous!


Neuvième Jour: L'espérance

"Et puisque vous êtes notre Mère, ô Notre-Dame du Sacré-Coeur, accueillez favorablement nos prières et daignez les exaucer. Ainsi soit-il!..."


Je viens à vos pieds, ô Notre Dame du Sacré Coeur, terminer ma neuvaine de prières, j'éprouve le besoin de vous remercier avant même de connaître le résultat de ma demande. Le calme que j'éprouve, l'espérance qui grandit dans mon âme, l'amour plus ardent que mon coeur ressent pour vous, me font croire avec raison que je n'ai pas vainement sollicité votre secours. Vous avez voulu me donner une nouvelle preuve de votre amour; soyez-en mille fois bénie, ô la meilleure de toutes le mères, ô la plus puissante de toutes les reines! Si donc, comme je l'espère, ma prière est exaucée aujourd'hui, rien ne sera capable d'arrêter le transport de ma reconnaissance et le sentiment de ma vive allégresse; je publierai vos louanges, je dirai hautement que le plus sûr moyen d'obtenir la grâce est de s'adresser à Notre Dame du Sacré Coeur, et qu'il faut aller en toute confiance à ce trône de l'éternelle miséricorde. Mais si la faveur que j'implore est différée de quelque temps, je l'attendrai avec patience, sans cesser de vous la demander, loin de me décourager, je renouvellerai chaque jour avec plus d'ardeur mes supplications, parce que j'espère toujours en votre bonté et que vous savez mieux que moi
l'heure et le moment, où il me sera plus utile de recevoir l'objet de mes désirs. Enfin, ce qu'à Dieu ne plaise, si la grâce que je sollicite était changée pour moi en quelque épreuve redoutée, ou en quelque sacrifice inattendu, c'est alors surtout, ô Notre Dame du Sacré Coeur! que vous auriez à venir à mon aide, à me renouveler dans l'esprit de foi et dans la résignation chrétienne, et à me faire comprendre que cette mystérieuse conduite de la divine Providence est en vue d'un plus grand bien. Mais, maintenant, ô ma céleste Protectrice, j'ai agi envers vous comme un enfant vis-à-vis de sa mère bien-aimée, je vous ai fait connaître mes souffrances et mes craintes, mes peines, mes tentations, ma faiblesse, mes périles; je me jette dans vos bras, je m'abandonne à vous, je sais que vous ne me laisserez pas périr. Ô Notre Dame du Sacré Coeur, de nouveau je vous conjure d'écouter ma prière et de m'accorder toutes les grâces que j'ai solicitées pendant cette neuvaine; étendez votre protection sur moi et sur toutes les personnes que je vous ai tant de fois recommandées, obtenez-nous du Coeur de Jésus le bonheur de l'aimer ici-bas et de régner avec lui dans le ciel! (1) Aisi soit-il!

Récitez le Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pour nous!


(1) Les Annales de Notre Dame du Sacré Coeur ont publié des milliers de grâces obtenues après une neuvaine, mais elles en ont publié un très grand nombre qui n'ont été obtenues qu'après plusieurs neuvaines successives. Notre Dame du Sacré Coeur veut quelquefois éprouver la confiance de ses enfants: la persévérance dans le prière est le moyen le plus sûr d'obtenir la faveur que l'on demande.

Nota: On recommande instamment aux personnes qui sont favorisées d'une grâce de Notre Dame du Sacré Coeur, d'en envoyer le récit le plus détaillé à M. le Directeur de l'Archiconfrérie de Notre Dame du Sacré Coeur à Issoudun (Indre), pour que ce témoignage de reconnaissance soit religieusement conservé dans la collection de toutes les actions de grâces, et, si on le désire, publié dans les Annales, pour la gloire de Notre Dame du Sacré Coeur. La Direction des Annales, respectant toujours les intentions des narrateurs, ne publie pas leurs noms quand ils désirent conserver l'anonymat; mais aussi elle ne publie pas les actions de grâces qui lui parviennent sans signature.L'insertion des actions de grâces dans les Annales est gratuite.

