21 septembre 2015

Septaine de prière en cas de besoin urgent

priere-coeur

Septaine de prière en cas de besoin urgent

 

Ceci implique sept jours de prière. En cas de problème très grave, la prière peut être dite à plusieurs reprises pendant sept semaines. L'Esprit-Saint est descendu lors du cinquantième jour. La cinquantième année fut l'année de la grâce du Seigneur. « Toutes les choses que vous demanderez au Père en mon Nom, Il vous les donnera ». (Saint Jean, 16, 23)

ob_a75471_11231326-809766515778612-3668579638246

Lundi

 

O Sagesse Eternelle et Incarnée, Doux et Adorable Jésus, vrai Dieu et vrai Homme, Fils unique du Père Eternel et de Marie toujours Vierge, je Vous adore profondément au sein et dans la splendeur de Votre Père dans l'éternité, et dans les entrailles virginales de Marie, Votre Digne Mère, au moment de Votre Incarnation. Je Vous rends grâce de Vous être dépouillé, prenant sur Vous la forme d'un esclave (Philippiens 2, 7), afin de me délivrer de l'esclavage cruel du diable. Maintenant j'accepte, et jusqu'à la mort je veux accepter cette humilité. Mon Seigneur, si j'excellais dans le jeûne, la prière, la générosité, l'innocence ou toute autre vertu, ce ne serait rien sans l'humilité. La vie est courte, et je ne connais pas le jour ni l'heure de ma mort. Vous m'appelez afin d’être prêt pour la mort, le jour du jugement et l'éternité. Par conséquent, je devrais en ce jour vivre par la foi, comme si c'était le premier et le dernier jour de ma vie. Seigneur Jésus, Vous frappez à la porte de mon cœur. Je Vous ouvre et Vous reçois comme mon Sauveur et Seigneur. « Je Vous reçois ». (Répétez ceci en esprit à plusieurs reprises et avec foi). A présent, c'est vrai en ce qui me concerne : « Tous ceux qui l'ont reçu, Il leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu ». (Saint Jean, 1, 12)

 

Trois Je vous salue Marie

 

vasili-nesterenko-the-saviour-with-the-crown-of-thorns-2000-e1278015833269

Mardi

 

Jésus, je confesse ma grande fierté cachée, car au fond de mon cœur, je me considère comme étant le meilleur, le plus important et le plus pieux. Chaque fois que je fais quelque chose de bien, cela augmente simplement mon sentiment de supériorité et le sentiment d'être unique, et me rend plus critique envers les autres. Je suis un plus grand pécheur que ceux que je condamne, parce que ce que je condamne, je le fais moi-même. J'ai reçu plus de grâce et de lumière, et pourtant je ne porte pas « les fruits dignes de la repentance » (Matthieu 3, 7-10). Je suis plein d'orgueil, de colère, d'envie, de critique, de volonté propre et de révolte contre la volonté de Dieu. Je suis le plus grand obstacle à mes voisins, et ainsi ils ne peuvent croire, être convertis et grandir en sainteté. Ce n'est que par l'humilité que je peux être sauvé de la punition éternelle, donc j'ai besoin de la pratiquer tous les jours. Mon Jésus, j'ai besoin d'apprendre de Vous, car Vous êtes Doux et Humble de Cœur (Matthieu 11, 29). Je regarde la couronne d'épines sur Votre Tête, je vois le crachat sur Votre Visage, le roseau dans Votre main, le manteau écarlate, je peux entendre les quolibets ! Vous êtes innocent et Vous souffrez pour moi ! Pour mes péchés passés, grognements, volonté propre, auto-indulgence et tout type d'infraction, je mérite d’être battu, que l’on me crache dessus, d’être méprisé et ridiculisé dans cette vie. C'est le plus grand bien pour lequel je dois faire mon possible et être reconnaissant, et je dois remercier tous ceux qui me dénigrent ou m'humilient. (Remerciez Jésus pour l’humiliation ou la souffrance qu'Il a permise par Amour pour vous.)

 

Trois Je vous salue Marie

jesus_of_nazareth

Mercredi

 

O Jésus, moi N, pécheur infidèle, je renouvelle et ratifie, en présence de Votre Mère, mes vœux de baptême : je renonce à Satan pour toujours, Je renonce à tout son orgueil pour toujours, je renonce à toute coopération avec lui pour toujours. De plus, je renonce à tous les démons impurs qui souillent et asservissent surtout mon corps : les démons de la gourmandise, de l'adultère, de l'alcoolisme, de l'hypocondrie, de la paresse, Mammon, le consumérisme... O Bonne Mère, obtenez-moi l'esprit de pureté et d'abnégation pour combler le vide en moi ! Je renonce également à tous les démons qui souillent et asservissent en particulier mon âme : l'esprit du mensonge, la peur de Vous suivre, l'esprit de la colère, l'envie, le fait de trouver des défauts, l'apitoiement sur soi, le blasphème, la rébellion, les esprits qui travaillent aujourd'hui à travers la musique impure, les magazines, la littérature, la télévision, l’Internet ou l'opinion publique. Je renonce à l'esprit d'orgueil, à l'hérésie, au pharisaïsme, au libéralisme, au rationalisme, au gnosticisme et à tous les démons religieux qui abusent des sentiments ou de la raison et qui détruisent la foi vivante. Je renonce à tous les démons qui manipulent l'opinion publique en lui faisant considérer le mal comme étant le bien, et le bien comme étant le mal. O Bonne Mère, obtenez-moi l'esprit d'autocritique véritable et l'obéissance, afin de combler le vide dans mon âme.

 

Trois Je vous salue Marie

 

deisis_2

Jeudi

 

De plus, je renonce à tous les démons impurs qui souillent et asservissent en particulier mon esprit : les démons transmis par le spiritualisme, l'hypnose, l'homéopathie, les guérisseurs, les personnes extra-sensorielles, les paradiagnostics, les devins, les astrologues, les magnétiseurs, les magiciens blancs et noirs et leur travail. Je renonce aux démons transmis à travers le yoga, le Zen, le Reiki, la méthode Silva, la méditation transcendantale, l'horoscope, les graphiques du biorythme, l'acupuncture, le massage chinois et autres pratiques orientales, à travers la lecture de la littérature occulte, à travers différentes pratiques ou à travers la sympathie suscitée par les médias et l'opinion publique dominés par les forces démoniaques ! Je renonce aux démons qui m'ont été transmis en tant qu’héritage sombre de troisième et de quatrième génération dans le cas où mes ancêtres auraient donné foi à diverses formes de magie, de divination, de spiritisme ou de magnétisme. (Réalisez devant Dieu qu’à présent vous renoncez à tout cela. Répétez en esprit et à plusieurs reprises: « Je renonce ».) Je renonce complètement à tous ces démons dont j'ai hérité ou auxquels j’ai été ouvert, consciemment ou inconsciemment. O Bonne Mère, obtenez-moi la plénitude du Saint-Esprit afin de combler le vide en moi, le même Esprit que Vous avez reçu en même temps que les Apôtres le jour de la Pentecôte (Actes 2).

 

Trois Je vous salue Marie

 

IconCloseup-S

Vendredi

 

Merci, Seigneur Jésus, Fils de Dieu, d’être mort sur la croix pour moi et pour le fait que Votre Sang me purifie maintenant de tout péché (1 Jean 1, 7). En mourant sur la croix, Vous avez brisé la puissance du péché et du diable. Par le baptême, j'ai été enterré dans Votre mort (Romain 6, 4). Avant de mourir, Vous avez dit : « J'ai soif ! ». Ce n'était pas seulement de la soif physique, mais un désir intérieur pour l'accomplissement de l'œuvre du salut. Jésus, à présent avec Vous, j'ai soif de mon salut et du salut de mon prochain. En criant : « Eli, Eli, lama sabachthani ? », Vous avez exprimé le moment du combat le plus dur quand, prenant également tous mes péchés, Vous avez été torturé par les démons des ténèbres. En criant : « Tout est accompli », Vous avez terminé l'œuvre du salut. Le diable et le péché ont été vaincus. Il n'y a rien à ajouter, je dois simplement le recevoir et le réaliser. Vos derniers mots sont le point culminant de Votre mort et se rapportent à moi, aussi. Ces mots expriment le moment de Votre mort rédemptrice pour moi : « Père, entre Vos mains je remets mon esprit ». Mon Seigneur Jésus, par le baptême j'ai été enterré dans Votre Victoire sur la Croix - Votre mort. Je peux réaliser la puissance de Votre mort par la foi lorsque je renonce à ma volonté, même dans les petites choses (la paresse, la peur...). A présent, par la foi, je suis enterré dans Votre mort - le moment d'une victoire et d’un abandon complets : « Père, entre Vos mains je remets mon esprit ». (Luc 23, 46) (Répétez plusieurs fois, en esprit et avec foi: « Père, je remets mon esprit »).

 

Trois Je vous salue Marie

 

ND du Sacré Coeur

Samedi

 

Seigneur Jésus, avant de dire les mots relatifs à Votre mort, Vous avez dit au disciple : « Voici Ta Mère » (Saint Jean, 19, 25-27). Afin d’être conscient du mystère du baptême, cela signifie mon union avec Votre mort et Votre résurrection, et que je dois rester debout en esprit près de la croix comme Votre disciple. Un disciple est celui qui est prêt à tout perdre (Luc, 14:33), même sa propre vie, pour Vous et l'Evangile (Marc, 8, 35). A présent, me tenant debout près de la Croix en esprit, je perds consciemment mon âme pour Vous et l'Evangile.

 

(Répétez plusieurs fois, en esprit et avec foi : « Je perds mon âme »). Regardez en esprit le visage de Jésus crucifié. Sa dernière volonté, même pour vous, c'est : « Voici Ta Mère ». Dites : « Je reçois ». (Répétez-le plusieurs fois, en esprit et avec foi.) Le disciple la reçut au plus profond de son être (Saint Jean, 19, 27). Jésus est venu sur cette Terre à travers Marie et l'Esprit-Saint. De la même manière, il veut naître et vivre dans votre cœur aussi. Réalisez ceci : une mère ne donne pas seulement la vie, mais apprend aussi à vivre correctement. La Mère de Jésus vous apprend à vivre avec Jésus et en Jésus.

 

Trois Je vous salue Marie

 

I-Grande-137794-icone-media-10x15-icone-paray-recevez-l-esprit-saint

Dimanche

 

Seigneur Jésus, Vous êtes ressuscité d'entre les morts historiquement et réellement, et donc Vous avez prouvé Votre Divinité. Chaque atome, chaque cellule et chaque créature vivante porte le témoignage de la Sagesse et de la Toute-Puissance de Dieu. Vous êtes Dieu. Le samedi soir, après le sabbat, Vous êtes ressuscité d'entre les morts. Le lendemain, Vous avez été vu par beaucoup de personnes, et puis Vous êtes apparu pendant 40 jours. Lorsque les Apôtres reçurent le Saint-Esprit, ils furent témoins de Votre mort rédemptrice, prêchant la repentance pour le pardon des péchés et prêchant Votre véritable résurrection. Ils ont donné leur vie pour ce témoignage, et moururent en martyrs. Dans le baptême, j'ai été uni non seulement à Votre mort, mais aussi à Votre vie et à Votre résurrection (Colossiens 2, 12). « Jésus, Vous êtes en moi, et moi en Vous ». (Répétez-le en esprit, plusieurs fois et avec foi.) Chaque dimanche, je devrais vivre Votre résurrection dans la prière, et recevoir la plénitude de l'Esprit Saint, afin que je puisse être Votre témoin, prêt à donner ma vie pour Vous, comme les Apôtres. Puisse le Saint-Esprit me donner lumière et force, puisse Votre Feu brûler toutes les formes d'égoïsme ou d'impureté en moi, et allumer en moi l'amour pur pour Vous et le zèle pour le salut des âmes. Vous me baptisez dans l'Esprit Saint et le feu. « Je reçois ». (Répétez-le en esprit, à plusieurs reprises et avec foi).

 

Trois Je vous salue Marie

 

Téléchargez le texte de ces prières (PDF) en cliquant ici

Je remercie les personnes qui auront reçu des grâces en priant cette septaine de bien vouloir en donner le témoignage en laissant un commentaire sur cette page.

Posté par fmonvoisin à 17:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Bienheureux Jerzy Popieluszko

obraz-ks-jerzy-popielusz_3645

Bienheureux Jerzy Popieluszko

1947-1984

Fête le 19 octobre

 

Jerzy Popieluszko est né en 1947 à Okopy, petit village situé au nord-est de la Pologne, près de Suchowola. Ses parents, Marianne et Ladislas dirigeaient une exploitation agricole. Très pieux dès son plus jeune âge, Jerzy fut enfant de chœur dans son village. Il fera des études assez médiocres dans le lycée de Suchuwola, avant d'entrer, à l'âge de 18 ans,  au séminaire de Varsovie. Ses études furent interrompues pendant deux ans, de 1966 à 1968, à cause de son service militaire. Il fut placé dans une unité spéciale où étaient réunis les séminaristes, à Bartoszyce, petite ville du Nord-Est de la Pologne. À plusieurs reprises il fut soumis à des pressions pour qu'il abjure sa foi chrétienne. Il fallait en effet, et cela grâce à un astucieux système d'endoctrinement effectué par un personnel sélectionné, persuader les séminaristes d’abandonner leurs études cléricales.

Malgré tout, Jerzy Popieluszko fut un excellent soldat, d'un grand courage pour défendre ses convictions, ce qui le conduisit à subir diverses formes de persécutions. Il fut même mis au cachot pendant un mois. Il était malade à la fin de son service militaire et le resta jusqu'à la fin de sa vie. Il fut ordonné prêtre en 1972, à Varsovie, par le cardinal Wyszynski. Vicaire de la paroisse St. Trinity Zabkach, puis de Notre-Dame Reine de la Pologne à Aninie. Il fut nommé, vers la fin de 1978, pasteur de l'équipe médicale: il devait s'occuper des jeunes et du personnel de la santé. Mais ses propres problèmes de santé s'aggravèrent vite. Fin en janvier 1979 Jerzy s'évanouit pendant la célébration de la Messe. Après quelques semaines de séjour à l'hôpital il ne put retourner à ses fonctions antérieures de vicaire. Il fut, de 1979 à 1980 aumônier de l'église universitaire Sainte Anne.

C’est en août 1980 que le Cardinal Wyszynski, lui demanda d’être l’aumônier des aciéries de la capitale. C’est ainsi que le jeune abbé Popieluszko est devenu un ardent défenseur de l’idéal du syndicat de Solidarité, né à la même époque, lors des « accords de Gdansk ». En effet, le 14 août 1980, les employés des chan-tiers navals de Gdańsk, importante ville portuaire sur la Baltique, s'étaient mis en grève sous la conduite de Lech Walesa, et ils demandaient à l'archevêque de Varsovie un prêtre pour célébrer la messe pour eux. Et c'est le Père Popiełuszko qui fut choisi.

