20 novembre 2013

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie 16/33

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

102_001

Seizième jour

Deuxième jour dans le Cœur de Jésus

Mère du Verbe, la conversation avec Marie

Consécration de nos pensées et de nos paroles

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation au Saint Esprit

 

« O Esprit-Saint, Divin Paraclet, Père des pauvres, Consolateur des affligés, Sanctificateur des âmes, me voici prosterné en Votre présence, je Vous adore avec la plus profonde soumission, et je répète mille fois avec les Séraphins qui se tiennent devant Votre Trône : « Saint ! Saint ! Saint ! ». Vous qui avez rempli d'immenses grâces l'âme de Marie et enflammé d'un saint zèle les cœurs des apôtres, daignez aussi embraser mon cœur de Votre Amour. Vous êtes un Esprit Divin, fortifiez-moi contre les mauvais esprits ; Vous êtes un Feu, allumez en moi le Feu de Votre Amour ; Vous êtes une Lumière, éclairez-moi en me faisant connaître les choses éternelles ; Vous êtes une Colombe, donnez-moi des mœurs pures ; Vous êtes un Souffle plein de douceur, dissipez les orages que soulèvent en moi les passions ; Vous êtes une langue, enseignez-moi la manière de Vous louer sans cesse ; Vous êtes une nuée, couvrez-moi de l'ombre de Votre Protection ; enfin, Vous êtes l'Auteur de tous les Dons Célestes : Ah ! je Vous en conjure, vivifiez-moi par la Grâce, sanctifiez-moi par Votre Charité, gouvernez-moi par Votre Sagesse, adoptez-moi pour Votre enfant par Votre Bonté, et sauvez-moi par Votre infinie Miséricorde, afin que je ne cesse jamais de Vous bénir, de Vous louer, et de Vous aimer, d'abord sur la terre pendant ma vie, et ensuite dans le Ciel durant toute l'éternité.

(Saint Alphonse de Liguori, Docteur de l'Eglise)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

Parole de Dieu

 

Première Lettre de Saint Pierre 3, 9-10

 

« Ne rendez pas le mal pour le mal, ni l'insulte pour l'insulte ; au contraire, appelez sur les autres la bénédiction puisque, par vocation, vous devez recevoir en héritage les bénédictions de Dieu. En effet, celui qui aime la vie et désire connaître des jours heureux, qu'il garde sa langue du mal et ses lèvres de tout mensonge ».

 

Saint Jean 1, 1-18

 

« Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. Par Lui, tout s'est fait, et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans Lui. En Lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée. Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n'était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout hommeen venant dans le monde. Il était dans le monde, lui par qui le monde s'était fait, mais le monde ne l'a pas reconnu. Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu. Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « Voici celui dont j'ai dit : Lui qui vient derrière moi, il a pris place devant moi, car avant moi il était ». Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce : après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l'a jamais vu : le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c'est lui qui a conduit à le connaître ».

 

Lettre de Saint Paul aux Ephésiens 4, 29-32

 

« Aucune parole mauvaise ne doit sortir de votre bouche ; mais, s'il en est besoin, dites une parole bonne et constructive, bienveillante pour ceux qui vous écoutent. En vue du jour de votre délivrance, vous avez reçu en vous la marque du Saint Esprit de Dieu : ne le contristez pas. Faites disparaître de votre vie tout ce qui est amertume, emportement, colère, éclats de voix ou insultes, ainsi que toute espèce de méchanceté. Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ ».

 

Message de Marie à Medjugorje du 25 février 1989

 

« Chers enfants, aujourd'hui, Je vous invite à la prière avec le cœur. Durant ce temps de grâces Je voudrais que chacun d'entre vous s'unisse à Jésus. Mais sans des prières perpétuelles vous ne pouvez ressentir la beauté et la grandeur des grâces que Dieu vous offre. Ainsi, petits enfants, emplissez vos cœurs, en tout temps, même par de toutes petites prières. Je suis avec vous et Je veille sans cesse sur chaque cœur qui se donne à Moi. Merci d'avoir répondu à Mon appel ».

 

Méditation

 

« Qu'y a-t-il de plus intime et de plus conjoint au fils que la mère, et au Fils de Dieu que la Mère de Dieu qui le conçoit dans soi-même, qui le porte dans ses entrailles, qui l'enclôt et comprend en soi, comme partie, et partie si noble de soi ; voire la partie la plus noble de soi-même ? Car l'état de mère a ce privilège en la nature, d'avoir et de porter double esprit, double cœur, double vie en un même corps. Et l'état de mère de Dieu donne ce privilège à la Vierge par nature et par grâce d'avoir Jésus en soi, et de l'avoir comme partie noble de soi, et d'avoir l'esprit, le cœur, et la vie de Jésus si intimes, si conjoints à Son esprit, à Son Cœur et à Sa Vie, qu'il est l'esprit de son esprit, le cœur de son cœur, et la vie de sa Vie.

Vous donnez vie à Jésus, car il est votre fils. Vous recevez vie de Jésus, car il est votre Dieu. Et vous êtes ainsi donnant et recevant vie tout ensemble. Et comme le Verbe Divin est recevant et donnant tout ensemble, être, vie et gloire en l'éternité, la recevant du Père, la donnant au Saint Esprit : ainsi vous, ô Vierge Sainte, qui avez l'honneur d'être la Mère du Verbe incarné, Vous, dis-je, à son exemple et imitation, Vous êtes recevant et donnant vie tout ensemble : Vous êtes donnant vie à Jésus, et recevant vie de Jésus. Vous donnez vie à Jésus animant de Votre Cœur et de votre esprit le cœur l'esprit de Jésus. Et vous recevez du Cœur et du corps de Jésus vivant et rendant en vous, vie en votre cœur, en votre corps, et en votre esprit tout ensemble ».

(Bérulle)

 

« Mais l’Église, enseignée par l’Esprit et riche d’une expérience séculaire, reconnaît que la piété envers la Vierge, subordonnée à la piété envers le divin Sauveur et en liaison avec elle, a également une grande efficacité pastorale et constitue une force pour la rénovation de la vie chrétienne. La raison d’une telle efficacité est facilement perceptible. En effet, la mission multiple de Marie à l’égard du Peuple de Dieu est une réalité surnaturelle opérante et féconde dans l’organisme ecclésial. Il est réjouissant de considérer les aspects particuliers d’une telle mission et de voir comment ils s’orientent, chacun avec son efficacité propre, vers le même but : reproduire dans ses fils les traits spirituels de son Fils premier-né. Nous voulons dire par là que la maternelle intercession de la Vierge, sa sainteté exemplaire, la grâce divine qui est en elle, deviennent pour le genre humain motif d’espérance ».

(Paul VI, Marialis Cultus, n°57)

 

tumblr_lyicqaQzeb1qa2fuyo1_1280

Prières

 

Prière consécratoire

 

Marie, Mère du Verbe, je Te consacre mon cœur intellectuel et spirituel, ce lieu où peuvent naître les pensées mauvaises qui soufflent l'homme comme les paroles qui consolent et édifient. Marie, que du trésor de mon cœur ne viennent que des choses bonnes, comme de Ton Cœur est sorti le Trésor qui allait enrichir le monde entier. Ô Mère du Verbe, garde-moi du vain bavardage, que ma parole soit prière, que de ma parole naisse le Verbe dans les cœurs. Marie, je Te consacre ma langue. Toi qui est la bouche silencieuse des apôtres, veille sur la porte de mes lèvres et place une garde angélique à ma bouche, et surtout fais naître en moi le Verbe ; que mon cœur déborde de paroles belles.

 

Antienne

 

Voyons dans le sein de Marie,

ce Cœur qui n'est que Feu,

qui, plein du Saint Esprit, s'écrie :

« Amour, Amour, Amour de Dieu ! »

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

 

Psaume

Prologue de l'Evangile de Saint Jean (1, 1-18)

 

Au commencement était le Verbe

et le Verbe était avec de Dieu,

et le Verbe était Dieu.

Il était au commencement avec Dieu.

Tout fut par Lui et sans Lui rien ne fut.

De tout être, Il était la vie,

et la vie était la lumière des hommes

et la lumière luit dans les ténèbres,

et les ténèbres n'ont pu l'atteindre.

Parut un homme envoyé de Dieu.

Il se nommait Jean.

Il vint comme témoin,

pour rendre témoignage à la Lumière,

afin que tous crussent par lui.

Il n'était pas la Lumière,

mais le témoin de la lumière.

Le Verbe était la Lumière véritable,

qui éclaire tout homme ;

il venait dans le monde

et le monde fut par Lui

et le monde ne l'a pas connu.

Il est venu chez les lui

et les siens ne l'ont pas reçu.

Mais à tous ceux qui l'ont reçu,

il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu

à ceux qui croient en son nom,

Lui que ni sang,

ni vouloir de chair

ni vouloir d'homme, d'homme,

mais Dieu a engendré.

Et le Verbe s'est fait chair,

et il a demeuré parmi nous,

et nous avons vu sa gloire,

gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique,

plein de grâce et de vérité.

Jean lui rend témoignage. Il proclame :

« Voici celui dont j'ai dit : Lui qui vient après moi,

est passé devant moi, parce qu'avant moi il était ».

Oui, de sa plénitude nous avons tous avons reçu

et grâce après grâce.

Car la Loi fut donnée par l'intermédiaire de Moïse,

la grâce et la vérité sont venues par

Jésus Christ.

Nul n'a jamais vu Dieu ;

le Fils unique, qui est dans le sein du Père,

Lui, l'a fait connaître.

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

353_001 (2)

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.


19 novembre 2013

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie 15/33

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

 

Troisième semaine

Epouse du Fils

 

« Jésus-Christ notre Sauveur, vrai Dieu et vrai homme, doit être la fin dernière de toutes nos autres dévotions. Autrement elles seraient fausses et trompeuses. Jésus-Christ est l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin de toutes choses. Nous ne travaillons que pour rendre tout homme parfait en Jésus-Christ, parce que c'est en Lui seul qu'habitent toute la plénitude de la Divinité et toutes les autres plénitudes de grâces, de vertus et de perfections. C'est en Lui seul que nous avons été bénis de toute bénédiction spirituelle. Il est notre unique maître qui doit nous enseigner, notre unique Seigneur de qui nous devons dépendre, notre unique chef auquel nous devons être unis, notre unique modèle auquel nous devons nous conformer, notre unique médecin qui doit nous guérir, notre unique pasteur qui doit nous nourrir, notre unique voie qui doit nous conduire, notre unique vérité que nous devons croire, notre unique vie qui doit nous vivifier et notre unique tout en toutes choses qui doit nous suffire ».