Triduum d'action de grâce à Notre Dame du Sacré Coeur



Premier Jour: Le triple souvenir


II- Vous vous êtes souvenue, ô Notre Dame du Sacré Coeur, au cri de notre douleur, du pouvoir ineffable que votre divin Fils vous a donné sur son Coeur adorable, et prenant en main notre cause, vous avez daigné la plaider avec toute la force de votre puissante intercession. Nous vous en remercions mille et mille fois, ô Notre Dame du Sacré Coeur! ô vous, notre céleste et victorieuse Avocate!


III- Vous vous êtes souvenue, ô Notre Dame du Sacré Coeur, pour notre plus grand avantage, que le coeur de Jésus est la source intarrissable de toutes les grâces, et que vous pouvez l'ouvrir à votre gré pour répandre sur les hommes tous les trésors d'amour et de miséricorde, de lumière et de salut qu'il renferme; et vous avez daigné les répandre sur nous avec profusion! Nous vous en remercions mille et mille fois, ô Notre Dame du Sacré Coeur! ô céleste Trésorière du Coeur de Jésus! Et vous, ô Notre Dame du Sacré Coeur! du haut de votre trône de gloire, vous jetez les yeux sur vos enfants et vous dites à chacun d'entre nous ces paroles que nous voulons graver dans notre coeur en caractères de feu comme un triple et suave souvenir:
Souvenez-vous à tout jamais, ô mes enfants, que je suis votre mère, l'Espérance des désespérés, et la Trésorière du Coeur de Jésus. Toujours, oui, toujours, nous nous en souviendrons, ô Notre Dame du Sacré Coeur, aidez-nous du secours de votre intercession et de la grâce de votre divin Fils. Ainsi soit-il!

Récitez le Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur
ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pour nous!



Deuxième Jour: Le triple avantage

I- Nous nous souviendrons toujours, ô Notre Dame du Sacré Coeur, pour notre propre sanctification, de la grâce insigne que vous avez daigné nous accorder. Vous avez accueilli avec bienveillance notre cause, au plus grand profit de notre salut éternel, pour nous élever à des pensées de fois, de dévotion et de piété; nous raffermir dans le sentier de la vertu, et graver en nous la pensée de l'éternité. Cette faveur obtenue est pour nous une étincelle venue du ciel qui enflamme notre âme tiède et languissante, une flèche lancée par la miséricorde divine qui transperce notre coeur; un rayon de lumière qui nous éclaire au milieu des ténèbres d'un monde pervers; un stimulant salutaire qui excite notre volonté et la porte à une plus grande ferveur.


II-
Nous nous souviendrons toujours, ô Notre Dame du Sacré Coeur! pour votre propre gloire, de la grâce insigne que vous avez daigné nous accorder. Touchée à la vue de notre faiblesse, vous avez plaidé notre cause près du Coeur de Jésus; si ce divin Coeur a exaucé votre demande, c'est à cause de l'amour qu'il vous porte. A l'exemple de Jésus nous voulons, nous aussi, vous témoigner tout notre amour: à tout jamais, ô Mère bien-aimée, nous sommes vôtres. Si, au moment de l'épreuve, votre beau nom est venu souvent sur nos lèvres comme un soupir et une prière, aujourd'hui et toujours nous le dirons comme un doux chant d'allégresse et de reconnaissance.

III-
Nous nous souviendrons toujours, ô Notre Dame du Sacré Coeur, pour la plus grande gloire du Coeur de Jésus
, de la grâce insigne que vous avez diagné nous accorder. Votre plus ardent désir est de nous attirer à ce coeur adorable. La faveur dont notre âme, naguère si éprouvée, vous est redevable, est comme une modeste fleur de cet immense jardin, une petite pierre précieuse d'un si grand trésor, une goutte de ces torrents de miel, un faible avant-goût de ce paradis de délices. Cette faible part de bonheur qui nous est échue en partage n'a pas d'autre but, nous le savons, que de nous engager à tourner notre pauvre coeur vers le divin Coeur de notre aimable Jésus. Ainsi soit-il!


Récitez le Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pour nous!