Petite remarque : Le syndicat Solidarnosc avait été fondé dans l'illégalité. Ami de Lech Walesa, Jerzy Popieluszko défendit les partisans du syndicat, s'inspirant de la spiritualité du bienheureux Maximilien Kolbe. Malheureusement, toujours aux or-dres de l'URSS, le gouvernement polonais réagit et proclama l'état de siège le 13 décembre 1981: toutes les réunions furent interdites, à l'exception des messes. Le Père Popieluszko continuera son ministère en célébrant, tous les mois, depuis cette date fatidique, une « messe pour la patrie » dans la paroisse où il avait été affecté, Saint-Stanislas-Kotska, en banlieue de Varsovie. Jerzy Popiełuszko, vicaire de la paroisse saint Stanislas Kostka et aumônier du syndicat interdit, célébrait donc, chaque mois, des messes au cours desquelles il pronon-çait, dans ses homélies, de vibrants sermons condamnant courageusement le régime en place. Ces célébrations, qui attiraient des milliers de fidèles, étaient quadrillées par d'importants dispositifs de policiers en uniforme et en civil. Elles débouchaient parfois sur des échauffourées car les policiers en civil n'hésitaient pas à jouer les provocateurs, en appelant en pleine messe les fidèles à prendre les armes, dans le but de museler ou faire tomber le jeune prêtre dont les sermons étaient diffusés dans tout le pays, via Radio free Europe. Pourtant, pratiquant l'amour pour ses ennemis, le Père Popieluszko servait du café chaud aux policiers chargés de le surveiller, lui et les grévistes. Car le Père Popieluszko était surveillé en permanence. La presse communiste parlait de lui comme d'un « prêtre qui célébrait des messes de la haine ».

En automne 1983, le Père Popieluszko figura sur une liste de 69 "prêtres extrémistes" établie par le gouvernement du général Jaruzelski et remis à l'archevêque de Varsovie. Prière était faite au nouveau Primat de Pologne de faire taire ces gêneurs en soutane. La même année, Jerzy est accusé de détention d'armes et est arrêté par la SB, le service de sécurité, mais il est vite relâché grâce à l'intervention du clergé. La nuit suivante, quelqu'un dépose une grenade dans son vestibule. Le Père échappe à cet attentat de justesse. De janvier à avril 1984, le prêtre est convoqué 13 fois par la milice. Il est accusé « d'abus de sacerdoce ». En mars 1984, le Pape lui envoie un cadeau pour le féliciter d'avoir osé critiquer une décision du gouvernement polonais d'interdire les crucifix dans les écoles. La police politique organise le 13 octobre 1984, un accident de voiture pour le tuer mais il y échappe.

 

Les événements vont maintenant se précipiter. Le 19 octobre 1984, au retour d'une visite pastorale à Bydgoszcz, la voiture de l'ecclésiastique est arrêtée par un véhicule banalisé de la police en rase campagne, à 160 km au nord-ouest de Varsovie, sous prétexte d’un contrôle d’alcoolémie. Le père Popieluszko est battu, ligoté et jeté dans le coffre de la voiture de police. Son chauffeur, Waldemar Chrostowski, est menotté et obligé de prendre place à l'intérieur, avec les trois policiers. Mais, ancien parachutiste, Chrostowski profite d'un moment de distraction de ses ravisseurs pour sauter de la voiture en marche. Ses menottes se brisent sous le choc. Paniqués, les policiers décident de poursuivre la route avec Popieluszko dans le coffre.

Chrostowski arriva bientôt au presbytère d'une église et donna l'alerte. Le soir même, la télévision officielle faisait état de l'enlèvement du père Popieluszko par des « inconnus ». Pendant plusieurs jours, aucune nouvelle ne fut donnée sur le sort du père Popieluszko, jusqu’à ce que le 27 octobre 1984, le capitaine Grzegorz Piotrowski déclara : « C’est moi qui l’ai tué, de mes propres mains ». Que s'était-il passé ? Après avoir longtemps roulé, les policiers sortirent du coffre de la voiture l'ecclésiastique à moitié étouffé par son bâillon, et ils le torturèrent jusqu'à ce que mort s'ensuive; puis le corps de Jerzy Popieluszko fut lesté et jeté dans un réservoir d'eau de la Vistule. Le corps du Père Popieluszko fut retrouvé dans un lac artificiel formé par le barrage de Wloclawek, sur la Vistule à une centaine de kilomètres au nord de Varsovie. Le Père Jerzy Popieluszko avait 37 ans.

En novembre 1984, plus de 500 000 personnes se déplacèrent pour les funérailles de Jerzy Popiełuszko, dont les obsèques insufflèrent une seconde vie au syndicat Solidarnosc. Inhumé au cœur même de sa paroisse, sa modeste tombe est devenue lieu de nombreux pèlerinages. Le pape Jean Paul II lui-même est venu s'y recueillir en 1987. L'abbé Popieluszko symbolise aux yeux des Polonais la lutte commune de l'opposition démocratique et de l'Église catholique contre le régime totalitaire en place. Le martyre du jeune prêtre aura entraîné de nombreuses conversions, et même l'éclosion de vocations sacerdotales.

Jerzy Popieluszko a été béatifié le 6 juin 2010. Le pape Benoît XVI demanda que la célébration liturgique en l'honneur du Père Popieluszko ait lieu le 19 octobre, jour de son arrestation. Dans certains endroits sa fête est le 27 octobre.

 

Texte de Paulette Leblanc, extrait du site http://nouvl.evangelisation.free.fr

 

À la suite de la reconnaissance d'une guérison scientifiquement inexplicable, survenue qui a eu lieu en 2001 dans le Diocèse de Créteil, en France, la canonisation du Bienheureux Jerzy Popieluszko est attendue en 2016.

 

53545278

Litanies en l'honneur de la Bienheureuse Mère

(Composée par le Père Popieluszko en mai 1982)

 

Mère de ceux qui placent leur espoir dans la solidarité, priez pour nous.

Mère de ceux qui sont trompés, priez pour nous.

Mère de ceux qui sont trahis, priez pour nous.

Mère de ceux qui sont arrêtés dans la nuit, priez pour nous.

Mère de ceux qui sont emprisonnés, priez pour nous.

Mère de ceux qui souffrent du froid, priez pour nous.

Mère de ceux qui ont eu peur, priez pour nous.

Mère de ceux qui ont été soumis à des interrogatoires, priez pour nous.

Mère des innocents qui ont été condamnés, priez pour nous.

Mère de ceux qui disent la vérité, priez pour nous.

Mère de ceux qui ne peuvent pas être corrompus, priez pour nous.

Mère de ceux qui résistent, priez pour nous.

Mère des orphelins, priez pour nous.

Mère de ceux qui ont été molestés parce qu'ils portaient votre image, priez pour nous.

Mère de ceux qui sont contraints de signer des déclarations contraires à leur conscience, priez pour nous.

Mère des mères qui pleurent, priez pour nous.

Mère de pères qui ont été si profondément attristé, priez pour nous.

Mère de la souffrance Pologne, priez pour nous.

Mère de la Pologne toujours fidèle, priez pour nous.

Nous Vous supplions, ô mère en qui réside l'espoir de millions de personnes : accordez-nous de vivre dans la liberté et dans la vérité, dans la fidélité à vous et à votre Fils. Amen.

maxresdefault

Litanies du Bienheureux Jerzy Popieluszko

 

Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, écoutez-nous.

Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

 

Sainte Marie, priez pour nous.

Sainte Mère de Dieu, priez pour nous.

Reine des martyr, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, martyr intrépide, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, courageux disciple du Christ, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, témoin fidèle de l'Evangile, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, contemplateur de la Croix du Christ, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, fidèle consacré à Marie Immaculée, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, consacré à Dieu depuis l'enfance, elle prie pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, qui avez grandi dans une famille pieuse, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, zélé dans votre service à l'autel, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, contemplateur du visage des saints, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, fidèle à l'appel du Seigneur, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, défenseur de la dignité de chaque être humain, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, défenseur de la vie humaine depuis la conception, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, compatissant envers ceux qui souffrent, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, sensible à la condition des victimes, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, bon pasteur pour les Travailleurs, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, maître et exemple contre la victoire sur le mal par le bien, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, promoteur du courage et de la solidarité, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, défenseur de l'Evangile, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, vous qui avons lutté contre l'esprit de vengeance, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, partisan de la bonne espérance, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, injustement accusé, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, cruellement torturé, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, prêtre du Christ, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, fidèle jusqu'à la fin, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, martyrisé pour la vérité et la liberté, priez pour nous.

Bienheureux Jerzy Popielusko, qui intercédez pour les besoins de l'Eglise et de chaque nation, priez pour nous.

 

Agneau de Dieu qui enlevez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu qui enlevez les péchés du monde, écoutez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu qui enlevez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

J'ai proclamé Votre Justice dans la grande assemblée.

Voyez, je ne retiens pas mes lèvres, Seigneur, Vous le savez.

 

Prions


Dieu éternel et tout-puissant, dans Votre Providence, Vous as fait du bienheureux Jerzy, prêtre, un témoin inébranlable de l’Évangile de la charité et de la dignité humaine, jusqu’au martyre : par son intercession et à son exemple, permettez, nous Vous en prions, que, en vivant dans la vraie liberté, nous sachions vaincre le mal par le bien. Nous Vous le demandons par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec Vous dans l'unité du Saint Esprit, maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

3953422_zlo--dobrem-zwyciezaj-

Prière pour demander une grâce

 

Mon Seigneur, source de tout bien, je Vous remercie d'avoir donné, dans Votre amour, la dignité de la prêtrise au Bienheureux père Jerzy Popieluszko. Tu l'as envoyé pour répandre avec ardeur Votre Parole, administrer Vos Sacrements, agir courageusement en Votre Nom et qu'il soit proche de chaque personne demandant le pardon, l'unité et la paix. Par la grâce du Martyre que vous lui avez accordé, il est devenu semblable à Votre Fils Jésus Christ sur le chemin de la croix. Je vous adore et je vous rends grâce, mon Dieu, pour ce don que Vous avez fait à Votre Église, et en particulier pour avoir rendu le Bienheureux Père Jerzy notre intercesseur devant avec Vous dans la distribution de Votre grâce. Dans Votre miséricorde infinie, je vous prie de l'admettre dans la communauté des Saints de Votre Eglise, et de me accorder, par son intercession, la grâce (…) pour laquelle je sollicite sa prière. Par Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.

 

Voir aussi : http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2010/06/02/18099370.html

 

35

téléchargez le texte de ces prières (pdf) en cliquant ici

 

Pour conclure, voici une petite vidéo présentant la vie du Père Popieluszko

31 août 2015

Bienheureux Flavien Michel Melki

OfficialMgrMelki (2)

Bienheureux Flavien Michel Melki

« Je verse mon sang pour mes brebis »

1858-1883

Fête le 29 août

 

Flavien Michel Melki, né en 1858 à Kalaat Mara (Mardin), turquie) sous le nom de Ya'Qūb Melkī, est un prélat libanais de l'Eglise Catholique Syriaque, membre de la Fraternité de saint Ephrem. Consacré éparque de Gazireh en 1912, il est rapidement confronté au génocide assyrien lors duquel il est assassiné par les autorités ottomanes le 29 août 1915 à Cizre (Turquie). Officiellement reconnu comme Martyr de la Foi, le 8 août 2015 par le pape François, il est béatifié le 29 août suivant.

 

Formation et prêtrise

 

Ya'Qūb Melkī naît en 1858 à Kalaat Mara, un village à l'est de Mardin, en Turquie, au sein de l'Empire Ottoman. Il appartient alors à une famille Orthodoxe Syriaque originaire de Kharput. En 1868, il rejoint le monastère de Saffron afin d'y étudier la Théologie ainsi que le syriaque, l'arabe et le turc. Il est consacré Diacre en 1878 et devient secrétaire de la bibliothèque ainsi qu'enseignant à l'école du monastère. Mais il se rapproche du Catholicisme et rejoint l'école du monastère catholique syriaque de Charafe durant quatre ans. Il est alors ordonné Prêtre à Alep en mai 1883, puis est affecté à divers villages de Tur Abdin. Son église et sa maison sont saccagée et incendiées lors des massacres de 1895 qui conduisent également à l'assassinat de sa mère et de nombreux membres de sa paroisse. Les années suivantes, il continue de servir comme prêtre dans plusieurs villages de Tur Abdin, dont il participe à la reconstruction. En raison de ses œuvres, il est ordonné Chorévêque et vice-évêque de Mardin et Gazarta en 1897.

 

Episcopat et martyre

 

En 1899, le pape Léon XIII le nomme éparque de Gazireh, puis confirme sa nomination le 14 septembre 1912. Il est alors consacré le 19 janvier suivant par le patriarche Ignace Ephrème II Rahmani. À l'été 1915, au plus fort du génocide assyrien, Mgr Melki, qui est alors à Idil, retourne à Gazarta afin de prévenir la population d'un massacre imminent contre les chrétiens ayant refusé de fuir malgré les menaces des dirigeants musulmans locaux. Témoin de la misère des populations persécutées, il vend tout ce qu'il possède, y compris ses vêtements liturgiques, afin d'aider les plus pauvres. Il s'efforce également d’encourager les chrétiens à défendre leur foi malgré les persécutions. C'est ainsi qu'il est arrêté par les autorités ottomanes le 28 août 1915, aux côtés de son homologue chaldéen, Mgr Philippe-Jacques Abraham. Les autorités leur donnent ainsi le choix entre la mort ou la conversion à l'Islam. Les deux évêques choisissent la mort. Mgr Abraham est alors tué d'un coup de fusil tandis que Mgr Melki est battu jusqu'à ce qu'il perde connaissance, puis il est décapité.

 

Vénération

 

En 2010, Mgr Ignace Joseph III Younan, patriarche syriaque catholique, lance un appel pour la béatification de Mgr Melki. Il est alors rapidement déclaré Serviteur de Dieu par le Saint Siège. Puis, le 30 septembre 2012, le patriarche Younan présente un rapport à Rome. Enfin, le 8 août 2015, le pape François approuve un décret de la Congrégation pour la Cause des Saints reconnaissant le martyre de Mgr Melki. Sa béatification est alors approuvée après que le pape eut déterminé que Melki fut tué en « haine de la foi ». L’annonce de sa béatification survient alors quelques jours après les nouvelles dénonciations du pape concernant les « persécutions atroces, inhumaines et inexplicables » de l' Etat Islamique ainsi que « le silence de tous ». Il est béatifié le 29 août 2015 dans le cadre d’une Divine Liturgie célébrée par le patriarche Ignace Youssef III Younan, au couvent patriarcal Notre-Dame-de-La-Libération d'Harissa, au Liban. Le décret de béatification est quant à lui lu par le cardinal Angelo Amato.