(Saint Louis-Marie Grigion de Montfort, « Traité de la Vraie Dévotion », n°61)

102_001

Quinzième jour

Premier jour dans le Cœur de Jésus

Union à l'Humanité du Christ

Consécration de nos actions

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation au Saint Esprit

 

« Mon Dieu, éternel Paraclet, je Vous adore, Vous qui êtes la Lumière et Vie de mon âme. Vous auriez pu Vous contenter de m’envoyer du dehors de bonnes pensées, la grâce inspiratrice et le secours ; Vous auriez pu me conduire ainsi dans la vie, et me purifier seulement par Votre Vertu intérieure. Mais, dans Votre infinie compassion, Vous êtes, dès le principe, entré dans mon âme, Vous en as pris possession, et Vous en avez fait Votre Ton temple. Vous habitez en moi d'une manière ineffable par Votre Grâce, mais aussi par Votre éternelle substance, comme si, quoique ne perdant pas ma propre individualité, j'étais en quelque sorte, ici bas même, absorbé en Dieu. Et comme Vous avez pris possession de mon corps même, de ce misérable et terrestre tabernacle de chair, mon corps même est aussi Votre Temple, ô étonnante, ô redoutable vérité ! Je le crois, je le sais, ô mon Dieu ! »

(Bienheureux John Henry Newman)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

Parole de Dieu

 

Lettre de Saint Paul aux Romains 12, 1-2

 

« Je vous exhorte, mes frères, par la tendresse de Dieu, à lui offrir votre personne et votre vie en sacrifice saint, capable de plaire à Dieu : c'est là pour vous l'adoration véritable. Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait ».

 

Saint Luc 6, 27-31, 35-36

 

« Je vous le dis, à vous qui m'écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. A celui qui te frappe sur une joue, présente l'autre. A celui qui te prend ton manteau, laisse prendre aussi ta tunique. Donne à quiconque te demande, et ne réclame pas à celui qui te vole. Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux. Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Dieu très-haut, car Il est bon, Lui, pour les ingrats et les méchants. Soyez miséricordieux comme votre Père est Miséricordieux ».

 

Première Lettre de Saint Paul aux Corinthiens 6, 12-14, 19-20

 

« Tout est en mon pouvoir », dit-on, mais tout n'est pas valable. Tout est en mon pouvoir, mais je ne me laisserai livrer à aucun pouvoir. Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments ; et Dieu détruira et ceux-ci et celui-là. Le corps est, non pas pour la débauche, mais pour le Seigneur Jésus, et le Seigneur est pour le corps ; et Dieu, par Sa puissance, a ressuscité le Seigneur et nous ressuscitera nous aussi. Ne le savez-vous pas ? Votre corps est le Temple de l'Esprit Saint, qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu ; vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes, car le Seigneur a payé le prix de votre rachat. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps ».

 

Message de Marie à Medjugorje du 25 octobre 1988

 

« Chers enfants, mon invitation à vivre les messages que Je donne est un appel de tous les jours. C'est surtout, petits enfants, que Je veux vous rapprocher du Cœur de Jésus ! Petits enfants, voilà pourquoi Je vous invite aujourd'hui à la prière de consécration à Jésus, Mon Fils bien-aimé. Ainsi chacun de vos cœurs Lui appartiendra. Ensuite, Je vous invite à la consécration à Mon Cœur Immaculé. Je souhaite que vous vous consacriez personnellement, mais aussi en tant que familles et que paroisses. Ainsi tout appartiendra à Dieu par Mes mains. Mais priez, petits enfants, pour saisir la grandeur du message que Je vous donne là ! Je ne veux rien pour Moi, mais tout pour le Salut de vos âmes. Satan est puissant, c'est pourquoi, petits enfants, par la prière persévérante, blottissez-vous contre Mon Cœur de Mère. Merci d'avoir répondu à Mon appel ».

 

Méditation

 

« L'aimable Mère témoignait à Son Fils une affection tendre et maternelle. Elle le caressait, lui donnait des baisers, le prenait dans ses bras. Et l'Enfant Jésus agissait de même conformément à Sa nature de tout petit enfant, suçant le lait de Sa Mère, se laissant bercer dans ses bras et cajoler. Il était tout pareil à un petit enfant innocent, quoi qu'Il fût la Sagesse du Père. Ah ! Qui nous donnera jamais d'user des créatures à leur exemple, uniquement en esprit et en Dieu ».

(Marie de Sainte Thérèse, « L'union mystique à Marie »)

 

C'est donc à juste titre que nous pouvons trouver dans la parole « Bienheureuse celle qui a cru » en quelque sorte une clé qui nous fait accéder à la réalité intime de Marie, de celle que l'ange a saluée comme « pleine de grâce ». Si elle a été éternellement présente dans le mystère du Christ parce que « pleine de grâce », par la foi elle y participa dans toute l'ampleur de son itinéraire terrestre : « elle avança dans son pèlerinage de foi » et, en même temps, de manière discrète mais directe et efficace, elle rendait présent aux hommes le mystère du Christ. Et elle continue encore à le faire. Par le mystère du Christ, elle est aussi présente parmi les hommes. Ainsi, par le mystère du Fils, s'éclaire également le mystère de la Mère ».

(Bienheureux Jean Paul II, Redemptoris Mater, n°19)

 

516001

Prières

 

Prière de consécration

 

Ô Marie, Ton Fils a pris Chair de ta Chair pour que cessent les offrandes d'animaux et que l'homme, devenu sans tache ni défaut par le baptême, s'offre lui-même comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur. Marie, qui dans Tes mains, as tenu la première Hostie de monde et n'as fait qu'une seule Chair avec Lui, je Te consacre mon humanité et l'humanité tout entière pour qu'elle devienne une nation sainte, un sacerdoce royal. Donne-moi par cette consécration de sanctifier par mes pensées et mes actions le temple de mon corps pour que la Trinité vienne en lui et y demeure comme Elle demeurait en Toi, jamais attristée par le péché, les mauvaises pensées, la paresse et les actes indignes d'un fils de Dieu.

 

Antienne

 

Quand Marie te portait, toi la grande montagne, tu allégeais son poids.

Quand Elle te nourrissait, tu rassasiais Sa faim.

Quand Elle t'allaitait, tu voulais avoir soif.

Quand Elle te choyait, toi le charbon ardent, Son Sein ne brûlait pas.

(Saint Ephrem)

 

Psaume 1

 

Heureux est l'homme qui ne va pas

au conseil des impies,

il ne s'arrête pas dans la voie des pécheurs

et au banc des rieurs ne s'assied.

Non, son plaisir est dans la loi du Seigneur

car sa loi, il la murmure en son cœur jour et nuit !

Il est semblable à l'arbre planté

sur des torrents d'eau vive près d'un ruisseau,

dont le feuillage ne sèche pas.

Il donne son fruit en son temps

et tout ce qu'il entreprend lui réussit.

Il n'en va pas de même pour les impies :

ils sont comme la balle que le vent emporte.

Voilà pourquoi ils ne tiendront pas

au jour du jugement, pas plus

que le pécheur dans l'assemblée des justes.

Car la voie des justes, Dieu la connaît

mais la voie des impies va se perdre.

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

826_001

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.

18 novembre 2013

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie 14/33

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

102_001

Quatorzième jour

Septième jour de la semaine dans le sein du Père

Marie consacrée au Temple

Consécration de nos engagements envers Dieu

(Vœux, promesses faites à Dieu)

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation au Saint Esprit

 

Viens, Esprit Saint, Toi qui m'as élu et séparé

de ce monde et établi devant la Face de Ta Gloire,

de même, maintenant, garde-moi à l'intérieur,

debout pour toujours, inébranlable,

dans Ta demeure en moi :

qu'en Te voyant perpétuellement,

moi, le mort, je vive ; qu'en Te possédant,

moi, le pauvre, je sois toujours riche ;

qu'en Te mangeant et Te buvant,

en me vêtant à chaque instant de Toi,

j'aille de délices en délices

en d'inexprimables biens :

car c'est Toi qui est tout bien et toute gloire

et tout délice

et c'est à Toi qu'appartient la gloire sainte,

consubstantielle et vivifiante Trinité,

Toi que vénèrent, que confessent,

qu'adore et que servent

dans le Père, le Fils et le Saint Esprit

tous les fidèles,

maintenant et toujours et aux siècles des siècles.

(Saint Syméon le Nouveau Théologien)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

Parole de Dieu

 

Saint Jean 17, 15-19

 

« Je ne demande pas que Tu les retires du monde, mais que tu les gardes du Mauvais. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Consacre-les par la Vérité : Ta Parole est Vérité. De même que Tu M'as envoyé dans le monde, Moi aussi, Je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux Je Me consacre Moi-même, afin qu'ils soient, eux aussi, consacrés par la Vérité ».

 

Saint Luc 2, 22-32

 

« Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : « Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur ». Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C'était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui. L'Esprit lui avait révélé qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l'Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l'enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient. Syméon prit l'enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes,et gloire d'Israël ton peuple ».

 

Psaume 84 (83), 2-5

 

« De quel amour sont aimées tes demeures, Seigneur, Dieu de l'univers ! Mon âme s'épuise à désirer les parvis du Seigneur ; mon cœur et ma chair sont un cri vers le Dieu vivant ! L'oiseau lui-même s'est trouvé une maison, et l'hirondelle, un nid pour abriter sa couvée : tes autels, Seigneur de l'univers, mon Roi et mon Dieu ! Heureux les habitants de ta maison : ils pourront te chanter encore ! »

 

Message de Marie à Medjugorje du 16 mai 1987

 

« Ô enfants ! Rappelez-vous, la seule façon pour vous d'être toujours avec Moi et de savoir la Volonté du Père, c'est de prier. C'est pourquoi je Vous appelle aujourd'hui encore. Ne laissez pas Mes appels sans réponse. Continuez à prier malgré tout et vous comprendrez la Volonté du Père et Son Amour. Chers enfants, quand Dieu appelle les hommes, c'est vraiment une grande chose. Pensez combien il serait triste de laisser passer ces occasion que Dieu vous accorde sans les saisir ! Alors n'attendez pas demain ou après-demain. Dites oui à Jésus maintenant. Et que ce oui soit pour toujours. Merci d'avoir répondu à Mon appel ».