Troisième Jour: Le triple apostolat

I- Le souvenir de vos bienfaits, ô Notre Dame du Sacré Coeur, se répand sur toute la terre comme un suave parfum... Vous êtes l'Espérance des désespérés... Nous voulons être avec vous les Apôtres de l'Espérance des désespérés... Nous voulons être avec vous les Apôtres de l'Espérance près de ceux qui souffrent et pleurent, accablés par les dures souffrances de cette vallée de larmes, fortement éprouvés par les séductions du monde, poursuivis par d'amères perplexités et par les ombres funestes du désespoir.


II-
Le souvenir de vos bienfaits, ô Notre Dame du Sacré Coeur, se répand sur toute la terre comme un suave parfum. Vous êtes la céleste Trésorière du Coeur de Jésus, et nous voulons être, ô Notre Dame du Sacré Coeur, les Apôtres de votre glorieux titre, les Apôtres de la dévotion qu'il inspire, de l'Association qui porte ce nom, et nous vous promettons de nous inscrire pour un si consolant apostolat, au nombre de vos plus fidèles serviteurs de vos plus dévoués zélateurs, de vos fils les plus aimants.

III-
Le souvenir de vos bienfaits, ô Notre Dame du Sacré Coeur, se répand sur toute la terre comme un suave parfum. Vous êtes par excellence l'Apôtre du Sacré Coeur de Jésus: en union avec vous, nous voulons être les Apôtres de cet aimable Coeur, afin de lui offire de dignes hommages d'amour et de réparation pour les opprobres dont un monde ingrat et pervers l'abreuve. C'est là, sans aucun doute, l'acte le plus noble que nous puissions accomplir pour exprimer à votre Coeur immaculé, et au Coeur adorable de votre divin Fils, notre éternelle gratitude. O Notre Dame du Sacré Coeur, nous vous promettons d'user de toute notre influence, pour propager le culte du Sacré Coeur; à l'avenir, nous n'aurons pas d'autre désir que de voir ce divin coeur aimé totalement, partout, chaque jour davantage, malgré tout obstacle, dans le temps et dans l'éternité; que de voir ainsi se réaliser cette belle devise, qui est la nôtre: Aimé soit partout le Sacré Coeur de Jésus: Ametur ubique terrarum Cor Jesu Sacratissimum!


Récitez le Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur ou au moins trois fois l'invocation:
Notre Dame du Sacré Coeur, priez pour nous!

Pour plus de renseignements sur Notre Dame du Sacré Coeur, témoignages de grâces...

cliquer sur le lien suivant:

www.nd-sacre-coeur.org

Téléchargez le texte de la Neuvaine et du Triduum à Notre Dame du Sacré Coeur (pdf) en cliquant ici

I- Vous vous êtes souvenue, ô Notre Dame du Sacré Coeur, à la vue de notre misère et de notre faiblesse, que, malgré notre indignité, nous sommes toujours vos enfants; vous nous avez accueillis avec tendresse, votre bonté nous a tendu une main secourable; vous nous avez écoutés avec bienveillance chaque jour de la neuvaine, alors que, prosternés à vos pieds, nous méditions la belle prière du Souvenez-vous. Nous vous en remercions mille et mille fois, ô Notre Dame du Sacré Coeur! ô vous la meilleure des mères!!...

Averbode_ND_Sacr_C3_A9_Coeur_1

Posté par fmonvoisin à 18:53 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Le Serviteur de Dieu François Xavier Nguyen Van Thuan