 

Source du texte : Wikipedia

MikhailMelki

Prière pour le Bienheureux Mgr Flavien Michel Melki

 

Seigneur Jésus, Vous qui avez révélé à Votre Serviteur le Bienheureux Flavien Michel Melki, la foi de l’Église, à laquelle il s’est attaché sans réserve, Vous qui lui avez inspiré le courage d’annoncer, sans relâche, la Bonne Nouvelle de l’Évangile aux chrétiens du Sud-Est de la Turquie, Vous qui l’avez soutenu dans les persécutions et les épreuves, pour l’unité de l’Église Syriaque. Nous Vous demandons, Seigneur Jésus, d’agréer la prière de ceux et celles qui t’invoquent au nom de ton Serviteur, l’évêque Michel, mort pour Ton Amour. Accorde aux chrétiens d’Orient, la grâce de s’unir dans la Foi et de former un jour, comme Vous l’avez voulu : « Un seul troupeau, sous la houlette d’un seul pasteur ». Confirmez-les dans l’unité et la charité. Soutenez-les, Seigneur, dans les épreuves de la vie. Rendez-les fidèles à Votre Nom, à Votre Évangile, et à Votre Église, à l’exemple de notre Bienheureux qui proclamait : « Je verse mon sang pour mes brebis ». Pour la gloire de Votre Saint Nom, dans l’unité du Père et l’Esprit-Saint. Amen.

 

Téléchargez le texte de cette prière (pdf) en cliquant ici

 

Pour approfondir

www.leonardmelki.org

Posté par fmonvoisin à 13:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Bienheureux Louis-Edouard Cestac

Cestac_tableau

Le Bienheureux Louis-Edouard Cestac

Fondateur de Notre Dame du Refuge et de l'Institut des Servantes de Marie

1801-1868

Fête le 27 mars

 

Le Bienheureux Louis-Edouard Cestac, né à Bayonne le 6 janvier 1801, ordonné prêtre le 17 décembre 1825, fut nommé, après quelques années de professorat, vicaire de la Cathédrale, à Bayonne, le 25 août 1831. Le 11 juin 1836, sans autres ressources que sa Foi en la Providence et son recours filial à la Très Sainte Vierge Marie, il fondait un Orphelinat pour les petites filles de la ville. L'année suivante, il entreprenait l'eouvre des Repenties et les recueillait dans un misérable grenier. En 1838, à Anglet, il acquérait au nom de la Très Sainte Vierge, un domaine rural auquel il donna le nom de « Notre Dame du Refuge » et, en 1839 y installait ses pénitentes.

Afin de diriger ses deux œuvres de Charité, sous l'inspiration de la Très Sainte Vierge et sur le conseil de son évêque, il institue la Congrégation des Servantes de Marie, canoniquement érigée le 6 janvier 1842. L'Institut se développe rapidement et, en plus des œuvres primitives, se consacre à l'instruction des petites filles de la campagne. Bientôt ses membres se trouvent dans douze Diocèses de France et à la capitale de l'Espagne, à la tête de 160 établissements. En 1846, il fonde au sein même de la communauté une nouvelle famille, celle des « Solitaires de Saint Bernard », appelées plus communément « Bernadines », vouée au silence perpétuel.

Après une vie de labeur et de souffrances, toute employée à la gloire de Dieu et au salut des âmes, plein de confiance en Marie qu'il avait passionnément aimée et fidèlement servie, Louis-Edouard Cestac mourut en odeur de Sainteté le 27 mars 1896. Déclaré vénérable en 1908, il a été béatifié en la Cathédrale de Bayonne le 31 mai 2015.

 

Pensées du Bienheureux Louis-Edouard Cestac

 

« L'amour de Dieu se nourrit de croix et de sacrifices »

« Regard de Dieu, vérité ! Regard de l'homme, vanité ! »

« Souffrir et offrir ; bien faire et se taire ».

« Qui refuse les croix refuse le Ciel ».

« Une vraie religieuse est une hostie vivante ».

« Aimez Jésus comme l'aimait Marie ; aimez Marie comme l'aimait Jésus ».

« Dans les douleurs de la vie, qu'il est doux de s'abandonner à la Divine Mère du Ciel ».

« Vive la Croix ! Qu'il est bon de la porter pour Dieu avec Jésus, à la suite de Marie ! »

« Oh ! Qu'il est bon au milieu des épreuves de tenir son cœur bien haut, dans l'abandon aux admirables soins de la Divine Providence ».

 

Neuvaine de prière pour obtenir la Canonisation du Bienheureux Louis-Edouard Cestac

 

O Vierge Immaculée, notre Bonne Mère, qui avez, durant sa vie mortelle, favorisé de grâces particulière votre fidèle serviteur, le Bienheureux Louis-Edouard Cetac ; bénissant et protégeant visiblement les œuvres nombreuses et admirables que, sous Votre inspiration, il a établies pour la gloire de Dieu et le salut des âmes sans autre appui que votre maternelle Providence. nous Vous en supplions, en obtenant de votre Divin Fils, la Canonisation de votre fidèle serviteur, afin que l'Eglise le place au rang des Saints du Ciel. Daignez, ô Vierge Puissante, écouter cette prière que nous Vous adressons avec l'ardeur et la confiance la plus absolues, et faites que Jésus nous accorde, par l'intercession du Bon Père, la grâce...

 

Loué et glorifié soit Dieu dans ses admirables serviteurs à jamais !

Bienheureux Louis-Edouard Cestac, priez pour nous

 

Pour approfondir

Blog des Soeurs du Refuge d'Anglet

http://notredamerefuge.over-blog.com/

 

comment_XOE8aiL3rljFNffaIHXgnvmhxbvd75Qn

Téléchargez le texte de cette prière (pdf) en cliquant ici

 

Pour approfondir, je vous invite enfin à visualiser les vidéos suivantes:

 

1- Le Bienheureux Père Cestac, au service des pauvres

 

2- Messe de Béatification du Père Cestac

3- Emission la vie des diocèses

 Diocèse de Bayonne, Lescar, Oloron

Le Bienheureux Benoît Daswa

Photo-of-Benedict-Daswa

Le Serviteur de Dieu Benoît Daswa

1946-1990

 

Qui était Benoît Daswa?

 

Tshimangadzo Samuel Daswa, fils premier-né de Tshililo Petrus Daswa (Bakali) et de Thidziambi Ida Daswa (Gundula), est né le 16 Juin 1946 dans le Village Mbahe, situé à 30 kilomètres de la ville principale Thohoyandou de l'ancien Homeland Venda, dans la Province du Limpopo, en Afrique du Sud, dans le diocèse de Tzaneen. La famille Daswa appartenait à la tribu d'Afrique noire appelée « Lemba » ou « Juifs noirs ». Leur nom de clan était Bakali. Ils suivaient les traditions sémitiques, comme des restrictions alimentaires semblables au casher, les rites de circoncision, des règles strictes qui étaient contre les mariages mixtes et antisémites. Ces croyances et ces pratiques ont été transmises aux enfants. Les parents de Samuel étaient assidus au travail, entreprenant et reconnus pour leur hospitalité et leur gentillesse. Samuel Daswa avait trois frères et une sœur: Thanyani Mackson. Muvhulawa Calson, Thinavhuyo Mavis et Humbulani Innocent. Comme était commun, il était un garçon de troupeau avant d'aller à l'école. De marcher dans le jardin de son père, il a développé un grand amour de travail de la terre et de la culture des légumes.

 

Influences dans son enfance

 

Son enseignement primaire commence à l'école primaire Vondwe en 1957. Plus tard, il a été à l'école primaire Mbahe, l'école primaire Tshikonelo à Ha-Matsheka et à l'Armée du Salut, à l'école William Eddie dans le village de Tshidimbini. Il a complété ses études secondaires au Lycée Mphaphuli. Après la mort accidentelle de son père, Samuel a pris la responsabilité du soin de ses jeunes frères et sœurs. Quand il a rejoint la main d'oeuvre, il a aidé à payer pour leur éducation et les encourageait continuellement à étudier. Pendant les vacances scolaires, il restait chez un oncle à Johannesburg où il travaillait a temps partiel. À cette époque, il s'est lié d'amitié avec un jeune homme blanc qui était catholique. Plusieurs de ses camarades qui étaient Shangaan étaient également catholiques. Après son retour à Mbahe, Samuel a rejoint un groupe de catholiques qui se rencontraient sous un figuier pour obtenir des instructions sur la Foi Catholique. Le catéchiste était Benoît Risimati. Il a servait à l'Office du dimanche et assistait le prêtre qui venait de Louis Trichardt une fois par mois pour célébrer la Messe. Il avait une forte influence sur Samuel. Après la mort de sa femme, Benoît Risimati a été ordonné Prêtre.

 

Comme un jeune adulte

 

Après deux ans d'instruction Samuel a été baptisé le 21 Avril 1963 par le Frère Augustin O'Brien, MSC, à Mafenya, en la Paroisse de Sibasa. Lors de la retraite prêchée avant son baptême, il a choisi « Benoît comme nom, car il fut inspiré par la devise bénédictine « Ora et labora » « Prie et travaille ». Trois mois plus tard, il a été confirmé par L'évêque-abbé Clemens van Hoek, OSB, à Sibasa. Benoît a fréquenté l'Institut de formation Vendaland, où il a obtenu un certificat d'enseignement primaire. Sa première nomination fut à l'école primaire Tshilivho au village de Ha-Dumasi. Pendant ce temps, il a étudié pour obtenir le certificat d'inscription par correspondance. Benoît a continué à s'impliquer dans l'Église en aidant les catéchistes et le prêtre. Il avait un intérêt particulier pour les jeunes, en prenant des groupes de garçons et de filles loin pour le week-end pendant lequel il leur enseignait les techniques traditionnelles.

 

La fidélité à sa foi catholique

 

L'une de ses initiatives visant à aider les jeunes, fut, en 1976, la formation d'une équipe de football appelé les « Onze Ordinateurs Mbahe ». Après le succès initial, l'équipe commença à perdre des matchs et il fut proposé que l'on aille consulter un Sangoma, pour obtenir un « Muti », afin d'améliorer les performances de l'équipe. Benoît s'est prononça fermement contre cette proposition. Il fut dépassé. Incapable de concilier l'utilisation de la sorcellerie avec sa foi, il choisi de quitter le club et forma une autre équipe de football, les « Rebelles de la Liberté Mbahe » avec certains joueurs qui l'avaient soutenu. Sa décision fut le début d'une campagne de haine et de jalousie à son égard menées par certaines personnes.

En 1977, il est nommé directeur de l'école primaire Nweli, poste qu'il a occupé jusqu'à sa mort. Il fut considéré comme une personne d'influence. De par sa maison de briques, sa voiture, sa télévision, son téléphone et son verger prospère, considérés comme des signes de prospérité et il a regardé avec envie par ses adversaires. Son ennemi particulier fut un de ses compatriotes directeur principal. En 1980, Benoît et Shadi Eveline Monyai, luthérienne reçue dans la pleine communion avec l'Église catholique, sont mariés par le père. Patrick O'Connor, MSC La famille se compose de huit enfants, le dernier étant né quatre mois après la mort de Benoît. Comme mari et père Benoît a été exemplaire. Il estimait qu'en aidant sa femme dans les tâches ménagères et le soin des enfants faisait partie de son engagement matrimonial. La famille priait ensemble chaque soir et assistait chaque dimanche à la célébration liturgique. Benoît lui-même s'est donné sans relâche pour la communauté catholique. Il a travaillé avec les jeunes, dirigé le service dominical quand un prêtre n'était pas disponible et réalisé de nombreuses œuvres de miséricorde. Il était un homme de prière et s'est engagé à partager sa Foi avec les autres.

 

L'engagement de l'Eglise

 

La construction de la première église Catholique dans la région, à Nweli, était un projet cher à son cœur. Il a travaillé sans relâche sur le projet encourageant les autres à en faire de même. Les produits de son jardin étaient donnée aux nécessiteux. Ceux qui avaient besoin de transport pouvaient compter sur son aide à tout moment. Dans la population, généralement Benoît était très respecté. Il était secrétaire du conseil du chef de village et confident du chef. Aux fonctions sociales, il était un maître de cérémonies populaires. Il était reconnu pour son honnêteté, sa sincérité et son intégrité absolue. Il disait ce qu'il pensait et n'était pas été influencé par l'opinion populaire. Comme principal, il était un leader honnête et courageux. Il a encouragé, soutenu et défié son personnel. Le bien-être des élèves était sa première préoccupation. En cas d'absence, il rendait visite à la famille pour voir s'il pourrait être utile. Il invitait les étudiants qui étaient incapables de payer les frais scolaires à travailler dans son jardin pour fournir les fonds nécessaires.

 

Le prix d'être chrétien

 

En Novembre 1989, de fortes pluies et des coups foudre s'abattirent fréquemment dans la région de Venda. Cela ne fut pas considéré comme un phénomène naturel. Certains membres de la communauté furent très inquiets quant à savoir qui en était responsable. Au début de l'année 1990, après une forte pluie, le jeudi 25 Janvier, il eu plusieurs coups de foudre dans la région. Le Chef, son conseil et la communauté se réunirent pour discuter de leurs préoccupations. Il fut convenu qu'un guérisseur traditionnel serait consultés pour identifier la sorcière qui était responsable des incendies. A cet effet, une contribution de R5 par personne fut convenue.

Benoît arriva après que la décision fut prise. Son explication que la foudre est un phénomène naturel fut accueillie avec scepticisme. On lui fit valoir les anciennes habitudes et qu'il fallait blâmer les sorcières provoquant les coups de foudre. Lorsque la décision fut maintenue, Benoît refusa de payer la contribution R5. Il fit valoir que sa Foi catholique l'empêchait de prendre part à tout ce qui touche à la sorcellerie. Beaucoup dans la communauté l'ont vu comme minimisant les croyances traditionnelles et ont conspiré pour se débarrasser de lui parce, que pour eux, il était une pierre d'achoppement à cause de sa Foi Catholique et sa position constante contre la sorcellerie.

Le 2 Février 1990, Benoît a conduit sa sœur et son enfant malade chez le médecin à Thohoyandou. En route, il a ramassé un homme qui a demandait son aide pour prendre un sac de farine de maïs à son domicile dans un village à côté de Mbahe. Autour de 19h30, Benoît retourné à Mbahe. Après avoir quitté sa sœur et l'enfant à proximité de leur maison, il dit à sa fille qu'il allait revenir après avoir pris son autre passager et son sac de farine de maïs au village suivant.

De retour chez lui, Benoît fut bloqué par des troncs d'arbres disposés à travers la route. Quand il mit pied à terre, une foule de jeunes et d'adultes venus de derrière les arbres commencèrent à lui lancer de grosses pierres. Saignant et blessé, il quitta la voiture et couru à travers un terrain de football, espérant l'aide de rondavels à proximité (huttes rondes) l'un étant un Shebeen. Il a couru dans une cuisine rondavel pour se cacher. Lorsque la foule arriva, ils ordonnèrent à la femme propriétaire du rondavel de dire ou Benoît se cachait, menaçant de la tuer si elle ne le faisait pas.

En entendant leurs menaces, Benoît est sorti. Il leur demanda pourquoi ils voulaient le tuer. Lorsque Benoît vit un homme de la foule qui venait vers lui avec une arme, une knobkerrie, il dit cette prière: « Mon Dieu, en vos mains je remets mon esprit », ensuite, fut porté un coup fatal à partir de la knobkerrie qui lui fracassa le crâne. Ensuite, de l'eau bouillante lui fut versée sur la tête. La femme, qui était propriétaire de la rondavel, coururent dire à Mackson, le frère de Benoît, ce qui s'était passé. Après avoir appelé la police, il est resté près corps de Benoît pendant la nuit. La police vint et après avoir examiné la scène du crime, les policiers restèrent dans leur voiture pendant la nuit en raison de la violence généralisée et embrasements dans la région. Le lendemain matin, un photographe de la police et médecin légiste arrivèrent et une enquête commença. Un certain nombre de personnes furent été arrêtées pour l'assassinat brutale de Benoît. Lorsque l'affaire vint à la cour, elle fut rejeté par manque de preuves.