 

Méditation

 

« Séparée de la maison de ses parents, dans une âge si tendre, cette très Sainte Enfant, en entrant au Temple, s'abandonne à Dieu dans un oubli du monde et une mort d'Elle-même, une ferveur et un zèle qui ne peuvent être compris. Elle renouvelle alors ses vœux d'hostie et de servante, avec une amour plus admirable qu'Elle ne l'avait fait dans le Temple sacré des entrailles de Sainte Anne, cet amour allant toujours croissant de moment en moment, et n'ayant, en Elle, ni interruption ni relâche, ce qui le rendait comme immense. Toute consumée par cet amour, elle ne veut avoir de vie, de mouvement, de liberté, d'esprit, de corps, rien absolument qu'en Dieu. La donation qu'elle fait d'Elle-même est si vive, si ardente et si pressante, que son âme st dans la disposition actuelle et perpétuelle de se livrer sans cesse à Dieu, et d'être toujours de plus en plus à Lui, croyant, pour ainsi dire, n'y être jamais assez, et voulant y être encore davantage encore, s'il lui était possible. Enfin, s'offrant comme une hostie vivante et consacrée à Dieu dans tout Elle-même, et dans tout ce qu'elle serait un jour, Elle renouvelle la consécration qu'elle avait déjà faite à Dieu de toute l'Eglise, au moment de Sa conception ; et spécialement celle des âmes qui, à son exemple, se consacreraient à Son Divin service dans tant de saintes communautés ».

(Jean-Jacques Olier, « Vie Intérieure de la Très Sainte Vierge », t.1)

 

« Marie consent au choix de Dieu pour devenir, par l'Esprit Saint, la Mère du Fils de Dieu. On peut dire que le consentement qu'elle donne à la maternité est surtout le fruit de sa donation totale à Dieu dans la virginité. Marie a accepté d'être choisie comme Mère du Fils de Dieu, guidée par l'amour nuptial, qui « consacre » totalement à Dieu une personne humaine. En vertu de cet amour, Marie désirait être toujours et en tout «donnée à Dieu», en vivant dans la virginité. Les mots : « Je suis la servante du Seigneur » expriment le fait que, depuis le début, elle a accueilli et compris sa maternité comme un don total de soi, de sa personne, au service des desseins salvifiques du Très-Haut. Et toute sa participation maternelle à la vie de Jésus Christ, son Fils, elle l'a vécue jusqu'à la fin d'une manière qui répondait à sa vocation à la virginité ».

(Bienheureux Jean Paul II, Redemptoris Mater, n°39)

 

__________20110413_1700751713

Prières

 

Prière consécratoire

 

O Marie, Toi qui porteras le Temple dans Ton sein, Tu viens dans le Temple afin d'y consacrer Ta Virginité, afin de Te garder pour que, en fille de David, Tu donnes à Dieu une demeure plus vaste que le monde. Donnez-moi d'entrer dans le Temple du Corps de Ton Fils qui est l'Eglise et de m'y consacrer et de faire de ma vie une consécration toujours renouvelée et chaque fois plus grande dans l'amour. Marie, je me consacre dans Ta Chasteté, ô Miroir d'Angélique pureté. Je me consacre dans Ta pauvreté, Toi qui, comblée par Dieu dans l'ordre de la nature et dans celui de la Grâce, T'offres inconditionnellement, ne retenant rien pour Toi, pas même un regard. Je me consacre dans Ton obéissance, Toi qui T'es soumise à la Loi de nos pères pour Te conformer totalement à la Volonté du Père.

 

Antienne

 

« Ecoute, Vierge Marie, la voix de Ton Seigneur, cours au-devant de Ton Bien-Aimé, Fille de Jérusalem : dans le secret de ses desseins, Il T'a choisie, pour que Tu habites à jamais en Sa maison ».

(Liturgie d'André Gouzes)

 

Psaume 48 (47)

 

Il est grand, le Seigneur,

qu'il soit loué sans cesse,

dans la ville de notre Dieu !

 

La montagne ou resplendit sa sainteté,

et qui s'élève en sa beauté,

fait la joie de toute la terre.

Plus que la montagne du nord

n'est la demeure des dieux,

le Mont Sion est la cité du grand roi.

 

Dieu demeure en elle, au milieu de ses tours,

il a manifesté qu'Il est sa forteresse.

Voici que les rois s'étaient rassemblés,

vers elle, tous ensembles, ils marchaient.

 

Dès qu'ils ont vu, ils ont été saisis d'effroi,

pris de panique, ils se sont enfuis.

Alors un tremblement les a saisis,

une angoisse comme la femme qui accouche.

 

Ce fut comme un vent de tempête,

qui brise les vaisseaux qui s'en vont vers Tarsis.

Comme nous l'avions entendu dire,

ainsi maintenant, nous l'avons vu

dans la ville du Seigneur, Dieu de l'Univers.

 

Dans la ville du Seigneur notre Dieu,

lui qui en a fondé les assises pour toujours.

Seigneur, nous avons vu le prix de Ton Amour,

au milieu de Ton Temple.

 

Comme Ton Nom, Seigneur,

que Ta louange, s'étende

jusqu'aux confins de la terre !

Par Ta main droite, Tu nous combles de Ton Salut.

 

La la montagne de Sion se réjouit,

et ses filles, les villes de Juda, exultent de joie,

à cause de ta victoire.

Formez un cortège à l'entour de Sion,

en chemin, dénombrez ses tours !

 

Que vos cœurs s'attachent à ses murailles !

Parcourez ses forteresses !

Et vous direz à la génération qui vient

que le Seigneur est notre Dieu,

pour toujours et à jamais,

Lui qui nous conduit au-delà de la mort !

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

media-361898-1

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.

17 novembre 2013

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie 13/33

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

102_001

Treizième jour

Sixième jour de la semaine dans le sein du Père

Enfance de Marie

Consécration à l'esprit d'enfance

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation à l'Esprit Saint

 

Hâtez-vous de recevoir l'Esprit

qui vient de Dieu, l'Esprit Divin,

afin de devenir héritiers

du Royaume céleste pour les siècles.

Mais si dès ici-bas, vous ne devenez pas célestes,

comment pouvez-vous bien prétendre

habiter avec le Christ dans les cieux ?

Courez donc avec ardeur, courez tous,

afin que nous soyons jugés dignes

de nous trouver au-dedans du Royaume des Cieux

et de régner avec le Christ, le maître de tout,

à qui revient toute gloire,

avec le Père et l'Esprit,

pour les siècles des siècles. Amen.

(Saint Syméon le Nouveau Théologien)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

Parole de Dieu

 

Saint Matthieu 18, 1-5

 

« Les disciples s'approchèrent de Jésus et Lui dirent : « Qui donc est le plus grand dans le Royaume des cieux ? » Alors Jésus appela un petit enfant ; Il le plaça au milieu d'eux, et Il déclara : « Amen, Je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n'entrerez point dans le Royaume des Cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, c'est celui-là qui est le plus grand dans le Royaume des cieux. Et celui qui accueillera un enfant comme celui-ci en Mon Nom, c'est Moi qu'il accueille ».

 

Lettre de Saint Paul aux Romains 8, 10-15

 

« Si le Christ est en vous, votre corps a beau être voué à la mort à cause du péché, l'Esprit est votre vie, parce que vous êtes devenus des justes. Et si l'Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, Celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous avons une dette, mais ce n'est pas envers la chair : nous n'avons pas à vivre sous l'emprise de la chair. Car si vous vivez sous l'emprise de la chair, vous devez mourir ; mais si, par l'Esprit, vous tuez les désordres de l'homme pécheur, vous vivrez. En effet, tous ceux qui se laissent conduire par l'Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. L'Esprit que vous avez reçu ne fait pas de vous des esclaves, des gens qui ont encore peur ; c'est un Esprit qui fait de vous des fils ; poussés par cet Esprit, nous crions vers le Père en l'appelant : « Abba ! »

 

Saint Luc 10, 21-22

 

Jésus exulta de joie sous l'action de l'Esprit Saint, et dit : « Père, Seigneur du Ciel et de la terre, Je proclame Ta louange : ce que Tu as caché aux sages et aux savants, Tu l'as révélé aux tout-petits. Oui, Père, Tu l'as voulu ainsi dans Ta Bonté. Tout M'a été confié par Mon Père ; personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler ».

 

Message du 5 août 1984

 

Notre Dame à dit à Vicka, Marija et Jelena que le vrai jour de sa naissance était le 5 août. Pendant trois jours avant la célébration du deux millième anniversaire de la naissance de Marie, il y eut jeûne et prière continuelle ; soixante-dix prêtres ont confessé sans arrêt ; un grand nombre de gens furent convertis. « Jamais dans ma vie, je n'ai pleuré de douleur comme ce soir je pleure de joie. Merci ! » Je suis très heureuse ; continuez. Continuez à prier et à jeûner ».

 

Méditation

 

« Marie s'abandonne à nous sans réserve pour que nous nous abandonnions à Elle. Ne pouvant accepter Marie dans cette élévation qui est pourtant celle qui nous est promise, Elle nous est proposée sous la forme la plus humble, la plus petite qui soit, dans Son berceau. De même, ne pouvant la contempler dans la beauté de la plénitude de la féminité (« La Sainte Vierge est si belle qu'on voudrait mourir pour la revoir », Sainte Bernadette), il nous est donné de nous émerveillé devant la grâce de Son enfance.

Jean-Jacques Olier invite à la dévotion à Marie Enfant : « Il me semble que c'est une bien douce visite que l'on peut faire en esprit à Sainte Anne et à Saint Joachim, pour leur demander l'entrée dans leur Sainte demeure, et l'accès au berceau de leur Sainte Enfant, dont ils sont les gardiens et les anges visibles. Après les avoir salués par l'oraison composée en leur honneur, on ira se mettre à genoux auprès du berceau, et là, en tout recueillement et piété, on s'unira aux Saints Anges, pour respecter et louer, avec eux, les grandeurs inconnues de Marie ; et par la Foi, on se répandra dans l'intérieur de tous ces esprits célestes, afin de prendre part à la diversité des respects et des sentiments amoureux qu'ils offrent à ce chef d'œuvre de l'Amour et de la Sagesse Divine ».

(Ephraïm, « Commentaire sur la Vie Intérieure de la Très Sainte Vierge de Jean-Jacques Olier »)

 

« Tout au long de l’Ancienne Alliance, la mission de Marie a été préparée par celle de saintes femmes. Tout au commencement, il y a Eve : malgré sa désobéissance, elle reçoit la promesse d’une descendance qui sera victorieuse du Malin (Gn 3, 15) et celle d’être la mère de tous les vivants (Gn 3, 20).

En vertu de cette promesse, Sara conçoit un fils malgré son grand âge (Gn 18, 10-14 ; 21, 1-2). Contre toute attente humaine, Dieu choisit ce qui était tenu pour impuissant et faible (1 Co 1, 27) pour montrer sa fidélité à sa promesse : Anne, la mère de Samuel (1 S 1), Débora, Ruth, Judith et Esther, et beaucoup d’autres femmes. Marie « occupe la première place parmi ces humbles et ces pauvres du Seigneur qui espèrent et reçoivent le salut de lui avec confiance. Avec elle, la fille de Sion par excellence, après la longue attente de la promesse, s’accomplissent les temps et s’instaure l’économie nouvelle » (LG 55).