Le Serviteur de Dieu François Xavier Nguyen Van Thuan

1928-2002

Fête le 16 septembre

Num_riser0017Num_riser0020DHY_20Francois_20Xavier_20Nguyen_20Van_20Thuan

Etre prière

La dernière étape de la prière continuelle est atteinte, selon les auteurs spirituels, non seulement lorsqu'on prie sans cesse, mais quand on est prière. Isaac de Ninive décrit en ces termes celui qui vit ainsi : "Qu'il mange, boive, dorme, ou fasse quelque autre chose, et jusque dans son sommeil le plus profond, le parfum de la prière s'élève sans effort de son coeur et de l'esprit purifié sont les voix pleines de douceur avec lesquelles de tels hommes ne cessent jamais de chanter en secret le Dieu caché." Un expert moderne en matière de spiritualité a concentré en quelques mots à la fois toute la tradition et l'idée que l'on se fait aujourd'hui de la prière en disant : "Le vrai chemin de l'oraison, c'est la vie [...]. Une prière continue, c'est une vie entièrement vouée au service de Dieu. C'est la seule manière de toujours prier. La prière est continue quand l'amour est continu. L'amour est continu quand il est unique et total." Si notre vie devient "un acte d'amour unique étendu dans le temps", s'il reflète instant après instant la vie du Seigneur Jésus, on peut alors aussi comprendre cette affirmation simple et concise de Chiara Lubich qui m'a beaucoup touché : "Comment faire pour prier sans cesse ? En étant Jésus. Jésus prie toujours." Dans cette brève fromule est contenue toute l'essence de la prière, dans laquelle c'est Jésus lui-même qui, comme le dit saint Augustin, "orat pro nobis ut sacerdos noster ; orat in nobis ut caput nostram ; oratur a nobis ut Deus noster."

Extrait du livre "Témoins de l'espérance" (ch. XIII – p.155-157), Editions du Jubilé

Notice Biographique sur le Cardinal François Xavier Nguyen Van Thuan

cliquer sur le lien suivant: 

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-765949.html

Posté par fmonvoisin à 13:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

23 avril 2008

Notre Dame du Sacré Coeur

Num_riser0051

Souvenez-Vous à Notre Dame du Sacré Coeur

Souvenez-Vous, ô Notre Dame du Sacré Cœur, de l'ineffable pouvoir que Votre Divin Fils Vous a donné sur son cœur adorable. Pleins de confiance en vos mérites, nous venons implorer Votre protection. O céleste Trésorière du Cœur de Jésus, de ce Cœur qui est la source intarissable de toutes les grâces et que Vous pouvez ouvrir à Votre gré pour répandre sur le monde tous les trésors d'Amour, de Miséricorde, de Lumière et de Salut qu'il renferme, accordez-nous, nous Vous en supplions, la faveur (...) que nous sollicitons. Non, nous ne pouvons essuyer de refus, et, puisque Vous êtes notre mère, ô Notre Dame du Sacré Cœur, accueillez favorablement nos prières et daignez les exaucer, Ainsi soit-il !

Posté par fmonvoisin à 16:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

Notre Dame des Douleurs

Num_riser0037

Chapelet de Notre-Dame des Douleurs

Prière révélée à Catherine, âme privilégiée contemporaine

Mes enfants, c’est le Cœur transpercé par sept glaives, que je viens vous trouver. Par ces sept plaies qui sont venues endommager mon Cœur Immaculé, je viens souvent soulager  vos propres souffrances. Ayant tout offert à Dieu le Père, je lui demande de pouvoir être toujours présente auprès de vous afin de soulager toutes les douleurs, qui ont déjà, qui sont en train, ou qui viendront martyriser vos cœurs. Pour vous aider, aujourd’hui je vous offre le chapelet de Notre-Dame des Douleurs. C’est un baume, une onction d’amour qui viendra refermer les plaies le plus profondes. Je vous l’offre avec Jésus qui a toujours tout partagé avec moi, comme moi Marie j’ai toujours tout partagé avec Lui. Vous me prierez ainsi :

Chapelet de Notre Dame des Douleurs

Sur chaque gros grain: Notre-Dame des Douleurs, Toi qui a su partager chacune de tes souffrances avec Dieu le Père pour qui tu as offert toute ton existence ; intercède pour nous, afin que nous devenions forts dans l’épreuve et qu’à travers chaque souffrance, Jésus puisse venir nous aider, nous relever, nous porter comme toi Marie tu L’as porté. Amen

Sur chaque petit grain : Notre-Dame des Douleurs, Mère du Sauveur, aide nous dans l’épreuve, console nous, prie pour que nos plaies soient offertes à Dieu le Père. Amen