La Messe des Funérailles chrétiennes eu lieu le samedi 10 Février 1990. La procession commença à la maison de Benoît, en Mbahe pour aller ensuite à l'église de Nweli. La Messe fut concélébrée par plusieurs prêtres et le célébrant principal fut le Père. John Finn, MSC, curé de la paroisse de Thohoyandou/Sibasa. D'un commun accord, tous portèrent des vêtements de couleur rouge, afin de manifester leur conviction que Benoît est mort pour sa Foi et que c'était sa position contre la sorcellerie qui avait provoqué sa mort. Une foule nombreuse a suivi le cercueil au cimetière Mbahe. La Mère de Benoît, Ida Daswa, était devenue Catholique quelque temps avant la mort de son fils. Elle a économisé sur sa pension pour acheter une pierre tombale pour la tombe. Elle fut dévoilée lors d'une cérémonie spéciale, incluant la messe, le 26 Novembre 2000, et en présence d'un grand nombre de personnes de la paroisse de Sibasa. Jusqu'en 2005, la communauté catholique se rassemblait le dimanche le plus proche de Toussaint prier sur la tombe de Benoît. Depuis le début de l'enquête préliminaire de la cause de sa béatification, la communauté catholique du district Nweli tiens à le rappeler le jour de sa mort, le 2 Février, car ils le considèrent comme un témoin courageux de la Foi.

 

Un Saint pour l'Afrique du Sud?

 

Le Jeudi 2 Juillet 2009, un événement historique a eu lieu à Tzaneen, l'enquête diocésaine sur la vie et la mort du Serviteur de Dieu Benoît Daswa a été conclue. Les documents finaux, adressés à Mgr Angelo Amato SDB, Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, ont été signés par le MSC évêque Slattery Hugues, évêque de Tzaneen, Soeur Sally Duigan NDSC, fille de Notre-Dame du Sacré-Cœur et chancelière du diocèse, frère André Bohas MSC, postulateur de la cause et le père Eddie O'Neill SDB, Promoteur de la Justice. Ces documents se composent de plus de 850 pages de témoignages de témoins dignes de foi sur la vie et la mort du Serviteur de Dieu. La copie originale, qui a été d'abord scellée, reste dans les archives du diocèse de Tzaneen. La copie de la transcription et la copie publique ont ensuite été scellés et doivent être envoyés à la Congrégation pour les Causes des Saints, à Rome, par le biais du Nonce apostolique, Mgr Green. Cela met fin à un processus qui a commencé cinq ans plus tôt il, et est la première cause d'un natif d'Afrique du Sud catholique à être proposé en Béatification et en Canonisation. La transcription et les copies publiques demeurent scellés jusqu'à ce que la Congrégation pour les Causes des Saints approuve et nomme un postulateur romain pour passer à la phase suivante du processus. Les informations sur le Serviteur de Dieu et sur la cause peuvent maintenant être porté à la connaissance du public.

 

Nouveaux développements

 

Le diocèse de Tzaneen est en train de finaliser la Positio, qui est une somme de documents relatifs à tous les aspects de la Cause. Un nombre suffisant d'exemplaires seront publiés pour les membres de la Congrégation pour les Causes des Saints. Une copie, appelée la « Copia Publica », sera conservé dans les archives du diocèse. Ce travail est effectué par un prêtre, le Père Lucio de Stefano, MSC, qui réside à Rome. Il travaille sur la Positio sous la direction du sous le Fr Kijas, OFM Conv, de la Congrégation pour les Causes des Saints. Une fois cela fait les prochaines étapes seront les suivantes: 1. La Positio est présentée à la Congrégation pour les Causes des Saints. 2. Un groupe de théologiens examine les preuves et la documentation. Si elle passe en majorité, elle va aux prélats de la Congrégation. 3. Si les prélats de la Congrégation approuvent, le préfet de la Congrégation publie le « Decretum Martyrio Super » du Serviteur de Dieu, et autorise que la personne soit appelé Vénérable. 4. Le Préfet de la Congrégation présentera ensuite la cause du pape pour que le pape décide si le martyr vénéré soit béatifié ou non. 5. Enfin, le pape déclare la béatification pendant une messe spéciale en l'honneur du nouveau acclamé « Bienheureux Martyr ». Le processus dans la Congrégation peut être très lent, mais nous avons un avantage, car un miracle n'est pas requis pour la béatification d'un Martyr. Dès que son martyre est approuvé par la Congrégation, alors la porte est ouverte par le pape pour le déclarer un martyr et pour la béatification.

Suite à un décret du Pape François, reconnaissant le martyre du Serviteur de Dieu Benedict Daswa a été béatifié le 13 septembre 2015 en Afrique du sud.

 

Benedict-Daswa-Novena

 Prière pour la béatification du Serviteur de Dieu Benoît Daswa

 

O Sainte Trinité, je crois que Vous demeurez en moi par mon baptême. Je Vous aime, je Vous loue et je vous adore. Je Vous rends grâce pour Votre Serviteur, Benoît, que Vous avez choisi pour qu'il témoigne jusqu'à la mort pour sa Foi en Jésus-Christ, mon Sauveur et mon Seigneur.

Père Tout-Puissant, Vous avez rempli le cœur de Votre Serviteur, Benoît, de beaucoup d'amour et de zèle pour l'avènement de Votre Royaume. Vous lui avez donné le courage et la force de défendre sa foi sans crainte, ni peur de la mort. Amour de Dieu, gardez-moi libre de toutes œuvres des ténèbres. Protègez-moi contre les mauvais esprits et les puissances du mal. Faites de moi un véritable apôtre de la vie, dans ma famille et dans la société. Que Votre lumière, Seigneur, brille sur moi et par moi.

Seigneur Jésus, par l'intercession de votre serviteur, Benoît, je Vous demande de pouvoir suivre son exemple d'être toujours prêt à pardonner dans un esprit chrétien. Vous savez tout sur mes problèmes, mes soucis et mes craintes lorsque je regarde vers l'avenir. Je tire de la force et du courage dans la vie de Votre Serviteur, Benoît. Je viens à Vous maintenant, Seigneur, et par son intercession, je demande les faveurs très spéciales (...) si elles sont conformes à Votre Volonté. Aidez-moi à toujours suivre le bon exemple de Benoît. Par la prière quotidienne et l'assiduité à l'église, Aidez-moi à Vous aimer, Seigneur, au-dessus de toutes choses et pour aimer les autres comme Vous m'aimez. Amen.

 

Prière pour obtenir des grâces par l’intercession du Serviteur de Dieu

Tshimangadzo Samuel Benedict Daswa

 

O Très Sainte Trinité, tu as rempli le cœur de ton Serviteur Benedict d’un grand amour et de zèle pour construire ton Royaume. Tu lui as donné le courage et la force de défendre sa foi sans peur et de témoigner jusqu’à la mort.

Dieu très aimant, fais que comme Benedict je proclame toujours la vérité de l’Evangile par le témoignage de ma vie. Préserve-moi de toutes les œuvres des ténèbres. Protège-moi des esprits mauvais et de toutes les forces du Mal. Fais de moi un vrai Apôtre de la vie dans ma famille et dans la société.

Père, par son intercession et selon ta volonté, accorde-moi la grâce que je te demande (…). De la vie de ton Serviteur Benedict, je puise force et courage et j’espère qu’il sera proposé à la vénération des fidèles et comme modèle de sainteté. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

 

Avec l’approbation ecclésiastique, 

24 août 2013

+Joao Noé Rodrigues, Evêque de Tzaneen

(South Africa)

Veuillez s’il vous plaît envoyer toute information concernant les grâces et faveurs reçues par l’intercession du Serviteur de Dieu, Tshimangadzo Samuel Benedict Daswa à:

Diocese of Tzaneen,

Cause of Benedict Daswa,

P. O. Box 261,

Tzaneen  0850, RSA.

Mail: bendaswa@mweb.co.za

Renseignements :

 

benedictdaswa.org.za

www.daswabeatification.org.za

 

benedictdaswa

Article publié en 2012, dernière mise à jour de la page: le 31 août 2015

Posté par fmonvoisin à 11:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


30 août 2015

Bientôt la reprise d'Images Saintes...

Très chers amis,

qui êtes toujours plus nombreux à venir visiter le blog Images Saintes, 

après maintes épreuves et difficultés survenues ces derniers mois,

j'ai le plaisir de vous adresser ce message pour vous dire la prochaine reprise de publications de prières.

 

A teès bientôt donc, pour de nouveaux partages...

 

Le rédacteur du blog.

Posté par fmonvoisin à 22:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 mars 2015

Le Mois du Cœur de Saint Joseph

Le Mois du Cœur de Saint Joseph

Le Cœur de Saint Joseph ouvert à ceux qui l'implorent

apoteosi (2)

Trente-et-unième jour

Le libérateur fidèle des âmes du Purgatoire

 

« Je crois la communion des saints : Credo communionem sanctorum ». Cette profession de foi de notre sainte Mère l'Église catholique, sert de fondement à tout ce que je vais dire de la protection de saint Joseph sur les âmes du Purgatoire. Car dès qu’il est de foi que les saints qui sont dans le ciel peuvent prier pour nous, il est hors de doute également qu’ils peuvent aider de leurs prières les âmes qui souffrent et qui gémissent dans les feux purifiants du Purgatoire, je dis qu'ils peuvent prier et.non pas qu’ils peuvent mériter : distinction à faire. Je ne parlerai pas des grandes nécessités de ces saintes âmes, ni de l'immensité de leurs peines qui, à peu près égales à celles qu’endurent les damnés dans l’enfer, ne sont adoucies que par la certitude où sont ces âmes d’être dans l’amitié de Dieu et le posséder bientôt dans le ciel. Je dis bientôt, mais ce terme ne peut être usité que relativement a l’éternité, puisqu'il est constant que certaines de ces âmes resteront dans ces feux dévorants jusqu’au jour du dernier jugement, à moins que les prières et les bonnes œuvres des fidèles n’abrègent cette durée. Voyez donc comme il importe de prier pour les âmes du purgatoire et d’intéresser en leur faveur Marie la Mère des miséricordes et saint Joseph leur doux Protecteur. Jésus-Christ dont elles sont les épouses sera satisfait de notre zèle à cet égard, et il nous comblera, dès cette vie même, de ses grâces et de ses bénédictions.

Un ancien poète à dit que Dieu logeait les bienheureux dans les Champs-Élysées, comme dans le lieu de leur félicité, afin qu'ils se souvinssent des vivants et des morts, qui n'étaient pas encore auprès d’eux, et qui pourtant leur devaient un jour tenir compagnie. Et Lucas Tudensis avance que si les saints qui étaient morts avant la passion de Jésus Christ, et qui étaient dans le sein d’Abraham ont prié tant pour ceux qui leur survivaient, que pour les justes trépassés qui en avaient besoin, il est Plus évident que ceux de la loi de grâce qui règnent au ciel avec Jésus-Christ, prient non seulement avec plus d’efficacité, que ne le faisaient ceux qui étaient privés de sa me, mais encore avec un si grand avantage, qu’il tient pour certain, qu'ils délivrent par leurs prières et leurs intercessions les uns et les autres des misères qui les accablent. C'est ce qui me fait Conclure, avec le même Docteur, qu’il est très utile de prier les saints pour nous et pour les âmes des défunts. Un texte de l’Apôtre saint Pierre confirme bien cette vérité.

On y voit que ce saint promet aux fidèles, qu’il aura soin après sa mort qu’ils puissent se Souvenir des choses qu’il leur a dites. D‘après l’interprète Calmet, on peut donner ce sens : « J’aurai soin, même après ma mort, de me souvenir de vous, pour intercéder pour vous auprès de Dieu, et lui présenter vos besoins ; c’est du reste le Sens reçu par saint Jeàn Chrysostôme, saint Piere Damien, Salméron, Bellarmin, Suarez er Gagnée. « Ce qui nous apprend, dit notre Maître de Saci, après saint Chrysostôme, à avoir beaucoup de confiance dans les prières et la charité de ces grands hommes, que la mort même ne sépare pas de nous, et qui ont dans le ciel la même charité pour nous que lorsqu’ils vivaient sur la terre ». Ce doit être la une grande consolation pour les fidèles qui peuvent prier saint Joseph pour leurs amis et parents défunts.

Certes, si l’évêque Jonas a pu écrire que saint Pierre, aujourd’hui assis sur un trône de gloire dans le ciel, ne gouverne pas moins l'Église: militante que lorsqu'il en était le chef visible, je suis autorisé à dire que saint Joseph n’est pas moins puissant pour aider les âmes du Purgatoire, qu’il ne l'était pour protéger de son vivant ceux qui s’adressaient à lui à l’effet d’obtenir des grâces du Sauveur. L'Église elle-même convaincue de cette vérité si consolante, a voulu, dit un Ancien, prier les saints avant et après le memento des morts à la Messe, pour témoigner de l’agrément qu'ils ont d’être implorés pour eux et du soin avec lequel ils négocient leur soulagement ou leur délivrance. Jugez, d’après cela, du crédit de saint Joseph qui joint le pouvoir à la volonté en faveur de ces nobles âmes. Sans doute, l'intercession des autres saints est bien utile, bien efficace, bien salutaire pour ces pauvres âmes, hélas ! Trop oubliées, surtout quand on en prie un grand nombre, car, dit Tostat, Dieu est plutôt fléchi par plusieurs qui le supplient, il les écoute plus favorablement qu'il ne le ferait d’un seul ; mais ma conviction est qu’il en est de l’intercession de saint Joseph comme de celle de la très sainte Mère de Dieu, qu'à elle seule elle vaut toutes celles des autres saints qui prient en qualité de serviteurs et d’amis, tandis que saint Joseph prie en Père. Et que pourrait refuser Notre-Seigneur aux prières de celui à qui il doit sa vie humaine en quelque sorte et auquel il fut si soumis sur la terre ? surtout dans une cause qui lui est si agréable, puisqu’il s’agit de lui rendre ses épouses qui gémissent loin de lui dans les sombres cachots du Purgatoire.

Gerson, ce Saint et savant Chancelier de Paris, comme le nomme le Père Jean Grasset, de la Compagnie de Jésus, Gerson estime que le jour où le mariage de saint Joseph avec la bienheureuse Vierge eut lieu, les saints de l’ancien Testament qui étaient aux limbes, eurent connaissance des grâces spéciales de cette solennité ; qu’ils en furent joyeux, car leur rédemption approchait. Il est à croire, ajoute cet incomparable Docteur, cet Oracle, dit encore Grasset, que plusieurs des prisonniers du purgatoire en furent délivrés et élargis, en l’honneur et faveur de ce joyeux saint et glorieux mariage. Au surplus, conclut-il, nous pouvons religieusement penser que toutes les fois que nous, pécheurs, faisons mémoire honorable de ce mariage, nous en rapportons les biens et les aumônes de grâce et de pardon , de spirituelle joie et de dévotion. C’est encore le sentiment de ce Docteur, que chaque fois que nous faisons mémoire des , fêtes de la très sainte Vierge et de saint Joseph, nous pouvons soulager les âmes du purgatoire, en leur appliquant cette bonne œuvre per modum Suffragii.