(Catéchisme de l'Eglise Catholique, n° 489)

 

011_001

Prières

 

Prière consécratoire

 

Ô Marie, je me consacre à Ton Enfance. En elle, j'accueille le regard émerveillé du Père et tout Son Amour, Son innocent Amour, Sa Foi dans une toute petite Fille qui concentre toute l'espérance du monde. En Toi, je me consacre à l'insoupçonnable Amour du Père. En Toi, Marie, je me consacre à l'espérance pour communiquer l'émerveillement du bonheur à venir dans la famille de Dieu. Ô Marie, je me consacre à Ton Enfance où je trouve le courage de Te prendre dans mes bras, de Te prendre sur mon cœur en devenant ainsi le plus intime de la Reine des Cieux.

 

Antienne

 

Réjouis-toi, Rayonnement de Joie !

Réjouis-toi, par Qui le mal a disparu !

Réjouis-toi, Tu relèves Adam de sa chute !

Réjouis-toi, par Toi Eve ne pleure plus !

(Hymne Acathiste)

 

Psaume 8

 

O Seigneur, notre Dieu,

que Ton Nom resplendit par tout l'univers !

Toi, Seigneur, qui, par-dessus les cieux,

a répandu l'éclat de Ta Gloire ;

la louange des enfants, des tout-petits,

Tu l'établis comme un rempart de force,

pour faire face à qui se dresse contre Toi,

pour détruire ennemis et rebelles.

 

Je contemple Ton ciel, ouvrage de tes mains,

où tu as disposé la lune et les étoiles.

Qui est l'homme, Seigneur,

pour que tu aies souvenir de lui,

le fils de l'homme,

pour que tu prennes soin de lui ?

 

Tu l'as créé presque à l'égal des Anges,

et Tu l'as couronné de gloire et de splendeur.

Tu l'as établis maître sur l'œuvre de tes mains,

tu as mis toutes choses à ses pieds,

les brebis et les bœufs par troupeaux,

et tous les animaux des champs,

les oiseaux dans le ciel, les poissons dans la mer,

qui vont leur chemin au fond des eaux.

O Seigneur, notre Dieu,

que Ton Nom resplendit par tout l'univers !

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

 

06--Stella-Matutina-25x35-w

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.

16 novembre 2013

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie 12/33

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

102_001

Douzième jour

Cinquième jour de la semaine dans le sein du Père

Conception Immaculée formant le Cœur de Marie

Consécration de nos capacités d'aimer

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation au Saint Esprit

 

« Je Te rends grâces d'être devenu un seul esprit avec moi, sans confusion, sans mutation, sans transformation, toi le Dieu au-dessus de tout, et d'être pour moi devenu tout en tous, nourriture inexprimable et parfaitement gratuite, vêtement éblouissant, purification qui me baigne de ces impérissables et saintes larmes que ta présence apporte à ceux que Tu visites. Je Te rends grâce d'être pour moi devenu Lumière dans couchant, soleil sans déclin ; car Tu n'as pas où Te cacher, Toi qui de Ta Gloire emplis l'univers ! Non, jamais à personne Tu ne T'es caché, mais c'est nous qui toujours nous cachons de toi, en refusant d'aller à Toi : pourquoi Te cacherais-tu, Toi qui ne Te détournes pas d'un seul d'entre les êtres, qui n'en repousses pas un seul ? Viens donc, ô Maître, aujourd'hui dresse en moi Ta tente ; fais Ta maison et demeure continuellement, inséparablement, jusqu'au bout, en moi, ton serviteur ».

(Saint Syméon le Nouveau Théologien)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

Parole de Dieu

 

Lettre de Saint Paul aux Romains 8, 28-29

 

« Nous le savons, quand les hommes aiment Dieu, Lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu'ils sont appelés selon le dessein de Son Amour. Ceux qu'Il connaissait par avance, Il les a aussi destinés à être l'image de Son Fils, pour faire de ce Fils l'aîné d'une multitude de frères ».

 

Saint Luc 1, 28-38

 

« L'Ange du Seigneur entra chez Marie et dit : « Je Te salue, comblée de grâce, le Seigneur est avec Toi ». A cette parole, Elle fut toute bouleversée, et Elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L'ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car Tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que Tu va concevoir et enfanter un Fils ; Tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, Il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu Lui donnera le trône de David son père ; Il régnera pour toujours sur la Maison de Jacob, et Son Règne n'aura pas de fin ». Marie dit à l'Ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque Je suis vierge ? » L'Ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur Toi, et la Puissance du Très-Haut Te prendra sous Son Ombre ; c'est pourquoi Celui qui va naître sera Saint, et Il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu'Élisabeth, Ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait : « la femme stérile ». Car rien n'est impossible à Dieu ». Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur, que tout se passe pour Moi selon ta parole ». Alors l'Ange la quitta ».

 

Livre de Siracide 1, 11-21

 

Reconnaître l'autorité du Seigneur est un titre de gloire dont on peut être fier ; on se voit couronné d'une joie débordante. Reconnaître l'autorité du Seigneur satisfait pleinement le cœur, donne grande joie et longue vie. Pour celui qui respecte le Seigneur tout ira bien jusqu'au bout ; il restera béni jusqu'à son dernier jour. Reconnaître l'autorité du Seigneur est l'a b c de la sagesse. La sagesse destinée aux fidèles prend corps avec eux dans le ventre de leur mère. Elle a fait son nid pour toujours chez les humains, et leurs descendants pourront compter sur elle. Reconnaître l'autorité du Seigneur, c'est la sagesse pleine et entière. Elle offre alors aux humains ses fruits en abondance. Leur maison tout entière se remplit de ce qu'ils désirent et leurs greniers sont pleins de ce qu'elle procure. Reconnaître l'autorité du Seigneur, c'est le couronnement de la Sagesse ; elle fait fleurir bien-être et bonne santé. La Sagesse répand à flots l'art de bien comprendre les choses, elle élève la valeur de ceux qui l'ont saisie. Reconnaître l'autorité du Seigneur, c'est la racine de la Sagesse ; et ce qu'elle produit, c'est une longue vie.

 

Prière dictée à Jelena le 28 novembre 1983

 

O Cœur Immaculé de Marie,

débordant de bonté,

montre-nous Ton Amour pour nous.

Que la Flamme de Ton Cœur, ô Marie,

descende sur tous les peuples.

Nous T'aimons immensément.

Imprime en nos cœurs un véritable Amour.

Que notre cœur languisse de Toi.

Ô Marie, Douce et Humble de Cœur,

souviens-Toi de nous quand nous péchons.

Tu sais que nous, les hommes,

nous sommes pécheurs,

par Ton Cœur très Saint et Maternel,

Guéris-nous de toute maladie spirituelle.

Rends-nous capable de regarder 

la bonté de Ton Cœur Maternel,

et qu'ainsi nous nous convertissions

à la Flamme de Ton Cœur.

Amen.

 

Méditation

 

« Dieu voulant donc produire la Mère de Son Fils, dans un état de Sainteté le plus parfait où puisse être élevée une simple créature, se répand en Elle, au moment même où Elle est conçue. Ainsi, dès Sa Conception, Marie est, pour les Personnes de la Très Sainte Trinité, le premier objet de leur solide contentement qui eût encore paru au monde ; l'unique objet de leur amoureuse complaisance en terre, depuis Adam... Au moment donc de la Conception de Marie, Dieu la préserve de cette malignité. Il sanctifie Sa chair afin que tout Ses sens et Ses mouvements ou passions ne tendent directement qu'à Dieu seul, et ne regardent que Lui en toutes choses. En vertu de cette sanctification, Sa haine aura pour objet tout péché, Son désir, la Gloire de Dieu ; Sa crainte, tout ce qui peut déplaire à Dieu et contredire Ses desseins ; Sa joie sera de posséder Dieu et de Le voir honoré ; Son espérance, de Se voir un jour pleinement consommée dans Sa Gloire ».

(Jean-Jacques Olier, « Vie Intérieure de la Très Sainte Vierge, 77)

 

« Dans le langage de la Bible, « Grâce » signifie un don particulier qui, suivant le Nouveau Testament, prend sa source dans la vie trinitaire de Dieu lui-même, de Dieu qui est amour (1 Jn 4, 8). Le fruit de cet amour est « l'élection », celle dont parle la Lettre aux Ephésiens. En Dieu, cette élection, c'est la volonté éternelle de sauver l'homme par la participation à sa propre vie (2 P 1, 4) dans le Christ : c'est le salut dans la participation à la vie surnaturelle. Ce don éternel, cette grâce de l'élection de l'homme par Dieu produisent comme un « germe de sainteté », ou en quelque sorte une source naissant dans l'âme comme le don de Dieu lui-même qui vivifie et sanctifie les élus par la grâce ».

(Bienheureux Jean Paul II, Redemptoris Mater, n°8)

 

media-34455-1

Prières

 

Prière consécratoire

 

Marie, pécheur ma mère m'a conçu ! Un homme peut-il retourner dans le ventre de sa mère pour naître de nouveau ? Dans Ton sein, Marie, je me consacre tout entier depuis l'instant de ma conception jusqu'à ce jour, pour que l'homme nouveau conçu par le Baptême puisse grandir dans la chaleur de Ton Amour Immaculé. Puisqu'en Toi, Marie, toutes les lois de la nature sont renouvelées, en Toi je veux demeurer pour que la Loi nouvelle agisse en mes membres et que l'amour virginal me pousse a faire le bien que je veux faire et à refuser le mal que je ne veux pas faire. Autant le péché est lais, autant Tu es Belle, Marie, et notre Roi s'est épris de Ta Beauté. Je me consacre sans réserve à Toi, Mère du Bel Amour, miroir d'angélique pureté, pour que mon âme renouvelée plaise à Dieu, Père, Fils et Saint Esprit.

 

Antienne

 

« Ô joie unique ! Cause de notre joie, ô Fleur de Galilée au doux Parfum, attirez-nous à Votre suite, Immaculée, tous en commun ».

(Marthe Robin)

 

Psaume

(Livre de la Sagesse 7, 27-30 ; 8, 1)

 

« Dans la Sagesse, est un esprit intelligent, saint, unique, multiple, subtil, agile, pénétrant, sans souillure, clair, impassible, ami du bien, acéré, incoercible, bienfaisant, ami des humains, constant, ferme, sans souci, qui peut tout, surveille tout, pénètre tous les esprits, les intelligents, les purs, les plus subtils. Car, plus que tout mouvement, la Sagesse est mobile ; elle traverse et pénètre tout grâce à sa pureté.