Prions : Père Eternel, Dieu tout puissant, par les sept douleurs de Notre Mère, par les plaies de son Cœur, nous venons T’offrir nos propres douleurs, nos blessures les plus profondes, par Jésus Ton Fils notre Sauveur, accorde nous la grâce de nous fortifier à travers les épreuves, d’accepter tout ce que Tu permets, afin que par Ta grâce, nous en soyons purifiés. Père, par l’intercession de notre Mère, prends pitié de nous, aide nous. Amen

Mes enfants, je vous offre ce baume de guérison afin que vous ayez toujours avec vous, la trousse de première urgence, et que le découragement ne  puisse gagner vos cœurs, alors que par Dieu le Père, par l’amour de votre Mère, et l’offrande de Jésus, tout devient possible pour chacun de vous. Amen

Mes enfants, je vous bénis, je viens souvent vous donner les premiers soins, les soins de première urgence, afin que par l’anesthésie de mon Amour de Mère, vous puissiez supporter les épreuves et en retirer par la grâce de Dieu de grands bienfaits à la fois pour vous, mais aussi pour mes enfants, qui ne me prient pas. Soyez dans la paix, je viens vous offrir un remède d’amour, n’en soyez pas inquiets, au contraire demeurez dans la joie. Amen. Merci, Marie

Texte extrait du site www.coeurs-unis.org

La Flamme d'Amour du Coeur Immaculé de Marie

Num_riser0040

La Flamme d'Amour du Coeur Douloureux et Immaculé de Marie

« Moi, le beau rayon de l'aurore, j'aveugle Satan. »

Nouvelle prière

La Mère de Dieu demande: « À partir de maintenant, ajoutez à chaque prière que vous m'adressez, la prière suivante: “Submergez de grâces l'humanité entière, par l'action de votre 'Flamme d'Amour', maintenant et à l'heure de notre mort. Amen”. « Voilà la prière par laquelle vous aveuglerez Satan. »

La Sainte Vierge Marie nous demande de prier le « Je vous salue Marie » comme suit: « Je vous salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, submergez de grâces l'humanité entière par l'action de votre Flamme d'Amour, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen. » Prions le Rosaire ordinaire en ajoutant la phrase ci-dessus à la fin de chacun des « Je vous salue Marie », tel que la Très Sainte Vierge Marie nous l'a demandé elle-même.

La prière de Jésus

Le Seigneur Jésus a enseigné à Elisabeth cette prière. Il la considère comme un moyen puissant pour obtenir l'aveuglement de Satan. Il nous prie de faire nôtres, de toutes nos forces, ses pensées éternelles. Cette prière résume l'essence et le but du message de la Flamme d'Amour: l'union d'amour avec Dieu et l'appel d'Amour de Jésus à chacun de nous. Elle constitue le programme de notre vie. Nos pensées, paroles, actions et même nos silences, unis intimement à Jésus, obtiennent par Lui, avec Lui et en Lui, une valeur éternelle.

O mon Jésus, unissez nos pas aux Vôtres pour avancer en commun, mettez nos mains dans les Vôtres pour rassembler, faites battre nos coeurs en harmonie avec le Vôtre, fondez nos âmes dans la Vôtre pour ressentir comme Vous, unissez les pensées de notre esprit aux Vôtres, faites que nos oreilles écoutent avec Vous dans le silence, attirez nos yeux dans les Vôtres pour s'y fondre, et faites que nos lèvres, en union avec Vous, implorent la Miséricorde du Père Éternel.Amen

Chapelet du Coeur Immaculé de Marie

(se récite sur un chapelet ordinaire)


Au commencement, faire cinq fois de suite le Signe de la Croix en l’honneur des cinq Plaies Sacrées de notre Sauveur.

Sur les gros grains : Coeur douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous qui avons recours à vous!

Sur les petits grains : Mère, sauvez-nous par la Flamme d’Amour de votre Coeur Immaculé!

A la fin (3 fois) : Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Terminer par : Mère de Dieu, submergez de grâces l'humanité entière par l'action de votre Flamme d'Amour, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen.

Notice sur la Flamme d'Amour du Coeur de Marie,

cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-754035.html