Un bon moyen pour obtenir un grand soulagement ou une prompte délivrance lorsque nous serons nous—même dans les feux purifiants du purgatoire, c’est d’assister de tout notre pouvoir ces pauvres âmes qui à ce moment y sont détenues. Une fois qu’elles seront dans le ciel où il n'y a plus d’ingratitude, où la charité est dans sa perfection, elles prieront à leur tour pour nous.

D’autre part, il importe pour nous, que nous vivions de manière à ne pas passer par le purgatoire, ou à n’y demeurer que peu de temps. « Étrange oubli de notre foi ! s’écrie le.vénérable Curé de Saint Sulpice. Nous savons que les peines du purgatoire seront le châtiment de toute parole contre la vérité, contre la charité ou l'humilité, de tout acte de sensualité et de recherche de nous-même, de toutes les saillies de l'humeur, de toutes les complaisances de la vérité, de tous les moments perdus ou mal employés, et malgré cela nous nous les permettons ! Quelle folie de s’exposer pour si peu à de si grands châtiments, et de nous permettre si facilement ce qui doit avoir pour nous des suites terribles ».

Il en coûte sans doute pour mener une vie vraiment chrétienne et qui puisse nous exempter du purgatoire. Mais que dit la prudence ? que de deux maux, il faut toujours choisir le moindre. Saint Joseph, d'ailleurs, a fort à cœur que pour que nous l’honorions dignement, nous vivions saintement. Donc serrons-nous auprès de la sainte Croix de Jésus-Christ. « Tous, il me semble, écrit Gerson, aune personne tentée, tous désirent être avec Jésus-Christ; mais peu veulent suivre la vie de Jésus-Christ... Le grand nombre des hommes charnels souhaitent de longs jours, et les voluptés de la terre; leur regard oublie le ciel, ils ne songent pas combien vite ils seront enlevés... Restez auprès du Dieu crucifié, et ne vous séparez pas de son amour; montez sur l'arbre de la croix, vous verrez Jésus qui va devant, et vous prépare l’éternelle vie. C’est la voie, marchez y. La voie de la croix est notre voie ; voie des élus, voie du petit nombre ; voie amère, voie salutaire, voie courte, voie droite ; voie de la peine, voie de la perfection. C’est, dis-je, la voie de la croix, mais elle mène à la gloire... Hors de la croix point de salut ; sans la croix, on n’arrive point au trône, si nous cherchons une autre voie, nous nous trompons et nous courons à notre perte ; en voulant fuir la croix, nous tomberons au lac où brûlent la poix et le soufre ».

Ainsi tout notre bonheur et l’espoir d’échapper au purgatoire est dans notre amour pour Dieu et notre fidélité à la Croix du Sauveur. Saint Joseph lui-même a vécu en ce monde dans le renoncement, l’esprit de sacrifice et de travail ; pas d'autre voie pour nous.

 

Exemple

 

Un religieux de saint Augustin apparut après sa mort à l’un de ses frères et lui dit : « Réjouissez-vous et ne priez plus pour moi, car Dieu m’a délivré du purgatoire à cause de la dévotion spéciale que j’ai professée toute ma vie envers le grand saint Joseph. Je vous déclare que ce saint, en qualité de père putatif de Jésus-Christ, a un grand pouvoir sur lui ». (Saint Alphonse de Liguori).


Adresse à saint Joseph en faveur des âmes du Purgatoire

 

Très saint Joseph, lorsque votre âme bénie descendit aux limbes où se trouvaient réunis tous les justes de l’ancienne loi, oh ! de quelle allégresse ils durent tressaillir. Lorsque vous parûtes au milieu d’eux, ils commencèrent à entonner le cantique de leur délivrance et bénirent mille fois votre présence qui rafraîchissait l'ardeur de leurs tourments. Père bien-aimé, il existe encore un séjour de douleurs, où des milliers d’âmes dont plusieurs qui vécurent avec nous ici-bas sont retenues' captives, loin de Dieu qu’elles ont aimé et après lequel elles soupirent. Votre Cœur qui le sait, qui les contemple, ne pourra être insensible à leurs maux qui sont extrêmes. C’est pour ces âmes que nous vous crions miséricorde ! Pitié ! Secours ! et tout spécialement pour l’âme de N. Témoignez leur, ô fidèle et puissant Protecteur, tout l’intérêt paternel et tout l’amour dont est capable votre Cœur si généreux. Et, pour nous, aidez-nous à mener une vie si pure et si pénitente, que nous méritions après notre mort d'être exemptés du purgatoire, ou de n’y faire qu'un court séjour, qui sera toujours bien long par les peines immenses et diversifiées qu’un Dieu jaloux fait souffrir à ses épouses. Ainsi soit-il.

 

10393851_883569054997718_5038533233737539383_n

Pieux rendez-vous dans le cœur virginal de Saint Joseph

 

Il est, après le culte des sacrés Cœurs de Jésus et de Marie, une dévotion qui est la plus précieuse, la plus féconde en bénédictions, la plus salutaire pour les âmes, que le ciel agrée infiniment, que l'enfer déteste souverainement, que le monde devrait embrasser fervemment. c’est celle du Cœur très-pur de saint Joseph, né sans péché parce qu’il fut sanctifié dans le sein de sa mère, après sa conception, Comme l’enseigne le bienheureux Docteur Gerson. Quand même nous n’apprendrions pas de cet incomparable Serviteur de saint Joseph, que toutes les grandeurs de cet illustre Patriarche, renfermées dans ses deux qualités d’Epoux de Marie et de Père putatif de Jésus, nous invitent à l’honorer, que les bontés de son cœur nous convient à nous confier en lui ; que sa fidélité à nous secourir nous provoque a l’invoquer souvent, il suffit d’entendre la sainte Église, notre Mère, qui nous engage à nous adresser au Cœur de saint Joseph dans toutes nos nécessités.

Nous ne devons pas craindre d’être repoussés par ce grand Saint, car puisque, d’après la Bible de la Vierge Immaculée, ce saint époux fut semblable à Marie, son auguste épouse, on peut dire de lui comme de la bienheureuse Vierge, qu’il est tout amour et toute compassion pour les hommes faibles, misérables et pécheurs.

Mais le moyen le plus puissant pour nous concilier les tendresses et la protection de saint Joseph, c’est la dévotion et le culte de son très saint Cœur, Cœur si étroitement uni au Cœur immaculé de Marie et au Cœur adorable de Jésus, qu'on peut dire qu’ils sont inséparables, et que les trois ne font qu’un. Le Seigneur, dans sa miséricorde inépuisable, nous réservait en ces jours où l’horizon s'assombrit, où le ciel semble gros de tempêtes, où le monde penche vers sa ruine, cette dévotion si belle et si consolante, comme une planche de salut dans le naufrage ; afin que par elle nous puissions éviter les périls imminents qui nous menacent, et sauver notre pauvre âme pour l'éternité.

Si nous aimons véritablement Saint Joseph pour l’amour de Notre Seigneur Jésus-Christ, la considération des perfections de son très saint Cœur sera peut-être le plus puissant motif pour. nous porter à l’honorer avec une sincère dévotion, et à placer en lui notre confiance. Ecoutons à ce sujet un docte et pieux chanoine.

« Après le Cœur adorable de Jésus et le Cœur immaculé de Marie, dit l'éminent écrivain, il n’est pas de Cœur plus digne de notre vénération et de notre amour que le Cœur très-pur de saint Joseph, orné de tous les dons les plus sublimes de la nature et de la grâce, créé exprès par l'adorable Trinité pour être uni par les liens aussi étroits qu’indissolubles au très saint Cœur de Marie, dont il a été aimé d’un amour particulier, et qui, après celui de Marie, a été mis en communication plus directe qu’aucun autre avec le Cœur sacré de Jésus, puisqu’en le portant si souvent dans ses bras, il a eu l'insigne privilège de presser son Cœur de fils contre son propre Cœur de père. Et d'ailleurs, quelle union ! quelles communications ! quelles correspondances ! quel échange d’indicibles sentiments entre ce Cœur et ceux de Jésus et de Marie, pendant les trente années qu'ils vécurent ensemble, Joseph étant époux et père, Marie mère et épouse, Jésus l’auguste fils de l’un et de l’autre ».

D’après ces données, ne craignons plus d’être bien dévots au très Saint Cœur du Bienheureux Joseph. Saluons-le et vénérons-le comme un Cœur cher à l’adorable Trinité, à Jésus et à Marie, aux Anges et aux Saints, et à nous, misérables pécheurs, considérons-le comme le digne sujet de nos pensées, de nos affections et de nos désirs, comme la belle et florissante école où nous voulons désormais étudier la science du saint amour. Comme le repos de l’adorable Trinité, la joie du Père, les plaisirs du Fils et les délices du Saint-Esprit ; Comme un sanctuaire de toute pureté, fermé aux créatures et ouvert à Dieu seul ; Comme un vase d’élection dont aucune souillure n’a terni le brillant éclat ; Comme une source vive de piété et de lumière qu’il recevait dans la contemplation, et qu’il communique aux âmes intérieures ; Comme une fidèle image du Véritable soleil de justice, Jésus-Christ ; comme le miroir mystique des contemplatifs et de toutes les âmes qui tendent à l’union divine ; comme la couronne des dons du ciel et un firmament parsemé des étoiles des vertus ; comme un rayon très pur de la divinité, qui fait découvrir à ceux qui le considèrent bien un monde de merveilles ; comme l’abrégé dès infinies perfections de Dieu, où nous pouvons les étudier toutes ; comme une verdoyante prairie, que le Saint Esprit lui-même a émaillée de fleurs ; comme l’ornement des Patriarches et des Prophètes, dont la gloire resplendit sur eux tous ; comme la retraite de toutes les Vertus, qui y exhalaient une odeur suave à la divinité ; comme, le véritable paradis de Dieu, toujours fermé aux démons ; comme le livre dans lequel le Fils de. Dieu lisait les volontés de son Père ; comme un foyer d’amour et de miséricorde pour tous les malheureux ; comme la clef d’or qui a le pouvoir de nous ouvrir tous les trésors célestes ; comme la solitude bénie où nous pouvons consacrer nos jours au service de Jésus-Christ ; comme un petit nid où nous devons vivre jet mourir en repos ; comme la porte de la bienheureuse félicité, par laquelle nous aurons accès auprès de Dieu ; enfin, considérons-le ainsi sous une infinité de symboles et de figures qui nous aideront à former une idée, bien imparfaite sans doute, mais digne, autant qu'il est possible à de faibles mortels, du plus grand Saint qui fut jamais après la bienheureuse Vierge, et qui nous provoquera nécessairement par une douce violence à honorer et faire honorer de toutes nos forces ce Cœur béni, conjointement avec les Cœurs de Jésus et de Marie.

Recommandons à tous la dévotion au Cœur très-pur de saint Joseph, surtout aux âmes affligées, et à celles qui éprouvent des difficultés pour la méditation et la prière. Le Cœur de saint Joseph, pour me servir d’une pensée de saint Bonaventure, était un lieu d’oraison et tout pénétré des eaux célestes de la grâce. Également aussi à tous ceux qui sont dépourvus des biens temporels et qui gémissent sous le poids des misères de la vie. Ceux-là, s’ils prient le Cœur de saint Joseph avec confiance, obtiendront toujours quelques secours même temporels de la divine et douce Providence, dont le Seigneur l’a constitué comme l’économe et le dispensateur, selon que s‘exprime saint Bonaventure.

Également, enfin, aux pauvres pécheurs, je dis pauvres, car par le péché mortel ils ont perdu la sainte grâce de Dieu, le plus précieux de tous les trésors. Oui, que ces malheureux viennent frapper. par la prière au Cœur très-miséricordieux dé saint Joseph, qui les aidera à retrouver cette grâce divine, d’un prix infini ! Car, dit encore mon très saint maître Bonaventure, par saint Joseph comme par la bienheureuse Vierge Marie, on retrouve Jésus-Christ et sa grâce, Per Joseph et Mariam invenitur Christus.

Quant à la pratique de la dévotion et du culte du Cœur de saint Joseph, un cœur chrétien, pieux et éclairé, saura toujours bien ce qu’il convient de faire. La dévotion et le culte du cœur Immaculé de la bienheureuse Vierge, proportion gardée, lui servira de direction et la doctrine de l'Église sur: le culte des saints, de règle. Mais, soit que le serviteur de saint Joseph honore le Cœur de ce grand Saint, soit qu’il s’emploie à le faire honorer par les autres, il faut qu'il s'attende à souffrir des persécutions, parce que, avons-nous dit, l'enfer abhorre souverainement la dévotion au Cœur de saint Joseph. Mais la promesse consolante que Notre-Seigneur a faite à une sainte âme, qu'il comblerait de grâces très particulières, toutes les personnes qui seraient affectionnées au Cœur très-pur de saint Joseph, doit bien encourager à cette douce et consolante dévotion.

 

Exemples

 

Je termine par deux traits à l'appui de ce qui vient d‘être dit : Le père Élie des Trois-Cœurs, atteint d'une maladie très grave à la gorge, se voyant abandonné des médecins les plus habiles, et au moment de mourir, eut la bonne inspiration de recourir au Cœur très pur de saint Joseph ; à peine sa prière était-elle terminée, qu’il se trouva immédiatement et parfaitement guéri. Plein de reconnaissance pour son glorieux Protecteur, le père Élie, avec l’autorisation de ses supérieurs, fit vœu de voyager pendant cinq ans pour propager la dévotion à saint Joseph. Mais le démon le tourmenta d’une singulière manière. En 1843 il vint à Marseille. Il quêtait alors pour faire bâtir à Rome une chapelle au chaste Époux de Marie. La nuit de Noël, comme on allait le réveiller ; pour le conduire à l’église, on trouva sa chambre fermée à clé. Après avoir longtemps frappé à la porte, qu’il n'ouvrait pas, on se mit à l’enfoncer, et on trouva le père Élie étendu par terre, sans parole et sans vie. On le transporta à l’hôpital où il demeura,plusieurs heures sans pouvoir parler. A force d'instance on put enfin obtenir quelques paroles ou plutôt quelques mots entrecoupés et à voix basse. On ne comprit autre chose, sinon que le démon, furieux de voir qu’il répandait partout la dévotion à saint Joseph, l’avait roué de coups. Son corps brisé et incapable de se mouvoir, était en proie à d’atroces douleurs. Cependant, à la longue, son mal disparut et il put recouvrer ses forces. Il ne s’en servit que pour propager avec plus d'ardeur la dévotion au Cœur de saint Joseph.