Elle est un souffle de la Puissance Divine, une effusion toute pure de la gloire du Tout-Puissant ; aussi, rien de souillé ne pénètre en elle. Elle est un reflet de la lumière éternelle, un miroir sans tache de l'activité de Dieu, une image de son excellence.

Bien qu'unique, elle peut tout, sans sortir d'elle-même, elle renouvelle toutes choses.

Elle se répand au long des âges dans les âmes saintes, elle en fait des amis de Dieu et des prophètes ; car Dieu n'aime que celui qui vit avec la Sagesse. Elle est, en effet, plus belle que le soleil, elle surpasse toutes les constellations ; comparée à la lumière, elle l'emporte : car elle fait place à la nuit, mais contre la Sagesse le mal ne saurait prévaloir. Elle déploie sa force d'un bout du monde à l'autre et d'une manière bienfaisante régit l'univers ».

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

 

Vierge 4

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.


15 novembre 2013

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie 11/33

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

102_001

Onzième jour

Quatrième jour de la semaine dans le sein du Père

L'épouse qui révèle le Père éternel

Consécration de notre intimité avec Dieu

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation au Saint Esprit

 

Esprit Saint, que Ta grâce nous assiste,

qu’elle vienne habiter nos cœurs

après avoir chassé tous les vices.

Esprit bienfaisant,

Lumière des hommes,

délivre notre âme

de ses mortelles ténèbres.

 

Esprit Saint, Toi qui aimes

toujours les justes pensées,

dans Ta bonté, répands Ton Onction

dans tous nos sentiments.

 

Esprit qui purifies

toutes les souillures,

purifie le regard

de notre homme intérieur,

pour que nous puissions voir

le Père suprême,

que peuvent seuls contempler

les regards d’un cœur pur.

 

Tu as inspiré les prophètes,

pour qu’ils célèbrent à l’avance

les louanges du Christ.

Tu as fortifié les apôtres

pour qu’ils annoncent au monde entier

le triomphe du Christ.

 

Lorsque Dieu, par Son Verbe,

a créé l’édifice du ciel, de la terre et des mers,

c’est Toi qui étendais Ta Puissance

sur les eaux pour qu’elles donnent la vie aux âmes.

 

C’est Toi, par Ton Souffle,

qui as créé des hommes spirituels

c’est Toi Seigneur, qui as unifié le monde,

divisé par ses langues et ses religions ;

Toi, le meilleur de tous les Maîtres,

Ramène les idolâtres au culte de Dieu.

 

Exauce donc nos supplications,

Esprit Saint, car sans Toi

toutes les prières sont jugées impuissantes,

indignes de toucher les oreilles divines.

 

Toi qui as enseigné les saints de tous les siècles

en les enveloppant de ton impulsion puissante,

c’est Toi-même qui as rendu glorieux ce jour

en comblant aujourd’hui les apôtres du Christ

par une grâce sans précédant,

inconnue de tous les siècles.

(Humbert de Roman)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

Parole de Dieu

 

Saint Jean 15, 4-5

 

« Demeurez en Moi, comme Moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter du fruit par lui-même s'il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en Moi. Moi, je suis la Vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en Moi et en qui Je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, en dehors de Moi, vous ne pouvez rien faire ».

 

Livre de l'Exode 3, 1-6

 

« Moïse gardait le troupeau de son beau-père Jéthro, prêtre de Madiane. Il mena le troupeau au-delà du désert et parvint à l'Horeb, la montagne de Dieu. L'ange du Seigneur lui apparut au milieu d'un feu qui sortait d'un buisson. Moïse regarda : le buisson brûlait sans se consumer. Moïse se dit alors : « Je vais faire un détour pour voir cette chose extraordinaire : pourquoi le buisson ne brûle-t-il pas ? » » Le Seigneur vit qu'il avait fait un détour pour venir regarder, et Dieu l'appela du milieu du buisson : « Moïse ! Moïse ! » Il dit : « Me voici ! » Dieu dit alors : « N'approche pas d'ici ! Retire tes sandales, car le lieu que foulent tes pieds est une Terre Sainte ! Je suis le Dieu de ton père, Dieu d'Abraham, Dieu d'Isaac, Dieu de Jacob ». Moïse se voila le visage car il craignait de porter son regard sur Dieu ».

 

Saint Jean 7, 37-39

 

« Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à Moi, et qu'il boive, celui qui croit en moi ! Comme dit l'Écriture : Des fleuves d'eau vive jailliront de son coeur ». En disant cela, Jésis parlait de l'Esprit Saint, l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en Jésus. En effet, l'Esprit Saint n'avait pas encore été donné, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié par le Père ».

 

Message de Marie à Medjugorje 18 mars 1993

 

« Chers enfants ! Mon désir est celui-ci : donnez-Moi vos mains, ainsi Je pourrai vous porter comme une mère sur le juste chemin, ainsi Je pourrai vous porter vers votre Père. Ouvrez votre cœur et laissez-Moi entrer. Priez, car Je suis avec vous dans la prière. Priez, ainsi Je pourrai vous guider. Je vous amènerai à la paix et au bonheur. Merci d'avoir répondu à Mon appel ».

 

Méditation

 

« Le mariage n'est autre chose que l'expression sainte du Père éternel, qui engendre et porte en soi Son Verbe et fait seul, par Sa personne, ce que le mari et la femme expriment au dehors, en produisant ensemble un fils, qui est le terme de leur génération, l'un engendrant le frut, l'autre le portant. Mais parce que Dieu le Père engendre son Verbe dans une féconde virginité, Il veut exprimer dans Sa sainte épouse seule, et montrer au-dehors, cette fécondité vierge et sans corruption ».

(Jean-Jacques Olier, « Vie Intérieure de la Très Sainte Vierge », 77)

 

« Marie nous entraîne d’abord à croire. A croire dans l’amour de Dieu le Père qui nous entoure constamment: ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui a aimé le premier. A croire dans la puissance du Christ manifestée dans la Rédemption. Il est le Dieu sauveur, pressenti par Isaïe. Il est la source de vie, surabondante. Il est la vérité de Dieu et la vérité de nos pauvres existences. Il est le chemin de Dieu et le chemin de l’homme, le seul homme pleinement conforme à sa vocation. A croire en l’Esprit Saint que Marie a accueilli sans réserve et qui nous est donné à nous aussi. Nous sommes sûrs de cet amour du Dieu Trinité; c’est en nous ouvrant à lui par la foi que nous serons, avec Marie, bienheureux, et que nous recevrons à notre tour le goût et la force d’aimer ».

(Bienheureux Jean Paul II, discours aux jeunes dans la Basilique Saint Pie X, à Lourdes, le 15 août 1983)

 

media-50144-1

Prières

 

Prière consécratoire

 

Marie, épouse de l'Esprit en qui le Verbe s'est incarné, en Toi le Père continue à engendrer le Fils. L'unique activité du Père est cet engendrement d'Amour, et de leur Amour commun avec l'Esprit, déborde l'œuvre de la création. Ô Marie, je Te consacre tout ce qui en moi aspire à l'union avec Dieu, je Te consacre tout ce qui en moi désire les fiançailles et le mariage avec mon Créateur et mon Dieu. En Toi seule mon corps trouvera la chasteté parfaite que requiert une telle intimité, en Toi seule mon âme et mon esprit seront virginisés pour l'étreinte divine, en Toi seule mon abandon sera total et je ne craindrai plus de prendre dans le plus intime de moi-même l'épouse dans tache de l'Epoux de Feu. En Toi seule, Buisson Ardent, je ne craindrai pas d'être consumé par des baisers de Sa bouche.

 

Antienne

 

« Ô Marie, char de Feu, Tu as porté le Feu caché et voilé sous la cendre de Ton Humanité. Ô Marie, vaisseau d'Humilité, en Toi se conserve et brille la Lumière de la vraie science avec laquelle, T'élevant au-dessus de Toi-même, Tu as charmé le Père éternel : aussi Il T'a ravie, Il T'a attirée à Lui par un Amour unique, car c'est cette Lumière et ce Feu de Ta Charité, c'est l'huile de Ton Humilité qui ont attiré Sa Divinité et l'ont inclinée à venir en Toi, bien que déjà l'ardeur extrême de Ta Charité sans mesure la pressât de venir à nous ».

(Sainte Catherine de Sienne, Docteur de l'Eglise)

 

Psaume

(Siracide 24, 9-22)

 

Avant les siècles,

dès le commencement Il m'a créée,

éternellement je subsisterai.

Dans la Tente Sainte, en Sa présence j'ai officié ;

c'est ainsi qu'en Sion je me suis établie,

que dans la cité bien-aimée j'ai trouvé le repos

qu'en Jérusalem j'exerce mon pouvoir.

Je me suis enracinée chez un peuple païen plein de gloire,

dans le domaine du Seigneur, en son patrimoine.

J'ai grandi comme le cèdre du Liban,

comme le cyprès sur le Mont Hermon.

J'ai grandi comme le palmier d'Engaddi,

comme les plants de roses de Jéricho,

comme un olivier magnifique dans la plaine,

j'ai grandi comme un platane.

Comme le cinnamome et l'aspalathe,

comme une myrrhe de choix j'ai embaumé,

comme du galbanum, de l'onyx et du stacte,

comme la vapeur d'encens dans la Tente.

J'ai étendu mes rameaux comme un térébinthe,

ce sont des rameaux de gloire et de grâce.

Je suis comme une vigne

aux pampres charmants,

et mes fleurs sont des produits

de gloire et de richesse.

Venez à moi, vous qui me désirez ;

et rassasiez-vous de mes fruits.

Car mon souvenir est plus doux que le miel,

mon héritage plus doux qu'un rayon de miel.

Ceux qui me mangent auront encore faim,

ceux qui me boivent auront encore soif.

Celui qui m'obéit n'aura pas à en rougir

et ceux qui font mes œuvres ne pécheront pas.

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

tumblr_mg0wwjFIXL1qa2fuyo1_1280

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.

14 novembre 2013

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie 10/33

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

102_001

Dixième jour

Troisième jour de la semaine dans le sein du Père

Reine de l'univers

Consécration de deux qui exercent un pouvoir

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation au Saint Esprit

 

Viens, Esprit Créateur,

visite l'âme de tes fidèles,

emplis de la grâce d'En-Haut

les cœurs que tu as créés.

 

Toi qu'on nomme le Conseiller,

don du Dieu très-Haut,

Source vive, Feu, Charité,

invisible consécration.

 

Tu es l'Esprit aux sept dons,

le doigt de la main du Père,

l'Esprit de Vérité promis par le Père,

C'est Toi qui inspires nos paroles.

 

Allume en nous Ta Lumière,

emplis d'amour nos cœurs,

affermis toujours de Ta Force

la faiblesse de nos corps.

 

Repousse l'Ennemi loin de nous

donne-nous Ta Paix sans retard,

pour que, sous Ta conduite et Ton conseil,

nous évitions tout mal et toute erreur.

 

Fais-nous connaître le Père,

révèle-nous le Fils,

et Toi, le commun Esprit,

fais-nous toujours croire en Toi.

 

Gloire soit à Dieu le Père,

au Fils ressuscité des morts,

à l'Esprit Saint Consolateur,

maintenant et dans tous les siècles. Amen.

(Veni Creator, Traditionnel)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

Parole de Dieu

 

Premier Livre des Chroniques 29, 11-12

 

« A Toi, Seigneur, la grandeur et la puissance, la majesté, le prestige et la splendeur ; tout, dans les cieux et sur la terre, est à Toi. A Toi, Seigneur, la royauté, le Souverain qui domine l'univers ; de Toi vient la richesse et la gloire. C'est Toi, le Maître de tout ; dans Ta main, vigueur et puissance, dans Ta main, tout grandit et s'affermit ».

 

Première Lettre de Saint Paul à Timothée 2, 1-4

 

« J'insiste avant tout pour qu'on fasse des prières de demande, d'intercession et d'action de grâce pour tous les hommes, pour les chefs d'État et tous ceux qui ont des responsabilités, afin que nous puissions mener notre vie dans le calme et la sécurité, en hommes religieux et sérieux. Voilà une vraie prière, que Dieu, notre Sauveur, peut accepter, car il veut que tous les hommes soient sauvés et arrivent à connaître pleinement la vérité ».

 

Marc 10, 42-45

 

« Jésus appela les apôtres et leur dit : « Vous le savez : ceux que l'on regarde comme chefs des nations païennes commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur. Celui qui veut être le premier sera l'esclave de tous : car le Fils de l'Homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude ».

 

Message de Marie à Medjugorje du 25 novembre 1992

 

« Chers enfants, aujourd'hui comme jamais Je vous invite à prier. Que votre vie devienne toute entière prière. Sans amour, on ne peut prier. C'est pourquoi, Je vous invite à aimer avant tout le Dieu Créateur de vos vies et alors vous reconnaîtrez Dieu et vous l'aimerez en tous, comme Lui-même vous aime. Chers enfants, c'est une grâce que Je sois avec vous, c'est pourquoi acceptez et vivez Mes messages pour votre bien. Je vous aime et c'est pour cela que Je suis avec vous, afin de vous enseigner et de vous conduire dans une vie nouvelle de conversion et de renoncement. Seulement ainsi vous découvriez Dieu et tout ce qui est maintenant loin de vous. C'est pourquoi, petits enfants, priez ! Merci d'avoir répondu à Mon appel ».

 

Méditation

 

« La terre était donc prédestinée aussi à servir de demeure passagère à la Très Sainte Vierge, et à tous les membres de Jésus-Christ ; à l'Eglise qui devait s'y répandre de toute part et y établir le Règne de Dieu. Or, dans la disposition qu'il donnait à l'univers, Dieu le Père avait présente aussi l'aide qu'il s'était choisie pour la formation de sa famille, et ordonnait avec elle la demeure temporelle de cette même épouse, et de celle de son fils et de tous ses enfants d'adoption, comme un époux bâtit une maison, ou fait disposer une terre avec la participation et le consentement de son épouse bien-aimée. Que l'on conçoive cette dignité auguste d'épouse du Père éternel ! L'éminence et la grandeur de Marie ne sont donc point connues : puisqu'il est vrai de dire qu'elle est le sein universel, où ont été produits le monde et l'Eglise ; qu'elle a porté en soi toute l'oeuvre de Dieu, étant rendue participante de sa puissance, de sa Sagesse, de son amour, de sa fécondité, en un mot, de toutes ses divines perfections ».

(Jean-Jacques Olier, « Vie intérieure de la Très Sainte Vierge »)

 

« Dans tout cet ensemble de préoccupations, la Très Sainte Vierge Marie, fille élue par le Père, se présente au regard des croyants comme l'exemple parfait de l'amour envers Dieu et envers le prochain. Comme Elle le proclame elle-même dans le cantique du Magnificat, le Tout-Puissant a fait en elle de grandes choses, Lui dont le nom est saint (cf. Lc 1, 49). Le Père a choisi Marie pour une mission unique dans l'histoire du salut: être la Mère du Sauveur attendu. La Vierge a répondu à l'appel de Dieu avec une entière disponibilité: « Je suis la servante du Seigneur » (Lc 1, 38). Sa maternité, commencée à Nazareth et vécue suprêmement à Jérusalem au pied de la Croix, sera reconnue en cette année par tous les enfants de Dieu comme une invitation affectueuse et pressante, à revenir vers la maison du Père en écoutant sa voix maternelle: « Faites ce que le Christ vous dira » (cf. Jn 2, 5) ».

(Bienheureux Jean Paul II, « Tertio Milennio Adveniente », 54)

 

5A-cornice (2)

Prières

 

Prière consécratoire

 

Marie, Toi qui étais dans la pensée du Père lorsqu'Il créa les Armées Célestes et le monde, je Te consacre tout ce qui est créé en attendant la restauration finale de toute chose. Marie, Reine Immaculée de l'univers, triomphe et règne sur mon cœur et sur le monde, triomphe sur toutes les puissances des airs, sur les Trônes et les Dominations, sur les sphères angéliques. Mère de Celui qui nous montra e Visage du Père, Roi des rois, Roi pauvre et mendiant de notre amour, je Te consacre tous ceux qui exercent un pouvoir, qu'ils se soumettent au commandement de Jésus et se fassent les serviteurs de tous.

 

Antienne

 

Le sein de Marie a renversé les rôles :

Celui qui tout créa est entré dans son bien,

et pauvre y est venu ;

le Très-Haut vint en Elle

et Humble y est entré

la Splendeur vint en Elle,

arrivant revêtue de misérables teintes.

A Toi soit la louange,

qui rends tout si facile,

Toi le Seigneur de tous !

(Saint Ephrem)

 

Psaume (Livre des Proverbes 8, 22-31)

 

Le Seigneur m'a créée au début de ses desseins,

avant ses œuvres les plus anciennes.

Dès l'éternité je fus fondée,

dès le commencement, avant l'origine de la terre.

Quand l'abîme n'était pas encore, je fus enfantée,

quand n'étaient pas les sources jaillissantes.

Avant que fussent implantées les montagnes,

avant les collines, je fus enfantée ;

avant qu'Il eût fait la terre et la campagne

et les premiers éléments

de la poussière du monde.

Quand il affermit les cieux, j'étais là.

Quand il traça un cercle à la surface de l'abîme,

quand il assigna son terme à la mer,

et les eaux n'en franchiront pas le bord,

quand il affermit les fondements de la terre,

j'étais à ses côtés comme le maître d'oeuvre,

faisant ses délices, jour après jour,

m'ébattant sur la surface de la terre

et mettant mes délices à fréquenter

les enfants des hommes.

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

tumblr_mrbz05ju8f1qa2fuyo1_500

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.

13 novembre 2013

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie 9/33

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

102_001

Neuvième jour

Deuxième jour de la semaine dans le sein du Père

Epouse des desseins de Dieu

Consécration des innocents

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation au Saint Esprit

 

Venez, Père des Lumières,

donnez-moi Votre Sagesse,

ce goût de la Vérité,

cette Charité qui presse

sans forcer la volonté,

cette grâce si féconde,

cet attrait si ravissant,

cette paix sainte et profonde

et ce secours tout-puissant.

 

Vous ne voulez pas contraindre

ma mauvaise volonté,

c'est pourquoi j'ai tout à craindre

de ma propre liberté.

aux attraits de Votre grâce

j'ai trop souvent résisté,

je me rends, prenez la place

avec toute autorité.

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

La Parole de Dieu

 

Saint Matthieu 2, 14-17

 

« Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l'Enfant et Sa Mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu'à la mort d'Hérode. Ainsi s'accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète : « D'Égypte, J'ai appelé Mon Fils ». Alors Hérode, voyant que les mages l'avaient trompé, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d'après la date qu'il s'était fait préciser par les mages. Alors s'accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète Jérémie ».

 

Lettre aux Hébreux 7, 26-27

 

« C'était bien le grand prêtre qu'il nous fallait : Saint, sans tache, sans aucune faute ; séparé maintenant des pécheurs, Il est désormais plus haut que les cieux. Il n'a pas besoin, comme les autres grands prêtres, d'offrir chaque jour des sacrifices, d'abord pour ses péchés personnels, puis pour ceux du peuple ; cela, Il l'a fait une fois pour toutes en s'offrant Lui-même ».

 

Apocalypse de Saint Jean 12, 1-5

 

« Un signe grandiose apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds,et sur la tête une couronne de douze étoiles. Elle était enceinte et elle criait,torturée par les douleurs de l'enfantement. Un autre signe apparut dans le ciel : un énorme dragon, rouge feu,avec sept têtes et dix cornes,et sur chaque tête un diadème. Sa queue balayait le tiers des étoiles du ciel, et les précipita sur la terre. Le Dragon se tenait devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l'enfant dès sa naissance. Or, la Femme mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les menant avec un sceptre de fer. L'enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son Trône ».

 

Message de Marie à Medjugorje du 25 décembre 1992

 

« Chers enfants, aujourd'hui, Je désire vous mettre tous sous Mon Manteau et vous protéger de toutes les attaques sataniques. Aujourd'hui, c'est le jour de la Paix, mais dans le monde entier il y a un grand manque de paix. C'est pourquoi Je vous appelle tous à construire avec Moi, à travers la prière, un nouveau monde de paix ; cela, Je ne peux le faire sans vous et c'est pourquoi Je vous appelle tous avec Mon Amour Maternel et Dieu fera le reste. Alors ouvrez-vous au Plan de Dieu et à Ses desseins afin de pouvoir collaborer avec Lui à la paix et au bien. N'oubliez pas que votre vie ne vous appartient pas mais que c'est un don à travers lequel vous devez donner la joie aux autres et les guider vers la vie éternelle. Chers enfants, que la tendresse de Mon Petit Jésus vous accompagne toujours. Merci d'avoir répondu à Mon appel ».

 

Méditation

 

« L'épouse qui jouit des droits et des prérogatives des épouses ordinaires, entre en possession de son époux, qui devient sien ; et ensuite en communauté parfaite de tous les biens qu'il possède. Elle entre unité de cœur et d'âme, en unité d'esprit, de pensées, de vouloir, et ne devient qu'un en tout, avec son époux ; d'où il suit qu'elle a part à ses desseins, à ses ordres, à ses œuvres. Ainsi Dieu le Père, comme un saint et fidèle époux, veut mettre la Très Sainte Vierge en union et en parfaite jouissance de sa personne, de tous ses biens, de ses trésors et de sa gloire, et ordonner avec elle de tous ses desseins ».