Un écrivain dévoué à la cause du bienheureux saint Joseph, s’était proposé de recommander fortement la dévotion au Cœur très-pur de ce glorieux Patriarche. Durant qu'il travaillait, son espoir en la bonté de ce très-saint Cœur semblait augmenter; mais il se vit bientôt éprouvé d’une manière bien extraordinaire. On eût dit que tous les démons conspiraient contre lui, et bouleversaient tous les éléments pour le faire souffrir et le faire se désister de son entreprise. Toutefois, comme il était rempli d’une sainte confiance dans le Cœur du bienheureux Joseph, il persévéra ; et pour s’animer, il se disait à lui-même : « Que m’adviendra-t-il après tous ces maux ? Sans aucun doute les bénédictions du Cœur de saint Joseph. Pourvu que la dévotion et le culte de ce très saint Cœur fleurissent dans l’Église pour le bien des âmes, que m’importe le reste ; j’abandonne tout entre les mains de saint Joseph, je fais ses affaires, il fera les miennes, mais de lâcher prise au démon jamais ! »

Encore une fois, soyons pleins de générosité et de courage pour répandre en tous lieux la dévotion au Cœur très doux de saint Joseph ; en retour il bénira nos chers défunts, nos parents, nos amis et nos enfants ; il bénira notre Patrie, hélas ! encore si malade !.. Jésus l’a dit : « Je comblerai de mes faveurs les âmes spécialement dévotes à saint Joseph, et qui s’efforceront de propager le culte de son Cœur, sur lequel reposais avec délices ».

 

Vivent à jamais les Saints Cœurs de Jésus, Marie et Joseph !

 

Fin du Mois du Cœur de Saint Joseph

 

Prochain mois de dévotion : le Mois de Marie de Maria d'Agreda, rendez-vous le 29 avril

 

corpo-glorioso-sao-jse-jacarei2

Téléchargez l'intégralité des méditations du Mois de Saint Joseph (pdf), en cliquant ici

29 mars 2015

Le Mois du Cœur de Saint Joseph

Le Mois du Cœur de Saint Joseph

Le Cœur de Saint Joseph ouvert à ceux qui l'implorent

146_001 (2)

Trentième jour

Saint Joseph, protecteur des agonisants

 

Comme tous les hommes doivent mourir, tous ont un très grand intérêt à se préparer à la mort par les moyens que la divine Sagesse recommande dans l’Évangile, la vigilance et la prière ; et aussi à se ménager des protecteurs pour cet instant suprême et définitif, d’où dépend une éternité heureuse ou malheureuse. Ô mon Seigneur et mon Dieu, combien, hélas ! Sont surpris pour ne s’être pas précautionnés à l’avance. Certes ce n’est pas la faute de Notre Seigneur qui, non content de donner à tous tant d’avertissements salutaires, et de répéter dans l'Évangile cette grave sentence, met à la disposition de tous, les moyens de terminer saintement sa vie en mourant dans son saint amour.

Après l’assistance de Marie très sainte, que les Saints nomment la Patronne des mourants, que le très«docte Juste Lipse qualifie du beau titre de Patronne dans les périls, dans les chagrins et toutes les douleurs qui nous assiègent jusqu’à la fin de la vie, nulle protection ne nous sera plus salutaire que celle de Joseph, le Patron et l'Avocat fidèle des mourants, le Soutien et l’Appui des agonisants, le Vainqueur des démons qui attaquent alors l’âme prête à paraître devant le Juge souverain.

Certainement, saint Joseph dont le pouvoir est sans bornes auprès du Tout Puissant, son Fils adoptif, sera toujours exaucé par lui, lorsqu’il le priera pour les pauvres agonisants dont les âmes lui ont coûté tant de travaux, de fatigues, de peines. D'autre part, ce bon Saint ne pourra jamais refuser ses, secours aux moribonds qui l’invoqueront avec foi, confiance et fidélité. S’il a sauvé le Chef des persécutions du cruel Hérode, pourquoi ne s’efforcerait-il pas de soustraire les chrétiens, membres de ce divin Chef, aux attaques du démon figuré par Hérode ? C'est alors surtout, qu'ils sont en un danger si grand, si évident de périr pour jamais, et par la même de perdre les fruits précieux de la Rédemption opérée par le Christ, à laquelle saint Joseph lui-même a pris une si bonne part, qu‘il importe de prier pour eux ce Saint ! Douteriez-vous de ces choses ?

Écoutez les Docteurs : Le Christ entre en Egypte, dit Novarin, mais conduit par Joseph : sachons que si le salut nous est accordé, nous le devrons en grande partie à saint Joseph. Les Égyptiens figuraient les gentils, et Joseph leur a mené Jésus, qui est le salut de tous. Ah ! Il mérite bien d'être comparé au patriarche qui, dans la langue des Égyptiens, est appelé Sauveur du monde. Un autre interprète, Escobar, sur ces paroles de l’Évangile : « N'est-ce pas le fils de ce charpentier ?, dit : « Si le fils est charpentier, il a dû faire la porte du ciel, afin que les hommes pussent y entrer ; Joseph l’ouvrira à tous ses dévots dont il aura été en un sens ainsi le père nourricier sur la terre ». Mais voici le pieux Bernardin de Bustis qui vient couronner ces données si consolantes. Il écrit : « Le Christ possède excellemment les clés du Paradis, comme il était prédit, comme il l’a fait entendre après sa glorieuse résurrection. La clé, ici, c'est la puissance ; or, l‘une de ces clés fut donnée à la Vierge Mère de Dieu, et l’autre à Joseph, son Père nourricier, afin qu’ils puissent introduire tous leurs fidèles serviteurs dans le lieu de rafraîchissement, de lumière et de paix ». Ces belles paroles sont littéralement reproduites.

Saint Joseph est donc le Protecteur certain des agonisants, parce qu’il est le meilleur des amis, qu’il sait ce que valent les âmes par ce qu’elles ont coûté à Jésus ; qu’il a reçu lui-même, dans les derniers instants de sa sainte vie, les secours les plus désirables, ainsi que les plus ineffables consolations de Jésus et de Marie ; qu’il peut obtenir ce qu’il veut à ses clients.

Saint François de Sales vint un jour à Annecy pour consacrer l'église de la Visitation. La supérieure du monastère témoigna le désir qu’une des six chapelles fût dédiée à saint Joseph. Alors une religieuse, favorisée de lumières surnaturelles, la supplia de la consacrer à saint Joseph mourant. « Dieu m'a fait connaître, dit-elle, que par la dévotion à saint Joseph expirant, il voulait, dans sa miséricorde infinie, accorder d’abondantes grâces aux agonisants ».

L’Église l’appelle le Triomphateur de l‘enfer. Il est la terreur des démons, se pourrait-il qu’il manquât alors à sa mission. Oh ! non, n’ayons aucune crainte, au contraire,‘ranimons notre confiance, son assistance nous est assurée pour notre heure dernière, il combattra avec nous et pour nous, et il nous assurera la victoire. Écoutons encore l’Église qui, dans un Hymme consacré à ce Saint, chante : « Quiconque désire terminer dans la joie le cours de sa vie, qu’il prie saint Joseph de. le couvrir de sa protection ». ô grand Saint ! dans l'incertitude où je suis de ne pouvoir vous prier à l’instant de ma mort, je vous abandonne dès à présent le soin de mon âme, conservez-la alors dans l’amitié de Notre Seigneur, défendez-la alors contre les attaques des démons, alors recevez-la dans vos bras paternels ; et comme vous avez sauvé mon Sauveur de la mort temporelle, en le portant dans vos bras en Egypte ; de même sauvez mon âme, en la guidant et la portant vous-même dans le ciel, afin que la, exempte de toute crainte de perdre Dieu, assurée de le posséder à jamais, heureuse du bonheur de Dieu même, elle vous témoigne sa reconnaissance dans l'assemblée des anges et des saints glorifiés.

Nous oublions trop, nous autres, de prier pour les pauvres agonisants, dont le nombre d'environ cent mille expirent chaque jour, quelques-uns sans doute pour la vie éternelle, mais combien, hélas ! pour l’enfer. Ah ! Cette pensée seule fait frissonner le cœur et glace d'épouvante l'âme qui a la loi. C‘est.pourtant la faire l’œuvre la plus belle, la plus grande et la plus chère à Notre Seigneur.

Par nos prières ou par nos soins, secondés de la grâce divine, nous avons converti un pécheur, c'est si grand, si noble, si divin, qu’un Apôtre ne fait pas difficulté d'avancer que, par cette œuvre seule, nous avons couvert la multitude de nos crimes. Mais ce pécheur revenu à Dieu, nous ne savons s’il persévérera, quoique Dieu nous tiendra toujours compte de notre acte miséricordieux, tandis que si, par nos prières ferventes et assidues, unies aux mérites de Jésus-Christ, a l'intercession de Marie, de saint Joseph, des bons Anges et des Saints, comme aussi par nos avis salutaires aux mourants, nous avons été assez heureux pour en faire expirer dans la grâce de Dieu, leur sort est dès lors fixé, et leur salut éternel assuré pour jamais. Quel bonheur pour ces âmes, quelle gloire pour Jésus-Christ, quel puissant motif pour nous d'espérer en sa bonté, à notre heure dernière.

Si j’insiste tant sur ce point, c’est surtout parce qu'il est des moribonds qui se trouvent absolument privés de tout. secours spirituel. Un bon livre dressé a cette fin d'aider les malades à bien mourir, est un trésor sans prix : « Le Prêtre auprès des Malades », par le père Stub, Barnabite, atteint ce but. Ils ont bien des parents et des amis, mais où sont ils ? les parents et les amis de ce monde fuient les moribonds. S’ils sont là présents, qu'y font-ils ? ils compatissent, il est vrai, au pauvre mourant qui souffre et se débat peut-être dans les étreintes de l’ange de la mort ; ils pleurent même cette personne qui leur était bien chère, mais s’occupent-ils un peu de son âme, de son éternel avenir ? lui inspirent-ils au moins une pensée de foi, de confiance en Dieu, un acte d’amour pour ce Dieu qui va être l’arbitre suprême de son sort, hélas ! non, non ! Oh ! que cette indifférence pour les pauvres mourants, est digne de larmes, digne d’un deuil universel, digne, enfin, de tous les gémissements de toute la Nature. « O pitié ! s’écriait le Saint Chancelier Gerson, vous pleurez un corps que l’on porte en terre, et vous ne pleurez pas une âme que personne n’accompagne, que ses œuvres, qui s’en va seule ou avec l'Ange gardien, ou avec le démon dans la maison de son Eternité ! et d’où elle ne reviendra plus qu’au jour des grandes assises.

Nous qui vivons encore, prévenons notre heure dernière par une vie chrétienne et sainte, et si nous avons été pécheurs criminels, par une pénitence continuelle, par les gémissements et les larmes. Gravons bien avant dans notre cœur cet avis, fruit d’une grande expérience des hommes et des choses, si pleins d'une haute philosophie, d’une. éminente sagesse, d’une piété solide et éclairée, que nous donne le même Jean Gerson, dans l’Imitation de Jésus-Christ.

Ne vous fiez point sur vos proches et Vos amis, et ne différez point à faire votre salut ; parce que les hommes vous auront bien plus tôt oublié que vous ne pensez. Il vaut bien mieux pourvoir de bonne heure à la sûreté de votre salut, et faire passer au ciel devant Vous vos bonnes œuvres, que de vous en reposer sur le soin des autres. Un temps viendra que vous souhaiterez, je ne dis pas un jour mais une seule heure pour vous corriger, et je ne sais si vous-l’obtiendrez. Âme chrétienne, considérez de quel péril et de quelle frayeur vous pouvez vous tirer, si vous vivez toujours dans la crainte et l’appréhension de la mort... La,mort emporte tous les hommes, et leur vie s’enfuit comme l’ombre. Qui se souviendra de vous après votre mort, et qui priera pour vous ? Faites, faites maintenant, mon cher frère. tout ce que Vous pouvez faire, puisque vous ne savez pas quand vous montrez, ni ce qui vous doit arriver après votre mort. Amassez des richesses immortelles, pendant que vous en avez le temps. Ne vous appliquez qu’à votre salut, et ne pensez qu’aux choses de Dieu. Faites-vous maintenant des amis, honorant les saints, et imitant leur actions, afin qu’après votre mort ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels. Vivez sur la terre comme un voyageur et un étranger, à qui toutes les affaires du monde sont indifférentes. Conservez votre cœur toujours libre et élevé en Dieu, parce que vous n’avez pas ici de demeure stable, offrez-lui sans cesse vos prières, vos gémissements et vos larmes, afin que votre esprit après cette vie passe heureusement au repos du ciel. Ainsi soit-il.

Ce bienheureux Docteur suivait les conseils qu’il nous donne : il vécut toujours en pèlerin qui marche vers la patrie céleste, avec cette admirable devise,qu’il répétait sans cesse : « le cœur en haut ». Longtemps avant sa sainte mort, il avait fait son testament, qu’il appelait testament du pèlerin, qui contient la substance du chapitre de l’Imitation précédemment cité. Dans une lettre aux Chartreux, pour leur demander à l’avance leurs suffrages, il leur rappelle le texte cité tout à l’heure dans l’Imitation.

Une telle préparation de toute la vie, soutenue paru ne conduite pure et sainte, disposa ce grand homme et illustre serviteur de Dieu à la plus sainte mort. Si souvent il avait prié saint Joseph de l’aider en ce redoutable passage du temps à l’éternité, il avait si bien imité cet insigne Patriarche et Protecteur dés mourants, qu’il proposait ordinairement au culte des fidèles sous cette. dernière dénomination, qu’il eut le bonheur ineffable de mourir comme saint Joseph dans un acte pur d’amour de Dieu et par l'effet de cet amour même. Ne doutez pas que saint Joseph et les saints Anges n’aient accompagné cette belle âme au paradis. C‘est le sentiment du savant et Saint cardinal Bona et de saint François de Sales, qui professaient pour Gerson une estime, je dirai un culte particulier, comme on le voit par ce qu’ils en ont écrit.

 

Exemples

 

Le bienheureux Alexis de Salo, prédicateur Capucin, d’une science et d'une piété angéliques, admirateur et surtout imitateur de Gerson, couronna une vie pleine de mérites par une mort pleine de douceur. Un peu avant d’expirer, il pria l’un de ses frères qui l'assistaient d’allumer plusieurs bougies, ceux-ci étonnés de cette demande, voulurent en savoir la raison. « C'est, répondit le bienheureux, que Notre Dame avec son époux saint Joseph devant venir me visiter dans quelques moments, il est de toute convenance qu'ils soient accueillis l’un et l'autre avec tout le respect possible ». Un instant après, on put reconnaître que déjà cette glorieuse visite avait lieu, car le moribond s‘écria plein de joie : « Voilà la Reine du ciel, voilà saint Joseph ! mettez-vous à genoux, mes Pères, pour les recevoir dignement ». Mais ce fut lui qui recueillit les premiers fruits de la présence de Marie et de Joseph, car à l’instant il rendit son âme entre leurs mains. C’était le dix-neuf mars, consacré à saint Joseph.

« J’ai beaucoup redouté la mort, disait sur son lit de douleur Mgr Douarre, évêque d’Amata; aujourd’hui je ne la crains plus. Il y a dix mois que je la considère dans ma méditation, et vingt-cinq ans que je récite journellement une prière à saint Joseph pour qu’il m'obtienne la grâce de bien mourir ».