(Jean-Jacques Olier, « Vie intérieure de la Très Sainte Vierge », T.1)

 

« Dans le Livre de l'Apocalypse, le « signe grandiose » de la « Femme » (12, 1) s'accompagne d'un « second signe apparu au ciel : un énorme Dragon rouge feu » (Ap 12, 3), qui représente Satan, puissance personnelle maléfique, et en même temps toutes les forces du mal qui sont à l'œuvre dans l'histoire et entravent la mission de l'Eglise. Là encore, Marie éclaire la communauté des croyants : l'hostilité des forces du mal est en effet une sourde opposition qui, avant d'atteindre les Disciples de Jésus, se retourne contre sa Mère. Pour sauver la vie de Son Fils devant ceux qui le redoutent comme une dangereuse menace, Marie doit s'enfuir en Egypte avec Joseph et avec l'enfant (cf. Mt 2, 13-15). Marie aide ainsi l'Eglise à prendre conscience que la vie est toujours au centre d'un grand combat entre le bien et le mal, entre la lumière et les ténèbres. Le dragon veut dévorer « l'enfant aussitôt né » (Ap 12, 4), figure du Christ, que Marie enfante dans « la plénitude des temps » (Ga 4, 4) et que l'Eglise doit constamment donner aux hommes aux différentes époques de l'histoire. Mais cet enfant est aussi comme la figure de tout homme, de tout enfant, spécialement de toute créature faible et menacée, parce que — ainsi que nous le rappelle le Concile —, « par son Incarnation, le Fils de Dieu s'est en quelque sorte uni Lui-même à tout homme ». (Gaudium et Spes, 22) C'est dans la « chair » de tout homme que le Christ continue à se révéler et à entrer en communion avec nous, à tel point que le rejet de la vie de l'homme, sous ses diverses formes, est réellement le rejet du Christ. Telle est la vérité saisissante et en même temps exigeante que le Christ nous dévoile et que son Eglise redit inlassablement : « Quiconque accueille un petit enfant tel que lui à cause de mon nom, c'est moi qu'il accueille » (Mt 18, 5) ; « En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait » (Mt 25, 40).

(Bienheureux Jean Paul II, « Evangelium Vitae », 104)

 

0025

Prières

 

Prière consécratoire

 

O Marie, Mère de Miséricorde, petite épouse du Père des Miséricordes, entrailles du Père et Son Amour maternel pour le Fils et sa multitude de frères, Marie dont le cœur a été transpercé par la méchanceté des hommes lorsque Hérode apprit le dessein de Dieu pour son peuple, Marie je Te consacre le sein de toutes les mères de la terre. Marie, nouvelle Eve, Marie la vivante et Mère de la Vie, je Te consacre tous les embryons du monde et particulièrement ceux qui viendront au monde dans les circonstances mes plus abjectes, ceux dont la vie a été prise avant que le mystère de la vie ait grandi en eux. Je Te consacre toutes les âmes innocentes dont les corps ont été massacrés dans le sein de leur mère.

 

Antienne

 

Ô Marie, Tu es devenue le Livre où est écrit notre Loi. Aujourd'hui a été écrite en Toi la Sagesse du Père éternel. Aujourd'hui se manifeste en Toi la force et la liberté de l'homme ».

(Sainte Catherine de Sienne, Docteur de l'Eglise)

 

Psaume 147 (146-147)

 

Alléluia ! Louez le Seigneur ;

Il est bon de chanter notre Dieu,

douce est la louange.

Bâtisseur de Jérusalem, Seigneur !

Il rassemble les déportés d'Israël,

lui qui guérit les coeurs brisés

et bande leurs blessures ;

qui compte le nombre des étoiles,

et appelle chacune par son nom ;

il est grand, notre Seigneur, Tout-puissant,

à son intelligence point de mesure.

 

Le Seigneur soutient les humbles,

jusqu'à terre, il abaisse les impies.

Entonnez pour le Seigneur l'action de grâce,

jouez pour notre Dieu sur la harpe :

 

Lui qui drape les cieux de nuées,

qui prépare la pluie à la terre, qui fait germer l'herbe sur les monts

et les plantes au service de l'homme,

qui dispense au bétail sa pâture,

aux petits du corbeau qui crient.

Ni la vigueur du cheval ne lui agréé,

ni le jarret de l'homme ne lui plaît ;

le Seigneur se plaît en ceux qui le craignent,

en ceux qui espèrent son amour.

 

Fête le Seigneur, Jérusalem, loue ton Dieu, ô Sion !

Il renforça les barres de tes portes,

il a chez toi béni tes enfants ;

il assure ton sol dans la paix,

de la graisse du froment te rassasie.

Il envoie son Verbe sur la terre ;

rapide court sa parole ;

il dispense la neige comme la laine,

répand le givre comme cendre.

 

Il envoie sa glace par morceaux ;

à sa froidure, qui peut tenir ?

Il envoie sa parole et fait fondre,

il souffle son vent, les eaux coulent.

 

Il révèle à Jacob sa parole,

ses lois et jugements à Israël :

pas un peuple qu'il ait ainsi traité,

pas un qui ait connu ses jugements. Alléluia !

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

726_001 (2)

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.

12 novembre 2013

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie 8/33

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

102_001

Huitième jour

Premier jour de la semaine dans le sein du Père

L'union du Père et de Marie

Consécration de nos origines

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation au Saint Esprit

 

Esprit de Sainteté, rendez-vous le Maître

de tout mon cœur pour aimer,

de mon esprit pour connaître,

de ma langue pour charmer,

de mes sens et mes puissances

pour agir ou pour souffrir,

de mes biens, de mes souffrances

et de tout pour vous servir.

 

Faites de mon cœur un temple,

de ma langue un instrument

pour servir à tous d'exemple,

pour parler éloquemment.

Par Jésus et par Marie,

régnez en moi puissamment,

afin que j'en glorifie

Dieu seul éternellement.

(Saint Louis Marie Grignion de Montfort)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

La Parole de Dieu

 

Lettre de Saint Paul aux Ephésiens 1, 3-6

 

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ. Dans les cieux, il nous a comblés de sa bénédiction spirituelle en Jésus Christ. En Lui, Il nous a choisis avant la création du monde, pour que nous soyons, dans l'amour, saints et irréprochables sous son regard. Il nous a d'avance destinés à devenir pour Lui des fils par Jésus Christ : voilà ce qu'Il a voulu dans sa bienveillance, à la louange de sa gloire, de cette grâce dont Il nous a comblés en son Fils bien-aimé ».

 

Deuxième Livre des Martyrs d'Israël 7, 22-23

 

« Je suis incapable de dire comment vous vous êtes formés dans mes entrailles. Ce n'est pas moi qui vous ai donné l'esprit et la vie, qui ai organisé les éléments dont chacun de vous est composé. C'est le Créateur du monde qui façonne l'enfant à l'origine, qui préside à l'origine de toute chose. Et c'est lui qui, dans sa miséricorde, vous rendra l'esprit et la vie, parce que, pour l'amour de ses lois, vous méprisez maintenant votre propre existence ».

 

Livre de la Genèse 2, 7-9

 

« Alors le Seigneur Dieu modela l'homme avec la poussière tirée du sol ; Il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l'homme devint un être vivant. Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l'orient, et y plaça l'homme qu'il avait modelé. Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toute sorte d'arbres à l'aspect attirant et aux fruits savoureux. il y avait aussi l'arbre de vie au milieu du jardin, et l'arbre de la connaissance du bien et du mal ».

 

Message de la Sainte Vierge à Medjugorje du 11 Juillet 1987

 

« Ô enfants, Je veux que vous viviez chaque nouveau jour dans l'amour et la paix. Je veux que vous soyez les porteurs de paix et d'amour. Les gens qui ont tant besoin de ces grâces de paix et d'amour. Les gens ont tant besoin de ces grâces de paix et d'amour, mais ils les ont perdues parce que qu'ils ne prient pas. Créez dans vos cœurs une prière continue, parce que seulement ainsi, vous serez capables d'être des vases préparés pour Dieu. Par la prière, votre Père vous modèlera en vases selon son désir. Pour cela, abandonnez-vous entièrement à Lui. Merci d'avoir répondu à Mon appel ».

 

(Cyrille Auboyneau, « Paroles du Ciel, Messages de Marie à Medjugorje », Editions des Béatitudes)

 

Méditation

 

« Si, dans le dessein de Dieu, l'épouse devait être donnée à l'époux, comme une aide semblable à lui, ce n'est pas seulement pour qu'elle contribuât à la naissance des enfants ; mais encore pour qu'elle concourût par sa sollicitude maternelle, par sa tendresse et sa bonté, par par sagesse de ses conseils, à leur éducation et à leur établissement. Sans doute en nous prédestinant à devenir les membres de Son Fils, Dieu le Père nous a appelés, selon le décret de Sa Volonté et par un pur effet de Sa Grâce, qu'Il nous a donnée en Jésus-Christ, avant tous les siècles : nous ayant déjà comme créés en Lui, et ayant préparé les œuvres saintes qu'Il désirait que nous fissions pour Sa Gloire... C'est pourquoi dans la plénitude des temps, lorsqu'Il aura donné l'être à Sa sainte épouse, Il lui montrera l'économie de ses desseins sur chaque âme ».

(Jean-Jacques Olier, « Vie Intérieure de la Très Sainte Vierge », 77)

 

« Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout puissant, en vue des mérites de Jésus Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles ».

(Bienheureux Pie IX, Bulle « Ineffabilis Deus » du 8 décembre 1854)

 

« Pour être la Mère du Sauveur, Marie " fut pourvue par Dieu de dons à la mesure d’une si grande tâche " (LG 56). L’ange Gabriel, au moment de l’Annonciation la salue comme " pleine de grâce " (Lc 1, 28). En effet, pour pouvoir donner l’assentiment libre de sa foi à l’annonce de sa vocation, il fallait qu’elle soit toute portée par la grâce de Dieu. Au long des siècles l’Église a pris conscience que Marie, " comblée de grâce " par Dieu (Lc 1, 28), avait été rachetée dès sa conception. C’est ce que confesse le dogme de l’Immaculée Conception, proclamé en 1854 par le pape Pie IX : La bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulière du Dieu Tout-Puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel (DS 2803). Cette " sainteté éclatante absolument unique " dont elle est " enrichie dès le premier instant de sa conception " (LG 56) lui vient tout entière du Christ : elle est " rachetée de façon éminente en considération des mérites de son Fils " (LG 53). Plus que toute autre personne créée, le Père l’a " bénie par toutes sortes de bénédictions spirituelles, aux cieux, dans le Christ " (Ep 1, 3). Il l’a " élue en Lui, dès avant la fondation du monde, pour être sainte et immaculée en sa présence, dans l’amour " (cf. Ep 1, 4). Les Pères de la tradition orientale appellent la Mère de Dieu " la Toute Sainte " (Panaghia), ils la célèbrent comme " indemne de toute tache de péché, ayant été pétrie par l’Esprit Saint, et formée comme une nouvelle créature " (LG 56). Par la grâce de Dieu, Marie est restée pure de tout péché personnel tout au long de sa vie ».

(Catéchisme de l'Eglise Catholique, 490-493)

 

media-253365-2

Prières

 

Prière consécratoire

 

Marie présente dans la pensée du Père, Marie, épouse des desseins du Père, rappelle-moi dans l'enveloppement de Ta présence maternelle, que j'ai été créé avec sagesse et par amour afin que je puisse dire, rempli de reconnaissance pour un Père si infiniment Bon : « Je Te rends grâce, Seigneur, pour la merveille que je suis ». Marie, visite l'instant de ma conception, je Te le consacre. Je Te consacre mon père et ma mère de la terre, je Te consacre leur union. Je Te consacre toutes les unions de la terre pour qu'à l'image de Dieu, l'homme donne la vie avec sagesse et par amour.

 

Antienne

 

Ô Jésus, notre cher époux,

notre Dieu, notre Frère.

Venez, venez naître en nous

par Votre Sainte Mère,

afin que nous puissions par Vous

aller à Votre Père.

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

 

Psaume 127 (126)

 

Si le Seigneur ne bâtit la maison,

en vain peinent les maçons ;

si le Seigneur ne garde la ville,

en vain la garde veille.

 

En vain tu avances ton lever,

tu retardes ton coucher,

mangeant le pain des douleurs,

quand Il comble son bien-aimé qui dort.

 

C'est la largesse du Seigneur que des fils,

récompense que le fruit des entrailles ;

comme des flèches en la main du héros,

ainsi les fils de la jeunesse.

 

Heureux l'homme qui de ces traits

a pu remplir son carquois ;

sur la place, quand il affronte ses ennemis,

il tient tête à ceux qui l'attaquent.

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

media-427557-1

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.

11 novembre 2013

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie 7/33

Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie

33 jours pour se consacrer à la Très Sainte Trinité par les mains de Marie

102_001

Septième jour

Septième jour de la semaine à Nazareth

Attraction de la Croix et mort d'amour

Consécration du cœur pour le monde

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen.

 

Invocation au Saint Esprit

 

Viens, Consolateur souverain,

hôte très doux de nos âmes,

adoucissante fraîcheur.

 

Dans le labeur, le repos;

dans la fièvre, la fraîcheur;

dans les pleurs, le réconfort.

 

Ô lumière bienheureuse,

viens remplir jusqu'à l'intime

le cœur de tous tes fidèles.

 

Sans ta puissance divine,

il n'est rien en aucun homme,

rien qui ne soit perverti.

 

Lave ce qui est souillé,

baigne ce qui est aride,

guéris ce qui est blessé.

 

Assouplis ce qui est raide,

réchauffe ce qui est froid,

redresse ce qui est dévié.

 

À tous ceux qui ont la foi

et qui en toi se confient,

donne tes sept dons sacrés.

 

Donne vertu et mérite,

donne le salut final,

donne la joie éternelle.

(Séquence de la Pentecôte)

 

Je crois en Dieu, une dizaine de Chapelet aux intentions de la Sainte Vierge.

 

La Parole de Dieu

 

Saint Marc 12, 29-33

 

« Jésus s'adressant au scribe qui l'interrogeait, lui fit cette réponse : « Voici le premier : « Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l'unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force ». Voici le second : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Il n'y a pas de commandement plus grand que ceux-là. Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as raison de dire que Dieu est l'Unique et qu'il n'y en a pas d'autre que lui. L'aimer de tout son coeur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toutes les offrandes et tous les sacrifices ».

 

Jean 19, 28-30

 

« Après cela, sachant que désormais toutes choses étaient accomplies, et pour que l'Écriture s'accomplisse jusqu'au bout, Jésus dit : « J'ai soif ». Il y avait là un récipient plein d'une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d'hysope, et on l'approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli ». Puis, inclinant la tête, il remit l'esprit.

 

Apocalypse 14, 12-13

 

« C'est là qu'on voit la persévérance des saints,ceux qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. Alors j'ai entendu une voix qui venait du Ciel. Elle me disait d'écrire ceci : « Heureux désormais les morts qui s'endorment dans le Seigneur. Oui, dit l'Esprit de Dieu,qu'ils se reposent de leurs peines,car leurs actes les suivent ».

 

Message de la Sainte Vierge à Medjugorje du 25 mars 1991

 

« Chers enfants, aujourd'hui Je vous invite à vivre la Passion de Jésus dans la prière et en union avec Lui. Décidez-vous à donner davantage de temps à Dieu, Lui qui vous a donné ces jours de Grâce. Pour cela, chers enfants, priez et renouvelez l'amour pour Jésus d'une manière spéciale dans vos cœurs. Je suis avec vous, Je vous accompagne de Ma bénédiction et de Mes prières. Merci d'avoir répondu à Mon appel ».

 

Méditation

 

Pour l'Immaculée, le corps n'offre-t-il pas comme la possibilité d'un double martyre : un martyre sanglant sous la pression extérieure des ennemis de Dieu et un martyre d'amour qui est une nouvelle mort d'amour, non plus dans la douceur et le repos du recueillement, mais dans la violence de ses ardeurs enflammées qui sont trop fortes pour le corps et font éclater le cœur ».

(Père Thomas Philippe, O.P., « La Vie Cachée de Marie)

 

« Bienheureuse celle qui a cru». Cette bénédiction atteint la plénitude de son sens lorsque Marie se tient au pied de la Croix de son Fils (cf. Jn 19, 25). Le Concile déclare que cela se produisit « non sans un dessein divin » : « Souffrant cruellement avec son Fils unique, associée d'un cœur maternel à son sacrifice, donnant à l'immolation de la victime, née de sa chair, le consentement de son amour », Marie «garda fidèlement l'union avec son Fils jusqu'à la Croix» (Lumen Gentium, n° 58) : l'union p poiar la foi, par la foi même avec laquelle elle avait accueilli la révélation de l'ange au moment de l'Annonciation. (…) Par une telle foi, Marie est unie parfaitement au Christ dans son dépouillement ».

(Bienheureux Jean Paul II, « Redemptoris Mater », n°18)

 

« Jean, le sarment de la pureté, a puisé la plénitude du savoir dans l'océan inénarrable de la théologie, en se penchant sur la poitrine du Seigneur pendant le dîner (Jean 13, 25) ; mais l'époux de la Vierge, le Chaste Joseph, a puisé la Grâce de l'Esprit Saint dans cet océan divin, quand le Seigneur Jésus s'est penché sur sa poitrine en qualité de fils ».

(Gloria, t.4, Liturgie Gréco-Catholique du 19 mars)

 

Sacra-Famiglia (2)

Prières

 

Prière consécratoire

 

Marie, Mère du Christ, le Messie souffrant, qui par sa mort a vaincu la mort, prie pour moi maintenant et à l'heure de ma mort afin qu'elle soit une mort d'amour, une consommation totale de ma vie où, jour après jour, je serai mort d'amour pour le monde qui refuse de vivre d'amour. Marie, Toi qui mourais de ne pas mourir avec Ton Fils et que le glaive a transpercée, je Te consacre mon corps et mon cœur, afin que, dans le Corps du Christ, je sois ce cœur infiniment mourant et infiniment vivant, broyé mais rendant l'amour à la haine, la douceur à l'amertume, la bénédiction à l'injure.

 

Antienne

 

Ô sainte Mère,

daigne donc graver les plaies du Crucifié

profondément dans mon cœur.

Ton enfant n'était que blessures,

Lui qui daigna souffrir pour moi ;

donne-moi part à Ses souffrances.

Etre avec Toi près de la Croix

et ne faire qu'un avec Toi,

c'est le vœu de ma douleur.

Ô Christ, à l'heure de partir,

puisse Ta Mère me conduire

à la palme de la victoire.

(Séquence de la Messe de la Vierge des Douleurs)

 

Psaume 116 (114-115)

 

Alléluia !

J'aime ! Car le Seigneur écoute

le cri de ma prière,

il penche vers moi son oreille

le jour où j'appelle.

 

Les lacets de la mort m'enserraient,

les filets du Shéol ;

l'angoisse et l'ennui me tenaient,

j'appelais le Nom du du Seigneur.

Ah ! Seigneur, délivre mon âme !

Le Seigneur est justice et pitié,

notre Dieu est tendresse.

Le Seigneur défend les petits,

j'étais faible, il m'a sauvé.

Retourne, mon âme, à ton ton repos,

car le Seigneur t'a fait du bien.

Il a gardé mon âme de la mort,

et mes pieds du faux pas.

Je marcherai en présence du Seigneur

sur la terre des vivants.

 

J'ai foi ! Lors même que je dis :

« Je suis trop malheureux ».

J'en étais à me dire en mon trouble :

« L'homme n'est que mensonge ».

 

Comment rendrai-je au Seigneur

tout le bien qu'il m'a fait ?

J'élèverai la coupe du salut,

en appelant le nom du Seigneur.

J'accomplirai mes vœux envers le Seigneur ;

que tout son peuple soit présent !

 

Elle en coûte aux yeux du Seigneur

la mort de ses amis.

Ah ! Seigneur, moi ton serviteur,

moi ton serviteur, fils de ta servante,

tu défais mes liens.

 

Je t'offrirai le sacrifice d'action de grâces,

en appelant le nom du Seigneur ;

je marcherai en présence du Seigneur

sur la terre des vivants.

 

J'accomplirai mes vœux envers le Seigneur ;

que tout son peuple soit présent,

dans les parvis de la maison du Seigneur,

au milieu de toi, Jérusalem !

 

Prière « Ad Libitum » : Priez Marie avec un texte de votre choix comme par exemple les Litanies, le Souvenez-vous, ou encore une oraison jaillie du cœur...

Invocation : O Marie Reine de la Paix et de la Réconciliation, priez pour nous et pour le monde ».

 

santito-43

Textes extraits du livre « Retraite de Consécration à la Sainte Trinité par Marie », aux Editions des Béatitudes, pour commander le livre, cliquer ICI

 

Pour recevoir les prières des 33 jours de la Retraite de Consécration par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.