 

Prière au Cœur de saint Joseph pour les agonisants

 

O très aimable saint Joseph, qui avez eu le bonheur ineffable de mourir dans l’exercice du plus parfait amour de Dieu, et d’avoir présents à votre mort Jésus et Marie, environnés de troupes angéliques, ayez compassion de ceux de nos frères et de celles de nos sœurs qui soutiennent, en ce moment, la lutte de la dernière agonie. Ouvrez leur votre Cœur miséricordieux, jetez sur leurs âmes un regard de bonté, recommandez-les au Sauveur. Faites les triompher de tous les ennemis spirituels dans le moment suprême et décisif, et aidez-les à mourir dans l’amitié de Jésus et de Marie. Cette grâce, ô tendre Père et fidèle Protecteur, je vous la demande pour moi quand je serai arrivé à ce même instant solennel. Alors, au souvenir du peu que je fais pour propager votre gloire et votre culte, venez m’assister et me défendre au tribunal de Jésus-Christ. Ainsi soit-il.

 

671_001

Pour recevoir chacune des méditations du Mois de Saint Joseph par mail,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes

28 mars 2015

Le Carême avec la Vénérable Benoîte Rencurel

454_001

Le Carême avec la Vénérable Benoîte Rencurel

 

Mgr René Combal, actuel chapelain et ancien recteur du sanctuaire Notre-Dame du Laus, nous propose de vivre le Carême en compagnie de la Vénérable Benoîte Rencurel. A l'occasion de l'année jubilaire du 350e anniversaire des premières apparitions, afin de vivre le Carême, retrouvez, chaque jour de la sainte quarantaine, une méditation pour vous plonger dans la Grâce du Laus.

 

Semaine Sainte

 

Dimanche des Rameaux et de la Passion

Dimanche 29 mars

La Passion de Benoîte

 

C’est aujourd’hui le dimanche des Rameaux et de la Passion de Jésus, que nous lisons en entier pendant la messe. La Passion et la mort de Jésus nous renvoie à nos propres souffrances et aux souffrances de l’humanité. Elle nous renvoie à tous ceux qui, comme saint Paul, revivent à leur manière la Passion du Christ. « J’achève dans ma chair ce qui manque à la Passion du Christ » écrit saint Paul.

La Passion du Christ nous renvoie aussi à la Passion de Benoîte si bien décrite par les Manuscrits du Laus. « Je lui demande, écrit Gaillard, ce qu’elle aimait mieux souffrir, si elle avait eu le choix, les tourments des démons ou les stigmates. Elle me répond, les larmes aux yeux avec un grand soupir : les stigmates, parce qu’après cette épreuve elle avait son temps libre ; alors que la persécution des démons est continuelle et ne lui donne presque pas un jour de repos ; ne sachant jamais quand cela va se produire, elle vit dans l’angoisse à cause de l’incertitude du temps et du mal qu’ils lui feront. Mais puisque Dieu le veut ainsi, elle se consacre entièrement à sa volonté et à celle de Marie, sa très chère Mère. Que Dieu fasse d’elle tout ce qui sera dans son bon plaisir, qu’elle ne veut que ce qui lui plaît et qu’elle le prie de lui faire grâce de ne pas l’offenser : ce qu’elle appréhende le plus ; que c’est une des plus grandes faveurs qu’il puisse lui faire. De plus, elle est bien aise de souffrir après que Dieu lui ai fait miséricorde. Outre qu’elle en est accablée de douleur, et ne peut s’en consoler, elle souffre encore extrêmement du corps. Le sieur Peythieu a vu le cœur lui manquer plus de cent fois, quand Dieu est offensé par des vœux extraordinaires, surtout par des ecclésiastiques et d’autres personnes consacrées à Dieu, hommes et femmes. D’autres fois se voyant presque mourir elle disait : « Mon Dieu, le cœur me manque, ne m’abandonnez pas entièrement, je me jette dans les bras de votre Providence divine dont je relève entièrement ». »

Dans son traité sur la mortification et la souffrance de Benoîte, Gaillard écrit : « Elle a commencé ses souffrances dès son enfance, elles n’ont cessé d’augmenter toujours et ne finiront qu’avec sa vie ». Elle est toute à tous et toute à chacun en particulier. Elle souffre avec tous ceux qui souffrent sans qu’on puisse exprimer la douleur qu’elle a dans l’âme et qu’elle n’ose dire à personne.

 

Lundi 30 mars

Lundi Saint

 

Des parfums de Béthanie aux parfums du Laus

 

Dans l’évangile de ce Lundi Saint, Jésus vint à Béthanie. Marie prit un parfum très pur et le versa sur les pieds de Jésus. La maison fut remplie par l’odeur du parfum.

À Pindreau, la Vierge Marie avait dit à Benoîte : « Allez au Laus, vous y trouverez une petite chapelle d’où sortiront de bonnes odeurs ». En arrivant à la chapelle de Bon Rencontre, Benoîte est enivrée par ces parfums qui l’imprègnent chaque fois que la Vierge lui apparaît. Elle a dit que l’odeur des anges est plus grande pour les uns que pour les autres. Pour l’odeur de Marie elle surpasse toute les odeurs de ces créatures… » L’odeur du Christ qui lui inspire d’aller à la Croix d’Avançon est « une odeur très odoriférante qui surpasse de beaucoup celle de Marie ». Il y a en encore davantage : « Le corps de Benoîte lui-même et tous ses vêtements exhalent tous ces parfums qui sont si délicieux qu’ils embaument tous ceux qui l’approchent. » C’est à partir de Pâques 1666 que nous avons des témoignages de personnes qui ressentent ces parfums.

Voici celui de François Grimaud : « L’illustre et révérend Monseigneur Pierre Marion, évêque et comte de Gap, est allé célébrer la messe au Laus, avec tous ceux de sa maison, qui s’y confessèrent et communièrent tous. Étant informé de sa visite, il m’arriva quelque chose que je me cru obligé de faire savoir : alors que j’inscrivais des messes votives devant la chapelle, j’ai senti une odeur si suave pendant sept à huit minutes, que de ma vie je n’ai rien senti de pareil. Cela me causa une satisfaction si grande que je fus hors de moi-même ».

« Le 31 janvier 1688 la Mère de Dieu parle à Benoîte dans sa sainte chapelle et la remplit d’une odeur inconcevable. » « Le 24 mars1690, l’église fut tellement embaumée de cette odeur céleste que chacun en était charmé. » « On a observé en ce mois de mars qu’il ne s’est passé aucune semaine sans que l’église ait été embaumée par cette odeur céleste, jusqu’au mois de mai ».

Après la mort de Benoîte jusqu’à nos jours, nombreux sont les témoignages de cette expérience des parfums. Pour s’en convaincre il suffit de parcourir le livre de René Humetz, Enquête sur les parfums de Notre-Dame du Laus, édité en avril 2008 aux éditions du Sarment. On le trouve à la librairie du Laus.

 

Mardi 31 mars

Mardi Saint

 

De la trahison de Judas et du reniement de Pierre... à la Croix d’Avançon

 

La trahison de Judas et le reniement de Pierre dans l’Évangile de ce jour nous conduisent au mystère de la Passion de Jésus qui trouvera son sommet sur la Croix du Calvaire. Voilà pourquoi cet Évangile de saint Jean nous prépare à vivre et à célébrer la Croix du Vendredi Saint… Nous nous rendons avec lui et Benoîte à la Croix d’Avançon en 1669 où elle eut les deux premières visions du Christ crucifié.

« Benoîte est comme attirée depuis sa chambre par une odeur suave qui la conduit au pied de la Croix d’Avançon. Elle y voit pour la première fois le Christ crucifié qui lui donne le sens et le pourquoi de cette apparition : Il ne souffre plus ainsi à présent, mais c’est pour lui faire voir ce qu’il a souffert pour les pécheurs et l’amour qu’il a eu pour eux. » Depuis ce jour là, Benoîte, attirée par cette croix s’y rend régulièrement, pieds nus, été comme hiver, trois fois par semaine, les mercredis, vendredis, et samedis, jours où elle jeûne. Elle y passe des heures entières en prière.

La deuxième apparition de 1669 va impressionner Benoîte si fortement qu’elle serait morte de douleur si elle avait duré plus longtemps. C’est une préparation à la troisième vision de 1673 et à la crucifixion mystique qui en découlera. Voici les textes de Gaillard dans les manuscrits : « Jésus lui apparut deux fois tout sanglant à la Croix en lui disant : ce que vous me voyez souffrir n’est pas ce que je souffre à présent, mais c’est pour vous faire voir ce que j’ai souffert pour les pécheurs et l’amour que j’ai eu pour eux. La croix était toute sanglante, les anges étaient à genou au pied de la croix, lui disant beaucoup de choses des souffrances de Jésus. Si cette vision avait duré plus longtemps cette bonne fille serait morte de douleur.Quand Dieu voulait lui apparaître à la croix, il lui inspirait dans sa chambre d’y aller, en sentant une odeur très odoriférante qui surpassait de beaucoup celle de Marie : ce qu’il fit plusieurs fois. »

Demandons la grâce aujourd’hui, par l’intercession de Notre Dame du Laus et de Benoîte de mieux voir nous aussi ce que Jésus a souffert pour les pécheurs et l’amour qu’il a eu pour eux. Ce qu’il a souffert pour nous, son amour pour nous.

 

Mercredi 1er avril

Mercredi Saint

 

« Le Seigneur m’a ouvert l’oreille »

 

Dans la lecture de ce Mercredi Saint, tirée du livre d’Isaïe il est écrit : « Le Seigneur m’a ouvert l’oreille ». Lorsque nous écoutons les paroles de Jésus en Croix dans l’Évangile ainsi que  les paroles qu’il a fait entendre à Benoîte au cours de ses cinq apparitions à la Croix d’Avançon, le Seigneur nous ouvre l’oreille.

À la première apparition il lui dit : « Ce que vous me voyez souffrir n’est pas ce que je souffre à présent, mais c’est pour vous faire voir ce que j’ai souffert pour les pécheurs et l’amour que j’ai eu pour eux ». En 1673 il lui dit : « Je me fais voir dans cet état afin que vous participiez aux douleurs de ma Passion ». En 1674, c’est l’ange qui lui dit devant Jésus tout sanglant : « Voilà ce qu’a souffert votre Père et le mien ! Ne voulez vous pas souffrir pour l’amour de Lui ! »

En novembre 1679, il n’y a pas de paroles mais il est dit : « Jésus lui apparut, encore une fois, tout sanglant et perça son cœur de tant de compassion que durant six mois, elle fut inconsolable. »

Laissons l’Esprit Saint nous ouvrir les oreilles et nous toucher le cœur devant une telle expérience.

 

Jeudi 2 avril

Jeudi Saint

 

L’institution de l’Eucharistie et l’estime que Benoîte lui portait

 

En ce Jeudi Saint, jour de l’institution de l’Eucharistie, saint Paul dans sa lettre aux Corinthiens nous transmet ce qu’il a reçu de la tradition qui vient du Seigneur : « La nuit même où il était livré, le Seigneur prit du pain, puis ayant rendu grâce il dit : « Ceci est mon corps qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » Après cela il fit de même avec la coupe… »

Benoîte avait un sens très profond de l’Eucharistie qui provenait probablement de sa familiarité avec Marie que le Pape Jean-Paul II appelle « la femme eucharistique ». En voici la preuve avec une conversation qu’elle eut avec un ermite.

Ce texte est d’autant plus précieux qu’il nous livre des paroles de Benoîte qui sont assez rares dans les manuscrits : « Un solitaire demande à Benoîte s’il ne fallait pas mieux prier Dieu dans sa chambre que d’aller à la messe. « Non, dit-elle car le sacrifice de la messe est d’un mérite infini ; il n’est qu’un et il est commun au prêtre et à ceux qui l’entendent et qui doivent y unir leur cœur, leur intention, leur volonté à la sienne, tout au long de la messe. Mais mon bon frère, ne sortez-vous pas de votre cellule pour une raison qui me saute aux yeux, ne sortez-vous pas de votre cellule pour chercher de quoi vivre ? Ne courez-vous pas ici où là, où l’on se dissipe le plus souvent pour ne pas être toujours recueilli en soi-même ? C’est à vous et non pas à moi de juger tout ce qui se passe dans votre intérieur, d’en faire un sérieux examen et de réfléchir sur les complaisances, les soumissions, les bassesses qu’il faut faire dans le monde à ceux qui vous font du bien, où le plus souvent, Dieu peut-être offensé. Je vous demande pardon mon frère, de la liberté que j’ai prise de vous répondre sur la demande que vous m’avez faite. Car ce n’est pas à moi, une simple fille idiote de vous parler de choses que vous savez mieux que moi ». »

On trouve également ce passage important concernant la Communion spirituelle : De Benoîte à un religieux : « Ceux qui ne reçoivent pas son corps réellement, peuvent le recevoir spirituellement, pour participer au sacrifice de la messe, comme le faisaient les Pères du désert, ces fameux et illustres anachorètes Antoine, Hilaron et d’autres ». Quant à sa foi, elle est immense dans la présence réelle du Saint Sacrement : « Cette bonne fille a tant de foi et de vénération pour le Saint Sacrement de l’autel, qu’elle dit souvent que pourvu qu’elle soit dans l’église où le Saint sacrement repose et où il est exposé, si tout l’enfer venait, il ne pourrait l’épouvanter ».

Avons-nous assez d’estime pour l’Eucharistie jusqu’à nous déplacer afin de participer à la messe? Car : « Le sacrifice de la messe est d’un mérite infini ».

 

Vendredi 3 avril

Vendredi Saint

 

Le mystère de la croix et la crucifixion mystique de Benoîte

 

En ce Vendredi Saint, nous écoutons le récit de la Passion de Jésus selon saint Jean. Nous prions à toutes les grandes intentions de la prière universelle, pour tous les hommes pour lequel le Christ s’est livré et nous vénérons la Croix : « Voilà le bois de la Croix qui a porté le salut du monde ». Nous sommes conduits de nouveau à la Croix d’Avançon et invités à méditer le récit de l’apparition du Christ crucifié à Benoîte qui est à l’origine de sa crucifixion mystique.

C’est le prêtre Jean Peythieu qui nous rapporte cet événement majeur dans la vie de Benoîte : « La plus célèbre de ces apparitions a été de notre Seigneur Jésus Christ sur une croix en l’année 1673, au mois de juillet, un vendredi. Benoîte moissonnait avec quelques personnes et en présence de quelques étrangers, dans une terre qui était à la chapelle, lorsque par un mouvement divin elle vit notre Divin Sauveur tout ensanglanté qui lui dit : « Ma fille, je me fais voir dans cet état afin que vous participiez aux douleurs de ma Passion ». Et ce qui est merveilleux c’est que, depuis, elle était crucifiée tous les vendredis : son corps étendu en forme de croix, ses pieds l’un sur l’autre, ses doigts tant soit peu fermés et rétrécis aussi, moins pliables qu’une barre de fer.

Mais en échange des ces grandes douleurs elle était très souvent visitée par la Reine de l’Univers qui la laissa dans cette souffrance jusqu’à ce que nous commençâmes à bâtir. Alors, la très digne Mère lui apparut et dit : « Vous n’aurez plus les souffrances du vendredi, vous êtes nécessaire pour distribuer les vivres à cette grande quantité d’hommes et de jeunesse qui viendront des villages pour creuser les fondations et préparer l’emplacement du logement des prêtres. Les prêtres, eux, ne sont pas disponibles parce qu’ils confessent. » Fait admirable, parmi les ouvriers qui étaient quelque fois au nombre de cent ou cent vingt de tout âge et de tout sexe, on n’a entendu aucune parole injurieuse ou malhonnête. Cela dura pendant les deux années de travaux ».

Nous avons à vivre à notre manière notre propre crucifixion mystique. Si, comme le disait le pape Jean Paul II à une assemblée de prêtres et de religieux « dans les difficultés de notre vie quotidienne, nous unissons nos souffrances à celles du Christ crucifié, nous sommes unis immédiatement à la Puissance de sa Résurrection et à la force animatrice de son Esprit ».

 

Nota Bene : ce jour, commence la Neuvaine à la Miséricorde Divine, retrouvez-là en cliquant ICI

 

Samedi 4 avril

Samedi Saint

La veillée au tombeau

La mort et le tombeau de Benoîte

 

Aujourd’hui, samedi Saint, nous demeurons auprès du tombeau du Seigneur et méditons dans le silence et la prière sa Passion et sa mort attendant dans l’espérance la Nuit de sa Résurrection. Alors éclatera la joie de Pâques. Pour nous y aider nous pouvons nous rendre dans la chambre de Benoîte et auprès de son tombeau où son corps repose depuis la fin décembre 1718 dans l’attente de sa résurrection et de la nôtre.

C’est grâce à une lettre du Père Jean-Baptiste Royère à François Malaval, le saint mystique et aveugle de Marseille, que nous connaissons les derniers instants et la mort de Benoîte : « Le mercredi, jour des Innocents, elle nous pria de dire une grande messe pour elle. Ce fut Monsieur l’abbé Poligny qui voulut la dire. Après quoi nous sommes allés la visiter et elle nous dit qu’elle allait mourir. L’après midi nous lui avons donné l’extrême onction qu’elle demandait depuis plusieurs jours. Elle se confessa aussi et se fit laver les pieds et les mains ; quand ce fut l’onction des oreilles Monsieur le Supérieur lui dit : « sœur Benoîte, défaites vous que nous fassions l’onction des oreilles ». Elle répondit : « Elles en ont tant écouté ! » Quand elle reçut les dernier sacrement elle fut toute consolée, n’attendant plus que cet heureux moment où son âme devrait se séparer de son corps. Je m’approchai alors d’elle et lui fit prononcer plusieurs fois le nom de Jésus et de Marie, et je lui présentai le crucifix qu’elle prit entre ses mains tenant la bouche collée contre les pieds de son divin époux.

« Ma bonne sœur, lui dis-je alors, nous sommes vos enfants, ne voulez-vous pas leur donner votre bénédiction ». Elle répondit : « C’est à la Bonne Mère à nous la donner » et tout aussitôt elle sortit la main du lit et nous dit : « Je vous la donne bien volontiers mes Bons Pères ». Elle s’en excusa par respect. Cependant elle ne voulu pas nous refuser cette consolation. Nous nous réunîmes pour dire nos offices en attendant de revenir avec elle toute la nuit. Mais Dieu en ordonna autrement. Sur les huit heures elle dit adieu à ses nièces, à Mr le Prieur, à toute la Compagnie. Elle dit qu’on alluma son cierge ; elle demanda à Mr le Prieur de lui faire la recommandation de l’âme ; elle dit : « La mort vient comme un larron sans crier gare ».

Elle dit à sa filleule Benoîte et à sa chère Isabelle de dire les litanies de l’Enfant Jésus et aussitôt, levant les yeux au ciel, entre les bras de sa nièce et la venue des Anges qu’on reconnut à son visage riant, elle décéda joyeusement, et son âme, selon qu’on peut le croire pieusement, fut portée au ciel par les Esprits Bienheureux. »

Dès lors, le corps de Benoîte repose dans son tombeau dans le chœur de la Basilique devant la chapelle de Bon Rencontre et le Saint Sacrement, près de la lampe à huile du sanctuaire et de l’autel où la messe est célébrée chaque jour. Sur la pierre est gravé : « Tombeau de la sœur benoîte, morte en odeur de sainteté, 1718 »

Nous n’oublions pas pour terminer la prédiction de la Vierge sur l’avenir du Laus faite en 1679 : « La Mère de Dieu confirme à Benoîte ce que l’Ange lui avait dit au commencement de la dévotion du Laus : qu’elle serait plus grande après sa mort… parce que ses ossements feraient des miracles ; que les personnes infirmes y viendront de toutes parts et de bien loin pour guérir et guériront… » Nous en sommes témoins !

product_5292300hd

Saintes et joyeuses fêtes de Pâques à vous tous...!!!!

Le Mois du Cœur de Saint Joseph

Le Mois du Cœur de Saint Joseph

Le Cœur de Saint Joseph ouvert à ceux qui l'implorent

7 San Giuseppe

Vingt-neuvième jour

Le précurseur des Prêtres

 

Le Prêtre a quelques rapports avec saint Joseph ! qu'il est bon de résumer ici, pour leur montrer combien ils ont de motifs d’être dévots à ce Saint, et à quels titres ils doivent compter sur ses secours. D'abord saint Joseph a été choisi par la Providence pour être le père nourricier, le coopérateur du Christ dans l'œuvre de notre salut. Il l’a attiré du ciel par ses prières, l’a adoré .à sa naissance avec un respect infini, l’a offert au Seigneur dans le temple de Jérusalem, l’a sauvé en le délivrant des poursuites du roi Hérode, et l‘a fait croître par ses soins et ses travaux ; j'ajouterai que Joseph était un homme de prière, qu’il récitait souvent avec une piété angélique le Psautier divin de son illustre aïeul David. Je n'ai pas besoin de faire l'application de toutes ces choses aux prêtres; car il ne m'appartient pas de faire la leçon à mes maîtres, à mes pédagogues, et je me tiens pour infiniment honoré de leurs avis qui ne sont autres que ceux mêmes du Seigneur Jésus, résidant en leurs personnes pour instruire, édifier et diriger les fidèles confiés à leur paternelle sollicitude.

Saint Joseph a touché quelquefois le Sauveur en le portant dans ses bras, le reposant sur sa poitrine ; et le prêtre combien de fois ne le touche-t-il pas à l'autel, le recevant chaque jour dans son cœur ? Saint Joseph a offert au père Éternel les prémices du sang de Jésus-Christ dans la circoncision ; et le prêtre fait tous les jours la même fonction, il offre le sang du Christ pour le salut.du monde. Saint Joseph a donné l'Enfant-Dieu aux adorations des bergers et des rois-mages ; et le prêtre le donne aussi aux fidèles, non-seulement en l’offrant à leurs adorations, mais en leur distribuant son très saint Corps.

Mais c’est principalement pour la génération spirituelle des âmes, que saint Joseph devient l’exemplaire du prêtre. Ecoutez le très saint abbé Ollier : « C’est aux prêtres surtout, dans lesquels Dieu réside en sa plénitude et en sa fécondité pure et vierge, à se conduire sur le modèle du grand saint Joseph à l’égard des enfants qu’ils engendrent à Dieu. Ce grand Saint conduisait et dirigeait 1’Enfant Jésus dans l’esprit de son Père, sa douceur, sa sagesse, sa prudence, ainsi devons-nous faire de tous les membres de Jésus-Christ qui nous sont confiés et qui sont d’autres Christs, en sorte que nous devons les traiter avec le même respect, que saint Joseph traitait l’Enfant Jésus ». Saint Joseph a précédé les Apôtres et. les prêtres dans leur ministère, en portant le Christ dans l’Egypte et en y détruisant, par la même, le culte des idoles. Une ancienne tradition veut que lorsqu'il entra dans ce pays, tous ces simulacres tombèrent et furent brisés. Ce qu’on peut dire de plus vrai, selon Calmet, est que Jésus-Christ par sa présence dans l’Egypte, commença à y détruire l’empire du démon et de l'idolâtrie, qui y fut entièrement ruinée dans la suite par la prédication des Apôtres.

La Glose ordinaire de la Bible au même endroit, remarque que-saint Joseph est la figure des prédicateurs qui portent le Christ avec sa mère, c’est-à-dire la. foi du Christ et de l'Église aux gentils, après avoir laissé Hérode, c’est-à-dire les juifs infidèles, Saint Hilaire a fait la même observation, comme aussi, le père Lauret. Le Père de la Conception dit également : « Ceux qui portent le Christ, c'est-à-dire l’Évangile, dans les plages lointaines, comme Paul, ce vase d'élection, le portait aux gentils, sont Symbolisés par Joseph, le père nourricier du même Jésus-Christ qui le porta tantôt en Egypte, tantôt en Judée. Tant d'autorités prises parmi une infinité d’autres que j’ai sous les yeux, démontrent clairement que saint Joseph est le patron et le protecteur des Prêtres qui s'emploient à la prédication, des missionnaires enfin. De plus, il est également le patron et le protecteur des Préfets, parce qu’il gouverna pendant de longues années avec une incroyable sollicitude, une vigilance continuelle et une sagesse admirable, dans les circonstances les plus graves, les plus pénibles et les plus délicates, les deux plus saintes personnes qui furent jamais sur la terre, Jésus et Marie. Les Évêques donc qui ont une mission si grande et si difficile à remplir, pourront s'adresser avec confiance à saint Joseph, qui viendra à leur secours avec le plus vif empressement.

 

Exemple

 

Saint Joseph éclairé, comme il l‘est, des lumières de l’Esprit Saint, connaît parfaitement la dignité sainte, hors ligne, et divine du Prêtre et de l’Évêque, serai-je donc téméraire de dire qu’il se tiendra pour honoré d’être prié par eux et de les assister dans leurs nécessités ? On lit dans le Tableau des divines faveurs accordées à saint Joseph, par le père Binet, corrigé tout récemment par le père Jennesse aux, de la même compagnie de Jésus, ce qui suit, extrait fidèlement : Le savant Chancelier de Paris, Jean Gerson, admire un trait de la dévotion d’un chanoine de Chartres, qui est à la vérité bien remarquable. Ce pieux chanoine avait mis la main à un fort bel ouvrage sur les privilèges de saint Joseph, et sur le mariage virginal de ce glorieux Patriarche avec Notre-Dame. La mort qui rompt si souvent les projets humains, brisa ce précieux travail, et nous en ravit la moitié pour le moins. Mais afin de remédier à ce mal, qui ne fut pas imprévu au bon serviteur de Dieu, il trouva deux expédients que sa dévotion lui inspira sur la fin de sa vie. En premier lieu il fit écrire au pieux Jean Gerson, dont il avait été le disciple, et qui était une perle de bonté de son siècle. Il le suppliait très-humblement de vouloir bien, ou achever son ouvrage, ou en faire un nouveau, employant toutes les ressources de son esprit pour louer dignement le saint Époux de Notre Dame.

En second lieu, il laissa par testament à l'Église de Chartres une certaine somme, afin que les vénérables chanoines tissent tous les ans une fête solennelle en l'honneur du glorieux saint Joseph, et qu’ils se rappelassent ainsi le souvenir des rares vertus de cet admirable Patriarche, et le soin qu‘il avait en de sauver dignement Jésus et Marie. Tel fut l'objet qu'il voulut pour le repos de son âme, sachant bien que les fêtes des saints sont utiles aux défunts, lorsqu'elles sont célébrées à cette intention. Gerson composa lui-même un office, et une messe pour cette fête au commencement du quinzième siècle.

Le pieux et saint Chancelier, après avoir loué et admiré la dévotion du chanoine Henri, veut bien nous en exposer les motifs. Il avait donc choisi saint Joseph pour patron et pour avocat, parce que l’ayant de son côté, il aurait aussi sa sainte Épouse et son Fils béni, et qu’il regardait son salut comme assuré s’il était assisté de Joseph, de Marie et de Jésus. De plus, il croyait que saint Joseph était le patron des chanoines et leur modèle, cette pensée étonne d’abord : car quel rapport d'un rabot à une aumusse, d'un charpentier a un homme d’Église, aussi ne faut-il pas prendre la chose de ce biais. Mais, disait le pieux Henri, Joseph ne faisait autre chose jour et nuit que penser à Jésus et à Marie : il les servait incessamment avec une dévotion remplie d'une joie cordiale ; il n’avait d'autre objet que Jésus et Marie ; tout son emploi n'était qu’avec Jésus, pour Jésus, et à sa gloire seule... Il priait avec eux, il allait au temple avec eux; disons mieux sa maison était un temple. Notre-Dame était l’autel ; sur, son Cœur reposait Jésus-Christ, relique vivante, vrai Saint-Sacrement, où l'humanité servait de voile à la divinité...

Or, poursuivait le dévot client de l’Époux de Marie, voilà justement la vie d’un saint chanoine ; son principal emploi est de chanter jour et nuit les louanges de Jésus et de Marie, et d'offrir tous les matins un sacrifice à Dieu le Père, par les mains de la Vierge Marie, leur adorable Fils Jésus-Christ. De plus, le chanoine exemplaire n’a d’autre Vue que Jésus et Marie, il ne veut avoir de compagnie dans sa maison que Jésus et Marie. Ce qu'il a de bien il l’emploie, autant qu’il le peut, à leur honneur et à nourrir Jésus-Christ, dans la personne de ses pauvres. il use sa vie dans le temple, ne cessant d’y rendre quelque service à la majesté du grand Dieu..... Heureux donc le prêtre qui a choisi l’Époux de la Vierge pour protecteur et pour modèle ! Heureux le Pasteur des âmes, le pêcheur d’homme qui sert Jésus et Marie avec le même zèle, le même esprit de foi, le même amour dont Joseph les servait sur la terre, conclut le saint Jésuite.

 

Le Psaume du prêtre à saint Joseph

(Imité du psautier de saint Bonaventure)

 

Je bénirai en tout temps le Conservateur de mon Sauveur ;

je mettrai mon bonheur à lui témoigner toujours ma reconnaissance.

Ses louanges seront toujours dans ma bouche :

tout ce qui est en moi contribuera à sa gloire.

Mon amour pour lui ne sera rassasié

que lorsque je serai témoin de son triomphe.

Faites-en de même (semble dire le prêtre aux fidèles)

vous tous qui avez ressenti son puissant secours,

qui, par lui, avez été délivrés de tant de périls.

Il vous remplira de toutes sortes de biens :

et vous éprouverez qu‘on ne l’invoque point en vain dans les peines.

Le ciel et la terre sont remplis des grâces de sa douceur :

les œuvres de son amour sont partagées à tous les mortels.

Ainsi, de quelque côté que nous portions nos regards, ô bienheureux Joseph,

nous trouvons partout les preuves touchantes de votre amour paternel.

Souvenez-vous de nous et conduisez le Pasteur et ses brebis

aux ondes pures de la vie éternelle. Ainsi soit-il.

 

571_001

Pour recevoir chacune des méditations du Mois de Saint Joseph par mail,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes